Jump to content

Musk, moskhos, muṣká.. Bref : la testicule de l'ère moderne


Recommended Posts

il y a 4 minutes, Johnnieboy a dit :

Mais je sais qu’il existe beaucoup de no life qui se définissent par leur travail donc il peut quand même réussir à convaincre suffisamment d’individus.

Moi ce que je comprends pas c'est les gens qui aiment travailler sur place pour rencontrer des gens via le travail

  • Haha 2
Link to comment
à l’instant, ttoinou a dit :

Une connaissance était en stage à Twitter, il y a 6 ou 7 ans j'imagine. Ca doit dépendre, y'a moyen que les stagiaires soient toujours un moyen efficace d'avoir de la main d'oeuvre pas trop cher


Yep, il y a des stagiaires chez nous, aussi. Mais c’est « la crème de la crème ». Les mecs sont des dizaines et des dizaines à postuler pour une position et ont des salaires plus que confortables. 

Link to comment
il y a 2 minutes, Johnnieboy a dit :

Mais c’est « la crème de la crème ».

C'est vrai, elle était supérieurement intelligente. Elle m'avait dit qu'elle avait déclenché un shitstorm sur place à base de harcèlement sexuel un peu bidon, j'me souviens plus quelle faveur elle en avait retiré par contre et elle s'est barrée peut de temps après en mode osef de cette entreprise. Elle avait bien compris ce qu'être une femme, jolie de surcroît, pouvait lui apporter au 21 ième siècle

  • Haha 2
Link to comment

Rien à foutre que Trump poste ou pas.

 

the-dark-knight-its-about-sending-a-message.gif

 

Au final c'est sans doute encore plus drôle de voir les gens s'exciter alors qu'il ne se passe rien.

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 6 heures, Lexington a dit :

Si vous vous attendez à revoir Trump sur Twitter, ne vous emballez pas trop (et ça ne devrait pas surprendre grand monde)

 

 

Au point où il en est, Musk va racheter Truth Social pour 20m d'ici deux mois :D .

  • Haha 2
Link to comment

Sur pourquoi Musk a finalement décidé de yolo la modération 

 

 

La coalition en quesrion

 

 

 

Ça resemble pour le coup plus a de l'activisme politique qu'à de la maximisation de revenus pour les actionnaires mais dans ce genre de secteur basé sur la réputation ça se recoupe donc bon. 

 

 

A part ça ambiance a twitter 

 

 

 

 

  • Contrepoints 1
Link to comment

 

Il y a 1 heure, NoName a dit :

 

 

 

 

 

Ça resemble pour le coup plus a de l'activisme politique qu'à de la maximisation de revenus pour les actionnaires mais dans ce genre de secteur basé sur la réputation ça se recoupe donc bon. 

 

 

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que si ce discours boycott si pas de modération fonctionne ici, c'est parce qu'il appuie sur un levier puissant chez les annonceurs. Il y a peu de choses pire pour un annonceur que d'avoir sa publicité apparaître à côté de contenus antisémites, racistes, etc. Qui plus est alors que la publicité sur Twitter est surtout du branding pour construire une image de marque (vs de la campagne à la performance, comme acheter des mots clefs sur un moteur de recherche ou générer de la vente immédiate). Twitter en plus, c'est un nain dans la publicité, qui n'a jamais réussi à vraiment s'imposer sur ce front. Pour les annonceurs, Twitter est vraiment accessoire. Si en plus ça doit leur coûter du temps et de l'argent pour gérer des incidents tous les matins, ils vont vite trancher.

 

En outre, il ne faut vraiment pas surestimer l'impact de ces campagnes de lobby vs le premier point. E.g. Zerohedge par exemple a été suspendu par Google en 2020, avant qu'ils reviennent sur leur décision quelques semaines plus tard. Et tout le monde bosse avec eux aujourd'hui encore. En particulier, et de mémoire, parce que la publicité n'apparaît plus sur les espaces réservés aux abonnés et où se concentraient les "problèmes" de textes polémiques. Au global, les annonceurs veulent pouvoir atteindre leurs objectifs, dans un environnement brand safe, et il y a des solutions pour savoir gérer ces contraintes business. Les activistes à cheveux bleus, c'est du détail. Voir ici par exemple cet article intéressant :

 

Citation

Advertisers also say that, contrary to what Musk says, they’re not too worried about pressure from advocacy groups like Media Matters For America and the Anti-Defamation League, who have called on advertisers to pause spending until Musk keeps the existing content policies and infrastructure Twitter had before he bought it.

“[Advertisers] deal with activists all the time,” says an industry veteran who has bought ads from Twitter in the past. “They certainly understand how to stand up to pressure. Him blaming activists? They’re laughing.”

 

Musk a beau jeu de dire que c'est la faute des méchants gauchistes si il perd son revenu publicitaire mais il avait six mois pour avoir un discours cohérent pour les annonceurs, et leur expliquer comment Twitter de demain allait être la plateforme parfaite pour faire de la pub. On en est loin. Très loin. Les calls avec les annonceurs sont aujourd'hui encore lunaires, alors que ces mêmes annonceurs n'ont absolument pas besoin de Twitter. Là, tu as carrément le patron de la plateforme qui relaie des théories du complot (sur Pelosi, avant heureusement d'effacer son tweet), et fait du shaming d'annonceurs. Qui irait dépenser son argent chez lui ?

 

Citation

Musk tweeted out a link to a right-wing conspiracy theory about Paul Pelosi, the husband of the House speaker, and posted a photograph of a Wehrmacht soldier with a joke about how messaging technology has improved. He told independent voters they should vote Republican. And he complained that advertisers were boycotting the site because of activist groups’ agitation, and said that if they did not reverse course, he would subject them to a “thermonuclear name and shame.”

 

Voir aussi cet article de The Atlantic (dont j'ai extrait la citation précédente), en particulier sur la portabilité (ou non) des qualités de CEO de Musk d'une boîte indus à une boîte publicitaire (cc @Bézoukhov).

 

Twitter perdra gros en termes de revenus publicitaires s'ils n'ont pas un discours très cohérent très rapidement sur la modération de la plateforme, et plus précisément sur le risque pour les marques d'avoir leurs publicités apparaître dans un contexte inapproprié. Ce qui, je l'ai déjà dit, ne veut pas dire qu'il va nécessairement échouer/qu'il n'y a pas une voie autre que la publicité. Mais dans cette voie publicité, c'est vraiment pas convaincant.

  • Yea 3
  • Post de référence 2
  • Huh ? 1
Link to comment

Je comprends ce que tu dis mais je suis aussi partisan d'écouter les gens quand ils parlent d'eux même et en l'occurrence on a un groupe politique qui dit très explicitement faire pression sur les annonceurs pour atteindre des buts politiques.

 

Alors sûrement que les annonceurs ont les moyens de leurs résister mais encore faudrait ils qu'ils aient envie. S'il y a bien UN truc qui a été sous-estimé systématiquement et sur lequel seuls les turbofachos semblent lucides c'est bien le degré hallucinant à quel point la cinquième colonne gauchiste a infiltré ce genre d'endroits, et on a vu d'ailleurs avec le rachat de Twitter et quelques autres trucs là connivence absolument hallucinante de ces gens avec des acteurs bien pires que des annonceurs, du genre services secrets, FBI ou presse de référence. Parce que bon, j'entends l'argument sur les cheveux bleus mais concrètement tout ceux qui se moquaient sur le mode "des étudiants dans des universités" sont en train de bouffer leurs chapeaux actuellement, l'interprétation maximaliste de leur pouvoir de nuisance et degré de radicalité mentale semble encore être celle qui prédit le mieux le futur depuis 2008.

 

 

Après je ne connais pas cette industrie, c'est pas mon business, etc... Cependant, partir du principe que les décisions sont des décisions business quand elles ont un gros volet politique et qu'on a pu constater le degré de corruption de certaines boîtes parmi les plus influentes de ce monde, je dis qu'on peut pas exclure le fait que c'est ouvertement de la politique. 

  • Yea 9
Link to comment
il y a 13 minutes, NoName a dit :

Après je ne connais pas cette industrie, c'est pas mon business, etc... Cependant, partir du principe que les décisions sont des décisions business quand elles ont un gros volet politique et qu'on a pu constater le degré de corruption de certaines boîtes parmi les plus influentes de ce monde, je dis qu'on peut pas exclure le fait que c'est ouvertement de la politique. 

Sans même parler du déséquilibre entre d'un côté l'interprétation maximaliste de toute ce qui pourrait ressembler à du racisme, rejeté de manière absolue par les acheteurs d'espace publicitaire, et de l'autre leur tolérance complice envers des "Eat the rich" ou des "Humanity is just a virus with shoes".

Link to comment
Il y a 6 heures, Lexington a dit :

des qualités de CEO de Musk d'une boîte indus à une boîte publicitaire (cc @Bézoukhov).

 

Par contre, je ne pense pas que Musk veuille faire de Twitter une boîte de pub. Il veut en faire une boîte de services (ce qu'il n'a jamais vraiment fait, donc l'argument général reste valide).

 

La pub ne l'intéresse pas et c'est pour ça que sa stratégie est floue. Le truc, c'est qu'il a surement besoin des cash flows de pub quelques années.

 

 

 

  • Yea 2
Link to comment
1 hour ago, Bézoukhov said:

 

La pub ne l'intéresse pas

S'il y arrive il va révolutionner le secteur.

La tendance est quand même dans l'autre sens. (Même si c'est cohérent avec la conjoncture du moment, les recettes publicitaires baissent pour un peu tout le monde.)

 

Je viens de voir passer une étude sur les revenus d'Amazon, sans la pub le retail serait déficitaire assez largement.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 2 heures, Bézoukhov a dit :

 

Par contre, je ne pense pas que Musk veuille faire de Twitter une boîte de pub. Il veut en faire une boîte de services (ce qu'il n'a jamais vraiment fait, donc l'argument général reste valide).

 

La pub ne l'intéresse pas et c'est pour ça que sa stratégie est floue. Le truc, c'est qu'il a surement besoin des cash flows de pub quelques années.

 

 

 

 

Complètement aligné là-dessus. Mais bon faire semblant d'aimer les clients actuels pour préserver le business et extraire tout le cash pour financer la transition, c'est clairement pas sa façon de fonctionner en bon INTx. Et son track record sur la publicité était déjà bien connu avant donc je ne sais même pas s'il aurait pu tenter de faire semblant de manière crédible ?

 

Citation

Beyond not understanding advertising, Musk actively disdains it—particularly the kind of brand advertising that corporations do on Twitter. Tesla, after all, spends no money on advertising. (In its annual reports, the company describes its marketing and advertising costs as “immaterial.”) Initially, that may have been because Tesla didn’t need to run ads: It had a long waiting list for its cars, so spurring demand made little sense. But even as competition in the electric-vehicle market has increased, Musk has remained adamantly opposed to spending on ads. In 2020, a large Tesla shareholder got a proposal for the company to begin advertising onto the proxy ballot but, taking their cue from Musk, a majority of shareholders easily voted the proposal down.

For Musk, brand advertising is inherently shallow and deceptive, and irrelevant to corporate success. In 2019, he tweeted, “Tesla does not advertise or pay for endorsements. Instead, we just use that money to make the products great.” The main reason it might make sense for Tesla to advertise, he’s suggested, would be to buy good coverage, because the media doesn’t write bad things about big advertisers. Even in his open letter to advertisers, Musk was implicitly scornful of brand advertising as opposed to advertising that “can show you a service or product or medical treatment that you never knew existed.” Those are generally not the kind of ads that General Mills runs.

 

Tout envoyer bouler vue la merde qu'était devenu la société Twitter, c'est pas forcément idiot. Si le plan derrière fonctionne. Et avec son pognon/track record, il peut tenir longtemps, même en ayant coulé le business tel qu'il existe (je parle des revenus, pas de la plateforme).

 

il y a 42 minutes, Mathieu_D a dit :

S'il y arrive il va révolutionner le secteur.

La tendance est quand même dans l'autre sens. (Même si c'est cohérent avec la conjoncture du moment, les recettes publicitaires baissent pour un peu tout le monde.)

 

 

J'ai un avis un peu plus nuancé. La tendance marché était à faire payer des abonnements, avec la pub vue comme le parent pauvre. Il suffit de voir par exemple le nombre de services de streaming qui se sont lancé là-dedans, soutenus par des financiers qui voyaient le revenu récurrent avec excitation. Depuis la "fin du COVID", ça déchante, en réalisant que ça ne suffit pas forcément/que tu as du churn, et donc un retour en grâce de la publicité (Netflix qui crée une version avec pub, idem pour Disney, etc.). En se coupant de la pub, il est plutôt à rebours. Ca sera intéressant à suivre s'il y arrive.

Link to comment
Le 20/11/2022 à 04:25, Johnnieboy a dit :

Du coup, les employés développeurs ne sont pas si jeunes, à moins d’être des petits génies. Je dirais qu’ils sont plus entre 29 et 39 qu’entre 23 et 28. Donc plus vers l’âge où tu commences à faire des gosses et avoir autre chose que le boulot dans la vie.

 

C'est bien entendu juste, mais à tempérer par le fait qu'une bonne partie des ingés sont probablement soit des autistes asociaux incapables de se trouver une copine soit des adulescents de SF. Ou pire encore, une combinaison des deux.

Link to comment
il y a 41 minutes, Mathieu_D a dit :

S'il y arrive il va révolutionner le secteur.

 

Ben oui, c'est Elon Musk. Si tu voulais un mec qui fait de la croissance rentable sur des marchés non adressés avec une grande maîtrise des coûts, il faut s'adresser à McKinsey, pas à Elon Musk.

Elon Musk, il est là pour te faire des fusées qui décollent et qui atterrissent ; pas pour faire Ariane 3.837.

 

il y a 48 minutes, Lexington a dit :

La tendance marché était à faire payer des abonnements, avec la pub vue comme le parent pauvre.

 

Mmmmh. La tendance de l'internet, c'est de faire payer des abonnements pas chers, voire gratuits, quand les taux sont bas, en vendant le nombre d'utilisateurs aux investisseurs. Et quand les taux remontent, de mourir ou de pivoter vers des business modèles rentables (qui sont grosso modo soit la pub, soit la marketplace).

  • Yea 2
Link to comment
2 minutes ago, Bézoukhov said:

Mmmmh. La tendance de l'internet, c'est de faire payer des abonnements pas chers, voire gratuits, quand les taux sont bas, en vendant le nombre d'utilisateurs aux investisseurs. Et quand les taux remontent, de mourir ou de pivoter vers des business modèles rentables (qui sont grosso modo soit la pub, soit la marketplace).

Les gens, y compris et surtout les fameux ingénieurs en question, ne comprennent que trop peu les mécanismes qui sont à l'oeuvre quant au modèle des start-ups, qui pendant une decennie a plus été tourné autour de la levée d'argent que sur la création de valeur... Dans un monde de taux bas voire négatifs, le vrai business model, c'est de faire une série B, et tu sais que les mecs remettront au moins autant en série C, en visant la rentabilité "dans 36 mois" tous les 2 ans.

 

On a beau penser ce qu'on veut de l'inflation, au moins la remontée nécessaire des taux a enfin marqué un arrêt à toutes ces conneries. Et tout le monde ayant grandi dans ce monde, on a même du mal à imaginer autre chose.

  • Yea 4
Link to comment
il y a 14 minutes, cedric.org a dit :

 

On a beau penser ce qu'on veut de l'inflation, au moins la remontée nécessaire des taux a enfin marqué un arrêt à toutes ces conneries.

 

C'est relou. On va bientôt avoir les ingénieurs qui sont allés en start-ups venir toquer à la porte des grosses COGIP parce que zere iz no moar free moneyz.

  • Sad 1
  • Haha 1
Link to comment
Le 23/11/2022 à 13:10, Rincevent a dit :

Sans même parler du déséquilibre entre d'un côté l'interprétation maximaliste de toute ce qui pourrait ressembler à du racisme, rejeté de manière absolue par les acheteurs d'espace publicitaire, et de l'autre leur tolérance complice envers des "Eat the rich" ou des "Humanity is just a virus with shoes".

 

Parce que haïr [groupe opprimé] c'est mal. En revanche haïr l'humanité toute entière ça passe tellement bien que c'est limite devenu une platitude.

  • Yea 1
  • Love 1
Link to comment
il y a 6 minutes, Extremo a dit :

Parce que haïr [groupe opprimé] c'est mal. En revanche haïr l'humanité toute entière ça passe tellement bien que c'est limite devenu une platitude.

Ce qui me fait penser qu'un économiste libéral* me faisait récemment remarquer que depuis que haïr des minorités abstraites ou des groupes théoriques est devenu intolérable, la haine des individus concrets qui ont un comportement original ne connaît plus de borne.

 

*Pas un libéral des strèmedrouates, non ; plutôt un euromacronien (le pauvre, il n'a pas encore compris).

  • Yea 2
Link to comment

 c'est quand qu'on parle de ça ? : 

image.png.a2e3ac1b714149272d68969d017a80b5.png

 

Et par ça je veux pas dire "Elon a encore mis le bordel dans twitter",  je veux dire "Elon fait des sondage sur le liberté d'expression pour une plateforme en ligne qui ont plus de votes (et dont le process de vote est plus solide)  que des referendums gouvernementaux pour l'avenir du pays". Ergo si ca continue, il va bientôt pouvoir justifier qu'il en sait plus sur l'avis du peuple que les dirigeants.
Ou dit autrement twitter est-elle maintenant la plateforme de prédilections des choix démocratiques ? Car si oui j'ai trouvé pourquoi ca vaut 44 milliards: Cet achat marque l'avènement du cyberpunk, où un type est bien en train de shifter le poids des corporations dans la gouvernance tout en poussant de l'enhanced human un peu partout ^^

  • Yea 4
Link to comment
il y a 19 minutes, Prouic a dit :

 c'est quand qu'on parle de ça ? : 

image.png.a2e3ac1b714149272d68969d017a80b5.png

 

Et par ça je veux pas dire "Elon a encore mis le bordel dans twitter",  je veux dire "Elon fait des sondage sur le liberté d'expression pour une plateforme en ligne qui ont plus de votes (et dont le process de vote est plus solide)  que des referendums gouvernementaux pour l'avenir du pays". Ergo si ca continue, il va bientôt pouvoir justifier qu'il en sait plus sur l'avis du peuple que les dirigeants.
Ou dit autrement twitter est-elle maintenant la plateforme de prédilections des choix démocratiques ? Car si oui j'ai trouvé pourquoi ca vaut 44 milliards: Cet achat marque l'avènement du cyberpunk, où un type est bien en train de shifter le poids des corporations dans la gouvernance tout en poussant de l'enhanced human un peu partout ^^

 

Ou juste "on progresse sur la liberté d'expression donc tant mieux" :)

Link to comment

Plusieurs millions de votes c'est pas mal mais il devrait faire 10 fois plus pour être dans le même ordre de grandeur que, disons, une élection nationale française.

  • Yea 1
Link to comment

D'où l'exercice de projection. Donc 

115 millions d'abonnés. Ici, 3 millions de votants, juste pour un sujet "pour ou contre l'autoban de merde concernant des 'tweets', le sujet le moins important de la vie. ".
Il se passe quoi si, disons dans 3-6 mois , il écrit "pour ou contre la peine de mort" et qu'il a 60 millions de votes ? Car a un moment je vais me demander si je dois réactiver mon compte twitter, plutôt que le désactiver ... :)
 

Link to comment
il y a 7 minutes, Bisounours a dit :

Aujourd'hui, un article très intéressant de Philippe Silberzahn à propos de la stratégie de Musk dans sa reprise en mains de twitter.

 

 

https://www.contrepoints.org/2022/11/25/443808-elon-musk-malgre-tout-vices-et-vertus-des-entrepreneurs-autoritaires

 

 

L'article est excellent et mériterait d'être largement poussé sur Twitter ;)

 

Du contenu qui fait honneur à CP

  • Yea 1
  • Love 1
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...