Jump to content
  • ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Sanson
      Bonjour,
       
      (Je ne sais pas si ce fil n'a pas plutôt sa place en Argumentaire)
       
      Ce fil n'a pas pour but de discuter du marché du travail selon la philosophie libérale, car ces considérations n'ont de toutes façons aucune chance de convaincre quelqu'un qui ne partage pas les prémisses libérales, mais de savoir si les critiques du "libéralisme" ont raison, et si l'on peut défendre la libéralisation du marché du travail.
       
       
       
      Zonant ce matin sur un célèbre site de partage et de commentaire de lien, je tombe en première page là-dessus :
       
      http://www.europe1.fr/emissions/derriere-le-buzz/allemagne-la-presse-sous-le-choc-apres-la-supposee-censure-dun-rapport-sur-la-pauvrete-par-le-gouvernement-2927942
       
      Les commentaires reprennent un discours que j'entends souvent, qui est que la libéralisation du marché du travail est un mauvais deal [paragraphe sur les puissants qui écrasent les petits], car dans les pays qui ont libéralisé leur marché du travail, les USA, l'Allemagne, les RU, le taux de pauvreté est plus élevé qu'en France, où on ne l'a pas fait. Ce discours met en garde contre les jobs à 1€, la facilitation du licenciement, etc.
       
      Lorsque je regarde les chiffres Eurostat, on voit qu'effectivement le taux de pauvreté est plus important au RU et en Allemagne (et en Suède, pour prendre un exemple bien connu de marché du travail libéralisé) qu'en France : http://ec.europa.eu/eurostat/fr/web/gdp-and-beyond/quality-of-life/at-risk-of-poverty-rate
       
      On a ainsi pour la France :
       
      2013 : 13,7%
      2014 : 13,3%
      2015 : 13,6%
       
      Pour l’Allemagne :
       
      2013 : 16,1%
      2014 : 16,7%
      2015 : 16,7%
       
      Pour le RU :
       
      2013 : 15,9%
      2014 : 16,8%
      2015 : 16,7%
       
      Ces chiffres me surprennent car, intuitivement, on pourrait penser qu'un moindre taux de chômage et un plus fort taux d'emplois amènent à moins de pauvreté, mais non seulement ce taux est plus élevé dans ces pays qu'en France, mais en plus il semble augmenter.
       
      Qu'est-ce qu'on peut en conclure pour le marché du travail ? Que répondre à ceux qui utilisent ces statistiques pour s'opposer aux petites tentatives de libéralisation du travail en France ces dernières années ?
×
×
  • Create New...