Jump to content

École & éducation : Le temps des secrets


Recommended Posts

il y a 1 minute, Vilfredo Pareto a dit :

Aussi l'ambiance dans ces lycées est excellente, contrairement à ce qu'on peut lire dans d'autres CPGE où c'est mesquin et méchant.

 

Moui... Pas connu ça (le côté mesquin et méchant entre étudiants) dans ma prépa de province, bien au contraire (le fait d'être interne a peut-être aidé remarque).

Link to comment

C'est chez les littéraires qu'il arrive régulièrement que l'ambiance soit pourrie. Faut avouer que "Ulm ou le chômage" c'est un peu stressant comme perspective.

 

Il y a 1 heure, Vilfredo Pareto a dit :

un Roumain qui découvre Paris et qui connaît Quine et on parle des Deux dogmes de l'empirisme, un mec qui vient d'un bled total du Pays-de-la-Loire à la Julien Sorel et nique tout le monde en Histoire et en Latin, et à LLG des enfants de commerçants chinois qui n'ont pas un radis et qui scorent à Centrale/ENS/Polytechnique et qui me faisaient des explications personalisées après les cours de maths/physique

 

Moui. Il y a une diversité intellectuelle intéressante. Mais la diversité sociale, c'est assez limité.

 

Il y a 2 heures, Ultimex a dit :

Mmmh, y a des bonnes prépas en province, en dehors de Toulouse (de mon temps Kléber à Strasbourg, Le Parc à Lyon, Faidherbe à Lille, Wallon à Valenciennes, Champollion à Grenoble, Carnot à Dijon (bonne réputation pour la Khâgne, pas mauvaise pour les MP et PSI* côté taupe)), etc. Après, ça va dépendre de la filière (taupe, khâgneux, etc.), de la sous-filière (mp/pc pour les taupins, etc.), ces établissements pouvant varier du tout au tout d'une filière ou sous-filière à une autre.

 

Oui de manière générale les lycées d'Empire des grandes villes de province ont conservé un bon niveau.

Au pire tu auras Centrale au lieu de l'X ou Centrale Lyon au lieu de Centrale. Dix ans plus tard tu t'en fous un peu.

  • Yea 2
Link to comment
il y a 2 minutes, Bézoukhov a dit :

Faut avouer que "Ulm ou le chômage" c'est un peu stressant comme perspective.

Cette ambiance a peut-être disparu du fait de la Banque des Epreuves Littéraires. Peu de gens passent juste Ulm, ils passent aussi le Celsa, HEC, l'Essec, Sciences Po etc.

  • Yea 1
Link to comment
2 hours ago, Mathieu_D said:

Non mais c'est une légende les prépas mesquins entre eux.

 

Ca c'est un truc de médecin.

Perso j'ai fait une prépa peu connue avec un classement moyen et j'ai pu bosser à mon rythme sans pression et j'en suis sorti meilleur que si j'avais été balancé au milieu d'une classe de forts-en-thème tous élevés pour aller à l'X ou aux Mines. J'ai plutôt le profil du cancre qui a des capacités correctes :mrgreen:

Et de toute façon, les bons élèves font les bonnes prépas.

 

  • Yea 2
Link to comment

Bon, c'est peut être une vision d'un type qui comme moi n'ai pas dépassé le bac comme diplôme, mais je trouve dommage que dans ces discussions sur les formations d'excellence, on oublie tout le temps le compagnonnage.

 

Et franchement, je ne me fais aucun soucis pour l'insertion pro d'une personne qui a suivit cet apprentissage, ni sur ses revenus.

  • Yea 6
  • Love 1
Link to comment

En plus de compagnonnage j'ajouterais celui de mentorat déjà discuté sur le forum récemment mais ca demande beaucoup plus d'efforts.

 

 

Le concept à critiquer c'est plutôt celui de " l'excellence " (et je ne dis pas ca pour faire du nivellement par le bas hein).

  • Yea 3
Link to comment

Dans mon cercle d'amis j'ai pas mal de parcours, y compris dans les prépas/grandes écoles sus-mentionnées, et je peux vous dire que ce ne sont pas forcément ceux qui ont le plus haut statut ou gagnent le plus de pognon (et certains en brassent pas mal) à ~15ans post bac.

Link to comment
8 hours ago, Vilfredo Pareto said:

avant tout ça il faudrait quand même qu'ils passent un test de QI pour voir si par hasard leur score ne serait pas sous 140, ce qui ne leur laisse pas d'autre option que la fonction publique territoriale et la fabrication des opercules des pots de yaourt i am afraid

Tu blagues, mais c'est littéralement ça. Les grandes écoles sont réputées auprès des employeurs moins par l'enseignement qui en est fait que par le fait que le candidat ait réussi à y rentrer. Il était bon avant l'école. L'enseginement dispensé en école est souvent moyen, au final.

Link to comment
il y a 14 minutes, Lancelot a dit :

Dans mon cercle d'amis j'ai pas mal de parcours, y compris dans les prépas/grandes écoles sus-mentionnées, et je peux vous dire que ce ne sont pas forcément ceux qui ont le plus haut statut ou gagnent le plus de pognon (et certains en brassent pas mal) à ~15ans post bac.

 

C'est un compromis espérance / variance ;) . Sinon, j'aurais fait plombier à la frontière allemande, mais le risque de se planter est plus fort, et le coût du plantage aussi. C'est un choix économiquement très rationnel.

 

il y a 4 minutes, cedric.org a dit :

Tu blagues, mais c'est littéralement ça. Les grandes écoles sont réputées auprès des employeurs moins par l'enseignement qui en est fait que par le fait que le candidat ait réussi à y rentrer. Il était bon avant l'école. L'enseginement dispensé en école est souvent moyen, au final.

 

A côté, l'habitude de faire un DEA / DESS en parallèle de l'école a été prise il y a des années et ne va qu'en s'amplifiant. Il y a bien une raison.

 

Il y a 5 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Cette ambiance a peut-être disparu du fait de la Banque des Epreuves Littéraires. Peu de gens passent juste Ulm, ils passent aussi le Celsa, HEC, l'Essec, Sciences Po etc.

 

Après, j'ai aussi une autre théorie sur le sex ratio de bon nombre de khâgnes qui explique l'ambiance pourrie. En ajoutant en note de bas de page qu'il me semble que celui des plus prestigieuses est nettement plus équilibré.

 

 

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 5 heures, Bézoukhov a dit :

Après, j'ai aussi une autre théorie sur le sex ratio de bon nombre de khâgnes qui explique l'ambiance pourrie.

Rincevent is that you?

Je ne connais pas de khâgnes avec un sex ratio équilibré à Paris. En tout cas à Henri IV on est 10 mecs environ sur 50 élèves. La sous représentation stat des mecs fait qu’ils sous-performent ou sur-performent tout le monde (loi des petits nb) un peu comme les filles en mp je crois 

Link to comment
9 hours ago, Bézoukhov said:

A côté, l'habitude de faire un DEA / DESS en parallèle de l'école a été prise il y a des années et ne va qu'en s'amplifiant. Il y a bien une raison.

 

Est-ce encore le cas aujourd'hui ? DEA/DESS n'existent plus. Les diplômés des grandes écoles cherchent encore à obtenir un master ?

Link to comment
6 minutes ago, Largo Winch said:

 

Est-ce encore le cas aujourd'hui ? DEA/DESS n'existent plus. Les diplômés des grandes écoles cherchent encore à obtenir un master ?

Oui c'est même souvent proposé par les écoles le M2 en parallèle. Il y a beaucoup de partenariats. (Enfin beaucoup je ne sais pas exactement mais je pense que chaque école a au moins un partenariat avec un M2.)

Link to comment
Il y a 4 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Rincevent is that you?

Je ne connais pas de khâgnes avec un sex ratio équilibré à Paris. En tout cas à Henri IV on est 10 mecs environ sur 50 élèves. La sous représentation stat des mecs fait qu’ils sous-performent ou sur-performent tout le monde (loi des petits nb) un peu comme les filles en mp je crois 


On en parle jamais de cette rupture d’égalité. 

Link to comment
Il y a 4 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Je ne connais pas de khâgnes avec un sex ratio équilibré à Paris. En tout cas à Henri IV on est 10 mecs environ sur 50 élèves.

 

Tiens j'aurais dit plus.

 

il y a 8 minutes, Largo Winch a dit :

 

Est-ce encore le cas aujourd'hui ? DEA/DESS n'existent plus. Les diplômés des grandes écoles cherchent encore à obtenir un master ?

 

Oui, j'utilise le vieux mot parce que plus clair pour tout le monde.

Mais les accords sont institutionnalisés. Si tu comptes les double diplômes internationaux et les double diplômes faits en dernière année, c'est massif.

C'est sur les options de dernière année les moins académiques qu'on en observe moins (BTP, Génie Industriel, SI en gros). Mais on est sur des champs historiques d'expertise des écoles.

Link to comment
5 hours ago, Lancelot said:

Sinon il y a aussi le cas marrant du gars en grande école qui veut faire un doctorat, donc on lui file vite fait un master en... science de l'éducation :lol:

Il y en a plein des docteurs-ingénieurs. En général ils font une thèse dans une spécialité de leur école d'ingé après la spécialisation adéquate en dernière année. Je n'en ai pas connu qui avait eu besoin de masters sans rapport.

Link to comment
49 minutes ago, Mathieu_D said:

Il y en a plein des docteurs-ingénieurs.

Ais-je dit le contraire ?

 

49 minutes ago, Mathieu_D said:

Je n'en ai pas connu qui avait eu besoin de masters sans rapport.

Et moi j'en connais. On doit en conclure que ça existe.

Link to comment
1 hour ago, Bézoukhov said:

Le titre d'ingénieur donne le droit à continuer en doctorat par défaut, non ?

Non (ou alors on m'a menti), mais en dernière année il suffit d'ajouter 10-20 h de cours pour avoir un double diplôme (ingénieur + master) qui permet d'accéder au doctorat. Ils considèrent que les enseignements de l'école d'ingénieur sont suffisamment proches du master dans la même branche technique pour que la majorité des cours du cursus ingé soient validés pour le cursus master.

 

Ah, et il faut faire son stage dans un labo de recherche aussi (logique), et avec ça pareil le stage fait d'une pierre deux coups.

Link to comment
18 hours ago, Bézoukhov said:

(Tout comme la possibilité d'entrer direct en 3A de médecine - alors que, fun fact, les vétérinaires n'ont l'accès qu'en 2A :D )

 

Tu le tiens d'où ce truc de 3A ? Parce que l'air de rien, certains ENSI semblent bien plus accessibles que la première année de médecine, et je trouve cette opportunité très intéressante.

Link to comment

D'un mec de mon école qui l'a fait. Avant d'abandonner après avoir validé l'année en disant que la médecine c'était que du par cœur.

 

Tiens, je trouve ça : https://www.letudiant.fr/etudes/medecine-sante/faire-medecine-apres-un-master-ou-une-grande-ecole-bon-plan-ou-pas.html

Mais je suis persuadé que c'est faux pour véto parce que ça amusait les potes véto.

 

Après, ce n'est pas de droit ; il faut déposer un dossier.

Link to comment

Je pensais que la passerelle était pour la seconde année avec un master ou diplôme d'ingé, et pour la troisième année avec un doctorat (un ami médecin étudiant à l'époque m'avait fait la proposition "tu ne veux pas devenir un vrai docteur maintenant ?").

Link to comment
Le 19/03/2021 à 10:43, Largo Winch a dit :

[...]

image.gif

 

Ca confirme bien tout l'intérêt de la concurrence dans l'education, comme partout ailleurs.

 

Une innovation qui échoue n'est pas grave en soit, mais quand on tente qu'une grosse innovation a la fois, une fois tous les 7 ans, et que le mode de gestion du cout de l'échec favorise le biais cognitif dans l'analyse des résultats, c'est plus embêtant.

  • Yea 1
Link to comment

Une initiative singulière dans le paysage éducatif Français.

 

L’AORES, une société à but non lucratif fondée en 2020 par des
professeurs de Mathématiques de l'enseignement supérieur, organise en
mars 2022 un test national de Mathématiques pour les élèves de Terminale
Générale (spé Maths). Les candidats pourront faire valoir leurs
résultats auprès des formations du supérieur auxquelles ils postulent,
en France comme à l’étranger.

 

Vidéo de présentation :

 

https://www.youtube.com/watch?v=9wG8b1DNldk

Communiqué de presse : http://www.aores-sci.fr/docs/CommuniqueTeMA.pdf

Site web de l’AORES : http://www.aores-sci.fr
  • Yea 7
  • Post de référence 1
Link to comment

Tiens, il y a une réaction officielle de l'UPS (Union des professeurs scientifiques de classes préparatoires scientifiques). La rhétorique est assez savoureuse, comme je m'y attendais. On croirait lire SUD Education...

 

Les gars sont tombés dans le panneau : la meilleure façon que l'initiative de l'AORES soit médiatisée, c'est qu'elle crée la polémique. Un petit article sur Contrepoints ?

 

*UPS*
La certification qui prétend voir le jour en 2022 n'a aucune légitimité institutionnelle et ne bénéficie d'aucun agrément du ministère de l'Éducation nationale. Elle ne pourra être utilisée lors de l'étude des candidatures sur Parcoursup dans les établissements.

L'organisation de tests (dans des établissements privés) pour une
fraction infime des candidats en classes préparatoires viendrait vicier la procédure de recrutement des CPGE et constituerait en tant que tel un véritable délit d'initiés. Loin d'une « orientation raisonnée » au bénéfice des lycéens telle que l'association constituée le promeut, l'initiative vise en réalité à optimiser le recrutement d’un petit nombre de structures déjà très sélectives.

L'Union des professeurs de classes préparatoires scientifiques dénonce de la façon la plus ferme la tentative de mise en place par un acteur privé de modalités de recrutement parallèle en CPGE.

 

  • Yea 2
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...