Jump to content

poc

Nouveau
  • Content Count

    46
  • Joined

  • Last visited

About poc

  • Rank
    Néophyte

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    A l'ouest

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Du tout, vous semblez être une "pointure" sur le sujet comme on dit étant donné que les autres intervenants se rangent à votre opinion ; je me renseigne donc pour savoir où consulter plus avant vos travaux, publications ou articles afin que nous puissions en discuter. Comme je suppose que vous ne les signez pas du nom de "H16" il est possible que j'ai déjà lues certaines d'entre elles mais vous comprendrez qu'il m'est difficile de faire le rapprochement. En tous cas c'est amusant de voir que même un scientifique sait aussi ne pas se prendre au sérieux, j'aime bien le ton humoristique de vos répliques 😀 Quant à être climatologue moi-même, non je n'aurai pas cette prétention ! Même si j'ai eu une longue carrière scientifique dans d'autres domaines, et c'est vrai que certaines opinions exprimées ici, comme celle prétendant, récemment, que l'on ne peut pas calculer une moyenne de température sur un domaine continu, ont fait ressortir de vieux réflexes. 😀 Mais le sujet du climat est passionnant, l'essentiel est de pouvoir en discuter de façon ouverte et sans idées préconçues, comme en toute chose. Erreur de manipulation pour les Spoilers au-dessus, je ne sais pas comment enlever ces choses Bonne soirée chers amis
  2. En effet ce n'est pas incompatible, mais contrairement à vous je ne trouve pas cela rassurant car cela dénote une certaine accélération des choses.
  3. Si j'ai bien suivi, vous êtes donc le climatologue qui mène les débats sur ce fil ? Enchanté. Je doute que cela soit votre nom dans la vie civile, où peut-on trouver vos travaux ?
  4. Je n'avais pas saisi qu'il s'agissait de l'un de vos amis, et j'ignorais donc qu'il y avait un climatologue ici même.
  5. Voilà la courbe où je me souvenais avoir vu +0.6°C depuis 1980 pour les températures de surface - depuis 1977-78 en réalité si l'on prend la moyenne glissante sur 5 ans. http://ds.data.jma.go.jp/tcc/tcc/products/gwp/temp/ann_wld.html NB : les températures "en baisse depuis la sortie des El Nino" sont en baisse relative par rapport à 2015-2016 mais restent supérieures à tout ce qui précède 2015. En tous cas c'est très loin de la courbe présentée par ce "H16" (??) dans son article.
  6. Rien de cela, puisque ces théories ne résistent pas à l'analyse isotopique du carbone supplémentaire dans l'atmosphère (appauvrissement relatif en C13 et C14) ni au constat que la concentration en O2 évolue symétriquement à la même échelle de temps. Les sources que vous citez n'expliquent pas ces phénomènes. Il est logique de constater dans les périodes passées une augmentation du CO2 atmosphérique suite aux périodes de réchauffement (un océan plus chaud peut dissoudre moins de CO2 et le relâche dans l'atmosphère), mais de cela on ne peut rien conclure concernant la période actuelle, à part que l'on peut s'attendre à un effet de rétroaction positive.
  7. Deux publications du Science Publishing Group. Attention de ne pas relayer n'importe quoi. https://en.wikipedia.org/wiki/Science_Publishing_Group Une autre publication du SPG : http://www.sciencepublishinggroup.com/journal/paperinfo.aspx?journalid=148&doi=10.11648/j.ajam.20140204.12
  8. Merci, c'est bien le point sur lequel je souhaitais attirer l'attention.
  9. A propos de la confiance qu'on peut accorder à ces auteurs (Furfari et Masson), sur leurs écrits passés : https://arxiv.org/pdf/1404.1783v1.pdf
  10. En l'occurrence il ne fait ni particulièrement chaud ni particulièrement froid. Il est possible que vous ayez eu une lecture erronée du graphique proposé sur le lien précédent. Je le reproduis plus bas avec la phrase d'explication qui l'accompagne. 13°c est la normale des maximales (après-midi), 1°C est la normale des minimales (aube) en juillet. La moyenne d'une journée normale n'est donc pas de 13°C mais de 7°C, à mi-chemin entre la minimale et la maximale. Un jour de juillet moyen, les températures varient donc typiquement entre 1°C la nuit et 13°C l'après-midi. Il ne me semble guère étonnant que les média ne mentionnent pas un froid particulier étant donné que les schémas suivants indiquent que nous sommes apparemment très proches de ces normales de saison. Toutefois je n'ai pas trouvé les mesures de ce lundi matin où il a neigé. Météo actuelle : Moyennes climatologiques : Légende : "La "maximale moyenne quotidienne" (ligne rouge continue) montre la température maximale moyenne d'un jour pour chaque mois pour Col de l’Iseran. De même, «minimale moyenne quotidienne" (ligne bleu continue) montre la moyenne de la température minimale. Les jours chauds et les nuits froides (lignes bleues et rouges en pointillé) montrent la moyenne de la plus chaude journée et la plus froide nuit de chaque mois des 30 dernières années. " (s'intéresser aux données de juillet)
  11. Sans doute parce que les températures minimales de juillet variant habituellement autour de 1°C et pouvant descendre jusqu'à -6°C au Col de l'Iseran, cela n'a probablement rien d'exceptionnel. En revanche la canicule de fin juin a vu de nombreux records absolus de chaleur dépassés dans plusieurs régions, et parfois largement. https://www.meteoblue.com/fr/meteo/historyclimate/climatemodelled/col-de-l’iseran_france_3012717
  12. Les rizières ne posent pas de problème particulier en matière de CO2, en revanche ce sont de fortes émettrices de CH4 et de N2O qui sont des gaz à effet de serre plus puissants que le CO2. Le méthane se dégrade rapidement mais la durée de vie du protoxyde d'azote dans l'atmosphère est supérieure à celle du CO2.
  13. Ce qui saute aux yeux en regardant ce graphe, dont j'ignore s'il se base sur des données exactes, c'est qu'il représente les variations de température dans la troposphère moyenne soit vers 8000 mètres d'altitude. Pourquoi ce choix ? Il serait pertinent je pense de proposer la même comparaison aux altitudes où nous vivons. Il serait étonnant qu'une telle comparaison n'existe pas. J'ai en tête, de mémoire, un réchauffement moyen de l'ordre de 0,6°C depuis 1980, à vérifier.
  14. Prenez quand même le temps de lire les liens que je vous ai envoyés et de réfléchir au concept de moyenne, sait-on jamais cela peut vous servir en d'autres circonstances. 😉
  15. Il faut vraiment que vous revoyiez le concept de grandeur intensive, l'idée que vous vous en faites et les propriétés que vous en déduisez ne sont pas exactes. Remplaçons un instant la température par l'altitude. En chaque point d'un territoire, on peut définir une altitude comme on peut définir une température. L'altitude est également une grandeur intensive : en effet l'altitude d'un pays contenant les villes A, B et C ne s'obtient pas non plus en additionnant l'altitude de chacun de ces points. Si le pays est plat, l'altitude du pays est égale à l'altitude de n'importe lequel de ce point. C'est là la définition d'une grandeur intensive, rien de plus. Et, contrairement à ce que vous pensez, rien n'interdit mathématiquement d'additionner les altitudes de A, B et C, et de diviser par le nombre de points. Nulle part dans la définition d'une valeur intensive cela n'est interdit : encore une fois la seule chose qui n'est pas possible c'est de dire que l'altitude de A, B et C pris ensemble est égale à la somme des 3 altitudes. Ensuite, à partir du moment où on ne se contente pas de 3 points mais qu'on en prend suffisamment, bien répartis, calculer cette moyenne permet alors d'obtenir ce que tout un chacun convient d'appeler l'altitude moyenne du pays. Ce calcul a une signification : il permettra de dire que l'altitude moyenne de la Suisse est supérieure à celle des Pays-Bas. Que l'altitude moyenne de la Suède aujourd'hui est plus élevée qu'il y a 5000 ans, par effet du rebond isostatique évoqué ailleurs. On peut objecter que les villes choisies se situent plutôt près de la mer qu'à la montagne, et que la moyenne de leurs altitudes n'est pas représentative du pays, etc. C'est possible, mais on peut d'abord s'arranger pour sélectionner son échantillon de façon intelligente, et quand bien même, si l'on s'intéresse à la variation de ces altitudes pour savoir si le pays s'enfonce ou s'élève, peu importe ou presque. Observer comment évoluent ces altitudes même mal réparties - en moyenne et dans leurs variations particulières - donnera dès lors que les points de mesure sont assez nombreux une indication pertinente sur la variation d'altitude globale du pays, et permettra de savoir où il s'enfonce ou s'élève le plus. Le principe est exactement le même avec les mesures de température, mais aussi de pression atmosphérique, de rayonnement solaire, de vitesse du vent (autres grandeurs intensives) des stations météo : un échantillonnage de mesures des valeurs prises par un champ scalaire ( = de nombres) sur une surface donnée, que l'on peut comparer, moyenner, et dont on peut suivre l'évolution dans le temps. Je ne peux pas faire plus didactique. Si cela n'est toujours pas clair pour vous j'arrête là. Vous m'avez fait perdre une partie de mon après-midi.
×
×
  • Create New...