Jump to content

Le confinement et les autres mesures autoritaires : diktat médical, pour quoi ?


Freezbee

Recommended Posts

Le 05/05/2023 à 08:47, Lameador a dit :

Oui, sans le moindre doute, up to the last shirt button

Je pense qu'une des causes de la crise démocratique actuelle vient du fait qu'on a trop de gens qui "influencent" ou "orientent" les décisions publiques sans être tenus responsables des conneries générées


Blâmons les ministres pour les errements du roi.

 

Si le gouvernement ne peut plus aller chercher des experts externes alors il devient complètement captif des experts de la fonction publique. 
 

Les politiciens sont responsables des politiques publiques. Ne leurs trouvons pas d’excuses supplémentaires. 

  • Yea 3
Link to comment

"Je n'ai fait qu'écouter les conseils qu'on m'a donné" n'est évidemment pas une défense recevable, cependant on peut à la fois reconnaître la part de responsabilité de l'expert qui crie au loup et celle du politicien qui prend la décision. Par ailleurs on peut difficilement qualifier Fauci en particulier durant le covid d'expert "externe".

Link to comment
Le 04/05/2023 à 21:04, Lancelot a dit :

is not an economic organization

 

Le 04/05/2023 à 21:04, Lancelot a dit :

a purely public-health standpoint

 

Je laisse de côté le débat sur la responsabilité respective du conseiller et du gouvernant, parce que ces deux expressions me choquent vraiment.

 

Soit on accepte l'existence de blobs scientifiques mous et transverses (la santé publique, le réchauffement climatique - sous certaines acceptions -, l'ensemble des studies, et au fond, à peu près tous les champs de connaissance servant de support à "l'expertocratie" d’État), mais alors on accepte leur nécessaire transversalité qui signifie qu'elles doivent prendre en compte les aspects sociaux et donc économiques.

 

Soit, comme je le pense, ces champs de connaissance n'ont aucune espèce d'existence par eux-mêmes, et devraient être supprimés afin de laisser place aux vraies expertises (en substance, les domaines de connaissances qui bénéficiaient de chaires universitaires avant les années 1950), et retourner à ce qu'ils sont, c'est à dire des espace de décision administratifs et politique, reconnus comme étant l'objet de tractations et de compromis d'ordre politique.

 

Autrement dit, il peut dire : "j'ai donné mon avis de médecin, qui n'est pas celui d'un économiste", mais absolument pas "j'ai donné un avis de santé publique, qui n'a rien à voir avec l'économie".

  • Yea 3
Link to comment
il y a 23 minutes, Lancelot a dit :

"Je n'ai fait qu'écouter les conseils qu'on m'a donné" n'est évidemment pas une défense recevable, cependant on peut à la fois reconnaître la part de responsabilité de l'expert qui crie au loup et celle du politicien qui prend la décision. Par ailleurs on peut difficilement qualifier Fauci en particulier durant le covid d'expert "externe".


Fauci c’est la bureaucratie. Les experts externes ça sert notamment à entendre un autre son de cloche. 
 

La responsabilité morale d’un expert s’arrête là. C’est aux dirigeants politiques de faire le tri et de virer les mauvais. 

Link to comment
10 hours ago, Marlenus said:

Est-ce qu'il faut condamner les scientifiques du GIEC?

Les rapports du GIEC sont beaucoup plus mesurés que ce qui en filtre dans les médias.

Les alarmistes et promoteurs du communisme peuvent être condamner moralement oui. Je ne défens pas une condamnation en justice de Fauci, je dis juste qu'il ne peut pas échapper à sa responsabilité morale.

 

Les cas de fraudes et de manipulation de l'opinion révélés par la fuite de leurs emails aurait dû amener leurs auteurs devant la justice.

  • Love 1
Link to comment
il y a 34 minutes, Lancelot a dit :

Si "Nous sommes en guerre" comme disait l'autre, alors je suis étonné que certains ne se jettent pas avec l'intensité nécessaire sur les profiteurs de guerre.

Link to comment
21 hours ago, Bézoukhov said:

 

 

Je laisse de côté le débat sur la responsabilité respective du conseiller et du gouvernant, parce que ces deux expressions me choquent vraiment.

 

Soit on accepte l'existence de blobs scientifiques mous et transverses (la santé publique, le réchauffement climatique - sous certaines acceptions -, l'ensemble des studies, et au fond, à peu près tous les champs de connaissance servant de support à "l'expertocratie" d’État), mais alors on accepte leur nécessaire transversalité qui signifie qu'elles doivent prendre en compte les aspects sociaux et donc économiques.

 

Soit, comme je le pense, ces champs de connaissance n'ont aucune espèce d'existence par eux-mêmes, et devraient être supprimés afin de laisser place aux vraies expertises (en substance, les domaines de connaissances qui bénéficiaient de chaires universitaires avant les années 1950), et retourner à ce qu'ils sont, c'est à dire des espace de décision administratifs et politique, reconnus comme étant l'objet de tractations et de compromis d'ordre politique.

 

Autrement dit, il peut dire : "j'ai donné mon avis de médecin, qui n'est pas celui d'un économiste", mais absolument pas "j'ai donné un avis de santé publique, qui n'a rien à voir avec l'économie".

Grande sagesse, Bézoukhov.

 

Du coup je suis perdu, je ne saisis plus pourquoi tu estimes qu'il convient de nous interdire à nous-mêmes les questions sur les injections 

Link to comment
21 hours ago, Tramp said:


Fauci c’est la bureaucratie. Les experts externes ça sert notamment à entendre un autre son de cloche. 
 

La responsabilité morale d’un expert s’arrête là. C’est aux dirigeants politiques de faire le tri et de virer les mauvais. 

Prenons nos rêves pour des réalités autant que ça nous chante, on voit clairement que ça ne se passe pas comme ça 

Link to comment
Il y a 1 heure, Nick de Cusa a dit :

nous interdire à nous-mêmes les questions sur les injections

 

Dans la ligne du journal, on peut donner un avis d'économiste, de philosophie politique, mais pas de médecin ou de chimiste. C'est tout et c'est même assez cohérent avec ce que j'exige des pouvoirs publics.

Link to comment
Il y a 5 heures, Nick de Cusa a dit :

Prenons nos rêves pour des réalités autant que ça nous chante, on voit clairement que ça ne se passe pas comme ça 


Ça ne se passe pas comme ça et ça ne se passera pas autrement non plus. 

Link to comment
On 5/7/2023 at 1:53 PM, Bézoukhov said:

 

Dans la ligne du journal, on peut donner un avis d'économiste, de philosophie politique, mais pas de médecin ou de chimiste. C'est tout et c'est même assez cohérent avec ce que j'exige des pouvoirs publics.

Sachant que tu t'y tiens et les pouvoirs publics non, donc tu boxes avec les mains liées dans le dos. 

 

Contre Goliath.

 

Ça va bien se passer 

Link to comment
  • 2 weeks later...
Il y a 11 heures, Lameador a dit :

Un très bon article de Unherd sur les confinements.

 

Version courte : "monopolistic unaccountable entities are far worse than accountable state power" 

 

https://unherd.com/2023/05/the-false-lesson-of-lockdown-scepticism/

 

Un article fort intéressant, même si je ne partage pas l'optimisme des auteurs sur la possibilité que les États pourraient structurellement résister à la corruption/corrosion de leur intégrité (surtout en démocratie), ni leur assimilation du "new public management" à des politiques pro-marché.

  • Yea 2
Link to comment

Bon, ça fait un petit moment qu'on le voit dans les chiffres ; ça commence à percer dans la presse grand public :

 

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/pourquoi-l-absenteisme-au-travail-bat-de-nouveaux-records-en-france-20230523

 

Citation

 

Mais ce sont les fragilités psychologiques, parfois aggravées par les confinements, qui retiennent l'attention de l'assureur: 22,2 % des arrêts de travail de longue durée survenus en 2022 sont causés par les troubles psychologiques. «Ce phénomène est d'autant plus inquiétant qu'il touche de plus en plus de jeunes salariés», note l'étude.

Tous motifs confondus, les jeunes sont d'ailleurs de plus en plus nombreux à se déclarer en arrêt. Le taux d'absentéisme des moins de 30 ans a plus que doublé entre 2019 et 2022. À l'opposé de la pyramide des âges, les séniors présentent eux un absentéisme «plus modéré», malgré «un allongement de la durée moyenne des arrêts».

 

 

  • Yea 2
Link to comment
  • 2 weeks later...

Tu avais besoin d'une étude ? J'ai fait le compte ici 110 fois, donc je le refais une 111 fois. 300 Milliards d€ de covid 2020 pour ptet 100.000 morts d'évité et 200.000 maladies graves, sans compter la feedback loop des malades dus aux décisions politiques, ca fait, si tu rapportes au gain de vie annuel  d'en moyenne 2 à5  ans gros max,  1 000 000 d'année français à 300 milliards = 300 000€ par francais par an. un Français médian gagne pas LE DIXIEME net de cette somme. Si c'etait décent , on devrait tous avoir un cout de la vie divisé par dix. (sachant qu'on peut le diviser par 4 si on ne paie plus d'impôts lalalaaaaaa)

 

tu peux le dire autrement: on a 20 millions d'actifs, et on a filé 10 fois la paie à un 20eme d'inactifs, à 3-5% prêt: les actifs malades. Ca veut dire que les actifs on filé 6 mois de pognon gratos au pays à juste un millions de gus qui sont maintenant morts 3 ans plus tard, , en salaire net. ET SANS QU'ILS LE VOIENT SUR LEUR COMPTE EN PLUS ! Juste en vie additionnelle, et en coût administratif  associé. Ce que je comprends, perso, c'est que ma vie vaut 10 fois mon salaire.

 

Au fait as tu vu le glitch dans ce calcul ? : j'ai pas sommé 2021 et 2022 dans les pertes histoire de leur donner du crédit ....

 

Edited by Lexington
Lex : ajout de séparateurs de milliers pour faciliter la lecture
  • Yea 2
  • Contrepoints 2
Link to comment
Le 07/06/2023 à 07:51, Nick de Cusa a dit :

Moi non mais les confinements furent defendus ici meme. 

 

 

Tu vises des personnes clairement "ici même", peux-tu préciser qui stp ? Sinon l'effacer, car je ne vois pas qui a défendu cela.

  • Yea 2
Link to comment
3 hours ago, Lexington said:

 

Tu vises des personnes clairement "ici même", peux-tu préciser qui stp ? Sinon l'effacer, car je ne vois pas qui a défendu cela.

Je ne comprends pas ton agressivite. Je regarde rapidement le tout debut de ce fil, je trouve ceci. Take the chill pill bro. 

 

Et pas mal ont cru aux masques. 

 

  • Yea 1
Link to comment
Citation

[...]

Un jeune sur cinq en souffrance

Cet exemple illustre une tendance de fond qui pousse aujourd'hui - trois ans après le début de l'épidémie -, les professionnels de santé à tirer la sonnette d'alarme. Les études publiées en février par Santé Publique France sont en effet alarmantes . « Plus d'un jeune sur cinq souffre de symptômes dépressifs aggravés, soit 20,8% des 18-24 ans », signale Santé Publique France.

« Deux autres indicateurs corroborent ce constat, souligne Enguerrand du Roscoät, responsable de l'unité santé mentale au sein de Santé Publique France: la hausse significative des tentatives de suicide qui ont conduit à une hospitalisation et l'augmentation très nette de la part des jeunes ayant eu des pensées suicidaires dans l'année (18% contre 11,4% en 2017). Ce phénomène concerne deux fois plus souvent les filles que les garçons (24% contre 12,3%). »

« Quant aux passages aux urgences pour gestes suicidaires ils étaient déjà en forte augmentation en 2021 par rapport à 2019 : +38% pour les 11-17 ans et +16% pour les 18-24 ans, mais ils l'ont été encore plus en 2022 : +64% pour les 11-17 ans et +19% chez les 18-24 ans [étude Oscour, NDLR] et cela ne s'améliore pas en 2023. »« Ces chiffres ne représentent que la partie émergée de l'iceberg, poursuit-il, puisque nous ne possédons aucune donnée issue des consultations chez les généralistes pour troubles dépressifs… »

« La pandémie a tout amplifié »

De son côté, l'université de Bordeaux, via son centre de recherche Lab Santé a lancé à la rentrée l'étude Prisme auprès de 2000 étudiants. « Quand j'ai reçu les premiers résultats, j'étais stupéfait, reconnaît Christophe Tzourio, professeur en épidémiologie et directeur du Lab Santé. La différence avant/après Covid est spectaculaire : 43% des étudiants se sentent aujourd'hui en état de dépression modérée à sévère, contre 26% avant la pandémie. Un tiers des étudiants déclare éprouver des idées suicidaires (32%), contre 20% avant la crise sanitaire. »

La blessure s'avère plus profonde qu'on ne le pensait. « La pandémie a tout amplifié », résume la psychanalyste Sophie Braun, auteur du livre La Tentation du repli (Editions Du Mauconduit). Cette période traumatique a des effets psychiques longs et profonds. Chacun s'est mis dans sa bulle pour se protéger et après, comment en ressort-on et dans quel état ? Cela va prendre du temps et laisser des traces. »

[...]

La santé mentale des ados, l'autre épidémie | Les Echos

 

Link to comment
il y a 32 minutes, Nick de Cusa a dit :

Je ne comprends pas ton agressivite. Je regarde rapidement le tout debut de ce fil, je trouve ceci. Take the chill pill bro. 

 

Et pas mal ont cru aux masques. 

Pour être honnête, @Hayek's plosive parlait des mesures annoncées le 12 mars (fermeture des écoles) et prises avant. @Loi demandait ce qu'on a eu par la suite. Mais globalement je me rappelle très bien de l'indulgence de certains libéraux (dont certains ne le sont plus) vis-à-vis du premier confinement, la menace du coronavirus semblant être bien plus dangereuse que ce qu'elle était réellement. Moi-même je n'ai pas été aussi critique que j'aurais dû l'être.

  • Yea 5
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...