Jump to content

Recommended Posts

En fait c'est une vingtaine. consommation de maison de Gore en un an = consommation de 232 maisons en un mois.

Oh, 232 maisons chinoises ou 2320 maisons éthiopiennes, ça devrait le faire.

Link to post
Share on other sites
Six Degrees, but no PhD

Not being a scientist is a help rather than a hindrance when it comes to communicating - with the necessary passion - the findings of scientific research

June 18, 2008 3:00 PM

Greenland

'That vast majority of those who dismiss the reality of global warming are simply ignorant' … Mark Lynas. Photograph: John McConico/AP

"So, are you a scientist then?" It's a very frequent question whenever someone finds out that I write about global warming. No, I reply, though the chairman of the Intergovernmental Panel on Climate Change once referred to me - entirely incorrectly - as Dr Lynas. But that's as close as I'm ever going to get. I'm a journalist - or worse - a campaigner. So how can I be trusted to convey meaningful information about a subject as complex and controversial as climate change?

Rather than being a setback, however, I would claim that my lack of academic qualifications as a scientist is actually precisely what does qualify me to try and communicate effectively to the general public about this issue. After all, I'm one of the latter rather than the former.

As a layperson, I have a pretty good idea of just how incomprehensible much of modern science is to ordinary people - because I've spent a lot of time struggling to understand it myself. It's not just the jargon, though that is part of the problem, but the sheer complexity of the methodology. To understand a journal paper on paleoclimate, for instance, you might need to know what benthic foraminifera are, what Bayesian analysis means, or what a mass spectrometer does. There's a yawning gulf between what goes in the scientific literature and what most people are able to understand.

That is where science communicators come in. My aim as a popular science writer is to try and synthesise a meaningful bigger picture out of this morass of information. And that is precisely what scientists themselves (with some very notable exceptions, like the biologist Steve Jones) are generally rather bad at doing. Scientists are, quite understandably, obsessed with precision. They constantly emphasise caveats and uncertainties, which seem to undermine what they're saying. They studiously avoid allowing any emotion to creep into their analysis, even when discussing subjects as terrifying as mass extinctions or Amazon forest dieback. As the climate modeller Peter Cox says during the National Geographic film adaptation of my book Six Degrees: "Sometimes you need someone from outside to come in and say, "You do know what this means, don't you? It's the death of the Amazon'".

There are very good reasons why "proper" scientists avoid this kind of territory. The scientific method depends crucially on an objective approach to data and analysis - and anything which undermines this will undermine an expert's credibility amongst his or her peer group very quickly. NASA's James Hansen has been sailing very close to this particular wind recently by firing off campaigning letters to world leaders asking them not to allow any more coal-fired power stations. His high reputation and strong track-record give him more leeway than most of his peers, but even so, there are whispers about whether he is sacrificing a claim to objectivity.

This is where communicators play an essential role. Although as a science writer I need to be absolutely clear that I am accurately representing what I read in the scientific literature, rather than cherry-picking results that support a pre-conceived position or make a good story. Bu there is nothing to stop me putting emotional depth into my analysis; indeed, this is the essence of my job. If I've read a paper about coral bleaching or precipitation trends in the Sahel, I need to be able to describe what this means in the real world - grey weed creeping over once-vibrant coral reefs, and Sudanese herders struggling to feed their children as their livestock starves around them and a dust-storm looms on the horizon.

Another big issue is scientific reductionism. Whilst the IPCC is an unprecedented and very welcome attempt to bring together a synthesis view of the entire literature on climate change, few laypeople will wade through the entire thing, which runs to thousands of pages. And most individual scientists spend their academic careers becoming greater and greater experts about smaller and smaller areas. My job as a communicator, therefore, is to try and know more about oceans than most glaciologists, and more about glaciers than most oceanographers. I need to try and keep the holistic perspective that becoming a true expert on a particular subject forces most scientists to sacrifice.

Having said all that, I am acutely aware that I am not a qualified expert in my own right, and that I need to tread very carefully when making judgements about work carried out by people who are, after all, the real experts. That is why I have so little time for climate sceptics, who claim to know better than those who have spent their entire professional lives investigating the physics of the atmosphere. That vast majority of those who dismiss the reality of global warming are simply ignorant - and arrogant, to boot. Now that's a statement that no scientist would probably make. But it's true nonetheless, and it's my job to tell you that.

http://blogs.guardian.co.uk/books/2008/06/…but_no_phd.html

Link to post
Share on other sites
Les "sceptiques" climatiques le sont assez rarement, du reste - on ne peut pas dire qu'ils soient envahis par le doute !
Les sceptiques n'ont aucun doute qu'on ne sait pas prévoir le climat et qu'un changement climatique n'a pas de raison d'être plus mauvais que bon. Ca oui, je confirme.

Mais bon, pas besoin d'être sceptique pour ça. Il suffit de constater.

Link to post
Share on other sites
Poll: most Britons doubt cause of climate change

Juliette Jowit, environment editor

The Observer, Sunday June 22, 2008

The majority of the British public is still not convinced that climate change is caused by humans - and many others believe scientists are exaggerating the problem, according to an exclusive poll for The Observer.

The results have shocked campaigners :icon_up: who hoped that doubts would have been silenced by a report last year by more than 2,500 scientists for the UN Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), which found a 90 per cent chance that humans were the main cause of climate change and warned that drastic action was needed to cut greenhouse gas emissions.

The findings come just before the release of the government's long-awaited renewable energy strategy, which aims to cut the UK's greenhouse gas emissions by 20 per cent over the next 12 years.

The poll, by Ipsos MORI, found widespread contradictions, with some people saying politicians were not doing enough to tackle the problem, even though they were cynical about government attempts to impose regulations or raise taxes. In a sign of the enormous task ahead for those pushing for drastic cuts to carbon emissions, many people said they did not want to restrict their lifestyles and only a small minority believe they need to make 'significant and radical' changes such as driving and flying less.

'It's disappointing and the government will be really worried,' said Jonathon Porritt, chairman of the government's Sustainable Development Commission. 'They [politicians] need the context in which they're developing new policies to be a lot stronger and more positive. Otherwise the potential for backlash and unpopularity is considerable.'

There is growing concern that an economic depression and rising fuel and food prices are denting public interest in environmental issues. Some environmentalists blame the public's doubts on last year's Channel 4 documentary The Great Global Warming Swindle, and on recent books, including one by Lord Lawson, the former Chancellor, that question the consensus on climate change.

However Professor Bjorn Lomborg, author of The Skeptical Environmentalist, said politicians and campaigners were to blame for over-simplifying the problem by only publicising evidence to support the case. 'Things that we do know - like humans do cause climate change - are being put in doubt,' said Lomborg. 'If you're saying, "We're not going to tell you the whole truth, but we're going to ask you to pay up a lot of money," people are going to be unsure.'

In response to the poll's findings, the Department for the Environment issued a statement: 'The IPCC… concluded the scientific evidence for climate change is clear and it is down to human activities. It is already affecting people's lives - and the impact will be much greater if we don't act now.'

Ipsos MORI polled 1,039 adults and found that six out of 10 agreed that 'many scientific experts still question if humans are contributing to climate change', and that four out of 10 'sometimes think climate change might not be as bad as people say'. In both cases, another 20 per cent were not convinced either way. Despite this, three quarters still professed to be concerned about climate change.

Those most worried were more likely to have a degree, be in social classes A or B, have a higher income, said Phil Downing, Ipsos MORI's head of environmental research.

'People are broadly concerned, but not entirely convinced,' said Downing. 'Despite many attempts to broaden the environment movement, it doesn't seem to have become fully embedded as a mainstream concern,' he said.

More than half of those polled did not have confidence in international or British political leaders to tackle climate change, but only just over a quarter think it's too late to stop it. Two thirds want the government to do more but nearly as many said they were cynical about government policies such as green taxes, which they see as 'stealth' taxes.

http://www.guardian.co.uk/environment/2008…carbonemissions

Link to post
Share on other sites
Enfin, la raison populaire aura raison des obscurantistes !
Bof, quand on voit qu'une bonne part des américains rejette le darwinisme, on ne peut être que très prudent quand à une relation entre majorité et anti-obscurantisme…..
Link to post
Share on other sites
Bof, quand on voit qu'une bonne part des américains rejette le darwinisme, on ne peut être que très prudent quand à une relation entre majorité et anti-obscurantisme…..

Là, je te rejoins. (Tu peux me citer)

Ce que ça prouve, c'est que les médias britanniques ne sont pas aussi profondément pourris que les autres médias (notamment francophones) tous acquis à cette fumisterie opaque et à l'empreinte CO2 baveuse.

Link to post
Share on other sites
Bof, quand on voit qu'une bonne part des américains rejette le darwinisme, on ne peut être que très prudent quand à une relation entre majorité et anti-obscurantisme…..

Et si l'obscurantisme en la matière était du côté des Dr Pangloss de l'environnement, qui seraient aux questions climatiques ce que sont les tenants de l'Intelligent Design à l'évolution ?

Link to post
Share on other sites
Bof, quand on voit qu'une bonne part des américains rejette le darwinisme, on ne peut être que très prudent quand à une relation entre majorité et anti-obscurantisme…..

C'est combien, "une bonne part" ? (source souhaitée)

Link to post
Share on other sites
Et si l'obscurantisme en la matière était du côté des Dr Pangloss de l'environnement, qui seraient aux questions climatiques ce que sont les tenants de l'Intelligent Design à l'évolution ?
Je ne suis pas sûr de bien saisir : qui désignez vous comme les Dr Pangloss de l'environnement ?
Link to post
Share on other sites

Et un nouvel appel à la criminalisation du crime-de-pensée-climato-sceptique :

Put oil firm chiefs on trial, says leading climate change scientist

Ed Pilkington in New York

The Guardian, Monday June 23, 2008

James Hansen, one of the world's leading climate scientists, will today call for the chief executives of large fossil fuel companies to be put on trial for high crimes against humanity and nature, accusing them of actively spreading doubt about global warming in the same way that tobacco companies blurred the links between smoking and cancer.

Hansen will use the symbolically charged 20th anniversary of his groundbreaking speech to the US Congress - in which he was among the first to sound the alarm over the reality of global warming - to argue that radical steps need to be taken immediately if the "perfect storm" of irreversible climate change is not to become inevitable.

Speaking before Congress again, he will accuse the chief executive officers of companies such as ExxonMobil and Peabody Energy of being fully aware of the disinformation about climate change they are spreading.

In an interview with the Guardian he said: "When you are in that kind of position, as the CEO of one the primary players who have been putting out misinformation even via organisations that affect what gets into school textbooks, then I think that's a crime."

He is also considering personally targeting members of Congress who have a poor track record on climate change in the coming November elections. He will campaign to have several of them unseated. Hansen's speech to Congress on June 23 1988 is seen as a seminal moment in bringing the threat of global warming to the public's attention. At a time when most scientists were still hesitant to speak out, he said the evidence of the greenhouse gas effect was 99% certain, adding "it is time to stop waffling".

He will tell the House select committee on energy independence and global warming this afternoon that he is now 99% certain that the concentration of CO2 in the atmosphere has already risen beyond the safe level.

The current concentration is 385 parts per million and is rising by 2ppm a year. Hansen, who heads Nasa's Goddard Institute for Space Studies in New York, says 2009 will be a crucial year, with a new US president and talks on how to follow the Kyoto agreement.

He wants to see a moratorium on new coal-fired power plants, coupled with the creation of a huge grid of low-loss electric power lines buried under ground and spread across America, in order to give wind and solar power a chance of competing. "The new US president would have to take the initiative analogous to Kennedy's decision to go to the moon."

His sharpest words are reserved for the special interests he blames for public confusion about the nature of the global warming threat. "The problem is not political will, it's the alligator shoes - the lobbyists. It's the fact that money talks in Washington, and that democracy is not working the way it's intended to work."

A group seeking to increase pressure on international leaders is launching a campaign today called 350.org. It is taking out full-page adverts in papers such as the New York Times and the Swedish Falukuriren calling for the target level of CO2 to be lowered to 350ppm. The advert has been backed by 150 signatories, including Hansen.

http://www.guardian.co.uk/environment/2008…s.climatechange

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
It will without doubt have come to your Lordship's knowledge that a considerable change of climate, inexplicable at present to us, must have taken place in the Circumpolar Regions, by which the severity of the cold that has for centuries past enclosed the seas in the high northern latitudes in an impenetrable barrier of ice has been during the last two years, greatly abated.

(This) affords ample proof that new sources of warmth have been opened and give us leave to hope that the Arctic Seas may at this time be more accessible than they have been for centuries past, and that discoveries may now be made in them not only interesting to the advancement of science but also to the future intercourse of mankind and the commerce of distant nations.

President of the Royal Society, London, to the Admiralty, 20th November, 1817

http://www.john-daly.com/polar/arctic.htm

Link to post
Share on other sites
Guest Arn0
Devinez.
Hum, c'est pas clair: d'un coté évoquer Pangloss c'est faire une accusation d'optimiste aveugle, et on peut penser que dans cette affaire les optimistes sont les sceptiques, mais de l'autre tu sembles répondre à Barbapapa qui est lui un réchauffiste (et qui assimilait lui même les sceptiques aux obscurantistes).
Link to post
Share on other sites
Le G8 veut réduire les gaz à effet de serre de 50% d'ici 2050

Par Yoko Nishikawa et William Schomberg Reuters - Mardi 8 juillet, 11h59TOYAKO, Japon (Reuters) - Les membres du G8, tentant de dissimuler leurs désaccords sur la question climatique, ont affirmé mardi leur volonté de coopérer aux négociations sur le climat menées par l'Onu dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% d'ici 2050.

(Publicité)

Dans la déclaration commune des huit dirigeants réunis à Toyako, sur l'île japonaise d'Hokkaido, ils précisent que des objectifs à mi-échéance seront nécessaires afin d'atteindre leur "vision commune" pour 2050, sans toutefois préciser le niveau de ces objectifs.

L'Union européenne a salué l'adoption du texte, estimant qu'il permettrait de maintenir l'objectif de conclure un traité en 2009.

"C'est un signal fort adressé aux citoyens du monde entier", a déclaré mardi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, qui a ajouté que l'UE considérait désormais le sommet du G8 comme un succès sur le plan du climat.

A l'inverse, l'ONG écologiste WWF a dénoncé une absence "pathétique" de progrès et estimé que les dirigeants du G8 avaient fui leurs responsabilités dans la lutte contre le réchauffement.

"Le G8 est responsable de 62% du dioxyde de carbone accumulé dans l'atmosphère terrestre, ce qui fait d'eux les principaux responsables des changements climatiques, et la plus grande partie du problème", a annoncé le WWF dans un communiqué diffusé peu après la déclaration des chefs d'Etat et de gouvernements.

"Le WWF considère comme pathétique le fait qu'ils persistent à esquiver leurs responsabilité historiques."

L'ONG dénonce notamment l'absence d'objectifs intermédiaires chiffrés et estime que l'objectif cible pour 2050 est insuffisant pour lutter efficacement contre le réchauffement.

L'an dernier à Heiligendamm en Allemagne, le G8 s'était simplement engagé à "envisager sérieusement" l'objectif de réduire les émissions de 50% pour 2050.

L'Union européenne et le Japon ont milité pour que le sommet 2008 dépasse ce stade. Bruxelles avait de plus demandé que les objectifs intermédiaires soient chiffrés.

Le président américain George Bush a toutefois soutenu que Washington ne pourrait s'astreindre à des objectifs contraignants qui ne s'appliqueraient pas également à la Chine et à l'Inde.

IMPACT SUR LA PAUVRETÉ

Dan Price, assistant de Bush pour les affaires économiques internationales, a vu dans les débats du G8 sur le climat "une excellente discussion, et une excellente déclaration" et ajouté que des "progrès notables" avaient été effectués.

Selon lui, la déclaration reflète le fait que "le G8 seul ne peut efficacement lutter contre le réchauffement climatique (…) et que la participation de toutes les grandes économies est nécessaire".

Le ministre sud-africain de l'Environnement, Marthinus van Schalwyk, a dit craindre que le communiqué du G8 sur le climat ne représente en fait un pas en arrière.

"Même si cette déclaration peut sembler être un progrès, nous sommes inquiets qu'elle puisse en fait marquer un recul par rapport à ce qui était requis pour faire face aux défis des changements climatiques", a-t-il déploré.

Le texte souligne notamment l'importance des pourparlers organisés par l'Onu dans la lutte contre les changements climatiques, qui visent à formuler un traité succédant au protocole de Kyoto, lequel expire en 2012. Ces négociations doivent s'achever en décembre 2009 à Copenhague.

La question du réchauffement climatique et celle de la flambée des prix énergétiques et alimentaires sont liées, cette dernière figurant également au programme du G8.

Dans un autre communiqué publié mardi, les dirigeants se disent préoccupés par l'inflation des matières premières alimentaires et du carburant, qui représente un risque pour l'économie mondiale.

Cette tendance affecte particulièrement les populations les plus pauvres de la planète, pour lesquelles l'alimentation représente une part bien plus importante du budget.

Selon un rapport préliminaire de la Banque mondiale publié la semaine dernière, 105 millions de personnes supplémentaires, dont 30 millions en Afrique, pourraient passer sous le seuil de pauvreté en raison de l'inflation alimentaire.

Afin d'aider à atténuer cette crise, des responsables ont indiqué que le G8 présenterait une série d'aides à l'Afrique, notamment ses agriculteurs, et réaffirmerait son engagement à doubler l'aide mondiale pour 2010 en la portant à 50 milliards de dollars, dont la moitié au continent africain.

Quelques milliers de manifestants sont parvenus à organiser des manifestations, maintenues à plusieurs kilomètres du lieu du sommet par l'important dispositif de sécurité de la police japonaise.

Le sommet s'achève mercredi par une réunion des grandes économies mondiales, qui regroupera le G8 et huit autres pays émetteurs de gaz à effet de serre, dont l'Inde, la Chine et l'Australie.

Avec Linda Sieg, David Fogarty, Chikafumi Hoda, version française Gregory Schwartz

Le système européen de "permis de polluer" intègrera l'aviation

Reuters - il y a 11 minutesSTRASBOURG (Reuters) - Le transport aérien sera inclus obligatoirement à partir de 2012 dans le système européen d'échange des "permis de polluer", selon une directive adoptée massivement mardi par le Parlement européen.

(Publicité)

Cette date de 2012 résulte d'un accord entre les 27 Etats membres de l'UE et le Parlement de Strasbourg qui souhaitait initialement incorporer l'aviation dès 2011 dans ce mécanisme visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le Parlement a adopté l'ensemble du compromis par 640 voix contre 30 et 20 abstentions.

Cette directive concerne toutes les compagnies aériennes décollant et atterrissant sur le territoire européen. Ces dernières l'ont par avance jugée inacceptable.

L'aviation avait au départ été exclue du système européen d'échange d'émissions de CO2, qui oblige les entreprises à acheter des droits sur le marché si elles dépassent le quota qui leur a été attribué par les autorités nationales dans le cadre de la quantité globale de CO2 dévolue à chaque Etat membre.

Cependant, l'accroissement du trafic aérien, qui devrait doubler à l'horizon 2020 alors qu'il représente déjà 3% des émissions de gaz à effet de serre aujourd'hui, a incité les autorités européennes à les inclure dans la discipline globale.

Pour la première année, la limite des émissions des avions sera fixée à 97% de la moyenne annuelle constatée de 2004 à 2006 avant d'être ramenée à 95% de cette moyenne entre 2013 et 2020.

Ce pourcentage pourra ensuite être révisé.

Les compagnies disposeront de quotas "gratuits" pour 85% de leurs émissions, le reste devant être acheté sur le marché.

Les recettes tirées de la mise aux enchères de ces quotas "devraient servir à faire face au changement climatique", précise la directive.

Les Etats resteront cependant libres de leur affectation, certains d'entre eux ayant fait valoir l'impossibilité constitutionnelle d'affecter un poste de dépense à une recette.

Gilbert Reilhac, édité par Thierry Lévêque

La rupture d'un glacier argentin en hiver trahit le réchauffement climatique

AFP - Mardi 8 juillet, 08h38BUENOS AIRES (AFP) - Une arche de glace de 60 mètres de hauteur et de plusieurs milliers de tonnes s'est détachée dimanche du gigantesque glacier argentin Perito Moreno, un phénomène unique en plein hiver austral, lié sans doute au changement climatique, estiment scientifiques et écologistes.

(Publicité)

Le cycle de détachement de la digue de glace qui cerne le lac Argentino, dans les Andes australes, doit se produire en été et s'est pourtant rompu subitement hors saison.

"C'est la première fois que le glacier rompt en hiver. Cela peut être lié au réchauffement global, l'augmentation de la température affecte la résistance de la glace", a estimé Carlos Corvalan, directeur du Parc national Les Glaciers, dans la province argentine de Santa Cruz (sud).

La rupture du glacier est un des spectacles naturels les plus impressionnants au monde auquel des dizaines de milliers de touristes viennent assister chaque été.

"La glace ne doit pas avoir la même dureté qu'à l'accoutumée. Le glacier rompt en été quand la glace est plus fragile", souligne M. Corvalan.

Le glacier de Perito Moreno est situé à quelque 2.800 km au sud-ouest de Buenos Aires, s'étend sur 275 km2, sur un front de quatre à cinq km.

La masse de glace doit son nom à l'un des pionniers argentins de l'exploration de cette région de la Patagonie argentine (sud) et fait partie du groupe des Hielos Continentales (Glaces continentales).

La taille des glaciers de la Patagonie se réduit en raison du changement climatique, selon une étude du Centre austral d'enquête scientifique (Cadic), dont le siège se trouve à Ushuaïa, la ville la plus australe du pays.

En revanche, le glacier Perito Moreno a mordu sur le lac Argentino, par la contingence de phénomènes sismiques et de changements qui se sont opérés dans les conditions de drainage, a estimé un responsable de l'Institut de l'Antarctique argentin.

"Les facteurs de cette rupture en hiver peuvent être multiples, à commencer par le fait que le glacier a quelque 400 ans, ce qui implique qu'il peut être fragile", a pour sa part souligné une autre source des Parcs nationaux interrogée lundi.

Les scientifiques ont relevé, depuis 1917, diverses avancées et réductions du colosse de glace dont les cycles de croissance et de rupture se sont révélés irréguliers à cause du réchauffement planétaire, selon des études officielles. La rupture du glacier Moreno en hiver est un indicateur du phénomène de réchauffement de la planète, que certains analystes lient aux émissions de gaz quand d'autres affirment que ces changements sont périodiques, a rappelé Norberto Ovando, expert de la Commission mondial des zones protégées, sur le portail internet du quotidien local Rio Negro.

Le détachement de l'arche de glace s'est produite à intervalles plus ou moins réguliers de quatre à six ans, mais avait tardé à se répéter quelque 16 années jusqu'à l'aube du 14 mars 2006, sous les yeux de quelque 10.000 visiteurs et de millions de téléspectateurs.

"Ces 20 dernières années les glaciers au large de la Patagonie ont diminué leur extension de 10% à 20%", selon l'Institut argentin des Neiges, glaciers et sciences environnementales de Mendoza (ouest).

Ce phénomène avait en outre été signalé par le Laboratoire de Propulsion de l'Institut Technologique de Californie (Etats-Unis).

Une centaine de glaciers situés en Argentine, au Chili, en Bolivie, au Pérou, en Autriche, en Norvège, en Suède, en Italie, en Espagne et en Suisse connaissent une diminution de leur masse, selon des études sur le changement climatique.

Link to post
Share on other sites
Le G8 veut réduire les gaz à effet de serre de 50% d'ici 2050

Par Yoko Nishikawa et William Schomberg Reuters - Mardi 8 juillet, 11h59TOYAKO, Japon (Reuters) - Les membres du G8, tentant de dissimuler leurs désaccords sur la question climatique, ont affirmé mardi leur volonté de coopérer aux négociations sur le climat menées par l'Onu dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% d'ici 2050.

C'est du pur pipo. L'analyste de la BBC, Richard Black, montre bien l'astuce dans la déclaration du G8 :

The statement also implies that G8 members will adopt the 50% figure only if major developing economies agree to some concrete action, and it’s by no means certain that they will, our correspondent says.

http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/asia-pacific/7494702.stm

Et c'est bien ainsi que le comprend le Premier Ministre japonais :

The Japanese prime minister, Yasuo Fukuda, praised the deal, but added: “Needless to say, we cannot achieve the long-term goal without contributions from other major emitters.”

http://www.guardian.co.uk/world/2008/jul/0…eed=environment

Bref, on fera rien. Les pays du G8 bottent en touche et excusent déjà leur futur échec sur le dos des pays émergents.

Link to post
Share on other sites
source AFP 08/07/2008

Une station polaire de l'océan Arctique occupée par des chercheurs russes doit être évacuée en raison de la fonte de la plaque de glace sur laquelle elle est installée, a indiqué aujourd'hui la chaîne de télévision norvégienne NRK.

La plaque de glace sur laquelle la station est installée, à 120 kilomètres de l'archipel norvégien du Svalbard, a considérablement fondu, passant d'une surface de 15 kilomètres carrés en septembre 2007 à 600 mètres carrés aujourd'hui, selon la même source.

Link to post
Share on other sites

Ce que je comprends pas.. je ne suis pas physicien chimiste ni quoique ce soit, mais pour qu'un morceau de cette taille fonde, il faut que la température sur place se soit élevée de plusieurs dégrés pour qu'elle passe de l'état solide à l'état liquide non ?

Ou alors elle était a -0,5 degré, et avec le réchauffement on a gagné 1 dégré du coup elle passe a 0,5 degré et ca devient liquide ?

mais il me semblait aussi qu'un réchauffement de 1 dégré, c'etait meme pas dans les prévisions les plus catastrophiques du GIEC.

Alors qu'on m'explique svp ^^

Link to post
Share on other sites

Pitain. Une poignée de chercheurs russes vont rentrer au pays plus tôt au lieu de se cailler les meules encore six mois ! On est foutus !

Alors qu'on m'explique svp ^^

Eruptions sous-marines. Il y a eu des articles récemment.

Link to post
Share on other sites
J'écris ce message en portant un gros pull en laine. Un huit juillet. Cela ne m'était jamais arrivé de ma vie.

C'est beau la jeunesse, chaque année une nouvelle expérience.

Moi, j'ai connu des étés pourris, de la pluie, encore et toujours de la pluie mais c'était il y a plus de trente ans.

Link to post
Share on other sites
J'écris ce message en portant un gros pull en laine. Un huit juillet. Cela ne m'était jamais arrivé de ma vie.

Voilà ce que c'est de faire de l'humour à froid.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...