Jump to content
Bézoukhov

La French Tech et les start-ups gauloises

Recommended Posts

J'ai une question pour ceux qui s'y connaissent : c'est quoi les niches fiscales des entreprises en france, particulièrement dans la technologie ? Genre qu'est ce qu'il faut manigancer pour passer de 60% d'impôts à 20% et pouvoir survivre ? (j'sais pas si c'est le bon endroit pour demander ça )

Share this post


Link to post
Share on other sites
26 minutes ago, ttoinou said:

J'ai une question pour ceux qui s'y connaissent : c'est quoi les niches fiscales des entreprises en france, particulièrement dans la technologie ? Genre qu'est ce qu'il faut manigancer pour passer de 60% d'impôts à 20% et pouvoir survivre ? (j'sais pas si c'est le bon endroit pour demander ça )

JEI, CIR, projets de "recherche"...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le truc c'est pas de loger ses parts dans une EURL et ne les sortir qu'en cas de besoin ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, cedric.org a dit :

JEI, CIR, projets de "recherche"...

Merci. JEI pas mal mais seulement pour 2 ans. CIR faut voir la quantité de paperasse mais dans l'informatique ça doit être facile de remplir les critères donc cool. projets de recherches si c'est différent du CIR c'est quoi ?

 

il y a une heure, Bézoukhov a dit :

Le truc c'est pas de loger ses parts dans une EURL et ne les sortir qu'en cas de besoin ?

:( comprends pas. Faut bouger de l'argent un jour, pas des pourcentages

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, ttoinou a dit :

:( comprends pas. Faut bouger de l'argent un jour, pas des pourcentages

 

Mieux vaut gagner 4x 50k sur 4 ans que 1x 200k :) . Et pour faire ça, une société peut faire écran entre ton compte fiscal et tes activités. Elle peut aussi te permettre d'investir dans une autre boîte.

 

En tout cas, c'est ce que font les mecs que je connais qui ont vendu _o_.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aaaah ok. Bouger de l'argent dans plusieurs EURL :D. Sinon c'est pas très scalable ça se met pas trop à l'échelle ton truc, ça ressemble à de l'optimisation si tu as eu une année avec gros bénefs mais pas applicable si tu fais des gros profits et que ta société croît chaque année

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, ttoinou a dit :

J'ai une question pour ceux qui s'y connaissent : c'est quoi les niches fiscales des entreprises en france, particulièrement dans la technologie ? Genre qu'est ce qu'il faut manigancer pour passer de 60% d'impôts à 20% et pouvoir survivre ? (j'sais pas si c'est le bon endroit pour demander ça )

Le CIR, clairement. Tu peux monter de la "recherche" sur tout et n'importe quoi. La quasi-totalité des quants de mon ancienne boite étaient financés grâce à ce truc.

Développement de prototypes, veille technologique, "recherche d'application de recherche fondamentale" (ce qui peut recouvrir tout et n'importe quoi)...

il y a 19 minutes, Bézoukhov a dit :

Mieux vaut gagner 4x 50k sur 4 ans que 1x 200k :) . Et pour faire ça, une société peut faire écran entre ton compte fiscal et tes activités. Elle peut aussi te permettre d'investir dans une autre boîte.

 

En tout cas, c'est ce que font les mecs que je connais qui ont vendu _o_.

Oui mais

1) tu es assez limité sur ton horizon d'investissement

2) si c'est pour éviter l'ISF (ou l'IFI) tu as de fortes chances que le fisc consolide tout ça

3) avec le PFU c'est moins avantageux qu'avant : tu vas payer 60k sur tes 200k que tu les sortes en 1 fois ou 4 fois, autant les capitaliser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, Neomatix a dit :

) avec le PFU c'est moins avantageux qu'avant : tu vas payer 60k sur tes 200k que tu les sortes en 1 fois ou 4 fois, autant les capitaliser

 

Ah oui j’ai oublié ça :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, ttoinou said:

Merci. JEI pas mal mais seulement pour 2 ans. CIR faut voir la quantité de paperasse mais dans l'informatique ça doit être facile de remplir les critères donc cool. projets de recherches si c'est différent du CIR c'est quoi ?

 

:( comprends pas. Faut bouger de l'argent un jour, pas des pourcentages

Bah nan c'est 7.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, cedric.org a dit :

Bah nan c'est 7.

Apparemment les 8 ans c'est pour la date de création, après ça dure que 2 ans / deux exercices fiscaux. Remarque c'est vrai que c'est flou il n'y a pas marqué dans les conditions "ne pas avoir bénéficié des l’exonération avant" 🤔

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, ttoinou a dit :

J'ai une question pour ceux qui s'y connaissent : c'est quoi les niches fiscales des entreprises en france, particulièrement dans la technologie ? Genre qu'est ce qu'il faut manigancer pour passer de 60% d'impôts à 20% et pouvoir survivre ? (j'sais pas si c'est le bon endroit pour demander ça )

 

Je croyais tu vivais dans un paradis libéral nommé NZ ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jsuis un peu partout. La NZ est pas mal car si tu y es résident tu es exonéré de tout ce que tu produit que tu ne ramène pas en NZ pendant 5 ans mais c'était trop compliqué au final et pas assez adapté à ma situation.

 

Je réfléchis juste à moyen terme c'est toujours bien de connaître toutes les possibilités (jme dis que c'est pas possible que toutes ces entreprises survivent avec des impôts aussi élevés y'a un truc qui cloche :D), surtout qu'il y a de la bonne main d’œuvre ingés en france.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, ttoinou a dit :

Je réfléchis juste à moyen terme c'est toujours bien de connaître toutes les possibilités (jme dis que c'est pas possible que toutes ces entreprises survivent avec des impôts aussi élevés y'a un truc qui cloche :D), surtout qu'il y a de la bonne main d’œuvre ingés en france.

 

C'est la sélection par l'impôt. Les barrières et les contraintes sont telles en France que ne survivent que les meilleurs !

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/01/2018 à 16:22, Tramp a dit :

Le label made in France ça marche dans deux secteurs : la bouffe et le luxe. Et uniquement parce qu'il y a eu AVANT une excellence dans ces domaines.

 

Là on met littéralement la charrue avant les bœufs.

 

Ce que les politiques et journalistes appellent un bouillonnement entrepreneurial, j'appelle ça une mauvaise allocation massive de capital. 

 

Au contraire cette phase est préliminaire et en quelque sorte nécessaire. Ces foisonnement a aussi pour but de susciter des vocations et de former les talents français à l'art difficile de la création/développement de start-up. 

Les français sont  culturellement compétents sur des activités de management opérationnel et stratégique (de très bons ingénieurs y sont formés), mais les compétences et la culture "startup" étaient beaucoup trop limitées pour répondre à certains nouveaux enjeux business . 

 

Peu importe que la french tech se présente à Vegas avec des produits pourris, ça permet quand même aux français de se confronter à certaines réalités et difficultés de l'exercice dont les retours d'expérience serviront forcement à rationaliser les comportements et les offres. 

 

Dans ce milieu il faut échouer beaucoup pour apprendre, certains diront même que plus on échoue et plus on a de chance de réussir. Les français sont pas forcement plus cons que les autres et ont besoin ces périodes d'observation/tests/échecs leur seront bénéfiques; 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, nsn a dit :

Peu importe que la french tech se présente à Vegas avec des produits pourris

Il ne s'agit pas d'échouer ou de réussir je te tiendrais le même discours que toi sur l'échec ; il s'agit d'échouer ou de réussir avec son temps / argent / de l'argent prêté par un investisseur qui prends ses risques, ou du pognon gratuit public qui ruisselle

  • Yea 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
44 minutes ago, nsn said:

 

Au contraire cette phase est préliminaire et en quelque sorte nécessaire. Ces foisonnement a aussi pour but de susciter des vocations et de former les talents français à l'art difficile de la création/développement de start-up. 

Les français sont  culturellement compétents sur des activités de management opérationnel et stratégique (de très bons ingénieurs y sont formés), mais les compétences et la culture "startup" étaient beaucoup trop limitées pour répondre à certains nouveaux enjeux business . 

 

Peu importe que la french tech se présente à Vegas avec des produits pourris, ça permet quand même aux français de se confronter à certaines réalités et difficultés de l'exercice dont les retours d'expérience serviront forcement à rationaliser les comportements et les offres. 

 

Dans ce milieu il faut échouer beaucoup pour apprendre, certains diront même que plus on échoue et plus on a de chance de réussir. Les français sont pas forcement plus cons que les autres et ont besoin ces périodes d'observation/tests/échecs leur seront bénéfiques; 

 

 

Au contraire, je dirais que le fait de subventionner ce secteur (si tant est que le monde des start-ups représente un secteur) rend les choses totalement délirantes avec des start-ups qui n'auraient jamais du voir le jour ou qui auraient du se planter très tôt (fail early) qui vivotent pendant des années à coup d'argent public.

J'ai donné de nombreux exemples dans ce topic même.

 

La seule chose à faire pour réduire les barrières à l'entrée (psychologiques comme financières), c'est d'arrêter le délire bureaucratique ou il faut une armée de mecs juste pour remplir la paperasse correctement sans risquer de planter sa boîte à la moindre erreur, et d'arrêter le délire fiscal qui rend la situation de la plupart des boîtes en early stage non viable. Mais y rajouter par dessus ces deux éléments un troisième étatique créé un problème par dessus deux autres.

governmentdemotivator.jpeg?v=1554328256

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, cedric.org a dit :

Au contraire, je dirais que le fait de subventionner ce secteur (si tant est que le monde des start-ups représente un secteur) rend les choses totalement délirantes avec des start-ups qui n'auraient jamais du voir le jour ou qui auraient du se planter très tôt (fail early) qui vivotent pendant des années à coup d'argent public.

J'ai donné de nombreux exemples dans ce topic même.

 

La seule chose à faire pour réduire les barrières à l'entrée (psychologiques comme financières), c'est d'arrêter le délire bureaucratique ou il faut une armée de mecs juste pour remplir la paperasse correctement sans risquer de planter sa boîte à la moindre erreur, et d'arrêter le délire fiscal qui rend la situation de la plupart des boîtes en early stage non viable. Mais y rajouter par dessus ces deux éléments un troisième étatique créé un problème par dessus deux autres.

 

 

Je ne pense pas qu'il faille les considérer comme des subventions mais surtout comme des investissements. La BPI ne subventionne pas les projets en mais y investit au même titre que les autres fonds, avec une préférence tacite mais marquée pour les projets a haut potentiel commercial et pas uniquement technologique (comme le CIR).

 

Ces investissements et l’intervention publique ne sont pas vraiment nécessaires mais permettent d’accélérer le développement des compétences et la fréquence des tests/échecs sur le terrain. Sans eux trop peu de boites/personnes auraient la chance de pouvoir s'exercer à l'exercice aussi librement;, les retours d’expérience seraient moins nombreux,  la confrontation aux problématiques et l’apprentissage général beaucoup plus long etc. Surtout vu le niveau d'aversion au risque des français qui ont déjà du mal à prêter leur capital en bourse. 

 

Donc oui aujourd'hui les jeunes français veulent faire mumuse avec une startup cool mais n’empêche que ces gens se forment très vite à construire des projets viables, lever des fonds, monter et piloter des stratégies, à manager ,  appréhender des contextes internationaux etc tout cela de plus en plus jeune et dans un environnement tellement compétitif qu'on ne peut en attendre qu'une hausse de la productivité à moyen terme. 

 

J'ai bossé avec pas mal de ces primo entrepreneurs et même après un échec il y a une évolution indéniable tant dans leur état d'esprit que dans leurs compétences. Qu’ils continue à lancer des projets ou qu’ils redeviennent salariés, c'est évidemment un plus pour la productivité française, le rapport à l’entremise etc. 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, nsn a dit :

 

 

Ces investissements et l’intervention publique ne sont pas vraiment nécessaires mais permettent d’accélérer le développement des compétences et la fréquence des tests/échecs sur le terrain.

 

 

Tu connais les Shadoks?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Drake a dit :

Tu connais les Shadoks?

 

Oui pourquoi?

Share this post


Link to post
Share on other sites
22 minutes ago, nsn said:

 

Je ne pense pas qu'il faille les considérer comme des subventions mais surtout comme des investissements.

GUEST_2233bb5e-de0e-4669-a05e-455421d9ac

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, nsn a dit :

un environnement tellement compétitif

Si c'est faire compétition pour sucrer des subventions à quoi bon ?

il y a 43 minutes, nsn a dit :

qu'on ne peut en attendre qu'une hausse de la productivité à moyen terme

Pourquoi ?

 

 

Mais bon, je vois ce que tu veux dire dans l'ensemble. Après avoir des entrepreneurs compétents c'est pas un but en soi. On veut des bons produits qui répondent à la demande

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 53 minutes, nsn a dit :

 

Oui pourquoi?

Pour savoir s'il s'agissait de ta part d'une redécouverte indépendante de la logique Shadock suite à des recherches personnelles, ou d'une adoption consciente. 

 

Je pense naturellement au célèbre proverbe Sadock : "Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche..." qui me semble l'exacte transcription de "Ces investissements et l’intervention publique permettent d’accélérer la  fréquence des échecs sur le terrain."

 

fusee2.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, ttoinou a dit :

Si c'est faire compétition pour sucrer des subventions à quoi bon ?

Citation

Parce que le capital est limité et la sélection reste vertueuse. Il faut vraiment le vivre pour le comprendre mais ces fonds même publics sont loin d'être gratuits. Vous êtes brutalement challengé  mais aussi accompagné par un encadrement le plus souvent issu du privé. Ils ne sont pas la pour vous arroser d'argent public mais vraiment pour investir; 

 

il y a 27 minutes, ttoinou a dit :

 Pourquoi ?

 

Parce que c'est un moyen de de repositionner la France en terme de compétences. Traditionnellement nous sommes assez efficaces dans le managent stratégique et opérationnel notamment grâce à la qualité de la formation des ingénieurs. Ces ressources sont une vraie force dans une économie aux grands plans, prévisible voire administrée, avec une concentration de la production et du management sur des  sites industriels importants; ;Ces sites donnent de la visibilité sur le long terme et se prêtent facilement à la rationalisation. Management très vertical avec des ressources très spécialisées etc etc. 

 

Sauf qu'on le voit bien les structures organisationnelles sont en train de muter et demandent qlq ajustements structurels et culturels pour éviter le déclassement et la perte de valeur sur le territoire national. La valeur se créée moins dans les économies d'échelles des sites de production mais de plus en plus près du consommateur. et de l'acheteur La production se décentralise sou l'impulsion du numérique. N'importe lequel d'entre nous peut produire rapidement à grande échelle avec un capital modeste,, mais encore faut il qu'il en ait acquis les compétences, la culture, l’expérience. 

 

Tout ça pour dire qu'il y a des français qui ne sont pas plus bêtes que les américains/asiat mais qui ne savent pas encore produire dans un tel contexte. Ce genre d'initiatives permet de créer des expériences dont beaucoup tireront de réels enseignements & qui permettront de viser de plus en plus juste. La maîtrise des langues et cultures, des nouvelles méthodes de management/marketing etc tout cela va infuser en France et on peut s'attendre a de meilleurs produits et services (Français)  pour des prix toujours plus bas,donc à une hausse de la productivité. 

 

Alors oui la start up n'est pas la panacée, mais beaucoup de français doivent jouer avec, l'essayer,, la comprendre et l'adopter 

 

Je ne suis pas spécialement pour la BPI mais le capital risque n'est pas a la hauteur en France même si les choses changent. Ça changera surement encore plus avec la montée en compétence de entrepreneuriat français. 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
25 minutes ago, nsn said:

Parce que le capital est limité et la sélection reste vertueuse. Il faut vraiment le vivre pour le comprendre mais ces fonds même publics sont loin d'être gratuits. Vous êtes brutalement challengé  mais aussi accompagné par un encadrement le plus souvent issu du privé. Ils ne sont pas la pour vous arroser d'argent public mais vraiment pour investir; 

 

L'État stratège dans toute sa grandeur qui investit dans le slip connecté pour te challenger, quoi. Ca va bien se terminer.

 

25 minutes ago, nsn said:

Parce que c'est un moyen de de repositionner la France en terme de compétences.

La France manquait cruellement de compétences dans le slip connecté.

 

28 minutes ago, nsn said:

Sauf qu'on le voit bien les structures organisationnelles sont en train de muter et demandent qlq ajustements structurels et culturels pour éviter le déclassement et la perte de valeur sur le territoire national

 

Donc il faut investir dans le slip connecté.

 

28 minutes ago, nsn said:

Tout ça pour dire qu'il y a des français qui ne sont pas plus bêtes que les américains/asiat

C'est vrai ça, les américains/asiats n'ont pas de slip connecté, il faut que ça change.

 

 

 

Plus sérieusement, j'aimerais bien comprendre la logique que tu tiens, qui est la logique dominante : les américains ont l'esprit start-up et ça marche vachement bien sans investissement public, donc on va donenr à la France l'esprit start-up et ça va marcher vachement bien en arrosant de pognon.

  • Yea 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, cedric.org a dit :

C'est vrai ça, les américains/asiats n'ont pas de slip connecté, il faut que ça change.

 

 

 

Plus sérieusement, j'aimerais bien comprendre la logique que tu tiens, qui est la logique dominante : les américains ont l'esprit start-up et ça marche vachement bien sans investissement public, donc on va donenr à la France l'esprit start-up et ça va marcher vachement bien en arrosant de pognon.

 

Ce qui compte c'est moins l'originalité des produits mais bien le développement d'un écosystème, d'une culture et du'ne expérience qui permettront  de répondre  à certains enjeux contemporains, et de permettre aux générations futures de créée plus de richesse dans la nouvelle économie. Il faut voir plus loin que le slip connecté ou le coussin péteur connecté qu'on vous expose dans la presse; Certaines initiatives vous paraissent ridicules mais des gens intelligents sauront en tirer des enseignements utiles. 

Accessoirement les américains et les asiat ont aussi eu leur lot de tentative de commercialisation de produits loufoques. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, nsn a dit :

Ce qui compte c'est moins l'originalité des produits mais bien le développement d'un écosystème

L'écosystème du slip connecté ? genre ton médecin a accès aux infos de tes parties privées

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, nsn a dit :

mais le capital risque n'est pas a la hauteur en France

 

… en effet, car dans "capital risque" il y a "capital", ce qui est mal, et donc découragé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, L'affreux a dit :

 

… en effet, car dans "capital risque" il y a "capital", ce qui est mal, et donc découragé.

même chose pour "risque", c'est mal, et donc découragé en France, plus qu'ailleurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...