Jump to content
Domi

Succès de la main invisible et des ordres spontanés

Recommended Posts

Le but de ce sujet est de relever des exemples où l'intervention économique de l'Etat était extrêmement réduite soit quasi nulle avec des résultats soit excellents, soit surprenants du point de vue de ceux qui pensent que la main invisible, cela ne marche pas. 

 

Shangaï à l'époque des seigneurs de guerre :

 

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2005-1-page-45.htm#

 

Citation

Le capitalisme shanghaien s’épanouit au lendemain de la révolution de 1911 et dans le sillage de la première guerre mondiale. Le miracle économique de l’« Âge d’or », qui se poursuit dans les années 1910 à 1930, est favorisé par le déclin de la concurrence des puissances étrangères qu’absorbe le conflit mondial et par celui du pouvoir du gouvernement central pendant la période des guerres civiles entre « seigneurs de la guerre » (1917-1927). Ces circonstances sont mises à profit par les entrepreneurs chinois de Shanghai, qui sont les vrais architectes du miracle et dont les initiatives ne sont orientées par aucune politique de développement. La vague d’industrialisation est cependant conditionnée par le sous-développement du pays. Les grandes usines modernes sont, dans leur grande majorité, des filatures utilisant des technologies relativement simples, cependant que l’intensification et le perfectionnement des formes de production et des moyens de transport traditionnels donnent naissance à des techniques et des structures hybrides. Le premier essor du capitalisme shanghaien doit beaucoup à la synergie née des interactions entre les secteurs traditionnel et moderne de son économie dualiste.

 

  • Yea 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle semble tellement invisible cette main, qu'on peine à la trouver.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ma petite page sur le sujet : https://uplib.fr/wiki/Émergence

qui mentionne, entre autres, la circulation routière.

 

Je pense aussi à la "jungle" de Calais.

Détruite par les bulls de l'état.

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 hours ago, POE said:

Elle semble tellement invisible cette main, qu'on peine à la trouver.

Aussi invisible et difficile à trouver que l'eau pour des poissons.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Rübezahl a dit :

Ma petite page sur le sujet : https://uplib.fr/wiki/Émergence

qui mentionne, entre autres, la circulation routière.

 

Je pense aussi à la "jungle" de Calais.

Détruite par les bulls de l'état.

Merci pour cet exemple et les autres. 

 

Concernant la route nue, deux points. D'abord, une route privée pourrait très bien avoir les règlementations et les signaux classiques. Les panneaux ne sont pas par eux-mêmes "illibéraux" mais évidemment l'idée de route nue illustre très bien l'idée d'ordre spontané. Ensuite, personnellement j'ai une petite réticence ou disons un sentiment défavorable à cette idée mais je ne prétends pas avoir de preuves rationnelles. Je n'ai pas d'expérience de ce type mais je me souviens qu'à Rome il y a assez peu de feu rouges. Par moment, tu dois t'engager au moment où quatre voitures arrivent de front à 45 Km heures et j'ai trouvé ça assez tressant. Il y a eu deux cas où des véhicules (des taxis je crois) m'ont forcé le passage. Après un stress ressenti plus grand peut correspondre à moins d'accident au final.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai regardé le premier épisode de Free To Choose de Milton Friedman avec un débat entre Milton Friedman et d'autres intellectuels. Je l'avais déjà regardé mais il y a longtemps. Je me fais cette réflexion. Il y a une distinction à établir entre le rejet du mythe du "grand méchant marché" et le caractère optimal du marché. Prouver que le mythe du grand méchant marché est faux revient simplement à énoncer une évidence que les gens ne sont pas capables de voir. Prouver que le marché est supérieur en est une autre qui demande une argumentation plus détaillée. Par exemple on peut montrer qu'une économie avec un état super réduit ne conduit pas au chaos ou à l'exploitation des 99 % par les 1 %. Il suffit de montrer ce que tout le monde a sous les yeux. Montrer ensuite que le marché est supérieur à l'intervention est un peu plus difficile et un peu moins évident au premier regard. Par exemple est-ce que Medicare n'apporte pas une amélioration ? Montrer que ce n'est pas vrai réclame une argumentation plus détaillée. 

 

Or, beaucoup de gens qui par ailleurs disent être favorables à l'économie de marché mais vouloir corriger ses excès croient intérieurement au mythe du grand méchant marché. Ils sont pris en étau entre ce qu'ils observent (le capitalisme quand même ça fonctionne) et leur compréhension intuitive des mécanismes de marché qui les conduit à reprendre le mythe du grand méchant marché (sans planification, c'est le chaos, les employeurs peuvent dicter le salaire qu'ils veulent etc). Du coup, malgré leur modération affichée, ils attribueront toutes difficultés au marché et feront croitre les interventions jusqu'à la socialisation complète de l'économie.  

 

Dernière petite réflexion. Je me dis qu'il y a trois types de publics à convertir au libéralisme :

- les personnes à revenus et/ou niveau d'étude modeste souvent tentés par des explications du type "les riches sont des tricheurs" et par l'illusion de la sécurité, 

- les intellectuels idéologues hostiles au libéralisme (écologistes, socialistes, féministes, nationalistes)

- Les "faux modérés" que je viens d'évoquer.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un sujet super important le marché.

Un moment, j'ai carrément pensé dédier un site juste à ce sujet, si essentiel, et si dégueulassement, vilement, connement et honteusement calomnié.

 

J'ai quand même une misérable page "marché" ici : https://uplib.fr/wiki/Marché

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

À une petite échelle, je pense aux regroupements spontanés de commerces dans les villes, comme à Londres Saville Row pour les tailleurs ou Hatton Garden pour la bijouterie. Il y a aussi les produits high-tech à Akihabara au Japon. 

 

A un peu plus grande échelle, il y a les clusters industriels qui apparaissent souvent de manière spontanée également, comme la production de vin dans la région bordelaise ou l'horlogerie en Suisse.

 

Tiens d'ailleurs on ne parle plus du tout de la centaine de clusters "labellisés" par l'État français il y a quelques années. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le marché de la drogue. J'ai hésité à faire un sujet là-dessus en arrivant, mais je n'ai pas de sources à présenter juste des impressions. Néanmoins les interdictions ont créé un marché que j'ai parfois tendance à voir comme le seul vrai marché libre en France (au moins côté consommateur-côté offreur c'est plus dur à qualifier, surtout en termes de "règles de concurrence"). Je le dis à moitié en rigolant, mais on a là un sacré paquet d'entrepreneurs potentiels et de quelques libéraux en puissance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après, pas sûr que l'on puisse à proprement parler présenter ça comme un "succès" 😆

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah, succès commercial en tout cas. Je crois qu'on a déjà abordé le sujet en ces lieux et sur Contrepoints.

Je suis plutôt contre l'usage des drogues, en tout cas la plupart qui sont utilisées car le bénéfice risque me parait démesuré.

La seule drogue qui me paraîtrait utile ce serait de très faible dose de LSD pour faire une mise à jour du cerveau de temps en temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites

*baille*

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...