Aller au contenu
Adrian

Pollution de l'air extérieur : dépolluons le débat.

Messages recommandés

Citation

 

Un nouveau modèle de qualité de l’air mis au point par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) confirme que 92% de la population mondiale vit dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air ne respectent pas les limites fixées par l’OMS1. Les informations sont présentées sur des cartes interactives et mettent en évidence les zones spécifiques au sein des pays ne respectant pas les limites établies par l’OMS.

«Le nouveau modèle de l’OMS montre les pays dans lesquels on retrouve des zones à risque en matière de pollution de l’air et sert de base pour le suivi des progrès réalisés dans la lutte contre ce phénomène», indique le Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général à l’OMS.

Il représente également les données sanitaires relatives à la pollution de l’air extérieur (ambiant) les plus détaillées jamais fournies par l’OMS. Ce modèle s’appuie sur des données provenant de mesures prises par satellite, des modèles de transport aérien et des moniteurs de stations au sol pour plus de 3000 lieux, en milieu rural ou urbain. Il a été élaboré par l’OMS, en collaboration avec l’Université de Bath au Royaume-Uni.

Impact de la pollution de l’air sur la santé humaine

Quelque 3 millions de décès par an sont liés à l’exposition à la pollution de l’air extérieur. La pollution de l’air intérieur peut s’avérer tout aussi mortelle. En 2012, selon les estimations, 6,5 millions de décès (soit 11,6% des décès dans le monde) étaient associés à la pollution de l’air extérieur et à la pollution de l’air intérieur.

Près de 90% des décès liés à la pollution de l’air surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et près de 2 décès sur 3 surviennent dans les Régions OMS de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental.

Les maladies non transmissibles sont à l’origine de 94% des décès, notamment les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, la broncho-pneumopathie chronique obstructive et le cancer du poumon. La pollution de l’air augmente également le risque d’infection respiratoire aiguë.

«La pollution de l’air continue de peser lourdement sur la santé des populations les plus vulnérables, à savoir les femmes, les enfants et les personnes âgées», déclare le Dr Bustreo. «Pour être en bonne santé, il faut respirer un air pur, du premier au dernier souffle» ajoute-t-elle.

On compte parmi les principales sources de pollution de l’air, les modes de transport inefficaces, les combustibles ménagers, la combustion des déchets, les centrales électriques alimentées au charbon et les activités industrielles. Toutefois, l’activité humaine ne constitue pas la seule source de pollution de l’air. Par exemple, les tempêtes de sable, en particulier dans les régions situées à proximité d’un désert, peuvent avoir une influence sur la qualité de l’air.

Des estimations encore plus sûres

Le modèle a soigneusement calibré les données provenant de stations au sol et de satellites en vue de maximiser la fiabilité. L’exposition à la pollution de l’air dans les pays a été analysée par rapport à la population et aux niveaux de pollution de l’air, à une résolution de grille d’environ 10 km sur 10 km.

«Ce nouveau modèle constitue une étape majeure en ce qui concerne la production d’estimations encore plus sûres sur la charge mondiale considérable de plus de 6 millions de décès – 1 décès sur 9 dans le monde – dus à l’exposition à la pollution de l’air intérieur et à la pollution de l’air extérieur», déclare le Dr Maria Neira, Directrice, Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé, OMS. «De plus en plus de villes surveillent désormais la pollution de l’air, les données satellites sont plus complètes et des progrès sont accomplis dans la précision des estimations sanitaires correspondantes», ajoute le Dr Neira.

Cartes interactives

Les cartes interactives fournissent des informations sur l’exposition, par pondération en fonction de la population, aux matières particulaires d’un diamètre aérodynamique inférieur à 2,5 micromètres (PM2,5) pour tous les pays. La carte indique également les données émanant des stations de surveillance pour les mesures des PM10 et PM2,5 dans environ 3000 villes.

«Une action rapide pour faire face à la pollution atmosphérique est nécessaire d’urgence», ajoute le Dr Neira. «Il existe des solutions, notamment des systèmes de transports plus viables, la gestion des déchets solides, l’utilisation de poêles et de combustibles propres pour les ménages ainsi que les énergies renouvelables et la réduction des émissions industrielles», souligne-t-elle.

Notes aux rédactions

En septembre 2015, les dirigeants du monde ont fixé une cible dans les objectifs de développement durable consistant à réduire nettement d’ici à 2030 le nombre de décès et de maladies dus à la pollution de l’air.

En mai 2016, l’OMS a approuvé une nouvelle «feuille de route» visant à renforcer l’action face à la pollution de l’air et à ses causes. La feuille de route appelle le secteur de la santé à intensifier le suivi de la pollution de l’air au niveau local, à évaluer les conséquences pour la santé et à jouer un plus grand rôle de direction dans les politiques nationales ayant une incidence sur la pollution de l’air.

*Lignes directrices de l’OMS sur la qualité de l’air ambiant

Le modèle de la qualité de l’air de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) confirme que 92% de la population mondiale vit dans des endroits où les niveaux de qualité de l’air sont supérieurs aux niveaux fixés dans les lignes directrices de l’OMS sur la qualité de l’air ambiant pour une moyenne annuelle de particules dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres (PM 2.5). Les limites établies dans les lignes directrices de l’OMS pour une moyenne annuelle des PM 2.5 sont une moyenne annuelle de 10 μg/m3.

Les PM 2.5 comprennent des polluants comme le sulfate, les nitrates et le carbone noir, qui pénètrent profondément dans les poumons et dans le système cardiovasculaire, ce qui représente un risque grave pour la santé humaine.

La campagne BreatheLife sur la pollution de l’air

Cet automne, l’OMS lancera une campagne de communication mondiale, BreatheLife, dont l’objectif est de sensibiliser le public au problème de la pollution de l’air en tant que risque majeur pour la santé et le climat. Cette campagne est dirigée par l’OMS, en partenariat avec la Coalition pour le climat et l’air pur pour réduire les polluants atmosphériques de courte durée de vie hébergée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

La campagne met en évidence les mesures politiques pratiques que les villes peuvent mettre en œuvre (par exemple de meilleurs logements, transport, systèmes énergétiques et de gestion des déchets) et les mesures que les gens peuvent prendre en tant que communauté ou individu (par exemple: mettre un terme à la combustion des déchets, promouvoir les espaces verts, la marche/le vélo) pour améliorer la qualité de l’air.

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2016/air-pollution-estimates/fr/

 

cartographie

 

Edit FabriceM : Changement de titre. (Titre original : "Plus de 90% de la population mondiale respire un air trop pollué")

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un nouveau modèle de qualité de l’air mis au point par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) confirme que 92% de la population mondiale vit dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air ne respectent pas les limites fixées par l’OMS1

 

Le coup classique, plus les exigences de l'OMS sont sévères, plus il y a de pollution.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est quoi ce spamming ? 

 

L'espérance de vie mondiale monte en flêche. 

 

Pas dans les régions très pollués comme au nord de la Chine où elle diminue à cause de la pollution de l'air.

 

plus les exigences de l'OMS sont sévères, plus il y a de pollution.

 

Par définition de la pollution atmosphérique puisque que l'OMS fait les études qui détermine les niveaux de dangerosité pour la santé humaine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En même temps la pollution atmosphérique en Chine n'est un secret pour personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans certains coins d'Afrique aussi. Évoqué la dernière fois le cas des carburants pourris. La pollution de l'air n'est pas le seul facteur de l’espérance de vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est vrai mais ça fait pas 90% de la population mondiale

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je vois qu'à chaque fois que je suis dans Paris intramuros je trouve que l'air est particulièrement pénible à respirer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je vois qu'à chaque fois que je suis dans Paris intramuros je trouve que l'air est particulièrement pénible à respirer...

Ah, ça c'est plutôt dû à ce que les Parisiens sont puants. :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu remontes les niveaux d'alerte et donc du coup 92%, pratique. Puis tu sors un nombre de morts au doigt levé comme ça. Puis tu alertes tout le monde en sortant des cartes qui font sérieux.

Ceci dit, cette carte peut tourner en notre faveur si elle était sérieuse, je vois corrélation entre pays en vert-pays riches-pays relativement libres. Et donc le discours gauchiste comme quoi les pays riches polluent au détriment des pays pauvres et que le capitalisme pollue prendrait un sérieux coup.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les pays riches ont des normes plus stricte et sont moins corrompu que les pays pauvres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les pays riches ont des normes plus stricte et sont moins corrompu que les pays pauvres.

Non, les pays riches ont accès aux technologies qui permettent d'améliorer la qualité de l'air. Et ils sont plus riches parce que plus libres sur le plan économique. Note que les pays en vert sont le Canada, les US et l'Australie, l'Europe penche de l'autre côté, jdcjdr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc ça joue en notre faveur. C'est bon ça. L’honnêteté intellectuelle c'est bien. L'honnêteté intellectuelle de feignasse quand on a raison des le départ c'est mieux. ;):D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, ça c'est plutôt dû à ce que les Parisiens sont puants. :lol:

 

Ahah, je pensais plutôt à cette (pas subtile) atmosphère de poussières, de particules et de fumées de bagnoles... Mais si c'est le parfum parigot, alors qui suis-je pour juger? :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si Paris etait propre et sentait la rose, il y aurait encore plus de touristes. Personne ne veut ca.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, les pays riches ont accès aux technologies qui permettent d'améliorer la qualité de l'air

Suite aux lois environnementales ...

 

Note que les pays en vert sont le Canada, les US et l'Australie, l'Europe penche de l'autre côté, jdcjdr

 

Ces pays ont moins de réglementations sur la pollution ou l'Europe a un retard technologique ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les densités de population ne sont pas non plus les mêmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'etait tellement mieux quand tous ces pays etaient sous-developpes. Ils crevaient de faim au lieu de crever des poumons.

Salauds de pauvres.

Non ils crevaient des deux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'etait tellement mieux quand tous ces pays etaient sous-developpes. Ils crevaient de faim au lieu de crever des poumons.

 

Faux dilemme avec soupçons de pragmatisme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faux dilemme

Pour avoir à manger (et un certain confort de vie en général) il faut de l'énergie abondante, accessible, fiable et bon marché. Seul le charbon (et le pétrole dans une moindre mesure) le permet. Or la production d'énergie avec ces sources pollue l'air ambiant.

Donc c'est loin d'être un faux dilemme, ils se préoccuperont de la qualité de l'air quand ils auront quelque chose à bouffer et de quoi se couvrir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

egali-intercambio-fronteiras-haiti-repub

 

Photo de la frontière entre Haïti et la République Dominicaine (la partie déboisée, c'est Haïti).

 

Un peu plus riche et libéral, ça fait déjà une différence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ils se préoccuperont de la qualité de l'air quand ils auront quelque chose à bouffer et de quoi se couvrir.

 

Ils s'en préoccupent déjà car c'est insoutenable dans certaines régions mais ils ont aussi peu moyen de s'exprimer ... Le problème c'est qu'il y a des dommages faits à des personnes (maladie etc..) mais peu de moyens de réparation et de prévention de ces risques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc c'est loin d'être un faux dilemme, ils se préoccuperont de la qualité de l'air quand ils auront quelque chose à bouffer et de quoi se couvrir.

 

Voilà. 5% de plus sur le prix de l'essence c'est vraiment un prix trop lourd pour éviter de soupoudrer les gosses de poussières de plomb. Le développement d'abord.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×