Aller au contenu
FabriceM

Aujourd'hui, en France

Messages recommandés

Je ne pense pas que ce soit les surveillants qui décident du niveau de sécurité des prisonniers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Adrian a dit :

Je ne pense pas que ce soit les surveillants qui décident du niveau de sécurité des prisonniers.

 

Tu as même la conclusion de l'enquête avant que celle-ci ne commence : le prisonnier n'avait pas le bon niveau de sécurité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après, c'est sur que comparé au harcèlement de rue, ça reste supportable.

 

Huit personnes ont été présentées devant le juge d’instruction, jeudi 11 janvier 2018, pour séquestration et actes de torture et de barbarie d'un jeune homme de 19 ans, a priori handicapé mental, à Bolbec (Seine-Maritime). Elles ont été mises en examen dans la nuit de jeudi à vendredi.

 

https://www.google.fr/amp/s/www.ouest-france.fr/normandie/torture-bolbec-une-information-judiciaire-ouverte-5494168/amp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toute démission est évidemment exclue :

 

Le Monde - Favoritisme à l’INA : Mathieu Gallet condamné à un an de prison avec sursis

Condamné en tant qu’ancien président de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), l’actuel président de Radio France fait appel du jugement

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/01/15/favoritisme-a-l-ina-mathieu-gallet-condamne-a-un-an-de-prison-avec-sursis_5241947_3236.html

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut-être un espoir :

 

Le Monde - Pour la ministre de la culture, le maintien de Mathieu Gallet à Radio France n’est pas « acceptable »

Condamné pour favoritisme en tant qu’ancien président de l’INA, M. Gallet a fait appel

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/01/16/pour-la-ministre-de-la-culture-le-maintien-de-mathieu-gallet-a-radio-france-n-est-pas-acceptable_5242286_3234.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A propos des mouvements sociaux des gardiens de prison, il est signalé, comme par hasard,  une autre agression ce jour dans une autre prison.

Je fais le rapprochement avec ces agents contrôleurs de la SNCF qui, il y a quelques années avaient monté une fausse agression, pour obtenir de nouveaux avantages de leur direction.

Croyez vous qu'ils puissent être assez roublards vis à vis de leur ministère de tutelle,  pour en arriver là ?

 

XVM21df2e58-f9e0-11e7-b32a-91b1e9319fc4.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça dépend des statistiques des agressions. Si t'en as une en moyenne tout les 3 jours, c'est possible que l'agression soit réelle et qu'ils se bornent à la mettre en avant, non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

euhhh ca me parait une approche completement conne sauf votre respect.On croit des folles  hysteriques qui racontent s'etre fait tripoter, mais des gardiens de prison seraient roublards ? WTF ?

les agents ratp montent une fausse agression ? ca doit etre qu'ils ne se font jamais agresser ? vous savez combien d'agents RATP j'ai vu se faire peter la gueule lors du moindre controle ?  wtf ?  autruche much ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Brock a dit :

On croit des folles  hysteriques qui racontent s'etre fait tripoter, mais des gardiens de prison seraient roublards ?

 

https://www.google.fr/amp/s/www.rtl.fr/actu/politique/absenteisme-prime-illicite-la-cour-des-comptes-accable-la-gestion-du-personnel-des-prisons-7782429978/amp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Brock a dit :

 

gestion du personnel et agression c'est pas pareil

 

Les gars touchent du pognon illégal, sont hyper syndiqués, sont fonctionnaires, ne viennent pas bosser et vu tous les trucs qui entrent dans les prisons, il doit y en avoir un paquet de corrompus.

 

Ca rend l'hypothèse roublard tout à fait possible. Après ce n'est pas la mienne.

 

La mienne c'est que s'ils commençaient par venir tous travailler comme prevu les petits copains seraient moins débordés et leur tâche serait plus facile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Tramp a dit :

 

Les gars touchent du pognon illégal, sont hyper syndiqués, sont fonctionnaires, ne viennent pas bosser et vu tous les trucs qui entrent dans les prisons, il doit y en avoir un paquet de corrompus.

 

Ca rend l'hypothèse roublard tout à fait possible. Après ce n'est pas la mienne.

 

La mienne c'est que s'ils commençaient par venir tous travailler comme prevu les petits copains seraient moins débordés et leur tâche serait plus facile.

 

Qui de la poule ou de l’œuf est apparu le premier?


Si leurs conditions de travail sont vraiment inhumaines, les anomalies constatées coté gestion du personnel ne sont que la résultante de cette situation. Bien sûr cela reste inexcusable mais ce serait, pour le moins, explicable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui, la fameuse degradation des conditions de travail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Tramp a dit :

Ah oui, la fameuse degradation des conditions de travail.

 

Oui celle là même. Avec des détenus de plus en plus nombreux, de moins en moins de moyens, etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Loi a dit :

 

Oui celle là même. Avec des détenus de plus en plus nombreux, de moins en moins de moyens, etc.

 

C'est comme à l'école et à l'université : des élèves de plus en plus nombreux et de moins en moins de moyen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La discussion sur les chatiments corporels envers les enfants a été séparée de ce fil. Merci de poursuivre la bas et d'élever le niveau de débat.

 

 

Note : Effet secondaire du splitt, certaines parties de messages parlant des prisons ont été "déracinées".

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
16 hours ago, Tramp said:

 

C'est comme à l'école et à l'université : des élèves de plus en plus nombreux et de moins en moins de moyen.

 

ben il me semblait que les prisons etaient remplies etc etc

je veux bien taper sur les fonctionnaires qui glandent, mais les gardiens de prisons...je sais pas...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Brock a dit :

 

ben il me semblait que les prisons etaient remplies etc etc

je veux bien taper sur les fonctionnaires qui glandent, mais les gardiens de prisons...je sais pas...

 

Mais les universités et écoles aussi sont remplis. Ils en sont à tirer au sort qui peut y aller tellement y a plus de place.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je trouve toute cette argumentation pas convaincante sorry

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Brock a dit :

je trouve toute cette argumentation pas convaincante sorry

 

Et maintenant :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gorafisation complète : https://www.lci.fr/sante/les-cotons-tiges-bientot-interdits-a-la-vente-pourquoi-nos-oreilles-s-en-porteront-mieux-conseils-orl-2075602.html

 

 

Interdiction des cotons tiges en 2020. Trop dangereux. J'imagine qu'on a retrouvé des usines de cotons tiges à Raqa et qu'ISIS voulait s'en servir pour commettre des attentats sanglants.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.liberation.fr/debats/2018/01/17/les-parents-dechires-par-l-ecole_1623163

 

Citation

«Je ne veux pas sacrifier mon enfant à mes idéaux !» L’entrée en sixième sonne souvent comme un défi pour les familles installées dans les quartiers mélangés. Entre convictions solidaires et souci de protéger sa fille ou son fils, le choix prend des allures de dilemme intime.

  •  
     
     Les parents déchirés par l’école

C’est un iceberg que personne ne voit venir. Qui met à l’épreuve, parfois violemment, dans les familles de gauche, des valeurs qui semblaient ancrées pour la vie. Une déchirure intime, un rite de passage citoyen et politique, la première occasion majeure, souvent, de confronter ses actes à son discours politique. L’aîné entre en sixième.

Ceux qui y sont confrontés étaient partis gentrifier les quartiers populaires, ils s’étaient éloignés du centre-ville parce que l’immobilier n’y était plus accessible, ils aimaient croiser leurs voisins d’origine et de classe sociale diverses le dimanche matin au marché. Ils comprennent désormais que vivre dans le quartier, dans cette banlieue, c’est aussi faire grandir les enfants ensemble. Mais le collège public du secteur a mauvaise réputation. Dans les palmarès des meilleurs collèges, il est moins bon que celui du pâté de maisons d’à côté. D’année en année, les collégiens n’y reflètent plus vraiment la diversité du quartier. Parfois même, il est devenu un «collège ghetto», tant de nombreux parents ont déjà préféré l’éviter à leurs enfants. Dans les dîners entre copains, dans les familles et au sein du couple, les discussions se tendent. Puis il y a cette phrase qui résume tout : «La mixité sociale ne se fera pas sur le dos de ma fille !» Un cri de désespoir que le philosophe Patrick Savidan comprend bien : «Parce qu’il n’a pas pris au sérieux le problème de la mixité à l’école, l’Etat met les parents en demeure de choisir entre leur enfant et la solidarité.» En septembre, une tribune publiée dans Libération, «A mes amis qui trichent avec la carte scolaire», avait suscité de nombreuses réactions, tant de la part des «tricheurs» que de parents excédés par les petits arrangements de leurs voisins.

Comment articuler, au plus profond de soi, cette décision de ne pas scolariser son enfant dans le quartier, quand on se réclamait en primaire de l’esprit laïque de l’école de la République, et qu’on se faisait élire représentants FCPE aux conseils d’école ? Comment justifier quotidiennement ce grand écart entre le dire («je pense qu’il est important que chacun s’engage pour lutter contre les inégalités») et le faire («je préfère garantir à mon enfant un entre-soi rassurant») ?

LIRE AUSSI L'INTERVIEW DE L'ÉCONOMISTE ERIC MAURIN«Il n’y a aucun bénéfice scolaire à aller dans le lycée le plus réputé»

La mort dans l’âme

Certains parents, lucides, assument d’avoir fait le deuil de certaines convictions et expliquent, sans fierté mais sans faux-semblants, avoir établi, la mort dans l’âme, une priorité : mon enfant vaut plus que mes principes. D’autres tentent la quadrature du cercle et plaident le cas particulier. Le petit dernier est trop «fragile». Le grand s’est pris d’une soudaine passion pour le tuba… ça tombe bien, le collège réputé d’à côté propose justement une option instruments à vent. Ou, version plus politique : «Tant que le privé ne sera pas contraint à jouer le jeu de la mixité, pas de raison que je le fasse (et en attendant, je mets mon enfant dans ledit privé)». Entre les mots, il s’agit de se persuader qu’on est toujours de gauche. Qu’on pense toujours «bien». «Des parents qui ont toujours joué le jeu du public et de la mixité se retrouvent dans certains quartiers face à un choix cornélien - ghetto ou privé - à cause d’un manque de coordination de la puissance publique, estime Julien Grenet, enseignant à l’Ecole d’économie de Paris, qui a participé au projet de multisectorisation mis en place à la rentrée dernière à Paris visant à casser certains ghettos scolaires. On ne peut pas leur en vouloir de dire non. Ce qui est choquant, c’est que certains parents, très armés intellectuellement, s’aveuglent et nient la ségrégation avec de faux arguments.»

Il faut souvent que le sujet arrive sur la place publique pour qu’on prenne conscience de ses contradictions… dans le regard des autres. Philippe Darriulat, adjoint PS aux affaires scolaires de la mairie du XVIIIe y est constamment confronté. Entre la très chic avenue Junot et les difficultés sociales de la porte Montmartre, l’arrondissement est sans doute, à Paris, celui où le grand écart est le plus net. Du coup, toute modification, même marginale, de la carte scolaire prend une dimension quasi traumatique. «Quand j’ai voulu envoyer 30 élèves plutôt favorisés de l’autre côté du boulevard Barbès car leur établissement était plein, ça a été le branle-bas de combat et les menaces judiciaires. Les parents ont finalement alerté la presse, et là, effet boomerang. Ils ont compris que leur combat n’était pas si consensuel…» Tout à leur combat de vouloir le mieux pour leurs enfants, ils n’avaient pas perçu que, cette fois-là, aux yeux des leurs, ils n’étaient pas du bon côté.

«Injonctions contradictoires»

«Les parents se trouvent pris dans un tissu d’injonctions contradictoires. Ce ne sont pas des égoïstes ni de mauvais citoyens. Mais ils tranchent désormais en faveur d’une solidarité restreinte, la solidarité intergénérationnelle en faveur de leur enfant, au détriment d’une solidarité publique», analyse Patrick Savidan, qui a justement consacré un livre à ces choix terribles, Voulons-nous vraiment l’égalité ?(Albin Michel, 2015) : comment se fait-il qu’en France, où la passion de l’égalité est bien réelle, nous optons pour des choix (contourner la carte scolaire, «optimiser» ses impôts…) qui creusent les disparités sociales ? Le philosophe, professeur de philosophie politique à l’université Paris-Est - Créteil et président de l’Observatoire des inégalités, a un joli mot pour résumer ces mauvais choix : l’akrasia. «En philosophie, depuis l’Antiquité, c’est une faiblesse de la volonté. Agir de manière contraire à ce qu’on sait être le meilleur. Ce n’est pas vraiment immoral, pas vraiment irrationnel, c’est le résultat d’une injonction contradictoire. Il serait trop facile de dire que les parents sont hypocrites. La question importante c’est : pourquoi ?»

L’obsession du «bon choix»

Les pratiques d’évitement et les déchirements intérieurs qui en résultent ont explosé dans les années 90, dans les zones pavillonnaires périphériques, selon le géographe Michel Lussault, ancien président du Conseil supérieur des programmes (CSP). «Les milieux bourgeois, eux, avaient déjà depuis longtemps l’habitude d’envoyer leurs enfants dans le privé, précise le chercheur. Progressivement, le phénomène va toucher les classes moyennes salariées des banlieues et des grandes villes, comme Paris ou Lyon, qui, historiquement, ont été à la base du pacte social à la française et qui ont apporté leur voix à la gauche au nom des valeurs de mixité et d’ascension sociale.» Le manque de mixité des établissements n’est pas dû, au départ, aux parents, mais aux stratégies de l’Etat, précise le géographe. «La politique de la ville a spécialisé certains territoires dans l’accueil des populations défavorisées. Les collèges et les écoles se sont homogénéisés et ségrégués.» Par leur stratégie de fuite, les parents n’ont fait qu’accentuer le mouvement… Le problème, c’est que ces choix individuels ont, à leur tour, produit une situation collective désastreuse. La ségrégation aujourd’hui est devenue tellement ancrée en milieu scolaire, qu’on a de moins en moins mauvaise conscience à y participer. «Les écoles maternelles sont encore très mixtes, constate Julien Grenet. Mais chaque année, durant la primaire, il y a une petite déperdition. Et à l’entrée au collège, ça bugue.»

Dans tous les milieux désormais, qu’ils optent pour le privé catholique ou l’école Montessori, faire le «bon choix» pour l’avenir de son enfant est devenu une obsession. Plus encore depuis que le chômage est devenu massif. «L’école est considérée comme la dernière assurance contre les déconvenues de la vie professionnelle, rapporte Michel Lussault. Un outil de conservation de son statut social, dans un contexte de lutte farouche pour atteindre les meilleures places.» Chaque parent devient un entrepreneur stratège, et les familles soumettent leurs croyances et leurs valeurs à la nécessité de faire réussir leur enfant. Elles n’ont pas totalement tort : la France est toujours le pays européen où le diplôme est l’élément le plus déterminant pour entrer sur le marché du travail, mais aussi pour l’ensemble de sa carrière, comme le rappelle Patrick Savidan : «Les familles ne considèrent plus l’Etat comme un partenaire fiable ni efficace. A l’inverse des années 60, elles ont l’impression que leurs efforts au service de la collectivité ne leur seront pas rendus à la même hauteur. Ils préfèrent reprendre en main les leviers de la solidarité et la réorienter vers leur enfant en investissant dans le privé ou les cours de soutien.»

Au cœur du choix des parents torturés - et en tête de leurs justifications - l’argument du niveau scolaire a parfois cédé la place à celui de la sécurité affective et l’intégrité psychologique de l’enfant. L’enfant est devenu une «valeur surplombante, sacralisée», commente Michel Lussault. Il n’est plus envisageable aujourd’hui qu’un enfant rentre en pleurs de l’école parce qu’un grand l’a embêté : «La moindre contrariété scolaire justifie l’évitement», regrette-t-il.

LIRE AUSSI LA TRIBUNE DU COLLECTIF APPRENDRE ENSEMBLELaisser les enfants apprendre ensemble dans leur quartier

«Forteresse assiégée»

Maintenant que le cercle vicieux de l’évitement scolaire tourne à plein régime, «l’idée qu’il est normal de privilégier l’entre-soi est devenue dominante, explique le géographe. La vision de l’école comme un lieu de confrontation et de différence n’est plus acceptée.» Les expérimentations menées pour réintroduire de la mixité dans les collèges se confrontent immanquablement, au départ au moins, à une crispation de principe. «On est arrivé à un tel écart entre certains collèges, qu’on a du mal à revenir en arrière et à réintroduire du mélange, confirme l’économiste Julien Grenet. Les traditions pédagogiques se sont éloignées entre les établissements, et l’hostilité est palpable : il existe un sentiment de propriété. "Qu’est-ce que vous voulez faire avec NOTRE école ?" Les parents vivent souvent les projets de réintroduction de la mixité sur le mode de la forteresse assiégée.»

Or, malgré les représentations véhiculées dans l’imaginaire collectif, la mixité, ce n’est pas forcément le ghetto. «L’opacité de l’Education nationale sur ses statistiques joue aussi sur les représentations des parents», estime Julien Grenet. Si l’effort était mieux réparti, il ne s’agirait en fait, par exemple à Paris, que d’introduire trois ou quatre élèves défavorisés par classe dans les établissements où il n’y en a aucun, ce qui, au-delà du défi de la réforme du système d’affectation, ne semble pas insurmontable au quotidien.

En filigrane, c’est sans doute une autre question qui taraude les parents les plus déchirés : celle du racisme, au moins social. «Dans cet entre-soi qu’on veut privilégier, il y a une dimension raciale évidente», note sans détour Michel Lussault. «Une tendance au repli, oui, une peur de l’autre sans doute, mais du racisme, pas vraiment», nuance Philippe Darriulat. Une large part de l’évitement scolaire repose sur la base de représentations, d’images et de fantasmes. «On cherche à éviter certains groupes sociaux réputés néfastes, estime Patrick Savidan. Il faut être dans les bonnes tendances, il faut se coller dans le groupe qui, à tort ou à raison, paraît le plus porteur et se tenir à l’écart de celui qui semble pouvoir perturber la dynamique… Tout le monde veut l’ascenseur social, mais pas pour celui de l’étage du dessous. Dans toutes ces craintes, il peut y avoir du racisme. Mais au fond, pas besoin d’être raciste pour être partie prenante de cette ségrégation grandissante.»

Ne pas être généreux tout seul

Jouer sur la fibre morale ne suffira pas pour progresser sur le chemin de la mixité scolaire. Sans doute faudra-t-il accepter que les parents ne joueront le jeu de la carte scolaire que s’il leur profite : collèges défavorisés encore mieux dotés, classes très allégées, bonus pour l’affectation en lycée, options rares dispensées prioritairement dans les établissements délaissés (lire ci-contre)… Une façon d’accepter que l’intérêt collectif, s’il veut progresser, doit parler à l’intérêt particulier.

Très impliqué dans la bisectorisation entre les collèges Coysevox (plutôt pas trop mal loti) et Berlioz (plus difficile) dans le XVIIIe à Paris, Philippe Darriulat a souvent été confronté à l’inquiétude, voire à la colère, des parents. «On peut dire ce qu’on veut, ce qui a le plus de poids, c’est la parole des parents et des enfants qui ont joué le jeu. C’est le discours de pair à pair, le plus utile. Pas celui de l’expert, ni celui du politique.»

Personne n’a envie d’être généreux tout seul. Des associations de parents, comme, à Paris, Apprendre ensemble (lire ci-contre), tentent de faire entendre d’autres arguments : faire l’expérience d’une école diverse et moins déconnectée des réalités sociales peut être un atout, bien plus tard, sur le marché du travail. Si les familles jouent le jeu toutes ensemble, personne n’est perdant : une façon de résoudre le fameux dilemme du prisonnier.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Bisounours a dit :

@fryer

cet article a été posté dans le sujet éducation :) 

 

Meuh. Mais tant pis ça fera doublon :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

Un nouveau jeu, nauséabond, fait son apparition, via les réseaux sociaux, dans les établissements scolaires de nos rejetons. Les élèves appellent ça le « jeu de l’olive ». Le principe : mettre un doigt dans l’anus de son camarade, à travers ses vêtements. Très finaud et surtout, interdit. Un lycéen de 18 ans l’a appris à ses dépens…

 

Mardi soir, il a été jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel du Val de Briey. Lui qui, jusqu’ici, avait un casier judiciaire vierge. Inconnu de la justice, Christopher a placé son doigt entre les fesses d’un copain d’internat, lors d’une séance de musculation. Cette agression sexuelle, selon la lecture du Code pénal, s’est produite jeudi dernier au lycée Jean-Zay de Jarny. L’élève était en train de ramasser un haltère quand le prévenu a commis son geste.

 

Hurlements de douleur de la victime, qui s’est roulée par terre. Christopher pensait rire de sa blague de potache, il déchante très vite : garde à vue de 48 heures, défèrement devant le procureur puis jugement dans la foulée dans la « cour des grands ».

 

« Je ne pensais pas que ça aurait de telles conséquences, c’était de la taquinerie », dit, du bout des lèvres, Christopher. Bon élève de terminale bac pro, futur étudiant en BTS, le jeune homme a été marqué par son passage en cellule. « C’était vraiment dur », souffle-t-il, au bord des larmes.

 

Les magistrats lui rappellent l’extrême gravité de son geste. « Mettre son doigt dans l’anus de quelqu’un, c’est un acte sexuel. C’est comme une fellation. Et lorsque cela se produit sans le consentement de la personne, c’est un viol. »

 

Me Lorentz, pour Christopher, souligne l’absence de caractère sexuel. Aucun désir de la part de son client. « C’est juste un gamin immature ». Le lycéen est relaxé pour l’agression sexuelle. Il est néanmoins condamné pour violences dans un établissement scolaire et écope de 35 heures de travail d’intérêt général

 

 

35h de TIG pour une agression sexuelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"nouveau" 

 

 

Un journaliste c'est un mec qui découvre le monde 20 ans après ses lecteurs 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Librekom
      avec surcis
       
      https://nypost.com/2017/08/25/man-gets-three-months-in-prison-for-liking-a-photo-on-facebook/
       
       
       
    • Par Librekom
      http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3241616/2017/08/25/L-ex-patron-francais-de-la-lutte-antidrogue-inculpe-pour-trafic-de-stupefiants.dhtml
       
       
    • Par Tramp
      Les TAAF sont une collectivité d'Outre-Mer divisée en 5 districts : l'Archipel du Crozet, les Kerguelen, les Îles Éparses de l'Océan Indien (autour de Madagascar), les Îles St Paul et Amsterdam et enfin la Terre Adélie en Antarctique.
      Le budget des TAAF est de 28 millions d'euros dont environ 75% de ressources propres (droits de pêche, location du bateau aux expéditions scientifiques, tourisme et philatélie). Ce sont des réserves naturelles ce qui limite leur valorisation et, avec le traité de l'Antarctique, la situation de la Terre Adélie est encore pire (l'exploitation minière y est interdite).
      Les 5 districts sont très différents de part leur topologie, leur situation géographique, leur climat et la faune et la flore.
      On pêche la légine aux Crozets et à Kerguelen, on pratique aussi le braconnage d'orques aux Crozets (une autre source de revenus potentielle), la langouste à St Paul et Amsterdam et enfin le thon autour des Îles Éparses. Les recettes de tourisme sont en baisse mais on ne peut pas dire que les destinations reçoivent particulièrement de publicité et les prix sont assez prohibitifs (compter enter 8500 et 16000 euros pour participer à une rotation du Marion Dufresne).
      Sans surprise. la Cour des Comptes émet quelques réserves sur leur gestion : https://www.ccomptes.fr/Publications/Recherche-avancee/(filters)/root-parent_juridiction_s:Cour%20des%20comptes$root-keywords_k:terres%20australes%20et%20antarctiques%20fran%C3%A7aises;TAAF
      À mon avis la bonne politique pour ces territoires serait de les privatiser. Pour cela, je suggère de transférer la propriété des terres, les droits de pêche et les droits miniers à une ou plusieurs fondations et de retirer le statut légal de réserve naturelle. Ces fondations auraient pour mission la préservation, l'étude et la valorisation des TAAF. On pourrait créer une fondation par district (ou pas), rien n'empêcherait par la suite qu'elles travaillent en commun. L'avantage d'une fondation, outre sa durée de vie théoriquement illimitée, c'est qu'elle n'a pas d'actionnaires à rémunérer, les bénéfices sont donc soit réinvestis, soit épargnés ce qui permet une gestion durable. Les TAAF possèdent déjà une réserve d'une dizaine de millions d'euros qui pourraient éventuellement au départ être abondée par l'État pour leur donner un peu de visibilité à court terme.
      La situation de la Terre Adélie est plus compliquée à cause du traité de l'Antarctique qui gèle les revendications territoriales des 7 États qui en ont fait (Australie, France, Nouvelle-Zélande, Norvège. Chili, Argentine, UK). Cependant. la France, l'Australie, la Norvège et la Nouvelle-Zélande ont des revendications qui ne sont pas disputées (alors que Chili, Argentine et UK se disputent). Ces pays auraient donc intérêt à sortir du traité ou à le renégocier pour permettre une meilleure valorisation de ces territoires (à la rigueur, on peut conserver l'interdiction de le transformer en poubelle nucléaire et surtout d'y faire des essais d'armes et de le militariser).
      Ce n'est pas un règlement parfaitement libéral mais ça me semble politiquement acceptable - pour l'opinion - et permettrait de sortir du giron de l'État une grande superficie de territoire qui n'est pas particulièrement bien géré (et surtout gérées tout à fait en loucedé).
    • Par Librekom
      Faut quand avouer qu'en matière de Gifles, Bayrou avait plus de classe!
       
      http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3057040/2017/01/17/Manuel-Valls-gifle-en-Bretagne.dhtml
       
       
    • Par Cugieran
      Pour récompenser un groupe qui a présenté des comptes truqués, l'Etat est là.
       
      http://www.lefigaro.fr/societes/2016/12/16/20005-20161216ARTFIG00178-l-etat-va-preter-70-millions-d-euros-a-william-saurin-garbit-et-madrange.php
       
      PS : ne me remerciez pas pour le titre, ça me fait plaisir.
×