Jump to content

École & éducation : Le temps des secrets


Recommended Posts

Latin - Ave Maria University

 

image.png.88344dd5918fe55c8161975c67619000.png

 

 

 

Je te laisse trouver ce qu'il y en a plus, ça devrait pas être long si t'as les yeux en face des trous.

 

A noter que ca marche aussi avec ca, j'imagine qu'il faut l'enlever aussi.

Nocturne N°21 (Chopin) - Partition de piano à télécharger

Link to comment
il y a 10 minutes, Prouic a dit :

Je te laisse trouver ce qu'il y en a plus, ça devrait pas être long si t'as les yeux en face des trous.

Ça parle de dieux, de Pelée, d'Achéens, et d'Achille (je devine aussi Atrides) donc j'imagine que c'est l'Iliade?

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 2 heures, Neomatix a dit :

Wat?

Dans mon lycée privé de province, on était 35-40 par classe...

Yup, petit lycée agricole privé dans les Monts d'Or. Il y a des classes générale et technologique (d'où le fait que j'y sois...), mais pas grand monde ne semble le savoir. On se retrouve donc souvent avec des classes miniatures, ce qui ne plaît pas plus que ça à l'administration évidemment, mais pédagogiquement, c'est le pied. Et dans un lieu pas laid du tout.

Link to comment
il y a 20 minutes, Pelerin Dumont a dit :

Ça parle de dieux, de Pelée, d'Achéens, et d'Achille (je devine aussi Atrides) donc j'imagine que c'est l'Iliade?

Au lycée on nous apprenait à scander sur ce premier vers 

Quand la prof le faisait on avait l’impression qu’elle chantait en yodel 

  • Love 1
Link to comment
il y a une heure, ttoinou a dit :

Latin c'est pour [les] voyages scolaires.

This, surtout si tu habites dans le sud, près de la frontière italienne. De plus, c'est en petit comité, donc la classe est un mélange de toutes les séries et les voyages scolaires peuvent être faits avec d'autres années. Très bon moyen de "socialiser".

Link to comment
3 hours ago, Pelerin Dumont said:

Ouais bof dans mon cas c'etait surtout des garçons de filière scientifique (avec des filles d'éco)

Des fils d'ingénieurs en fait ? ;)

3 hours ago, Rincevent said:

"Intello !" est une insulte dans la plus grande partie de la France, pas une marque d'admiration. 

20 ans plus tard, que la vengeance est douce quand j'ai 6 fois le salaire de ces sales cons qui nous traitaient d'intello.

 

Sinon : entre lire une traduction pas trop mauvaise et lire directement dans le texte sans avoir fait 15 ans d'etudes du sujet, je choisis le premier, j'y verrai toujours plus de nuance... Le second est réservé à une infime (mais heureuse) minorité.

  • Yea 3
Link to comment

J'ai fait latin et j'ai jamais entendu parler de voyage scolaire.

Il faut dire que les seuls voyages scolaires linguistiques que j'ai fait c'était pour aller voir des classes de gamins anglais ou allemands de mon âge, soit chez les familles soit hébergés en mode colo.

  • Yea 2
Link to comment
il y a 29 minutes, cedric.org a dit :

Sinon : entre lire une traduction pas trop mauvaise et lire directement dans le texte sans avoir fait 15 ans d'etudes du sujet, je choisis le premier, j'y verrai toujours plus de nuance... Le second est réservé à une infime (mais heureuse) minorité.

Bien entendu. Mais pour former chaque latiniste qui peut te fournir une traduction pas trop mauvaise, il faut avoir fait étudier le latin à cent, ou peut-être mille gamins.

  • Yea 1
Link to comment

N'est-ce pas une bonne nouvelle pour connaitre les évolutions de niveau ? Si il y avait 95% de reçus comme au Bac on ne serait pas au courant que le niveau baisse. Bon après j'veux pas défendre leur concours pourri non plus, être prof c'est pas tout le temps être  au top niveau théorique, savoir approcher les élèves pourrait être plus efficace pour les intéresser à la matière et le concours doit laisser de côté pleins de bons profils prometteurs 

  • Yea 1
Link to comment
1 hour ago, ttoinou said:

N'est-ce pas une bonne nouvelle pour connaitre les évolutions de niveau ? 

Dans les concours sélectif tu as 100% des places pourvues.

 

Ici le problème est de ne pas avoir de candidat.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 18 heures, Solomos a dit :

J'ai fait latin et j'ai jamais entendu parler de voyage scolaire.

Il faut dire que les seuls voyages scolaires linguistiques que j'ai fait c'était pour aller voir des classes de gamins anglais ou allemands de mon âge, soit chez les familles soit hébergés en mode colo.

C'est la matière où j'ai fait de loin le plus de voyages, toujours organisés en temps scolaire, de 5 jours et où le coût était pratiquement nul* : Provence romaine (Orange/Nîmes/Arles), Italie (Rome/Naples), Bourgogne. 
Le seul autre grand voyage a été l'Allemagne, avec hébergement dans une famille d'étudiants, comme tu le décris.

 

édit: En gros, nous étions prioritaires aux yeux de l'établissement, justement parce que nous étions peu nombreux ; idem pour l'allemand.

Link to comment
35 minutes ago, Marlenus said:

Dans les concours sélectif tu as 100% des places pourvues.

 

Ici le problème est de ne pas avoir de candidat.

Non pas forcément, il y a un niveau minimum à atteindre quand même.

Link to comment
13 minutes ago, Mathieu_D said:

Non pas forcément, il y a un niveau minimum à atteindre quand même.

Si tu n'arrives pas à avoir 100% de places pourvues c'est que tu n'es pas assez attractif.

 

 

Link to comment
4 minutes ago, Marlenus said:

Si tu n'arrives pas à avoir 100% de places pourvues c'est que tu n'es pas assez attractif.

Oui, c'est bien le problème du ministère.

Link to comment

Le primaire et le secondaire ne faisant plus leur travail, c'est désormais au supérieur d'apprendre aux étudiants à écrire correctement.

 

https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/de-grandes-ecoles-et-universites-imposent-des-cours-de-remise-a-niveau-en-francais-20220622

 

Quote

De grandes écoles et universités imposent des cours de remise à niveau en français

L’ampleur du phénomène est telle que plusieurs établissements d’enseignement supérieur ont saisi le problème à bras-le-corps, en rendant obligatoire des cours de remise à niveau en langue, longtemps réservés aux élèves venus de l’étranger.

 

Dans mon établissement, ça fait déjà trois années qu'on le fait : on repère dès la première année les étudiants quasi-illettrés et on les incite très fortement à s'inscrire au projet Voltaire. Et c'est très efficace. Je parle ici de l'IUT, c'est-à-dire une filière sélective (3000 candidats pour 120 places), avec beaucoup moins d'étudiants en difficulté en orthographe qu'en fac classique (ça ne peut pas être fait en fac, les étudiants étant trop nombreux).

 

Pour le dire franchement, j'en ai ras-le-bol : dans toutes les formations à la gestion et au management, on consacre désormais un nombre incroyable d'heures à des cours appelés pudiquement "communication", qui sont en fait des cours où on apprend aux jeunes de 18 ans les règles de l'orthographe, de la grammaire et de la syntaxe, qui devraient être acquises depuis l'entrée du collège. En clair, on demande aujourd'hui aux enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur de faire le boulot des professeurs des écoles du primaire. Tous ces cours de maitrise de la langue française sont faits à volume horaire constant, c'est-à-dire au détriment de la raison d'être des formations du supérieur : dans les filières d'éco-gestion, ces heures de remise à niveau se font au détriment de la compréhension des mécanismes économiques, des techniques de gestion et des principes de management.

  • Yea 4
  • Sad 3
Link to comment

C'est marrant, j'ai été très fortement incité à faire le projet Voltaire... par mon école doctorale, qui avait un contrat avec eux. Comme quoi ça n'a pas fini de monter. Bon dans leur cas je suppose que ça visait surtout les étudiants étrangers.

Link to comment
il y a 22 minutes, Largo Winch a dit :

Le primaire et le secondaire ne faisant plus leur travail, c'est désormais au supérieur d'apprendre aux étudiants à écrire correctement.

 

https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/de-grandes-ecoles-et-universites-imposent-des-cours-de-remise-a-niveau-en-francais-20220622

 

 

Dans mon établissement, ça fait déjà trois années qu'on le fait : on repère dès la première année les étudiants quasi-illettrés et on les incite très fortement à s'inscrire au projet Voltaire. Et c'est très efficace. Je parle ici de l'IUT, c'est-à-dire une filière sélective (3000 candidats pour 120 places), avec beaucoup moins d'étudiants en difficulté en orthographe qu'en fac classique (ça ne peut pas être fait en fac, les étudiants étant trop nombreux).

Dans l'école d'ingénieurs par laquelle je suis passé, ça fait plus de quinze ans, peut-être même vingt, qu'il existe des cours de remise à niveau en français. Et personne ne semble voir les conséquences de ces masses d'illettrés sur le monde économique, sur la politique et sur le reste. :jesaispo:

Link to comment

Moi y'avais pas ca.

 

Pour qu'il y aie des cours de remises à niveau, il faut qu'il y aie des profs qui soient mécontents du français des élèves et qu'ils fassent passer cela devant les autres sujets qui mériteraient aussi un cours, faut le faire quand même

Link to comment
il y a 8 minutes, ttoinou a dit :

Moi y'avais pas ca.

 

Pour qu'il y aie des cours de remises à niveau, il faut qu'il y aie des profs qui soient mécontents du français des élèves et qu'ils fassent passer cela devant les autres sujets qui mériteraient aussi un cours, faut le faire quand même

C'est vrai que ça suppose un minimum d'exigence de la part des profs.

Link to comment

Observons la pudeur du "Et ils étaient scolarisés en REP+ avant.", l'air de dire que ses enfants connaissent bien la réalité et qu'il ne faut surtout pas l'assimiler aux réactionnaires qu'il pourfend.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...