Jump to content

Syndrome métabolique, diabète, résistance à l'insuline : les cibles préférées du coronavirus


Nick de Cusa

Recommended Posts

Reponse d'un docteur sur Facebook (a ignorer, pour qui prefere)

Quote
Oui l’hyperinsulinemie et donc la glycémie. De tout ce que j'ai pu lire, et j'en ai lu beaucoup, c'est la dérégulation de la glycémie qui est le facteur numéro un, bien devant tous les autres, pour déclencher une réaction grave face aux virus respiratoires, et ceci concerne autant les virus du rhume, que ceux de la grippe, que les coronavirus actuels et même les pneumonies.
Parce que toutes les comorbidités dont on parle, comme l'obésité morbide, et même le simple surpoids, sont toutes des pathologies en lien avec une glycémie trop souvent trop élevée.
Parce qu'une glycémie trop élevée amenuise la défense immunitaire des voies respiratoires. Elles deviennent une véritable passoire à virus et bactéries et un nid à infection.
Le plus important c'est d'assurer l'homéostasie de ses muqueuses des voies respiratoires parce qu'elles sont le rempart le plus solide face aux virus. Et la consolidation, et l'efficacité de ces muqueuses passent "obligatoirement" par un contrôle de sa glycémie.
Un bon système immunitaire, un système immunitaire opérationnel, est le fait d'une glycémie "équilibrée". Mais, d'année en année, de dizaine d'années en dizaine d'année, la glycémie dérive à la hausse et le système immunitaire s'amenuise d'autant chaque année. Une très large majorité de personnes âgées présente une glycémie dérégulée. Ce sont elles les victimes principales des attaques virales. Ce sont elles qui développent les cas graves, ce sont elles qui décèdent.
95% des personnes qui décèdent des virus respiratoires aérosols (coronavirus et virus grippaux) présentent une glycémie "dérégulée".
Conclusion de ceci : Le plus efficace serait de modérer sa consommation de glucose (sous toutes ses formes) et de faire, de loin en loin, des bilans glycémiques (glycémie à jeun, glycémie post-prandiale, taux d'hémoglobine glyquée, taux de fructosamine et de l'albumine glyquée. Ces examens devraient être faits d'office après 50 ans.
Mais le sucre est addictif, et les gens ne sont pas vraiment prêts à en minorer sa consommation. Faut bien mourrir de quelque chose, et big Pharma propose un arsenal immense de médocs pour lutter contre toutes les maladies provoquées par le sucre. Alors on est rassuré.

 

  • Yea 2
Link to comment

Comme nous le savions dès le début. Ça éclaire le problème du temps de la publi à visée par des pairs vs le temps de l'action face à une urgence. Heureusement, nous ne nous soucions guère de quelques centaines de millers de morts évitables 

https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2787394?utm_source=For_The_Media&utm_medium=referral&utm_campaign=ftm_links&utm_term=122221

Link to comment
On 12/27/2021 at 11:02 AM, Nick de Cusa said:

Particulierement interessant dans la mesure ou une bonne sante metabolique necessite des mitochondries en forme.

 

https://fr.timesofisrael.com/une-etude-israelienne-invite-a-repenser-la-nature-de-la-covid/

 

Quote

« Il existe des médicaments en vente libre, ou à proprement parler des suppléments, qui pourraient aider à faire exactement cela – ce sont des antioxydants. Ils réduisent les signaux générés par les mitochondries, et étant donné que la tempête de cytokines est essentiellement une tempête de signalisation, pourraient être très utiles pour empêcher que cela ne se produise. »

Est-ce que tout les anti-oxydants sont identiques ? C'est juste une question de quantité dans l'alimentation / supplémentation  ou c'est plus compliqué que ça ?

Link to comment
On 12/29/2021 at 8:38 PM, Sekonda said:

Est-ce que tout les anti-oxydants sont identiques ? C'est juste une question de quantité dans l'alimentation / supplémentation  ou c'est plus compliqué que ça ?

Je ne vais pas m'aventurer trop loin mais non, des chimies differentes fonctionnent differemment. Par ailleurs, certains sont en general moins mis en avant, comme le glutathion.

 

Par ailleurs, si on mange inflammatoire, on leur donne plus de travail a faire et vice versa. 

 

Enfin, ils ne sont pas toujours benefiques, un fameux essai cancer a ete arrete avant la fin quand le bras antioxidants a eu plus de cancer, ou plus grave ! 

 

  • Yea 1
Link to comment

Bon bon bon, je m'en voudrais de pousser les gens à enfreindre la loi, mais un tel projet ne me pousse pas à garder un grand calme.

Link to comment
il y a 7 minutes, ph11 a dit :

C'est normal en France

 

D'ailleurs, @Jesrad ou @Nick de Cusa, vous voudriez faire un petit article sur CP pour expliquer aux Français à quel point leur gouvernement agit contre leur santé, en prenant un tel arrêté ?

  • Yea 1
Link to comment
il y a 1 minute, Antoninov a dit :

Incompréhensible...

Je serai très, très, TRÈS curieux du parcours bureaucratique dudit arrêté. Qui a pondu l'idée, qui a ajouté la D au passage, qui a contresigné sans se rendre compte, tout ça dans le détail. 

Link to comment

Et concrètement qu'est-ce qui se passe quand un produit est identifié légalement comme "perturbateur endocrinien".

Il me semble que c'est plus un truc de l'écologie que de la santé. (Et je ne vais pas répandre de la vitamine D dans l'environnement de mon côté.)

Link to comment

La coercition jusque dans les plus petits détails qui peuvent aider.

La mesquinerie n'est pas un souci quand on est tout puissant.

 

Le cancer au moins est un peu aveugle.

Mais la bureaucratie fr, on sent bien qu'elle a un but.

Ces gens-là devraient être pendus jusqu'au dernier.

Link to comment

Son argument :

 

Citation

L'explication de la mention du cholécalciférol dans la liste prévue par l'arrêté semble découler de son utilisation dans l'industrie chimique puisqu'à des quantités très élevées, ce produit sert aux rodenticides.

Bref, le cholécalciférol est à la D3 ce que le monoxyde de dihydrogène est à l'eau.

  • Yea 1
Link to comment

J'suis un peu perturbé, je ne retrouve pas trace de vitamine D dans tel ou tel document.

Alors, j'ai bien le décret, j'ai l'avis de l'ANSES, qui date d'avril 21, je ne vois pas de D3.

 

Edit : je remarque que cela avait été discuté en 2017 également : Sénat du 23/02/2017 , le rapporteur faisant référence à l'avis de l'ANSES sur l'apport de Vit D lors d'une grossesse.

  • Yea 1
Link to comment

Effectivement, le cholecalciferol est utilisé dans la mort au rat et il y a une règlementation à ce sujet :

https://aida.ineris.fr/consultation_document/41982

 

pour ses effets raticides :

les hypercalcémiants dont l'assimilation provoque une augmentation de la concentration en calcium dans le corps et la formation de cristaux (calciférol, cholécalciférol). Ils s'utilisent souvent en complément des anticoagulants.

 

 

 

Link to comment
  • 2 weeks later...

Un aspect deboussolant de la Covid, c'est pourquoi on ne creuse pas en profondeur les pays qui s'en sortent vraiment bien mieux que nous. Exemple, la Norvege, et je ne dis pas que la vitamine D via la nourriture est la solution, je demande seulement, pourquoi on creuse pas ?

 

Quote

Results: The median daily vitamin D intake estimated from the questionnaire was 9.9 microg. The proportion of subjects with baseline 25(OH)D level below 50 nmol l(-1) was 15.4% and none were below 37.5 nmol l(-1). Only "mølje consumption" and "time spent in daylight" were significantly associated with baseline log 25(OH)D. The mean total intake of vitamin D in the three servings was 272 microg (standard deviation 94 microg), ranging from 142 to 434 microg. Relative to baseline plasma concentration, the mean level of 25(OH)D decreased slightly in both post-consumption samples (P< or =0.03), while 1,25(OH)2D peaked 12 h after the final meal (P=0.03).

Conclusion: Three mølje meals provided, on average, an amount of vitamin D equal to 54 times the recommended daily dose. Subjects with food consumption habits that included frequent mølje meals during the winter sustained satisfactory vitamin D levels in their blood, in spite of the long "vitamin D winter" (i.e. absence of ultraviolet-induced vitamin D production in the skin).

 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15369617/

Link to comment
  • 2 weeks later...
  • 4 weeks later...

Plus d'infos sur l'oxyde nitrique, connu comme antiviral (et vaso dilateur) ; pour rappel : le Prix Nobel de Louis Ignarro

 

https://www.linkedin.com/posts/yolanda-schaeffer-a849a48_spray-nasal-covid19-activity-6903223490577612800-STG8

 

Bien entendu, comme il est d'usage en "sante", sa secretion naturelle en faisanr de l'exercice a un pouls > 130, au soleil et en respirant par le nez ne va pas etre fort mise en avant. Respirer par le nez pour se proteger contre le Covid, ca prete a ricaner. 

 

 

Link to comment
il y a 41 minutes, Nick de Cusa a dit :

Plus d'infos sur l'oxyde nitrique, connu comme antiviral (et vaso dilateur) ; pour rappel : le Prix Nobel de Louis Ignarro

 

https://www.linkedin.com/posts/yolanda-schaeffer-a849a48_spray-nasal-covid19-activity-6903223490577612800-STG8

 

Bien entendu, comme il est d'usage en "sante", sa secretion naturelle en faisanr de l'exercice a un pouls > 130, au soleil et en respirant par le nez ne va pas etre fort mise en avant. Respirer par le nez pour se proteger contre le Covid, ca prete a ricaner.

Ah le NO, le mascotte des musculateux. C'est pour ça que j'ai arrêté les bains de bouche quotidiens, ça bute la flore buccale qui convertit les nitrates en nitrites (qui est par la suite converti en oxyde nitrique). Je garde la possibilité de faire des bains de bouche en cas d'aphte ou de petite plaie, mais c'est rarissime.

  • Yea 1
Link to comment

De bonnes explications sur le lien avec le syndrome metabolique, pour une maladie de l'endothelium des vaisseaux sanguins 

Quote

Glutathione deficiencies, endothelial dysfunction, and chronic oxidative stress all point essentially to the same thing: untreated chronic malnutrition brought on by consumption of an energy-rich, micronutrient-poor diet. This is also known as Metabolic Syndrome, and has a close association with endothelial dysfunction and, indeed, premature aging of the blood vessels. It is, of course, why COVID-19 causes more severe illness in those with diabetes, high blood pressure, obesity, and old age. All of these conditions involve pre-existing endothelial dysfunction that renders one more vulnerable to sepsis.

There is, in fact, a close association between the severity of COVID-19 and the quality of one’s diet.

BMJ - Diet quality and risk and severity of COVID-19: a prospective cohort study

https://iceni.substack.com/p/covid-19-a-web-of-corruption?utm_source=url&s=r

Link to comment
  • 4 weeks later...
  • 4 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...