Jump to content
Sign in to follow this  
Extremo

Libéralisme, décentralisation et sécession. Histoire, théorie et confiture

Recommended Posts

il y a 4 minutes, Lancelot a dit :

L'état a un monopole sur le contrôle de l'immigration mais que ce contrôle existerait sans l'état. Partant de là il n'est pas moins légitime pour l'état d'imposer un blocage de l'immigration par rapport à une immigration forcée (il est illégitime d'empêcher une femme d'avoir du sexe mais il est tout aussi illégitime de la forcer à avoir du sexe m'voyez ?). Dès lors le problème des principes est évacué et la discussion se place dans le champ pragmatique. De ce point de vue les immigrants coûtent trop cher, ils nous volent notre travail, ils ont de mauvaises incitations pour venir, on ferait mieux de les aider là où ils sont, ils sont coupables de crimes de manière disproportionnée, ils forment leurs propres communautés avec leurs lois sans s'intégrer à la culture locale, dans le cas de l'immigration venant de pays musulmans on risque d'importer des terroristes.

 

Il donne aussi l'exemple des écoles/universités publiques : si on prend l'argument selon lequel il n'y aurait aucun droit d'exclure ou de sélectionner juste parce que c'est public alors les écoles publiques devraient aussi accepter n'importe qui parce que c'est public, alors que non elles peuvent évidemment sélectionner et ce n'est absolument pas choquant, ce qui n'empêche pas que l'idéal soit leur privatisation.

 

Mon point de vue c'est que la sécession et la décentralisation régleraient tous ces problèmes, l'immigration doit être décidée au niveau le plus local possible car c'est la solution la plus proche de l'individu et des propriétaires. Aux Etats-Unis par exemple il y a un mouvement sécessioniste croissant en Californie, les californiens sont pour l'accueil d'un maximum de réfugiés, eh bien je pense qu'ils peuvent le faire, ils peuvent faire sécession de l'Union et pratiquer ce genre de politique. Tout comme si un Etat comme l'Arizona ou le Texas veut faire sécession et construire un grand mur à la frontière il devrait aussi en avoir la possibilité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas parce que le pouvoir est à un niveau plus local qu'il est plus juste ou légitime. Libéralisme 101

  • Yea 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Extremo a dit :

 

Il donne aussi l'exemple des écoles publiques : si on prend l'argument selon lequel il n'y aurait aucun droit d'exclure ou de sélectionner juste parce que c'est public alors les écoles publiques devraient aussi accepter n'importe qui parce que c'est public, alors que non elles peuvent évidemment sélectionner et ce n'est absolument pas choquant, ce qui n'empêche pas que l'idéal soit leur privatisation.

 

Mon point de vue c'est que la sécession et la décentralisation régleraient tous ces problèmes, l'immigration doit être décidée au niveau le plus local possible car c'est la solution la plus proche de l'individu et des propriétaires. Aux Etats-Unis par exemple il y a un mouvement sécessioniste croissant en Californie, les californiens sont pour l'accueil d'un maximum de réfugiés, eh bien je pense qu'ils peuvent le faire, ils peuvent faire sécession de l'Union et pratiquer ce genre de politique. Tout comme si un Etat comme l'Arizona ou le Texas veut faire sécession et construire un grand mur à la frontière il devrait aussi en avoir la possibilité.

 

Et s'ils ne veulent pas faire sécession, ils ont le droit d'accepter autant d'immigrés qu'ils veulent ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Johnnieboy a dit :

Ce n'est pas parce que le pouvoir est à un niveau plus local qu'il est plus juste ou légitime. Libéralisme 101

 

Non, mais le pouvoir au niveau local s'exerce sur un nombre bien moindre de personnes que le pouvoir centralisé, le pouvoir de nuisance est beaucoup plus réduit.

 

il y a 3 minutes, Tramp a dit :

 

Et s'ils ne veulent pas faire sécession, ils ont le droit d'accepter autant d'immigrés qu'ils veulent ?

 

Oui. D'ailleurs je peux me tromper mais il me semble que dans la Constitution américaine le pouvoir de contrôler l'immigration revient aux Etats et non au gouvernement fédéral.

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 minute ago, Extremo said:

 

Non, mais si le pouvoir au niveau local s'exerce sur un nombre bien moindre de personnes que le pouvoir centralisé, le pouvoir de nuisance est beaucoup plus réduit.

 

 

Tout à fait. D'ailleurs je peux me tromper mais il me semble que dans la Constitution américaine le pouvoir de contrôler l'immigration revient aux Etats et non au gouvernement fédéral.

 

 

Mouais, ça ne se tient pas. Plus le pouvoir est local, plus il peut être intrusif. De plus, qu'il soit local ou pas ne dit rien de son pouvoir de nuisance à son échelle. 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Johnnieboy a dit :

 

 

Mouais, ça ne se tient pas. Plus le pouvoir est local, plus il peut être intrusif. De plus, qu'il soit local ou pas ne dit rien de son pouvoir de nuisance à son échelle. 

 

Ce n'est pas un hasard si les régimes les plus totalitaires du XXe siècle (URSS et Allemagne nazie) se sont déroulés dans de gros Etats très centralisés et si les cités-Etats (Liechtenstein, Monaco, Hong Kong, etc) ont des tendances plutôt libérales par rapport à la moyenne. Et penses-tu que les Etats-Unis pourraient exercer leur rôle de gendarmes du monde si le pouvoir y était bien plus décentralisé et morcelé ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, poney a dit :

 

Le seul endroit ou il est légitime d'interdire l'accès est une propriété privée.

 

Donc en attendant d'être privatisées, les écoles/universités publiques n'auraient pas le droit de sélectionner et devraient laisser entrer absolument tout le monde ?

 

il y a 1 minute, Johnnieboy a dit :

Quelques occurrences ne font pas une théorie. Il y a aussi eu des petits États totalitaires, d'ailleurs.

 

Oui, mais ils n'ont pas fait autant de dégâts que les grands Etats centralisés. Normal, car leur pouvoir s'exerçait sur bien moins de gens.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Just now, Extremo said:

 

Donc en attendant d'être privatisées, les écoles/universités publiques n'auraient pas le droit de sélectionner et devraient laisser entrer absolument tout le monde ?

 

 

La liberté de circulation n'est pas vraiment comparable au droit à se faire corriger sa copie de sociologie par un professeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Extremo a dit :

Ce n'est pas un hasard si les régimes les plus totalitaires du XXe siècle (URSS et Allemagne nazie) se sont déroulés dans de gros Etats très centralisés et si les cités-Etats (Liechtenstein, Monaco, Hong Kong, etc) ont des tendances plutôt libérales par rapport à la moyenne.

Tu tombes dans un déterminisme géographique naïf. Le territoire de Sparte était limité, et bonjour le libéralisme de cette entité politique.

 

Si les très grands Etats ont des tendances autoritaires, je ne pense pas que ça tienne à leur étendue en soi. Ce sont souvent des empires, donc des entités politiques où un peuple en a conquis d'autres et leurs imposent un statut politique (voire civil) inférieur par la force. Et l'Allemagne d'après 1918 a perdu une bonne partie de son étendue territoriale, à moyen terme ça ne l'a pas apaisé. Il n'y jamais qu'une cause et un effet en histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Johnnieboy a dit :

La liberté de circulation n'est pas vraiment comparable au droit à se faire corriger sa copie de sociologie par un professeur.

 

Ca reste du blocage d'accès à un lieu public.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Laisser entrer des gens sur le territoire ne coûte pas de l'argent en soi au contribuable (au contraire de n'importe quelle restriction ou screening). Une école publique, c'est l'inverse, par definition.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Johnathan R. Razorback a dit :

Tu tombes dans un déterminisme géographique naïf. Le territoire de Sparte était limité, et bonjour le libéralisme de cette entité politique.

 

Si les très grands Etats ont des tendances autoritaires, je ne pense pas que ça tiennent à leurs étendus en soi. Ce sont souvent des empires, donc des entités politiques où un peuple en a conquis d'autres et leurs imposent un statut politique (voire civil) inférieur par la force. Et l'Allemagne d'après 1918 a perdu une bonne partie de son étendue territoriale, à moyen terme ça ne l'a pas apaisé. Il n'y jamais qu'une cause et un effet en histoire.

 

J'ai pas dit que les petites entités politiques étaient forcément libérales, juste que factuellement les grands Etats très centralisés sont généralement plus tyranniques que les entités politiques plus localisées.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Johnnieboy a dit :

Les libéraux ne sont pas tous libertariens ou anarchistes. Et tous ne défendent pas une ouverture absolue des frontières. On peut très bien refuser des individus parce qu'ils seraient dangereux, par exemple. Mais cette interdiction ne peut pas être liée à une nationalité ou une religion.


Oui effectivement, je voulais dire libertariens ;). Et je suis d'accord avec le reste.

 

il y a 6 minutes, poney a dit :

Comme si la décentralisation équivalait à la privatisation ; comme si ici personne ne voulait privatiser un max de truc.

C'est tout à fait regrettable qu'autant de libéraux passent plus de temps à défendre la fermeture des frontirès ("le parking interdit aux nouarabes") plutôt que promouvoir la limitation des pouvoirs de l'Etat.

 

La décentralisation n'équivaut pas à la privatisation mais c'est une solution plus proche que celle d'un Etat central qui impose tout d'en haut, tout simplement car un gouvernement local a un pouvoir de nuisance bien plus réduit.

 

Et si tu regardes l'argumentation de Hoppe et Rothbard à ce sujet ils passent justement plus de temps à défendre la limitation du pouvoir étatique, la privatisation, et la décentralisation que la fermeture des frontières en soi, qui n'est selon eux qu'une politique étatique moins mauvaise qu'une autre : 

 

https://mises.org/library/nations-consent-decomposing-nation-state-0

https://www.lewrockwell.com/1970/01/hans-hermann-hoppe/on-free-immigration-and-forced-integration/

Share this post


Link to post
Share on other sites
 
Donc tu ne soutiendrais pas la sécession de la Californie par exemple ? Parce que bon ils soutiennent l'immigration libre mais pour le reste...

On n'est pas des sécessionnistes mais des libéraux. S'il y a sécession d'un grand Etat liberal vers un petit Etat socialiste il n'y a pas à être favorable.
On peut espérer effectivement qu'à la longue le personnel politique de ce nouvel Etat plus petit "se reprenne" face à la réalité, qu'ils se rendent compte qu'ils sont obligés de s'ouvrir et de libéraliser pour rivaliser. C'est un bon argument mais ce n'est pas obligé qu'ils fassent ce raisonnement.

Pour ma part je pense que les libéraux peuvent raisonnablement soutenir la sécession de petits Etats de la taille de Monaco, Andorre, Hong Kong ou l'Ile Maurice, ou la pleine autonomie comme les iles Caïmans ou les Iles vierges,
on a suffisamment d'exemples qui montrent que ça marche pratiquement à tous les coups. Au-delà, si on considère des Etats de la taille de la Californie ou du Québec j'ai de sérieux doutes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Tremendo a dit :


On n'est pas des sécessionnistes mais des libéraux. S'il y a sécession d'un grand Etat liberal vers un petit Etat socialiste il n'y a pas à être favorable.
On peut espérer effectivement qu'à la longue le personnel politique de ce nouvel Etat plus petit "se reprenne" face à la réalité, qu'ils se rendent compte qu'ils sont obligés de s'ouvrir et de libéraliser pour rivaliser. C'est un bon argument mais ce n'est pas obligé qu'ils fassent ce raisonnement.

Pour ma part je pense que les libéraux peuvent raisonnablement soutenir la sécession de petits Etats de la taille de Monaco, Andorre, Hong Kong ou l'Ile Maurice, ou la pleine autonomie comme les iles Caïmans ou les Iles vierges,
on a suffisamment d'exemples qui montrent que ça marche pratiquement à tous les coups. Au-delà, si on considère des Etats de la taille de la Californie ou du Québec j'ai de sérieux doutes.

 

La sécession vers des Etats de la taille de la Californie et du Québec est justement une étape vers la sécession de petits Etats comme ceux que tu cites. Et puis même si la Californie reste très socialiste il ne le resteront que de leur côté, il y a très peu de chances que la Californie se mette à envahir le monde comme c'est le cas du gouvernement US, donc à ce niveau-là c'est bien un progrès dans tous les cas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Tremendo a dit :

On n'est pas des sécessionnistes mais des libéraux. S'il y a sécession d'un grand Etat liberal vers un petit Etat socialiste il n'y a pas à être favorable.

 

 Je suis en désaccord avec ça. Le droit à l'auto-détermination fait partie des droits libéraux décrits par Mises dans Libéralisme

 

Qu'importe que la Corse devienne socialiste, si ils veulent être indépendants, un libéral doit soutenir. 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
   Je suis en désaccord avec ça. Le droit à l'auto-détermination fait partie des droits libéraux décrits par Mises dans Libéralisme   Qu'importe que la Corse devienne socialiste, si ils veulent être indépendants, un libéral doit soutenir. 

Ai-je dit que je m'y opposais si les corses votaient pour leur indépendance? Bien sûr que non.Le raisonnement de Mises est de dire que l'on ne peut s'opposer à cela selon les principes éthiques et moraux du libéralisme. Et il a parfaitement raison, mais il ne faut pas confondre éthique générale et l'analyse à froid sur le fond.

Si moi je suis corse et que je vote demain je crains qu'une Corse indépendante soit encore plus merdique que la France, et en tant que libéral j'ai le droit de penser cela aussi. Et je préférerais l'indépendance de Porto Vecchio plutôt que la Corse, car on a un feedbacks de cités-Etats correctement gérés, alors que des régions beaucoup moins, mais encore une fois tout dépend du contexte, du personnel politique, de la mentalité des habitants etc etc...

En Espagne un petit Pays basque réellement autonome donne moins de merdes que l'Espagne en général mais une grande Andalousie aïe!!, par contre Andorre et Gibraltar c'est mieux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un avantage de la sécession d'un bloc socialiste c'est que les socialistes tout autour vont s'y rendre et que ça fera un peu d'air aux autres.

Tu as un exemple historique de cela? Non parce que généralement les gens ne bougent pas aussi facilement et l'expérience nous démontre que ce sont les plus flexibles et les plus ouverts qui bougent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Tremendo a dit :

Ai-je dit que je m'y opposais si les corses votaient pour leur indépendance? Bien sûr que non.

Le raisonnement de Mises est de dire que l'on ne peut s'opposer à cela selon les principes éthiques et moraux du libéralisme.

Et il a parfaitement raison, mais il ne faut pas confondre éthique générale et l'analyse à froid sur le fond.

Ce qu'il ne faut pas confondre, c'est que reconnaître le droit à un groupe de personnes de former une nouvelle communauté politique ("si une longue suite d'abus" l'y pousse, comme dirait la Déclaration d'Indépendance américaine), n'implique pas de soutenir tel ou tel tentative réellement existante. C'est le principe que défendent les libéraux: on n'a pas le droit de l'interdire, mais ça ne veut pas dire pour autant que c'est une chose à faire. C'est une liberté, pas une obligation. Le libéralisme n'est pas un sécessionnisme, comme tu l'as bien dit.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce qu'il ne faut pas confondre, c'est que reconnaître le droit à un groupe de personnes de former une nouvelle communauté politique ("si une longue suite d'abus" l'y pousse, comme dirait la Déclaration d'Indépendance américaine), n'implique pas de soutenir tel ou tel tentative réellement existante. C'est le principe que défendent les libéraux: on n'a pas le droit de l'interdire, mais ça ne veut pas dire pour autant que c'est une chose à faire. C'est une liberté, pas une obligation. Le libéralisme n'est pas un sécessionnisme, comme tu l'as bien dit.

Merci, tu l'expliques beaucoup mieux que moi ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Tremendo a dit :

Merci, tu l'expliques beaucoup mieux que moi ;)

Vive la philo ;) 

 

[troll mode on]: Non mais parce que si c'est une obligation, la logique de la chose conduit ultimement à ce que chaque individu face sécession sur son île.

 

Et puis Daesh c'est pas une scission de l'Etat irakien ? ... [mode troll off]

Share this post


Link to post
Share on other sites
14 minutes ago, Tremendo said:

Tu as un exemple historique de cela? Non parce que généralement les gens ne bougent pas aussi facilement et l'expérience nous démontre que ce sont les plus flexibles et les plus ouverts qui bougent.

Difficile à trouver comme ça parce que les frontières avec les pays communistes ont tendance à être très surveillées...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Tremendo a dit :

Ai-je dit que je m'y opposais si les corses votaient pour leur indépendance? Bien sûr que non.Le raisonnement de Mises est de dire que l'on ne peut s'opposer à cela selon les principes éthiques et moraux du libéralisme.

Et il a parfaitement raison, mais il ne faut pas confondre éthique générale et l'analyse à froid sur le fond.

Si moi je suis corse et que je vote demain je crains qu'une Corse indépendante soit encore plus merdique que la France, et en tant que libéral j'ai le droit de penser cela aussi. Et je préférerais l'indépendance de Porto Vecchio plutôt que la Corse, car on a un feedbacks de cités-Etats correctement gérés, alors que des régions beaucoup moins, mais encore une fois tout dépend du contexte, du personnel politique, de la mentalité des habitants etc etc...

En Espagne un petit Pays basque réellement autonome donne moins de merdes que l'Espagne en général mais une grande Andalousie aïe!!, par contre Andorre et Gibraltar c'est vachement mieux encore.

 

L'idée du point de vue libéral pro-sécession ce n'est pas que toutes les entités politiques fractionnées deviendront libérales mais simplement qu'il y aura plus de régions/villes libérales que dans un Etat centralisé, grâce à la compétition. La sécession, comme le fédéralisme, se rapproche d'une situation de marché, où l'individu a davantage de choix.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  L'idée du point de vue libéral pro-sécession ce n'est pas que toutes les entités politiques fractionnées deviendront libérales mais simplement qu'il y aura plus de régions/villes libérales que dans un Etat centralisé, grâce à la compétition. La sécession, comme le fédéralisme, se rapproche d'une situation de marché, où l'individu a davantage de choix.

C'est un argument valable, mais dans la réalité cela marche si vraiment tous les territoires sont très petits, pas de la taille de la Californie ou du Québec. Les gens ne changent pas d'Etat ou de province tous les 4 matins, de ville par contre...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Difficile à trouver comme ça parce que les frontières avec les pays communistes ont tendance à être très surveillées...

Donc tu confirmes que la migration de masse de cocos vers des pays cocos ça n'a jamais vraiment existé. Comme c'est étrange...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Extremo a dit :

 

Donc tu ne soutiendrais pas la sécession de la Californie par exemple ? Parce que bon ils soutiennent l'immigration libre mais pour le reste...

 

Je comprends pas le rapport à vrai dire. La Californie est un Etat qui est en union avec d'autre pour former une fédération qu'on appelle USA, s'ils veulent se casser, qu'est-ce que ça vient foutre dans la confiture ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Tremendo a dit :
il y a 11 minutes, Extremo a dit :
  L'idée du point de vue libéral pro-sécession ce n'est pas que toutes les entités politiques fractionnées deviendront libérales mais simplement qu'il y aura plus de régions/villes libérales que dans un Etat centralisé, grâce à la compétition. La sécession, comme le fédéralisme, se rapproche d'une situation de marché, où l'individu a davantage de choix.

 

C'est un argument valable, mais dans la réalité cela marche si vraiment tous les territoires sont très petits, pas de la taille de la Californie ou du Québec. Les gens ne changent pas d'Etat ou de province tous les 4 matins, de ville par contre...

 

Pas uniquement, dans le cas des Etats-Unis il y aurait plus de chances de voir émerger un régime plutôt libéral ainsi que justement de voir l'émergence de ces territoires plus petits si les 50 Etats étaient complètement indépendants. Dans ce cas, si la Californie resterait probablement socialiste il y a au contraire fort à parier que des Etats comme le New Hampshire et bien d'autres deviendraient bien plus libéraux que quand ils étaient rattachés au gouvernement fédéral.

 

il y a 4 minutes, poney a dit :

 

Je comprends pas le rapport à vrai dire. La Californie est un Etat qui est en union avec d'autre pour former une fédération qu'on appelle USA, s'ils veulent se casser, qu'est-ce que ça vient foutre dans la confiture ?

 

My bad, j'ai mal lu, j'ai cru que tu parlais de la décentralisation ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, non non, je répondais à l'argument qui voudrait que la non circulation seraient plus légitimement défendue par un Etat décentralisé qu'en Etat centralisé :)

 

Etant Belge, je ne suis pas persuadé que la décentralisation est un bien fait par défaut, mais je suis prêt à reconnaitre qu'en théorie ça se défend et qu'il y a aussi de bons exemples en pratique. Tout dépends de la mise en oeuvre.

Ergo, si la Californie est cessionnaire, gogogo. De toute façon, tout fractionnements de gros États est quelque part toujours bon à prendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, Extremo a dit :

L'idée du point de vue libéral pro-sécession ce n'est pas que toutes les entités politiques fractionnées deviendront libérales mais simplement qu'il y aura plus de régions/villes libérales que dans un Etat centralisé, grâce à la compétition. La sécession, comme le fédéralisme, se rapproche d'une situation de marché, où l'individu a davantage de choix.

Avoir le choix entre davantage de produits n'est pas un progrès si tous ces produits sont identiques.

 

Ce que je ne comprends pas dans la fascination de certains libéraux pour la fragmentation des Etats, c'est ce qui les assurent a priori de ne pas aboutir à une situation plus ou moins analogue au féodalisme. Parce que la féodalité, c'était bien ça, des régions, provinces et villes appartenant à de micro-entités politiques bien distinctes. Résultat: des barrières douanières partout, aucun libéralisme à l'horizon.

 

Je ne dis pas qu'une petite communauté politique, du genre Cité-état, ne puisse pas être libérale. La République de Venise me semble un assez bon exemple du contraire. Mais ce n'est pas du tout représentatif. Dans les faits, pour la majeure partie de l'histoire connue, une multitude de petits territoires donne simplement des gens repliés sur eux-mêmes, une productivité faible, des échanges limités (pas de marché intérieur national), une fragmentation linguistique et culturelle, des guerres locales permanentes. Les parallèles que font certains entre concurrence économique et diversité politique me semblent hâtifs et incapables de saisir que la politique et l'économie sont deux choses différentes.

 

Je ne vois pas pourquoi une fragmentation des Etats contemporains ne reproduirait pas ces nuisances propres à l'ère prémoderne. Je ne vois aucune raison de principe pour qu'un petit territoire soit, par "nature", structurellement, plus libéral qu'un plus grand.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By poney
      Lire : "un paradoxe français" de Epstein
    • By Demandred
      Un peu n'importe quoi cette vidéo. Keynes n'est ni pour le protectionnisme, ni pour le contrôle les capitaux et encore moins pour la planification. L'intervention de l'état pour Keynes est là uniquement pour sortir d'un équilibre de sous-emploi pour aider l'économie à atteindre un équilibre de plein emploi. D'ailleurs la vidéo sur Keynes montre bien que tu ne maitrises pas vraiment la théorie Keynésienne. La raison pour laquelle la demande de monnaie est plate à un certain moment vient de l'arbitrage que font les agents entre monnaie et titres. A partir d'un certain niveau de taux d’intérêt les agents anticipent une remontée futur des taux et échangent leurs titres contre de la monnaie. Comme ils détiennent tous leurs actifs sous forme monétaire, le taux d’intérêt ne peux pas baisser plus bas.
      Keynes n'est certainement pas libéral socialiste, c'est assez ridicule de dire ça. Il est libéral keynésien c'est tout.
    • By Patrick Smets
      Il fut une époque pas si lointaine où l'Europe était à feu et à sang pour savoir si la substance du Christ remplaçait totalement la substance du pain de l'hostie ou si les deux substances coexistaient. (question essentielle au bonheur de l'humanité, on en conviendra)
      Des mecs un peu moins cons que les autres se sont dit que ce serait pas mal de trouver un système qui permettent à chacun de vivre tranquillement et qu'il suffisait de 3 règles
       
      Et, comme Monsieur Jourdain qui portait le nom d'un fleuve sans le savoir, les gars avaient inventé le libéralisme.
       
      Aujourd'hui, le libéralisme n'a pas changé et il poursuit toujours le même but, faire coexister des types qui ne partagent pas les mêmes valeurs ni la même religion.
      Mais quand je vois que certains veulent réécrire le libéralisme sous la nouvelle forme
       
      Je me dis qu'ils ont peut-être pas tout compris....
       
    • By ttoinou
      Salut à tous,
       
      Je vous propose un petit atelier de réflexion libérale appliquée : la sécession et la libéralisation de la plus belle région de france, j'ai nommé l'Alsace. Comme vous le savez probablement déjà, l'Alsace est cette petite enclave coincée entre le Rhin et le Massif des Vosges, peuplée d'1,9 millions d'habitants et regroupant les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. L'Alsace est limitrophe de la Suisse, de l'Allemagne, est située en plein cœur de l’Europe rhénane (mégalopole européenne) et serait une candidate idéale pour devenir le nouveau paradis réglementaire et fiscal que beaucoup cherchent désespérément.
       
      En ces temps politiques troublés, et avec des personnalités charismatiques et capables de ramdamer les sphères médiatiques françaises, un scénario de sécession de l'Alsace n'est pas improbable. Je n'ai pas les chiffres mais j'ai plutôt l'impression que cette région, plutôt riche, est perdante dans son intégration au reste de la France. Elle a toujours eu une culture locale bien prononcée, elle jouit même d'un droit local, sa langue se déprécie de jour en jour, et sa fusion récente avec la Lorraine et la Champagne Ardenne (pour former "Le Grand Est") n'est pas là pour arranger les choses aux yeux de son peuple. Il existe d'ailleurs déjà des mouvements sécessionnistes : Alsace d'Abord ("Le rassemblement des forces régionalistes, européennes et identitaires en Alsace"), Unser Land ("Un parti alsacien pour le peuple alsacien", sur son site a l'air beaucoup plus neutre et présente des arguments économiques en se comparant aux voisins)
       
      Voilà comment je découperais les différents éléments de la discussion :
       
       
      I) t=0
      Aspects légaux de la sécession (est ce que l'autonomie régionale suffirait ou pas ?)
       
      + Comment en parler / se positionner politiquement sur le sujet :
      ne pas s'aligner / être confondu avec des extrémistes ? avoir un discours cohérent par exemple "je me sens français mais aussi alsacien et je veux le meilleur pour mon pays, et ça passera par la sécession car la france est irréformable, nous réclamons le droit de nous déterminer" Comment faire le buzz et faire en sorte que ce sujet de discussion touche tous les français  
      II) t=1an : Premières mesures
       
      Formation légale des institutions de l'état
      Transposition de toute la loi française & européenne (fork dans un premier temps, changement des lois dans un second)
      Accord(s) pour la protection militaire avec la France et/ou l'Allemagne
      Différents accords avec la france pendant la transition : garder la police par exemple ou encore certains types d'inspecteurs
      Déplacer de Bruxelles & Paris à Strasbourg les fonctions les plus importantes
      Instauration de différentes formes de démocratie populaire et locales ?
       
      III) t=2ans : proposition de programme pour l’élection
       
      Organisation de l’élection présidentielle, formation de un ou plusieurs partis libéraux (et autres), vos avis sur le contenu potentiel du programme ? Pourrait-on obtenir un support financier des entreprises en prévisions des bénéfices futurs issus des réformes ?
       
      Le plus urgent ? Les propositions clés ? Les plus efficaces pour la configuration spécifique de cet état ? Questions monétaires et positionnement vis à vis de l'UE :
      Création d'une monnaie nationale ? Si "non" comment faire en sorte que l'état Alsacien puisse ponctionner un impôt ? Autoriser certaines monnaies officiellement et établir une comptabilité multiple ? (euro, dollars, bitcoin...)
      Quel serait le positionnement de l'état alsacien vis-à-vis de l'UE ? Si elle en sort il faudrait déménager le parlement Européen, si elle y reste qu'est ce que l'UE peut bien lui apporter à part la monnai€ ? Les mesures moins urgentes mais qui seraient tout de même appréciables un jour ou l'autre Quels seraient les autres formations politiques à nous faire concurrence ? Quels seraient les points communs / les compromis à faire ?  
      IV) t = 10 ans : votre vision pour l'Alsace
       
      Nouvel eldorado du libéralisme en plein cœur de l’Europe ?
      Comment réagirons les autres pays, l'UE ?
      Réindustrialisation de l'Alsace, Google qui déménagent de Suisse pour s'installer en Alsace ?
×
×
  • Create New...