Jump to content

Recommended Posts

(plongée attendue ce millénaire vers 90 000 ans de phases glaciaires, à en croire la régularité quasi métronomiques des carottes polaires, avec à la clé la conversion des sols de l'Europe du nord en un glacier de 2 km d'épaisseur).

Tu n'aurais pas pu me dire ça avant que j'achète ma Vespa ?

Link to comment

En complément d'une récente question posée sur le CO2, je poste ici deux articles de Roy SPENCER qui explore les hypothèses alternatives concernant l'origine du surstock de CO2 observé dans l'atmopshère.

Le ratio de C13 attribué au pétrole se retrouve aussi dans d'autres puits de carbone et ne constitue donc pas une preuve définitive.

http://www.drroyspencer.com/2009/01/increa…0%A6or-natural/

Les corrélations avec la températres s'observent également aux échelles court-terme à 6 mois et notamment en connexion avec les phénomènes océaniques mesurés par les indices SST et SSO.

http://www.drroyspencer.com/2009/05/global…a-simple-model/

Link to comment

Pas de conflits d'intérêts du côté du Dr Pachauri. Pas du tout.

The original power base from which Dr Pachauri has built up his worldwide network of influence over the past decade is the Delhi-based Tata Energy Research Institute, of which he became director in 1981 and director-general in 2001. Now renamed The Energy Research Institute, TERI was set up in 1974 by India’s largest privately-owned business empire, the Tata Group, with interests ranging from steel, cars and energy to chemicals, telecommunications and insurance (and now best-known in the UK as the owner of Jaguar, Land Rover, Tetley Tea and Corus, Britain’s largest steel company).

Although TERI has extended its sponsorship since the name change, the two concerns are still closely linked.

In India, Tata exercises enormous political power, shown not least in the way it has managed to displace hundreds of thousands of poor tribal villagers in the eastern states of Orissa and Jarkhand to make way for large-scale iron mining and steelmaking projects.

Initially, when Dr Pachauri took over the running of TERI in the 1980s, his interests centred on the oil and coal industries, which may now seem odd for a man who has since become best known for his opposition to fossil fuels. He was, for instance, a director until 2003 of India Oil, the country’s largest commercial enterprise, and until this year remained as a director of the National Thermal Power Generating Corporation, its largest electricity producer.

In 2005, he set up GloriOil, a Texas firm specialising in technology which allows the last remaining reserves to be extracted from oilfields otherwise at the end of their useful life.

However, since Pachauri became a vice-chairman of the IPCC in 1997, TERI has vastly expanded its interest in every kind of renewable or sustainable technology, in many of which the various divisions of the Tata Group have also become heavily involved, such as its project to invest $1.5 billion (£930 million) in vast wind farms.

Dr Pachauri’s TERI empire has also extended worldwide, with branches in the US, the EU and several countries in Asia. TERI Europe, based in London, of which he is a trustee (along with Sir John Houghton, one of the key players in the early days of the IPCC and formerly head of the UK Met Office) is currently running a project on bio-energy, financed by the EU.

Another project, co-financed by our own Department of Environment, Food and Rural Affairs and the German insurance firm Munich Re, is studying how India’s insurance industry, including Tata, can benefit from exploiting the supposed risks of exposure to climate change. Quite why Defra and UK taxpayers should fund a project to increase the profits of Indian insurance firms is not explained.

Even odder is the role of TERI’s Washington-based North American offshoot, a non-profit organisation, of which Dr Pachauri is president. Conveniently sited on Pennsylvania Avenue, midway between the White House and the Capitol, this body unashamedly sets out its stall as a lobbying organisation, to “sensitise decision-makers in North America to developing countries’ concerns about energy and the environment”.

TERI-NA is funded by a galaxy of official and corporate sponsors, including four branches of the UN bureaucracy; four US government agencies; oil giants such as Amoco; two of the leading US defence contractors; Monsanto, the world’s largest GM producer; the WWF (the environmentalist campaigning group which derives much of its own funding from the EU) and two world leaders in the international ‘carbon market’, between them managing more than $1 trillion (£620 billion) worth of assets.

All of this is doubtless useful to the interests of Tata back in India, which is heavily involved not just in bio-energy, renewables and insurance but also in ‘carbon trading’, the worldwide market in buying and selling the right to emit CO2. Much of this is administered at a profit by the UN under the Clean Development Mechanism (CDM) set up under the Kyoto Protocol, which the Copenhagen treaty was designed to replace with an even more lucrative successor.

Under the CDM, firms and consumers in the developed world pay for the right to exceed their ‘carbon limits’ by buying certificates from those firms in countries such as India and China which rack up ‘carbon credits’ for every renewable energy source they develop – or by showing that they have in some way reduced their own ‘carbon emissions’.

It is one of these deals, reported in last week’s Sunday Telegraph, which is enabling Tata to transfer three million tonnes of steel production from its Corus plant in Redcar to a new plant in Orissa, thus gaining a potential £1.2 billion in ‘carbon credits’ (and putting 1,700 people on Teesside out of work).

More than three-quarters of the world ‘carbon’ market benefits India and China in this way. India alone has 1,455 CDM projects in operation, worth $33 billion (£20 billion), many of them facilitated by Tata – and it is perhaps unsurprising that Dr Pachauri also serves on the advisory board of the Chicago Climate Exchange, the largest and most lucrative carbon-trading exchange in the world, which was also assisted by TERI in setting up India’s own carbon exchange.

But this is peanuts compared to the numerous other posts to which Dr Pachauri has been appointed in the years since the UN chose him to become the world’s top ‘climate-change official’.

http://www.telegraph.co.uk/news/6847227/Qu…a-Pachauri.html

Link to comment

Une surprise pour personne: la grande et très inutile réunion mondaine de Copenhague coutera cher au contribuable.

C’est un comble ! Non content de présenter une facture de 143 millions d’euros aux contribuables du monde, le sommet de Copenhague représente un record en matière d’émissions de CO2. En effet, les 15 000 délégués, 45 000 éco-activistes et 5000 journalistes ont produit l’équivalent de 41 000 tonnes de dioxyde de carbone. Soit l’équivalent des émissions de carbone émises par un pays comme le Maroc sur l’année 2006 !

http://www.lecri.fr/2009/12/21/un-sommet-d…ort-en-co2/8740

http://www.taxpayersalliance.com/costofcopenhagen.pdf

Link to comment
Bon, la taxe carbone est pas passée…cf Conseil Constitutionnel, avec un motif curieusement vaseux : ""l'importance des exemptions totales de contribution carbone sont contraires à l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique et créent une rupture d'égalité devant les charges publiques"

Notons que

1 - la taxe est impopulaire (normale, c'est une taxe).

2 - le bateau du réchaufisme se casse la figure.

3 - la taxe est invalidée.

4 - le "gouvernement" persiste à vouloir la faire passer.

http://www.conseil-constitutionnel.fr/cons…esse.46805.html

II - Contribution carbone.

L'article 7 de la loi instituait une contribution carbone. Les travaux parlementaires soulignaient que l'objectif de cette mesure est de " mettre en place des instruments permettant de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre " afin de lutter contre le réchauffement de la planète. Pour atteindre cet objectif, il a été retenu l'option " d'instituer une taxe additionnelle sur la consommation des énergies fossiles " afin que les entreprises, les ménages et les administrations soient incités à réduire leurs émissions.

Toutefois, les articles 7 et 10 de la loi instituaient des exonérations, réductions, remboursements partiels et taux spécifiques. Ainsi étaient totalement exonérées de contribution carbone les émissions des centrales thermiques produisant de l'électricité, les émissions des mille dix-huit sites industriels les plus polluants, tels que les raffineries, cimenteries, cokeries et verreries, les émissions des secteurs de l'industrie chimique utilisant de manière intensive de l'énergie, les émissions des produits destinés à un double usage, les émissions des produits énergétiques utilisés en autoconsommation d'électricité, les émissions du transport aérien et celles du transport public routier de voyageurs. En outre, étaient taxées à taux réduit les émissions dues aux activités agricoles ou de pêche, au transport routier de marchandises et au transport maritime.

Ces exemptions auraient conduit à ce que 93 % des émissions d'origine industrielle, hors carburant, soient exonérées de contribution carbone. Moins de la moitié des émissions de gaz à effet de serre aurait été soumise à la contribution carbone. Celle-ci aurait donc porté essentiellement sur les carburants et les produits de chauffage qui ne sont que l'une des sources d'émission de dioxyde de carbone. Pour les activités industrielles, ces exemptions n'étaient pas justifiées par le régime des quotas d'émission de gaz à effet de serre dans l'Union européenne, ces quotas étant attribués à titre gratuit jusqu'en 2013.

Le Conseil a jugé que, par leur importance, les régimes d'exemption institués par la loi déférée étaient contraires à l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique et créaient une rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques. Il a, par voie de conséquence, censuré l'ensemble du régime relatif à la contribution carbone (articles 7, 9 et 10 de la loi de finances).

Link to comment
Pour le moment oui elle ne sera pas votée le temps, quelle satisfasse aux conditions du conseil constitutionnel.

La taxe carbone a été votée (AN et sénat), mais censurée par le conseil constitutionnel, donc elle ne pourra être promulguée, toutefois un nouveau texte sera présentée le 20 janvier comme le souligne Copeau.

Link to comment

Commentaire intéressant d'un certain rEDBaron 17 sur Skyfal:

L’usine à gaz qui avait été mise au point devait permettre une belle magouille pré électorale pour les Régionales.

Le dispositif s’il avait été approuvé aurait permis d’envoyer un chèque de 150 euros en février à de nombreux citoyens, juste avant les régionales, pour « acheter les voix des électeurs indécis » – comme l’avoue un responsable de l’UMP – les incitants à voter pour leurs candidats.

Manque de pot… le CC a perturbé cette belle affaire… !!!!

Quelqu'un ici peut-il confirmer que le volet "redistributif" de la taxe carbone devait se dérouler selon ce calendrier?

Link to comment

Sur le site de La chaine meteo, on commence à se poser quelques questions:

[…] Pour la deuxième année consécutive, la France (ainsi qu'une bonne partie de l'Europe) renoue avec un hiver froid…Rappelons à ce sujet que les fluctuations naturelles de notre climat nous ont toujours valu des décennies chaudes et des décennies froides en alternance : selon les oscillations océaniques par exemple, nous pourrions entrer dans une période plus froide de 25 à 30 ans, comparable à la période 1970 - 1987 où les hivers étaient plus marqués en France…

http://actualite.lachainemeteo.com/actuali…_2010-01-02.php

Link to comment

Bonjour à tous,

Juste une petite parenthèse pour vous faire partager un article du Daily Mail paru avant-hier.

La source est ici

Pour résumer, l'auteur Richard North tape (très) fort sur le Met Office et le Hadley Center, mais son article sonne très juste.

[mode rêveur/]

A quand une telle prise de position dans les média français ?

[/mode rêveur]

Link to comment

Les prévisions du MET Office (dont la direction a été durant deux décennies un des soutiens actifs aux alarmistes climatiques) font en effet rire.

Le MET annonce un été toride puis un hiver doux et c'est un été maussade qui survient suivit d'un début d'hiver battant des records de froid et de neige…

A propos de la question posée sur les taux de CO2, voici deux travaux intéressants :

http://www.biomind.de/realCO2/realCO2-1.htm

Les mesures instrumentales ne sont pas plates.

http://www.co2web.info/Segalstad_CO2-Science_090805.pdf

Certaines réflexions sur les ratios isotopiques du CO2 condusient à penser que le taux de CO2 résulte d'une dynamique et d'un équilibre chimiques naturels et non d'une saturation par l'homme.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...