Jump to content

A.B.

Habitué
  • Content Count

    9919
  • Joined

  • Last visited

About A.B.

  • Rank
    Scribe
  • Birthday 01/11/1982

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap
  • Ma référence
    Rothbard, D. Friedman

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    New York
  • Interests
    Mathematiques discretes et combinatoire, finance mathematique, algorithmique, theorie des graphes
    Linux, KDE, FOSS, technologie.
    Transhumanisme, cybernetique, metaphysique, theorie d'Everett
    Cinema, litterature (science-fiction en particulier)
    Musique, piano, classique, New Orleans Jazz, Opera Italien
    Cuisine, patisserie
    Sport (ou pas...)

Recent Profile Visitors

1953 profile views
  1. Oui, un poker p2p est possible avec la technique du poker mental qui permet de mélanger les cartes de manière sûre. Bien entendu, il reste toujours possible que plusieurs joueurs assis à une même table collaborent et trichent en se révèlant leurs mains... Mais ça on ne peut rien y faire.
  2. Les lignes de crédit sont a priori suffisamment petites pour que les différences de risque de crédit soit négligeables. Dans la pratique, un échange entre deux utilisateurs passe probablement par deux noeuds intermédiaires qui sont des processeurs de paiement et ont leur propre arrangement. Les dettes sont réglées régulièrement entre utilisateur et gateway, etc. Ceci dit, je ne parlais pas du tout de cet aspect de ripple mais de la methode de consensus qui est complètement orthogonale au système de créances
  3. On se calme? Reutilisation d'anciennes clefs permettant des reorgs, attaques d'entropie sur l'allocation de droits de signature, problèmes de bootstrap quand ces attaques sont mitigées. Oui Non, ripple c'est un protocole et un logiciel open source. Tu confonds avec Ripple Labs. Le point que je fais concerne l'algorithme utilise par ripple pour atteindre un consensus. Ton ad hominem sur RippleLabs n'a pas le moindre intérêt. Si tu as une opinion informée sur l'algorithme, présente là sinon tais-toi. Ce qui est illusoire c'est l'idée d'utiliser une block chain pour éviter d'avoir recours à un réseau de confiance. D'une part, un réseau de confiance est toujours nécessaire, ne serait-ce que pour savoir où télécharger bitcoin. D'autre part, les garanties données par bitcoin sont uniquement théorique et rendues très faibles par la concentration du mining. Pour n'avoir à faire confiance à personne en particulier, bitcoin fait confiance à ghash.io en pratique. Les PoS font un peu mieux, mais il restent des attaques serieuses qui sont fondamentalement mitigées par un modèle de confiance.
  4. Tiens je connaissais pas cryptonote. C'est pas mal, et c'est juste un soft-fork de bitcoin au pire. Après il reste toujours un risque que les membres du ring fassent des transactions deanonymizantes (par élimination).
  5. Le gros problème du PoS bien sur c'est qu'il y a des attaques systémiques qu'on ne peut que mitiger au mieux. Le gros problème du PoW c'est que c'est un gâchis inutile qui en pratique n'augmente pas la sécurité du système (bitcoin est potentiellement contrôlé par une collusion de deux personnes). Des systèmes de consensus (du type utilisé par ripple) reposant sur des pairs connus sont beaucoup plus efficaces et plus sûrs. Ils substituent à une décentralisation prétendue mathématique mais complètement illusoire une décentralisation réelle et contrôlée.
  6. d'après Adam Back, on peut en principe intégrer du PoS sur une sidechain, mais pas dans un premier temps.
  7. ... le PoS ne rapporte pas 3% par ans. Il a 3% d'inflation purement nominale. Cela veut tout simplement dire que les taux sont 3% plus haut. Économiquement ça ne change rien du tout.
  8. Techniquement NXT et Ethereum sont excellents. En tant qu'investissements, je pense que bitcoin va continuer à dominer le marché et que ce genre d'innovation va être intégré dans des side-chains.
  9. Il y a pas mal de mitigations possible, une ceremonie bien auditee par exemple. On peut aussi faire N setups independants. Chaque operation demande alors N preuves, mais cela diminue considerablement le risque. Il suffit qu'une des initialisations n'est pas ete compromise.
  10. Darkcoin c'est du flan. C'est mal implemente et cela suppose que les mineurs sont honnetes et ne gardent pas de log. Zerocash arrive bientot, et ca c'est du serieux.
  11. Ou pas. Il y a plus de gardes de securities aux US que de policiers, pourtant ces organisations n'ont pas encore renverse l'etat. C'est une question speculative. Il n'est pas garanti que les institutions anarcaps fonctionnent, mais il se peut aussi qu'elles fonctionnent bien mieux que les institutions etatiques - c'est apres tout le cas de toutes les institutions privees. Decouvrir des institutions efficaces est un processus complique. L'argument conservateur consiste a dire que les institutions existantes ont fait leur preuves et doivent donc etre protegees. L'argument progressiste consiste a dire que ces institutions sont inadequates, ne reflettent pas les changements de la societe et doivent donc etre remplacees. La voie anarchiste consiste a decentraliser, a experimenter diverses institutions et a en retenir les meilleures.
  12. L'agriculture est un secteur d'avenir si l'on en croit Jim Rogers. La demande est toujours croissante et le secteur semble négligé. La robotisation de la manufacture va libérer beaucoup de main d'oeuvre pour l'agriculture. Si l'on en croit Eric Schmidt, le métier d'avenir c'est statisticien. On appelle ça machine-learning ou encore mieux data-science pour faire branché. Beaucoup de postes ne dependant pas énormément de reflexions vont être remplacé par du sofware. Sinon il restera des positions de service ou les gens veulent avoir à faire un être humain, restaurateurs, infirmières, etc.
  13. A.B.

    Bourse Thiel

    Tout d'abord re-coucou. Je reviens brievement pour transmettre une question de mon ami Michael G. qui travaille pour la Thiel Foundation. Vous avez peut-etre entendu parlé du programme 20 under 20. La Thiel Foundation a distribué l'année dernière des bourses de $100,000 a des étudiants américains de moins de 20 ans ayant des talents d'exceptions. Une seule condition, arrêter ses études et investir cet argent dans un projet d'entreprise. Le but annoncé est de promouvoir l'entrepreunariat tout en perçant la bulle éducative. En effet, on assiste aux états-Unis à une inflation des diplômes accompagnée d'une explosion de la dette étudiante. Les lauréats sont conseillés de près par des mentors venant des sciences, du capital-risque, etc. Le programme se renouvelle en 2012, et cette fois-ci la fondation aimerait recruter des étudiants du monde entier. La question: comment faire connaitre ce programme auprès de Français extrêmement talentueux ayant des ambitions entrepreunariales? La situation est assez différent des états-Unis… la main mise de l'éducation nationale ainsi que l'hostilité ambiante au libéralisme ne va sans doute pas faciliter la communication avec les universités. Y a-t-il des clubs ou des organisations de jeunes entrepreneurs qui puissent relayer ce programme? Peut-etre des sites webs? En somme, ou sont les jeunes entrepreneurs en France?
×
×
  • Create New...