Jump to content

h16

Administrateur
  • Content Count

    68079
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    64

5 Followers

About h16

  • Rank
    Philosophe
  • Birthday 05/19/2012

Previous Fields

  • Tendance
    Anarcap
  • Ma référence
    Achille Talon

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Europe

Recent Profile Visitors

9690 profile views
  1. je ne vois vraiment pas ce qui te ferait dire ça
  2. Dans quelques années, ils seront eux-mêmes classés comme patrimoine historique.
  3. h16

    Pandememe

    HydroxyRaoultquine : Mozinor en remet une plaquette
  4. Les chiffres actuels officiels s'arrêtent au 16.03 ce qui veut dire qu'il n'y aura statistiquement rien concernant covid. Et je note qu'au 03.04, l'INSEE n'a semble-t-il absolument pas sorti la moindre mise à jour
  5. J'ai dit 1 mois, ça peut être 2 ou 3 ou 4. C'est quoi la limite ? Pareil qu'avec les accidents de la route : la manip est peu connue, mais on a changé la définition d'un mort sur la route dans les années 2000. Avant, si la personne était à l'hôpital et y décédait jusqu'à deux semaines plus tard, il était compté dans les morts de la route ; après, il faut qu'il meurt dans les 3 jours (ou 2, je ne sais plus) et s'il est en vie après cette période, c'est juste un blessé (et s'il canne au bout de deux semaines, pouf, on s'en fiche, c'est pas un accident de la route). C'est évidemment arbitraire mais on comprend bien que cette largesse est extrêmement pratique pour (au choix) gonfler ou réduire un chiffre. Un mois après la grippe, il n'y a plus de virus dans le sang ; si la personne meurt d'une bronchite, la grippe a certainement aidé, mais est-elle LE facteur principal ? C'est ouvert au débat. Si on dit oui, alors les COVID vont exploser les stats comme jamais. Si on dit non, alors les chiffres de mortalité par grippe sont de quelques centaines par an en France.
  6. Si elle meurt 1 mois après sa grippe (plus de virus du tout) parce qu'elle a traîné une bronchite à sa suite, est-ce une surmortalité liée à la grippe ou une mort de bronchite ? L'objection, c'est qu'on assiste à l'opération inverse pour covid : oh bah comme ils ont des comorbidités, d't'façon ils seraient morts donc c'est pas covid, hein, c'est l'âge/l'obésité/la déficience rénale/etc. Les comptages publics fait par des statisticiens en effet. Les comptages publics fait par les ronds-de-cuir du ministère, non, c'est de la propagande.
  7. Une France mûre pour le collectivisme le plus total. Ca va pulser, ces prochains mois.
  8. Ben justement pas forcément. Quand l'INSEE le fait, c'est toutes causes confondues (morts année X vs morts année Y ou vs moyenne morts années N par exemple). Ce qui ajoute à la confusion. Il y a de tout ; majoritairement, ce sont des pneumopathies diverses (bactériennes, généralement). C'est probablement ce qui se passera. Là aussi c'est probable. Mais la différence, c'est que cette crise expose en réalité la faiblesse statistique des suivis des épidémies de type commun (grippe typiquement). Par exemple, si on considère que tout mort de pneumopathie qui avait des symptômes de grippe est "mort de la grippe", on va devoir faire globalement pareil pour covid, ce qui va donner des résultats probablement surestimés (extrême : un mort testé covid+ doit être ajouté aux morts covid même si le type s'est tué en tombant du 5ème) ... Toute l'ambiguïté des chiffres utilisés par les gouvernements provient de l'usage qu'ils veulent en faire : - on veut promouvoir le vaccin contre la grippe (en montrant combien il est efficace), hop, le nombre de morts par la grippe diminue et il n'est plus que de quelques centaines à l'année - on veut promouvoir la vaccination (en montrant combien la maladie est dangereuse), hop, le nombre de morts par la grippe s'envole à des dizaines de milliers à l'année. Pour covid, l'effondrement du système de santé montre que c'est bien une épidémie grave, donc on va diminuer tous les chiffres autant que possible en ne comptant que ceux qui ne seraient pas morts sans covid disons dans les 6 mois (par exemple). Le petit vieux en EHPAD, au bord du gouffre, ne sera pas compté. Le petit jeune obèse, lui, le sera. Il ne s'agit pas tant de critiquer la méthode employée que de mettre en exergue le fait que les gouvernements ont largement surestimé l'impact de la grippe et sous estimé l'impact de covid pour leur tambouille personnelle. La grippe n'est pas une maladie bénigne, mais objectivement, la typologie des décès va être fortement différente de celle de covid ; or, pendant tout un temps (en gros, les 3 premières semaines de mars), on a eu le crincrin lancinant du "c'est une petite grippe" puis "c'est une grosse grippe" avec la bordée de chiffres exagérés mentionnés. C'est ça qui a motivé l'article au départ.
  9. Tenant compte de quelques remarques, différents éléments ont été ajoutés dans le document de base (dont le PDF est ici : http://h16free.com/wp-content/uploads/2020/04/La-vraie-mortalité-de-la-grippe-saisonnière.pdf ) Il y a notamment un paragraphe pour bien comprendre pourquoi on arrive aux chiffres grossis de Santé Publique, et pourquoi c'est un peu de la grosse carabistouille.
  10. Certes mais la comparaison avec covid est encore plus douloureuse : par exemple "1 877 cas graves admis en réanimation signalés dont 289 décès durant la période de surveillance (début de la surveillance semaine 45)" ; C'est le nombre de cas graves en réa sur les 2 derniers jours en covid en gros. Là encore, on est dans des rapports de un à deux ordres de magnitude supérieurs. J'attends les surmortalités de l'année, dans quelques mois, mais je constate que jusqu'à la semaine avant covid (en gros, mi mars, semaine 13 et suivantes), la surmortalité 2020 liée à la grippe est nulle ou quasiment (pas plus de morts cette année via la grippe que d'habitude).
  11. Oui et non. La grippe (influenza, donc) est effectivement relativement insignifiante dans les mortalités annuelles. On parle de 500 à 1000 cas par an top. En 2001, année basse, on a enregistré 155 morts de la grippe. Mais voilà : les petits malins disent en général "morts de la grippe" mais confondent dans ce truc toutes les maladies pulmonaires et autres pneumopathies, dont certaines déclenchées par la grippe. Bilan : ça fait des trucs plus lourds (faux ou sans rapport avec un influenza mais voilà).
  12. En fait c'est parce que dans le contexte, il s'agissait de répondre à des commentaires du style "oui mais sur le site trucmachin voire sante.gouv.fr il est dit que 12 milliards de gens meurent dans des souffrances horribles de la grippe saisonnière dès qu'on a le dos tourné" voire des affirmations genre "tous les ans les services de réa sont débordés" (genre, comme maintenant, mais ça passe inaperçu parce que "covid19, c'est juste comme la grippe saisonnière mais en plus concentré m'voyez"). Bref, après deux trois références aux trucs flous genre CDC (qui n'est pas une référence stat, mais une référence épidémio, donc rien à voir avec la démographie), ça donne l'article ci-dessus. Et sinon, pour info, les cas aigus/sévères de grippe qui amènent en réa, c'est quelques centaines (420) à l'année. En gros, covid19 et ses 4000 réas actuellement (01.04.2020), c'est 10 ans de réas de grippes en 3 semaines (soit un rapport de 1:160).
  13. h16

    Actualité Covid-19

    5% de 66 millions soit 3.300.000 individus, 1% de cas graves soit 33.000 en réa, soit 10.000 couverts et 23.000 qui restent sur le carreau. 50% qui ne survivent pas en réa, 5.000 de plus. Total autour de 28K. Chiffre qui sera probablement celui des Italiens aussi.
  14. h16

    Actualité Covid-19

    Alors là, tu es con, tu le fais exprès ou c'est un troll très élaboré. Une fois tout le monde testé, on sait qui est infectieux, à suivre, et tous ceux qui sont clean et ... qui peuvent reprendre le travail normalement, par exemple. Le temps "perdu" par les services hospitaliers est laaaargement compensé par la reprise d'activité correspondante. Laaaargement.
×
×
  • Create New...