Jump to content

Albedo

Nouveau
  • Content Count

    56
  • Joined

  • Last visited

About Albedo

  • Rank
    Projection holographique anthropomorphique

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral classique

Profile Information

  • Gender
    Male

Recent Profile Visitors

113 profile views
  1. Une asymptote est la limite vers laquelle tend une fonction sans jamais l'atteindre. Zéro n'est qu'une valeur parmi tant d'autres. Exemple: 1/X +1 tend vers 1 quand X tend vers + infini. Tu as aussi des séries croissantes avec termes positifs qui sont bornées.
  2. Bonjour à tous, Est-ce que quelqu'un connait un (ou plusieurs) auteur de référence (francophone ou anglophone) sur l'histoire du Japon du XVIème siècle à la fin du XIXème siècle (jusqu'à la restauration Meiji) et la politique d'expansion, c'est à dire depuis l'arrivé des marchands occidentaux, puis l'isolement, puis la ré-ouverture aux USA, la politique de la cannonière, les shoguns, le retour de l'empereur, les conquêtes militaires. Je cherche quelque chose du style de la série des François Furet sur la révolution par exemple ou de Maurice Agulhon sur la république ou de Le Goff sur St. Louis, bref un livre (ou des livres) sérieux. Des références à me conseiller sur ces différentes périodes? Merci. -- Edit: Ah, et le siècle d'or néerlandais (XVIIème) aussi m'intéresserait donc si vous avez quelques références, je suis aussi preneur
  3. Sinon, une autre ressource en ce qui concerne la qualité du réseau UK, il est très bien classé du point de vue utilisateur d'après une enquête de la commission européenne de 2013 Satisfaction des voyages Satisfaction dans les gares Ponctualité Fréquence des trains
  4. Discussion à propos de la carte scolaire (à l'origine pour faire un rager un gaulliste fan de Dupont-Aignan) en lui expliquant que tout cela se faisait au détriment des plus pauvres (ghettos en lien avec la politique HLM) tandis que les plus aisés/enseignants connaissent les ficelles ou peuvent obtenir des dérogations en louant des chambres de bonne dans le bon quartier ou autre magouille. Une autre personne m'appuie. Je propose alors de supprimer la carte scolaire, afin de de laisser le libre-choix des écoles aux parents, de les responsabiliser un peu plus (suite à une remarque sur ce point plus tôt dans la discussion) et de permettre à plus d'élèves méritants des quartiers difficiles d'en sortir (les dérogations pour eux sont au compte-goutte). J'ajoute qu'il arrive qu'il existe aussi des refus de dérogation dans les zones difficiles des élèves les plus méritants pour ne pas ternir ou dégrader encore plus l'image de l'établissement, ce qui pénalise l'élève avant tout. Mon soutien se braque subitement, brandissant la mixité sociale comme argument, selon lui il faut entériner cet exode scolaire et ne pas déroger à la carte scolaire. Sa proposition "Non, on ne supprime pas la carte scolaire, on a la fige complètement, aucun passe-droit ni aux résultats ni à l'argent. J'irais même plus loin, il faut à mon avis des quotas de riches, des quotas de classes moyennes et des quotas de pauvres dans les établissement et dans les classes selon une règle du tiers. Ainsi toute les classes sont homogènes, le travail est le même pour tous les enseignants, leur formations peut-être standardisée et tous les élèves reçoivent strictement la même éducation"
  5. http://rue89.nouvelobs.com/2014/04/16/jeu-sauras-trouver-50-milliards-sans-provoquer-demeutes-251550
  6. Exact, dans la littérature philosophique, le terme libertarian n'est pas en référence avec la notion politique. La première référence trouvée : http://www.csun.edu/~hceco001/Researchpapers/FreewillAustrian.pdf
  7. Être libre, c'est dépendre de ce que l'on est et se déterminer par soi-même.
  8. Je parle sous votre contrôle, mais il me semble que matérialisme historique est précisément une sorte de déterminisme. L'histoire à un sens identifié par Marx d'après des rapports conflictuels de classes. Ces rapports sont déterminés indépendamment de l'individu et de ses désirs. Pour que l'histoire se termine, la classe du prolétariat doit réaliser l'histoire par la chute du capitalisme qui porte en lui la contradiction économique. Donc, justifier Marx et Bourdieu, je ne pense pas. Je dis juste que, sur un plan purement philosophique, la notion de libre-arbitre (free will) cause pas mal de discussions (Dennet, Harris, etc...) entre les hard déterministes, les déterministes, les dualistes (avec difficulté pour eux) et les comptabilistes pour qui la notion de free will n'est pas incompatible avec le déterminisme. S'en suit les conséquences sur la responsabilité des actes, le droit, la morale, la punition des crimes ou la récompense des actions. Je suis ça de loin sans être un spécialiste, mais l'avancée des neuro-sciences, la génétique va plutôt dans le sens déterministe d'après ce que j'ai pu comprendre. D'où mon sentiment sur le fait qu'une récupération sociologique - scientiste puisse aller jusqu'à une forme de coercition comme manière de "réaliser" un destin ou un idéal collectif au détriment de l'individu. A mon avis, le libéralisme n'est pas impacté directement par ses discussions sur le déterminisme. Indirectement, ça peut l'être mais je n'ai aucune certitude et je suis peut-être à coté de la plaque.
  9. D'accord avec FJ, comme je le dit dans mon post précédent il y a un problème de définition de libre-arbitre, entre sa conception philosophie (free will) et la conception libéral qui nous intéresse (freedom of action - pas de coercition?) Le tout est de faire attention à ce que le déterminisme n'empiète pas sur le domaine politique en faisant une nouvelle forme matérialisme basé sur un scientisme isssu des neuro-sciences.
  10. @Vincent Andrès Merci pour le lien. C'est tout à fait ça, j'ai toujours la sensation que derrière la notion de déterminisme peut se développer un espèce de scientisme proposant une interprétation du savoir servant à justifier une planification centrale en recherche d'un optimum social, et pas que économique. Pour moi, il peut y avoir une boite de pandore à ouvrir par l'avancée des neurosciences qui, interprétées avec le filtre constructiviste/idéalise, justifieraient la manipulation des volontés et la coercition totale dans un idéal définit comme "inévitable" par les "sachant". Von Mises est intéressant sur cet aspect car il diffère un peu d'Hayek dans son approche (dualisme avec Popper il me semble) et en plus de sa démonstration de l'impossibilité de l'économie sociale, il aborde la notion de matériaslime (cf wikibéral) qui est en relation avec le déterminisme.
  11. Cette discussion est intéressante, je ne suis pas un spécialiste mais quelques remarques (peut-être bêtes et du n'importe quoi hein) - Je pense qu'il y a un problème de définition du libre-arbitre. Il y a le libre-arbitre à un niveau philosophique tel qu'il est discuté ici au sens où une intelligence extérieure pourrait prévoir l'ensemble des actions à venir sur la base des causes à un instant T (une sorte de psycho-histoire individualisée ) et un libre-arbitre "hayekien". Je pense aux premiers papiers de Hayek (Sensory order particulièrement) où il me semble qu'il ne rejette pas d'emblée une forme de déterminisme. Il y a un libre-arbitre "hayekien" tant que les choix sont fait en l'absence de coercition extérieure exercée par un autre individu : compatibilisme. - Le déterminisme ne me semble pas en opposition avec l'ordre spontané cérébral dans l'état actuel des connaissance. Les neurosciences en sont à leurs balbutiements mais il est séduisant d'imaginer comme le fait Hayek une sorte d'ensemble de signaux provenant des émotions, des sensations, de la mémoire et de tout un tas d'autre choses dont on ne soupçonne même pas l'existence agissant comme un système de prix libre et non-contraint orientant vers un choix "optimal" pour l'individu avec ses propres mécanismes d'évaluation. En ce sens, les choix sont forcément déterministe et on a des comportements plus ou moins reptiliens comme les "réflexes" (fuite devant le danger, mouvement de recul devant la chaleur, etc...) où des choix plus compliqués comme des actes d'achats. Le déterminisme n'est pas l'inévitable donc. - Il ne faut pas confondre un déterminisme individuel et un éventuel déterminisme extérieur pouvant-être une mauvaise justification d'un pouvoir central omniscient et coercitif contraire au libre-arbitre hayekien. Même si le "destin" tel qu'il est proposé par ce pouvoir omniscient est la soumission des autres, le déterminisme appuyé par une neuroscience puissante ne doit pas être une raison de recourir à l'ingénierie sociale collective, prédisant les comportements de chacun. En soit, le déterminisme individuel ne me semble pas contraire à la philosophie du libre-arbitre "hayekien" et à la notion même d'autonomie et de choix, c'est même à mon avis un rempart contre une coercition extérieure : personne ne sait mieux que moi quelles sont les actions qui me bénéficient, même déterminées. - Finalement, la discussion sur le déterminisme n'a pas d'effet sur le libéralisme (libre-arbitre "autrichien" pour généraliser) dans le sens où il se situe à l'intérieur même de l'individu et plus particulièrement au niveau de sa conscience et de sa raison, matérialiste ou non. Que ces choix soit déterminés ou pas, il n'y pas de raison qu'une entité extérieure elle-aussi déterminé ou non puisse aller contre sa la réalisation des ses choix, et même d'un hypothétique destin déjà écrit à l'avance mais inconnu pour l'individu.
  12. Avez-vous des documents de synthèses ou des explications sur les problèmes rencontrés par les producteurs de lait et les quotas? J'ai le vague sentiment que la PAC est passée par là mais je n'arrive pas à mettre la main sur une explication un peu sérieuse avec des chiffres pour l'étayer. J'ai fait une recherche sur le forum, sans succès Parce que les principales solutions semblent être encore plus de réglementation, contrôle de prix accru, subvention en masse et autres outils classiques. Ou alors, est-ce que la production de lait en France est tout simplement de la destruction créatrice et ce métier voué à "disparaitre"? Edit : trouvé ça http://www.libreafrique.org/Bedard_Lait_060809
  13. Merci de ton retour, oui c'est pour lire des pdf du mises.org, donc du Rothbard, du Von Mises, du De Soto + divers pdf de lecture libérale que l'on peut trouver sur la toile.
  14. Je déterre un peu ton message, la nexus 7 est confortable en liseuse pour le PDF? Par rapport à un Kindle ou un truc équivalent? Je me cherche justement une tablette "polyvalent" mais surtout pour lire des PDFs et se connecter à un wifi si besoin. Il y a une application kindle sur le playstore?
  15. Tout à fait, c'est en cas de défaut que ce fait la différence.
×
×
  • Create New...