Jump to content

Libéralisme, décentralisation et sécession. Histoire, théorie et confiture


Recommended Posts

il y a 22 minutes, Johnnieboy a dit :

Qui était ce penseur qui palabrait sur la superficie idéale d'un pays, etc ? 

A peu près tous y ont réfléchis. Rousseau pensait que la démocratie "socialiste" qu'il appelait de ses vœux n'était réalisable qu'à petite échelle. D'où son Projet de constitution pour la Corse.

Montesquieu pensait que les très grands Etats étaient nécessairement despotiques, ce qui me paraît mieux coller avec les faits, encore que je ne suis pas sûr que ce soit une loi absolue.

 

A ses yeux, Rome a péri de son succès même, c'est-à-dire de sa prodigieuse extension territoriale. [...]
Tant que la République conserva sa capacité d'assimilation des peuples conquis, elle connut la victoire. Elle alternait fermeté et compréhension et parvenait à maintenir les peuples "alliés" dans une docile dépendance. A l'intérieur, le régime politique était également équilibré, le pouvoir était divisé, les freins et contrepoids décrit par Polybe permettaient de corriger les abus, y compris, grâce aux "censeurs", "ceux que la loi n'avait pas prévus". Une forme de "constitution mixte" empêchait le peuple même d'abuser de son pouvoir.
Et puis le système s'est déréglé. L'agrandissement territorial affaiblit le régime et surtout corrompt l'esprit public [...] L'Empire est trop vaste pour s'assurer la fidélité de l'armée ; son immensité empêche les peuples du limes de partager les valeurs fondatrices de la Cité, au premier rang desquelles l'amour de la liberté
."(p.166)

-Alain Juppé, Montesquieu, le moderne, Paris, Perrin, coll. Tempus, 2015 (1999 pour la première édition), 322 pages.
 

Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, Extremo a dit :

 

TCe n'est pas non plus un hasard si tous les régimes totalitaires ont cherché à centraliser le plus possible le pouvoir politique.

Oui, c'est tout à fait juste.

Mais je ne sais pas si la réciproque est vraie : est-ce que les pays les plus libéraux étaient décentralisés ?

 

(question non rhetorique)

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Dardanus a dit :

On idéalise beaucoup les cités états italiennes par ici.

Elles étaient toujours en guerre et toujours prompt à des réflexes impérialistes (Venise quand même !!!).

 

Les Etats centralisés n'ont jamais été moins prompts à la guerre, bien au contraire, une guerre lancée par un grand Etat est bien plus dévastatrice car l'armée est généralement bien plus grande. Le fait que toutes les cités-Etats n'aient pas été un monde de bisounours n'invalide pas le fait que c'est généralement un modèle plus libéral et moins destructeur pour la paix et les droits individuels qu'un grand Etat centralisé. De plus, cite-moi une cité-Etat d'aujourd'hui qui pratique une politique étrangère impérialiste.

 

Un bon article à ce sujet, qui a été écrit suite à la déclaration du président du Libertarian Party qui soutient un Etat fédéral plus centralisé et a dénoncé le fait que Ron Paul soutienne les droits des Etats fédérés comme une position non-libertarienne : 

 

http://www.michaelmaharrey.com/why-libertarians-should-support-states-rights-2295/

Citation

During an interview on the Lions of Liberty Podcast, Libertarian Party National Committee Chairman Nicholas Sarwark called Ron Paul’s support for “states’ rights” anti-libertarian.

He had policy prescriptions that were straight-up wrong and anti-libertarian…None of us should be given a pass on having to have actual libertarian positions, or not be able to be called out when you say you oppose marriage equality. You know, that’s not a libertarian position to have. State’s rights is not a libertarian position, and it’s something Ron Paul had pushed for a long time.”

Sarwark appears to take a position common among libertarian centralizers – that they should harness and use government power to enforce their vision of liberty on society. He believes the federal government can and should mandate “marriage equality” on all 50 states.

Many libertarians take this position. They see government power as a tool to create the kind of free society they envision. While they clearly have good intentions, their strategy raises a question: can a society maintain liberty within a system that fails to address the fundamental problem of government power?

Supporters of “states’ rights” don’t believe state governments possess some kind of moral superiority over the federal government. Government power at every level restricts individual liberty. But they do recognize a decentralized system will generally preserve liberty better than monopoly government.

I need to pause here and emphasize I understand that strictly speaking states don’t have rights. Only individuals possess rights in the true sense of the word. The term “states’ rights” serves as a short-hand way of expressing the political relationship between state governments and the federal government in the American constitutional system. States do have political powers they can exercise without interference from the general government. For instance, states have the “right” (or power or authority if you prefer) to define marriage, constitutionally speaking.

Obviously, states can wield power for good or ill. Within the American constitutional system, they posses it for better or for worse. Libertarian centralizers are no more justified in using unconstitutional federal power to stop an exercise of legitimate state authority they don’t like than progressives or neocons who harness federal power for their own ends.

The issue is centralization and concentration of power in one place. Sarwark and other libertarian centralizers support monopoly government – at least when it suits their agenda. The concept of “states’ rights” roots itself in the notion of decentralization.

People arguably have more control and influence over smaller governmental units. Even if they don’t, multiple small power centers make it possible to flee from particularly oppressive jurisdictions and create an environment of “competition” between governments. Competing political entities tend to check each other’s powers. In the case of U.S. states, they can actively thwart the implementation of federal programs and the enforcement of federal laws by simply refusing to cooperate. In a monopoly government system, no such checks on power exist, and individuals have fewer options for escape if government becomes oppressive.

From a libertarian perspective, it seems if governments must exist, it is better to have power dispersed between multiple units rather than concentrated in one all-powerful centralized force. Murray Rothbard and Hans-Hermann Hoppe both argue for a decentralizing strategy to advance liberty.

Rothbard directly opposed the Sarwark strategy of using monopoly government to advance liberty, arguing instead that libertarians should use state power and the Tenth Amendment to devolve centralized authority.

In the U.S., it becomes important, in moving toward such radical decentralization, for libertarians and classical liberals — indeed, for many other minority or dissident groups — to begin to lay the greatest stress on the forgotten Tenth Amendment and to try to decompose the role and power of the centralizing Supreme Court. Rather than trying to get people of one’s own ideological persuasion on the Supreme Court, its power should be rolled back and minimized as far as possible, and its power decomposed into state, or even local, judicial bodies.”

Hoppe delivered a speech in 1997, later turned into a book titled What Must Be Done. In it, he laid out a more general path to move society toward freedom using a bottom up strategy of decentralization.

Because a monopoly of protection is the root of all evil, any territorial expansion of such a monopoly is per se evil too. Every political centralization must be on principle grounds rejected. In turn, every attempt at political decentralization…must be supported.”

The mistake libertarian centralizers make is that they think they can control the power for their own ends – to advance liberty. But the real danger is in the power itself. Once you accept the legitimacy of using government power to advance an end, you can’t put it back in the box. And when others control it, it will eventually be used against you.

 

Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, Extremo a dit :

Moi au contraire je suis très sceptique par rapport aux grandes entités, aussi fédérales soient-elles, parce que plus une entité politique est grande plus le risque de guerre est élevé car il suffit qu'une zone du territoire soit attaquée pour que le gouvernement central y envoie sa puissante armée, aussi loin soit-il de la zone attaquée

C'est problématique de dire ça car:

-Il n'y a pas de causalité simple entre extension territoriale et puissance militaire (cf le conflit Chine/Japon au XXème siècle).

 

-Si un Etat vaste dispose d'une puissante armée, ses voisins plus faibles devraient le craindre, non ? Donc l'idée que le risque de guerre serait par essence supérieur n'est pas fondée.

 

Et il n'y a pas non plus de rapports simples entre le développement de l'armée et celui du reste de l'Etat. Rome avait une excellente armée (terrestre du moins) et quasiment aucune administration. Chaque ville ou peuple vassal avait sa propre administration, l'Etat romain s'occupait d'assez peu de choses directement.

Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, poney a dit :

Oui, c'est tout à fait juste.

Mais je ne sais pas si la réciproque est vraie : est-ce que les pays les plus libéraux étaient décentralisés ?

 

(question non rhetorique)

 

Sans aucun doute. Les Etats-Unis à l'époque des Pères Fondateurs étaient bien plus décentralisés qu'aujourd'hui, et la Suisse, qui est relativement plus libérale que le reste de l'Europe, se fonde sur un régime très localiste.

 

Il y a des tas d'exemples de régimes décentralisés plutôt libéraux, en revanche je ne vois aucun exemple de grand Etat centralisé libéral.

Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, Extremo a dit :

Moi au contraire je suis très sceptique par rapport aux grandes entités, aussi fédérales soient-elles, parce que plus une entité politique est grande plus le risque de guerre est élevé car il suffit qu'une zone du territoire soit attaquée pour que le gouvernement central y envoie sa puissante armée, aussi loin soit-il de la zone attaquée (c'est pour ça aussi que je suis totalement opposé aux grandes alliances militaires type OTAN)

Ça ne poserait pas de problème si le monde entier était composé de petites entités. Mais face à des entités géantes, la défense commune est nécessaire, question de survie.

Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Rincevent a dit :

Ça ne poserait pas de problème si le monde entier était composé de petites entités. Mais face à des entités géantes, la défense commune est nécessaire, question de survie.

 

Je m'oppose pas forcément à toute alliance militaire en soi, du moment que ça reste purement défensif, je pense juste que plus une alliance comporte un grand nombre de pays plus ça a de chances de dégénérer en interventionnisme effréné. On le voit bien avec l'OTAN.

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Nigel a dit :

 Vous avez un bon livre sur le sécessionniste au passage ?

Il y a le texte de Rothbard sur les "Les nations par consentement", mais c'est du wishful thinking pour moi: http://www.institutcoppet.org/2016/02/06/nations-par-consentement-rothbard

Link to post
Share on other sites
  • 3 years later...

"Les entités locales sont responsables d’un tiers de l’augmentation totale de la dépense publique. Et cela ne s’explique pas par les seuls transferts de compétences. La décentralisation suscite des doubles emplois, les financements croisés incitent à la dépense et l’État continue de venir en aide aux collectivités locales. Tout cela plaide pour une refonte d’ensemble du financement des collectivités locales."

"L’alourdissement presque continu de la fiscalité locale depuis trente ans, sans diminution correspondante de la fiscalité d’État."

"Les pays qui, comme l’Angleterre de Margaret Thatcher, ont entrepris avec énergie de comprimer la sphère publique ont été conduits non seulement à réduire le nombre de niveaux d’administration locale, mais encore à opérer une recentralisation vigoureuse des compétences locales."

"En 2001, la répartition était la suivante : 113 milliards d’euros pour les communes ; 22 milliards d’euros pour les groupements de communes ; 35 milliards d’euros pour les départements ; 12 milliards d’euros pour les régions. Mais c’est le budget des régions qui a le plus augmenté au cours des dernières années : il a été multiplié par six entre 1982 et 2002 (celui des départements l’a été par un peu plus de quatre).

Moins que des investissements somptueux souvent dénoncés, l’alourdissement des dépenses locales résulte surtout de la hausse des coûts de fonctionnement. On comptait 529 576 agents locaux en 1977 ; vingt-cinq ans plus tard, ils étaient 1 737 400 (68 % dans les communes, 13 % dans les départements, 8 % dans les groupements de communes et 1 % dans les régions). La fonction publique locale continue de grossir de 30 000 emplois par an. La hausse des frais de fonctionnement a été particulièrement rapide entre 1983 et 1989 : plus de 8,6 % par an. Parallèlement, les dépenses d’action sociale (qui reposent surtout sur les départements) ont progressé de 120 % de 1984 à 2001 (alors que le coût de la vie n’a augmenté que de 50 %)."

"De manière intrinsèque, la décentralisation suscite les doubles emplois. Par exemple, l’action économique a été largement transférée aux régions en 1984, mais les départements et les grandes communes s’en mêlent aussi : chacun veut avoir son agence de développement économique ou d’aide aux entreprises. Les préfectures disposent aussi de bureaux d’accueil des entreprises ; dans certaines régions, les commissariats à l’industrialisation interviennent, ainsi que les chambres de commerce. Plus de soixante instances s’occupent de l’eau en Bretagne !"

"Pour éviter que la décentralisation n’incite à la dépense, on peut imaginer deux systèmes : un premier, dans lequel les ressources des collectivités seraient décidées – et par là plafonnées – à l’échelon central, comme c’est en vigueur dans beaucoup de pays d’Europe, dont l’Angleterre et jusqu’à un certain point l’Allemagne ; un second, dans lequel les collectivités locales s’autofinanceraient presque intégralement, chaque citoyen sachant donc ce que lui coûtent les investissements et les services locaux. Le système français, mixte, cumule les inconvénients des deux : une partie des dépenses locales est financée par l’État ou d’autres collectivités, sous la forme de dotations ou de subventions, mais les collectivités locales ont aussi, plus que partout ailleurs, le loisir d’augmenter leurs propres impôts. Ceux-ci, collectés par les agents de l’État, sont noyés dans la masse opaque des impôts de toutes les collectivités locales – assis sur les mêmes bases – et encore, beaucoup de contribuables peu éclairés ne les distinguent pas des impôts d’État, imputant au gouvernement la hausse continue des prélèvements locaux ! Un élu local a plutôt intérêt à dépenser : cela lui assure une reconnaissance politique supérieure à la pénalité que peut lui infliger une hausse des impôts noyée parmi d’autres prélèvements."
-Roland Hureaux, professeur de droit public à l’Université Paris-II, in Jean-Bernard Auby & Roland Hureaux, « Le débat - La décentralisation : trop ou trop peu ? », Informations sociales, 2005/1 (n° 121), p. 17-23. DOI : 10.3917/inso.121.0017. URL : https://www.cairn-int.info/revue-informations-sociales-2005-1-page-17.htm

Link to post
Share on other sites
35 minutes ago, Johnathan R. Razorback said:

ça fait des années que j'explique que la décentralisation est une calamité budgétivore @Lancelot Pourtant, si j'en juge d'après les discussions récentes des discords libéraux, l'idée reste toujours aussi populaire. 

 

Parce qu'un libéral qui parle de décentralisation parle en réalité de subsidiarité, qui n'est pas appliquée en France.

Comme indiqué dans ton long post, chaque niveau d'administration veut son bout de gras. Et aucune n'a le pouvoir de dire aux autres "tire-toi, c'est ma zone de compétence ici".

  • Yea 4
Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

ça fait des années que j'explique que la décentralisation est une calamité budgétivore @Lancelot Pourtant, si j'en juge d'après les discussions récentes des discords libéraux, l'idée reste toujours aussi populaire. 

 

C'en est une, en France, où on est incapable de supprimer les échelons inutiles qui font office de doublons.  

Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Loi a dit :

C'en est une, en France, où on est incapable de supprimer les échelons inutiles qui font office de doublons.  

Et où l'on a du mal à comprendre le concept d'autonomie budgétaire (sans laquelle il n'y a pas de responsabilité budgétaire, ni de reddition des comptes aux citoyens).

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By poney
      Lire : "un paradoxe français" de Epstein
    • By Demandred
      Un peu n'importe quoi cette vidéo. Keynes n'est ni pour le protectionnisme, ni pour le contrôle les capitaux et encore moins pour la planification. L'intervention de l'état pour Keynes est là uniquement pour sortir d'un équilibre de sous-emploi pour aider l'économie à atteindre un équilibre de plein emploi. D'ailleurs la vidéo sur Keynes montre bien que tu ne maitrises pas vraiment la théorie Keynésienne. La raison pour laquelle la demande de monnaie est plate à un certain moment vient de l'arbitrage que font les agents entre monnaie et titres. A partir d'un certain niveau de taux d’intérêt les agents anticipent une remontée futur des taux et échangent leurs titres contre de la monnaie. Comme ils détiennent tous leurs actifs sous forme monétaire, le taux d’intérêt ne peux pas baisser plus bas.
      Keynes n'est certainement pas libéral socialiste, c'est assez ridicule de dire ça. Il est libéral keynésien c'est tout.
    • By Patrick Smets
      Il fut une époque pas si lointaine où l'Europe était à feu et à sang pour savoir si la substance du Christ remplaçait totalement la substance du pain de l'hostie ou si les deux substances coexistaient. (question essentielle au bonheur de l'humanité, on en conviendra)
      Des mecs un peu moins cons que les autres se sont dit que ce serait pas mal de trouver un système qui permettent à chacun de vivre tranquillement et qu'il suffisait de 3 règles
       
      Et, comme Monsieur Jourdain qui portait le nom d'un fleuve sans le savoir, les gars avaient inventé le libéralisme.
       
      Aujourd'hui, le libéralisme n'a pas changé et il poursuit toujours le même but, faire coexister des types qui ne partagent pas les mêmes valeurs ni la même religion.
      Mais quand je vois que certains veulent réécrire le libéralisme sous la nouvelle forme
       
      Je me dis qu'ils ont peut-être pas tout compris....
       
    • By ttoinou
      Salut à tous,
       
      Je vous propose un petit atelier de réflexion libérale appliquée : la sécession et la libéralisation de la plus belle région de france, j'ai nommé l'Alsace. Comme vous le savez probablement déjà, l'Alsace est cette petite enclave coincée entre le Rhin et le Massif des Vosges, peuplée d'1,9 millions d'habitants et regroupant les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. L'Alsace est limitrophe de la Suisse, de l'Allemagne, est située en plein cœur de l’Europe rhénane (mégalopole européenne) et serait une candidate idéale pour devenir le nouveau paradis réglementaire et fiscal que beaucoup cherchent désespérément.
       
      En ces temps politiques troublés, et avec des personnalités charismatiques et capables de ramdamer les sphères médiatiques françaises, un scénario de sécession de l'Alsace n'est pas improbable. Je n'ai pas les chiffres mais j'ai plutôt l'impression que cette région, plutôt riche, est perdante dans son intégration au reste de la France. Elle a toujours eu une culture locale bien prononcée, elle jouit même d'un droit local, sa langue se déprécie de jour en jour, et sa fusion récente avec la Lorraine et la Champagne Ardenne (pour former "Le Grand Est") n'est pas là pour arranger les choses aux yeux de son peuple. Il existe d'ailleurs déjà des mouvements sécessionnistes : Alsace d'Abord ("Le rassemblement des forces régionalistes, européennes et identitaires en Alsace"), Unser Land ("Un parti alsacien pour le peuple alsacien", sur son site a l'air beaucoup plus neutre et présente des arguments économiques en se comparant aux voisins)
       
      Voilà comment je découperais les différents éléments de la discussion :
       
       
      I) t=0
      Aspects légaux de la sécession (est ce que l'autonomie régionale suffirait ou pas ?)
       
      + Comment en parler / se positionner politiquement sur le sujet :
      ne pas s'aligner / être confondu avec des extrémistes ? avoir un discours cohérent par exemple "je me sens français mais aussi alsacien et je veux le meilleur pour mon pays, et ça passera par la sécession car la france est irréformable, nous réclamons le droit de nous déterminer" Comment faire le buzz et faire en sorte que ce sujet de discussion touche tous les français  
      II) t=1an : Premières mesures
       
      Formation légale des institutions de l'état
      Transposition de toute la loi française & européenne (fork dans un premier temps, changement des lois dans un second)
      Accord(s) pour la protection militaire avec la France et/ou l'Allemagne
      Différents accords avec la france pendant la transition : garder la police par exemple ou encore certains types d'inspecteurs
      Déplacer de Bruxelles & Paris à Strasbourg les fonctions les plus importantes
      Instauration de différentes formes de démocratie populaire et locales ?
       
      III) t=2ans : proposition de programme pour l’élection
       
      Organisation de l’élection présidentielle, formation de un ou plusieurs partis libéraux (et autres), vos avis sur le contenu potentiel du programme ? Pourrait-on obtenir un support financier des entreprises en prévisions des bénéfices futurs issus des réformes ?
       
      Le plus urgent ? Les propositions clés ? Les plus efficaces pour la configuration spécifique de cet état ? Questions monétaires et positionnement vis à vis de l'UE :
      Création d'une monnaie nationale ? Si "non" comment faire en sorte que l'état Alsacien puisse ponctionner un impôt ? Autoriser certaines monnaies officiellement et établir une comptabilité multiple ? (euro, dollars, bitcoin...)
      Quel serait le positionnement de l'état alsacien vis-à-vis de l'UE ? Si elle en sort il faudrait déménager le parlement Européen, si elle y reste qu'est ce que l'UE peut bien lui apporter à part la monnai€ ? Les mesures moins urgentes mais qui seraient tout de même appréciables un jour ou l'autre Quels seraient les autres formations politiques à nous faire concurrence ? Quels seraient les points communs / les compromis à faire ?  
      IV) t = 10 ans : votre vision pour l'Alsace
       
      Nouvel eldorado du libéralisme en plein cœur de l’Europe ?
      Comment réagirons les autres pays, l'UE ?
      Réindustrialisation de l'Alsace, Google qui déménagent de Suisse pour s'installer en Alsace ?
×
×
  • Create New...