Jump to content

Aujourd'hui, en France


Recommended Posts

il y a une heure, Zagor a dit :

beaucoup de gens en France ont vu de leur propres yeux des incivilités

 

C'est cette résonnance avec des faits vécus qui importe.

L'insécurité en France, c'est un truc qui est intégré dans le comportement des gens, qui existe dans la vie de tous les jours ou presque...

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Hayek's plosive a dit :
 

 

 

Plus on en apprend, moins on en sait, héhé :

 

Révélation

Trois espions, un expert en faux documents, un spécialiste de la sécurité rapprochée et… une coach-hypnotiseuse. Tels sont, selon nos informations, les protagonistes du très mystérieux projet d'assassinat impliquant des agents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), déjoué le 24 juillet à Paris. Une affaire sensible aux relents de « barbouzerie » dont l'enquête commence à dévoiler ses secrets. Sans pour autant répondre à la question cruciale : qui a commandité cette opération?

Les espions pris en flagrant délit

Cette nuit du 23 au 24 juillet, deux jeunes hommes circulent à bord d'une voiture volée, maquillée par une fausse plaque d'immatriculation, dans les rues de la capitale. Tous deux auraient dérobé le véhicule un peu plus tôt porte de Vincennes en brisant l'une des vitres. Ils se dirigent droit vers un quartier pavillonnaire de Créteil (Val-de-Marne) puis stationnent devant une résidence, à l'affût des mouvements d'une habitante. Leur comportement est semble-t-il suffisamment louche pour qu'un voisin de la femme épiée appelle la police au petit matin et signale des « rôdeurs »… Cet appel fortuit apparaît officiellement comme l'élément déclencheur de l'enquête.

Arrivés sur place à 8h20, les policiers contrôlent les deux suspects. Et passent de surprises en surprises. Ils trouvent sur eux des gants, des couteaux de l'armée et, dans le véhicule côté passager, un sac rouge contenant un pistolet 9 mm avec une cartouche chambrée. Placés en garde à vue, les deux « rôdeurs » s'identifient comme Pierre B. et Karl E., 28 et 25 ans, deux agents du « service action » de la DGSE. Soit le département le plus sensible des services secrets auquel on attribue la réalisation des assassinats clandestins à l'étranger avec l'aval officieux de l'Etat. Mais les deux camarades de chambre, tout juste rentrés dans « la boîte », auraient plus spécifiquement des missions de surveillance et de protection de sites militaires. « Mais ce ne sont pas que des plantons ! », confie un fin connaisseur de l'affaire.

Une mission officielle ?

Conduits dans les locaux de la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle de Paris en raison de leur habilitation secret-défense, les deux caporaux font une révélation fracassante : ils seraient en mission officielle pour la DGSE. Pierre B. affirme qu'ils ont reçu l'ordre d'éliminer par arme à feu une femme de 54 ans domiciliée à Créteil. Il s'agit d'une psychothérapeute, maître en hypnose et spécialiste du coaching en entreprise. Le meurtre devait être commis le matin même. Karl E., lui, dit qu'il ne connaît pas tous les tenants et aboutissants mais qu'il s'agit de sa première mission sur le terrain. Les géolocalisations de leurs téléphones démontrent a posteriori plusieurs repérages près du domicile de cette femme en apparence sans histoire les semaines précédentes.

Aux enquêteurs, les deux militaires répètent que leur hiérarchie va les sortir de cette garde à vue qui, à leurs yeux, n'est qu'un malentendu. Jusqu'à ce que les policiers les emmènent dans leurs chambres du centre parachutiste d'entraînement spécialisé (CPES) de Saran (Loiret) - l'un des sites du service action de la DGSE - afin d'y mener des perquisitions. Aucun gradé ne s'interpose ou ne vient à leur secours…

Les deux agents ont-ils menti pour couvrir un litige privé, comme les premières indications le laissaient penser ? L'enquête n'a mis au jour aucun lien direct ou indirect entre les suspects et la quinquagénaire. Ont-ils été payés par une tierce personne pour mettre à exécution l'assassinat ? La thèse est séduisante - la remise d'une somme d'argent de 30 000 euros a notamment été évoquée - si ce n'est que le dossier est truffé d'incohérences. En garde à vue, l'un des suspects apporte une explication troublante, voire inimaginable. Selon lui, la DGSE ne peut commettre d'assassinats sur le sol français et sous-traiterait donc à des entreprises de sécurité privée ces basses besognes. C'est ainsi que les policiers de la Crim' identifient deux nouveaux suspects en contact avec les agents. Deux personnages aux profils intrigants interpellés les 26 et 30 juillet.

Un casting improbable

Le premier est un homme à la tête d'une entreprise de sécurité spécialisée dans la protection rapprochée. Il excelle dans ce qu'on appelle le « dépoussiérage », c'est-à-dire la détection de micros-espions posés dans les maisons ou entreprises à l'insu des locataires ou salariés. Il propose également d'assurer des transferts sécurisés de convoi, notamment de bijoux. « Il se prenait pour James Bond », confie une personne qui l'a connu.

Cet homme a été présenté aux deux agents de la DGSE par l'intermédiaire de l'autre suspect, qui n'est autre qu'un… ancien membre de la DGSI, le renseignement intérieur. Aujourd'hui expert judiciaire auprès d'un tribunal en région parisienne, il dirige une société spécialisée dans la détection de faux documents. Se présentant comme un homme ayant « officié dans les services les plus prestigieux du gouvernement français », notamment « dans la lutte contre le terrorisme », il propose des formations anti-fraude mais aussi des services « d'e-detective ». Il s'agit d'effectuer des recherches sur le « Deepweb », la partie non émergée d'Internet, grâce à des requêtes informatisées afin de trouver des informations sensibles ou compromettantes sur une cible. Ces formations, le suspect les dispense à une clientèle privée mais… aussi à la DGSE. C'est d'ailleurs en donnant des cours dans les locaux du service de renseignement extérieur qu'il a rencontré les agents mis en cause. Un lien officiel qui interroge.

L'un de ces deux prestataires externes a-t-il recruté les deux militaires ? La DGSE en avait-elle eu connaissance et a-t-elle donné un aval implicite ? Mystère. En garde à vue, les deux hommes ont nié être les cerveaux de l'opération. Les quatre suspects ont été mis en examen pour « tentative d'homicide volontaire en bande organisée » ou « complicité » et ont été écroués. Un troisième agent de la DGSE de 26 ans, en contact avec Pierre B. et Karl E., a lui aussi été mis en examen mais a été placé sous contrôle judiciaire.

Le mobile reste inconnu

Dans ce dossier plein de manipulations et de dissimulations, le commanditaire du projet d'assassinat reste à ce jour non identifié. De même que les motivations l'ayant poussé à ordonner la mise à mort d'une psychothérapeute qu'aucun des mis en examen ne semblait connaître personnellement. A moins que cette femme ne présentât un intérêt encore méconnu… Interrogée par les enquêteurs, celle-ci s'est dit très choquée et a émis l'hypothèse d'inimitiés liées à son association de coachs et professionnels de l'accompagnement. Mais recruter des agents de la DGSE et solliciter une exécution pour régler un tel litige paraît totalement démesuré.

 

« On est dans le triangle des Bermudes, confie un proche de l'affaire. Il y a encore beaucoup de zones d'ombre. On ne sait pas encore clairement où on va mais, à ce stade, rien ne permet de dire que c'est une affaire totalement privée. » Selon une source proche de l'enquête, « aucune piste n'est privilégiée plus qu'une autre ».

 

https://www.leparisien.fr/faits-divers/projet-de-meurtre-impliquant-des-agents-de-la-dgse-qui-voulait-tuer-l-hypnotiseuse-12-08-2020-8366871.php

  • Confused 2
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Citation

Seine-Saint-Denis : une infirmière rouée de coups dans un bus après avoir réclamé le port du masque

 

Une trentenaire, infirmière de profession, a été violemment agressée dans un bus par trois jeunes hommes alors qu’elle leur demandait de mettre un masque, mardi à Neuilly-sur-Marne.

 

  • Sad 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Freezbee a dit :

 


Le masque est un signe de soumission et ce sont des hommes libres

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
20 hours ago, Loi said:

On parlait des faits divers en France, et ils sont représentatifs de ce qui s'y passe en ce moment (dynamique préoccupante).

 

Mais je le répète, je comprends que cela ne te plaise pas.

On peut parler de l'augmentation des articles dénonçant l'ultraliberalisation du monde, c'est représentatif de l'augmentation de la liberalie en France, mais je comprends que cela ne te plaise pas.

Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, cedric.org a dit :

On peut parler de l'augmentation des articles dénonçant l'ultraliberalisation du monde, c'est représentatif de l'augmentation de la liberalie en France, mais je comprends que cela ne te plaise pas.

A ceci prêt qu'il est possible d'objectiver par des indicateurs fiables le nombre de dépôts de plaintes pour violences volontaires, alors que la notion "d'ultraliberalisation du monde" n'est que révélatrice de l'ignorance crasse des journaleux qui s'en prévalent.

 

Merci Bisounours pour ce lien vers les statistiques du ministère de l'intérieur.

Link to post
Share on other sites
57 minutes ago, Erzatz said:

A ceci prêt qu'il est possible d'objectiver par des indicateurs fiables le nombre de dépôts de plaintes

Tout à fait, ça appuie donc ce qu'écrivait Tramp. Stats vs journalisme.

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, cedric.org a dit :

On peut parler de l'augmentation des articles dénonçant l'ultraliberalisation du monde, c'est représentatif de l'augmentation de la liberalie en France, mais je comprends que cela ne te plaise pas.

 

Non on ne peut pas. Mais je comprends que cela ne te plaise pas.

Link to post
Share on other sites

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/un-homme-porte-plainte-pour-une-agression-antisemite-violente-a-paris-20200811?fbclid=IwAR3NGyMJG_8luSj4CUsaC8PWpwI8IBJ1Ri6ioAVVCV8ymC7ix-wH5MVruzI

 

Extrait, des chiffres du ressenti

 

L'agression de David s'inscrit dans un phénomène d'augmentation de l'antisémitisme en France au cours des dernières années. Entre 2017 et 2019, le nombre d'actes antisémites, comprenant des menaces (comme des gestes menaçants, des tracts ou courriers injurieux…) et des actions (homicides, dégradations, violences…) à l'encontre de juifs a augmenté de 121 %. En 2017, 311 actes antisémites avaient donné lieu à des dépôts de plaintes, contre 687 en 2019, selon les chiffres du rapport annuel sur l'antisémitisme en France issus du ministère de l'Intérieur et du Service de protection de la communauté juive.

....

Et cette tendance semble se poursuivre en 2020. Depuis janvier, le BNVCA a déposé « une cinquantaine » de plaintes pour actes ou propos antisémites, « alors que l'an dernier c'était moitié moins », selon son président. « Depuis le confinement, c'est pire. Je reçois trois à six signalements d'actes antisémites par jour. »

Link to post
Share on other sites

Tu es un justiciable normal, tu as le droit à une bille commis d’office.

Tu es voles l’Etat en étant fonctionnaire, le contribuable lâche 600 000 boules de frais de justice en ta faveur. 

 

Le Monde - Pourquoi l’Elysée a aidé Claude Guéant à payer ses frais de justice
 
Depuis une loi de 1983, l’Etat est en effet tenu d’aider à se défendre les fonctionnaires mis en cause dans leurs fonctions, même s’ils ont pris leur retraite. En 2019, il a ainsi dépensé 160 000 euros et provisionné 480 000 euros.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/08/14/pourquoi-l-elysee-a-aide-claude-gueant-a-payer-ses-frais-de-justice_6048919_823448.html

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites
Citation

Selon nos informations, Paul Dolianki serait tombé des nues en découvrant le contenu de sa valise et plaiderait son innocence devant les enquêteurs. Selon lui, cette valise ne lui appartiendrait pas, ce sont des proches amis en Guyane − fonctionnaires à l'Education nationale − qui lui auraient confié. D'après les dires de l'édile, il était censé la remettre à la petite sœur de ce couple d'amis, une étudiante qui vit en région parisienne, au sein même de l'aéroport d'Orly, samedi matin. La garde à vue du maire a été prolongée de 24 heures ce dimanche matin. Une prolongation qui rend incertaine sa présence au rendez-vous au ministère des Outre-mer lundi…

 

Le Parisien

Link to post
Share on other sites
Le 14/08/2020 à 19:47, Tramp a dit :

Tu es un justiciable normal, tu as le droit à une bille commis d’office.

Tu es voles l’Etat en étant fonctionnaire, le contribuable lâche 600 000 boules de frais de justice en ta faveur. 

 

Le Monde - Pourquoi l’Elysée a aidé Claude Guéant à payer ses frais de justice
 
Depuis une loi de 1983, l’Etat est en effet tenu d’aider à se défendre les fonctionnaires mis en cause dans leurs fonctions, même s’ils ont pris leur retraite. En 2019, il a ainsi dépensé 160 000 euros et provisionné 480 000 euros.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/08/14/pourquoi-l-elysee-a-aide-claude-gueant-a-payer-ses-frais-de-justice_6048919_823448.html

 

Ce qui n'est que la juste transposition du droit applicable aux employés de toute entreprise privée (https://www.actualitesdudroit.fr/browse/social/contrat-de-travail-et-relations-individuelles/8691/prise-en-charge-par-l-employeur-des-frais-de-defense-penale-d-un-salarie-poursuivi-pour-des-faits-lies-a-l-exercice-de-ses-fonctions). Sachant bien évidemment, qu'en cas de condamnation dudit employé, une action récursoire doit être entreprise afin de récupérer lesdits frais de justice.

Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Erzatz a dit :

Ce qui n'est que la juste transposition du droit applicable aux employés de toute entreprise privée


Jurisprudence de 2006 vs loi de 1983.

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Tramp a dit :


Jurisprudence de 2006 vs loi de 1983.

My bad. C'est vrai. Et peu étonnant.

Link to post
Share on other sites
Citation

« Bannir la pédocriminalité de notre société est de la responsabilité de chacun »

 

Amazon France ôte de son site des poupées sexuelles à l’effigie d’enfants

 

Alors que Marlène prend à bras le corps le problème de l'homophobie en France en faisant du Name&Shame sur Winamax, Adrien lance un taquet contre la pédocriminalité en interdisant la vente de poupées.

L'histoire est toujours la même, une assoc râle, et dans la foulée, l'Etat réagit. Bravo l'Etat.

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, RaHaN a dit :

 

Amazon France ôte de son site des poupées sexuelles à l’effigie d’enfants

 

Alors que Marlène prend à bras le corps le problème de l'homophobie en France en faisant du Name&Shame sur Winamax, Adrien lance un taquet contre la pédocriminalité en interdisant la vente de poupées.

L'histoire est toujours la même, une assoc râle, et dans la foulée, l'Etat réagit. Bravo l'Etat.


cretin congénital 

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...