Jump to content

Manifestations contre le pass sanitaire


Recommended Posts

il y a une heure, Deparlabas a dit :

Au début de la crise GJ, leur mouvement avait le soutien de l'opinion publique (plus de 70%, il me semble).

 

Les GJ étaient dans le camp du Bien au départ car étiquettés "damnés de la terre" en quête de justice sociale. Puis le pouvoir a réussi à faire passer l'idée qu'ils étaient plutôt un électorat d'extrême-droite + lassitude des violences blacks blocs. Et sur le fond, la contestation du prix de l'essence ou de la "vie chère" est peu audible pour la bourgeoisie urbaine.

 

il y a une heure, Deparlabas a dit :

Je ne critique en aucun cas, mais... j'ai l'impression que ça marche pas, les manifs. C'est certainement mieux que rien, mais ça ne change pas la donne.

 

La manif, c'est devenu un instrument de légitimation du ou des pouvoirs. Des manifs monstres comme celles contre le mariage pour tous ou celles des antipass n'ont rien donné car contraires à l'opinion de l'élite sociale. Clairement, la violence est le seul procédé possible pour des opinions minoritaires au sein de l'élite sociale. A moins de passer par le sondage, qui est lui-même un instrument assez peu neutre politiquement.

Link to comment

 

Il y a 2 heures, michel kohlhaas a dit :

 

Justement non, un enfant n'a pas de limite. Il peut être intelligent mais raisonne dans le cadre étroit fixé par les parents.

Il y a quelques équations simples qui sont acceptées en bloc par principe. La plus importante, en terme de vaccination, étant "la vaccination est un bien en toute circonstance". Parler de "bénéfice-risque" n'a pas de sens si la vaccination est intrinsèquement bénéfique. Couplée avec "le covid menace notre système hospitalier et donc l'accès aux soins pour tous", tu as une légitimation ad vitam d'une vaccination régulière jusqu'à disparition du virus.

 

Mais ce qui m'agace le plus est l'argument "le pass sanitaire sert à booster la vaccination". Manifestement, une bonne partie des citoyens considère le chantage d'Etat comme un mode pertinent de gouvernance. L'ingénierie sociale prime sur les principes de droit, l'exacte définition du collectivisme politique. A aucun moment ne leur vient à l'idée qu'un pass liberticide pourrait un jour s'exercer contre leurs intérêts/convictions.

 

 

C'est exactement ça, le bien sanitaire commun n'est rien d'autre qu'une métaphore du système collectiviste à protéger coûte que coûte, à dessein pour ceux qui en tirent les ficelles, et par mimétisme pour les citoyens entraînés à craindre tout ce qui s'en écarte.

 

Si on était rationnels on pourrait dire qu'arrêter un pays entier pour protéger les hôpitaux publiques de la surcharge de travail c'est exactement la même chose que si j'imposais aux citoyens de mon département de ne pas rouler entre 8h et 9h tous les jours pour que j'arrive plus vite au bureau parce que j'ai vraiment beaucoup trop d'emails en retard à traiter et que c'est vraiment vital que je puisse le faire.

 

 

Il y a 1 heure, Deparlabas a dit :

Au début de la crise GJ, leur mouvement avait le soutien de l'opinion publique (plus de 70%, il me semble).

Je ne critique en aucun cas, mais... j'ai l'impression que ça marche pas, les manifs. C'est certainement mieux que rien, mais ça ne change pas la donne.

 

 

 

Est-ce que c'est déjà arrivé dans l'histoire de l'humanité qu'une manifestation change quoi que ce soit ?

Seule la violence résout les problèmes.

Le principe de non-agression ne peut être respecté que si tu mets des claques.

 

Les manifestations des gauchistes budgétisées et calendarisées bien comme il faut chaque année ne sont que du théâtre politique avalisé pour rediriger gentiment l'excitation des gens sur des petits évènements festifs sans conséquence pour eux ou pour le gouvernement.

C'est juste un hochet pour qu'ils puissent jouer sans se faire mal.

 

C'est ce qu'ont compris, ou vont vite comprendre, les manifestants dits de droite ou conservateurs comme la manif pour tous, les gilets jaunes ou les anti pass sanitaires.

 

Ils jouent à un jeu qu'ils croyaient accessibles à eux aussi mais dont ils ignorent tout des règles.

  • Yea 3
Link to comment
il y a 1 minute, Airgead a dit :

Si on était rationnels on pourrait dire qu'arrêter un pays entier pour protéger les hôpitaux publiques de la surcharge de travail c'est exactement la même chose que si j'imposais aux citoyens de mon département de ne pas rouler entre 8h et 9h tous les jours parce que j'ai vraiment beaucoup trop d'emails en retard à traiter et que c'est vraiment vital que je puisse le faire.

This.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 6 heures, Airgead a dit :

Seule la violence résout les problèmes.

Pour en créer d'autres. La violence est inefficace parce qu'elle engendre le cycle infernal conduisant à l'anéantissement général, comme disait Martin Luther King.

Link to comment
il y a 19 minutes, Deparlabas a dit :

Pour en créer d'autres. La violence est inefficace parce qu'elle engendre le cycle infernal conduisant à l'anéantissement général, comme disait Martin Luther King.

Elle est généralement inefficace. Mais il faut reconnaître qu'elle a été souvent utilisée avec succès dans l'Histoire (et si ce n'était elle, c'était la menace d'icelle).

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 14 heures, Rincevent a dit :

Mais il faut reconnaître qu'elle a été souvent utilisée avec succès dans l'Histoire

Souvent utilisée, oui. Avec succès, ça c'est moins sûr. Mais c'est surtout que je ne comprends pas trop ce que veut dire "violence" dans le contexte actuel. Ce serait quoi ? Faire péter les centres de vaccination ? Construire des barricades et jeter des pavés sur les forces de l'ordre ? Etriper un certain président mal élu et le suspendre à un lampadaire ? Non, je conçois que ça peut avoir un coté jouissif, mais ça mènera où, ça ?

 

Bref, tout ce délire me gonfle, mais je ne vois pas ne serait-ce qu'une ébauche de solution dans l'air. Ni manifs, ni encore moins cette vague "violence" mentionnée par certains..

Link to comment
il y a 5 minutes, Deparlabas a dit :

Faire péter les centres de vaccination ? Construire des barricades et jeter des pavés sur les forces de l'ordre ?

 

Ce serait puéril, contre productif et rater la cible.

 

il y a 6 minutes, Deparlabas a dit :

Etriper un certain président mal élu et le suspendre à un lampadaire ?

 

Cela n'apporterait rien non plus.

 

Il ne faut pas diaboliser forcément la violence ni la caricaturer et bien faire le distinguo entre violence légitime et violence politique pour faire passer un agenda.

La violence est légitime dans le cadre du droit de résistance à l'oppression.

Ce que tu cites n'est pas de la violence, c'est juste de la bêtise.

 

Une bonne analogie pour comprendre l'Etat c'est de comprendre qu'il est un violeur.

Introduire de force dans le corps des gens quelque chose dont ils ne veulent, cela s'appelle un viol.

Le faire en utilisant la force, la pression psychologique et l'intimidation, c'est la caractéristique du violeur.

 

Si on le voit de manière aussi clairvoyante, on peut voir les choses de 2 façons.

- Attendre bien sagement et obéir à tout ce que le violeur nous demande, en priant qu'après avoir serré les dents quelques minutes cela va s'arrêter.

- Ou être pro-actif et user de tous les moyens possibles pour dissuader le violeur de nous toucher.

 

Sans pendre le violeur à un lampadaire sur un crochet, il y a tout un tas de moyens pour lui signifier notre intention ferme et définitive à ne pas le laisser prendre possession de notre corps.

 

Si on est dans le camp de ceux qui s'en foutent, on pourrait même rationaliser.

 

On pourrait considérer que ce n'est pas si grave, qu'après tout c'est pour le bien commun.

D'une certaine manière, un violeur qui s'accomplit a trouvé un moyen de relâcher la tension et peut être qu'à court terme il est rassasié et ne fera pas d'actes plus odieux à la société.

Le bien commun s'est amélioré au détriment d'une victime mais si ça en peut en sauver 10 autres, peut-être que le calcul est le bon.

 

Tout dépend de si on considère la liberté comme quelque chose d'important ou pas, si on est utilitariste.

Une fois que l'on a ouvert la boite de Pandore, il n'y a plus de limite, on pourra toujours tout justifier.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 8 minutes, Airgead a dit :

Une fois que l'on a ouvert la boite de Pandore, il n'y a plus de limite, on pourra toujours tout justifier.

Ce que je qualifiais ailleurs de syndrome du "juste le gland, chérie".

Link to comment
il y a 1 minute, Rincevent a dit :

Ce que je qualifiais ailleurs de syndrome du "juste le gland, chérie".

 

J'ai hésité à mettre un smiley à ton post car ta punchline me fait rire mais le viol est pour le coup un sujet épidermique chez moi que je ne minimise pas du tout, contrairement à mes contemporains et à la justice contemporaine :)

Voilà, sache que le cœur y est en tout cas ;)

Link to comment
il y a 29 minutes, Airgead a dit :

J'ai hésité à mettre un smiley à ton post car ta punchline me fait rire mais le viol est pour le coup un sujet épidermique chez moi que je ne minimise pas du tout, contrairement à mes contemporains et à la justice contemporaine :)

Voilà, sache que le cœur y est en tout cas ;)

Je comprends bien. Mais tu sais qu'ici certains seraient capables de rétorquer que "il y a consensus pour dire que mettre le gland, ce n'est pas violer, p<0.05".

  • Love 1
  • Confused 1
  • Haha 2
Link to comment
Il y a 1 heure, Rincevent a dit :

Mais tu sais qu'ici certains seraient capables de rétorquer que "il y a consensus pour dire que mettre le gland, ce n'est pas violer, p<0.05".

Bof.

Link to comment
8 hours ago, Deparlabas said:

Souvent utilisée, oui. Avec succès, ça c'est moins sûr. Mais c'est surtout que je ne comprends pas trop ce que veut dire "violence" dans le contexte actuel. Ce serait quoi ? Faire péter les centres de vaccination ? Construire des barricades et jeter des pavés sur les forces de l'ordre ? Etriper un certain président mal élu et le suspendre à un lampadaire ? Non, je conçois que ça peut avoir un coté jouissif, mais ça mènera où, ça ?

 

Bref, tout ce délire me gonfle, mais je ne vois pas ne serait-ce qu'une ébauche de solution dans l'air. Ni manifs, ni encore moins cette vague "violence" mentionnée par certains..

La violence utilisée avec succès je ne sais pas, mais la menace de la violence, c'est clairement efficace.

 

Grèves de 95, bonnets rouges, gilet jaunes (le report de la taxe carbone a été obtenu)... De manière générale, les manifestants qui n'ont pas froid aux yeux et qui le font savoir obtiennent gain de cause. Ceux qui essayent d'être respectables et donnent des garantie que les manifs resteront ordonnées reçoivent un plus gros bâton dans le derrière.

 

Sinon, sans aller jusqu'à qualifier ça de violence, faire chier le pouvoir ça marche aussi. Appeler les députés 5 fois par jour, leur lancer des œufs, refuser de les servir au restaurant...

  • Yea 2
Link to comment
Le 27/08/2021 à 11:47, Airgead a dit :

Une fois que l'on a ouvert la boite de Pandore, il n'y a plus de limite, on pourra toujours tout justifier.

 

Il n'y a pas de boîte de Pandore ni de risque de pouvoir "toujours tout justifier". Il y a une longue glissade durant laquelle ce qui est considéré comme acceptable est redéfini, et, par conséquent, durant laquelle n'importe quoi peut devenir acceptable. À la fin, la société va à nouveau se solidifier, de nouvelles habitudes seront établies, autour du nouveau normal. Jusqu'à la prochaine glissade. Ainsi évolue la civilisation : comme un escalier.

 

 

  • Yea 1
Link to comment
il y a une heure, L&#x27;affreux a dit :

 

Il n'y a pas de boîte de Pandore ni de risque de pouvoir "toujours tout justifier". Il y a une longue glissade durant laquelle ce qui est considéré comme acceptable est redéfini, et, par conséquent, durant laquelle n'importe quoi peut devenir acceptable. À la fin, la société va à nouveau se solidifier, de nouvelles habitudes seront établies, autour du nouveau normal. Jusqu'à la prochaine glissade. Ainsi évolue la civilisation : comme un escalier.

 

 

La société a besoin de totem et de tabou. Des interdits et des objets de transferts (comme on dit en psy).

Cela peut être n'importe quoi, l'important c'est d'avoir un ciment de croyance qui nous uni. Le mal, le bien.

Le XX° qui pourtant débutait bien avec l'industrialisation triomphante de l'occident à fini en eau de boudin, ou en pire.

Le n'importe quoi est habituel, le pire est toujours possible, le meilleur improbable.

Aujourd'hui, nous allons vers le pire.

Link to comment
Il y a 3 heures, Rübezahl a dit :

La bonne métaphore biologique est par strates.

Chaque strate est le terreau de nouvelles choses acceptées.

Qui elles mêmes deviennent le terreau des suivantes, etc.

 

Merci, les strates effectivement sont une image plus intéressantes. Elles ne mettent pas en valeur l'aspect violent et rapide de la glissade, mais je pense que au moins pour certaines strates la rupture avec la précédente était également rapide et violente. L'image de l'escalier c'est surtout pour illustrer le fait que la progression de l'organisation des sociétés humaines n'est pas linéaire. Il se passe relativement rien pendant longtemps, puis brutalement ça bouge, puis à nouveau relativement rien etc.

 

Un peu comme un type en mauvaise posture en haute montagne sur un glacier : il glisse alors il tente d'accrocher son piolet, il finit par réussir, un peu plus tard ça lâche et il glisse à nouveau etc. (à la fin il meurt dans la crevasse).

  • Yea 1
Link to comment

J'étais à la manif de Nice aujourd'hui.  Beaucoup de monde de nouveau.  Comptage en donnant une gommette à chacun.  Avant le départ du cortège quelques interventions au micro, résolument antivax-complotistes un peu trop hargneuses à mon goût.  Ce n'était pas le ton général par la suite.  Beaucoup de papis et de mamies, quelques familles avec enfants, plusieurs manifestants en fauteuil roulant.  Encore quelques slogans et panneaux bien trouvés.

  • Le pass aux sanitaires
  • Corps humain = propriété privée
  • Le pass, ça passe pas
  • Immunité collective = illusion inventive
  • Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner. Ceux qui ne luttent pas ont déja perdu.
  • De la démocratie à la dictature il n'y a qu'un pass
  • In ivermerctine we trust (ça va faire plaisir à certains!)
  • Rock'n Raoult Experience (idem!)
  • Nous voulons le pass judiciaire pour le élus!
  • Plus peur de nos gouvernants que du Covid et ses variants

 

IMG_1708_small.jpg.4e2ef01eca05a4f93f0ec11dbe645a59.jpg

 

  • Yea 5
Link to comment
il y a 2 minutes, fm06 a dit :

Corps humain = propriété privée

On parie qu'on trouvera quelques killjoys ici pour se plaindre de la progression des memes rothbardiens dans la population générale ? ;)

  • Haha 1
Link to comment
23 hours ago, Jensen said:

Grèves de 95, bonnets rouges, gilet jaunes (le report de la taxe carbone a été obtenu)... De manière générale, les manifestants qui n'ont pas froid aux yeux et qui le font savoir obtiennent gain de cause. Ceux qui essayent d'être respectables et donnent des garantie que les manifs resteront ordonnées reçoivent un plus gros bâton dans le derrière.

La violence est une méthode de communication. C'est la méthode qui est utilisée quand l'émetteur ne peut pas utiliser d'autre méthode. 

Nos institutions ne permettent pas la sanction du gouvernement par "le peuple" (puisque le gouvernement n'est pas élu, il est responsable devant celui qui l'a nommé, càd le président de la République. Le gouvernement n'est pas responsable devant le parlement, malgré les circonvolutions et les hochets qu'on met en place pour "faire croire que"). 

Le président est oint pour 5 ans. Il peut faire ce qu'il veut, la sanction, si elle arrive, sera après son mandat. Contrairement aux autres pays européens, où, si suffisamment de gens ne sont pas contents, le gouvernement saute, chez nous ceux qui dirigent sont inamovibles quand l'expression populaire voudrait s'exprimer pour les sanctionner. 

En conséquence, et indépendamment de la justesse des revendications, si les français veulent s'exprimer "pour être entendus", ils doivent casser des choses. Et casser suffisamment pour que le gouvernement le prenne en compte. 

Il n'y a pas eux de bonnets rouges ou de gilets jaunes en Italie, en Espagne ou en Allemagne car dans ces pays les gens peuvent sanctionner par la voie politique un gouvernement... 

  • Yea 2
Link to comment
il y a 8 minutes, WBell a dit :

Il n'y a pas eux de bonnets rouges ou de gilets jaunes en Italie, en Espagne ou en Allemagne car dans ces pays les gens peuvent sanctionner par la voie politique un gouvernement... 

Parce que dans ces pays, le Premier ministre et son gouvernement sont responsables devant le Parlement, et que les gens n'hésitent pas à aller voir leur députés pour leur dire ce qu'ils pensent de la politique en cours.

Link to comment
9 minutes ago, Rincevent said:

Parce que dans ces pays, le Premier ministre et son gouvernement sont responsables devant le Parlement, et que les gens n'hésitent pas à aller voir leur députés pour leur dire ce qu'ils pensent de la politique en cours.

Exactement. 

Chez nous le pouvoir se concentre dans les couloirs de l'Elysée et à la buvette. 

Si j'étais chef du renseignement israélien, je ne me tape pas tous les problèmes diplomatiques avec Pegasus sur le smartphone du président, je paye des coups à boire au barman, et je sais tout :). 

  • Yea 1
Link to comment
il y a 2 minutes, WBell a dit :

Si j'étais chef du renseignement israélien, je ne me tape pas tous les problèmes diplomatiques avec Pegasus sur le smartphone du président, je paye des coups à boire au barman, et je sais tout :). 

C'est probablement ce que fait (ou tente de faire) le renseignement russe, et depuis des décennies. ;)

Link to comment
il y a une heure, fm06 a dit :

J'étais à la manif de Nice aujourd'hui.  Beaucoup de monde de nouveau. 

 

 

 

Malheureusement à Paris c'était très faible, au point qu'il n'y a pas eu de manifestation au point de départ prévu mais une intervention d'un médecin un peu beaucoup antivax...

Link to comment
Il y a 13 heures, Domi a dit :

 

Malheureusement à Paris c'était très faible, au point qu'il n'y a pas eu de manifestation au point de départ prévu mais une intervention d'un médecin un peu beaucoup antivax...

Il y avait 3 ou 4 cortèges.

Link to comment
Il y a 6 heures, h16 a dit :

Il y avait 3 ou 4 cortèges.

Exact, mais pour le type de cortège que je suivais "Paris pour la liberté" c'était nettement en baisse par rapport aux précédentes manifestations. 

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...