Jump to content

Que faire pour les abrutis ?


Patrick Smets

Recommended Posts

Depuis 20 ans, tout mon militantisme libéral est basé sur l'idée plus ou moins tacite qu'à force d'explications, les gens finiront par comprendre. Idée entretenue par la fréquentation de milieux intellectuellement supérieurs comme ce forum à une époque.

Aujourd'hui, je commence à me dire que cette prémice est sans doute erronée :icon_up: .

95% des gens sont intellectuellement incapable

-de comprendre que si A->B, or B, donc A est faux

-d'envisager une correlation sans lien de causalité

-de faire la différence entre un fait et une opinion

etc.

(et, en plus, ils s'en foutent comme de leurs premières chaussettes.)

En définitive, c'est la conclusion qui convainct les gens, indépendemment du raisonnement qui y conduit. Et ça, c'est pas bon pour le libéralisme :doigt:

Vous faites quoi face un public d'abrutis profonds ? QU'est-ce qu'il nous reste à faire si on ne peut pas convaincre par la supériorité de nos raisonnements ?

Link to comment

Si ça peut te consoler Schnappi, tu n'es pas le seul à être arrivé à cette conclusion.

Mais de ce point de vue, le cynisme aide bien.

De façon générale, face à un public d'abrutis, il ne faut pas se lancer dans ce genre de débat. Mieux : tu abondes, à fond, à fond, à fond. En général, au bout de quelques minutes, les gens sentent qu'il y a un problème, qu'il faut "des limites à la ponction" par exemple. Comme tout le monde n'a pas les mêmes limites, il suffit d'exacerber les différences entre les groupes/individus. Avec un peu de bol, ils finissent par se chamailler entre eux sur le niveau d'impôts, sur le niveau de sécurité et d'interventionnisme, etc…

Ce qui permet de reprendre discrètement deux fois du gâteau pendant qu'ils se disputent.

Link to comment
Vous faites quoi face un public d'abrutis profonds ?

Il faut demander aux joueurs de l'OM ou du PSG. :icon_up:

QU'est-ce qu'il nous reste à faire si on ne peut pas convaincre par la supériorité de nos raisonnements ?

Tenter de conquérir le monde!

Link to comment
Si ça peut te consoler Schnappi, tu n'es pas le seul à être arrivé à cette conclusion.

Mais de ce point de vue, le cynisme aide bien.

De façon générale, face à un public d'abrutis, il ne faut pas se lancer dans ce genre de débat. Mieux : tu abondes, à fond, à fond, à fond. En général, au bout de quelques minutes, les gens sentent qu'il y a un problème, qu'il faut "des limites à la ponction" par exemple. Comme tout le monde n'a pas les mêmes limites, il suffit d'exacerber les différences entre les groupes/individus. Avec un peu de bol, ils finissent par se chamailler entre eux sur le niveau d'impôts, sur le niveau de sécurité et d'interventionnisme, etc…

Ce qui permet de reprendre discrètement deux fois du gâteau pendant qu'ils se disputent.

Je me suis mal exprimé, je ne parlais pas d'interaction en face à face, mais de l'approche générale à adopter dans une société composée à 95 % d'abrutis.

Que faire ? (commencer par lire les ref de John Locke, certes !)

Link to comment

Agoravox

Il s'agit plus d'une stratégie électorale. Mais pour répondre à ta question : Vous faites quoi face un public d'abrutis profonds ? Une solution c'est faire comme G. Frêche

Les Agriculteurs ? "On s’en fout !"

"On ruine les paysans africains en vendant nos produits subventionnés par l’Europe, mais c’est pas les agriculteurs qu’il faut subventionner, Blair a raison c’est les chercheurs. On s’en fout des agriculteurs, on s’en fout."

Les électeurs ? "Des cons !"

"Quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents […], je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse, dans deux ans pour être de nouveau élu, je ferai campagne sur des conneries populaires, pas sur des trucs intelligents que j’aurai fait.".

Les "vieux" ? "Ils marchent à la boite de chocolats !"

"Si je distribue des boites de chocolat à Noël à tous les petits vieux de Montpellier, je ramasse un gros paquet de voix".

Les lycéens et Proviseurs ? "Des connards qui ne disent pas merci !"

"Je donne des livres gratuits dans les lycées. Vous croyez que les connards me disent merci, ils disent non ils arrivent en retard, comme si c’était ma faute".

Le secret de son succès ? "Les histoires de cul !"

"Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou […] les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie."

Les Catalans ?

"Là, les catalans me font chier, mais je leur tape dessus parce qu’ils m’emmerdent, mais dans deux ans, je vais me mettre à les aimer je vais y revenir je vais leur dire, mon Dieu, je me suis trompé, je vous demande pardon, ils diront : qu’il est intelligent, ils me pardonneront, ils en reprendront pour 6 ans."

Les instituts de promotion de la langue Catalane ? "Une merde pour 4 guguss !"

"Je leur fait un petit institut, une merde pour propager le catalan auprès de 4 guguss, tout le monde est content, tout le monde est content, évidemment ils parlent catalan comme ça personne les comprend à 3 km de chez eux."

Sa stratégie électorale

"Les 2 premières années vous devenez maximum impopulaire, vous leur tapez sur le claque bec, etc… ah salop le peuple aura t’a peau, on t’aura, moi je dis cause toujours, je vous emmerde. Ensuite 2 ans vous laissez reposer le flan, vous faites des trucs plus calmes. Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs, et des bonnes paroles, je vous aime"

Les profs d’anglais de Montpellier et de France ? "Parmi les plus mauvais du monde !"

"Apprenez l’anglais, mais surtout pas avec les profs d’anglais de Montpellier et de France, qui sont parmi les plus mauvais du monde. Les 4/5èmes des profs d’anglais parlent l’anglais comme une vache espagnole."

Les recommandations de Georges Frêche pour apprendre l’anglais :

"Non, vous apprenez l’anglais, si vous êtes une fille, vous baisez avec un mec, si vous êtes un garçon, vous baisez avec des anglaises, et là vous apprenez vite, rien de tel que la communication orale. Moi je suis allé en Angleterre, j’ai baisé une quarantaine d’anglaises et je commençais à apprendre, mais après on bouffait tellement mal que je n’y suis plus revenu."

Mathieu SOLIVERES

Link to comment
Je me suis mal exprimé, je ne parlais pas d'interaction en face à face, mais de l'approche générale à adopter dans une société composée à 95 % d'abrutis.

Que faire ? (commencer par lire les ref de John Locke, certes !)

En profiter, pardi ! Quand tu as 95% d'abrutis, les gens intelligents s'en sortent statistiquement mieux que les autres.

Link to comment

- eviter de perdre son temps avec les suiveurs et ceux qui changent d'avis comme de chemise : viser les influenceurs et les personnes qui ont une tete bien faite ;

- les prendre un par un, jamais en groupe (en groupe, tu a la peur de perdre la face devant les autres qui empeche de dire "oui, j'ai tort") ;

- leur offrir des livres (essais ou fictions) bien choisis pour les influencer indirectement dans les periodes ou ils sont relaxes ;

- tenter de les faire se diviser entre eux (comme propose par h16), ils s'auto-limiteront ;

- les encourager a se laisser aller aux extremes : quand ils finissent par louer les camps de reeducation, tu leur dit qu'il y a clairement quelque chose qui ne va pas (normalement, ils deviennent receptif a tes arguments a ce moment la ; si ce n'est pas le cas, c'est qu'ils sont trop fier pour admettre ca en public - reessayer en prive - ou qu'ils sont perdus) ;

- argument du sens de la vie sans parler de liberte/liberalisme : "si tout est decide par un autre, si tu n'es qu'un piont, quel est le sens de ta vie ? Est-ce encore "ta" vie que tu vis ?" ;

- etre poli mais ferme dans ta defense passionnee de la liberte ;

- aimer tes interlocuteurs (ils le ressentent) ;

- dire une variante de la phrase suivante ou tu te livres ("tu sais, ce que je vais te dire est tres important pour moi, j'y suis profondement attache, j'ai horreur de X" ou X est un concept voisin de l'injustice/inequite/domination au lieu d'absence de liberte) ;

- Avoir des arguments et des exemples chiffres. Ca necessite d'avoir prepare et appris par coeur une douzaine d'argumentaires sur autant de themes different ;

- dans le meme argumentaire prepare, avoir des arguments qui font appel a l'emotion, a la logique theorique, a l'ennemi commun, a l'exemple concret (tu multiplies tes chances de toucher differentes personnes qui reflechissent différemment) ;

- pratiquer, pratiquer et encore pratiquer…

Link to comment
Il y a aussi la baffe dans la gueule.

Je pense qu'il faudrait effectivement trouver un moyen de demontrer que l'interlocuteur est en fait, contrairement a ce qu'il pretend - (tres) attache a la propriete privee/souverainete individuelle.

Exemple : le type dit que l'impot sur les riches/le communisme, c'est super. Perso, quand les arguments logiques ont echoues (en general ils n'echouent pas, c'est plutot la conversation qui s'enlisent dans des debats peripheriques nanards et absurdes), je dis les choses suivantes : je donne mon salaire (peu eleve), je liste les biens ou equipements electroniques et menagers que j'ai (quasiment aucun, ne pas porter de montre est une bonne methode)… En general, dans 97% des cas, mon interlocuteur est plus riche que moi, et aussi visiblement plus riche (vetements, bijoux, petit electronique). Donc je lui demande de me donner immediatement sa montre/son argent/son telephone, par solidarite. Je lui montre que j'en ai besoin pour des raisons qui sont considerees comme justes par le mainstream (nourriture, sante, securite, transport, loisirs minimums). S'il change de sujet, je redemande, j'insiste. En general, il y a comme un malaise.

Je fantasme sur la suite a donner a ce genre de conversation. Exemple, s'il refuse toujours, se lever calmement et enlever tres calmement la montre du poignet du type en expliquant que c'est comme ca, s'il n'est pas solidaire volontairement, il y en a pour le forcer a l'etre. Refuser de lui rendre sa montre. Vraiment. Oui, c'est ca, ne pas lui rendre sa montre. Jamais. Conclure sur l'attachement naturel a la propriete privee, sur la vrai nature de l'impot, sur la vraie solidarite, sur ce que tu penses utile dans cette situation…

Rester courtois mais ferme tout du long. Se separer en bons termes. Sans lui avoir rendu sa montre.

Link to comment

Une autre question périphérique à ce débat et qui m'a toujours chatouillé les méninges : Pourquoi les gens justement ne prennent ils pas conscience de leur inculture et n'essaient ils pas d'y remédié ?

On peut me parler de conditionnement, de déterminisme, de socialisation, … mais tout de même, à 30-40 ans, on est normalement capable de se remettre en cause !

Moi sa date de quelques mois… (j'ai 18 ans)

Link to comment
conscience de leur inculture et n'essaient ils pas d'y remédié ?

:icon_up:

[Rand]Parce qu'ils choisissent de ne pas vivre comme des hommes et préfèrent rester des larves.[/Rand]

foutaises, chacun voit midi a sa porte; il y a des gens qui ont d'autres priorites que d'avoir raison ou avoir l'air cool.

basé sur l'idée plus ou moins tacite qu'à force d'explications, les gens finiront par comprendre

cette idee est contraire au mode de fonctionnement politique ou c'est la betise qui vend.

Le liberalisme est l'huile dans la machine a broyer les noix: tu peux mettre autant d'huile que tu veux ca sera toujours pour broyer des noix.

Au final le liberalisme sert a des personnes pour tirer leur epingle du jeu, mais le jeu reste le meme, puisque la nature du commerce est toujours la meme.

Les gens ne veulent pas etre libres, ils veulent un bon chef.

Link to comment

Mode gentil : une explication, ce n'est pas forcément purement logique. Il y a aussi des techniques rhétoriques, des sophismes, des argumentations non directement rationnelles… L'idéal étant de revenir progressivement, tout doucement, à la logique une fois que tu as ferré le poisson.

Mode über-evil : reste à faire comme Obama le magicien. Testé et approuvé.

Link to comment

C'est dans la nature des gens et le système idéal reste la confédération politique: à l'est ceux qui crèvent dans leur merde parce qu'à la radio on dit qu'à l'ouest c'est pire et de l'autre côté des libéraux. On reprend le concept, on retire le mur et il ne faudra pas longtemps pour que l'est attaque l'ouest; et il faudra une après-midi pour que l'ouest détruise/annihile/vaporise/pulvérise l'est.

Je l'ai déjà dit précédemment; les nouvelles générations des pays en voie de développement ont le sens des affaires et savent arnaquer le blanc trop confiant; l'occident a su éduquer un peuple majoritairement inapte sur de nombreux terrains; larvé comme un nourrisson. On est foutus.

Link to comment
mais pas SCM bien sur :icon_up:

Bien sûr que si. Nous ne sommes ni plus intelligents ni plus honnêtes que les non-libéraux. La seule chose qui nous différencie du Français moyen, c'est que nous avons étudié certains sujets là où d'autres ne se posent pas de questions et répètent bêtement des mantras pour pouvoir parler de sujets où ils ne connaissent rien et choper la blonde à forte poitrine.

Link to comment

Nous ne sommes pas non plus ici par hasard. Si enfant j'ai débuté avec l'idéalisme de l'écologie et du communisme; c'est à force de raisonnements et de réflexions que je me suis doucement approché des conservateurs, des élitistes, des libéraux (au sens très large) et puis des libertariens. C'est tout un cheminement de la pensée et de la curiosité; je pense que beaucoup ont suivi un chemin vaguement semblable. Du moins, je ne connais personne qui est libéral (en dehors de "je suis libéral, je vote MR") sans un minimum de réflexion, et même si ça vient des parents, car nos idées sont contraires à la nature humaine: l'homme est un constructiviste et un perfectionniste. Lui donner du pouvoir c'est lui dire "et maintenant tu peux changer les choses" lui opposer le libéralisme c'est lui dire "laisse les choses comme elles sont: la société sait se démerder toute seule".

Link to comment
Bien sûr que si. Nous ne sommes ni plus intelligents ni plus honnêtes que les non-libéraux. La seule chose qui nous différencie du Français moyen, c'est que nous avons étudié certains sujets là où d'autres ne se posent pas de questions et répètent bêtement des mantras pour pouvoir parler de sujets où ils ne connaissent rien et choper la blonde à forte poitrine.

Ah ! C'est exactement ce que je pense :icon_up:

Link to comment
Bien sûr que si. Nous ne sommes ni plus intelligents ni plus honnêtes que les non-libéraux. La seule chose qui nous différencie du Français moyen, c'est que nous avons étudié certains sujets là où d'autres ne se posent pas de questions et répètent bêtement des mantras pour pouvoir parler de sujets où ils ne connaissent rien et choper la blonde à forte poitrine.

Trève de fausse modestie. Probablement que plus de 50% des membres de ce forum pourraient rentrer chez Mensa, et je pense que ça change beaucoup de choses.

Cf. l'ancien sondage où on étaient quasi tous INTP.

Link to comment
Trève de fausse modestie. Probablement que plus de 50% des membres de ce forum pourraient rentrer chez Mensa, et je pense que ça change beaucoup de choses.

Cf. l'ancien sondage où on étaient quasi tous INTP.

Et INTP c'est corrélé avec des QI de 130 et plus?

Link to comment
Guest jabial

J'ai déjà évoqué le problème et présenté ma solution. Les "abrutis" seront de toute façon dans la secte de quelqu'un, autant qu'ils soient dans la nôtre.

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...