Jump to content
Johnathan R. Razorback

Y-a-t-il une limite morale au principe de non-agression ?

Y-a-t-il une limite morale au principe de non-agression ?  

22 members have voted

  1. 1. Le dilemne de la dernière bouteille d'eau

    • Le NAP est un absolu ; je préfère renoncer à voler la bouteille et je cherche un coin tranquille pour vivre mes derniers moments en paix
    • Seuls les Siths pensent de manière absolue ; je vole cette fichue bouteille
    • Je ne sais pas et en attendant j'utilise le sort de Merlin pour changer le lait de chèvre en eau douce
  2. 2. Le dilemme du virus mortel extraterrestre

    • Aucun innocent ne mérite d'être assassiné ; je laisse le vaisseau regagner la surface terrestre
    • La ruche est plus importante que l'abeille ; je détruis le vaisseau
    • Je ne sais pas mais en attendant, je me renseigne pour savoir si cet astronaute ne serait pas encore un fichu socialiste !
  3. 3. Le dilemme du tyrannicide (variante spéciale Hitler)

    • Le NAP est un absolu ; je laisse Hitler déclencher la guerre.
    • Je donne l’ordre d’éliminer Hitler.
    • Socialiste !!


Recommended Posts

Alors oui, je sais qu’il ne faut pas abuser des dilemmes moraux extrêmes, sous peine de sombrer dans « une indifférence léthargique à l’éthique et une amoralité désespérément cynique, puisque ses questions impliquent des situations qu’il [l’Homme] ne rencontrera probablement jamais et qui n’ont aucune relation avec les problèmes réels de sa propre vie, le laissant ainsi sans aucun principe moral d’aucune sorte pour vivre sa vie. » (Ayn Rand, L'éthique des urgences, The Objectivist Newsletter, février 1963).

Mais, quand même, une fois de temps en temps, c’est drôle :D

 

Exposé du dilemme de la dernière bouteille d’eau :

Vous avez été abandonné depuis des jours avec un autre pauvre hère sur une île déserte volcanique, dépourvue de sources d’eau douce. Et il fait chaud, très chaud. Aucun signe ne laisse présager qu’une quelconque équipe de sauvetage vous retrouve ici. Vous êtes en danger de mort (par déshydratation) à court terme.

Et il se trouve que votre compagnon d’infortune a gardé avec lui une bouteille d’eau douce, dont il est propriétaire. Malheureusement, en dépit de vos supplications répétées, il refuse de partager avec vous. Le désespoir et la déshydratation menacent votre lucidité. Vous commencez à soupçonner votre compère d’être un vil suppôt du diable -ou pire, un adhérent du Parti socialiste…

Vous devez choisir, prendre cette bouteille de force, ou périr.

Que faites-vous et pourquoi ?

 

Exposé du dilemme du virus mortel extraterrestre :

Un vaisseau d’exploration spatiale est de retour à proximité de l’atmosphère terrestre. Malheureusement, son équipage a été décimé par un virus mortel extraterrestre, à l’exception d’un unique survivant. Il a également subi des dommages rendant impossible son réapprovisionnement ou des réparations en vol, ce qui contraint le pilote à chercher à atterrir.

De plus, le virus, extrêmement volatil et sans antidote connu, risque de se propager dans l’atmosphère à partir des sections endommagées du vaisseau. Sa diffusion mettra alors toute l’humanité en péril.

Le seul moyen d’éviter la contamination de masse est de détruire le vaisseau au moyen d’un missile à très longue portée. Vous êtes un chef d’Etat ayant à disposition une telle arme.

Que faites-vous et pourquoi ?

 

Exposé du dilemme du tyrannicide (variante spéciale Hitler) :

 

Vous êtes un chef d’Etat (ou de gouvernement) d’une démocratie ouest-européenne de 1939. Vos services de renseignement ont des preuves que l’Allemagne hitlérienne se prépare à envahir votre alliée sur le plan militaire, la Pologne. Toutefois, ils estiment également qu’assassiner le dictateur plongerait la bureaucratie du Reich dans une désorganisation durable, qui permettrait de poursuivre le réarmement de votre pays et d’éviter à terme une nouvelle guerre mondiale.

Ils vous soumettent un plan crédible pour éliminer Adolf Hitler sans éveiller les soupçons.

Que faites-vous et pourquoi ?

 

Post-scriptum : je repasserais ultérieurement indiquer les raisons de mes votes ainsi que quelques implications intéressantes des dilemmes proposés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant le dernier problème :

Citation

Explain to me why it is more noble to kill 10,000 men in battle than a dozen at dinner.

 

Pour Merlin, la pierre de lune change la viande de chèvre en eau douce, pas le lait. 'tention.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai répondu des réponses de semi-socialistes

 

- pour le problème de la bouteille d'eau, il est pour moi amoral au sens strict: l'instinct de survie passe avant tout autre considération, et on ne peut pas reprocher à quelqu'un de faire ce qu'il faut pour éviter une mort imminente.

- pour le second, je pense qu'il faut mettre une goutte de relativisme dans ses principes moraux si ceux-ci aboutissent à des résultats manifestement pires. C'est une question que David Friedman pose dans Vers une Société sans Etat, qui contient d'ailleurs pas mal de dilemnes moraux dans ce genre. Comme il dit "est-ce que je tuerais un innocent pour sauver une personne ? Non. Dix ? J'en doute. Cent ? Je ne sais pas. Un million ? Sans doute."

- pour le troisième, on a en fait affaire à une variante du second, et en plus mêlé à du realpolitik. Si la volonté et les moyens de commettre un acte de guerre sont présents envers un pays non-agressif, alors c'est une guerre d'agression, et prendre des mesures destinées à l'empêcher rentre dans la catégorie des choses floues sur le plan moral, même si pour moi ça balance du côté lumineux de la force. Mais quand on ajoute le bilan d'une guerre, on rajoute la goutte de relativisme nécessaire pour prendre une décision.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a pas de contradiction performative entre penser que c'est injuste de voler la bouteille d'eau et le faire pour sauver sa vie.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout d'abord je ne suis pas sûr que le NAP dise comment agir moralement tout court. Il dit ce qui est légitime et ce qui est illégitime ; en d'autres termes, il circonscrit ce sur quoi la philosophie politique s'exprime et donc les cas où la violence défensive peut être employée. Tu peux très bien faire des choses très vilaines (comme du chantage, lol) sans violer le NAP. Mais ce qui est immoral et ne viole pas le NAP n'est pas le sujet de la philosophie politique, les gens font ce qu'ils veulent. Le NAP s'exprime seulement sur certains dilemmes moraux. Pour citer Murray :

Citation

We will contend that it is a man's right to do whatever he wishes with his person; it is his right not to be molested or interfered with by violence from exercising that right. But what may be the moral or immoral ways of exercising that right is a question of personal ethics rather than of political philosophy which is concerned solely with matters of right, and of the proper or improper exercise of physical violence in human relations. The importance of this crucial distinction cannot be overemphasized.

The Ethics of Liberty, chap. 4

 

Maintenant sur le dilemme de la bouteille : c'est illusoire de vouloir dire aux gens comment agir ou comment ils devraient agir dans des situations de sauve-qui-peut. On présuppose que les hommes agissent toujours moralement ce qui n'est pas le cas même en dehors des situations de sauve-qui-peut et si c'était le cas, quel intérêt y aurait-il à étudier la morale ? Il n'existerait plus de différence entre ce qui est et ce qui devrait être. Quant à savoir ce qu'on ferait dans cette situation, si on serait des anges de vertu ou des survival machines, je pense que c'est au minimum présomptueux de prétendre le savoir. D'un point de vue libertarien, tout ce que le NAP dit, c'est que voler la bouteille est illégitime et que le pauvre hère serait justifié à m'infliger la violence minimale nécessaire à la sauvegarde ou à la récupération de son bien. Mais il n'a pas d'agence de police privée pour le défendre, hin hin. Du coup je plussoie Atika.

 

Le dilemme du virus est moins intéressant parce qu'il repose sur une tonne d'hypothèses irréalistes, notamment ce

Il y a 3 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

risque de se propager dans l’atmosphère à partir des sections endommagées du vaisseau.

Mais je propose quand même de faire atterrir le vaisseau sur une île déserte (à moins qu'on ne puisse pas non plus communiquer avec le pilote) et d'installer une quarantaine jusqu'à ce qu'on trouve un antidote.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Le dilemme du virus est moins intéressant parce qu'il repose sur une tonne d'hypothèses irréalistes

 

Ouai, à la réflexion c'est un dilemme du tramway ("peut-on sacrifier ou même tuer un innocent pour en sauver davantage ?") mais à échelle globale. J'aurais dû rajouter le dilemme du tramway à côté, ça aurait intéressant de voir si la quantité de gens à sauver changent les réponses. @NoName à l'air de dire que c'est le cas pour lui. 

 

Par contre je trouve bizarre que tu votes 2 pour le second dilemme mais pas 2 pour le troisième. @NoName a à nouveau raison* de dire que le troisième est proche du deuxième. Toutefois je ne trouve pas qu'il n'en soit qu'une pure variante et ce n'est peut-être pas incohérent que ma réponse change entre les deux (enfin j'aimerais bien).

 

* j'espère qu'il fait des captures d'écrans quand je dis ça tient :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

J'aurais dû rajouter le dilemme du tramway à côté, ça aurait intéressant de voir si la quantité de gens à sauver changent les réponses. @NoName à l'air de dire que c'est le cas pour lui. 

Pour moi aussi.

 

il y a 6 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

Par contre je trouve bizarre que tu votes 2 pour le second dilemme

Pas sûr qu'il suffise de tuer Hitler pour que les nazis rentrent en Bavière la queue entre les jambes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Neomatix a dit :

Concernant le dernier problème :

 

Hum, toi tu es du genre à résoudre les conflits façon noces pourpres dans GoT :D

(Je lancerais bien un autre sondage des intuitions morales à base de situations de GoT mais c'est pas inclusif pour ceux qui n'ont pas (encore tout) regardé).

 

Sinon @Solomos je trouve ta réponse au premier sondage un peu étrange: tu refuses de tuer le pilote et Hitler mais quand il s'agit de ta propre vie, l'absoluité du NAP te semble moins évidente… ^^ 

(Bon après je me moque pas de toi ; je pense que 98.5% des gens voleraient la bouteille. Mais pour répondre à @Vilfredo Pareto, ce n'est pas parce qu'un comportement est très fréquent ou prévisible qu'il en devient bon pour autant. Et pour répondre à @Atika: ton propos est contradictoire, la morale étant ce que nous devons faire, tu ne peux pas dire que voler la bouteille est immoral mais qu'il faut quand même le faire. Si sauver sa propre vie à tout prix est toujours la solution pour agir moralement, alors tu dois qualifier les actions qui rendent ce résultat possible comme elles aussi morale. Car qui veut la fin doit vouloir les moyens -ou être inconséquent. Mais comme disait Diderot, qu'il y-a-t-il de plus commun que d'être inconséquent ?).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Johnathan R. Razorback a dit :

Mais pour répondre à @Vilfredo Pareto, ce n'est pas parce qu'un comportement est très fréquent ou prévisible qu'il en devient bon pour autant.

Précisément : la question est : "que feriez-vous et pourquoi ?" pas "qu'est-ce qui est moral ?" ou "qu'est-ce qui est légitime ?" (sachant qu'il me semble que pour un NAPiste, les deux dernières questions sont différentes : il y a des choses immorales parfaitement légitimes). Donc moi je tue le zozo et je prends la bouteille, même si en fait j'en sais rien, je sais que c'est pas moral ET que c'est illégitime cela dit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Pas sûr qu'il suffise de tuer Hitler pour que les nazis rentrent en Bavière la queue entre les jambes.

 

Afficher l’image source

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

 

@Atika: ton propos est contradictoire, la morale étant ce que nous devons faire, tu ne peux pas dire que voler la bouteille est immoral mais qu'il faut quand même le faire. Si sauver sa propre vie à tout prix est toujours la solution pour agir moralement, alors tu dois qualifier les actions qui rendent ce résultat possible comme elles aussi morale. Car qui veut la fin doit vouloir les moyens -ou être inconséquent. Mais comme disait Diderot, qu'il y-a-t-il de plus commun que d'être inconséquent ?).

 

Je ne dis pas qu'il faut le faire, je dis que c'est immoral de le faire, car l'injustice n'est jamais morale.

Mais on peut agir en contradiction avec ses principes en admettant que ce que l'on fait est mal. Sinon il n'y a plus de barrière entre l'être et le devoir-être comme ça a été dit.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Atika a dit :

on peut agir en contradiction avec ses principes en admettant que ce que l'on fait est mal.

 

Si tu fais quelque chose, c'est parce que tu penses qu'il est bon que tu le fasses ; sinon, tu ne le ferais pas (cf Aristote, Éthique à Nicomaque, livre I ; ainsi que l'analyse de l'action chez Mises in L'Action Humaine). C'est un peu comme l'échange ou la valeur: on n'échange pas ou on ne valorise pas des choses qu'on pense être mauvaises. C'est contradictoire.

 

Donc tu ne peux pas dire: "je vais prendre cette bouteille mais c'est mauvais que je le fasse". S'il y a plus d'inconvénients que d'avantages à ne pas la prendre, alors c'est une mauvaise chose et il ne faut pas la faire (par définition). 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Johnathan R. Razorback a dit :

Si tu fais quelque chose, c'est parce que tu penses qu'il est bon que tu le fasses

Dans Mises, tu fais état d'une préférence en agissant, pas d'un jugement moral. Je préfère vivre que mourir, donc je vole la bouteille.
Si je te force à braquer une banque faute de quoi je révèle que tu es pédophile (#BlackMirror) et que tu braques la banque, c'est pas parce que tu penses qu'il est bon de braquer la banque mais parce que tu préfères braquer la banque que de ne rien faire (parce que ne rien faire a des conséquences que tu ne souhaites pas).

Bon en attendant ta réponse je vais aller chanter Your Song à mon chat (mais parce que je préfère ça à surfer sur liborg, pas parce que je pense qu'il est bon que mon chat connaisse Elton John).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour moi le problème de la bouteille, c'est qu'on ne peut pas exiger de quelqu'un de se laisser mourir pour sauver un autre inconnu, ça va trop à l'encontre de son propre bien.

Pour moi c'est un problème moralement insoluble comme celui du prisonnier de guerre:

un soldat, appelons le Saddam, est fait prisonnier à la guerre de manière parfaitement régulière

un autre soldat, appelons le Pol Pot, doit le surveiller. Tout est fait dans le respect des conventions de la guerre.

Saddam essaie de s'échapper

Pol Pot l'abat

 

Est-ce que l'un des deux est en tort ? J'en doute. Ils ont tous les deux fait ce qu'ils avaient à faire: on ne peut pas exiger de Saddam qu'il se laisse faire prisonnier; d'un autre côté, on ne peut pas reprocher à Pol Pot de faire son devoir en combattant les évasions ennemies. Qui à tort là-dedans ? Personne à mon avis.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Vilfredo Pareto a dit :

si on serait des anges

giphy.gif

 

il y a 55 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

 

Ouai, à la réflexion c'est un dilemme du tramway ("peut-on sacrifier ou même tuer un innocent pour en sauver davantage ?") mais à échelle globale. J'aurais dû rajouter le dilemme du tramway à côté, ça aurait intéressant de voir si la quantité de gens à sauver changent les réponses. @NoName à l'air de dire que c'est le cas pour lui. 

 

Par contre je trouve bizarre que tu votes 2 pour le second dilemme mais pas 2 pour le troisième. @NoName a à nouveau raison* de dire que le troisième est proche du deuxième. Toutefois je ne trouve pas qu'il n'en soit qu'une pure variante et ce n'est peut-être pas incohérent que ma réponse change entre les deux (enfin j'aimerais bien).

 

* j'espère qu'il fait des captures d'écrans quand je dis ça tient :D

a ton service

1324528993_OperaInstantan_2019-08-08_221933_forum.liberaux_org.thumb.png.44df012f113b9cc8776f32fc26160d1a.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, NoName a dit :

giphy.gif

 

il y a une heure, Vilfredo Pareto a dit :

Quant à savoir (...) si on serait des anges de vertu

c'est correct je crois. "Je voudrais savoir si tu pourrais me passer le sel."

Share this post


Link to post
Share on other sites

je sais pas si c'est juste mais c'est moche

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, NoName a dit :

Pour moi le problème de la bouteille, c'est qu'on ne peut pas exiger de quelqu'un de se laisser mourir pour sauver un autre inconnu, ça va trop à l'encontre de son propre bien.

Pour moi c'est un problème moralement insoluble comme celui du prisonnier de guerre:

un soldat, appelons le Saddam, est fait prisonnier à la guerre de manière parfaitement régulière

un autre soldat, appelons le Pol Pot, doit le surveiller. Tout est fait dans le respect des conventions de la guerre.

Saddam essaie de s'échapper

Pol Pot l'abat

 

Est-ce que l'un des deux est en tort ? J'en doute. Ils ont tous les deux fait ce qu'ils avaient à faire: on ne peut pas exiger de Saddam qu'il se laisse faire prisonnier; d'un autre côté, on ne peut pas reprocher à Pol Pot de faire son devoir en combattant les évasions ennemies. Qui à tort là-dedans ? Personne à mon avis.

 

C'est une situation intéressante sauf qu'elle n'a rien de tragique vu que les biens des deux ne se contredisent pas. Le bien de Saddam c'est d'être un héros de guerre en s'évadant ; celui de Pol Pot c'est de nuire à l'armée ennemie en évitant qu'elle ne reprenne un soldat de plus. 

(à moins qu'on n'examine la chose sauf l'angle de la guerre juste ; auquel cas l'un des deux camps doit être en tort, et le bien des soldats ce serait alors de ne pas soutenir un Etat agresseur).

 

Alors que j'ai avancé le dilemme de la bouteille d'eau pour essayer de convaincre une personne que les intérêts sont toujours harmoniques, même dans une situation terrible. Hé bien, ça n'a pas marché, elle reste convaincu que les biens réels de chaque partie se contredisent et qu'il serait moralement justifié d'essayer de voler l'autre. Et après ça vient me parler de Jean Valjean & cie pour m'expliquer que le droit de propriété n'est pas un absolu, que le besoin crée un droit sur la propriété d'autrui, et tutti quanti. Encore une marche ou deux et tu justifies la redistribution pour prévenir les mendiants de voler par eux-mêmes les possédants… (ce qui est en gros l'argument de Walter Lippmann -parmi d'autres, dont Jules Ferry, Léon Bourgeois et les solidaristes- pour justifier des politiques de lutte contre les inégalités).

Share this post


Link to post
Share on other sites

a voté ! 

 

bon on en a discuté en direct, mais pour résumer :

 

- le dilemme de la bouteille d'eau : j'espère le moment venu être à la hauteur de mes principes !

- le dilemme du virus extraterrestre : toute vie compte c'est vrai, mais une vie face à des milliards, mon choix est malheureusement fait ...

- le dilemme d'Hitler : avant que la menace ne devienne réelle, on ne peut pas condamner un homme (fut-il l'un des pires) pour des actes qu'il n'a pas encore commis.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Vilfredo Pareto a dit :

Si je te force à braquer une banque faute de quoi je révèle que tu es pédophile (#BlackMirror) et que tu braques la banque, c'est pas parce que tu penses qu'il est bon de braquer la banque 

 

"Quand l'homme est incertain des effets, soit prochains, soit éloignés que ses propres actions produisent sur lui-même ou sur les autres, il demeure en suspens, il délibère, il veut et ne veut pas. A la fin il choisit, mais toujours il se détermine nécessairement à prendre le parti qu'il juge le plus avantageux à son bonheur ou à son grand intérêt. S'il fonde son jugement sur des expériences vraies, il juge sainement, conformément à la raison, et se décide à faire le bien. Mais s'il est entraîné par des passions aveugles ou par des préjugés, il ne sait plus juger, il fait le mal, et par contrecoup il sentira lui-même les effets de sa conduite inconsidérée." 
-Paul-Henri Thiry d’Holbach, Système social ou Principes naturels de la Morale & de la Politique avec un Examen de l’Influence du Gouvernement sur les Mœurs, 1773 in Œuvres philosophiques (1773-1790), Éditions coda, 2004, 842 pages, pp.5-314, p..44.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Autre truc étrange sur @Solomos, c'est le seul à épargner le pilote !

 

Alors quoi, qu'est-ce qu'il a de plus que nous autres ? C'est un déontologiste ou quoi ? XD.

 

Viens voter @Mégille, il y a beaucoup trop de cyniques défenseurs du greater number of people dans ce sondage ! :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

A la fin il choisit, mais toujours il se détermine nécessairement à prendre le parti qu'il juge le plus avantageux à son bonheur ou à son grand intérêt.

Ça touche pas trop à la choucroute : dans mon scénario, tu prends le parti le plus avantageux à ton bonheur en braquant la banque ? seriously ? Non, tu fais juste ça plutôt qu'autre chose que tu trouves pire. C'est une préférence, pas un jugement sur l'action, qui est révélée (so to speak). Et tu n'es nullement entraîné par des "passions aveugles" : je vais vraiment t'afficher si tu ne fais rien.

edit : d'autant que tu n'as aucune raison d'être incertain sur les conséquences :icon_confused:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Demetra a dit :

le dilemme d'Hitler : avant que la menace ne devienne réelle, on ne peut pas condamner un homme (fut-il l'un des pires) pour des actes qu'il n'a pas encore commis.

En pénal je pourrais être d'accord, mais là on parle d'un chef d'État qui s'apprête à causer des centaines de milliers de morts en envahissant un allié.

En plus, en '39 Hitler avait déjà franchi une bonne dizaine de Rubicons, au premier rang desquels le rétablissement de la conscription, ce qui devrait suffire à envoyer n'importe chef d'État à la potence.

 

D'ailleurs cette question de condamner un homme pour des "actes qu'il n'a pas encore commis" est spécieuse. Il est tout à fait moral d'abattre un mec armé, le doigt sur la gâchette, qui en vise un autre.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Neomatix a dit :

En pénal je pourrais être d'accord, mais là on parle d'un chef d'État qui s'apprête à causer des centaines de milliers de morts en envahissant un allié.

En plus, en '39 Hitler avait déjà franchi une bonne dizaine de Rubicons, au premier rang desquels le rétablissement de la conscription, ce qui devrait suffire à envoyer n'importe chef d'État à la potence.

 

D'ailleurs cette question de condamner un homme pour des "actes qu'il n'a pas encore commis" est spécieuse. Il est tout à fait moral d'abattre un mec armé, le doigt sur la gâchette, qui en vise un autre.

 

- nous avons le recul historique pour l'affirmer aujourd'hui, mais à l'époque on n'ignore encore quel sera l'étendu des dégâts ... 

- c'est purement et simplement de l'ingérence ... et c'est contraire à la politique non-interventionniste des libéraux.

- par ailleurs t'es sérieux en disant que le rétablissement de la conscription c'est le pire truc que peut faire un chef d'Etat ?

- et si finalement il ne tire pas ? tu vas l'abattre parce que tu penses qu'il pourrait éventuellement le faire ? n'y a t-il pas d'autres moyens d'intervenir (comme lui tirer dans le bras par exemple pour le désarmer ?) que de l'abattre automatiquement ?

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Demetra a dit :

- nous avons le recul historique pour l'affirmer aujourd'hui, mais à l'époque on n'ignore encore quel sera l'étendu des dégâts ... 

Je n'ai pas besoin du recul historique sur Hitler pour jauger des dégâts d'une invasion. Imaginer les campagnes napoléoniennes à l'ère industrielle aurait donné des sueurs froides à n'importe quel état major dans les années 30.

Citation

- c'est purement et simplement de l'ingérence ... et c'est contraire à la politique non-interventionniste des libéraux.

Ah non, c'est la défense d'un allié. Les pactes de défense sont plutôt liberhallal, imo.

Citation

- par ailleurs t'es sérieux en disant que le rétablissement de la conscription c'est le pire truc que peut faire un chef d'Etat ?

Ce n'est pas le pire, mais c'est déjà suffisamment grave pour éliminer le tyran qui l'a décidé. On parle quand même du rétablissement de l'esclavage avec pour seule finalité la fourniture de chair à canon pour défendre le pouvoir des politiciens face à leur propre échec.

Citation

- et si finalement il ne tire pas ? tu vas l'abattre parce que tu penses qu'il pourrait éventuellement le faire ? n'y a t-il pas d'autres moyens d'intervenir (comme lui tirer dans le bras par exemple pour le désarmer ?) que de l'abattre automatiquement ?

Doigt sur la gâchette -> décidé à tirer. Évidemment s'il y a un autre moyen sûr de l'empêcher de tirer, c'est préférable. Mais là le dilemme posé par JRR est plutôt clair : c'est Hitler ou des centaines de milliers de morts.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Neomatix a dit :

Ah non, c'est la défense d'un allié. 

 

ça change pas que c'est de l'ingérence dans les affaires intérieures d'un autre Etat indépendant.

 

Une raison de ne pas le faire est d'ailleurs que si l'opération échoue ou est percée à jour, ça attire le danger hitlérien vers le pays responsable ; alors qu'en 1939, il y en a déjà beaucoup en France, dont Maurras, qui préconisent de lâcher la Pologne pour éviter une guerre à la France. Et ce n'était pas totalement idiot (quoique lâche et probablement inutile in fine), vu qu'Hitler lui-même a été surpris par l'entrée en guerre des franco-britanniques. Il pensait refaire l'invasion de la Tchécoslovaquie.

 

En termes de légitimité et de propagande de guerre, ce n'est pas terrible d'offrir à l'ennemi un casus belli.

Share this post


Link to post
Share on other sites

donc on intervient pour Hong Kong face à la Chine ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, Demetra a dit :

et si finalement il ne tire pas ?

On pourra pas le savoir puisqu'on aura tiré avant qu'il tire. Qui sait si en effet il n'aurait pas juste fixé sa victime en caressant la gâchette ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

On pourra pas le savoir puisqu'on aura tiré avant qu'il tire. Qui sait si en effet il n'aurait pas juste fixé sa victime en caressant la gâchette ?

 

Mieux: le pistolet pourrait être un jouet, et alors tu tues quelqu'un d'inoffensif.

 

(Un jour je serais Mj's, pour briser les vies de mes Pj's :D ).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Johnathan R. Razorback a dit :

Mieux: le pistolet pourrait être un jouet, et alors tu tues quelqu'un d'inoffensif.

C'est vrai mais Neomatix introduisait cette analogie pour commenter ton 3e dilemme donc on pouvait présupposer que "armé" voulait dire "muni d'un pistolet chargé qui tue."

il y a une heure, Neomatix a dit :

Il est tout à fait moral d'abattre un mec armé, le doigt sur la gâchette, qui en vise un autre.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...