Jump to content
Librekom

Libération devient une société à but non lucratif

Recommended Posts

https://www.lefigaro.fr/medias/liberation-devient-une-societe-a-but-non-lucratif-20200514

 

 

Citation

 

Après s’être désengagé de L’Express, Altice se sépare de son autre titre de presse.

 
Une nouvelle ère s’ouvre pour Libération. Son propriétaire, Altice France, a a annoncé ce jeudi matin un changement important pour le quotidien. Le groupe de Patrick Drahi, qui le contrôle depuis 2015, va créer un fonds de dotation dans lequel il transférera la société éditrice du titre, sa régie et sa société de développement technologique. Altice s’engage à éponger les dettes du journal et à «lui donner, progressivement, les moyens nécessaires au financement de son exploitation future et ainsi garantir son indépendance à long terme», souligne un communiqué qui assure que «cette nouvelle structure (lui) garantit sa totale indépendance éditoriale, économique et financière».

 

Si le projet doit encore être présenté aux représentants du personnel, il a toutes les chances d’aboutir. Il créera une première en France pour un titre national.

Désengagement de la presse

Après avoir cédé l’année dernière la majorité du capital de L’Express à Alain Weill, Altice poursuit et achève, à travers cette opération, son désengagement de la presse écrite.

Le groupe dirigé par Patrick Drahi souligne que dans son giron Libération s’est redressé ces dernières années, retrouvant «une dynamique économique et commerciale positive tout en maintenant une excellence éditoriale». Il rappelle notamment que «menacée de disparition à plusieurs reprises, sauvée du dépôt de bilan en mars 2014 par Patrick Drahi, (Libération) a regagné sa place centrale dans le débat français et a rattrapé son retard dans le numérique.»

 

La structure non lucrative Libération sera logée dans un fonds de dotation qui redistribuera ses profits à des fondations «dont la Fondation de France pour son programme de soutien à Reporters Sans Frontières, la Fondation Hôpitaux de Paris et Hôpitaux de France et la Fondation SFR au profit de l’accès au numérique pour des publics fragiles», précise Altice. Tout autre mécène pourra y abonder. Au conseil d'administration du fonds siégeront le directeur de la rédaction, Laurent Joffrin, qui devrait quitter son poste à la fin de l’année tout en conservant un rôle d’éditorialiste, ainsi qu’Arthur Dreyfuss, le directeur général d’Altice Média, maison mère de BFMTV.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Libération devient une société à but non lucratif

 

Les mauvaises langues diront qu'elle l'était déjà.

  • Yea 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

@h16 te dira que c'est une société lucrative sans but

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi grandes fortunes et les grands groupes investissent dans des médias qui sont globalement non rentables ? Intérêt politique ? Lubie de milliardaires ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Corned beef a dit :

Pourquoi grandes fortunes et les grands groupes investissent dans des médias qui sont globalement non rentables ? Intérêt politique ? Lubie de milliardaires ?

 

Espoir de le rendre rentable peut-être ? Il me semble que toute la presse n’est pas aussi sinistrée qu’en France, du coup ça doit donner des idées. 

  • Ancap 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me semble qu'il aussi le fait que la presse à un taux de tva très faible. Du coup, certains grands groupes font des montages financiers en proposant la presse avec d'autres produit pour que le tout soit à une tva super-réduite.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Corned beef a dit :

Pourquoi grandes fortunes et les grands groupes investissent dans des médias qui sont globalement non rentables ? Intérêt politique ? Lubie de milliardaires ?

ama, c'est précisément pour avoir au moins un porte-voix fiable quand il y a besoin.

Et c'est pour cela que, à part ces moments là, ces canards n'en font grosso-modo qu'à leur tête.

  • Yea 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Tramp a dit :

 

Espoir de le rendre rentable peut-être ?

 

Je n'y crois pas du tout. Ce ne sont pas des machines à pognon et elles ne l'ont jamais été (ces sociétés).

 

Tu prends Jeff Bezos, sa machine à sous c'est Amazon, mais malgré cela il investit dans le Washington Post (très déficitaire à la base, aujourd'hui, il serait "proche de la profitabilité"...)

 

Je pense que ces grandes fortunes ont un intérêt politique/institutionnel/informationnel dans ces transactions. Tu dois avoir le journaliste dans ta poche pour accéder à certains cercles, accéder à certaines informations. Sans compter l'aspect réputationnel (quoi qu'on en dise, tu as une vue sur la ligne éditoriale, ça ne veut pas dire que ça ne clash pas parfois, mais au global je pense que cela est bénéfique pour ces grands groupes, c'est peut être très subtile pour nous les pleupleus mais néanmoins non négligeable in fine).

  • Yea 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
13 hours ago, Corned beef said:

Pourquoi grandes fortunes et les grands groupes investissent dans des médias qui sont globalement non rentables ? Intérêt politique ? Lubie de milliardaires ?

 

Quand tu contrôles un organisme de presse, tu peux favoriser ou à l'inverse saboter la carrière d'un homme politique. Du coup, tes relations avec les zélus se passent de façon beaucoup plus cordiale, ils décrochent même leur téléphone quand tu les appelles pour parler d'un problème et la relation avec Bercy/l'inspectiondu travail/tel ou tel syndicat; c'est beaucoup plus chaleureux que la relation d'une PME avec son contrôleur fiscal.

  • Yea 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que l'explication est la même que pour les clubs de Football. C'est en grande partie un joujou. Je ne pense pas que ce soit essentiellement du cynisme du type je vais protéger les intérêts de mon entreprise.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a 3 grosses raisons de posséder un club de foot, et le côté Football Manager IRL est rarement la première. Les 2 autres sont l'influence (soft-power / networking) et le business ; généralement pas net (paris truqués, blanchiment d'argent, montages fiscaux  et compagnie).
Pour les journaux je rejoins @Loi, pour moi c'est uniquement une question d'influence.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pensez-vous qu'à un certain degré de ruine les médias peuvent s'effondrer malgré les subventions et être lâché par les milliardaires ? Il me semble que l'humanité devait fermer il y a peu, mais apparemment, c'est encore reparti pour un tour. J'ai l'impression qu'on n'assiste jamais à la fin d'un médias malgré leurs états de finances tous plutôt lamentable.

 

Mais ici, c'est peut-être le début d'une mort annoncée non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/05/2020 à 12:04, Wayto a dit :

Pour les journaux je rejoins @Loi, pour moi c'est uniquement une question d'influence.

 

Y a de ça et y a aussi le fait que sociologiquement, pour la haute bourgeoise qui a réussi, les médias restent un truc à posséder comme mettre un tableau de maitre dans son salon ou avoir une voiture de collection, c'est aussi une question de distinction sociale (la charge symbolique de Libération étant d'autant plus importante, parce qu'en vrai, c'est quoi l'influence de Libération en dehors d'une certaine bourgeoisie urbaine progressiste, dans laquelle ces-gens là sont déjà plus ou moins influents ?)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, poney a dit :

(la charge symbolique de Libération étant d'autant plus importante, parce qu'en vrai, c'est quoi l'influence de Libération en dehors d'une certaine bourgeoisie urbaine progressiste, dans laquelle ces-gens là sont déjà plus ou moins influents ?)

Aujourd'hui, une bonne part du lectorat de Libé, ce sont les journaleux de la plupart des autres rédactions. 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
23 hours ago, Rincevent said:

Aujourd'hui, une bonne part du lectorat de Libé, ce sont les journaleux de la plupart des autres rédactions. 

et les CDI, non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...