Aller au contenu
Restless

Société patriarcale, justice sociale au cinéma et régime carnivore

Messages recommandés

31 minutes ago, Fagotto said:

Si tu reconnais que ce n'est pas un critère pour tout le monde on revient bien au fait qu'on parle de gouts et de couleurs.

Mon point n'était pas que c'est un critère pour tous les spectateurs mais que ça devrait être un critère valide pour toi étant donné les caractéristiques que tu donnes, soit "basé sur un des critères non-cosmétiques, ou identitaire".

 

31 minutes ago, Fagotto said:

et donc, en quoi c'est grave en final?

Merci d'admettre que la franchise n'est pas respectée. On progresse au fil de l'épée mais on progresse.

 

31 minutes ago, Fagotto said:

pas forcément

¯\_(ツ)_/¯

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
33 minutes ago, Kassad said:

 

Je maintiens ma question : il y a clairement des rôles archétypaux dont on a changé le sexe pour des raisons de propagande. Est ce que c'est important ou pas ? Est-ce que ça peut avoir une influence ou pas ? C'est la réponse de JBP qui m'intéresse.

 

On est quand même dans un domaine où les preuves et les théories sont peu solides, et surtout où il y a déjà eu beaucoup d'erreurs commises au nom de la lutte contre la mauvaise influence de certaines oeuvres (et c'est encore le cas souvent),  et au nom de la lutte contre ce qui est contre nature, bref je pense qu'on est loin d'avoir les billes pour avoir une réponse scientifique à ça.

 

Par contre, je peux tenter une explication de pourquoi on dévie de ces archétypes, depuis assez longtemps déjà par ex la littérature ne fonctionne plus vraiment via le mythe,  archétype et modèle positif, et pourquoi le monde ne s'est pas encore enffondré:

Déjà parce que le rapport aux produits culturels dans une société évoluée est beaucoup plus distant vs le mythe dans une société primitive (et encore, les grecs croyaient-ils à leurs mythes comme disaient l'autre), donc l'influence est moindre.

Deuxio la technique et l'évolution et la taille de la société change tout, si dans une société primitive une déviation d'un membre vis a vis de son rôle normal peut créer un risque pour la survie de la société, ce n'est plus le cas aujourd'hui, de larges minorités peuvent dévier des archétypes sans remettre en cause la société et son fonctionnement, d'où la tolérance envers des modèles non archétypiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
13 minutes ago, Lancelot said:

Mon point n'était pas que c'est un critère pour tous les spectateurs mais que ça devrait être un critère valide pour toi étant donné les caractéristiques que tu donnes, soit "basé sur un des critères non-cosmétiques, ou identitaire

 

Mais le choix d'un acteur c'est cosmétique par définition, le choix du sexe d'un perso aussi, si le scénario est adapté, ça ne change pas forcément le propos et la structure du film ni surtout sa mise en scène, en soi y a de bons films avec de mauvais acteurs.

Donc oui c'est cosmétique, je ne choisis quasi jamais un film a cause du casting, et encore moins à cause de la répartition H/F dans ce casting, ou encore à cause du prétendu respect d'un matériau original, ce ne sont pas des critères fiables.

 

20 minutes ago, Lancelot said:

Merci d'admettre que la franchise n'est pas respectée.

 

Parce que ton exemple est caricatural, et d'ailleurs ne portent pas sur le genre du héros, donc ne prouve pas grand chose sur d'autres exemples, y a des degrés de respect en plus je suppose, par ex SW a maintenant un héros femme, respect ou pas?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
33 minutes ago, Lancelot said:

\_(ツ)_/¯ 

 

Donc ce n'est pas un critère fiable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
17 minutes ago, Fagotto said:

Mais le choix d'un acteur c'est cosmétique par définition

Bah... non.

 

Quote

le choix du sexe d'un perso aussi, si le scénario est adapté, ça ne change pas forcément le propos et la structure du film ni surtout sa mise en scène

Le retour du "pas forcément". Si c'est une adaptation alors ça change la fidélité de l'adaptation dans tous les cas, et le propos et la structure presque toujours puisque, comme @Kassad et @Rincevent ne manqueront pas de le souligner, les hommes et les femmes ne sont pas interchangeables et leurs archétypes non plus. Et je ne compte même pas les cas où la diversité intégrée n'a pas de sens dans l'univers en question (genre prendre une japonaise pour jouer de Gaulle).

 

Quote

à cause de la répartition H/F dans ce casting

C'est le critère des SJW, pas le mien.

 

Quote

à cause du prétendu respect d'un matériau original

Pourtant on a vu que c'est un critère que tu devrais considérer de ton propre aveu.

 

Quote

y a des degrés de respect

Et on continue à progresser.

 

Quote

par ex SW a maintenant un héros femme, respect ou pas?

Ce n'est pas une adaptation et ce n'est pas contraire à l'univers donc à titre personnel je m'en moque (non pas qu'il n'y ait rien à leur reprocher, mais pas ça).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
8 minutes ago, Lancelot said:

Bah... non.

 

Si, mais c'est une question de gouts et couleurs, ie qu'on a pas les mêmes critères, la mise en scène c'est fondamental, le reste on peut s'arranger, y a de bons films avec de mauvais acteurs, de bons acteurs ne sauveront jamais un film à eux seuls, c'est simple.

 

11 minutes ago, Lancelot said:

les hommes et les femmes ne sont pas interchangeables et leurs archétypes non plus.

 

Mais tout les roles ne font pas appels à des archétypes, et le respect des archétypes n'est pas forcément un critère, et les archétypes sont multiples, bref c'est pas immédiat.

 

15 minutes ago, Lancelot said:

Pourtant on a vu que c'est un critère que tu devrais considérer de ton propre aveu

 

Où ça? Comment je pourrais le prendre en compte alors que la plupart du temps je ne le connais et que historiquement ça n'a que rarement été.

C'est assez simple je l'ai déjà dit dans une autre discussion, l'adaptation est une oeuvre différente à juger de manière indépendante.

 

11 minutes ago, Lancelot said:

Le retour du "pas forcément".

 

Mais parce que ma position est nuancée, toi tu veux tout jeter sur un critère arbitraire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
22 minutes ago, Fagotto said:

 

Si, mais c'est une question de gouts et couleurs, ie qu'on a pas les mêmes critères, la mise en scène c'est fondamental, le reste on peut s'arranger, y a de bons films avec de mauvais acteurs, de bons acteurs ne sauveront jamais un film à eux seuls, c'est simple et non négociable.

 

 

Mais tout les roles ne font pas appels à des archétypes, et le respect des archétypes n'est pas forcément un critère, et les archétypes sont multiples, bref c'est pas immédiat comme conclusion.

 

 

Où ça? Comment je pourrais le prendre en compte alors que la plupart du temps je ne le connais pas et que historiquement ça n'a que rarement été le cas, et que le cinéma et la littérature ne sont pas des médias identiques.

 

 

Désolé pour l'edit raté, j'avais oublié plein de mots.

Pour clarifier:

34 minutes ago, Lancelot said:

ça change la fidélité de l'adaptation dans tous les cas, et le propos et la structure

 

Changer le propos et la structure dans une adaptation n'est pas forcément un problème, si le 'nouveau' propos est bon lui aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Du genre Battelstar Galactica qui a transformé un truc un peu pourri en série genialissime avec des Asiatiques, des Italos, des Noirs, des gays, des Hispanos, des femmes et a notamment féminisé Starbuck ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
9 hours ago, Fagotto said:

Si, mais c'est une question de gouts et couleurs, ie qu'on a pas les mêmes critères, la mise en scène c'est fondamental, le reste on peut s'arranger, y a de bons films avec de mauvais acteurs, de bons acteurs ne sauveront jamais un film à eux seuls, c'est simple.

Cool story, je n'ai jamais parlé de bons ou mauvais acteurs.

 

9 hours ago, Fagotto said:

Mais tout les roles ne font pas appels à des archétypes, et le respect des archétypes n'est pas forcément un critère, et les archétypes sont multiples, bref c'est pas immédiat.

Je vous laisse discuter de ça dans le thread du monomythe.

 

9 hours ago, Fagotto said:

Où ça?

Si je dois le citer un message sur deux je le ferai : "je veux un sens critique fort du spectateur, mais qui soit basé sur un des critères non-cosmétiques, ou identitaires", or nous avons vu que le respect d'une franchise n'est pas un critère cosmétique ou identitaire et décider de ne plus respecter une franchise pour des raisons identitaires est critiquable avec ce critère.

 

9 hours ago, Fagotto said:

Mais parce que ma position est nuancée, toi tu veux tout jeter sur un critère arbitraire.

Non ça c'est le dernier homme de paille, pas ma position.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
31 minutes ago, Lancelot said:

Cool story, je n'ai jamais parlé de bons ou mauvais acteurs.

 

 

Je te donne des arguments pour expliquer e nquoi le choix d'un acteur n'est pas fondamental, tu n'as pas de contre-arguments. Noté.

 

31 minutes ago, Lancelot said:

Je vous laisse discuter de ça dans le thread du monomythe.

 

 

C'est toi qui lance ça comme un argument massue, si tu n'es pas capable de la justifier, ça tombe à l'eau, comme ton appel à l'ordre spontané.

 

31 minutes ago, Lancelot said:

or nous avons vu que le respect d'une franchise n'est pas un critère cosmétique

 

Non, on ne l'a pas vu, je dois mal m'exprimer: le respect d'une franchise n'est pas un critère valable pour juger de la qualité d'un film.

 

31 minutes ago, Lancelot said:

Non ça c'est le dernier homme de paille, pas ma position.

 

Ah bon? Qui parle de "merde", de "chienlit", de "massacre de franchise"  et poste une source fake pour justifier l'universalité de son propos?

Quelle est ta position alors maintenant que tu es incapable de justifier factuellement que le wokisme détruit les franchises?

Attends, pas la peine de répondre à cette question, tu resteras sur ta position irrationnelle.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 minutes ago, Fagotto said:

Je te donne des arguments pour expliquer e nquoi le choix d'un acteur n'est pas fondamental, tu n'as pas de contre-arguments. Noté.

Des arguments à côté de la plaque puisque je ne parle pas de choisir un acteur parce qu'il est bon ou mauvais mais par idéologie.

 

2 minutes ago, Fagotto said:

C'est toi qui lance ça comme un argument massue, si tu n'es pas capable de la justifier, ça tombe à l'eau, comme ton appel à l'ordre spontané.

Et la réponse à l'argument est "pas forcément", super convainquant. De fait choisir le sexe d'un personnage dans une histoire n'est pas anodin, si je renvois à une autre discussion c'est parce que je sens venir la tangente à deux balles.

Par ailleurs merci de ne pas faire de révisionnisme sur ce qui s'est passé il y a à peine quelques pages, la seule réponse que j'ai eu sur l'ordre spontané c'est que n'importe quelle décision est que cette planification idéologique en particulier n'est pas grave parce que toute décision est le résultat d'une planification idéologique, ce qui est faux.

 

2 minutes ago, Fagotto said:

Non, on ne l'a pas vu, je dois mal m'exprimer: le respect d'une franchise n'est pas un critère valable pour juger de la qualité d'un film.

Ce n'est pas tant mal s'exprimer que se contredire.

 

2 minutes ago, Fagotto said:

Ah bon? Qui parle de "merde", de "chienlit", de "massacre de franchise"  et poste une source fake pour justifier l'universalité de son propos?

Quelle est ta position alors maintenant que tu es incapable de justifier factuellement que le wokisme détruit les franchises?

Attends, pas la peine de répondre à cette question, tu resteras sur ta position irrationnelle.

Ma "source fake" donne plus d'exemples qu'on ne m'a donné de contre exemples, elle n'avait pas d'autre prétention. Ma position a toujours été la même : l'introduction dans une franchise d'un agenda idéologique qui n'a rien à y foutre c'est de la merde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 hour ago, Tramp said:

Du genre Battelstar Galactica qui a transformé un truc un peu pourri en série genialissime avec des Asiatiques, des Italos, des Noirs, des gays, des Hispanos, des femmes et a notamment féminisé Starbuck ?

 

Voilà, parfois les changements sont bénéfiques, tant pis pour les fans régressifs, qui de toute façon changeront d'avis ensuite, tel les conservateurs qui défendent les réformes avec 10ans de retard.

 

5 minutes ago, Lancelot said:

Des arguments à côté de la plaque puisque je ne parle pas de choisir un acteur parce qu'il est bon ou mauvais mais par idéologie.

 

 

Je t'explique que le choix d'un acteur quelque soit son motif n'est pas un bon critère.

 

6 minutes ago, Lancelot said:

Ce n'est pas tant mal s'exprimer que se contredire.

 

 

Je ne me contredis pas, ça fait deux discussions où je t'explique pourquoi le respect d'une franchise n'est pas un bon critère pour moi.

 

8 minutes ago, Lancelot said:

la seule réponse que j'ai eu sur l'ordre spontané

 

La réponse sur l'ordre spontané, c'est que jamais la théorie ne prétend qu'il faut forcément "lutter" contre les choix idéologiques (non forcés par l'Etat) des agents, ta prétention à le faire est une extension de la théorie qui montre bien que effectivement elle n'est pas forcément maitrisé ici.

 

11 minutes ago, Lancelot said:

Ma position a toujours été la même : l'introduction dans une franchise d'un agenda idéologique qui n'a rien à y foutre c'est de la merde.

 

MAis ça ne donne pas forcément des films, et ça ne massacre pas forcément les franchises (qui de toute façon peuvent rebooter quand elles veulent, ce qui montre bien le dérisoire de ta position), merci on a fini.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Autre point : ce ne sont pas les fans qui font vivre une franchise mais les masses. Suffit de voir Star Wars.

Comme souligné par Fagotto, les fanboys sont des sortes de conservateurs pas très imaginatifs et on se ferait bien chier si les créateurs les écoutaient systématiquement. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Johnnieboy a dit :

Comme souligné par Fagotto, les fanboys sont des sortes de conservateurs pas très imaginatifs et on se ferait bien chier si les créateurs les écoutaient systématiquement. 

Meh, y'a différents types de fanboys. J'en suis un pour star wars quelque part, je demande pas à ce que tout soit figé dans le marbre, plus à ce que les nouveaux opus soient respectueux (et globalement cohérent) de ce qui c'est fait avant.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Fagotto a dit :

C'est toi qui lance ça comme un argument massue, si tu n'es pas capable de la justifier, ça tombe à l'eau, comme ton appel à l'ordre spontané.

Bah, tu as aussi montré ton incompréhension de la notion d'ordre spontané. Je vais t'aider : Hayek utilisait cette expression par commodité, mais trouvait "système auto-organisé" plus rigoureux et plus explicite. Sinon, pense aussi à Ferguson (Adam, pas Niall) : le résultat de l'action de tous, mais du dessein de personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Wayto a dit :

Meh, y'a différents types de fanboys. J'en suis un pour star wars quelque part, je demande pas à ce que tout soit figé dans le marbre, plus à ce que les nouveaux opus soient respectueux (et globalement cohérent) de ce qui c'est fait avant.
 

 

 

La demande de cohérence, je l'ai aussi pour SW. M'est avis que ce n'est pas parce que tu es fan. Là, pour le coup, on détruit une œuvre quand on fait ce qu'ils ont fait avec l'épisode VIII. C'est forcément hérissant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Rincevent a dit :

Bah, tu as aussi montré ton incompréhension de la notion d'ordre spontané. Je vais t'aider : Hayek utilisait cette expression par commodité, mais trouvait "système auto-organisé" plus rigoureux et plus explicite. Sinon, pense aussi à Ferguson (Adam, pas Niall) : le résultat de l'action de tous, mais du dessein de personne.

 

L'ordre lui-même n'est le dessein de personne. Mais l'ordre est bâti sur les desseins de plein d'individus. Désolé mais c'est toi qui le maîtrises mal ce concept.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
7 minutes ago, Rincevent said:

le résultat de l'action de tous, mais du dessein de personne.

 

Le résultat ne correspond au dessein de personnes, mais de fait les personnes ont des desseins, idéologiques ou autres. 

Si le système auto-organisé n'émerge que lorsque les agents n'ont pas de dessein idéologique, alors le concept est caduc, car il demande la création d'un homme nouveau, heureusement ce n'est pas le cas, ce qu'il demande est simplement le refus de la coercition  des personnes via la planification étatique.

 

Edit:pareil que Johnnyboy en fait

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, Fagotto a dit :

le refus de la coercition  des personnes via la planification étatique.

La planification étatique n'est pas le seul mécanisme de coercition des personnes, de loin, hein.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon sur la question du sjwisme dans les séries genre Netflix, ama le problème, ce n'est pas que le gauchisme opportun des séries et des films les plombe au box office, c'est plutôt quand il est l'unique ressort du scenario : on joue sur la connivence culturelle ou identitaire pour suppléer à leur absence d'imagination ou de talent (et c'est là où le bat blesse), et du coup, quand on a un truc identitaire, mais réalisé par un mec.que qui a du talent à la base, ben ça passe crème. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, F. mas a dit :

Sinon sur la question du sjwisme dans les séries genre Netflix, ama le problème, ce n'est pas, à mon avis, que le gauchisme opportun des séries et des films les plombe au box office, c'est plutôt quand il est l'unique ressort du scenario : on joue sur la connivence culturelle ou identitaire pour suppléer à leur absence d'imagination ou de talent (et c'est là où le bat blesse), et du coup, quand on a un truc identitaire, mais réalisé par un mec.que qui a du talent à la base, ben ça passe crème. 

 

 

 

IMG_5300.GIF

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
4 minutes ago, F. mas said:

Sinon sur la question du sjwisme dans les séries genre Netflix, ama le problème, ce n'est pas, à mon avis, que le gauchisme opportun des séries et des films les plombe au box office, c'est plutôt quand il est l'unique ressort du scenario : on joue sur la connivence culturelle ou identitaire pour suppléer à leur absence d'imagination ou de talent (et c'est là où le bat blesse), et du coup, quand on a un truc identitaire, mais réalisé par un.e mec.que qui a du talent à la base, ben ça passe crème. 

Corrigé. L'orthographe alternative c'est tout une science.

 

Sinon Ghostbuster 2 est l'exemple parfait qui souligne le propos. On change une équipe de Nerds par une équipe de femmes parce que et puis c'est tout. Non seulement ça n'apporte rien (ce qui est le cas de nombreuses suites il est vrai) mais là ça se voit. J'aurais tendance à avoir le même jugement pour Star Wars.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai pas d'avis particulier sur les star wars, une excellente trilogie dont le dernier et excellent volet remonte à 1983,  mais j'avoue avoir été particulièrement exaspéré par le bombardement idéologique de Netflix, qui a enchaîné les séries identitaires (mais entre temps, j'ai vu que c'était encore pire dans la version US) sans intérêt mais avec les mêmes ressorts débiles ou thématiques téléguidées à la mode. On pourrait faire des listes de néolieux communs : le couple blanc dysfonctionnel, la femme véritable héros, le noir/métis forcément personnage positif, le fada religieux forcément chrétien, le trans de service, le couple goudou etc. On a le jeu de cartes qu'on rebat de temps en temps et hop, on pond une merde, en général un truc inspiré d'un film qui a marché ou d'une série classique en train de se casser la gueule. Ca s'est calmé un peu, et of course, il y a des exceptions, mais bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est encore plus marqué dans les telenovelas en Argentine (je pense notamment à cien dias para enamorarse quasiment irregardable) : on a une trame telenovela classique (x aime y en secret mais elle est la fille de Z qui ne le sait pas blablablabla para siempre) où on retrouve les néo-lieux communs que tu décrivais. 

 

Je les regarde pour apprendre l'espagnol et j'ai vu ça arriver depuis quelques années on dirait depuis l'élection de Macri je ne sais pas si c'est précis mais subjectivement c'est ce que je donnerais en première approximation. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, F. mas a dit :

Je n'ai pas d'avis particulier sur les star wars, une excellente trilogie dont le dernier et excellent volet remonte à 1983,  mais j'avoue avoir été particulièrement exaspéré par le bombardement idéologique de Netflix, qui a enchaîné les séries identitaires (mais entre temps, j'ai vu que c'était encore pire dans la version US) sans intérêt mais avec les mêmes ressorts débiles ou thématiques téléguidées à la mode. On pourrait faire des listes de néolieux communs : le couple blanc dysfonctionnel, la femme véritable héros, le noir/métis forcément personnage positif, le fada religieux forcément chrétien, le trans de service, le couple goudou etc. On a le jeu de cartes qu'on rebat de temps en temps et hop, on pond une merde, en général un truc inspiré d'un film qui a marché ou d'une série classique en train de se casser la gueule. Ca s'est calmé un peu, et of course, il y a des exceptions, mais bon.

 

il y a 18 minutes, Kassad a dit :

C'est encore plus marqué dans les telenovelas en Argentine (je pense notamment à cien dias para enamorarse quasiment irregardable) : on a une trame telenovela classique (x aime y en secret mais elle est la fille de Z qui ne le sait pas blablablabla para siempre) où on retrouve les néo-lieux communs que tu décrivais. 

 

Je les regarde pour apprendre l'espagnol et j'ai vu ça arriver depuis quelques années on dirait depuis l'élection de Macri je ne sais pas si c'est précis mais subjectivement c'est ce que je donnerais en première approximation. 

 

 

 

D'accord avec cela. Beaucoup de séries sont exaspérantes à ne compter que sur ça. C'est probablement un retour de balancier par rapport aux séries précédentes. Mais faut pas oublier que la production de médiocrités est la norme. C'était le cas avant mais différemment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, F. mas a dit :

Je n'ai pas d'avis particulier sur les star wars, une excellente trilogie dont le dernier et excellent volet remonte à 1983,  mais j'avoue avoir été particulièrement exaspéré par le bombardement idéologique de Netflix, qui a enchaîné les séries identitaires (mais entre temps, j'ai vu que c'était encore pire dans la version US) sans intérêt mais avec les mêmes ressorts débiles ou thématiques téléguidées à la mode. On pourrait faire des listes de néolieux communs : le couple blanc dysfonctionnel, la femme véritable héros, le noir/métis forcément personnage positif, le fada religieux forcément chrétien, le trans de service, le couple goudou etc. On a le jeu de cartes qu'on rebat de temps en temps et hop, on pond une merde, en général un truc inspiré d'un film qui a marché ou d'une série classique en train de se casser la gueule. Ca s'est calmé un peu, et of course, il y a des exceptions, mais bon.

 

Dear white people tu as " regardé " ?

 

Monstruosité sjw, à la limite du racisme anti-blanc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Just now, Atika said:

 

Dear white people tu as " regardé " ?

 

Monstruosité sjw, à la limite du racisme anti-blanc

 

Ah non, le titre me suffisait en fait. Mais j'ai commencé plein de séries que j'ai arrêté pronto, quand le nombre de leçons de morale et de rappels à l'ordre idéologique devenaient trop gonflant. En fait je repense à une série que j'ai bien aimé, qui elle aussi était subtilement pétrie d'identity politics pour aller vite, pour illustrer l'idée que le talent fait oublier les conneries : Luther (qui a l'avantage non négligeable d'être anglaise et non us). Dans les séries SJW pourries, on a l'impression de subir du placement de produits SJW : il faut tel ou tel personnage, tel ou tel minorité sous tel angle qui va bien, et ensuite on construit une histoire cohérente autour de ça. En d'autres termes, il faut intégrer la pression du collectivisme SJW dans le scénario pour plaire à tel ou tel public cible testé en panels représentatifs. Dans Luther, on construit d'abord une histoire cool et on trouve de bons acteurs, et les questions d'équilibre politico-raciale arrivent en second plan. C'est plus naturel, et les personnages ne sont pas des hommes sandwich pour les marottes idéologiques de ses concepteurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as rien loupé.

 

Sinon ce que tu dis ça correspond à Dear White People de ce que j'ai vu.

 

Après, je n'aime pas verser dans l'analyse disons politique du cinéma. On peut pas s'en empêcher parce que c'est flagrant mais ça a vite des limites. Est-ce qu'on ferait pas la même chose que les sjw mais à l'envers ? Si le scénario repose sur un homme qui travail et une femme mère au foyer , c'est sexiste et hétéronormatif même si c'est pas fait exprès ( allez faire un tour sur le cinémaestpolitique pour ceux qui connaissent pas). Mais on est un peu comme eux si on dit que l'existence d'un personnage noir par exemple est dû à un agenda politique.

 

Je déteste que l'influence des sjw me fasse automatiquement demander si un noir est un noir de service où s'il est là pour ses compétences et/ou par hasard. On pourra me rétorquer que j'ai un racisme latent mais je dirais que c'est plutôt le contrecoup du forçage et de la nécessité de caser absolument les minorités.

Et je pense pas être le seul, autour de moi tout le monde pense pareil. Bref, encore une fois, au lieu de laisser faire le naturel les constructivistes sont contre-productifs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca doit aussi être mon côté hussard : les hussards en littérature dans les années 60 ont fait le procès des romans et du théâtre à thèses, cad politisés. Jacques Laurent a écrit un pamphlet intitulé Paul et Jean-Paul, dans lequel il rapprochait les écrits idéologiques gauchistes de JP Sartre et ceux du réactionnaire bourgeois Paul Bourget pour expliquer qu'ils cassaient les couilles et que la littérature n'était pas une benne à ordures pour recaser leurs préférences idéologiques. C'est un peu ma position : quand on voit trop les fils politiques, ça m'emmerde (sauf quand on a l'excuse du talent, ce qui arrive quand même).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, Atika a dit :

Bref, encore une fois, au lieu de laisser faire le naturel les constructivistes sont contre-productifs

Et le retour de balancier promet de faire mal, très mal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×