Jump to content

Les Aventures des Youtubeurs merde in France cacaboum.


Adrian

Recommended Posts

Tiens je vois qu'effectivement 70-80% des commentaires de la vidéo YT du début de thread démontent l'idée, et que le com en tête de popularité fait un bon gros parallèle entre ce projet de loi et cette horreur de CNC et son impact sur le Cinéma Fraonçais.

 

tumblr_lzgg89NiKP1rpe2euo1_400.jpg

 

  • Yea 3
Link to comment

e-penser, je trouve ça pas mal. Mais pas pour pallier des cours de science ; c'est bien pour vulgariser la science, ce qui est l'objet même de la chaîne.

Il y a aussi des choses rigolotes en linguistique (NativLang, par exemple). Ou en mathématiques (Mickaël Launay). Il faut simplement garder en tête que ces chaînes n'ont pas pour but de permettre de devenir linguiste ou mathématicien ; c'est simplement du divertissement permettant de découvrir des aspects intéressants de disciplines méconnues (par exemple sur les propriétés des coniques, des fractales ou des trucs rigolos sur les multiplications).

 

Youtube, c'est formidable pour initier les gens à des choses qu'ils n'iraient pas spontanément regarder (s'inscrire à l'université en linguistique, ou se perdre dans les obscurs rayons de disciplines absconses d'une librairie spécialisée, c'est une barrière à l'accès).

 

Le souci, c'est que certains voient Youtube non pas comme une chose divertissante permettant de venir en complément d'autre chose, ou permettant d'avoir un avant-goût de vrai savoir qui fait mal aux neurones, mais comme un substitut aux livres et aux efforts intellectuels.

Croire qu'on s'y connaît en histoire ou en mythologie parce qu'on a visionné les vidéos de Nota Bene sur tel ou tel sujet = LOL & FAIL.

  • Yea 6
Link to comment

L'appréciation personnelle et donc subjective de la "qualité" de leurs vidéos n'est en rien un argument.

 

Au contraire, le discours du youtubeur dans la vidéo est un joli contre-argument: S'ils ont un public si important, et si leur contenu est de qualité, qu'ils vendent leur productions, comme les musiciens, les auteurs de BD, les illustrateurs, les romanciers, les cinéastes, les sportifs, les stars du pr0n et le reste de l'humanité.

Si youtubeur est un métier, qu'ils aient des clients.

 

Ces youtubeurs qui s'étonnent que personne ne veuille claquer l'équivalent d'une place de cinéma ou d'un demi de bière pour regarder leur vidéo de 5 à 10 minutes sur leur avis sur un truc vachement important comme la représentation du monde dans le dernier jeux vidéo à la mode.

 

Ou qui se gargarisent d'atteindre un milliard de vue cumulées entre leur différentes chaines mais qui ne comprennent pas que 1 vue youtube =!= une place de cinéma pour un film à l'affiche ou une vente de dvd et qui ne sont pas foutus de comprendre que si leurs "abonnés" sur YT ne sont pas près de payer un ticket pour voir leur productions c'est peut être parce qu'ils confondent film de cinéma, émission de chaine de télé, et leur vidéos.

Ces mêmes youtubeurs qui doivent certainement pas avoir envie de payer un abonnement canal + ou netflix ou autre.

 

Ils ont un outil super entre leurs mains, et réclament des subventions. Ils veulent le statut de créateurs, et réclament des sousous pour éviter l'épreuve de réussir à trouver un public prêt à acheter leur productions.

Bande de tocards, j'insiste.

 

A coté de ça, les streamers (ceux qui retransmettent leur partie de jeux vidéo voire leurs parties de fesses sur des sites de stream, tels twitch), se font du (enfin un peu de) fric, avec un modèle qui ressemble beaucoup plus à de la traditionnelle représentation devant public, et eux ne viennent pas chouiner pour des subventions. Enfin pas encore.

 

Voilà, le truc c'est que ces gens se mettent des barrières tout seuls comme des grands et ne sont pas capables non plus de voir que le temps de disponibilité et le portefeuille des autres ne sont pas extensible a l'infini. A partir de là , qu'ils en subissent les conséquences.

Link to comment

Les gens qui écrivent sérieusement ce genre de truc sont des malades

 

Tu n'as encore rien vu.

 

La discussion en commission sur l'amendement    http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r4272-tI.asp

Institution d’une taxe sur la publicité associée à des contenus audiovisuels diffusés en ligne

 

M. Christophe Premat. La mesure proposée a pour objet d’adapter notre fiscalité aux différentes pratiques de consommation cinématographique. Ce matin, en commission des affaires économiques, nous avons reçu plusieurs membres du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Ils nous ont engagés à nous montrer vigilants lors de l’adaptation de cette fiscalité, faisant référence à la vidéo à la demande et aux plateformes. Il s’agit de faire en sorte que les mesures soient équitables, afin de protéger nos créations et nos exportations.

Il est ainsi proposé d’élargir le paiement de la taxe vidéo. Elle sera due par tout opérateur, quel que soit son lieu d’établissement, proposant un service en France qui donne ou permet l’accès, à titre onéreux ou gratuit, à des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles ou à d’autres contenus audiovisuels. Les éditeurs de services de médias audiovisuels à la demande, comme UniversCiné ou iTunes, en seront redevables, de même que les plateformes communautaires telles que YouTube ou Dailymotion.

Afin d’assurer l’égalité de traitement entre les redevables localisés en France et ceux établis à l’étranger, seule la part des recettes de publicité et de parrainage afférentes à la mise à disposition ou à la diffusion d’œuvres ou autres contenus en France sera comprise dans l’assiette de la taxe. En outre, il est prévu un mécanisme évitant une double taxation pour les redevables établis en France qui s’acquittent d’une taxe similaire dans un autre État membre.

Mme la Rapporteure générale. Une première version de cet amendement avait été adoptée par notre commission lors de l’examen du projet de loi de finances, mais elle avait été rejetée en séance. Dans cette nouvelle version, il est expressément indiqué que la nouvelle taxe sera déduite du résultat des entreprises, afin de répondre aux inquiétudes qui s’étaient manifestées. Avis favorable.

 

M. Yann Galut. Cette taxe va permettre de toucher les contenus en ligne et la publicité. Tenant compte des précédents débats, cet amendement prévoit d’exclure certains services : ceux dont les contenus audiovisuels sont secondaires, comme les sites de presse, les services dont l’objet principal est consacré à l’information ainsi que les services dont l’activité est de diffuser les informations sur les œuvres auprès du public et d’en assurer la promotion. Il me paraît important d’adopter cet amendement qui a été modifié en réponse aux critiques.

 

Mme la Rapporteure générale. Je voudrais revenir sur un point qui avait été abordé par Karine Berger lors de nos précédents débats. Nous avons vérifié que cet amendement entrait bien dans le cadre du projet de directive européenne de mai 2016, modifiant la directive Services de médias audiovisuels (SMA).

Dans ce projet de directive, il est écrit : « Les États membres peuvent également imposer des redevances (…) sur la base des recettes tirées des services à la demande qui sont fournis sur leur territoire et visent ce dernier. (…) Ils sont également autorisés à imposer de telles obligations financières aux fournisseurs de services à la demande, établis dans un autre État membre, qui visent leur territoire. Dans ce cas, les obligations financières ne devraient porter que sur les recettes générées par l’audience dans cet État membre. »

C’est exactement ce que propose de faire cet amendement.

 

La commission adopte l’amendement CF 234 (amendement 256).

 

 Le texte d'explication de l'amendement en question     http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/4235/AN/256.asp

EXPOSÉ SOMMAIRE

 

La mesure proposée a pour objet d’adapter le dispositif actuel de taxe sur les ventes et locations de vidéogrammes et opérations assimilées (taxe vidéo et VàD). Il s’agit d’intégrer dans l’assiette de la taxe, qui est aujourd’hui uniquement constituée du prix payé par les utilisateurs, les recettes publicitaires et de parrainage, et ce quel que soit le modèle économique de vidéo à la demande : accès aux œuvres ou autres contenus audiovisuels payant ou gratuit pour l’usager.

 

La taxe sera due par tout opérateur, quel que soit son lieu d’établissement, proposant un service en France qui donne ou permet l’accès, à titre onéreux ou gratuit, à des œuvres cinématographiques ou audiovisuelles ou autres contenus audiovisuels. Seront ainsi considérés comme redevables de la taxe tant les éditeurs de services de médias audiovisuels à la demande (comme Universciné ou iTunes) que les plateformes communautaires (du type You Tube ou Dailymotion), dès lors qu’elles permettent d’accéder à des contenus audiovisuels. Toutefois, dans ce cas, pour tenir compte de la spécificité des contenus audiovisuels disponibles via ces services, pouvant comprendre une part importante de contenus « amateurs », créés par des utilisateurs privés, il est prévu un abattement d’assiette de 66 % au lieu de l’abattement de 4 % dans les autres cas.

En outre, les services dont les contenus audiovisuels sont secondaires, comme les sites de presse, les services dont l’objet principal est consacré à l’information, ainsi que les services dont l’activité est de diffuser les informations sur les œuvres auprès du public et d’en assurer la promotion seront exclus du dispositif.

 

Afin d’assurer l’égalité de traitement entre les redevables localisés en France et ceux établis à l’étranger, seule la part des recettes de publicité et de parrainage afférentes à la mise à disposition ou à la diffusion, d’œuvres ou autres contenus en France, sera comprise dans l’assiette de la taxe. En outre, il est prévu un mécanisme évitant une double taxation pour les redevables établis en France qui s’acquittent d’une taxe similaire dans un autre État membre.

 

Par ailleurs, afin de ne pas taxer deux fois certaines recettes de publicité et de parrainage, seront exclues de l’assiette de la taxe les recettes de publicité et de parrainage issues de l’exploitation de services de télévision de rattrapage, déjà taxées au titre de la taxe sur les services de télévision.

 

Le taux de la taxe restera inchangé : il est de 2 % et passe à 10 % lorsque les recettes publicitaires ou de parrainage sont liées à la diffusion de contenus & œuvres cinématographiques ou audiovisuelles à caractère pornographique ou violent, selon les critères appliqués au code général des impôts et au code du cinéma et de l’image animée.

 

Par ailleurs, afin de tenir compte de la spécificité économique de certains services la mise en place d’une franchise de 100 000 € apparaît justifiée.

 

Enfin, les recettes publicitaires et de parrainage étant généralement encaissées par des régies publicitaires, il conviendra de pouvoir contrôler leur activité par la fourniture au redevable et à l’administration fiscale d’un récapitulatif annuel des sommes encaissées.

 

Cette extension de la taxe vidéo se justifie pleinement afin de rétablir l’équité fiscale entre les plateformes gratuites et payantes et entre acteurs nationaux et étrangers, notamment américains. En effet, rien ne justifie que la diffusion d’une œuvre soit taxée lorsqu’elle est disponible sur une plateforme de télévision à la demande, ou un service de vidéo à la demande, et que sa diffusion sur une plateforme gratuite ne génère aucun revenu finançant la création.

 

L’extension de la taxe vidéo permet d’inclure dans le système vertueux du financement de la création cette nouvelle forme de diffusion des œuvres que constituent les plateformes gratuites. Elle permet ainsi d’abonder le centre national du cinéma et de l’image animée, qui a vocation à soutenir toute ces nouvelles créations qui ne transitent pas par les canaux traditionnels de la diffusion. Elle touchera très majoritairement des plateformes étrangères, notamment américaines, établies à l’étranger pour des raisons fiscales, qui bénéficient de substantiels revenus publicitaires liés à la diffusion sur notre marché d’œuvres qu’elles ne financent aujourd’hui pas. Elle continuera de s’articuler avec l’impôt sur les bénéfices des sociétés, continuant d’être déductible des bénéfices concernés.

Il s’agit donc d’une mesure essentielle, qui garantit la pérennité du système de financement de la création en France, et qui permet d’affirmer la souveraineté fiscale de la France : après l’assujettissement des plateformes payantes établies à l’étranger, que le Parlement a voté en 2013, cette mesure permet d’étendre la taxation aux plateformes gratuites établies à l’étranger.

Link to comment

C'est bien ce que je dis, vous n'aimez rien.

Est-ce NoName et Neomatix pourrait venir me soutenir dans cette lutte des âges ? Merci

hônnetement je suis assez d'accord avec toi et avec poney en même temps.

Sur youtube y'a vraiment pas mal de contenu de qualité. Le problème, c'est que y'a encore bien, bien, bien plus de contenu sans grand intérêt, et encore pire, de bon gros putaclic merdique de mes deux.

Le youtube game s'est salement embourbé depuis quatre-cinq ans je trouve, avec l'explosion des contenus à la cyprien et norman. Extraordinairement, ce sont les professionnels du Youtube (les mecs qui font que ça et qui produisent du contenu youtube ultra-calibré) qui sont en train d'étouffer toute la créativité en enterrant sous un flot ininterrompu de merdes produite en série les trucs cools, drôles, intéressant ou originaux. Ce qui est encore pire, c'est que ce contenu merdique devient le contenu dominant et dès lors, la "page d'accueil" de Youtube, ce qui est exactement ce qu'il faudrait pas voir. Exactement comme la musique de merde rend la bonne inaudible par contamination.

De plus, j'observe un gros problème qui est que la "starification" de certains youtubeurs type Norman et Cyprien a fait prendre la putain de grosse tête à un certain nombre d'entre eux, qu'ils s'imaginent pouvoir changer le monde comme ça et c'est pour ça que tu te retrouves avec des saloperies comme #OnVautMieuxQueÇa à la télé.

Youtube, comme tous les médias, est en train de vivre son industrialisation et sa professionnalisation et avec ça vient l'heure de la merde en grande série.

 

Non, ils sont trop occupés à lire des livres.

doucement, je ne suis pas si intelligent que ça :mrgreen:

 

L'appréciation personnelle et donc subjective de la "qualité" de leurs vidéos n'est en rien un argument.

 

Au contraire, le discours du youtubeur dans la vidéo est un joli contre-argument: S'ils ont un public si important, et si leur contenu est de qualité, qu'ils vendent leur productions, comme les musiciens, les auteurs de BD, les illustrateurs, les romanciers, les cinéastes, les sportifs, les stars du pr0n et le reste de l'humanité.

Si youtubeur est un métier, qu'ils aient des clients.

 

Ces youtubeurs qui s'étonnent que personne ne veuille claquer l'équivalent d'une place de cinéma ou d'un demi de bière pour regarder leur vidéo de 5 à 10 minutes sur leur avis sur un truc vachement important comme la représentation du monde dans le dernier jeux vidéo à la mode.

 

Ou qui se gargarisent d'atteindre un milliard de vue cumulées entre leur différentes chaines mais qui ne comprennent pas que 1 vue youtube =!= une place de cinéma pour un film à l'affiche ou une vente de dvd et qui ne sont pas foutus de comprendre que si leurs "abonnés" sur YT ne sont pas près de payer un ticket pour voir leur productions c'est peut être parce qu'ils confondent film de cinéma, émission de chaine de télé, et leur vidéos.

Ces mêmes youtubeurs qui doivent certainement pas avoir envie de payer un abonnement canal + ou netflix ou autre.

 

Ils ont un outil super entre leurs mains, et réclament des subventions. Ils veulent le statut de créateurs, et réclament des sousous pour éviter l'épreuve de réussir à trouver un public prêt à acheter leur productions.

Bande de tocards, j'insiste.

 

A coté de ça, les streamers (ceux qui retransmettent leur partie de jeux vidéo voire leurs parties de fesses sur des sites de stream, tels twitch), se font du (enfin un peu de) fric, avec un modèle qui ressemble beaucoup plus à de la traditionnelle représentation devant public, et eux ne viennent pas chouiner pour des subventions. Enfin pas encore.

 

yep

quand je vois comment pleurnichent les youtubeurs, ça me fait rire. A côté de ça, des streamers ramassent pas mal. Bah oui, mais ils streament six ou sept heures par jour, pendant les vacances, parfois (souvent) la nuit, parfois les week-end. C'est un VRAI taf complet avec des horaires et tout. 

 

 
Link to comment

Tout est dans cette phrase à la con:

 

Il s’agit donc d’une mesure essentielle, qui garantit la pérennité du système de financement de la création en France, et qui permet d’affirmer la souveraineté fiscale de la France [...]

Impôts et impôts sur la créativité des autres pour sponsoriser une "créativité nationale". Non seulement il faut que les autres payent des impôts, mais il est hors de question de laisser les "créateurs" seuls. Il faut intervenir sur la création artistique en France, parce que sinon il va se passer des choses horribles. C'est la même chose à la fin de la journée.

Une usine à gaz persuadée de sa propre importance, merci l'état français. A lire cela l'image de la RDA s'impose de plus en plus à mon esprit.

Link to comment

Une usine à gaz persuadée de sa propre importance, merci l'état français.

 

En parlant de ça, de mon point de vue naïf, un abattement d'assiette fiscale et une réduction du taux sont équivalents (on peut compenser toute variation de l'un par une variation de l'autre). Donc, autant utiliser seulement la variation de taux, qui est nettement plus compréhensible. Donc, c'est quoi l'intérêt de définir des abattements d'assiette ? Mis à part faire chier gratuitement les contribuables ?

 

Market-Square-Pari_Plate-Breaking_web.jp

Link to comment

En parlant de ça, de mon point de vue naïf, un abattement d'assiette fiscale et une réduction du taux sont équivalents (on peut composer toute variation de l'un par une variation de l'autre). Donc, autant utiliser seulement la variation de taux, qui est nettement plus compréhensible. Donc, c'est quoi l'intérêt de définir des abattements d'assiette ? Mis à part faire chier gratuitement les contribuables ?

L'illusion de taux unique ?
Link to comment

hônnetement je suis assez d'accord avec toi et avec poney en même temps.

Sur youtube y'a vraiment pas mal de contenu de qualité. Le problème, c'est que y'a encore bien, bien, bien plus de contenu sans grand intérêt, et encore pire, de bon gros putaclic merdique de mes deux.

Le youtube game s'est salement embourbé depuis quatre-cinq ans je trouve, avec l'explosion des contenus à la cyprien et norman. Extraordinairement, ce sont les professionnels du Youtube (les mecs qui font que ça et qui produisent du contenu youtube ultra-calibré) qui sont en train d'étouffer toute la créativité en enterrant sous un flot ininterrompu de merdes produite en série les trucs cools, drôles, intéressant ou originaux. Ce qui est encore pire, c'est que ce contenu merdique devient le contenu dominant et dès lors, la "page d'accueil" de Youtube, ce qui est exactement ce qu'il faudrait pas voir. Exactement comme la musique de merde rend la bonne inaudible par contamination.

[...]

Youtube, comme tous les médias, est en train de vivre son industrialisation et sa professionnalisation et avec ça vient l'heure de la merde en grande série.

 

 

Ah oui, et comment ils s'y prennent comment concrètement pour les étouffer ? Pourquoi ça te pose problème que certains youtubeurs fassent des vidéos qui plaisent aux masses, dans un format adapté aux masses, avec des blagues de merdes adaptées aux masses et qui récoltent donc de l'argent de masse ?

 

Les anciens médias fonctionnaient avec des canaux de diffusion limités, dire que certains contenus étouffaient certains autres avaient du sens. L'industrialisation & la professionnalisation de youtube / autre plateformes internet se comporte différemment des anciens médias à canaux limités, en l’occurrence il y a des contenus pour tout le monde, y compris des merdes en grande série pour les masses.

 

 

yep

quand je vois comment pleurnichent les youtubeurs, ça me fait rire. A côté de ça, des streamers ramassent pas mal. Bah oui, mais ils streament six ou sept heures par jour, pendant les vacances, parfois (souvent) la nuit, parfois les week-end. C'est un VRAI taf complet avec des horaires et tout. 

 

C'est pas exactement la même activité. Monter bien une vidéo prends plusieurs jours (j'ai monté des conférences de 1h30/2h et étant perfectionniste j'y passais facilement plus d'une semaine).

Et puis ce que tu récolte d'une activité n'est pas fonction du temps que tu y passes.

Link to comment
C'est pas exactement la même activité. Monter bien une vidéo prends plusieurs jours (j'ai monté des conférences de 1h30/2h et étant perfectionniste j'y passais facilement plus d'une semaine).

Et puis ce que tu récolte d'une activité n'est pas fonction du temps que tu y passes.

 

Bien sûr. Une vidéo montée est différente d'un stream de jeu. Le propos de ma référence initiale aux streamers est que les youtubeurs fr ne comprennent pas que le passage de vidéo gratuites (donc tout le monde mate en passant) est différent d'un contenu pour lequel un public serait prêt à payer. Alors que les streamers trouvent plus ou moins leur public.

Et encore ce sont des donations, pas des ventes de billets ou VOD.

 

En simple les YTbeurs fr ne comprennent pas que s'ils veulent vendre va falloir faire mieux que du vidéo gag. Sur toutes les vidéos en page d’accueil de YT auxquel Nigel fait allusion, si demain elles étaient payantes, toutes ne survivraient pas. Surtout quand le public visé est du collégien sans des masses de sous dans la poche.

Link to comment

Ah oui, et comment ils s'y prennent comment concrètement pour les étouffer ? Pourquoi ça te pose problème que certains youtubeurs fassent des vidéos qui plaisent aux masses, dans un format adapté aux masses, avec des blagues de merdes adaptées aux masses et qui récoltent donc de l'argent de masse ?

 

Voilà. Qu'on les apprécie ou pas, si certains "dominent" c'est parce qu'ils ont trouvé le bon filon/ont été bien conseillés/ont fait le bon choix/ont vu plus loin, ni plus ni moins. 

 

Si l'on un public restreint , que l'on fait moins de vues il faut savoir se poser les bonnes questions. Quitte a sortir de la plateforme youtube et a faire quelque chose de plus complet qu'on vendra plus cher. 

Link to comment

J'ai calculé que ces 4 dernières années j'ai dépensé 2800€ de livres (enfin, seulement sur Amazon c'est sans prendre en compte les livres de seconde main, la Fnac, la librairie du campus et toutes les autres)

Les youtubeurs veulent du fric ?

 

Qu'ils écrivent des bouquins ces putains de paresseux.

Du coup j'ai fait le calcul vite fait : je dépense en moyenne 100 euros par mois de bouquins depuis... assez longtemps pour me faire regarder ma bibliothèque d'un nouvel œil :online2long:

C'est comme ces fumeurs à qui on dit qu'en économisant le prix de leurs clopes sur X années ils auraient pu acheter une Ferrari. Sauf que soyons honnêtes, si j'avais ce pognon sous la main je m'en re-servirais exactement pour la même chose :mrgreen:

 

En simple les YTbeurs fr ne comprennent pas que s'ils veulent vendre va falloir faire mieux que du vidéo gag. Sur toutes les vidéos en page d’accueil de YT auxquel Nigel fait allusion, si demain elles étaient payantes, toutes ne survivraient pas. Surtout quand le public visé est du collégien sans des masses de sous dans la poche.

À mon avis c'est plutôt le contraire. Les mecs de cette pétition se voient comme d'honnêtes artisans soucieux de qualité envahis par les vidéo-gag qui leur volent leur travail et demandent donc de l'aide. Parce que les Norman ou les Squeezie ici on ne les entend justement pas parce qu'ils gagnent très bien leur vie.

Donc vos histoires de qualité en fait ça abonde dans leur sens, c'est assez rigolo.

  • Yea 2
Link to comment

Du coup j'ai fait le calcul vite fait : je dépense en moyenne 100 euros par mois de bouquins depuis... assez longtemps pour me faire regarder ma bibliothèque d'un nouvel œil :online2long:

 

mhunderbooks.jpg

  • Yea 1
Link to comment

Ah oui, et comment ils s'y prennent comment concrètement pour les étouffer ? Pourquoi ça te pose problème que certains youtubeurs fassent des vidéos qui plaisent aux masses, dans un format adapté aux masses, avec des blagues de merdes adaptées aux masses et qui récoltent donc de l'argent de masse ?

 

Les anciens médias fonctionnaient avec des canaux de diffusion limités, dire que certains contenus étouffaient certains autres avaient du sens. L'industrialisation & la professionnalisation de youtube / autre plateformes internet se comporte différemment des anciens médias à canaux limités, en l’occurrence il y a des contenus pour tout le monde, y compris des merdes en grande série pour les masses.

 

le temps de disponibilité de cerveau des internautes n'est pas illimité, la couverture médiatique n'est pas illimité et l'exposition non plus n'est pas illimitée.

 

 

À mon avis c'est plutôt le contraire. Les mecs de cette pétition se voient comme d'honnêtes artisans soucieux de qualité envahis par les vidéo-gag qui leur volent leur travail et demandent donc de l'aide. Parce que les Norman ou les Squeezie ici on ne les entend justement pas parce qu'ils gagnent très bien leur vie.

Donc vos histoires de qualité en fait ça abonde dans leur sens, c'est assez rigolo.

je sais, mais ce que je disais est plutôt une digression. j'observe un double phénomène: d'une part la multiplication des contenus de merde, de l'autre l'explosion des chevilles de la part des youtubeurs à la dany caligula qui les amènent à se prendre pour autre chose que des youtuburnes.

au milieu de tout ça, il reste du contenu de qualité mais si tu fais le tour des petitionneurs, c'est quand même pas high-level.

Link to comment

À mon avis c'est plutôt le contraire. Les mecs de cette pétition se voient comme d'honnêtes artisans soucieux de qualité envahis par les vidéo-gag qui leur volent leur travail et demandent donc de l'aide. Parce que les Norman ou les Squeezie ici on ne les entend justement pas parce qu'ils gagnent très bien leur vie.

Donc vos histoires de qualité en fait ça abonde dans leur sens, c'est assez rigolo.

 

Par qualité j'entends bien "produit pour lequel un public donné serait prêt à payer".

Donc non, je n'abonde pas dans leur sens, même si tu semble me lire de travers. Je leur dit de trouver leur public et basta.

SI leur public ne veut pas payer/ne peut pas payer parce que trop gamin et que seule la pub peut les payer, bah qu'ils s'adaptent, ni plus ni moins.

Link to comment

de l'autre l'explosion des chevilles de la part des youtubeurs à la dany caligula qui les amènent à se prendre pour autre chose que des youtuburnes.

 

Oui ça c'est un peu incontournables de toitube, la branlette sur le compteur de vue et surtout le jeux d'ego démentiel partagé entre le mec qui se filme et les abrutis dans les coms qui se battent pour une place au soleil. :D

Internet donne à l'humanité une des choses qui la fait profondément bander: un statut social et une notoriété. On n'as pas fini de voir des histoires alla Sarkeesian et autre délires style skyblog.

Link to comment

Je pense plus vite que j'écris donc je fais des fautes :P

Certes. Et concrètement, penser tellement vite te permet de relire tes messages avant de les envoyer, de façon à en extirper les fautes d'orthographe.

Pourquoi ne le fais-tu pas ? :)

C'est le privilège des génies d'avoir le droit de se tromper. Voltaire

Hmmm. Tu as déjà entendu parler de l'effet Dunning-Kruger ? :rolleyes:
Link to comment

 

le temps de disponibilité de cerveau des internautes n'est pas illimité, la couverture médiatique n'est pas illimité et l'exposition non plus n'est pas illimitée.

 

 

Et alors ? On dirait un argumentaire contre le libre échange, ça ne peut pas expliquer "les gros étouffent les petits".

Youtuburnes excellent je retiens l'expression :D .

Link to comment

Je crois que j'ai trouvé de quel texte il s'agit.

 

Ca fait partie des amendements apportés en commission desfinances au projet de loi de finance rectificatif pour 2016.

 

http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rapports/r4272-tII.pdf

 

Page 249 et suivantes, voir dans la colonne de droite ajout d'un article 1609 sexdecies B (sic) au titre "Taxe sur les ventes et les locations de vidéogrammes destinés à l’usage privé du public" dans le code générale des impôts.

 

Article qui instituerait une  "Taxe sur la diffusion en vidéo physique et en ligne de contenus audiovisuels"

 

Donc sadomasos ou pragmatiques ? Qui précède : l'ingérence du politique ou le lobbying des pas-assez-vus ?

 

Sinon, en argument qui a l'air de faire mouche chez certains, il y a le fait de s'attaquer aux publicitaires. Le youtubeur apprécie de compter sur la générosité de ses spectateurs car ce qu'il touche des revenues publicitaires ne lui suffit pas. Il a l'impression de se faire avoir et veut palper plus de ceux qu'il considère comme les grands gagnants dans cette histoire. S'il n'arrive pas à négocier par manque de notoriété, alors il faut en appeler à l'État pour récupérer quelques miettes qui lui reviennent, selon lui. "Ce n'est que justice !"

Link to comment

Oui à vous deux, les mecs qui font vraiment des trucs bien arrivent à trouver un business model ne vous inquiétez pas.

Wait on parle de la France là. L'incitation à l'entrepreneuriat a été remplacée par l'incitation à remplir des cerfas pour décrocher des subventions.

Vu qu'on leur a répété à la fac que la production de matériel éducatif était sous-optimale faut pas s'étonner.

Link to comment

Donc sadomasos ou pragmatiques ? Qui précède : l'ingérence du politique ou le lobbying des pas-assez-vus ?

 

Sinon, en argument qui a l'air de faire mouche chez certains, il y a le fait de s'attaquer aux publicitaires. Le youtubeur apprécie de compter sur la générosité de ses spectateurs car ce qu'il touche des revenues publicitaires ne lui suffit pas. Il a l'impression de se faire avoir et veut palper plus de ceux qu'il considère comme les grands gagnants dans cette histoire. S'il n'arrive pas à négocier par manque de notoriété, alors il faut en appeler à l'État pour récupérer quelques miettes qui lui reviennent, selon lui. "Ce n'est que justice !"

 

C'est du damage control en mode lèche pompe et complètement foireux.

 

Car même dans une logique corporatiste, il y a bien peu de chance que quiconque dans la liste voit sa situation objectivement améliorée avec des subventions, vu les effets boomerang sur leur rémunération "de marché".

 

Ils sont juste désespérés de récupérer quelques miettes du gateau, et doivent se dire qu'au pire leur agitation peut leur apporter quelques mesurettes compensatoires.

 

La seule chose à faire, qui aurait été de pourrir médiatiquement les idiots criminels à l'origine de ce genre de taxes débiles, ils y ont renoncé d'office, par manque de courage et par manque d'armement intellectuel.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...