Jump to content

Morpheus

Utilisateur
  • Posts

    151
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Morpheus

  1. Voilà l'effet d'une dissonance cognitive lorsque quelqu'un est mis face à ses contradictions. L'adversaire s'énerve et perd toute crédibilité.
  2. C'est vrai, oublions le Larousse. La prochaine fois que quelqu'un veut connaitre le sens d'un mot, il te demande. Et tu fourniras en même temps tes recommandations pour l'utilisation de celui-ci, le tout agrémenté de ton jugement moral.
  3. Je ne vois pas en quoi on peut mal interprété le fait de définir une politique ségrégationniste comme un apartheid. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/apartheid/4406 Apartheid : Discrimination, voire exclusion, d’une partie de la population, qui ne dispose pas des mêmes droits, lieux d’habitation ou emplois que le reste de la collectivité. Je ne suis pas favorable à mal nommer les choses pour faire une bonne impression à ceux qui ne connaissent pas le sens des mots dont ils s'offusquent. Souvent, c'est la vérité qui énerve le plus. Je ne pense pas qu'éviter de mettre l'adversaire face à son ignominie et éviter de lui provoquer des dissonances cognitives soit le pinacle de l'intelligence de la communication en politique.
  4. Peut-être qu'il faudrait aussi arrêter de s'opposer au pass sanitaire pour ne pas être traiter de débile ? Peut-être qu'en fait le plus important ce n'est pas de défendre des valeurs ou la vérité, mais de se conformer.
  5. Est-ce que les politiques ségrégationnistes liées à la santé sont différentes au point de mériter un nouveau mot ? L'histoire ne se répète jamais exactement de la même manière, et j'ai du mal à voir l'intérêt de dire "oulalah il ne faut pas faire d'amalgame, car même si c'est pareil dans les grandes lignes, il y a ce facteur de différent".
  6. Un sondage Twitter fait par le compte des "Patriotes" (donc avec des followers fermement opposés au pass sanitaire), qui pose la question de Tous les Français doivent-ils avoir les mêmes droits ? 68% des répondants pensent que non. J'ai le sentiment que depuis le début de cette crise, certains opposants aux mesures tentent de sauver la croyance en la vertu protective de la démocratie en supposant que les sondages qui ont donné systématiquement un soutien majoritaire aux mesures restrictives sont, d'une manière ou d'une autre, biaisés ou manipulés ; en imaginant qu'il suffit d'attendre que le peuple vote pour que toute cette mascarade s'arrête enfin. Malheureusement cela confirme ce que je constate en parlant autour de moi : le soutien aux restrictions semble effectivement majoritaire dans la population, et même plutôt largement. La manipulation, s'il elle a bien lieu, s'opère au niveau des consciences, et non au niveau des sondages. Le salut ne viendra pas de la majorité du peuple.
  7. Oui je pense que c'est un point très important : Macron s'inscrit dans un mouvement mondial. Le pass sanitaire est un projet de l'UE, il faut s'attendre à le voir éclore a minima dans tous les pays de celle-ci. C'est fondamentalement la technocratie européenne (elle même connectée à une technocratie mondiale) qui est à l'oeuvre. Macron n'est qu'un de ses membres dont l'enjeu est de faire concorder au mieux son agenda politique personnel avec celui de sa classe. Et effectivement, à partir du premier confinement, les dés étaient probablement jetés. La facilité avec lequel il est passé a rendu la suite possible, et même inévitable.
  8. Et cela permettra à de faire porter la responsabilité de tous les problèmes économiques à venir sur les non-vaccinés.
  9. Voilà le vrai monde d'après. On a basculé dans une autre société. Toutes les valeurs antérieures prêchées avec tant d'ardeur factice se sont évanouies, et ne reviendront pas avant un très long combat. On est entré dans la pire forme des dictatures, celle où une partie de la population est érigée en bouc-émissaire de tous les maux du pays, celle où les gens s'épient les uns les autres, celle où l'Etat impose un droit de regard sur la partie la plus intime de l'individu, celle où les médias se contentent de relayer la parole du pouvoir.
  10. Tout à fait. Le noeud du problème étant que la majorité de la population, celle qui vote, qui est sondée, et qui sert de légitimation à toute cette entreprise, n'a aucune mémoire et est facilement manipulable.
  11. Voici visuellement leur nouvelle vague : Au moindre frémissement, ils brandissent la menace d'un reconfinement. C'est un cycle perpétuel à laquelle il n'y a aucune fin logique. Même avec 100% de la population vaccinée, le virus continuera de faire des vagues de contamination. Je prédis qu'à l'avenir le narratif va changer et qu'ils vont arrêter de parler du nombre de personnes en réanimation, pour se concentrer sur le nombre de cas et la prévention de l'apparition d'un nouveau variant encore plus dangereux. On a déjà oublié que le premier confinement était censé durer 2 semaines pour "aplatir la courbe". Dans quelques années, on oubliera qu'il fut un temps où l'enjeu mis en avant pour justifier les restrictions était l'évitement de la saturation de la réanimation.
  12. Au-delà de l'aspect ségrégationniste immédiat, qui est déjà totalement cauchemardesque, il y en effet 2 risques de moyen/long terme, qui sont pour l'heure du domaine du complotisme le plus abject, mais dont la probabilité de réalisation augmente sensiblement avec la généralisation de ce pass : - un tracage complet de la population permettant d'annhiler toutes velléités de résistance politique au futur pouvoir politique - l'extensibilité du contenu pass* *On peut imaginer au choix : un scoring social à la chinoise, l'imposition d'actes médicaux néfastes par un gouvernement voulant éliminer une partie de la population (au hasard, dans un but de préservation de l'environnement), la mise en place d'un quotat de CO2 par personne pour lutter contre le réchauffement climatique... cela ouvre un champ des possibles glaçant pour l'ingénierie sociale (et même biologique) de la technocratie Le problème fondamental est que la majorité de la population considère l'Etat comme un ami, plutôt que comme un ennemi.
  13. Certains pays semblent avoir quelques relents d'Etat de droit : https://www.bbc.co.uk/news/world-europe-57838615.amp
  14. L'amende de 135€ a suffi à faire respecter dans les grandes lignes les ports du masques, confinements et couvre-feux. Avec 10 000€ d'amende il va suffire de faire quelques exemples pour terroriser la plupart des gens.
  15. La vaccination avec Pfizer ou AstraZeneca permet de réduire au maximum de 50% le risque de transmission, en supposant la souche initiale (donc probablement un % d'utilité inférieur avec les nouveaux variants). https://www.cnbc.com/2021/04/28/coronavirus-single-dose-of-vaccine-can-almost-halve-transmission.html La vaccination de masse ne permettra pas la disparition du virus.
  16. Et la baisse des chiffres de cas positifs serviront de "preuves" de l'efficacité des vaccins. Mais comme les vaccins ne sont pas en réalité très efficaces pour faire baisser les contaminations, il faudra toujours vacciner davantage de personnes, les récalcitrants seront toujours davantage érigés en bouc-émissaire de tous les maux du pays (Macron a lié dans son discours reprise économique et vaccination) et leur traque s'intensifiera. Le bout de cette logique ce sont des camps.
  17. On assiste à des changements de paradigme de tous les côtés même sur des sujets totémiques auparavant, mais cela me semble tout sauf réjouissant...
  18. Je pense qu'il peut être dangereux de considérer qu'un Etat s'avère toujours incompétent dans ce qu'il entreprend. L'URSS et le IIIe Reich ont somme toute étaient assez efficaces pour organiser leur propagande, et plus généralement pour réaliser la répression des individus qu'ils ciblés.
  19. C'est une des questions que je me pose également. Pour moi l'emballement totalitaire est visible depuis le mois d'octobre 2020 avec l'allocution de Macron annonçant un nouveau couvre-feu de 2 semaines (qui a finalement duré 7 mois), là fois où il a notamment dit nous étions habitués à être libres. Déjà, les 2 mois de confinement d'avril-mai 2020 étaient extrêmement inquiétants, mais il pouvait encore y avoir le bénéfice du doute sur la possibilité que cela constituait un épisode certes déplorable, mais circonscrit dans le temps. Cependant depuis octobre 2020, le doute n'était plus possible pour un observateur attentif concernant l'entrée dans une logique totalitaire et concernant l’abolition de tous les garde-fous traditionnels au pouvoir politique (droit, tribunaux administratifs, médias, opinion publique, opposition politique), laissant les mains totalement à l'exécutif (et à une nébuleuse d'intérêts politiques et privés alliée à lui). La question du pourquoi de l'abolition de ces garde-fous est effectivement très intéressante, il semble que cela ne soit explicable que par des changements sociétaux profonds et larvés (dont la technologie...) qui avait seulement besoin d'un catalyste pour se cristalliser, éclater au grand jour et structurer le champ politique futur. Pour moi la réponse à cette question est du même ordre que : pourquoi la société a basculé dans un système redistributif à partir du début du XXe siècle ? Difficile de démêler les causes, on peut seulement constater que cela a été une tendance lourde qui a défini la politique au XXe et la relation des individus aux Etats. En début d'année j'avais annoncé ici le basculement dans un Etat-Providence-Sanitaire, et l'on s'était moqué de moi sous prétexte que l'on ne peut rien prédire. Je pense que mes railleurs n'avaient pas pris conscience que les mesures liberticides déjà constatées avaient pour cause des changements sociétaux profonds et de long terme, qui avait corrodé les piliers fondamentaux qui sous-tendaient le champ politique jusqu'à présent.
  20. Le fait de discerner des tendances et de planifier sont fortement liés. J'ai cité un passage d'Hayek où il indique clairement que tous les être humains planifient et que c'est une bonne chose. Et ce n'est pas une nuance ésotérique, c'est à l'intérieur son article économique le plus fameux et le plus cité, qui fait seulement 14 pages. Je pense qu'effectivement comme le suggère ttoinou, le terme "planification" trigger beaucoup de personnes. On pourrait pourtant s'attendre à ce que davantage de personnes ait compris la position d'Hayek sur ce sujet important, d'autant qu'elle ne s'éloigne pas de beaucoup du sens commun. Du coup je pense que l'implication de mal comprendre quelque chose d'aussi basique que cela est que cela donne une position telle que "il est impossible de connaitre quoi que ce soit à l'avenir de la société" qui m'apparait fort étrange, et vis-à-vis de laquelle je ne peux me contenter que de prendre acte du fossé intellectuel qui sépare ma conception du monde et celle-ci.
  21. Ce n'est pas un argument, c'est une expression de désaccord. Je ne cherche pas à te convaincre ou à te persuader de quoi ce soit. La vraie vie n'est pas uniquement faite d'arguties philosophiques et d'avenir inconnaissable.
  22. En fait les gens lisent pas les conversations auxquels ils réagissent, c'est ça le principe ? Depuis le début de cette conversation j'ai fait le distingo entre planification individuelle et planification centrale.
×
×
  • Create New...