Johnathan R. Razorback

Principes du libéralisme, abécédaire à l’usage des militants et des curieux

218 messages dans ce sujet

Voilà,  donc dans l'abécédaire pour rendre justice aux courants minarchistes, régaliens, fédéralistes qui ne peuvent se justifier sans l'idée du contrat social on ne peut se contenter de la liberté individuelle comme fondement du liberalisme. 

C'est aussi pour ça  que la définition du littré qui mentionne l'intérêt général n'est si out que ça. 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, frigo a dit :

courants minarchistes, régaliens, fédéralistes qui ne peuvent se justifier sans l'idée du contrat social

 

C'est faux.

 

Et ensuite, même pour Locke, l'état civil ne fait que rationaliser la manière dont le droit naturel est rendu dans l'état de nature. La finalité de l’État est toujours la liberté individuelle.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 16 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

 

C'est faux.

 

Et ensuite, même pour Locke, l'état civil ne fait que rationaliser la manière dont le droit naturel est rendu dans l'état de nature. La finalité de l’État est toujours la liberté individuelle.

Par exemple pour un minarchiste  il s'agit quand même d'une administration qui agit sur un territoire, alors comment tu peux déduire la notion de territoire avec le seul outil de la liberté individuelle? 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 16 minutes, frigo a dit :

Par exemple pour un minarchiste  il s'agit quand même d'une administration qui agit sur un territoire, alors comment tu peux déduire la notion de territoire avec le seul outil de la liberté individuelle? 

 

Hein ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon il me semblait qu'a partir du seul postulat de la liberté individuelle tu ne peux déduire que l'individualisme anarchiste et que cela ne reflétait pas l'ensemble du liberalisme, mais peut être que je m'égare après tout.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je continue a comparer la definition du littré et celle de Llancelot.

L'une définie le libéralisme comme une philosophie politique et l'autre comme l'opinion des liberaux.

Déjà je comprend mieux que l'on définisse le marxisme , par exemple, comme une philosophie politique parce que c'est un ensemble cohérent , signé, intemporel.  Le liberalisme c'est quand  même un bric à brac mouvant suivant les écoles ou la période.  De ce point de vue définir le libéralisme comme l'opinion des liberaux permet plus de rendre compte de cette réalité, en rajoutant eventuelement un qualificatif qui le précise,  liberalisme Lockéen, proudhonien.....

 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
16 minutes ago, frigo said:

comme l'opinion des liberaux

Ce qui est une définition sans aucune utilité. Qu'est-ce que la plomberie ? Ce que font les plombiers. Qu'est-ce qu'un roman ? Ce que font les romanciers. Qu'est-ce que la chimie ? Ce que font les chimistes.

 

16 minutes ago, frigo said:

le marxisme [...] est un ensemble cohérent , signé, intemporel.

Le marxisme ce n'est pas que Marx, quoi qu'en disent les intégristes.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.