Jump to content

Astynoos

Utilisateur
  • Content Count

    216
  • Joined

  • Last visited

About Astynoos

  • Rank
    Jeune Padawan
  • Birthday 07/29/1993

Previous Fields

  • Ma référence
    La Boétie, Rothbard, Nock

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Lyon
  • Interests
    Histoire, astronomie, échecs, western…

Recent Profile Visitors

544 profile views
  1. Eh bien si certaines pratiques telles que le nudisme et l'exhibitionnisme ont toujours été taboues et réprimées dans toutes les cultures et à toutes les époques, je pense qu'on peut légitimement considérer qu'elles posent problème pour permettre la vie en société.
  2. D'ailleurs il faudrait penser à abroger ces lois scandaleusement liberticides qui prohibent la pratique de l'acte sexuel dans la rue, dans un pays vraiment libre on pourrait faire tout cela publiquement et de manière bien plus festive ! Après tout, l'espace public est à tout le monde, ça veut dire que j'y suis chez moi, et chez moi je fais ce que je veux avec mes cheveux, merdalafin.
  3. Rothbard a toujours été à droite, simplement la guerre froide et le triomphe des néocon (qui, eux, viennent de la gauche américaine) l'a poussé à effectuer des alliances plus ou moins exotiques. Il est loin d'Être évident que les libertariens sont pro-avortement, je dirais mÊme qu'ils deviennent de plus en plus minoritaires au sein du mouvement (en tout cas beaucoup de leaders libertariens aujourd'hui sont pro-life : Paul, Woods, etc.). Sinon Être pro-légalisation des drogues n'est pas en soit une position de gauche, tout dépend l'argumentaire qui est employé pour défendre cela, et j'observe que mÊme des icônes de la droite américaine comme William Buckley étaient pro-légalisation. Sinon, malgré son audience importante, Reason est une revue atypique, en conflit avec une grande partie du mouvement libertarien, qui ne s'est rallié que tardivement et timidement à Ron Paul après l'avoir conspué (ce sont les premiers à avoir ressorti des placards l'affaire des newsletters), bref pas vraiment représentatif.
  4. C'est un prétexte, le fait est que l'euro est avant tout un projet politique, et à mon sens c'est d'abord en tant qu'outil du constructivisme politique qu'il doit être critiqué.
  5. Un texte très éclairant, merci, décidément l'œuvre de Pareto semble vraiment méconnue en comparaison de la richesse de ses réflexions. A mon sens, c'est justement pour cela que l'expression est intéressante, en ce qu'elle soulève une critique implicite tout à fait pertinente à propos des libertariens américains (car je crois que dans cet article il n'est question que des états-Unis, le seul pays où l'on puisse parler d'un véritable mouvement libertarien). Tout d'abord il ne fait aucun doute que les libertariens américains sont de droite. Si ce qualificatif peut se discuter pour la tradition libérale classique qui est extrêmement diverse, en revanche il est tout à fait approprié aux libertariens américains, dont les références politiques historiques, de John C. Calhoun à Robert Taft, sont clairement à droite, qui défendent des valeurs de droite, qui ont volontiers un discours droitiers, et qui ont toujours été proches des milieux conservateurs. L'escapade rothbardienne du côté de la gauche radicale n'est qu'une parenthèse à considérer dans le contexte de la guerre froide. Si l'on regarde les principales figures du mouvement aujourd'hui, de HHH (admirateur de Kuehnelt-Leddihn) à Tom Woods & Thomas DiLorenzo (proches de la Ligue du Sud), on a de la peine à voir des gens de gauche. Ensuite, le qualificatif marxiste est pertinent pour décrire la méthodologie employée, ainsi que les stratégies adoptées (cf. le texte non publié mais néanmoins célèbre de Rothbard, Toward A Strategy for Libertarian Social Change, dans lequel il revendique la filiation avec le marxisme et déclare prendre modèle sur Lénine pour la stratégie du mouvement). Je pense que l'analogie avec le marxisme a donc du sens, pas forcément en termes d'idées mais plutôt en termes d'attitude et de posture intellectuelle.
  6. Apparemment, Santorum est en perte de vitesse, on lui ressort quelques casseroles qui dénotent quelque peu avec son discours. Si quelques paulistes comme Tom Woods font un maximum de promotion à l'affaire pour lui opposer sincérité de Ron Paul, il est vraisemblable que toute cela profite surtout à Gingrich. Par ailleurs, Chuck Norris (ouaip, une source de tout premier choix ) a dressé une liste assez frappante des mesures étatistes soutenues par Santorum : http://townhall.com/columnists/chucknorris/2012/02/14/why_i_chose_newt_over_santorum/page/full/
  7. Que c'est presque aussi chiant que La Grève, et malheureusement tout aussi long. Mais c'est tout de même mieux écrit, ce qui est un comble.
  8. http://www.marianne2…fr_a215578.html Très vrai, le dernier paragraphe. Cette fascination morbide pour tout ce qui se rapporte à Hitler, et plus généralement à tous les fous furieux de ce monde (Breivik étant un exemple récent) est assez étrange.
  9. Personnellement, j'ai adoré tous les débats pseudo-historiques qu'on a pu lire dans la presse après cette sortie de Vanneste. Le fait est que l'aspect historique n'est ici qu'un beau prétexte pour mettre à jour les tensions de la France de 2012. La réalité est bien plus triviale qu'un grand débat historique. La réalité, c'est que beaucoup de gens commencent à être exaspérés par les discours progressistes et homophiles ambiants, et que voir un député troller un peu tout ce beau monde, peu importe sous quel prétexte, bah ça fait du bien.
  10. Bref, l'EdNat enseigne des paraphilies à des enfants à demi illettrés, bienvenue dans la France du XXIe siècle. Rendez nous les jésuites, bordel.
  11. En effet, je crois qu'à force de parler de droits, on en oublie le bon sens. Et le bon sens, c'est primordial sur cette question.
  12. Comme ce fil manque un peu de westerns, j'ajouterais : - La chevauchée fantastique (Stagecoach) : doublement culte car c'est à la fois un grand film et un film fondateur. Tous les ingrédients se mettent en place : John Ford, John Wayne, Monument Valley, et en prime un génial Thomas Mitchell. - La poursuite infernale (My darling clementine), pour sa grande pureté et son rythme impeccable qui en font pour moi l'archétype du western classique. Visez-moi ça, tout en maitrise et en délicatesse. 1WXwO7Hqluo - En parlant de rythme, Le train sifflera trois fois (High noon) est également une sacrée référence. Son contrepoint, Rio bravo, est une merveille également (j'aurais même tendance à la trouver meilleur bien qu'il n'ait pas la même réputation). - 3h10 pour Yuma (3:10 to Yuma) (la version de 1957) est probablement l'un de mes films favoris tous genres confondus. Il est traversé par une tension rarement vue ailleurs, il pose un regard lucide sur le courage et la lâcheté, et il est servi par l'interprétation absolument remarquable, toute en retenue, de Van Helfin et Glenn Ford. AyDdnqYxhd8
  13. Montaigne, sors de ce corps ! Franchement, l'EdNat est ce qu'elle est, je pense qu'il faut l'accepter et se plier à ce qu'on attend de toi, ce qui d'ailleurs n'empêche pas de garder une distance critique à titre personnel. Après tout, la flexibilité et la capacité d'adaptation sont des qualités importantes dans le monde professionnel. Puisqu'il t'est impossible de faire changer l'institution, il est inutile de rentrer en conflit frontal avec elle, cela ne pourra que nuire à tes résultats. Bien entendu, il faut profiter de ton travail personnel pour mettre à profit tes propres méthode, mais il ne faut pas chercher à se soustraire aux exigences de tes profs, qui ne changeront pas.
  14. Justement, je pense qu'il y a deux critiques distinctes de la dernière trilogie. Celle du geek presque quadragénaire (hé oui, le temps passe), qui est frustré de bander mou sur Nathalie Portman et veut retrouver Carrie Fisher, celui qui ne peut pas supporter de voir son monde d'adoption aussi changé. Je peux le comprendre, mais ce facteur émotionnel l'empêche de voir l'essentiel, la critique que toute personne normale et censée peut adresser aux nouveaux Star Wars : ce sont des films de mauvais goûts, comme tu l'as bien montré (en particulier le coup des chevaliers devenus flics de série B, c'est très vrai ça). Ne pas apprécier les nouveaux Star Wars ne fait donc pas de toi un geek, fort heureusement !
×
×
  • Create New...