Jump to content

Être mère ? Un cauchemar !


Recommended Posts

Tu es assez mal placé pour parler d'adolescents alors que tu n'as fêté que récemment ton deuxième poil de couille, hein, trampounet.

C'est parce qu'ils me poussent sur le menton.

Link to post
Share on other sites

20% pères et mères confondus dit l'article de L'Aberration! 

Quel est la répartition Hommes/Femmes dans cet échantillon? 50/50, indéfini ou...?

Par la suite on parle exclusivement de la pression exercée sur les mères allemandes et de leur nostalgie d'une vie antérieure plus libre!

L'étude d'Orna Dornath aborde-t-elle le sujet du coté de la paternité?

Il serait intéressant de comparer les raisons des regrets maternels et paternels. 

Link to post
Share on other sites

Ça me peine un peu ce genre de discours. On le sait bien qu'on est parent à vie, que l'on doit faire passer ces petits bouts avant tout.

Regretter ça parce qu'on fait moins de restaux et de vacances c'est vraiment dommage.

Enfin bon. Je ne suis pas dans leur coeur non plus.

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites

Bah sinon, mon pifomètre me signale que le climat social actuel n'incite quand même pas trop à la procréation. Entre tout le doomsaying ambiant (climatique, sécuritaire, y en a de toutes les sauces), les bio-éco-bobo-mères qui pensent avoir plus de connaissance en pédiatrie que leur médecin (or leurs connaissances proviennent de Google University) prêtes à snober ou même harceler les parents qui vaccinent leurs gosses comme des gens sensés, le besoin de se comparer aux images de "famille parfaite" façon pub ou sitcom et les remarques et jugements des inconnus qui n'en ont rien à cirer, y a de quoi en décourager plus d'un. Une bonne moitié de la population me semble convaincue qu'être parent est la chose la plus difficile du monde où ils peuvent tout rater à n'importe quel moment, en devient névrosée et hystérique, et résultat, ça freine la fécondité parmi ceux qui s'intéresseraient au bien-être de leurs gosses, et il ne reste que les cassos qui s'en tamponnent, ou des débiles new age antivax et compagnie.

 

Aussi, j'ai l'impression qu'une femme ne peut jamais avoir son premier enfant au bon moment, du point de vue de son entourage. Autour de la trentaine, les commentaires passenr très vite de "t'es trop jeune, ne te gâche pas ta jeunesse" à "tu entends ton horloge biologique ?, ne sois pas une vieille mère". Bref, tout se résume à ce que trop de gens commentent sur la parenté sans qu'on leur demande leur avis, de façon à emmerder tout le monde. Plus le climat médiatique où on cherche toujours du shock value, à point que le helicopter parenting soit pratiquement une norme. Plus de chill, plus d'optimisme (ou même de fatalisme, qui reste toujours préférable aux visions catastrophiques), plus de joie de vivre.

 

Putain, je sonne comme un vieux :D

 

C'est du ressenti, donc difficile d'évaluer. Connaissez-vous des vraies études là-dessus ? Ou partagez-vous en partie mes ressentis ? Je serais curieux de le savoir.

 

Et hop, un petit George Carlin pour vous remercier d'avoir lu jusqu'à ici.

 

Link to post
Share on other sites

Tu es assez mal placé pour parler d'adolescents alors que tu n'as fêté que récemment ton deuxième poil de couille, hein, trampounet.

C'est parce qu'ils me poussent sur le menton.
Ne soit pas si dur envers toi-même ! Tu n'as quand même pas une tête de noeud...
Link to post
Share on other sites

Faut être sacrément niais pour ne pas percevoir l'aspect "responsabilités" liée à la conception et l'éducation d'un mioche.

Non, pour au moins 2 raisons.

La première c'est qu'on ne fait pas forcement des gosses volontairement, ils peuvent venir tous seul.

La deuxième c'est que seule l’expérience d'avoir un gosse te permet d'avoir une bonne idée de ce que ça représente concrètement, avant ça reste théorique. Certaine personne sont mise en garde par leur entourage, mais pas tout le monde, et a l’école on te prévient pas non plus.

Et plus on avait une vie intéressante avant les mômes, plus on a de chance de la regretter après.

Link to post
Share on other sites

Ça me peine un peu ce genre de discours. On le sait bien qu'on est parent à vie, que l'on doit faire passer ces petits bouts avant tout.

Regretter ça parce qu'on fait moins de restaux et de vacances c'est vraiment dommage.

Enfin bon. Je ne suis pas dans leur coeur non plus.

Pareil. 

 

Ouais, ça parlait pas assez caca ce topic.

T'as jamais remarqué comme tous les jeunes parents ont une passion pour les excréments de leurs rejetons ? Ils ne parlent que de ça. A table, au bar, en promenade... il est toujours question de merde. Dude, ça doit être méchamment traumatisant.

En attendant, d'après ce qu'on dit, les enfants, c'est comme les pets : on ne supporte que les siens.

 

vous saviez qu'un anus sans poil, rend impossible de pêter sans faire de bruit ?

Euh je te crois pas mais je vais pas essayer : trop de boulot et pas assez souple.

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites

Pour dire ça, tu n'as jamais dû lire un roman de ta vie (grave) ou jamais regardé un épisode de Plus belle la vie ou Les deux de l'amour (moins grave).

 

Mon commentaire est sec mais les "On vit une époque", quand on étudie un minimum l'histoire, ça ne veut pas dire grand chose.

Quand on étudie l’histoire avec plus belle la vie ? :online2long:

Link to post
Share on other sites

Il y a un truc qu'il faut absolument que les nouveaux parents évitent pour ne pas réduire l'humanité à néant à long terme, c'est de poster et envoyer les photos de leurs gosses dans toutes les positions, ou encore raconter toutes les histoires de caca ou de vomi. Faites comme si ça n'existait pas! Comme quand on nous faisait croire que le père noël existait, ne dégoûtez pas les générations futurs!...

Parlez d'autres choses de temps en temps aussi.

Et pour les 20% qui semblent déçues, ce sont probablement des nanas de la trentaine qui ont eu une vie plus fun auparavant, le différentiel est trop énorme ensuite.

Link to post
Share on other sites

Oh non. Notre époque a totalement séparé la sexualité de la fécondité. Résultat il s'en est suivi une très grande dé-responssabilisation des personnes. Cela continu aujourd'hui. Si tu es une fille on t'apprend que c'est ton choix à toi toute seule de décider d'avoir un enfant. Les hommes sont totalement hors circuit et leur seul rôle est de servir de pigeon pour financer le tout. Bref rien de surprenant vu la non éducation sur le sujet.

Je pense precisement qu'on a jamais ete autant responssable qu'aujourd'hui pour se decider a faire des enfants. Et c'est d'ailleur pour ca qu'on en fait plus.

A l'epoque ou mon pere est ne (1947) en Italie, dans son villages, toutes les fammilles avaient en moyenne 5 enfants, avec un seule salaire par foyer, souvent de mineur. Ils avaient du mal a nourire tout le monde.

Mon pere a eut 4 freres et deux soeurs (Dont une decedee a moins d'un mois). Ils ont commence a sortir la tette de l'eau quand le premer enfant a commence a bosser (a 8 ans) et ce netait pas l'aine, parce la coutume etait que l'aine fasse des etudes et que tout les autres se sacrifie pour les financer. Ils se parategaient un demin litre de lait de chevre a 6 le matin, en le diluant dans le l'eau. Ils mengeait de la viande un dimanche par mois et c'etait des abats.

Malgres ca mon pere m'a toujours dit qu'il a eut une enfance heureuse et qu'il n'a jamais eut faim!

Ils faisaient plein de gosses mais sans decider quoi que ce soit. "c'est la volonte de Dieu". Le mec faisait l'amour a sa femme et elle continuait a tomber en ceinte jusqu'a son corp dise "STOP", c'est tout. Ils ne se posaient meme pas la question de savoir s'ils allaient pouvoir les assumer, c'etait une evidence.

Aujourd'hui on ne voit Presque plus ca, ca reste exceptionnel. Les cas sociaux vont te faire des gosses sans reflechir a ce que ca implique, oui, ils restent moins reflechi que les autres, c'est un fait. Mais a l'epoque ce n'etait pas juste les cas sociaux, c'etait tout le monde ! Et ils ne choisissaient pas.

  • Yea 7
Link to post
Share on other sites

5h15 couché à 22h. J'ai fait une grosse nuit.

Dormir, c'est pour les faibles t'façon :D

Pourquoi te leve tu si tot ?

Moi je me leve a 5h45 au pire et c'est pour etre au boulot a 7h pour poster sur lib.org, profiter du calme et bien advancer dans mon travail.

Et toi?

Link to post
Share on other sites

A une époque, on avait confiance dans l'avenir. Aujourd'hui, en France, avoir deux gosses, c'est l'assurance de courir et jongler entre boulot, école et activités. Les temps partiels sont rares et pas très bien vus. Un seul salaire ne suffit pas.

Le concept de working mom me parait être un gros cache-misère. La réalité ? Tu peux plus vivre quelques années, le temps que les gosses grandissent un peu avec un seul salaire.

En Suisse, tout le monde est à n% et ça va bien. Les femmes tombent à 30 ou 40% (ou pas ) après l'accouchement et remontent progressivement à mesure que les enfants grandissent. Ou pas. Elles font comme elles veulent, le pognon n'est pas vraiment une question.

Link to post
Share on other sites

Pourquoi te leve tu si tot ?

Moi je me leve a 5h45 au pire et c'est pour etre au boulot a 7h pour poster sur lib.org, profiter du calme et bien advancer dans mon travail.

Et toi?

Bah en général, je n'ai tout simplement plus sommeil. J'ai pas besoin de beaucoup.

Je suis en congés aujourd'hui mais j'ai dormi 7h, c'est suffisant pour passer une bonne journée.

Puis j'aime le matin. Le calme, le soleil qui se lève (quand il y en a). Le soir m'attire moins. Je suis couché assez tôt et levé assez tôt.

Link to post
Share on other sites

A une époque, on avait confiance dans l'avenir. Aujourd'hui, en France, avoir deux gosses, c'est l'assurance de courir et jongler entre boulot, école et activités. Les temps partiels sont rares et pas très bien vus. Un seul salaire ne suffit pas.

Le concept de working mom me parait être un gros cache-misère. La réalité ? Tu peux plus vivre quelques années, le temps que les gosses grandissent un peu avec un seul salaire.

En Suisse, tout le monde est à n% et ça va bien. Les femmes tombent à 30 ou 40% (ou pas ) après l'accouchement et remontent progressivement à mesure que les enfants grandissent. Ou pas. Elles font comme elles veulent, le pognon n'est pas vraiment une question.

 

Et pourtant, ils ne font pas plus de gosses que les autres , non ?

Et puis ca tiens pas cette theorie du pognon, les pauvres ont toujours fait plus de gosses que les riches.

Va voir en Afrique ou avoir moins de 5 gosses est considere la bas comme on cosidere ici un couple sans enfants.

Link to post
Share on other sites

Et pourtant, ils ne font pas plus de gosses que les autres , non ?

Et puis ca tiens pas cette theorie du pognon, les pauvres ont toujours fait plus de gosses que les riches.

Va voir en Afrique ou avoir moins de 5 gosses est considere la bas comme on cosidere ici un couple sans enfants.

 

Pas plus. En fait, j'ai l'impression qu'avec le souci du pognon en moins, ils font simplement ce qu'ils veulent. Il y a une solution avec ou sans.

Link to post
Share on other sites

Pas plus. En fait, j'ai l'impression qu'avec le souci du pognon en moins, ils font simplement ce qu'ils veulent. Il y a une solution avec ou sans.

Les couples modernes ont aussi d'autres aspirations, et pas seulement la vie de famille, avoir des loisirs tout ça...ce qui implique d'avoir plus de pognon.
  • Yea 1
Link to post
Share on other sites

Je pense precisement qu'on a jamais ete autant responssable qu'aujourd'hui pour se decider a faire des enfants. Et c'est d'ailleur pour ca qu'on en fait plus.

A l'epoque ou mon pere est ne (1947) en Italie, dans son villages, toutes les fammilles avaient en moyenne 5 enfants, avec un seule salaire par foyer, souvent de mineur. Ils avaient du mal a nourire tout le monde.

Mon pere a eut 4 freres et deux soeurs (Dont une decedee a moins d'un mois). Ils ont commence a sortir la tette de l'eau quand le premer enfant a commence a bosser (a 8 ans) et ce netait pas l'aine, parce la coutume etait que l'aine fasse des etudes et que tout les autres se sacrifie pour les financer. Ils se parategaient un demin litre de lait de chevre a 6 le matin, en le diluant dans le l'eau. Ils mengeait de la viande un dimanche par mois et c'etait des abats.

Malgres ca mon pere m'a toujours dit qu'il a eut une enfance heureuse et qu'il n'a jamais eut faim!

Ils faisaient plein de gosses mais sans decider quoi que ce soit. "c'est la volonte de Dieu". Le mec faisait l'amour a sa femme et elle continuait a tomber en ceinte jusqu'a son corp dise "STOP", c'est tout. Ils ne se posaient meme pas la question de savoir s'ils allaient pouvoir les assumer, c'etait une evidence.

Aujourd'hui on ne voit Presque plus ca, ca reste exceptionnel. Les cas sociaux vont te faire des gosses sans reflechir a ce que ca implique, oui, ils restent moins reflechi que les autres, c'est un fait. Mais a l'epoque ce n'etait pas juste les cas sociaux, c'etait tout le monde ! Et ils ne choisissaient pas.

La différence fondamentale est justement dans ce que tu décris : à l'époque, chaque famille ne pouvait compter que sur elle-même et sa bonne volonté, la charité inter-famille dans une ville ou un village étant organisée de façon informelle. De nos jours, le lardon supplémentaire, ce n'est pas une bouche à nourrir, c'est une alloc qui gonfle, point. Et la collectivité DOIT prendre en charge les défaillances de la famille (qui en aura d'autant plus qu'elle sait que cette collectivité sera là).

L'Etat a complètement niqué la famille. Ce n'est pas nouveau, c'est juste un nouvel exemple.

  • Yea 3
Link to post
Share on other sites

Ceux qui font pas de gosses c'est leur vie entière qui leur appartient, présent et avenir.

quand je vois les exemples autour de moi, ils n'en font pas grand chose de cette possession de leur vie, généralement moins que ceux qui ont des lardons.

Link to post
Share on other sites

Je pense precisement qu'on a jamais ete autant responssable qu'aujourd'hui pour se decider a faire des enfants. Et c'est d'ailleur pour ca qu'on en fait plus.

A l'epoque ou mon pere est ne (1947) en Italie, dans son villages, toutes les fammilles avaient en moyenne 5 enfants, avec un seule salaire par foyer, souvent de mineur. Ils avaient du mal a nourire tout le monde.

Mon pere a eut 4 freres et deux soeurs (Dont une decedee a moins d'un mois). Ils ont commence a sortir la tette de l'eau quand le premer enfant a commence a bosser (a 8 ans) et ce netait pas l'aine, parce la coutume etait que l'aine fasse des etudes et que tout les autres se sacrifie pour les financer. Ils se parategaient un demin litre de lait de chevre a 6 le matin, en le diluant dans le l'eau. Ils mengeait de la viande un dimanche par mois et c'etait des abats.

Malgres ca mon pere m'a toujours dit qu'il a eut une enfance heureuse et qu'il n'a jamais eut faim!

Ils faisaient plein de gosses mais sans decider quoi que ce soit. "c'est la volonte de Dieu". Le mec faisait l'amour a sa femme et elle continuait a tomber en ceinte jusqu'a son corp dise "STOP", c'est tout. Ils ne se posaient meme pas la question de savoir s'ils allaient pouvoir les assumer, c'etait une evidence.

Aujourd'hui on ne voit Presque plus ca, ca reste exceptionnel. Les cas sociaux vont te faire des gosses sans reflechir a ce que ca implique, oui, ils restent moins reflechi que les autres, c'est un fait. Mais a l'epoque ce n'etait pas juste les cas sociaux, c'etait tout le monde ! Et ils ne choisissaient pas.

D'accord sur le fait de le faire, pas d'accord sur la compréhension et la responsabilisation que cela implique.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...