Jump to content
Adrian

Espagne, sécession & boutifarre

Recommended Posts

Quand même les prisons politiques viennent de réouvrir en Europe, je ne parle pas de la lutte anti terrorisme mais d'opposants  encagés . Pour moi c'est un fait remarquable, qui pourtant passe sans vagues..

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, frigo a dit :

Quand même les prisons politiques viennent de réouvrir en Europe, je ne parle pas de la lutte anti terrorisme mais d'opposants  encagés . Pour moi c'est un fait remarquable, qui pourtant passe sans vagues..

De quoi tu parles ? Puigdemont ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lui se planque en Belgique,  mais il y a d'autres personnalités indépendantistes emprisonnées à Madrid.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh, c'est pas la fille de Cuidadanos qui va être PM ? Déçu je suis.

 

Ce message était sponsorisé par le patriarcat libéral.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A partir du moment où on déterre Franco, on a la conscience tranquille pour vendre des armes aux Saoudiens 

 

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/09/13/madrid-livrera-finalement-400-bombes-a-laser-a-riyad-sur-fond-de-crainte-de-crise-diplomatique_5354734_3214.html

  • Yea 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Article concernant ce qu'il se passe actuellement en Espagne où un enfant est tombé dans un profond puits depuis maintenant plus de dix jours. Un tunnel parallèle à été creusé, et depuis hier soir des mineurs tentent de le relier à l'enfant, on devrait avoir le verdict dans l'après-midi.

 

«Julen aurait pu être sauvé en deux ou trois jours»

 

Citation

«La représentante du gouvernement central, ici en Andalousie, et son entourage se sont demandé qui pourrait remplir cette tâche. Ensuite, quelqu'un a eu l'idée de s'adresser à l'école d'ingénieurs locale. Son directeur a été nommé chef des opérations de sauvetage, mais cet homme n'a aucune expérience», explique l'architecte. 

 

Le gars est présent sur les lieux, et aussi sur twitter où il donne son point de vue sur la situation.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les élections espagnoles sont dans un peu plus d'un mois, j'en profite donc pour faire un petit tour d'horizon des forces en présences.

  •  Le PSOE emmené par Pedro Sanchez, est arrivé au pouvoir en juin 2018, grâce à l'appui de Podemos, des indépendantistes catalans et des nationalistes basques. Pas grand chose à signaler à part le fait que ce gouvernement fut sans doute le gouvernement le plus à gauche qu'ait connu l'Espagne depuis le retour de la démocratie. Heureusement, ils n'avaient pas une majorité assez large pour faire passer leurs délires socialistes (les indépendantistes catalans refusant de voter le budget tant que l’autodétermination ne serait pas mis sur la table). On retiendra néanmoins le triptyque gaucho-électoraliste augmentation du Salaire Minimum, hausse des pensions et hausse des salaires pour les fonctionnaires. A défaut d'appliquer son programme économique, le gouvernement Sanchez s'est concentré sur le sociétal surfant sur la vague de féminisme qui contamine actuellement l'Espagne (importantes grèves féministes pour la journée de la femme) avec la mise en place de tout un tas de mesures pour lutter contre "les violences machistes". Ses plus grands succès furent l'exhumation de la dépouille de Franco et l'accueil de l'Aquarius .... v'la le succès. On peut regretter que rien n'a été fait pour régler la question de l'indépendance de la Catalogne car Pedro Sanchez refuse de négocier une réforme constitutionnelle permettant l'autodétermination.
  • Podemos peut difficilement faire plus à gauche que le PSOE actuel, chacun se vantant d'être à l'origine des quelques mesures sociales mises en places. Podemos est en perte de vitesse : rupture avec leurs alliés régionaux, congé paternité du leader suprême Pablo Iglesias, départ du cofondateur et surtout fuite de leur électorat vers le PSOE.
  • Ciudadanos aura une position centrale pour former une coalition et fera sans doute pencher la balance à droite ou à gauche. Une coalition avec la droite est privilégiée même s'ils pourront sans doute soutenir un PM du PSOE si ce dernier n'est pas Pedro Sanchez. Au niveau du programme, ils ont copié celui d'Emmanuel Macron donc rien de bien libéral. Ils pointent légitimement la propagande des professeurs catalans en faveur de l'indépendance sans remettre en cause le système d'éducation étatisée. 
  • Le Parti Populaire a effectué un virage à droite depuis le départ de Mariano Rajoy. Pablo Casado, leur leader, s'est fait connaitre pendant la crise catalane pour sa fermeté face aux indépendantistes. Il propose d'interdire les partis indépendantistes, de remettre en place l'article 155 qui permettra à Madrid de diriger la Catalogne à la place des catalans. Il se décrit comme libéral-conservateur mais j'ai bien peur que sa lutte contre l'indépendantisme catalan prenne le pas sur son libéralisme économique. Conseillé par l'économiste libéral président de l'Institut Mises Espagne, Daniel Lacalle (qui pourrait devenir Ministre des Finances en cas de victoire du PP), Pablo Casado veut mettre en place une "Révolution Fiscale" (suppression des impôts sur les successions, sur le patrimoine, sur les donations, baisse de l'Impôt sur les Sociétés et de l'Impôt sur le Revenu) mais on ne sait pas encore comment il compte le financer.
  • Et enfin, le petit dernier Vox, cette formation de droite populiste contrairement aux autres partis politiques d’extrêmes-droites européens, n'a pas émergé en cassant du sucre sur les immigrés mais plutôt sur les indépendantistes catalans. Leur slogan est clair : "virer les séparatistes, les communistes et les progressistes du pouvoir". Ils peuvent se targuer d'être à l'initiative du procès contre les leaders indépendantistes en faisant partie de l'accusation populaire (L’accusation populaire est une figure juridique qu’existe en Espagne, et que permet à toute espagnol faire partie d’un procédure pénal en tant qu’accusation bien qu’il ne soit pas la victime, ou il n’aura eu directement préjudice). Sur le plan économique, ils sont nettement moins étatistes que le RN sans pour autant être libéral. Tout comme le PP ils sont très centralistes, ils proposent la dissolution des communautés autonomes espagnoles et l'Annexion de Gibraltar. On peut tout de même se réjouir que la libéralisation du port d'armes et la fin des subventions pour les partis politiques figurent en bonne place dans leur programme. Il sera intéressant de voir la tête de Manuel Valls quand son parti Ciudadanos pactisera avec Vox pour entrer au gouvernement (cette réflexion s'applique aussi à Emmanuel Macron).

 

Tout ça nous donne trois coalitions possibles :

  • Une coalition de droite avec Pablo Casado comme Premier Ministre, Ciudadanos au gouvernement et Vox qui soutient sans participer. On fait appel à l'article 155 pour reprendre la main sur la Catalogne, on réforme le statut des régions afin de transférer des compétences vers Madrid. Des baisses d'impôts en début de mandat pour se différencier du précédent gouvernement socialiste.
  • Une coalition PSOE+PODEMOS : On peut dire bonne chance à l'Espagne, hausse d'impôts + dépenses sociales qui explosent...
  • La coalition PSOE+PODEMOS+ indépendantistes et nationalistes :  Coalition fragile qui dépendra de l'issu du procès contre les indépendantistes et des négociations que Pedro Sanchez devra inéluctablement commencé avec la Généralité Catalane.

 

  • Yea 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Question con : quels sont les arguments des non-catalans contre le séparatisme catalan ?

Les séparatistes ont l'air de se retrouver du coté gauche, mais pourquoi exactement ? Je suis surpris, parce qu'en France, il me semble que les journaux nous avait vendu les indépendantistes comme des identitaires façon extrême-droites.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que l'argument le plus honnête que j'ai lu est que la catalogne représente environ 20% du pib espagnol et doit être l'origine de plus du tiers du budget de l'état central et que cela a légèrement influencé la réaction de Madrid. Après il y a les éternels arguments contre la dislocation des états ou états-nation européens et ne pas céder face à l’égoïsme catalan refusant le contrat social espagnol et la solidarité naturelle qui va avec.

Mais j'ai suivis cela de très loin et je ne me rappelle plus de l'orientation politique des indépendantiste.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 27 minutes, Mégille a dit :

Question con : quels sont les arguments des non-catalans contre le séparatisme catalan ?

Les séparatistes ont l'air de se retrouver du coté gauche, mais pourquoi exactement ? Je suis surpris, parce qu'en France, il me semble que les journaux nous avait vendu les indépendantistes comme des identitaires façon extrême-droites.

 

Il n'y a pas vraiment d'arguments rationnels, les espagnols ont peur de se voir amputer une des régions les plus riches d'Espagne. Plus globalement pour les anti-séparatistes, c'est l'existence même de l'Espagne qui serait remise en cause en cas d'indépendance de la Catalogne avec la peur d'une contagion à d'autres régions (Pays Basque).

 

Il n'y a pas d'indépendantistes catalans d'extrème-droite. Je dirai qu'il existe 2 grands types d'indépendantistes :

  •  Le vote indépendantiste de droite composée de CSP+, elle voit l'indépendance comme un moyen de préserver la culture et la langue catalane mais aussi d'arrêter de payer pour les autres régions.
  • Le vote indépendantiste de gauche : Cette gauche séparatiste voit en l'indépendance le moyen de créer une République et de mettre en place une politique sociale volontariste.

Il faut savoir que les catalans sont avant d'être indépendantistes, très républicains. Les indépendantistes catalans avaient lors de la proclamation de la seconde République Espagnole, renoncer à l'indépendance au profit de la création d'un statut pour la région.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Mégille a dit :

en France, il me semble que les journaux nous avait vendu les indépendantistes comme des identitaires façon extrême-droites.

en France c'est un peu un réflexe courant des MSMs de nous vendre ce qui est "mal" comme relevant ou pouvant relever (ça coûte rien) de l'ED.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rien de bien nouveau

  -  Le Congrès encore plus fragmenté qu'avant avec la percée d'un nouveau parti de droite radicale, Vox.

 

  -  La gauche progresse (PSOE + PODEMOS = 166/350 sièges) mais ne parvient pas à obtenir la majorité des sièges. Le PSOE qui a axé sa campagne sur la distribution de cadeaux (Revenu Minimum Vital, hausse du Salaire Minimum et hausses d'impots pour les banques et les méchants capitalistes GAFA) a reussi à faire oublier Podemos qui baisse naturellement. Le progrès du PSOE s'explique aussi par leur modération sur la question catalane.

 

  - La droite s'effondre (PP = 66/350 siéges) à cause du mauvais bilan de Mariano Rajoy et de la droitisation de leur nouveau leader. Le PP perd ainsi beaucoup de voix au profit de Ciudadanos (En Marche espagnol 57/350 sièges) et ne reussit pas à endiguer la fuite de ses électeurs vers Vox. C'est bien dommage car, à part leur volonté de centralisation des pouvoirs à Madrid, leur programme économique était vraiment libéral.

 

  - Vox réalise un score honorable (10% et 24 sièges) mais en-deça des espérances de leur leader. On notera que Vox avait prévu de fêter sa victoire sur la place Margaret Thatcher à Madrid. Vox est sans doute le parti de droite radicale le plus libéral économiquement en Europe (Flat Tax, suppression des impots sur les successions sur le patrimoine, mise en place d'un système de retraites par capitalisation, diminution des dépenses publiques...).

 

  -  Du côté de la Catalogne et du Pays-Basque, les indépendantistes progressent et seront déterminants pour former une coalition à gauche.

 

Pour résumer, la fragmentation des votes à droite profite a la gauche qui devra composer avec les indépendantistes catalans et les nationalistes basques pour former une coalition. Pedro Sanchez peut aussi faire le choix de s'allier avec Ciudadanos mais ça serait désastreux électoralement et ça ferait remonter Podemos.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, oiram a dit :

  -  Du côté de la Catalogne et du Pays-Basque, les indépendantistes progressent et seront déterminants pour former une coalition à gauche.

 

Où en est la "régionalisation" en Espagne?

Le pays semble moins centralisé qu'en France.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Reykjavik a dit :

 

Où en est la "régionalisation" en Espagne?

Le pays semble moins centralisé qu'en France.

 

Oui, beaucoup moins centralisé qu'en France.

Les communautés autonomes espagnoles ont une relative autonomie fiscale. Elles peuvent créer des impôts sur le patrimoine ou sur les successions et ont des larges compétences sur la sécurité, la santé ou l'éducation.

Pedro Sanchez ne devrait pas toucher aux systèmes de communautés autonomes car il sera obligé de s'allier avec des partis régionalistes ou indépendantistes pour former une coalition majoritaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Junqueras en prison;

Il y a-t-il une cour d'appel en Espagne ou une quelconque juridiction de révision?

https://www.marianne.net/monde/desobeissance-civile-en-catalogne-apres-les-lourdes-condamnations-des-leaders-independantistes

Share this post


Link to post
Share on other sites

Accord PSOE, Podemos + des nationalistes pour former un gouvernement... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...