Jump to content

Recommended Posts

il y a 4 minutes, poney a dit :

L'article indique juste que Patrick a dit que c'était un opportunité de ramener du libéralisme dans la politique belge, ce qui stupide à mon avis vu la passif de Destehxe, pas qu'il rentre dans ses listes.

 

Je doute que Nick le considère comme un droitard, mais je peux me tromper.

 

My bad je l'ai lu de traviole, ça dit bien que PS est le troisième larron.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

un peu des deux, on y verra plus clair dans quelques jours, peut-être 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 04/05/2018 à 19:03, Johnnieboy a dit :

 

Il essaie clairement de la pécho. Ce qui est tout de même plus important que la politique.

 

 Visiblement, il aurait reussi. 

 

 Je dis ça pour confirmer ce que je pense de certaines positions de Fabry. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si tous les antilibéraux du monde faisaient l'effort de surmonter leurs différences et de marcher main dans la main...

 

C'est intéressant de remarquer qu'historiquement, ce genre de stratégie est (presque*) toujours prônée par des gens de droite ; mais jamais depuis l'extrême-gauche.

 

* Karl Radek étant l'une des rares exceptions à la règle. Il y a eu aussi Ernst Niekisch, encore que ça semble difficile de le classer à gauche.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

Et si tous les antilibéraux du monde faisaient l'effort de surmonter leurs différences et de marcher main dans la main...

 

C'est intéressant de remarquer qu'historiquement, ce genre de stratégie est (presque*) toujours prônée par des gens de droite ; mais jamais depuis l'extrême-gauche.

 

* Karl Radek étant l'une des rares exceptions à la règle. Il y a eu aussi Ernst Niekisch, encore que ça semble difficile de le classer à gauche.

J'ai toujours éte frappée de constater à quel point on pouvait être aussi ignare et sûr de soi. Ça me fait penser aux mêmes libéraux dogmatiques qui portent des jugements de valeur sur la pensée de Marx sans ne l'avoir jamais lu (le comble de la médiocrité quoi...). Et puis, comme disait Bastiat : "le fric putain le fric le fric le fric".

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alain de Benoist termine son œuvre en publiant un très explicite Contre le libéralisme (cf le compte-rendu de Jean-Paul Brighelli).

 

Je ne pense pas investir dedans vu la nullité manifeste de ce qu'il a produit comme critique la dernière fois.

 

Ce coup-ci, il semble pas mal taper sur Hayek (manque de bol, Hayek n'est pas tout le libéralisme. Il va peut-être devoir écrire une suite):

 

Citation

Les chapitres centraux de l’essai d’Alain de Benoist portent sur l’œuvre de Friedrich Hayek et la question du conservatisme et de l’identité : peut-on en effet s’affirmer à la fois libéral et conservateur ou encore libéral et national ? Un positionnement que revendique une bonne partie de la droite en France.

Pour répondre à cette interrogation, Alain de Benoist se livre à un examen sans concession de l’œuvre d’Hayek et en particulier de son analyse du rôle des traditions et de ce qu’il nomme le constructivisme.

La référence au rôle structurant des traditions ou au fait que l’homme doit s’habituer à vivre avec des institutions qu’il n’a pas forcément choisi en raison, peuvent certes séduire un esprit conservateur.

Mais Alain de Benoist montre que dans le même temps Hayek, penseur paradoxal, plaide pour la grande société – par opposition à ce qu’il nomme l’ordre tribal ou archaïque qui ressemble beaucoup à la société ouverte que Karl Popper et George Soros appellent de leurs vœux.

Or, il y a « une contradiction de principe entre des traditions qui par définition sont toujours le propre de cultures particulières, et l’universalité des règles formelles que Hayek recommande d’adopter »[6].

Et comme Hayek affirme que la grande société libérale est l’aboutissement naturel d’un processus de sélection historique ayant donné naissance à la modernité, il est « aisé de voir par là que la traditionalisme hayékien ne se rapporte en fait qu’à la tradition de… l’extinction des traditions ».[7]

Car la tradition qu’invoque Hayek ne connaît « ni finalité collective, ni bien commun, ni valeur sociale, ni imaginaire symbolique partagé » : elle n’est valorisée que « pour autant qu’elle naît de la désagrégation des sociétés archaïques » traditionnelles.

Un libéralisme impolitique

Le chapitre consacré à Hayek s’ouvre sur une citation ironique : « Laissez faire la misère, laissez faire la mort ! »

Alain de Benoist montre en effet que la critique hayekienne du constructivisme revient de proche en proche à récuser toute politique. L’œuvre de Hayek apparaît sur ce plan comme proprement impolitique, conformément à l’esprit du libéralisme, qui recherche une neutralité axiologique absolue.

La critique du constructivisme par Hayek est donc incapacitante, car « dire que le marché n’est ni juste ni injuste, revient à dire en effet que le marché doit être soustrait dans ses effets au jugement humain, qu’il est la nouvelle divinité, le nouveau dieu unique devant lequel il faut s’incliner ».[8]

Ce qui revient à préconiser une dramatique résignation, proprement inhumaine. S’il faut abandonner le « gouvernement des hommes » pour se trouver livré à « l’administration des choses » – pour reprendre la formule des saint-simoniens -, donc pour être soi-même transformé en chose, où est donc le fameux progrès ?

En outre « la dichotomie faite par Hayek entre ordre spontané et ordre institué apparaît finalement comme irrecevable »[9] : car toute l’histoire de l’humanité est faite d’une combinaison des deux.

Alain de Benoist montre d’ailleurs que le marché lui-même ne s’est pas instauré spontanément, mais résulte bien en Europe de l’action de l’Etat naissant, soucieux d’organiser le développement du commerce pour stabiliser l’assiette, toujours fragile, de ses ressources fiscales.

https://www.polemia.com/contre-le-liberalisme-nouvel-essai-alain-de-benoist-faut-lire/

Share this post


Link to post
Share on other sites
50 minutes ago, Johnathan R. Razorback said:

 

Qu'est-ce qu'il écrit mal, Brighelli ! Et dire que ce gus est agrégé de lettres modernes...

Et surtout : qu'est-ce que sa prose est lourde, grossière et vulgaire.

Le plus drôle est qu'il reproche au libéralisme de pousser à une surconsommation... vulgaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Largo Winch a dit :

Le plus drôle est qu'il reproche au libéralisme de pousser à une surconsommation... vulgaire.

 

Oui, son article est rempli de tous les poncifs antilibéraux éculés (triomphe de l'avoir sur l'être, etc).

 

C'est vraiment décourageant de voir tant d'esprits capables sombrer dans les mêmes abysses. Mais comme dirait l'autre:


« La soif de dominer est celle qui s’éteint la dernière dans le cœur de l’homme. » -Nicolas Machiavel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

« La soif de dominer est celle qui s’éteint la dernière dans le cœur de l’homme. » - Nicolas Machiavel

... en voilà une rude.

Peut être exagérée (?)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Rübezahl a dit :

... en voilà une rude.

Peut être exagérée (?)

 

Oui, je trouve aussi. Mais Machiavel -c'est son côté chrétien- est un pessimiste (cela dit je ne sais pas d'où Philippe Nemo sort que Machiavel tiendrait la contrainte pour la seule cause de la vie sociale).

 

Autre passage que j'ai bien (je le connais presque de mémoire): "De là naît une dispute: s'il est meilleur d'être aimé que craint, ou l'inverse. On répond qu'on voudrait être l'un et l'autre ; mais comme il est difficile de les marier ensemble, il est beaucoup plus sûr d'être craint qu'aimé, quand on doit manquer de l'un des deux. Des hommes, en effet, on peut dire généralement ceci: qu'ils sont ingrats, changeants, simulateurs et dissimulateurs, ennemis des dangers, avides de gain ; et tant que tu leur fais du bien, ils sont tout à toi, t'offrent leur sang, leurs biens, leur vie, leurs enfants, comme je l'ai dit plus haut, quand le besoin est lointain ; mais quand il s'approche de toi, ils se dérobent. Et le prince qui s'est entièrement reposé sur leurs paroles, se trouvant dénué d'autres préparatifs, succombe ; car les amitiés qui s'acquièrent à prix d'argent, et non par grandeur et noblesse d'âme, on les paye, mais on ne les possède pas, et quand les temps sont venus, on ne peut les dépenser. Et les hommes hésitent moins à nuire à un qui se fait aimer qu'à un qui se fait craindre ; car l'amour est maintenu par un lien d'obligation qui, parce que les hommes sont méchants, est rompu par toute occasion de profit particulier ; mais la crainte est maintenue par une peur de châtiment qui ne t'abandonne jamais.
Le prince, cependant, doit se faire craindre en sorte que s'il n'acquiert pas l'amour, il évite la haine, car être craint et n'être pas haï peuvent très bien se trouver ensemble ; et cela arrivera toujours pourvu qu'il s'abstienne des biens de ses concitoyens et de ses sujets, et de leurs femmes ; et quand pourtant il lui faudrait procéder contre le sang de quelqu'un, le faire, pourvu qu'il y ait justification convenable et cause manifeste ; mais surtout, s'abstenir du bien d'autrui: car les hommes oublient plus vite la mort de leur père que la perte de leur patrimoine. Et puis, les motifs pour ôter les biens ne font jamais défaut ; et toujours celui qui commence à vivre de rapine trouve motif d'usurper le bien d'autrui ; contre le sang, à l'inverse, ils sont plus rares et font défaut plus vite
."


-Nicolas Machiavel, Le Prince, GF-Flammarion, trad. Yves Lévy, Paris, 1992 (1532 pour la première édition italienne), 220 pages, p.138-139.

 

 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Johnathan R. Razorback a dit :

Alain de Benoist montre d’ailleurs que le marché lui-même ne s’est pas instauré spontanément, mais résulte bien en Europe de l’action de l’Etat naissant

C'est tellement faux à tellement de niveaux... Que les États et les pouvoirs politiques, pour assurer leurs rentrées fiscales, aient donné des privilèges aux organisateurs de marchés et aient réprimé ceux qui comptaient s'en passer, c'est tout à fait exact ; mais le marché, lui, est né de manière tout à fait indépendante du politique (et sans doute bien avant lui), et il a longtemps prospéré contre le politique.

  • Yea 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

Mais Machiavel -c'est son côté chrétien- est un pessimiste (cela dit je ne sais pas d'où Philippe Nemo sort que Machiavel tiendrait la contrainte pour la seule cause de la vie sociale).

 

Autre passage que j'ai bien (je le connais presque de mémoire): "De là naît une dispute: s'il est meilleur d'être aimé que craint, ou l'inverse. On répond qu'on voudrait être l'un et l'autre ; mais comme il est difficile de les marier ensemble, il est beaucoup plus sûr d'être craint qu'aimé, quand on doit manquer de l'un des deux. Des hommes, en effet, on peut dire généralement ceci: qu'ils sont ingrats, changeants, simulateurs et dissimulateurs, ennemis des dangers, avides de gain ; et tant que tu leur fais du bien, ils sont tout à toi, t'offrent leur sang, leurs biens, leur vie, leurs enfants, comme je l'ai dit plus haut, quand le besoin est lointain ; mais quand il s'approche de toi, ils se dérobent. Et le prince qui s'est entièrement reposé sur leurs paroles, se trouvant dénué d'autres préparatifs, succombe ; car les amitiés qui s'acquièrent à prix d'argent, et non par grandeur et noblesse d'âme, on les paye, mais on ne les possède pas, et quand les temps sont venus, on ne peut les dépenser. Et les hommes hésitent moins à nuire à un qui se fait aimer qu'à un qui se fait craindre ; car l'amour est maintenu par un lien d'obligation qui, parce que les hommes sont méchants, est rompu par toute occasion de profit particulier ; mais la crainte est maintenue par une peur de châtiment qui ne t'abandonne jamais.

Pessimiste, peut-être. Mais le propos est tristement vrai : méchants et intéressés. On a toujours de bonnes raisons d'être misanthrope. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, poincaré a dit :

Mais le propos est tristement vrai : méchants et intéressés. On a toujours de bonnes raisons d'être misanthrope. 

 

On ne peut pas prédiquer les notions de bon et mauvais pour le genre humain / la nature humaine*. Car alors il serait absurde de dire de tel individu particulier qu'il est bon / mauvais. Or manifestement il existe de bonnes et de mauvaises personnes / actions.

 

Le pessimisme (par exemple chrétien) et l'optimisme (par exemple rousseauiste ou anarchiste) sont donc tous les deux erronés.

 

* c'est d'ailleurs un sous-cas particulier du fait général qu'on ne peut dire qu'une nature est bonne ou mauvaise. Bon et mauvais se rapportent en premier lieu à des finalités, or les finalités sont des traits existentiels et non des traits essentiels (génériques) d'un individu humain quelconque:

 

"Les données métaphysiques ne peuvent être ni vraies ni fausses, elle sont, tout simplement — et l’homme détermine la véracité ou la fausseté de ses jugements en fonction de leur correspondance ou de leur contradiction avec les faits de la réalité. Les données métaphysiques ne peuvent ni être bonnes, ni mauvaises — elles sont la norme du bon et du mauvais d’après laquelle un homme (rationnel) juge ses objectifs, ses valeurs, ses choix." (cf: https://objectivismefr.wordpress.com/2019/03/28/les-donnees-metaphysiques-et-loeuvre-de-lhomme/ )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais finalement, qui a besoin des droites radicales lorsque le centre-droit bon teint fait déjà dans l'anticapitalisme ? :

 

« Actuellement, l’argent va avec le pouvoir. Le pouvoir est avec l’argent. À l’heure actuelle, l’enrichissement des plus riches est plus rapide qu’il ne l’a jamais été. Moyennant quoi personne ne proteste. C’est très étrange. Et cela dans le monde entier. La société évoluant dans une société où l’argent a le pouvoir, les éléments de culture s’infléchissent en direction de la demande de cette société. »

- Valéry Giscard d'Estaing (cf: https://www.atlantico.fr/pepite/3501768/valery-giscard-d-estaing-denonce-une-societe-ou-l-argent-a-le-pouvoir- )

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Johnathan R. Razorback a dit :

Mais finalement, qui a besoin des droites radicales lorsque le centre-droit bon teint fait déjà dans l'anticapitalisme ? :

 

 

La question est surtout qui n'est pas anti-capitaliste (le capitalisme de connivence ne comptant pas) en France?

Cela fait longtemps que je n'arrive plus à distinguer une personne du RN, de la FI, de LREM voire des LR sur les questions économiques: tous anti-argent, anti-concurrence et libre-échange et tous protectionnisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Zagor a dit :

Cela fait longtemps que je n'arrive plus à distinguer une personne du RN, de la FI, de LREM voire des LR sur les questions économiques: tous anti-argent, anti-concurrence et libre-échange et tous protectionnisme.

 

La différence porte sur la fréquence où revient cette thématique, et la radicalité des mesures prônées. Entre Bruno Le Maire qui taxe les GAFA et Philippe Poutou qui prône d'interdire les licenciements, il y a tout de même un écart constatable.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

bah, ça me semble la même philosophie constructivisme sous-jacente.

Comme dirait Bastiat, c'est la même plante, à différents stades de croissance.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

 

La différence porte sur la fréquence où revient cette thématique, et la radicalité des mesures prônées. Entre Bruno Le Maire qui taxe les GAFA et Philippe Poutou qui prône d'interdire les licenciements, il y a tout de même un écart constatable.

Oui, mais qui arrive à ses fins au final?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Azref a dit :

Oui, mais qui arrive à ses fins au final ?

 

Je n'ai pas prétendu dire qui était le plus dangereux. J'ai souligné que des différences demeuraient distinguables.

 

Cela dit Wauquiez a quand même marqué une innovation par rapport à plusieurs décennies de droite mainsream française en laissant ses députés prôner la hausse du SMIC. On n'avait pas du voir ça depuis les années 70. (Par contre dans un passé plus lointain la droite classique pouvait soutenir ce genre de mesure).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors si vous avez envie d'hurler sur les sages personnes raisonnables de droite qui soutiennent des mesures d'un anticapitalisme plus forcéné que ce que proposent les communistes depuis la chute du Mur, je vous invite à écouter les propos édifiant d'un juriste et d'un entrepreneur.

 

Je viens d'écouter l'émission et c'est un catalogue d'horreurs incroyables. Il faut en finir avec la propriété perpétuelle, qui est une rente (et tout bon libéral est contre la rente, mais oui !). Il faut rendre les travailleurs propriétaires des outils de production (communisme de droite assumé), réguler, encadrer, rendre-les-gens-capables-de (logique socdem). Il faut défendre la bonne propriété (tous propriétaires) contre la mauvaise propriété qui est un instrument de domination. Et pour ça il faut un véritable Etat-stratège planificateur.

 

Et on eu droit à l'inénarrable: "c'est intéressant que vous, un libéral, vous défendiez de tels mesures".

 

Franchement ça mériterait un article tellement c'est délirant. Et bien sûr pas un mot sur le fait que c'est en partie l'étatisme et non le libre-marché qui a poussé à ce point le phénomène de métropolisation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J’ai 83 amis FB en commun avec Malliarkis, et croyez moi, je suis sélectif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/05/2019 à 13:38, Johnathan R. Razorback a dit :

Et on eu droit à l'inénarrable: "c'est intéressant que vous, un libéral, vous défendiez de tels mesures".

Les "libéraux mais" invités dans les émissions de grande écoute, il y en a plein.

Des libéraux régulièrement invités, je n'en connais que deux, Jean Marc Daniel ainsi que Madelin.

Du coup je comprends assez bien pourquoi le libéralisme est un concept nébuleux pour à peu près tout le monde en France, tant il est roulé dans la boue par ceux-là mêmes qui s'en revendiquent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By Adrian
      Il y a un sujet sur Hollande/Sarkozy qu'on pourrait considérer comme des sujets sur la gauche et la droite française mais pas sur la famille Le Pen ( Jean oeil-de-verre Marie, Marion maréchal nous voila, et marxine) et donc sur l’ "extrême droite " qui malheureusement prospère dans les voix et les pensées en France. Leurs actualités sont nombreuses. Évidemment, le tout doit rester dans la charte.. Pas un ième débat sur l'islam et les musulmans ...
       
       
      On oublie pas les vieilles idées à papa ...
       
       
       
      Le parti est aussi poursuivi en justice pour financement illégal via le micro parti de Marine : Jeanne
       
      http://www.europe1.fr/politique/financement-electoral-pourquoi-le-fn-est-inquiete-par-la-justice-2512285
       
      Sur les deux FN :
       
       
       
    • By PABerryer
      Les premiers résultats donnent le parti au pouvoir en tête avec une trentaine de siège, l'extrême droite ne gagne que 4 sièges, la participation est en forte hausse.
    • By Bisounours
      Pas sûre que ce soit le  bon endroit pour cette interrogation :
       
      c'est quoi, l'extrême droite en fait ?
      l'extrême gauche, ok, on a Mélenchon, Arthaud, et peut être Hamon ?
      les socialistes, on a Marine, non ? c'est plus vraiment extrêmement à droite, le fn
       
×
×
  • Create New...