Jump to content

Coronavirus : publications scientifiques, cartes, statistiques, essais cliniques etc.


Freezbee

Recommended Posts

2 hours ago, Mathieu_D said:

Et quel est le taux de mortalité sur la population en âge de travailler en France ?

J'ai regardé ce matin on a retenu environ 4000 décès à l'hôpital de moins de 60 ans en France.

En France on a retenu à date 5649000 tests positifs. On n'a pas l'âge des tests on va dire que c'est homothétique de la population française soit 73% de moins de 60 ans. (Ce n'est probablement pas le cas.)

 

Ça donne une létalité de 0,09%, un peu plus donc que les 0,02% annoncé pour le personnel soignant.

 

(Louche in, louche out comme l'a dit le philosophe, sachant que la tranche de travailleur de plus de 60 ans doit bien augmenter le taux.)

  • Yea 1
Link to comment

Des rares cas dont je me souviens, l'âge des médecins décédés était au-dessus de 60ans, pour ne pas dire 70.

Link to comment

Une etude parmi tant d'autres, les confinements et la multiplication des PCRs n'auraient pas d'impact sur la mortalite, l'hydroxychloroquine si 

https://mark-skidmore.com/2021/04/22/a-cross-country-analysis-of-the-determinants-of-covid-19-fatalities/

 

https://www.cesifo.org/en/publikationen/2021/working-paper/cross-country-analysis-determinants-covid-19-fatalities

Link to comment
Le 18/05/2021 à 07:23, Nick de Cusa a dit :

A mon fort humble avis, pour avoir vu ca de pres, c'est sur ce point que, par exemple, Singapour fais tellement mieux que nous. Ils sont serieux sur les infections nosocomiales

 

~~

 

Petit fil de 3 tweets : qu'est-ce qui protege les professionnels d'etablissements de sante ?

 

 

Le 18/05/2021 à 10:20, Mathieu_D a dit :

J'ai regardé ce matin on a retenu environ 4000 décès à l'hôpital de moins de 60 ans en France.

En France on a retenu à date 5649000 tests positifs. On n'a pas l'âge des tests on va dire que c'est homothétique de la population française soit 73% de moins de 60 ans. (Ce n'est probablement pas le cas.)

 

Ça donne une létalité de 0,09%, un peu plus donc que les 0,02% annoncé pour le personnel soignant.

 

(Louche in, louche out comme l'a dit le philosophe, sachant que la tranche de travailleur de plus de 60 ans doit bien augmenter le taux.)

 

Ajoute à cela que l'âge de départ à la retraite dans la fonction  qui peut commencer à 57 ans pour ceux au contact des malades et tu as très probablement l'explication de l'écart résiduel. L'âge moyen de départ à la retraite y est de 60 ans contre 63,4 ans dans le régime général. Mais quand tu lis les réponses au tweet cité plus haut, tout le monde est convaincu qu'il y a complot pour réserver les vrais médicaments aux soignants...

Link to comment

On prend en facteur le fait que le personnel soignant fume davantage que la population générale, aussi ?

Link to comment
il y a 8 minutes, Lexington a dit :

Source ?

C'est de notoriété, quand on connait "l'autre côté" de l'hôpital. Mais comme tu veux une source officielle, tu as par exemple : https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/tabac/documents/depliant-flyer/tabagisme-des-professionnels-de-sante-en-france

 

Où l'on trouve dès la première page "En 2010, parmi l’ensemble des aides-soignants et professions assimilées, 40 % déclaraient fumer quotidiennement, ce qui est significativement supérieur à la prévalence observée parmi les autres actifs occupés." Alors depuis, la prévalence est à la baisse, mais reste encore supérieure. Notamment parce que la pratique de la garde de nuit pousse à aller sortir s'en griller une toutes les demi-heures (le manège est assez impressionnant à voir, quand on a la malchance d'atterrir nuitamment aux urgences).

Link to comment
il y a 38 minutes, Nick de Cusa a dit :

2% des porteurs portent 90% des virus. Les superporteurs 

 

https://www.pnas.org/content/118/21/e2104547118

 

Intéressant aussi pour quelque chose que je ne savais pas, la charge virale a l'air aussi forte pour les individus symptomatiques qu'asymptomatiques

 

Ca fait fortement penser au Tipping Point de Malcom Gladwell

Link to comment
il y a 5 minutes, Rincevent a dit :

C'est de notoriété, quand on connait "l'autre côté" de l'hôpital. Mais comme tu veux une source officielle, tu as par exemple : https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/tabac/documents/depliant-flyer/tabagisme-des-professionnels-de-sante-en-france

 

Où l'on trouve dès la première page "En 2010, parmi l’ensemble des aides-soignants et professions assimilées, 40 % déclaraient fumer quotidiennement, ce qui est significativement supérieur à la prévalence observée parmi les autres actifs occupés." Alors depuis, la prévalence est à la baisse, mais reste encore supérieure. Notamment parce que la pratique de la garde de nuit pousse à aller sortir s'en griller une toutes les demi-heures (le manège est assez impressionnant à voir, quand on a la malchance d'atterrir nuitamment aux urgences).

 

Bah non justement, c'est ma source aussi d'où mon interrogation ;) La source complète dit littéralement dans la phrase suivante de celle que tu cites : "Cependant, les analyses multivariées révèlent que ces deux groupes de professionnels ne diffèrent pas des autres actifs occupés en ce qui concerne le tabagisme lorsque les structures sociodémographiques sont prises en compte".

 

Pas sur que ça soit une bonne variable d'explication dans ce cas.

 

 

image.png

Link to comment
à l’instant, Lexington a dit :

"Cependant, les analyses multivariées révèlent que ces deux groupes de professionnels ne diffèrent pas des autres actifs occupés en ce qui concerne
le tabagisme lorsque les structures sociodémographiques sont prises en compte."

La question épidémiologique de départ consistait à comparer le personnel soignant à l'ensemble de la population active, indépendamment de la CSP et de la démographie.

 

Ce serait intéressant de se demander si les personnels soignants est plus ou moins gravement atteint du Quauvide que les groupes sociodémographiques équivalents, mais ce n'était pas la question de départ.

Link to comment
à l’instant, Rincevent a dit :

La question épidémiologique de départ consistait à comparer le personnel soignant à l'ensemble de la population active, indépendamment de la CSP et de la démographie.

 

Ce serait intéressant de se demander si les personnels soignants est plus ou moins gravement atteint du Quauvide que les groupes sociodémographiques équivalents, mais ce n'était pas la question de départ.

 

Passons, on s'éloigne du sujet, mais pourquoi vois-tu dans le % de fumeurs une variable d’explication au fait que les personnels soignants soient moins impactés par des formes graves du COVID ?

 

 

Link to comment
38 minutes ago, Rincevent said:

On prend en facteur le fait que le personnel soignant fume davantage que la population générale, aussi ?

La population des soignants me semble a priori en meilleure santé générale, vu qu'on filtre les obèses handicapés qui sont une cible particulièrement à risque des échos qu'on en a.

Link to comment
il y a 1 minute, Lexington a dit :

Passons, on s'éloigne du sujet, mais pourquoi vois-tu dans le % de fumeurs une variable d’explication au fait que les personnels soignants soient moins impactés par des formes graves du COVID ?

Parce qu'on sait depuis plus d'un an que la nicotine protège (un peu) du Quauvide. Probablement par alcalinisation de l'environnement du récepteur ACE2.

Link to comment
il y a 2 minutes, Lexington a dit :

 

Passons, on s'éloigne du sujet, mais pourquoi vois-tu dans le % de fumeurs une variable d’explication au fait que les personnels soignants soient moins impactés par des formes graves du COVID ?

 

 

parce que les stats officielles montrent, des fois, moins de morts covid chez les fumeurs

Link to comment
il y a 21 minutes, Rincevent a dit :

Parce qu'on sait depuis plus d'un an que la nicotine protège (un peu) du Quauvide. Probablement par alcalinisation de l'environnement du récepteur ACE2.

 

Euh pour moi l'étude phare là-dessus a été retirée pour conflit d'intérêts, les chercheurs ayant "omis" de déclarer qu'ils consultaient pour l'industrie du tabac.

 

Et depuis les études semblent montrer de manière homogène une efficacité de la nicotine sur la prévention certes, mais sur les cas graves ça semble les empirer (et on parlait de taux de létalité) :

 

Si j'ai raté quelque chose là-dessus je suis intéressé par les sources mais j'étais resté sur ça de mon côté (synthèse qui me semble assez explicite ici).

Link to comment
il y a 1 minute, Lexington a dit :

Sachant qu'on parlait de taux de létalité.

La létalité, c'est la probabilité d'y rester sachant qu'on est malade, et non la probabilité d'y rester tout court (ça, c'est le taux de mortalité de la maladie). Moi ce qui m'intéresse, c'est la mortalité ; parce que si ça se trouve, la nicotine diminue davantage les cas légers que les cas lourds, ce qui serait une bonne nouvelle quand bien même la létalité serait très supérieure. On en est à chercher sous le lampadaire.

 

En fait on a même de bonnes raisons de penser que les clés ne sont pas sous le lampadaire ; dans la première étude, on a demandé à 2,4 millions de gens de signaler leurs symptômes, ce qui n'est pas réellement spécifique de la maladie (si j'étais un peu méchant, demander aux gens leurs symptômes sans rester lap présence du pathogène, c'est presque autant à chier que de croire ce que les gens te racontent sur leur alimentation ou leur vie sexuelle). Alors que quand on met un test PCR dans la boucle (on ne mentionne pas le nombre de cycles, mais c'est mieux que rien), comme par miracle on obtient un résultat très différent :

 

Citation

Smoking rates were lower in those who had tested positive for SARS-CoV-2 compared with those testing negative (7.4% vs 9.3%) as were rates of cancer, heart disease and lung disease. In the tested subpopulation, smoking was negatively associated with the risk of having a positive PCR for SARS-CoV-2 infection (OR (95% CI) 0.73 (0.65 to 0.81); p=9.49×10−9).

 

Par ailleurs, il y a eu pas mal de recherches sur les interactions nicotine-quauvide (26 000 résultats sur Google Scholar).

Link to comment
il y a 4 minutes, Rincevent a dit :

La létalité, c'est la probabilité d'y rester sachant qu'on est malade, et non la probabilité d'y rester tout court (ça, c'est le taux de mortalité de la maladie)

 

Oui, c'est bien la létalité qu'a calculé @Mathieu_D, ce dont je parlais et qui était le sujet ;) . Mais sinon je suis d'accord sur ton point du taux de mortalité.

Link to comment
Quote

"Walensky's persistent misrepresentation of the evidence concerning outdoor transmission is yet another example of how scientifically dubious statements and advice have undermined the CDC's credibility."

https://reason.com/2021/05/26/an-epidemiologist-confirms-that-the-cdc-director-misrepresented-her-study-of-outdoor-covid-19-transmission/

Link to comment

Explosif. Cummings essaie de sauver sa peau en lachant Hancock. 

.

2 points essentiels dans ceux que j'ai souleves tres tot sur comment les pays riches a sante publique obese ont rendu cette crise bein plus grave qu'elle ne l'etait : ce qui a ete fait aux maisons de retraites de ne pas traiter tot.

 

Link to comment

Je sais bien qu'on a tendance à croiser les effluves mais est-ce que tout ça n'aurait pas plutôt sa places dans d'autres threads (au hasard "actualité covid") plutôt que celui-ci qui visait à être plus spécialisé sur les études et les chiffres ?

Link to comment

C'est l'un des points les plus importants de l'epidemie, pourquoi les personnels des supermarches, jamais confine et travaillant en interieur, n'ont pas ete plus frappes que la population dans son ensemble ?

Image

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 2 heures, Nick de Cusa a dit :

C'est l'un des points les plus importants de l'epidemie, pourquoi les personnels des supermarches, jamais confine et travaillant en interieur, n'ont pas ete plus frappes que la population dans son ensemble ?

Image

 

Précision, l'article date de mi-mai 2020, dans le Sunday Times, et concerne l'Irlande. Les chiffres sont donc faibles mais à rapprocher de ceux de l'époque en Irlande. Il y avait à l'époque 22 000 cas environ, d'après worldometer sur une population irlandaise de 4.9M. Soit un taux de 0,4%. Les chiffres donnés dans l'article :

  • Cas 14 + 10
  • Salariés 5200 +4 000

=> Pourcentage de 21 / 9200 = 0,3%

 

La différence n'est pas folle quand même, et on est sur de tous petits échantillons. Il y a peut-être un sujet mais de là à dire "point le plus important de l'épidémie", je serais un peu plus prudent ;) . Les "employés de commerce" sont classés par l'Institut Pasteur comme à risque moyen selon une étude sortie en mars 2021 et portant sur 80 000 contaminations en France. Ni mieux ni moins bien que la moyenne malgré un contact fréquent avec les clients. Un peu étonnnant par rapport à l'idée reçue qui était la mienne (risque élevé => contamination élevée).

 

La réponse apportée par l'article sur ce paradoxe me semble la bonne : adhésion plus stricte qu'ailleurs aux protocoles sanitaires / distanciation sociale. Je suppose que c'est lié au fait que les incentives financiers pour les supermarchés vont tous dans le même sens : éviter les cas, par la protection ou la sous-déclaration : dès qu'il y a eu des clusters supermarchés (voir ce supermarché ou la Fnac, ou encore un autre cas hier, de contamination de clients par un salarié (Canada)), ça a coûté cher : dans les cas les plus importants, fermeture du magasin, désinfection et clients effrayés qui partent ailleurs. Dans tous les cas, de la très mauvaise pub, que tu peux éviter de deux manières :

  • Protection maximum des salariés. Dès début avril par exemple, dans mon supermarché de quartier c'était plaque de plexiglass devant les caissières plus visière.
  • Taire les cas (les chiffres de l'article sont purement déclaratifs) pour ne pas effrayer les clients. Les chiffres de l'article sont purement déclaratifs, par le siège en plus...

 

En outre, et c'est le plus évident, zapper le port du masque est beaucoup plus facile/acceptable dans un travail de bureau que dans un travail face au client. Combien de clients perdrait un supermarché où les salariés ne porteraient pas strictement leur masque ? Surtout en mars avril 2020 où la peur était quasi panique ?

 

Je crains que ça souligne surtout que les incentives ont un effet, ce qui ne surprendra personne en ces lieux.

  • Yea 2
Link to comment
Le 05/05/2021 à 18:18, h16 a dit :

Que les états d'inde qui utilisent l'HCQ et l'ivermectine + zinc ont de bien bien meilleurs résultats que les autres, que les populations pauvres, cantonnées aux médocs bons marchés, s'en sortent finalement nettement mieux que les plus aisés qui vont dans des cliniques & hôpitaux où les quelques médecins jugés experts leurs conseillent remdesivir et autres antiviraux qui ne marchent pas, coûtent un bras et sont plus ou moins toxiques. 

 

A la fin, le juge de paix est le nombre de morts au total rapporté à la population et si l'on s'en tient à ça, eh bien ce n'est pas brillant pour la médecine des riches.

 

Nous sommes fin mai : l'ivermectine et l'HCQ sont maintenant distribués un peu partout en Inde (sauf dans deux ou trois provinces qui enregistrent une augmentation continuelle de leurs cas). Le résultat est que les cas diminuent en Inde (au point que le nombre de morts par million est inférieur à la France). 

 

On pourra stérilement argumenter qu'on sous reporte les cas en Inde (tout le monde sait que ce sont des sauvages sous développés, voyons, l'argument ne pouvant surtout pas être renversé en Europe - i.e. il n'y a jamais eu de sur-représentation des morts covids surtout lors de la "2nde vague", voyons) , le fait est que le nombre de mort baisse. J'en déduis qu'ils planquent leurs cadavres (de plus en plus nombreux). Quels coquinous.

 

https://www.thedesertreview.com/opinion/letters_to_editor/is-ivermectin-the-new-penicillin/article_b6b7afd8-bd77-11eb-8259-af11e3c83aea.html

 

Cases in Delhi, where Ivermectin was begun on April 20, dropped from 28,395 to just 2,260 on May 22. This represents an astounding 92% drop. Likewise, cases in Uttar Pradesh have dropped from 37,944 on April 24 to 5,964 on May 22 - a decline of 84%. 

...

Meanwhile, Tamil Nadu announced on May 14 they were outlawing Ivermectin in favor of the politically correct Remdesivir. As a result, Tamil Nadu's cases are up in the same time frame from April 20 to May 22 - 10,986 to 35,873 - more than a tripling.

 

Rappel tout ceci n'est pas du double aveugle, c'est purement observationnel DONC C'EST DU FAKE NEWS. 

Le fait que ça corrobore ce qui a été observé dans d'autres pays (Mexique, Zimbabwe, etc) n'a aucune importance. 

 

  • Yea 1
  • Post de référence 1
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

×
×
  • Create New...