Jump to content

Je raconte my life 9 : hache de bûcheronnage et vaporetto


poney

Recommended Posts

Après mûres discussions depuis plusieurs été, chaque année en fait, nous sommes arrivés à la conclusion ma compagne et moi-même que notre maison idéale est un château au dessus d'une colline avec vue dégagée en Italie.

 

 

Y a plus qu'à.

  • Yea 2
  • Love 1
  • Haha 1
Link to comment
il y a 19 minutes, PABerryer a dit :

Tu oublies le vignoble qui va avec ;)

 

Je n'enonce pas l'évidence :mrgreen:

 

il y a 15 minutes, Wayto a dit :

C'est tout ce que je te souhaite.

 

C'est impossible évidemment...

 

il y a 11 minutes, Neomatix a dit :

 

 

...wait Oo

Link to comment

Bon ben je plussoie Problemos vu que c'est le programme du soir sur TorrentF1 :) Scenario de Blanche Gardin entre autres, pas très étonnant ....

Link to comment

C'est marrant, j'ai un de mes copains qui a décidé de se passer d'internet personnel pendant plusieurs mois.

Il n'a qu'un dumb phone et il résilie son abonnement internet.

 

Bon il va garder accès au boulot, mais j'ai l'impression que cela devient rare de se passer totalement d'un accès personnel.

Link to comment
il y a 7 minutes, Neomatix a dit :

Attiré par le type motard moustachu, une grosse Gold Wing entre les jambes ?

J'avais tapé un wot et puis je me suis dit que c'était pas myspace ici non plus mais oui, exactement. Enfin il était assez grand, blond, un peu de barbe, des très grands yeux bleus très beaux quoique légèrement exorbités qui faisaient genre ça l'attristait de me plumer à ce point. Niveau prise en charge c'était royal. J'étais jamais monté sur une moto aussi donc il en a profité pour foncer. Résultat la promesse a été tenue: chez moi en 15 minutes. Avec la musique que je veux, il me porte mes bagages tout le temps et me met lui-même le casque. C'était si romantique à 60 à l'heure sur les grands boulevards à la nuit tombée. Après ça coûte 120€. Et le pire c'est que je lui ai même laissé un pourboire (de 10€) parce que la balade m'a plu. A quel point je suis un pigeon. En me voyant arriver, petit suricate à lunettes en chemise, il a dû se frotter les mains mais je crois que j'ai dépassé ses espérances. Il voulait même faire un selfie avec moi (il m'a montré pendant la promenade jusqu'à sa super grosse moto trop belle avec du cuir dessus un selfie de lui avec ce joueur de rugby barbu qui ressemble à un yéti dont je lui ai benoîtement avoué que je ne connaissais pas le nom... je dois avouer qu'il faisait bien la conversation. En fait il m'a séduit.) mais je me suis dit qu'il y avait des bornes aux limites du ridicule, ce qui ne manque pas de sel vu les circonstances.

  • Haha 1
Link to comment
il y a 18 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

J'avais tapé un wot et puis je me suis dit que c'était pas myspace ici non plus

J'ai un petit pincement au coeur quand je pense aux WoT perdus de @Vilfredo Pareto.

 

Bon mais comment t'as cramé 120€ en moto taxi ? Même CDG - rive gauche c'est pas 100€.

Link to comment
il y a 4 minutes, Neomatix a dit :

J'ai un petit pincement au coeur quand je pense aux WoT perdus de @Vilfredo Pareto.

Il n'est pas perdu mais honnêtement j'ai donné la substance. Un jour je deviendrai écrivain et je publierai des pavés chez Picador comme mon avatar et role model personnel.

Révélation

Je suis un pigeon. Un énorme pigeon. Je rentre Gare de Lyon ce soir. Seul. Je suis fatigué, j'avais un gros malpoli qui prenait toute la place dans le tgv, j'ai pas pu lire Le Loup des Steppes tranquille pendant une heure (après j'ai pu, il y avait une jeune femme noire qui m'a dit bonjour (même si c'était le soir), contrairement à lui, et qui est venue le remplacer et lire un folio jeunesse en silence, mais j'ai pas tout à fait fini; ça me plaît beaucoup). Il est tard. Je sors pour prendre un taxi. Là, trois mecs m'accostent. Hey Monsieur bonsoir, il y a du trafic (j'ai entendu "une manif" mais le chauffeur plus tard -- vous allez voir je vais vous le présenter -- m'a assuré qu'il avait dit "du trafic" et oui des manifs à 22:00 ça n'existe pas mais il me faut du temps pour percuter et tbh il m'aurait dit qu'il y avait la gay pride nocturne j'y aurais cru), vous allez mettre des heures en taxi venez. Mokay mais venir où? Là entre en scène un jeune homme blond, la trentaine, petite barbe, des beaux yeux bleus très grands (un poil exorbités peut-être). Il me propose de monter en "taxi-moto". Mais il y a des taxis normaux là juste devant. Oui mais monsieur vous allez mettre des heures, avec moi on y est en 15 minutes (ah pour ça oui il a tenu parole!). Bon ok. Vous n'avez jamais entendu parler du "taxi-moto"? Non. Mais vous êtes Parisien? Oui, de naissance. Mais ça fait 15 ans que ça existe! Il me montre sa carte professionnelle, un selfie de lui avec ce joueur de rugby barbu qui ressemble à un yéti dont je lui ai benoîtement avoué que je ne connaissais pas le nom... je dois avouer qu'il fait bien la conversation. En fait il me séduit. On arrive à sa moto. Une sacrée belle grosse moto avec du cuir dessus. Elle était garée à proximité de la gare, il a porté ma valise et mon sac dans les escaliers. Il ne me fait pas le baisemain mais il me met une charlotte ("c'est pour le covid? - non c'est pour les poux" encore une occasion pour moi de passer pour un débile), et enfile délicatement le casque sur mon crâne de suricate en prêtant une attention touchante à mes lunettes rondes. J'étais explosé de fatigue. Il aurait pu aussi bien se coller des ailes sur le dos et m'emmener en volant dans les airs chez moi dans ses petits bras musclés. La valise accrochée au porte-bagages et mon sac dans le coffre, on démarre en trombe. C'est votre premier taxi-moto alors? Oui. Vous faites un peu de moto? Non, à vrai dire c'est ma première fois à moto tout court aussi vous savez. Je ne suis pas sportif. Vous aimez quoi comme musique? Du hard-rock, du metal. Eh bah on va vous trouver ça (et il allume la radio et repart à fond la caisse). Je lui demande l'itinéraire. Il me dit, ça sounds good. On roule comme des fous dans Paris à la nuit tombée, on dévale les grand boulevards, j'ai de l'air plein la gueule, on slalome entre les cars. On parle un peu, moi en forçant sur ma voix et en approchant ma tête (ou plutôt mon casque) du sien. On va vraiment vite et ça fait vraiment plaisir. Aux passages piétons je me rends compte que j'ai les jambes qui tremblent. Je réfléchis plus au sens de la vie et à l'incapacitude à être heureux comme quand je lisais Hesse dans le train. Mes mains solidement agrippées à l'arrière de la moto (j'ose pas les mettre sur ses épaules ou sur ses hanches mais pour le prix que j'ai fini par payer franchement j'ai des regrets), j'avale avec un immense sourire de crétin le vent des 60 km/h (ou plus, j'ai pas regardé mais on allait vite). J'avais quand même remarqué qu'il m'avait demandé si je voulais qu'on s'arrête à un distributeur avant de partir. J'avais dit oui éventuellement tout en me demandant vaguement pourquoi il posait la question. Et il a bien fallu parce que ça m'a pas coûté le prix d'un taxi (dans les 30€ pour ce trajet, peut-être 40 max pour la valise). Ça m'a pas coûté le double. Non, non: ça m'a coûté 120 balles. Il a justifié ça magnifiquement, comme un prestidigitateur habitué à son numéro (ah bah oui je vous ai pris à la dernière minute et regardez comme on est allé vite: c'est sûr qu'en 15 minutes j'étais chez moi, en taxi j'aurais mis le double même sans "trafic"). Je retire tout ça à un distributeur, non sans me demander un peu flippé s'il va pas aussi me demander ma chemise avec pour les frais de "prise en charge," et il me dépose et je lui file carrément un pourboire de 10€ parce que j'avais pas de monnaie et que de toute façon il m'avait royalement déplumé. N'empêche je me suis éclaté. Il a fini en enlevant lui-même mon casque (attention à mes lunettes!) et en m'aidant à descendre comme la princesse sans cervelle que je suis. Je lui dis que j'ai adoré la virée, ça lui fait "chaud au coeur". Pour 130€ t'as intérêt à être flatté quand je te parle ducon me dis-je intérieurement. Il me propose même un selfie. Je dis non en me disant avec la voix nasillarde que je prends quand je suis énervé qu'il "y a des bornes aux limites du ridicule" alors que je viens de payer un chauffeur de taxi le prix de deux pléiades. La prochaine fois qu'un grand blond me dit qu'il me ramène en 10 minutes... bah je sais pas ce que je fais en fait parce que finalement ça m'a bien amusé. Je suis l'ultime pigeon parce qu'on m'arnaque et j'aime ça.

 

il y a 4 minutes, Neomatix a dit :

Bon mais comment t'as cramé 120€ en moto taxi ? Même CDG - rive gauche c'est pas 100€.

:jesaispo: il a dit que c'était parce que c'était à la dernière minute et que c'était le soir. Comme j'avais des petites étoiles dans les yeux je lui ai donné. Pi-geon.

  • Haha 2
Link to comment
Il y a 9 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Un jour je deviendrai écrivain et je publierai des pavés chez Picador comme mon avatar et role model personnel.

 

Faudrait que l'Académie interdise ces espèces de phrases nominales qui rythment la littérature contemporaine. Une plaie.

Link to comment

Bonsoir liborg ! Je viens de passer deux semaines un peu coupé du monde, et c'était merveilleux. Du coup, je suis à nouveau prêt à mutiler ma joie de vivre à coup d'informations déprimantes ! En bref, quoi de neuf dernièrement ?

  • Yea 1
Link to comment
il y a 5 minutes, Mégille a dit :

Bonsoir liborg ! Je viens de passer deux semaines un peu coupé du monde, et c'était merveilleux. Du coup, je suis à nouveau prêt à mutiler ma joie de vivre à coup d'informations déprimantes ! En bref, quoi de neuf dernièrement ?

Bah qu'est-ce que t'y as fait? Après je ne veux pas être indiscret... mais tu nous diras hein?

 

Rien de neuf depuis mon aventure à moto, je passe 15 nouveaux jours seul à Paris après une semaine de plage. Je lis des romans toute la journée, plus le bouquin de Pinker sur la nature humaine, je développe une bromance avec Bret Easton Ellis et je commence Mad Men le soir en bouffant des noix de cajou. Après je pars à Lisbonne avec des Sciencepistes (pas très mignons). De temps en temps, un petit futur khâgneux (mignon) que je "coache" m'envoie des petits messages adorables. Je ne sais pas encore ce que ça va donner. Chouchou me manque. Je réfléchis à un article sur Barrès qui doit être publié dans une revue de littérature (papier) en septembre.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...