Adrian

La vie sexuelle des femmes est-elle meilleure sous un régime socialiste ?

68 messages dans ce sujet

Citation

Some might remember that Eastern bloc women enjoyed many rights and privileges unknown in liberal democracies at the time, including major state investments in their education and training, their full incorporation into the labor force, generous maternity leave allowances and guaranteed free child care. But there’s one advantage that has received little attention: Women under Communism enjoyed more sexual pleasure.

 

A comparative sociological study of East and West Germans conducted after reunification in 1990 found that Eastern women had twice as many orgasms as Western women. Researchers marveled at this disparity in reported sexual satisfaction, especially since East German women suffered from the notorious double burden of formal employment and housework. In contrast, postwar West German women had stayed home and enjoyed all the labor-saving devices produced by the roaring capitalist economy. But they had less sex, and less satisfying sex, than women who had to line up for toilet paper.

 

How to account for this facet of life behind the Iron Curtain?

 

Consider Ana Durcheva from Bulgaria, who was 65 when I first met her in 2011. Having lived her first 43 years under Communism, she often complained that the new free market hindered Bulgarians’ ability to develop healthy amorous relationships.

“Sure, some things were bad during that time, but my life was full of romance,” she said. “After my divorce, I had my job and my salary, and I didn’t need a man to support me. I could do as I pleased.”

 

Ms. Durcheva was a single mother for many years, but she insisted that her life before 1989 was more gratifying than the stressful existence of her daughter, who was born in the late 1970s.

 

“All she does is work and work,” Ms. Durcheva told me in 2013, “and when she comes home at night she is too tired to be with her husband. But it doesn’t matter, because he is tired, too. They sit together in front of the television like zombies. When I was her age, we had much more fun.”

Last year in Jena, a university town in the former East Germany, I spoke with a recently married 30-something named Daniela Gruber. Her own mother — born and raised under the Communist system — was putting pressure on Ms. Gruber to have a baby.

“She doesn’t understand how much harder it is now — it was so easy for women before the Wall fell,” she told me, referring to the dismantling of the Berlin Wall in 1989. “They had kindergartens and crèches, and they could take maternity leave and have their jobs held for them. I work contract to contract, and don’t have time to get pregnant.”

 

This generational divide between daughters and mothers who reached adulthood on either side of 1989 supports the idea that women had more fulfilling lives during the Communist era. And they owed this quality of life, in part, to the fact that these regimes saw women’s emancipation as central to advanced “scientific socialist” societies, as they saw themselves.

 

Although East European Communist states needed women’s labor to realize their programs for rapid industrialization after World War II, the ideological foundation for women’s equality with men was laid by August Bebel and Friedrich Engels in the 19th century. After the Bolshevik takeover, Vladimir Lenin and Aleksandra Kollontai enabled a sexual revolution in the early years of the Soviet Union, with Kollontai arguing that love should be freed from economic considerations.

The Soviets extended full suffrage to women in 1917, three years before the United States did. The Bolsheviks also liberalized divorce laws, guaranteed reproductive rights and attempted to socialize domestic labor by investing in public laundries and people’s canteens. Women were mobilized into the labor force and became financially untethered from men.

 

In Central Asia in the 1920s, Russian women crusaded for the liberation of Muslim women. This top-down campaign met a violent backlash from local patriarchs not keen to see their sisters, wives and daughters freed from the shackles of tradition.

 

In the 1930s, Joseph Stalin reversed much of the Soviet Union’s early progress in women’s rights — outlawing abortion and promoting the nuclear family. However, the acute male labor shortages that followed World War II spurred other Communist governments to push forward with various programs for women’s emancipation, including state-sponsored research on the mysteries of female sexuality. Most Eastern European women could not travel to the West or read a free press, but scientific socialism did come with some benefits.

 

“As early as 1952, Czechoslovak sexologists started doing research on the female orgasm, and in 1961 they held a conference solely devoted to the topic,” Katerina Liskova, a professor at Masaryk University in the Czech Republic, told me. “They focused on the importance of the equality between men and women as a core component of female pleasure. Some even argued that men need to share housework and child rearing, otherwise there would be no good sex.”

 

Agnieszka Koscianska, an associate professor of anthropology at the University of Warsaw, told me that pre-1989 Polish sexologists “didn’t limit sex to bodily experiences and stressed the importance of social and cultural contexts for sexual pleasure.” It was state socialism’s answer to work-life balance: “Even the best stimulation, they argued, will not help to achieve pleasure if a woman is stressed or overworked, worried about her future and financial stability.”

In all the Warsaw Pact countries, the imposition of one-party rule precipitated a sweeping overhaul of laws regarding the family. Communists invested major resources in the education and training of women and in guaranteeing their employment. State-run women’s committees sought to re-educate boys to accept girls as full comrades, and they attempted to convince their compatriots that male chauvinism was a remnant of the pre-socialist past.

 

Although gender wage disparities and labor segregation persisted, and although the Communists never fully reformed domestic patriarchy, Communist women enjoyed a degree of self-sufficiency that few Western women could have imagined. Eastern bloc women did not need to marry, or have sex, for money. The socialist state met their basic needs and countries such as Bulgaria, Poland, Hungary, Czechoslovakia and East Germany committed extra resources to support single mothers, divorcées and widows. With the noted exceptions of Romania, Albania and Stalin’s Soviet Union, most Eastern European countries guaranteed access to sex education and abortion. This reduced the social costs of accidental pregnancy and lowered the opportunity costs of becoming a mother.

 

Some liberal feminists in the West grudgingly acknowledged those accomplishments but were critical of the achievements of state socialism because they did not emerge from independent women’s movements, but represented a type of emancipation from above. Many academic feminists today celebrate choice but also embrace a cultural relativism dictated by the imperatives of intersectionality. Any top-down political program that seeks to impose a universalist set of values like equal rights for women is seriously out of fashion.

 

The result, unfortunately, has been that many of the advances of women’s liberation in the former Warsaw Pact countries have been lost or reversed. Ms. Durcheva’s adult daughter and the younger Ms. Gruber now struggle to resolve the work-life problems that Communist governments had once solved for their mothers.

https://www.nytimes.com/2017/08/12/opinion/why-women-had-better-sex-under-socialism.html?_r=1&mtrref=t.co&assetType=opinion

 

Je ne connaissais pas la rubrique opinion du NYT ..

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puissante est la caisse de résonance des réseaux sociaux. J'écrivais à l'instant :

 

En effet, tout ce qu'on a en référence en début d'article c'est un vieux lien vers une vidéo dailymotion de plus d'une heure. J'ai juste envie de dire : va chier, retourne à l'école.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est sans doute aussi étayé que "les vaches socialistes produisent plus de lait" de Sartre.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La flemme de lire l'article, mais ça ne colle absolument pas avec tout ce que je sais sur l'URSS (en dehors de la révolution de 1917 en elle-même, qui avait en effet des accents "libertaires" sur le plan des mœurs. Rougemont en parle vite fait dans L'Amour et l'Occident).

 

Relire aussi ce que disait Orwell sur la répression de la sexualité et de l'affectivité en régime totalitaire.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au delà de tout ça, il y a quand même une constatation assez juste sur le fait que le confort moderne favorise l'individualisme et raréfie les rapport sociaux. Aujourd'hui beaucoup de couples perdent très vite leur libido, parfois même chez les plus jeunes. Je ne sais pas si c'est un biais d'observation de ma part (je ne prétend pas dire que tout cela est documenté) mais c'est l'impression que j'ai.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, Wheat a dit :

Aujourd'hui beaucoup de couples perdent très vite leur libido, parfois même chez les plus jeunes. Je ne sais pas si c'est un biais d'observation de ma part (je ne prétend pas dire que tout cela est documenté) mais c'est l'impression que j'ai.

Il n'y a pas qu'aujourd'hui. Et il n'y a pas que chez les humains. Ca s'appelle l'effet Coolidge.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Rincevent a dit :

Il n'y a pas qu'aujourd'hui. Et il n'y a pas que chez les humains. Ca s'appelle l'effet Coolidge.

 

Connaissais pas, merci.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai l'impression que vous ne parlez pas de la même chose.

ou alors j'ai rien compris sur à l'effet coolidge.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est peut-être aussi que c'était la seule façon de s'amuser en URSS... Si tu as rien d'autre à faire, ben tu baises et mécaniquement le nombre d'orgasmes augmente (peut-être de manière marginale décroissante ou croissante). Cela n'enlève rien au fait qu'on est bien plus heureux (en moyenne) dans un pays capitaliste que communiste.

De toute façon, c'est presque garanti que l'article dit n'importe quoi vu le nombre de source... En plus, les témoignages sont remplis de biais temporels. 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La déchéance du chercheur, qui rêvait sans doute dans sa jeunesse de mettre au grand jour des découvertes fondamentales. Au lieu de ça il regarde comment on baisait à Pétaouchnok.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hmmm, ils étudiaient le nombre d'orgasmes par observation directe, les gros dégoûtants ? Ou bien c'est par une étude déclarative ? Il est sans doute bon de rappeler la vieille sagesse du grand philosophe Gregory House : "Everybody lies.". Spécialement en ce qui concerne le sexe. Spécialement sous un régime communiste.

 

L'article ne dit nettement plus long que le NYT que sur autre chose, en fait.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vois que ce thread a dégénéré dans la vanne et le postage de playtasse à peu près aussi rapidement que ce que j'estimais.

Que ce soit l'OP qui dégaine en premier les playtasses par contre, j'avoue, j'avais pas vu venir.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dès le départ, je ne voyais le topic comme sérieux. Le titre déjà ...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah ça faut avouer. :D

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, Wheat a dit :

Au delà de tout ça, il y a quand même une constatation assez juste sur le fait que le confort moderne favorise l'individualisme et raréfie les rapport sociaux

Je ferais une observation plutôt inverse :

à savoir une augmentation indubitable de petits/micros rapports sociaux (eg nos blablas sur les forums, marchés en ligne, twitter, fb, etc, au moment où j'écris, j'ai 15 onglets ouverts sur mon ordi allumé 24h/24),

et que, à volume constant, ce temps passé avec beaucoup d'interlocuteurs signifie forcément moins de temps avec chacun,

l'impact maximum concernant certainement les tous proches.

 

Ceci dit, une bonne part du temps passé en micro rapports sociaux est, parait-il, pioché sur du temps qui avant était (largement) affecté à la TV.

Il parait que les jeunes la regardent moins ?

 

2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Expliquez moi donc par quels chemins tortueux le socialisme favoriserait l'épanouissement sexuel ?  

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Bisounours a dit :

Expliquez moi donc par quels chemins tortueux le socialisme favoriserait l'épanouissement sexuel ?  

Interdiction ou incapacité technique à produire du fun consumériste. 

Livres de merde, cinéma de merde, télé de merde, journaux de merde. Faut bien s'occuper. C'est ça ou la vodka. 

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Euh, y'avait quelques bons bouquins en URSS.

Le Maître et Marguerite, déjà

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, NoName a dit :

Faut bien s'occuper.

ah ok, un peu comme les animaux dans un zoo, quoi :P

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Bisounours a dit :

Expliquez moi donc par quels chemins tortueux le socialisme favoriserait l'épanouissement sexuel ?  

 

Les gens se font entuber H24, jour après jour. Mathématiquement...

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Bisounours a dit :

Expliquez moi donc par quels chemins tortueux le socialisme favoriserait l'épanouissement sexuel ?  

 

Les soviétiques ont autorisé le divorce et l'avortement. Si tu compares aux autres sociétés des années 20, c'est beaucoup.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Bézoukhov a dit :

 

Les soviétiques ont autorisé le divorce et l'avortement. Si tu compares aux autres sociétés des années 20, c'est beaucoup.


Enfin ça, c'est la révolution d'octobre 1917 et Lénine. Dès le début des années 30, Staline est revenu en arrière. 

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Mais Staline ce n'est pas du vrai communimse!"

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 51 minutes, RayRhacer a dit :

Enfin ça, c'est la révolution d'octobre 1917 et Lénine.

 

Et encore, Lénine était personnellement d'un puritanisme avancé. Il considérait des mœurs "relâchés" comme autant de "vices bourgeois". Pendant son exil en France, il reprochait à Gorki de draguer des françaises plutôt que de travailler à la Révolution comme un bon révolutionnaire professionnel.

 

N'oublions pas non plus que le communisme de type bolchevik a été tout au long du 20ème siècle profondément homophobe (là encore, un "vice de la bourgeoisie décadente").

 

« La Russie de la Révolution connut un « déchaînement » sexuel de la jeunesse que l’on serait tenté de juger sans précédent dans notre histoire européenne. Quant au mariage, il fut en principe balayé durant la période des Soviets. La morale des intellectuels nihilistes ou romantiques, qui inspirait les jeunes chefs bolcheviks, se traduisit dans la réalité par une généralisation de l’union libre, de l’avortement, de l’abandon des enfants, bref de tout ce qu’on croyait contraire aux préjugés réactionnaires, qu’on se figurait, bien à tort, entretenus par le capitalisme. Dans une lettre fameuse adressée par Lénine à la camarade Zetkin, le chef décrit ce désastre des mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professionnel » -donc puritain- contre cette anarchie sexuelle qu’il qualifie de « petite-bourgeoise ». (On n’ignore pas le sens marxiste de l’expression).
Vingt ans plus tard, le « redressement des mœurs » s’est opéré, non par quelque sursaut vertueux, non par l’initiative d’une ligue philanthropique, mais par les soins d’une dictature exactement consciente des conditions de sa durée. Staline s’est assigné pour but prochain de refaire des cadres à sa nation. Car sans cadres, l’économie périclitait, et la « défense nationale » ne pouvait pas s’organiser sans un constant recours à la passion des premiers révolutionnaires : or c’était cette passion précisément que l’on entendait « liquider ». D’où l’absolue nécessité de restaurer les bases sociales, c’est-à-dire l’élément statique et stabilisateur au premier chef qu’est la famille. Ce fut le mécanisme de la dictature productiviste qui contraignit l’État dit socialiste à édicter une série de lois contre le divorce (qu’on rendit beaucoup plus onéreux), contre l’avortement et contre l’abandon des enfants nés hors mariage.
» -Denis de Rougemont, L’amour et l’Occident, Livre VI « Le Mythe contre le Mariage », Plon, Bibliothèque 10/18, 1972 (1939 pour la première édition), 445 pages, p.312-313.

 

(On notera que Rougemont qualifie l'URSS d'Etat dit socialiste, preuve que pour lui aussi le "vrai" et bon socialisme doit être ailleurs...).

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Neomatix a dit :

Euh, y'avait quelques bons bouquins en URSS.

Le Maître et Marguerite, déjà

Un livre. Un livre.

 

En face ils avaient Hollywood, la beat génération, Hunter Thompson et marvel comics 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, NoName a dit :

 cinéma de merde

 

J'ai jamais regardé ses œuvres mais Sergueï Eisenstein était considéré comme un des cinéastes importants de son temps. On trouve encore des éloges de lui jusque dans les années 60.

 

Et il était pro-communiste, ce qui n'était pas le cas de Boulgakov.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 32 minutes, NoName a dit :

Un livre. Un livre.

 

En face ils avaient Hollywood, la beat génération, Hunter Thompson et marvel comics 

 

Faut aller sur liborg pour voir comparer la littérature russe à Marvel. D'autant plus que l'Amerique anglophone n'a produit que Steinbeck comme grand auteur.

 

 

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

 

J'ai jamais regardé ses œuvres mais Sergueï Eisenstein était considéré comme un des cinéastes importants de son temps. On trouve encore des éloges de lui jusque dans les années 60.

 

Et il était pro-communiste, ce qui n'était pas le cas de Boulgakov.

 

J'imagine sans souci les foules d'ouvriers accourir au cinéma et se dire "Mmmh, je choisi quoi ? Eisenstein ou Sergio Leone ?" Quel enooorme dilemme dis donc.

 

il y a 13 minutes, Bézoukhov a dit :

 

Faut aller sur liborg pour voir comparer la littérature russe à Marvel. D'autant plus que l'Amerique anglophone n'a produit que Steinbeck comme grand auteur.

 

Par contre pas besoin d'aller sur Liborg pour avoir des gens incapables de lire correctement un message et de comprendre que le Pékin moyen est beaucoup plus intéressé par musso et marvel que par dostoievski. 

Ho oui tiens je visualise totalement le grouillot russe rentrer de sa bonne journée de travail à l'usine de métallurgie et se taper crime et châtiments pour se détendre parce qu'il a pas déjà assez une vie de merde.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.