dexter79

Libéralisation du transport de passagers

1 153 messages dans ce sujet

Enfin le premier opérateur ferroviaire privé francais : Thello

de voyageurs (il y en a de fret)

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Techniquement, il y en avait d'autres, pour les voyageurs. Mais bon, c'étaient des micro-opérateurs locaux, qui obtenaient (avec beaucoup de mal) la concession d'une ou deux lignes anecdotiques sur lesquelles la SNCF perdait de l'argent en assurant un quasi non-service, et qui, eux, font rouler davantage de trains sans perdre de fric.

Il y a un terme technique pour ça, ce sont les OFP, Opérateurs Ferroviaires de Proximité. Ils se comptent pour l'instant sur les doigts des deux mains, il me semble.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas moi je n'attends qu'une chose, c'est que tout le secteur du transport de passagers soit libéraliser. Vivement les trains Virgin.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comment ca se passe ? Thello vend directement ses billets aux consommateurs ? Ils vont louer des lignes auprès de la SNCF ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comment ca se passe ? Thello vend directement ses billets aux consommateurs ?

C'est super interessant . :icon_boire2:

Thello vend directement les billets (à destination de Venise Milan ou Padoue seulement) sur son site internet.

Par exemple pour un depart Paris en semaine au mois de Janvier 2012, le tarif le plus bas est à 80€ l'aller.

Tu pars à 19h45 et tu arrives vers 6 heures du mat à Milan (avec un compartiment- couchette à partager avec 3 personnes )

Si tu veux une cabine c'est beaucoup plus cher.

:feuroue:

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils ont leur trains, ils payent l'utilisation des rails à RFF.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est super interessant . :icon_boire2:

Thello vend directement les billets (à destination de Venise Milan ou Padoue seulement) sur son site internet.

Par exemple pour un depart Paris en semaine au mois de Janvier 2012, le tarif le plus bas est à 80€ l'aller.

Tu pars à 19h45 et tu arrives vers 6 heures du mat à Milan (avec un compartiment- couchette à partager avec 3 personnes )

Si tu veux une cabine c'est beaucoup plus cher.

:feuroue:

En même temps, prendre le train pour aller à Milan ou Venise depuis Paris, y dormir une nuit pour 80 euros c'est juste débile quand de bonnes compagnies aériennes privées low cost te le font à moins de 50 euros en 1 heure. Sauf si on a du temps à perdre. N'est-ce pas Roger?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas moi je n'attends qu'une chose, c'est que tout le secteur du transport de passagers soit libéralisé. Vivement les trains Virgin.

Quand tu liras ce qui suis, tu t'apercevras qu'on en est à des années-lumière.

Antoine Hurel, vice-président de l'Association française du rail (Afra), qui plaide pour l'ouverture à la concurrence du rail, fait un bilan des Assises du ferroviaire

.- Les Assises du ferroviaire ont-elles répondu à vos attentes?

Antoine HUREL.- "..La ministre a en effet évoqué de premières expérimentations en 2014 seulement….pour les trains express régionaux (TER), seules les régions qui manifestent leur intérêt pourront faire appel à de nouveaux opérateurs. Or, à l'heure actuelle, aucune d'entre elles ne s'est officiellement manifestée. …" :dentier: :dentier: :dentier:

Mais là………….. où ça coince graaaaave.

Antoine HUREL- "… comment faire cohabiter dans une même entreprise ferroviaire des personnes qui ne bénéficieraient pas du statut SNCF et des cheminots qui conserveraient leurs avantages?

Autre problème: comment demander aux nouveaux entrants de faire face aux surcoûts du régime spécial de retraite des cheminots sans le répercuter sur le prix facturé aux régions? " :lol: :lol:

http://www.lefigaro.fr/societes/2011/12/16/04015-20111216ARTFIG00676-statut-social-les-concurrents-de-la-sncf-posent-leurs-conditions.php

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Tremendo : si on part du principe que les entrepreneurs de Thelo nbe sont pas complètement débiles, et que le public des aérophobes est minuscule, il y a bien un avantage client proposé. Horaires tous les jours de la semaine ? Déserte des gares de villes de provinces désavionnées ? Je connais des personnes aimant voyager de nuit car cela leur fait gagner des heures de jour.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et puis les trains couchettes de nuit, c'est marrant. Que ça soit (entre autre) Venise n'est sans doute pas un hasard, y a le coté romantique.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Tremendo : si on part du principe que les entrepreneurs de Thelo nbe sont pas complètement débiles, et que le public des aérophobes est minuscule, il y a bien un avantage client proposé. Horaires tous les jours de la semaine ? Déserte des gares de villes de provinces désavionnées ? Je connais des personnes aimant voyager de nuit car cela leur fait gagner des heures de jour.

Ah mais je n'en doute pas, il y a des clients pour.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les institutions organisant la soit-disant libéralisation du rail ont totalement (et sciemment) restreint cette libéralisation aux services ferroviaires (les compagnies de train) et non à l'infrastructure (qui reste sous le monopole de RFF). En gros, les futures compagnies ferroviaires seront obligées de payer RFF (et donc indirectement l'Etat) pour louer l'utilisation des lignes. Elles n'auront pas la possibilité de créer ex-nihilo de nouveaux réseaux (constructions de lignes suburbaines privées par exemple) ou d'acheter certaines portions à RFF.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une réelle libéralisation du transport de passager devra donc inclure à la fois les exploitants et le réseau ferré. A ma connaissance, la mise en concurrence de RFF (au delà des quelques lignes anecdotiques appartenant de toute manière à des entités publiques ou parapubliques: RATP, TP Ferro pour la LGV Perpignan-Figueras, Eurotunnel) n'est pas à l'ordre du jour.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est donc une concurrence en trompe l'oeil qui se met en place en Europe (les réseaux ferrés sont la propriété de l'Etat dans la plupart des pays européens y compris après libéralisation), situation à comparer par exemple avec le Japon où certaines compagnies ferroviaires privées ont créé des réseaux entièrement privés (rails, gares, lignes) sans subventions.

Ces investissements sont généralement couplés à des opérations immobilières et commerciales. Par exemple, la compagnie Tokyu dans l'ouest de Tokyo possède un réseau en propre, des supermarchés (accolés aux gares du réseau), des résidences immobilières (implantées le long du réseau), etc.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

situation à comparer par exemple avec le Japon où certaines compagnies ferroviaires privées ont créé des réseaux entièrement privés (rails, gares, lignes) sans subventions.

 

Je me posais la question d'ailleurs si cela était possible de la part du privé de construire son propre réseau de métro ou de train de banlieue sans intervention publique.

Y'a-t-il des artciles à ce propos?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour un ex pilote de GP moto... la politique ça vous rend con.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour un ex pilote de GP moto... la politique ça vous rend con.

 

De qui parles-tu?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Estrosi

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci j'ai compris avec retard en lisant l'article de Nick

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me posais la question d'ailleurs si cela était possible de la part du privé de construire son propre réseau de métro ou de train de banlieue sans intervention publique.

Y'a-t-il des artciles à ce propos?

 

Il me semble que la réglementation n'autorise pas la création de réseaux privés (y compris sans subvention) car les transports collectifs sont soumis à planification dans le cadre du schéma d'aménagement du territoire. Ainsi, il est toujours interdit de créer de simples lignes de bus interurbaines (celles-ci sont sous monopole de la SNCF qui peut éventuellement déléguer ses missions à des transporteurs privés).

Je vais essayer de retrouver des articles en référence.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La simple existence de lignes 100% privées sans subventions au Japon met à mal l'argumentation classique des collectivistes français ("mais voyons donc, le rail, ce sont des investissements énormes, il est naturel de le confier à l'Etat"). 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble que la réglementation n'autorise pas la création de réseaux privés (y compris sans subvention) car les transports collectifs sont soumis à planification dans le cadre du schéma d'aménagement du territoire. Ainsi, il est toujours interdit de créer de simples lignes de bus interurbaines (celles-ci sont sous monopole de la SNCF qui peut éventuellement déléguer ses missions à des transporteurs privés).

Je vais essayer de retrouver des articles en référence.

 

Oui j'avais entendu parler de ça. Ce que je voulais dire était: existe-t-il des cas de réseaux de métros ou de trains urbains contruits intégralement par le privé?

Les lignes de bus c'est un cas à part puisque même les lignes privées utilisent les routes existantes construites et subventionnées par l'Etat.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui j'avais entendu parler de ça. Ce que je voulais dire était: existe-t-il des cas de réseaux de métros ou de trains urbains contruits intégralement par le privé?

Les lignes de bus c'est un cas à part puisque même les lignes privées utilisent les routes existantes construites et subventionnées par l'Etat.

 

En France, non. Les rares réseaux opérés par le privé sont des concessions et leur construction a dans tous les cas fait appel largement à des financements publics.

 

Au Japon, oui.

http://en.wikipedia.org/wiki/Tokyu_Corporation

http://en.wikipedia.org/wiki/Keikyu

http://en.wikipedia.org/wiki/Odakyu_Electric_Railway

http://en.wikipedia.org/wiki/Keisei_Electric_Railway

http://en.wikipedia.org/wiki/Keio_Corporation

etc...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En France, non. Les rares réseaux opérés par le privé sont des concessions et leur construction a dans tous les cas fait appel largement à des financements publics.

 

Au Japon, oui.

http://en.wikipedia.org/wiki/Tokyu_Corporation

http://en.wikipedia.org/wiki/Keikyu

http://en.wikipedia.org/wiki/Odakyu_Electric_Railway

http://en.wikipedia.org/wiki/Keisei_Electric_Railway

http://en.wikipedia.org/wiki/Keio_Corporation

etc...

 

Intéressant, je ne savais pas.

Je saurai quoi dire la prochaine fois que j'en parle dans un diner mondain.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La simple existence de lignes 100% privées sans subventions au Japon met à mal l'argumentation classique des collectivistes français ("mais voyons donc, le rail, ce sont des investissements énormes, il est naturel de le confier à l'Etat"). 

 

A ce sujet j'ai toujours trouvé quelque chose d'étrange dans cette argumentation.

 

Alors qu'en France les gens gueulent contre les compagnies privées qui tiennent les autoroutes, car l'état n'avait pas les moyens de lancer toutes ces grandes constructions. Ils sont capables de soutenir qu'un réseau de train privé ne serait pas possible.

 

D'ailleurs, il existe un seul endroit en France ou il n'y a pas d'autoroute privée et il n'y a tout simplement pas d'autoroute du tout.  Coucou les bretons, ça roule toujours à 110 ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble que la réglementation n'autorise pas la création de réseaux privés (y compris sans subvention) car les transports collectifs sont soumis à planification dans le cadre du schéma d'aménagement du territoire. Ainsi, il est toujours interdit de créer de simples lignes de bus interurbaines (celles-ci sont sous monopole de la SNCF qui peut éventuellement déléguer ses missions à des transporteurs privés).

Je vais essayer de retrouver des articles en référence.

Vu que tu as l'air spécialiste, je te parle d'un fait divers que j'avais lu je ne sais plus où il y a quelques années.

En gros, des femmes de ménages (une dizaine mettons) se cotisent pour louer une sorte de mini van pour aller au boulot le matin dans la même zone d'activité commerciale (à l'extérieur d'une grande ville, en Alsace je crois). Le souci : le conseil général avait donné une concession de ligne de bus à une boite sur tout ou partie du trajet, elle a donc porté plainte contre les femmes de ménage. Je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite.

Il n'est pas impossible que ce soit mon cerveau libertarien qui ait inventé de toutes pièces cette histoire.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

A ce sujet j'ai toujours trouvé quelque chose d'étrange dans cette argumentation.

 

Alors qu'en France les gens gueulent contre les compagnies privées qui tiennent les autoroutes, car l'état n'avait pas les moyens de lancer toutes ces grandes constructions. Ils sont capables de soutenir qu'un réseau de train privé ne serait pas possible.

 

D'ailleurs, il existe un seul endroit en France ou il n'y a pas d'autoroute privée et il n'y a tout simplement pas d'autoroute du tout.  Coucou les bretons, ça roule toujours à 110 ?

Oui mais les autoroutes ont été construites avec les subventions de l'Etat. Là aussi, j'aimerais savoir s'il existe des exemples d'autoroutes construites à 100% avec des fonds privés.

En tout cas l'exemple japonais des rails semble mettre à mal complètement l'argument des biens publics où les trop grandes consctructions ne pourraient être réalisées par le privé. 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quasiment l'ensemble du réseau autoroutier appartient à l'État en France, c'est l'exploitation qui est privée. Ça expliquerait d'ailleurs la baisse de qualité des autoroutes depuis quelques années.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par ttoinou
      Salut à tous,
       
      Je vous propose un petit atelier de réflexion libérale appliquée : la sécession et la libéralisation de la plus belle région de france, j'ai nommé l'Alsace. Comme vous le savez probablement déjà, l'Alsace est cette petite enclave coincée entre le Rhin et le Massif des Vosges, peuplée d'1,9 millions d'habitants et regroupant les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. L'Alsace est limitrophe de la Suisse, de l'Allemagne, est située en plein cœur de l’Europe rhénane (mégalopole européenne) et serait une candidate idéale pour devenir le nouveau paradis réglementaire et fiscal que beaucoup cherchent désespérément.
       
      En ces temps politiques troublés, et avec des personnalités charismatiques et capables de ramdamer les sphères médiatiques françaises, un scénario de sécession de l'Alsace n'est pas improbable. Je n'ai pas les chiffres mais j'ai plutôt l'impression que cette région, plutôt riche, est perdante dans son intégration au reste de la France. Elle a toujours eu une culture locale bien prononcée, elle jouit même d'un droit local, sa langue se déprécie de jour en jour, et sa fusion récente avec la Lorraine et la Champagne Ardenne (pour former "Le Grand Est") n'est pas là pour arranger les choses aux yeux de son peuple. Il existe d'ailleurs déjà des mouvements sécessionnistes : Alsace d'Abord ("Le rassemblement des forces régionalistes, européennes et identitaires en Alsace"), Unser Land ("Un parti alsacien pour le peuple alsacien", sur son site a l'air beaucoup plus neutre et présente des arguments économiques en se comparant aux voisins)
       
      Voilà comment je découperais les différents éléments de la discussion :
       
       
      I) t=0
      Aspects légaux de la sécession (est ce que l'autonomie régionale suffirait ou pas ?)
       
      + Comment en parler / se positionner politiquement sur le sujet :
      ne pas s'aligner / être confondu avec des extrémistes ? avoir un discours cohérent par exemple "je me sens français mais aussi alsacien et je veux le meilleur pour mon pays, et ça passera par la sécession car la france est irréformable, nous réclamons le droit de nous déterminer" Comment faire le buzz et faire en sorte que ce sujet de discussion touche tous les français  
      II) t=1an : Premières mesures
       
      Formation légale des institutions de l'état
      Transposition de toute la loi française & européenne (fork dans un premier temps, changement des lois dans un second)
      Accord(s) pour la protection militaire avec la France et/ou l'Allemagne
      Différents accords avec la france pendant la transition : garder la police par exemple ou encore certains types d'inspecteurs
      Déplacer de Bruxelles & Paris à Strasbourg les fonctions les plus importantes
      Instauration de différentes formes de démocratie populaire et locales ?
       
      III) t=2ans : proposition de programme pour l’élection
       
      Organisation de l’élection présidentielle, formation de un ou plusieurs partis libéraux (et autres), vos avis sur le contenu potentiel du programme ? Pourrait-on obtenir un support financier des entreprises en prévisions des bénéfices futurs issus des réformes ?
       
      Le plus urgent ? Les propositions clés ? Les plus efficaces pour la configuration spécifique de cet état ? Questions monétaires et positionnement vis à vis de l'UE :
      Création d'une monnaie nationale ? Si "non" comment faire en sorte que l'état Alsacien puisse ponctionner un impôt ? Autoriser certaines monnaies officiellement et établir une comptabilité multiple ? (euro, dollars, bitcoin...)
      Quel serait le positionnement de l'état alsacien vis-à-vis de l'UE ? Si elle en sort il faudrait déménager le parlement Européen, si elle y reste qu'est ce que l'UE peut bien lui apporter à part la monnai€ ? Les mesures moins urgentes mais qui seraient tout de même appréciables un jour ou l'autre Quels seraient les autres formations politiques à nous faire concurrence ? Quels seraient les points communs / les compromis à faire ?  
      IV) t = 10 ans : votre vision pour l'Alsace
       
      Nouvel eldorado du libéralisme en plein cœur de l’Europe ?
      Comment réagirons les autres pays, l'UE ?
      Réindustrialisation de l'Alsace, Google qui déménagent de Suisse pour s'installer en Alsace ?