Jump to content

Cortalus

Utilisateur
  • Posts

    984
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    20

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Lieu
    France

Ideas

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Hayek

Recent Profile Visitors

2069 profile views
  1. Tout à fait, c'est la combinaison de la pression temporelle et du terrain à couvrir qui est parfois mal équilibrée dans certaines missions. Il y en a une en particulier vers la fin de la campagne qui m'a bien fait rager.
  2. Par contre, je déteste encore plus les limites de temps en mode Iron Man. C'est fait pour t'obliger à prendre des décisions risquées, alors que tu cherches logiquement à réduire la part du hasard quand tu joues avec une seule sauvegarde. Très très frustrant.
  3. J'ai aussi fait du gros groupe privé, en santé et audit. Mais je parlais surtout du "point de vue" des filiales. En établissement ou en direction régionale, "le siège" c'est les méchants et des cons, déjà ils sont parisiens Et quand tu avais une entité qui tournait très bien toute seule et que tout d'un coup on lui prend 12 % du CA en frais de structure et qu'on l'assomme de nouveaux reportings parce qu'il y a eu des changements capitalistiques, on peut comprendre que les gens ne voient pas tout de suite la valeur ajoutée du siège.
  4. C'est important de le préciser ! Parce qu'en dehors des grosses boîtes, un siège c'est parfois juste Jérôme le patron, Jean-Michel de la compta, Josiane de la paye, José l’informaticien et Jacqueline des services généraux. Et ils ne chôment pas pour assurer le support de leur PME de 100 ETP, au point que leur CET est blindé à force de repousser leurs vacances.
  5. Alors ça peut continuer de tourner un certain temps car il y a de l'inertie. Mais il y a quand même deux trois trucs réalisés par le siège, je ne dirais pas tous utiles, mais pour certains au moins obligatoires, qui peuvent finir par manquer. Surtout dans un enfer administratif comme la France où il est nécessaire d'avoir des experts en chicaneries diverses pour se conformer aux multiples prescriptions réglementaires. A l'hôpital public j'ai expérimenté la situation d'un gros établissement où, après des années à comprimer les effectifs soignants, la direction avait décidé de réduire les effectifs administratifs "par équité". Eh bien ça ne marchait pas super super bien. Les salariés se plaignaient des compteurs horaires aléatoires, des erreurs et retards dans la paye. La direction ne savait pas ce qu'il se passait, et mine de rien, il y a parfois des décisions stratégiques à prendre, si si, qui nécessitent d'avoir une certaine idée de la situation... Or, il ne suffit pas de se balader "sur le terrain" en prenant une mine concernée pour tout d'un coup saisir l'essence des problématiques de l'établissement. Les tableaux de bords et indicateurs de gestion, ce n'est pas que pour faire joli. Quand on vire les contrôleurs de gestion, on se retrouve à piloter à l'aveugle, à l'instinct, et on se retrouve vite dans le fossé. Enfin, se retrouver avec toutes les décisions des instances invalidées suite aux recours des syndicats parce qu'il n'y avait plus de juristes pour s'assurer de la conformité des procédures, ça pique. Tout cela met effectivement du temps à se manifester. Les difficultés dans la gestion de la paye peuvent se faire sentir vite, mais les conséquences de la suppression des comptables, analystes et juristes ne produit ses effets qu'à six, douze, dix-huit mois... Mais quand ça arrive, les dégâts sont considérables et souvent irrécupérables. Sur un marché concurrentiel, c'est la fin, un point c'est tout. Je nuancerai par contre par contre pour les sièges "groupe". Si les filiales ont de fonctions support autonomes et sont viables économiquement, le siège groupe est de leur point de vue un parasite du même genre que l'état.
  6. Si on aime ces deux là, il faut aussi lire Monster du même auteur. Century boys est mon préféré dans le lot.
  7. Une référence du genre, les Chevaliers de Baphomet. La chèvre était pénible, mais à part ça la difficulté était plutôt bien dosée. Je suis devant le brouillard du dernier boss d'Elden Ring. Et j'ai hâte de pouvoir passer à autre chose. Après plus d'une centaine d'heures de jeu, il est temps que ça se termine. Et les dernières zones sont globalement décevantes. Le pic de difficulté a de quoi dégoûter même des vétérans. Gérer la courbe de progression dans un open world sans choix de difficulté ou ajustement dynamique de celle-ci était un challenge, et pour moi From Soft a échoué. Ce jeu va probablement marquer le secteur et j'espère qu'il va apporter un peu de renouvellement dans la formule de l'open world. Mais il reste de mon point de vue inférieur aux classiques Demons' Souls, Dark Souls et Bloodborne. Il réalise par contre avec un certain succès ce qui était probablement la vision initiale de Dark Souls 2, qui se voulait plus épique que son aîné.
  8. La volonté de transmettre et d'agir dans l'intérêt de ses héritiers, biologiques ou non, au-delà de l'horizon temporel de notre propre existence, est l'un des plus puissants moteurs de l'action humaine. Et plus les signes de notre mortalité se manifestent, plus ce facteur devient dominant dans l'éventail des motivations qui guident notre conduite. J'irais même jusqu'à oser l'hypothèse que la psychologie de l'entrepreneur et de l'innovateur est davantage que la moyenne influencée par cette préoccupation de construire des fondations sur lesquelles pourront s'appuyer les générations futures. Détruire la perspective de transmettre, c'est non seulement détruire l'une des plus fortes, peut-être la plus forte des incitations au travail et à l'invention, mais plus profondément encore c'est nier l'essence même de la vie. Imaginer l'étendue du désastre économique et moral que cela engendrerait me donne le vertige. Je suis toujours surpris par l'absence totale d'empathie des gens qui émettent des propositions de cet ordre. Ne voient-ils pas tout autour d'eux à quel point la volonté de protéger, de chérir et d'élever sa progéniture est la raison de tant des petits efforts quotidiens qui cimentent notre civilisation, et parfois de grands sacrifices qui la font avancer ou font rempart contre le chaos ?
  9. J'espère que Macron met l'accent sur l'écologie par calcul. Mais j'ai peur qu'il soit un true believer.
  10. Il y a un autre effet à noter. Les primes Macron défavorisent les salaires au-dessus de trois SMIC, qui ne sont pas exonérés de cotisations. Et la modulation en fonction du salaire de base n'est qu'une faculté (je me demande combien d'entreprises y ont recours). Optimiser revient donc à maximiser l'impact sur les bas salaires. Donc c'est encore un truc qui va contribuer s'il se généralise à écraser l'échelle des salaires.
  11. Mon vote va aller pour une partie de Donjons & Dragons après une fondue bourguignonne. Mais après le repas dominical, j'ai concédé une promenade digestive qui nous mènera pas trop loin du bureau de vote. Ma femme tient à visiter l'isoloir. La dernière fois on ne s'était déplacé que pour le second tour, mais là j'ai l'impression qu'elle est impatiente de mettre dans l'enveloppe un bulletin qui ne soit pas Macron.
  12. J'ai testé Bankin et ça marche bien en effet pour les comptes courants et les livrets rattachés. Mais pas moyen d'ajouter PEA, assurance-vie, comptes-titres. Les réseaux traditionnels ne jouent pas le jeu ou c'est un imbroglio technique ?
  13. J'essaye de faire fonctionner un agrégateur (Finary en l'espèce) pour suivre mes différents comptes sur une interface unique, et c'est une galère sans nom. J'arrive à connecter Bourse Direct, mais pas moyen que l'API Linxea reconnaisse mes identifiants de connexion. Et le Crédit agricole pour des raisons mystérieuses a décidé de m'afficher certains livrets et comptes courants mais pas d'autres. Bref, la promesse technologique de l'open banking n'est pas au rendez-vous en ce qui me concerne. Je vais, déçu, en rester à mes tableurs excel.
  14. Ce doit être un réflexe d’helléniste de prendre le mot avec le plus de racines grecques. Mais au fond j'ai un problème avec le concept de "légitime défense" dans le cadre du droit naturel ou spontané. Parce que cela entraîne qu'il y aurait une défense illégitime, ce qui est absurde au vu du principe de non agression. Par contre, si on se place dans le cadre de pensée constructiviste du droit positif, il y a une logique puisque la loi écrite peut interdire qu'on se défende, typiquement contre une agression par l'état ou ses protégés. Bref, l'évocation de la légitime défense et son fond intrinsèque de droit positif doit faire se hérisser mes poils d'animal jusnaturaliste.
×
×
  • Create New...