Jump to content
Voy

Point de vue liberal sur le cas de Vincent Lambert

Recommended Posts

il y a 39 minutes, Rincevent a dit :

Il n'y a pas de possibilité de divorcer par contumace ? Je veux dire, c'est une attitude de saligaud de divorcer de quelqu'un en profitant de son coma, mais moins que de tout faire pour le pousser à mourir plus vite.

Non, non, non ce n'est pas possible... Il n'y a que quatre types de divorce :

Citation

 

Le 22/05/2019 à 22:27, poincaré a dit :

Compliqué. Le devoir de secours et d'assistance fait partie du régime impératif du mariage (ie : règles auxquelles on ne peut déroger par convention, par exemple par contrat de mariage). Et qu'est-ce que ça implique ? Une obligation de soins jusqu'à la rupture du lien matrimonial.

 

Dans la situation de Vincent Lambert, peu d'hypothèses possibles :

- On exclut le divorce pour faute.

- On exclut le divorce pour ADLC.

- On exclut le divorce par consentement mutuel (l o l).

- il reste le divorce pour acceptation du principe de la rupture du mariage. Sauf que VL n'est pas en mesure de donner son accord.

 

Donc le divorce n'est pas possible.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Rübezahl a dit :

Il n'y a pas qu'une vie impactée dans cette affaire.

Il y a aussi la vie de l'épouse, qui peut-être aimerait aussi refaire sa vie après cet accident, et pas rester mariée jusqu'à sa mort avec un mari dans cet état.

Perso c'est qq chose que je peux comprendre. Dans les situations dures, il faut avoir le courage de faire la part du feu.

Pour la gamine, avoir un papa dans cet état pendant des années. ça me parait ultra-moyen.

Bref, bousiller 2 vies pour satisfaire les convictions (générales) de 2 personnes âgées et d'une partie de la fratrie (!!) de V. Lambert.

 

Ce genre d'argument utilitariste peut très vite entrainer des dérives (comment évaluer, quel critère appliquer?).

 

La vie des proches est de toute les façons brisées par l'accident et la mort de Vincent Lambert n’ôtera rien à la peine. Entre le faire crever de faim et de soif et le mettre dans une structure où l'on se serait occupé de lui le choix me parait pas difficile.

 

il y a une heure, Rübezahl a dit :

J'ai cru comprendre que les parents déposaient maintenant plainte pour "tentative d'homicide volontaire".

Si c'est le cas, ça renforce ma conviction que la question d'amour paternel/maternel n'est pas du tout le ressort primaire de cette histoire.

C'est plus une affaire de conviction générale, et de tentative d'imposition de ces convictions de force, et enfin maintenant de punition sur les coupables.

ça va sûrement leur rendre leur enfant vivant et en bon état.

Ces gens là ne m'inspirent ni sympathie, ni compassion.

 

Ils ont perdu leur enfant cela ne te fait donc rien? Je ne suis pas parent mais je peux comprendre comment ils réagissent et pourquoi. Ils n'ont certainement pas chercher à instrumentaliser ou s’approprier leur enfant, ils l'aiment et au contraire leur combat m'émeut au plus haut point. Quand à la plante elle ne me surprend pas car j'ai quand même du mal à voir en quoi la loi a été correctement appliquée. VL n'était pas en fin de vie et il n'était pas malade. Autant je comprend tout à fait qu'il ne fallait pas le réanimer en cas de crise cardiaque ou le vacciner contre la grippe, mais le faire crever de faim ou de soif là non.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, Johnnieboy said:

 


Mais pourquoi etait-il a l'hopital, alors ? On a besoin de rester dix ans a l'hopital pour etre nourri et abreuve ? Desole si je pose une question stupide, je n'ai pas suivi tout le debat/fil.

 

C'est assez fréquent en maison de retraite, et notamment pour les malades d'Alzeihmer ou les handicapés mentaux lourds. Sans compter les tétraplégiques.

 

Il est parfaitement hypocrite de définir le cas de Vincent Lambert comme une euthanasie "passive". Son cas est extrême, avec une quasi-parfaite santé physiologique couplé à un arrêt quasi total des fonctions cognitives.

 

Le passage de Vincent Lambert aux vieux Alzeihmer impécunieux est une question d'années..

 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 hours ago, Bisounours said:

L'aspect financier est ici complètement trivial et obscène à mon avis. Un transfert en M.A.S aurait été moins onéreux, ou un maintien au domicile de ses parents.

 

C'est un point sur lequel tu as raison et @Rubezhal raconte quelques conneries qui ont historiquement pu mener à des pentes glissantes. Une structure spécialisée pour personne très dépendante a un coût, certes élevé, mais sans aucun lien avec celui du lit hospitalier dans lequel il est resté environ dix ans.

 

Hard cases make bad laws, et l'euthanasie des handicapés mentaux ne me semble pas si lointaine.

  • Yea 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, poincaré a dit :

Non, non, non ce n'est pas possible... Il n'y a que quatre types de divorce :

Une bonne part du problème est donc là.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ou alors de ceux qui s’engagent dans le mariage sans être prêt à l’assumer. 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Tramp a dit :

Ou alors de ceux qui s’engagent dans le mariage sans être prêt à l’assumer. 

C'est le genre de trucs que toi, tu peux dire pépère ; mais si moi je les dis, c'est le retour des histoires les plus sombres des heures de liborg. :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Rincevent a dit :

des histoires les plus sombres des heures de liborg. :lol:

Y'a un fil "posts légendaires".

Arrêtez de faire vos juifs rapiats et balancez vos juifs posts historiques !

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, poincaré a dit :

- On exclut le divorce pour ADLC.

 

Je ne vois pas pourquoi. La tutelle passée aux parents qui représenteront V. Lambert, la vie conjugale a bel et bien cessé depuis deux ans. Il n'y a pas de blocage juridique. Mais moralement, je comprends tout à fait que l'épouse ne souhaite pas divorcer de cette manière ; pour elle, il est mort et on l'empêche de faire son deuil.

Elle est là l'histoire, elle est morale. Rompre le mariage ne servirait à rien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Bézoukhov a dit :

Je ne vois pas pourquoi. La tutelle passée aux parents qui représenteront V. Lambert, la vie conjugale a bel et bien cessé depuis deux ans. Il n'y a pas de blocage juridique

Ce n'est pas possible parce que l'ADLC suppose une rupture volontaire de la vie conjugale. On peut difficilement parler de volonté lorsqu'on tombe dans le coma.

 

Edit : le devoir de secours et d'assistance est éminemment moral avant d'être juridique, comme de nombreuses règles du code civil relatives à la sphère familiale (devoir de soin et d'éducation des enfants). Y contrevenir serait une faute morale aux conséquences juridiques (ie : fondement d'un divorce).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, poincaré a dit :

volontaire

 

C'est pas dans le Guide du Maître ça. La jurisprudence c'est quand même du TGCM.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Bézoukhov a dit :

 

C'est pas dans le Guide du Maître ça. La jurisprudence c'est quand même du TGCM.

 

Je me demande à quelle époque on aurait considéré qu’avoir un époux incapable de réfléchir ça consistait à abandonner la vie conjugale. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Tramp a dit :

 

Je me demande à quelle époque on aurait considéré qu’avoir un époux incapable de réfléchir ça consistait à abandonner la vie conjugale. 

 

À une époque, il suffisait qu’il ne bande plus.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Johnnieboy a dit :

 

À une époque, il suffisait qu’il ne bande plus.

 

Source

Share this post


Link to post
Share on other sites

Inutile de s'exciter sur le cas de Vincent Lambert -comme, en son temps, certains ont pu s'exciter sur le cas de Chantal Sébire-.

Tout comme Chantal Sébire, Vincent Lambert n'est pas pertinent dans le débat sur l'euthanasie.

En effet, l'euthanasie, pour rappel, est à la demande du concerné. Un médecin peut aussi se fonder sur des directives anticipées (écrites). C'est, du moins, me semble-t-il, ainsi que ça se passe en Belgique.

Dans ces conditions, Vincent Lambert n'est pas pertinent : pas de volonté exprimé ou exprimable ; pas de directives anticipées écrites. On retourne à la case départ.

 

Quant à Chantal Sébire, rappelons que le débat, en France, pour le suicide assisté, c'était de savoir : doit-on aider quelqu'un à se suicider s'il ne peut y parvenir lui-même (tétraplégique)?

Chantal Sébire était en mesure de se suicider elle-même.

Donc hors cadre, là encore. Pas pertinent.

Maintenant qu'on a évacué les craintes injustifiées de pente glissante, ou d'exemples à suivre, on ne peut que revenir à l'essence de ce qu'est ce dossier : un drame familial, où chacun est certain d'agir pour le mieux (se battre pour la vie de Vincent Lambert, qui ne voulait pas mourir ; lui épargner de souffrir plus longtemps, de subir l'indignité de rester tel qu'il était, lui qui aurait voulu mourir dans une telle hypothèse). 

 

Mon intime conviction, c'est que les parents ont voulu voir de la conscience, une volonté de vivre en Vincent Lambert, là où il n'y avait plus de conscience. Ayant pensé voir cela, le conflit était inévitable.

 

Je plains, sincèrement, cette famille, dont la douleur est devenu l'objet de bien trop d'attention et de débats.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Bézoukhov a dit :

C'est pas dans le Guide du Maître ça. La jurisprudence c'est quand même du TGCM.

Contrairement à ce que pensent certains hurluberlus comme Geyres, les règles civilistes ce n'est pas "pouf, c'est magique !". Si elles existent, ce n'est pas pour rien et ce n'est certainement pas un juge qui les a sorties de son chapeau. La seule hypothèse où on peut prononcer le divorce en cas d'incapacité de l'autre conjoint d'exprimer sa volonté, c'est lorsqu'il y a disparition ou absence (ie : fortes chances qu'il soit décédé/on ne sait pas où il se trouve). Dans les autres cas, tu ne peux pas abandonner la vie conjugale malgré toi, question d'équité. Fin de la parenthèse.

 

Il y a 1 heure, Johnnieboy a dit :

Oui, c'est la fameuse obligation de "communauté de vie" du mariage (et ça va dans les deux sens).

  • Yea 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Johnnieboy a dit :

 

 

En fait, c’est toujours le cas https://www.atlantico.fr/decryptage/370106/idees-recues-sexe-amour-condamnation-possible-cas-absence-relations-sexuelles-david-simard

 

Mais depuis l’invention du Viagra, c’est plus rare.

 

Ca ne parle pas d’impuissance mais bien de volonté active de ne pas avoir de rapport.

Le cas 2 concerne l’impuissance avant le mariage, tromperie sur la marchandise d’où l’annulation et non le divorce. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, Tramp a dit :

tromperie sur la marchandise

:o

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...