Jump to content

Macron : ministre, candidat, président... puis oMicron


Recommended Posts

Il y a 4 heures, tomrobo a dit :

Amiens, ville de Macron, et le Havre, ville de Philippe, ont toutes les deux été en partie rasées pendant la WWII. Elles ont été reconstruites en partie par Auguste Perret. L'urbanisme des années 50, tu peux pas test.

 

Toujours moins pire que les brutalistes. Ceux-la ont vraiment été finis a la pisse.

  • Yea 1
Link to comment

Can “Merkron” Draw a New Road Map for Europe?

 

Citation

Emmanuel Macron, the new French President, is off to a fast start. On Monday, just a day after he was sworn in at the Élysée Palace, the thirty-nine-year-old boy wonder reached across the political divide and appointed a moderate conservative as his Prime Minister: Édouard Philippe, the Mayor of Le Havre, a port city in Normandy. Then Macron flew to Berlin, where, standing alongside Angela Merkel, the Chancellor of Germany, he called for “a historic reconstruction” of Europe.

 

Link to comment
4 minutes ago, Nigel said:

 Bon au aurait donc Gérald Collomb à l'intérieur. Je suis pas sûr que ça soit sa place. M'enfin. 

Et je pense qu'on peut deviner que Le Drian restera à la Défense. Il paraît qu'il est très bon à ce poste.

Link to comment

 Bon alors on a Bayrou à la Justice (lol), Hulot à la transition énergique (un peu d'écolo). 

 

 Et on a Lemaire ministre de l'économie ! C'est à dire un type qui a défendu le protectionnisme lors des primaires ! Super ! Bon je taquine un peu, il voulait aussi privatiser Pôle Emploi...

 

 Bon par contre, il y a pas de femmes intéressantes on remarquera... Du genre Agnes...

Link to comment

 Gérald Darmanin ministre de l’Action et des Comptes publics. 

 

 Un ancien de chez Vanneste. Il a donc toutes idées de la droite dure - qu'il a montré plutôt intelligemment face à Mélenchon - mais il a peut-être un peu de sa culture libérale. 

 

Bon on verra. 

  • Haha 1
Link to comment

BLM à l'économie, il avait notamment écrit

 

Quote

En premier lieu, il convient de recentrer l’Etat sur ses fonctions régaliennes à savoir la police, la justice, la défense, la diplomatie et l’éducation nationale. L’Etat ne peut plus tout faire, au risque de ne pas être performant, et doit se recentrer sur sa raison d’être. Contrairement à la révision générale des politiques publiques (RGPP) menée entre 2007 et 2012 qui a vu l’Etat gagner de nouvelles compétences, il conviendra de transférer certaines missions de l’Etat vers un autre acteur public mais également du secteur public vers le secteur privé. L’objectif de cette stratégie est double : 1) Améliorer la qualité du service public rendu par l’Etat et 2) Atteindre l’objectif de réduction de 100 000 fonctionnaires / an sur dix ans. Cet objectif global de réduction du nombre d’agents est compatible avec un un renforcement des moyens attribués aux missions régaliennes de l’Etat. Par ailleurs, si l’Etat en tant qu’acteur pourvoyeur de service public doit recentrer son action sur son cœur de métier, il en va également de « l'État actionnaire ». Est-ce son rôle de multiplier les participations qui ne présentent pas le moindre intérêt stratégique pour la puissance publique ? Ainsi, comme évoqué ci-dessus, une nouvelle doctrine de l’Etat actionnaire sera définie dès le début de la mandature afin que des cessions puissent être opérées d’ici 2022.

 

Ce n'est pas si mal, non ? 

  • Haha 1
Link to comment

Omg Bruno le Maire à l'économie.

 

Mais

 

Mais

 

Wat

 

Pour les gens fainéants comme moi :

Citation

Gérard Collomb, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur ;
Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la transition écologique ;
François Bayrou, ministre d’Etat, garde des sceaux ;
Sylvie Goulard, ministre des armées ;
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères ;
Richard Ferrand, ministre de la cohésion des territoires ;
Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé ;
Françoise Nyssen, ministre de la culture ;
Bruno Le Maire, ministre de l’économie ;
Muriel Pénicaud, ministre du travail ;
Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale ;
Jacques Mézard, ministre de l’agriculture et de l’alimentation ;
Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics ;
Frédérique Vidal, enseignement supérieur ;
Annick Girardin, ministre des outre-mer ;
Laura Flessel, ministre des sports ;
Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique chargée des transports ;
Marielle de Sarnez, ministre chargée des affaires européennes.

Quatre secrétaires d’Etat ont aussi été nommés :

Christophe Castaner : chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement ;
Marlène Schiappa : chargée de l’égalité des femmes et des hommes ;
Sophie Cluzel : chargée de personnes handicapées ;
Mounir Mahjoubi : chargé du numérique.

 
Link to comment

Sloterdijk : "Les Français ont choisi Macron pour se renouveler eux-mêmes"
 

Citation

 

Pour le grand philosophe allemand, "la France possède encore un esprit ouvert à la surprise et entre dans l'âge de raison". Une analyse optimiste.

 

[...]

 

Énarque, inspecteur des finances, conseiller de Hollande : pendant toute la campagne, ses adversaires ont pourtant voulu voir en Macron la reproduction du « même »  ?


Propagande. On ne peut pas le coincer dans ces fonctions. Ce n'est pas en sa qualité de conseiller de Hollande, d'énarque et certainement pas de banquier qu'il a gagné, mais en celle d'un homme porteur d'une vision. Pompidou avait, après tout, lui aussi travaillé pour la maison Rothschild… Est-ce blâmable  ? La BNP aurait-elle moins choqué  ? Chez Macron, il est beaucoup plus important qu'il ait été l'assistant du philosophe Paul Ricœur. Avec lui reviennent dans la politique française une idée et une pratique de la culture qui avaient déserté l'Élysée et même Matignon. Il y avait bien eu Dominique de Villepin, mais la flamboyance de ce corbeau blanc n'avait pas su s'imprimer durablement dans la psyché française. Macron marque aussi une autre rupture par l'âge. Pour la première fois, un président de la République français aura l'âge médian de la population française. Pour la première fois, en politique, âge et maturité ne coïncident plus. C'est aussi une certaine gérontocratie française que la victoire du nouveau président enterre. Ce qui ne l'empêche pas de s'exprimer, bien au-delà de son âge physique, avec une grande sagesse : ce n'est pas un as de la rhétorique vaine, mais il y a du médiumnique chez lui.

 

[...]

 

L'Union européenne, souvent étiquetée comme « ultralibérale » par un grand nombre de Français, vous semble-t-elle viable quand tant de gens la vouent aux gémonies  ?


Soyons réalistes  ! L'Europe continentale n'a jamais été ultralibérale, et encore moins la France, qui est une nation profondément étatisée reposant sur une fiscocratie ultraperformante. Avec un taux de prélèvements obligatoires de 44  % du PIB, il serait tout simplement aberrant de prétendre que le néolibéralisme est au pouvoir. L'agitation contre le néolibéralisme prétendument dominant n'est qu'une ruse de la rhétorique de gauche pour aller encore plus loin dans la direction du semi-socialisme réel. Le populisme de gauche et de droite qui sévit en France et dans le reste de l'Europe est l'expression d'un ressentiment devant la perte d'un certain nombre de privilèges qui ont été ceux de l'Européen des classes populaires depuis les années 1950. On profitait d'une sorte de « rente de civilisation » qui faisait que, quand on naissait en France ou en Allemagne, on avait des avantages considérables sur un compétiteur né en Inde ou en Chine. À l'époque, des ouvriers peu qualifiés pouvaient se permettre une maison, une voiture, une famille. On pourrait dire, à un moment précaire et intenable de l'évolution économique, qu'on se faisait payer pour le simple fait d'être français ou allemand. Comme le maître de Figaro chez Beaumarchais, on ne s'est longtemps donné que la peine de naître… au bon endroit  ! Avec le progrès de la mondialisation, la rente européenne se dissout. Les masses se mettent en colère contre leurs dirigeants, qui ne peuvent rien au fait que les autres nous rattrapent. L'anomalie de la rente de civilisation va disparaître peu à peu, c'est dans la logique des choses, même si vous me dites que vous êtes insoumis. Tant mieux, mais expliquez : insoumis à quoi  ? À la compréhension de la situation globale.

 

[...]

 

 

  • Yea 6
Link to comment

On m'explique l'utilité d'avoir divisé en deux le ministre de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieure ?

Idem pour le ministre de l'économie et des finances (mais ça c'est récurrent mais tout aussi contestable)

Et d'avoir fait du ministère de l'écologie un ministère d'Etat ?

 

Et toutes ces conneries habituelles : ministre des sports, outre mer, cohésion du territoire, papillon et arc en ciel...

 

Il y a moyen de ne garder que 6 ministères tbh.

Link to comment
3 minutes ago, Coligny said:

On m'explique l'utilité d'avoir divisé en deux le ministre de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieure ?

Idem pour le ministre de l'économie et des finances (mais ça c'est récurrent mais tout aussi contestable)

Et d'avoir fait du ministère de l'écologie un ministère d'Etat ?

 

Et toutes ces conneries habituelles : ministre des sports, outre mer, cohésion du territoire, papillon et arc en ciel...

 

Il y a moyen de ne garder que 6 ministères tbh.

Je continue encore à ne pas comprendre l'utilité d'un ministère des sports. Pareil pour la culture ou les planques comme "chargée de l'égalité homme*femme". 

  • Yea 1
Link to comment
2 minutes ago, Adrian said:

Deux LR à Bercy c'est pas très malin par contre.

Surtout Darmanin au budget qui, au sein de l'équipe gouvernementale, est un poste central. Ce n'est pas le plus convaincu de la droite, même s'il a signé hier un appel pour aller vers Macron. 

 

Enfin, je suppose que Macron sait ce qu'il fait. 

  • Haha 1
Link to comment
il y a 10 minutes, Jukebox a dit :

Je continue encore à ne pas comprendre l'utilité d'un ministère des sports.

Oui mais bon, là c'est Flessel.

Pour une fois que l'escrime est mis en avant.

  • Yea 5
Link to comment

Je me demande pourquoi avoir changé le Drian de place, il était bien là où il est.

Par contre Agnès Buzyn de la présidence de la haute Autorité de santé au ministère de la santé, je suis un peu circonspect. Le ministre qui vient du corps qu'il est sensé contrôler et qui est sensé le conseiller, et ou elle risque de revenir après c'est pas ma préférence.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 1 minute, FabriceM a dit :

Danone c'est une entreprise crony ou pas ?

A 100%.

 

Ca t'étonne encore qu'un ministre n'ai fait que dans le crony/public ?

 

Après on m'avait donné un argument pour cela. Le ministre c'est comme un secrétaire mais juste avec un nom plus classe et plus de contacts. Il a un plutôt bon CV de ce point de vue.

Link to comment
il y a 3 minutes, FabriceM a dit :

Danone c'est une entreprise crony ou pas ?

 

Car en dehors de cette boite, notre ministre du travail n'a oeuvré que dans le public, para-public ou le crony (dassault, orange, sncf ... )

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Muriel_Pénicaud

Et elle c'est la pire.

Je ne veux pas verser dans la diffamation mais elle est conne et imbue de sa personne.

C'est vraiment la grosse mauvaise nouvelle de ce gouvernement. Avec CameraMan à l'intérieur.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 7 minutes, Elphyr a dit :

A 100%.

 

Ca t'étonne encore qu'un ministre n'ai fait que dans le crony/public ?

 

Après on m'avait donné un argument pour cela. Le ministre c'est comme un secrétaire mais juste avec un nom plus classe et plus de contacts. Il a un plutôt bon CV de ce point de vue.

 

Merci pour l'info. Sinon, non, je ne suis pas étonné.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...