Jump to content

Insolite, excentrique, baroque et déviant


Recommended Posts

Il y a beaucoup de parents qui n'en ont rien à foutre du mariage de leur enfant ?

Je pense que pas mal de parents sont indifférents à la couleur de peau et à la religion de leur futur(e) gendre/belle-fille.
Link to post

Oui, mais ils sont tout de même contents pour eux donc ils répondent "Très bien" ou "Plutôt bien" à toutes les questions, non ? :jesaispo:

 

Sinon, PJE tu peux nous donner la source de cette image ? Histoire de voir les autres questions qui ont été posées.

 

Dans les diapos en bas de la page.

 

http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2016-01-31-perceptions-et-attentes-population-juive-rapport-l-autre-et-aux-minorites

 

Link to post

Oui, mais ils sont tout de même contents pour eux donc ils répondent "Très bien" ou "Plutôt bien" à toutes les questions, non ? :jesaispo:

Pas forcément. Quand les gens n'ont pas de neutre ils mettent un peu au pif, et son capables de mettre "plutôt mal". C'est pour ça que quand on monte un questionnaire pour une étude de marché (entre autres) c'est une hérésie de ne pas mettre de neutre.
Link to post

Oui, mais ils sont tout de même contents pour eux donc ils répondent "Très bien" ou "Plutôt bien" à toutes les questions, non ? :jesaispo:

Sinon, PJE tu peux nous donner la source de cette image ? Histoire de voir les autres questions qui ont été posées.

Ben tel que c'est formuler ça donne l'impression qu'on serait *plus* heureux si notre enfant se croisait avec une autre espèce.

Link to post

Le problème c'est qu'il y a un biais comportemental à mettre un neutre, ça incite les gens à ne pas donner leur opinion même si ils en ont.

Alors que dans le cas contraire ils sont forcés de donner une opinion même si ils n'en ont pas.

C'est vachement mieux comme ça, m'voyez.

Link to post

Un animal n'est pas forcément un bien meuble. :lecon:

Pour être exact, on devrait dire qu'un animal est une chose.

 

Sinon, ces statistiques font un peu kitsch au niveau présentation. Je ne peux pas tirer des conséquences logiques de quelque chose d'aussi moche. J'ai des principes.

Link to post

Il y a un biais à ne pas mettre un item neutre aussi.

Faut-il forcer les gens à se positionner ? Il y a toujours ce débat quand on crée un questionnaire.

Non, si leur avis est suffisamment faible pour qu'ils puissent envisager le neutre, c'est qu'il est non-significatif. (Et il a de fortes chances de varier suivant l'humeur du gars, paie ta stat fiable obtenue avec ça).

Mais comme dit Hayek, c'est 'achement mieux. Surtout pour crier au racisme dans la société française en fait.

Link to post

Je pensais à l'article 524 du code civil :

 

 

Les animaux que le propriétaire d'un fonds y a placés aux mêmes fins sont soumis au régime des immeubles par destination.

 

Je pensais aussi aux res nullius (poissons sauvages, gibier etc).

Link to post

Le mec était surtout bourré et jaloux.

Le chat n'a volé par la fenêtre que pour éviter de mettre le feu au reste de l'appartement.

2 ans ferme, il y a des agressions sexuelles qui se payent moins cher que çA.

Ou même des meurtres multiples avec préméditation sur des personnes faibles.

Link to post

 

Paris : enquête ouverte sur le clip de rap violent des collégiens Un clip de rap qui circule sur les réseaux sociaux met en scène des collégiens parisiens mineurs, armés de lames et d'une feuille de boucher. La communauté éducative est en émoi.

Couteaux et battes de base-ball exhibés, discours de violence et rimes pas aussi riches que les rêves de « billets violets » (500 €) scandés avec des mines de gangsters : le clip de rap mis en ligne le 2 janvier par un producteur nommé Vision Industry est un modèle du genre, défilé de clichés comme il en existe des centaines sur Internet.

 

A un détail près : les chanteurs et figurants, qui bombent le torse en agitant une feuille de boucher devant la caméra, sont des collégiens mineurs. A la fin des deux minutes trente-sept de vidéo, les deux têtes d'affiche, Resfa et Dimé (surnoms en verlan de Farès et Mehdi), 14 ans, posent avec des enfants encore plus jeunes qu'eux.

La vidéo, réalisée avec des moyens professionnels pendant les vacances de Noël, a été vue plus de 11 000 fois depuis un mois. Elle a été tournée dans le XVIIIe arrondissement parisien, dans le quartier de la porte de la Chapelle. Une bonne partie des figurants sont scolarisés au collège Daniel-Mayer, un établissement classé en zone d'éducation prioritaire, confronté régulièrement à des problèmes de violence entre les jeunes du quartier et leurs rivaux désignés du XIXe arrondissement tout proche. Il en est question dans la chanson, ode à la baston et à l'argent facile. « Que des coups de machette, ouais, chez nous tout s'achète », rappent les enfants, qui se posent en caïds : « Mes gars sur le rainté (NDLR : terrain en verlan) veulent se faire d'la monnaie sans se faire menotter », scandent-ils. Puis : « Sortez les tarpé (pétards), pas besoin du 9M (arme de calibre 9 mm) pour vous faire cavaler.  »

Pour la communauté enseignante du secteur, le clip est la cerise sur un gâteau plutôt amer. L'année scolaire dernière, un jeune de 16 ans a été blessé au couteau sur la place située devant le collège...

Les producteurs « ont fait un prix, parce qu'on est des petits »

Dans l'affaire du clip, « une enquête a été ouverte par le parquet de Paris », explique une source proche du dossier. La responsabilité de la société de production, Vision Industry, doit notamment être éclaircie. Ce label, qui n'a pas répondu à nos sollicitations d'interviews, publie régulièrement sur les réseaux sociaux d'autres clips de rappeurs franciliens, qui mettent en scène leur ego à grand renfort d'armes, de joints, de roues arrière à scooter et de voitures chères louées pour l'occasion.

Pour le clip des mini-rappeurs du XVIIIe, les producteurs « ont fait un prix, parce qu'on est des petits », avance un groupe de collégiens, rencontrés lundi à la sortie des cours. Ils évoquent une somme « entre 100 et 200 € » pour la réalisation de la vidéo. Deux d'entre eux y ont participé comme figurants. « Je n'étais pas avec un couteau, moi, je ne risque rien », précise le plus grand, conscient que l'affaire, qui commence à s'ébruiter, pourrait lui valoir quelques soucis avec sa « daronne » (sa maman, en argot). Les autres, tout à leur idée de « tourner un nouveau clip » et de « passer à la télé », semblent moins au fait des répercussions de leur aventure musicale. Pour eux, le clip est avant tout « un délire ».

 

« Cette vidéo montre ce qui fascine nos élèves »

Monter un rocher sur la montagne, mètre après mètre... et le voir dégringoler dès la sonnerie de la fin des cours. C'est un peu l'impression de la direction du collège Daniel-Mayer (Paris XVIIIe), qui a alerté le commissariat après avoir découvert ses élèves singeant des dealeurs, lame à la main, sur Internet. « Cette vidéo montre ce qui fascine nos élèves, il faut absolument regarder la réalité en face et travailler dessus, sans quoi on restera avec deux mondes : d'un côté l'école avec un discours angélique sur la pédagogie et les valeurs républicaines, et de l'autre la culture de la société de consommation », prévient la principale, Catherine Donohue-Weill, arrivée depuis un an dans l'établissement. En colère contre les producteurs « qui ont vendu un service à des mineurs, probablement sans aucune autorisation parentale », la principale condamne « une apologie de la violence », apanage selon elle « d'une jeunesse qui s'ennuie » en plein Paris, au milieu d'un tissu d'associations et de lieux culturels dont elle n'a souvent même pas connaissance.

Le collège, qui a emmené une cinquantaine de ses élèves aux vœux de François Hollande à la jeunesse mi-janvier, multiplie les actions de prévention de la violence, d'insertion par le sport et d'ouverture culturelle. Avec l'espoir que ces gouttes d'eau finissent par détourner les ados de leurs si chères guerres de bandes.

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75018/paris-enquete-ouverte-sur-le-clip-de-rap-violent-des-collegiens-02-02-2016-5507431.php

Link to post

4 points de pourcentage de différence entre "ma fille épouse un musulman" et "mon fils épouse une musulmane". Étonnant.

 

 

Bon pour rigoler un peu quel est le pool qu'ils ont choisi pour mener leur enquête?

Link to post

4 points de pourcentage de différence entre "ma fille épouse un musulman" et "mon fils épouse une musulmane". Étonnant.

 

 Pourquoi ? Patriarcat oblige. Le femme intègre la famille de son homme.

 

 Si ton fils épouse une musulmane alors que lui ne l'est pas, tu auras tendance à penser que cela ne va rien changer pour ton fils et que la mariée est très ouverte. 

 Alors que si ta fille épouse un musulman, tu auras "tendance" à penser qu'elle va finir par se convertir...

 

 Alors après, c'est des clichés auto-entretenues. Mais bon, c'est efficace.

Link to post

J'aime beaucoup la réponse construite de la principale alors même qu'elle aurait pu simplement dire : "Putain, c'est vraiment des beaufs".

 

Moi ça m'a fait penser aux chansons de mon enfance quand on chantait "Nique la police" ou "Justice nique sa mère". J'ai l'impression d'être entouré de bisounours en 2016. Ce sont des gamins pas de quoi en faire un drame.

 

  • Yea 1
Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...