Jump to content

Recommended Posts

Les insultes sont les armes des faibles d'esprit… ( et je ne suis pas le seul à le penser sur ce forum, j'en suis sûr ). Je sais, je suis méchant, mais bon, c'est la deuxième fois que je t'y reprends !

Link to comment
La question est de savoir si le RC aura des conséquences PLUS graves qu'une catastrophe naturelle de grande envergure tel qu'un tsunami (cf Indonésie), un tremblement de terre (cf Pakistan), des épidémies de malaria (3 Millions de morts par AN, mais bon, comme ils sont africains, ça n'intéresse apparemment pas grand monde) ou qu'une catastrophe causée par l'homme telle que la famine, la guerre, l'hiver nucléaire, un OGM qui mute et qui se met à manger des petits enfants, la pauvreté qui rend vulnérable aux caprices du temps ou la dette nationale qui accule un pays à la faillite.

A là lumière de cela, effectivement, le RC et ses conséquences me semblent extremement préoccupants :icon_up:

Soit le RC est un problème qu'il faut traiter soit ce n'est pas un problème. Mais qu'il y est des problèmes plus important n’implique pas qu’il ne faut rien faire. Non sequitur comme on dit trop souvent ici. C’est comme ne pas poursuivre les voleurs sous prétexte qu’il y a des tueurs.
Link to comment
Soit le RC est un problème qu'il faut traiter soit ce n'est pas un problème. Mais qu'il y est des problèmes plus important n’implique pas qu’il ne faut rien faire. Non sequitur comme on dit trop souvent ici. C’est comme ne pas poursuivre les voleurs sous prétexte qu’il y a des tueurs.

D'un côté, tes enfants se tapent dans le salon et sur la figure avec des ustensiles de cuisine. De l'autre, le radiateur de la salle de bain est en marche alors que nous sommes en été. Effectivement, il faut faire quelque chose. Mobilisons nos ressources pour couper le radiateur.

Link to comment
D'un côté, tes enfants se tapent dans le salon et sur la figure avec des ustensiles de cuisine. De l'autre, le radiateur de la salle de bain est en marche alors que nous sommes en été. Effectivement, il faut faire quelque chose. Mobilisons nos ressources pour couper le radiateur.
:icon_up:

Mais là tu pars du principe qu'une action est exclusive de l'autre (soit on ferme le radiateur soit on sauve les enfants). En quoi essayer de résoudre le problème éventuel du réchauffement climatique empêcherait d’essayer de résoudre le problème de la famine ou de la malaria (pour reprendre les exemples de Minitax) ? Quel est le rapport ?

Et dans cette logique : avec toutes les guerres qu’il y a dans le monde pourquoi les libéraux perdent leur temps à lutter contres le code du travail qui est une violation bien moins grave du droit naturel ?

Link to comment
:icon_up:

Mais là tu pars du principe qu'une action est exclusive de l'autre (soit on ferme le radiateur soit on sauve les enfants). En quoi essayer de résoudre le problème éventuel du réchauffement climatique empêcherait d’essayer de résoudre le problème de la famine ou de la malaria (pour reprendre les exemples de Minitax) ? Quel est le rapport ?

Il m'apparaît évident que toutes les ressources (et tous les temps de palabres) qui seront usés pour lutter contre le réchauffement climatique seront autant de ressources dont la lutte contre la pauvreté, la guerre, la famile ou la malaria ne disposeront pas. Les actions économiques sont par natures exclusives, à moins, bien sûr, de disposer de fonds infini.

T'as pas cent balles un million ?

Et dans cette logique : avec toutes les guerres qu’il y a dans le monde pourquoi les libéraux perdent leur temps à lutter contres le code du travail qui est une violation bien moins grave du droit naturel ?

PaAardon ?

Les libéraux ne luttent pas d'abord contre le code du travail, mais contre l'action de l'état, son extension et la collectivisation des esprits. Ca recouvre les guerres, les idioties dans le code du travail, et consors…

Link to comment
Il m'apparaît évident que toutes les ressources (et tous les temps de palabres) qui seront usés pour lutter contre le réchauffement climatique seront autant de ressources dont la lutte contre la pauvreté, la guerre, la famile ou la malaria ne disposeront pas. Les actions économiques sont par natures exclusives, à moins, bien sûr, de disposer de fonds infini.

T'as pas cent balles un million ?

Que les ressources (y compris les divers temps de discutions) ne soient pas infinies est une chose. Mais ce qu'il faudrait montrer c'est dans quel mesures les ressources utilisables pour lutter contre le réchauffement climatique le serait contre la famine.

Et dans le coût de la lutte contre le réchauffement climatique il faut déduire le coût de la destruction de richesse que cette lutte permettrait d'éviter. En théorie si le réchauffement climatique est très destructeur de richesse et que la lutte contre lui est efficace on peut imaginer une création de richesse nette.

Il est extrêmement difficile de savoir combien coûtera une lutte contre le RC, et encore plus combien coûteront les conséquences du RC si on ne fait rien. Je doute même qu’une telle comparaison ait un sens. Mais en aucun cas le raisonnement du genre : puisqu’il y a des problèmes plus graves il ne faut rien faire n’à la moindre valeur a priori.

Admettons que le réchauffement climatique soit le fait de l’homme, qu’il va conduire à des catastrophes naturelles (entraînant inévitablement des violations de propriété) et qu’il soit possible de lutter contre*. On ne fait rien sous prétexte qu’il y a des problèmes plus graves ? Cela ne te semble pas un très mauvais argument ? Moi je dis que si, et rien d'autre.

*Bien sur je ne dis pas que ces trois présupposés soient valables et je laisse de coté la question des moyens utilisés pour la lutte.

PaAardon ?

Les libéraux ne luttent pas d'abord contre le code du travail, mais contre l'action de l'état, son extension et la collectivisation des esprits. Ca recouvre les guerres, les idioties dans le code du travail, et consors…

On entend plus souvent les libéraux dénoncer le code du travail ou les taux d’imposition que les guerres. Je parle bien des libéraux de ce forum y compris de moi-même. (La raison en est simple : on se sent plus concerné.) En utilisant l’argument des ressources on pourrait dire qu’on gâche nos ressources (notre faible temps de parole médiatique et notre affichage internet) à lutter contre des violations du droit naturel les moins graves (relativement).
Link to comment
On entend plus souvent les libéraux dénoncer le code du travail ou les taux d’imposition que les guerres. Je parle bien des libéraux de ce forum y compris de moi-même. (La raison en est simple : on se sent plus concerné.) En utilisant l’argument des ressources on pourrait dire qu’on gâche nos ressources (notre faible temps de parole médiatique et notre affichage internet) à lutter contre des violations du droit naturel les moins graves (relativement).

Pourtant cela participe au même schéma, sans état fort dans les pays développés la liberté de se prendre en main gagnera forcément les pays pauvres.

Réduire la puissance de l'état ici est une aide indirecte.

Link to comment
Pourtant cela participe au même schéma, sans état fort dans les pays développés la liberté de se prendre en main gagnera forcément les pays pauvres.

Réduire la puissance de l'état ici est une aide indirecte.

Je suis assez d'accord sur cet argument. De plus le fait que nos états tout puissant en se mèlent plus des "affaires" des autres ne peux que leur rendre service à mon avis.

Pour ce qui est de réduire notre CO2, tant qu'on le fait avec des bénéfices (par exemple réduire la consommation des voitures ou isoler mieux les maisons), il n'y a pas de soucis, non ?

Link to comment
Il est extrêmement difficile de savoir combien coûtera une lutte contre le RC, et encore plus combien coûteront les conséquences du RC si on ne fait rien. Je doute même qu’une telle comparaison ait un sens. Mais en aucun cas le raisonnement du genre puisqu’il y a des problèmes plus graves il ne faut rien faire n’à la moindre valeur a priori.
Le réchauffement climatique actuel, personne ne le nie. En supposant qu'il se poursuit et qu'on doive faire quelque chose, on doit, en tant qu'homme libre et responsable agir en faisant un arbitrage des ressources:

D'abord, on cherche à savoir quelles seraient les conséquences.

- Si on me dit qu'un réchauffement n'entraine que des catastrophes, j'ai tendance à croire qu'on me ment car les faits me disent souvent le contraire : un réchauffement, c'est plus de productivité végétale, moins de chauffage dans les pays froids, aucune variation de température dans les tropiques, moins de variabilité climatique (et non plus et j'ai déjà eu l'occasion d'expliquer pourquoi) …

- Si on me donne des chiffres avec des marges d'incertitude énormes, j'en tendance à croire que ça ne vaut rien. Si on me donne des prévisions en disant que c'est prévu par des modèles, je peux dire à coup sûr dire que ça ne VAUT RIEN : croire qu'un modèle climatique peut un jour prévoir le climat d'ici 50 ans ou qu'un modèle biologique peut prévoir une extinction d'espèce dans le futur, c'est ne RIEN connaître aux modèles. C'est un pur fantasme de non scientifique qui n'a jamais couché des équations de mécanique des fluides sur papier.

Ensuite je déterminerai quel serait l'action la plus appropriée:

- Est ce que je dois essayer de stabiliser (notion pour le moins incongrue) le climat

- Ou est ce que je dois essayer de réduire la vulnérabilité de l'homme, par un enrichissement des pays pauvres, par une meilleure prévision des élements extrêmes tels que tempête, cyclones ou innondations, par une meilleure planification aux abords des côtes ou des fleuves, endroits les plus exposés et qui pourtant attirent de plus en plus de terriens, avides de soleils et de plan d'eau.

Selon moi, le schéma de stabilisation préconisée par Kyoto consistant à limiter les émissions est la démarche la plus bureaucratique, la plus dispensieuse et la plus inefficace qu'on puisse imaginer pour traiter le changement climatique. Quoique tu puisses prétendre, la limitation de CO2 a un coût et a été chiffré par le GIEC lui même, sans compter les nombreuses études économiques qui donnent une fourchette de prix. Et ce coût est astronomique par rapport aux bénéfices escomptés.

C'est comme si tu as une maison et que tu décides de t'assurer contre toutes les catastrophes possibles et imaginables : incendies, attaques terroristes, chute de météorites, sécheresses qui fendillent les murs, tremblement de terre, éruption de volcan… Résultat, ta maison est en ruine parce qu'il ne te reste plus rien pour la rénover et l'embellir. Tu as fais la meilleure prévention possible et imaginable. La belle affaire. Il faut être un bureaucrate totalement irresponsable pour avoir ce genre de démarche. Pourtant, c'est ce qui a été fait avec Kyoto.

De toute façon, cette stupidité est en train d'être mis au grand jour, vu comment ce protocole tant vanté par les Européens tourne en eau de boudin : voir l'aticle Germany to spark 'climate crisis'

ou ici Germany Gives Coal Opt Out Under CO2 Emission Plan

ou ici France to Cut But Keep Generous CO2 Cap in 2008-12

La crise "climatique" européenne, on aurait pu s'en douter dès le début du protocole de Kyoto. Seulement, certains "visionnaires" mettent 3 plombes à comprendre que leur fantasme doit bien un jour être confronté à la réalité des faits et des chiffres.

Link to comment
C'est comme si tu as une maison et que tu décides de t'assurer contre toutes les catastrophes possibles et imaginables : incendies, attaques terroristes, chute de météorites, sécheresses qui fendillent les murs, tremblement de terre, éruption de volcan… Résultat, ta maison est en ruine parce qu'il ne te reste plus rien pour la rénover et l'embellir. Tu as fais la meilleure prévention possible et imaginable. La belle affaire. Il faut être un bureaucrate totalement irresponsable pour avoir ce genre de démarche. Pourtant, c'est ce qui a été fait avec Kyoto.

:icon_up:

Link to comment
Selon moi, le schéma de stabilisation préconisée par Kyoto consistant à limiter les émissions est la démarche la plus bureaucratique, la plus dispensieuse et la plus inefficace qu'on puisse imaginer pour traiter le changement climatique. Quoique tu puisses prétendre, la limitation de CO2 a un coût et a été chiffré par le GIEC lui même, sans compter les nombreuses études économiques qui donnent une fourchette de prix. Et ce coût est astronomique par rapport aux bénéfices escomptés.

C'est comme si tu as une maison et que tu décides de t'assurer contre toutes les catastrophes possibles et imaginables : incendies, attaques terroristes, chute de météorites, sécheresses qui fendillent les murs, tremblement de terre, éruption de volcan… Résultat, ta maison est en ruine parce qu'il ne te reste plus rien pour la rénover et l'embellir. Tu as fais la meilleure prévention possible et imaginable. La belle affaire. Il faut être un bureaucrate totalement irresponsable pour avoir ce genre de démarche. Pourtant, c'est ce qui a été fait avec Kyoto.

Kyoto ce n'est même pas ça : c'est avoir construit au bord d'un fleuve en zone inondable, annoncer qu'on va prendre une assurance contre les inondations, en sachant très bien que le contrat ne couvre que les débordements de gouttières et en sachant que de toute façon on ne paiera jamais la prime.

Donc tout à fait d'accord avec toi pour dire que ça ne sert à rien (et donc que ça coûte cher pour rien effectivement).

Pour revenir à ta métaphore, si tu as rénové et embelli ta maison et que tu n'as rien prévu pour te prémunir de la prochaine inondation, tu n'es pas plus avancé qu'avec une super-assurance inutile ; au contraire !

Je sais, tu vas me dire qu'il n'y aura pas d'inondation ou bien qu'on s'adaptera en apprenant à nager d'ici là. Permets-moi d'attirer ton attention sur l'eau qui monte déjà. Elle est déjà montée plus haut, mais la maison n'était pas encore là.

Link to comment
Guest Arn0
Le réchauffement climatique actuel, personne ne le nie. En supposant qu'il se poursuit et qu'on doive faire quelque chose, on doit, en tant qu'homme libre et responsable agir en faisant un arbitrage des ressources:

D'abord, on cherche à savoir quelles seraient les conséquences.

- Si on me dit qu'un réchauffement n'entraine que des catastrophes, j'ai tendance à croire qu'on me ment car les faits me disent souvent le contraire : un réchauffement, c'est plus de productivité végétale, moins de chauffage dans les pays froids, aucune variation de température dans les tropiques, moins de variabilité climatique (et non plus et j'ai déjà eu l'occasion d'expliquer pourquoi) …

- Si on me donne des chiffres avec des marges d'incertitude énormes, j'en tendance à croire que ça ne vaut rien. Si on me donne des prévisions en disant que c'est prévu par des modèles, je peux dire à coup sûr dire que ça ne VAUT RIEN : croire qu'un modèle climatique peut un jour prévoir le climat d'ici 50 ans ou qu'un modèle biologique peut prévoir une extinction d'espèce dans le futur, c'est ne RIEN connaître aux modèles. C'est un pur fantasme de non scientifique qui n'a jamais couché des équations de mécanique des fluides sur papier.

Ensuite je déterminerai quel serait l'action la plus appropriée:

- Est ce que je dois essayer de stabiliser (notion pour le moins incongrue) le climat

- Ou est ce que je dois essayer de réduire la vulnérabilité de l'homme, par un enrichissement des pays pauvres, par une meilleure prévision des élements extrêmes tels que tempête, cyclones ou innondations, par une meilleure planification aux abords des côtes ou des fleuves, endroits les plus exposés et qui pourtant attirent de plus en plus de terriens, avides de soleils et de plan d'eau.

Selon moi, le schéma de stabilisation préconisée par Kyoto consistant à limiter les émissions est la démarche la plus bureaucratique, la plus dispensieuse et la plus inefficace qu'on puisse imaginer pour traiter le changement climatique. Quoique tu puisses prétendre, la limitation de CO2 a un coût et a été chiffré par le GIEC lui même, sans compter les nombreuses études économiques qui donnent une fourchette de prix. Et ce coût est astronomique par rapport aux bénéfices escomptés.

C'est comme si tu as une maison et que tu décides de t'assurer contre toutes les catastrophes possibles et imaginables : incendies, attaques terroristes, chute de météorites, sécheresses qui fendillent les murs, tremblement de terre, éruption de volcan… Résultat, ta maison est en ruine parce qu'il ne te reste plus rien pour la rénover et l'embellir. Tu as fais la meilleure prévention possible et imaginable. La belle affaire. Il faut être un bureaucrate totalement irresponsable pour avoir ce genre de démarche. Pourtant, c'est ce qui a été fait avec Kyoto.

De toute façon, cette stupidité est en train d'être mis au grand jour, vu comment ce protocole tant vanté par les Européens tourne en eau de boudin : voir l'aticle Germany to spark 'climate crisis'

ou ici Germany Gives Coal Opt Out Under CO2 Emission Plan

ou ici France to Cut But Keep Generous CO2 Cap in 2008-12

La crise "climatique" européenne, on aurait pu s'en douter dès le début du protocole de Kyoto. Seulement, certains "visionnaires" mettent 3 plombes à comprendre que leur fantasme doit bien un jour être confronté à la réalité des faits et des chiffres.

Tes posts montrent bien que tu a suffisamment d’argument pertinent contre le protocole de Kyoto pour ne pas utiliser des trucs du genre : le réchauffement on s'en fout les dinosaures y ont bien survécu, ou de toutes façons c'est moins grave que la malaria. Si encore c’était juste des boutades, mais tu les répètes souvent et puis tu insistes !
Link to comment
Admettons que le réchauffement climatique soit le fait de l’homme, qu’il va conduire à des catastrophes naturelles (entraînant inévitablement des violations de propriété) et qu’il soit possible de lutter contre*. On ne fait rien sous prétexte qu’il y a des problèmes plus graves ? Cela ne te semble pas un très mauvais argument ? Moi je dis que si, et rien d'autre.
C'est typiquement le genre d'argument utilisé par les fascistes verts (je ne dis pas que tu le penses hein) et qui doit être combattu (je ne te vise pas hein).

Dans les années 70, c'était l'argument de la surpopulation et la déplétion des ressources. On prédisait que ça allait conduire à la famine et à la guerre. Or nulle trace de surpopulation de de déplétion de ressource et pourtant guerre et famine il y a eu, mais pour des raisons complètement idéologiques.

Je ne doute pas qu'il y a des gens qui sont sincèrement inquiets pour l'environnement et qui désirent agir pour le bien de la planète. Mais ils font le jeu de ceux qui utilisent la peur pour faire passer leur cause, à savoir le fascisme vert, souvent teinté de racisme le plus primaire.

James Lovelock par exemple, l'auteur du torchon sur Gaia a déclaré que "le problème de l'Afrique, c'est qu'ils sont trop nombreux". Jared Diamond, auteur bien connu et directeur de la WWF américain est un extrémiste écologiste patenté qui prétend que l'agriculte apporte la dégénérescence de l'espèce humaine.

Maurice Strong, conseiller de Kohfi Ahnan, a inauguré le Earth Summit Rio de Janeiro en 1992 en ces termes :

"Isn't the only hope for the planet that the industrialized civilizations collapse? Isn't it our responsibility to bring that about?" (Est ce que l'effondrement de la civilisation industrielle serait le seul espoir pour la planète ? Est ce que ce ne serait pas notre responsabilité de le provoquer ?)

Cette exploitation de la crédulité et de la peur, c'est ce que font les fascistes verts en utilisant le prétexte fallacieux du réchauffement climatique, faute d'avoir réussi leurs précédents combats sur la surpopulation ou la déplétion des ressources. Et encore une fois, et ça me fait mal de le dire, ce sont les américains qui vont de nouveau sauver l'Europe.

Je reprends ici une citation qui résume bien ça:

Beaucoup de personne ont de l'amour pour leur prochain et les gauchistes en profitent pour faire passer leur ineptie au sujet de l'égalité. Beaucoup de personne veulent un environnement propre et vert et les Verts en profitent en inventant toute sorte de menaces improbables sur l'environnement. Mais à chaque fois, le motif réel, c'est de se promouvoir eux-même comme des gens meilleurs et plus sages que les autres, sauf pour la vérité.

Je sais, tu vas me dire qu'il n'y aura pas d'inondation ou bien qu'on s'adaptera en apprenant à nager d'ici là. Permets-moi d'attirer ton attention sur l'eau qui monte déjà. Elle est déjà montée plus haut, mais la maison n'était pas encore là.
Toujours pareil, des menaces les plus vagues possibles pour les rendre d'autant plus menançantes.

Réponds à une seule question précise, l'eau est montée de combien en 1 siècle, dis moi ?

Link to comment
Tes posts montrent bien que tu a suffisamment d’argument pertinent contre le protocole de Kyoto pour ne pas utiliser des trucs du genre : le réchauffement on s'en fout les dinosaures y ont bien survécu, ou de toutes façons c'est moins grave que la malaria. Si encore c’était juste des boutades, mais tu les répètes souvent et puis tu insistes !
Je rentrerais dans les chiffres, les graphiques et les références sur des articles de recherche qu'on me reprocherait de manquer de pédagogie et de vouloir noyer le poisson, alors ! Les goûts et les couleurs…

Par ailleurs, en ce qui concerne la malaria, je te signale que s'il fait autant de ravage NOW dans les pays pauvres, c'est à cause des fascistes verts (sjuet du fil) qui ont oeuvré pour interdire le DDT dont la toxicité sur l'homme n'a jamais été prouvé. Donc si je l'évoque, ce n'est pas une boutade anodine.

Link to comment
Je rentrerais dans les chiffres, les graphiques et les références sur des articles de recherche qu'on me reprocherait de manquer de pédagogie et de vouloir noyer le poisson, alors ! Les goûts et les couleurs…

Par ailleurs, en ce qui concerne la malaria, je te signale que s'il fait autant de ravage NOW dans les pays pauvres, c'est à cause des fascistes verts (sjuet du fil) qui ont oeuvré pour interdire le DDT dont la toxicité sur l'homme n'a jamais été prouvé. Donc si je l'évoque, ce n'est pas une boutade anodine.

Graphique ? où ça ? Je ne l'ai toujours pas vu ta courbe d'absorption (la vrai). Et oui, tu noies le poisson parfois

Link to comment
Graphique ? où ça ? Je ne l'ai toujours pas vu ta courbe d'absorption (la vrai). Et oui, tu noies le poisson parfois
Et tu as regardé comment fonctionne la spectrocopie comme je te l'ai suggéré ? :icon_up:

Non, évidememnt. Sinon, tu ne m'aurais pas demandé une telle question.

Link to comment
Et tu as regardé comment fonctionne la spectrocopie comme je te l'ai suggéré ? :icon_up:

Non, évidememnt. Sinon, tu ne m'aurais pas demandé une telle question.

Ce n'est pas à moi de chercher tes preuves à ta place… Sinon la spectroscopie je pense me souvenir comment ça marche, merci, je lirais facilement la vrai courbe une fois que je l'aurais sous les yeux.

Link to comment

Cette exploitation de la crédulité et de la peur, c'est ce que font les fascistes verts en utilisant le prétexte fallacieux du réchauffement climatique, faute d'avoir réussi leurs précédents combats sur la surpopulation ou la déplétion des ressources. Et encore une fois, et ça me fait mal de le dire, ce sont les américains qui vont de nouveau sauver l'Europe.

Eh ben, t'y vas pas d'main morte…hein! Que les Américains vont nous refaire un plan Marshall, peut-être?

Mais tu dois bien savoir que les Américains, tout en ne ratifiant pas Kyoto, ont développé des agences scientifiques similaires à celles de l'ONU supportant Kyoto…et que le refus de Kyoto n'est que de la politique interne US, mais que des états et des villes US s'alignent sur les recommendations du protocol de Kyoto…et pas des moindres…Los Angeles, San Francisco, Boston, New York, Chicago, etc.

Un récent rapport du US Climate Change Program (commissionné par Bush), mentionne des résultats similaires quant aux simulations et observations du GIEC…ça tu l'admets, très bien, mais aussi, et c'est récent, que les observations « show a clear évidence of human influences on the climate system » et que les changements observés ne peuvent pas s'expliquer par les processus naturels 'seuls'…etc.

Studies to detect climate change and attribute its causes using patterns of observed temperature change in space and time show clear evidence of human influences on the climate system (due to changes in greenhouse gases, aerosols, and stratospheric ozone).

The observed patterns of change over the past 50 years cannot be explained by natural processes alone , nor by the effects of short-lived atmospheric constituents (such as aerosols and tropospheric ozone) alone.

Source: http://climatescience.gov/Library/sap/sap1…ort/default.htm

Ah ces agences gouvernementales américaines….surement des « fascistes verts » à la solde des gauchistes décervelés…argh! :icon_up:

Link to comment
Guest Arn0
Je rentrerais dans les chiffres, les graphiques et les références sur des articles de recherche qu'on me reprocherait de manquer de pédagogie et de vouloir noyer le poisson, alors ! Les goûts et les couleurs…
T'aurais pu donner plein de graphiques montrant que les dinosaures n'ont pas été éradiqué par les multiples réchauffement climatiques qu’il ont du subir mais cela n'aurait pas changer grand chose au problème puisque ce n’était pas le point que je remettais en cause :icon_up:

Quant au protocole de Kyoto d’après ceux là même qui l’ont mis en place, et qui admettent l’origine anthropique du réchauffement, cela ne va rien changer au problème. C’est un symbole. Il n’y a même pas besoin de rentrer dans les détails scientifique pour comprendre que dépenser des fortunes pour une mesure symbolique est une mauvaise chose.

Link to comment
Admettons que le réchauffement climatique soit le fait de l’homme, qu’il va conduire à des catastrophes naturelles (entraînant inévitablement des violations de propriété) et qu’il soit possible de lutter contre*. On ne fait rien sous prétexte qu’il y a des problèmes plus graves ? Cela ne te semble pas un très mauvais argument ? Moi je dis que si, et rien d'autre.

Admettons que le prochain impact météoritique va tout détruire. Comme les dégats seront importants, je pense absolument indispensable de diriger 40.000.000.000 de $ pour la construction d'un missile spatial nucléaire technoïde à spandrels bitumeux et bérouette intégrée pour pulvériser l'étron cosmique qui nous tombe dessus.

Encore une fois, tu mets en juxtaposition une hypothèse (le réchauffement climatique POURRAIT conduire à des catastrophes) avec un risque CERTAIN (les guerres tuent des milliers de gens, l'absence d'eau potable tue des milliers de gens, la maria tue des milliers de gens actuellement, maintenant, là, ici, tout de suite).

Link to comment
Guest Arn0
Admettons que le prochain impact météoritique va tout détruire. Comme les dégats seront importants, je pense absolument indispensable de diriger 40.000.000.000 de $ pour la construction d'un missile spatial nucléaire technoïde à spandrels bitumeux et bérouette intégrée pour pulvériser l'étron cosmique qui nous tombe dessus.

Encore une fois, tu mets en juxtaposition une hypothèse (le réchauffement climatique POURRAIT conduire à des catastrophes) avec un risque CERTAIN (les guerres tuent des milliers de gens, l'absence d'eau potable tue des milliers de gens, la maria tue des milliers de gens actuellement, maintenant, là, ici, tout de suite).

Où est-ce que je mets en juxtaposition? Au contraire j’ai suffisamment écrit pour rejeter ce mélange de différent problème. C’est vous qui juxtaposer des choses sans rapport.

Quand au fait que le réchauffement climatique soit une hypothèse je suis bien d’accord. Je suis partit du principe où on admettait cette hypothèse. Et puis même si la famine n'est pas une hypothèse mais un fait les manières de lutter efficacement contre la famine sont aussi du domaine de l'hypothèse. Toutes les décisions reposent toujours sur des hypothèses.

Link to comment
Où est-ce que je mets en juxtaposition? Au contraire j'ai suffisamment écrit pour rejeter ce mélange de différent problème. C'est vous qui juxtaposer des choses sans rapport.

A la limite, c'est "vous qui juxtaposez". Et j'aimerai aussi qu'on se fixe une règle simple : tutoiement ou vouvoiement, mais pas les deux, sinon, je m'y perds, moi (je n'ai qu'un tout petit cerveau).

Je réitère : vous mettez (tu mets) sur le même plan une lutte contre des conséquence hypothétique d'un phénomène non décidable / non calculable, et la lutte contre des conséquences connues et fixes d'un phénomène connu, maîtrisable et calculable.

Je note au passage qu'on connaît assez bien les sommes en jeu pour éradiquer la famine ou la malaria ou les problèmes d'approvisionnement en eau. En revanche, on n'a aucune idée des sommes globales à investir pour diminuer disons d'1°C la surface du globe. Et on n'a aucune idée non plus de la méthode efficace à 100%.

Et puis même si la famine n'est pas une hypothèse mais un fait les manières de lutter efficacement contre la famine sont aussi du domaine de l'hypothèse. Toutes les décisions reposent toujours sur des hypothèses.

Pardon ? Lutter contre la famine repose sur des hypothèses ? Si c'est une plaisanterie, elle est un peu légère…

Pour rappel, quelqu'un qui a faim ne meurt pas si on lui donne de la nourriture (fait). Pour lui donner de la nourriture, soit il faut la produire sur place (fait), soit la produire où c'est possible et l'acheminer (fait). Tout ceci nage dans la banalité, mais on est tout de même plus précis que : si on diminue (un peu, beaucoup ?) la production des gaz à effets de serre (la vapeur d'eau ? le CO2 ? le souffre ? le méthane ?, un peu tout ça ?) en réduisant les consommations des véhicules (?), les pêts de vache (?), la consommation électrique (?) en passant au solaire (?) - etc ad nauseam - , peut être que la température n'augmentera pas, ou peut-être qu'elle diminuera ou peut-être rien du tout…

Link to comment
Guest Arn0
A la limite, c'est "vous qui juxtaposez". Et j'aimerai aussi qu'on se fixe une règle simple : tutoiement ou vouvoiement, mais pas les deux, sinon, je m'y perds, moi (je n'ai qu'un tout petit cerveau).
Toi et Minitax désolé. C'était du pluriel.
Je note au passage qu'on connaît assez bien les sommes en jeu pour éradiquer la famine ou la malaria ou les problèmes d'approvisionnement en eau.
Tu es en train de me dire qu'il suffit de débloquer X euros pour résoudre le problème de la famine? Toi un libéral? Ce n’est pas un petit peu plus compliqué que cela? Combien d'euros pour éviter les guerres et les dictatures qui sont la cause d’une bonne part du problème?
Pardon ? Lutter contre la famine repose sur des hypothèses ? Si c'est une plaisanterie, elle est un peu légère…

Pour rappel, quelqu'un qui a faim ne meurt pas si on lui donne de la nourriture (fait). Pour lui donner de la nourriture, soit il faut la produire sur place (fait), soit la produire où c'est possible et l'acheminer (fait).

Non. La tu explique ce que c'est que la famine (un défaut de production ou d'acheminement/distribution). Je te parle de comment on fait pour abolir la famine. Les méthodes proposée estime pouvoir mettre fin à la famine, mais n’en sont pas sur. Pour dire les choses autrement ce sont des hypothèses.
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...