Jump to content

Anton_K

Membre Actif
  • Content Count

    5722
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

About Anton_K

  • Rank
    Monsieur Méthode

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Hume

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    Traditions libérales, théorie des choix publics, théorie de la décision, recherche opérationnelle, épistémologie.

Recent Profile Visitors

3101 profile views
  1. Clairement. Non seulement pour son influence sur la musique moderne "savante" mais aussi sur le Jazz, sur le rock progressif, sur les compositeurs les plus importants de musique de films. Le sacre du printemps est peut-être le dernier évènement de son ampleur dans l'histoire de la musique. Pour ce qui est de la fin XIXe, je dirais que Moussorgski est un de ceux qui a l'influence la plus vaste sur la musique future (encore un russe, et un sacré punk avant l'heure).
  2. Là tu me parles plutôt de tes propres goûts non ? Cela dit Daft Punk est un bon exemple, vue leur importance médiatique, leur influence sur d'autres musiciens, sur le cinéma, le fait qu'ils sont validés par tout le monde. Certes, mais ce que je voulais dire c'est que ce qu'on appelle un "géant" est quelqu'un qui est connu et apprécié de presque tout le monde (Elvis, Michael Jackson, les Rolling Stones, dans la francophonie Brel, Brassens, éventuellement Johnny). Ce genre de statut me semble nécessiter non seulement la reconnaissance du talent, mais en plus le soutien de média de masse, et une aura de représentant culturel national/international. J'ai l'impression que ça nécessite une forme de captivité du public qui n'est plus vraiment possible. J'aurais dit : succès unanime, autant dans le public quand chez "les élites" (donc ça exclut des icônes de contre culture comme Lemmy, KISS ou Black Sabbath, amha). Je pense pas qu'il y ait besoin d'être trop qualitatif/subjectif pour cerner (si ce n'est définir) ce qu'est un géant.
  3. Anton_K

    Nécrologies

    Je suis partagé. D'une part il est vrai que notre époque a 1. beaucoup de bonne musique et 2. des pop stars, que ce soit dans la musique ou dans le cinéma, et qu'il faut éviter de faire intervenir son propre jugement de valeur dans la définition de ce qu'est un grand. Si j'ignore mon propre jugement de valeur, Lady Gaga, The Weeknd, Beyoncé, Drake, pourraient être considérés un jour comme des "grands". Cela étant dit : 1. que doit le statut de géant à l'homogénéité de la popculture, due à l'influence de la télé, de la radio et des majors? Leur pouvoir reste important mais mais bien moindre que dans la production de la génération de "grand" qui s'éteignent maintenant. 2. je ne suis pas sûr que des "grands" soient produits en continu car le processus est soumis à des effets de génération. Le fait que les directeurs de festival de ciné, de chaînes de télé et de majors soient les même depuis quasiment les années 60 fait que le projecteur reste bloqué sur "leurs grands".
  4. En France, la remarque de Quatennens sur le privilège blanc et son soutien par Mélenchon (à un moment donné en tout cas, j'ai pas suivi je sais pas si c'est toujours le cas) semble témoigner que c'est le cas (et ça a l'air de bien diviser la FI). A mon avis c'était déjà le cas au PCF depuis à un moment. En ce qui concerne la twittosphère francophone où le SJWisme universitaire a régné en maître sur la gauche pendant quelque temps, ça avait déjà aussi commencé à bouger, avec des micro-mouvements (on reste sur twitter hein) comme le Charlisme (en référence à un mec d'extrême gauche se faisant passer pour nationaliste qui, après s'être fait outé comme faisant de l'entrisme à droite pour un groupe communiste, précisément sur la ligne anti-sjw, semble finalement avoir vu sa fiction devenir réalité et sa ligne originale commencée à être soutenue), ou la page "Camp de Base", explicitement communiste et anti-sjw.
  5. Comme ça pas tellement, en tout cas pas d'ouvrage qui en traite globalement, à part le René Thom auquel j'ai pensé spontanément en voyant la question de @Rincevent, mais je ne dirais pas que c'est un excellent livre philosophique. Je suis d'accord avec @Lancelot pour dire que c'est un sujet qui est souvent traité de manière intradisciplinaire. Je pense à un bouquin en économie qui traite de ce sujet, mais parmi d'autres : The Inexact and Seperate Science of Economics. Quel est le problème que tu te poses @Rincevent ?
  6. Tu voyages avec une mappemonde ? 🤔
  7. J'ai voté Mercator, en connaissance de cause.
  8. Un terme non défini ce n'est pas une erreur syntaxique, mais sémantique. 🤙
  9. Ça va beaucoup plus loin. Top commentaire sous un article que je lisais hier sur la destruction du bureau de liaison Nord-Sud en Corée : "Rocket Man, le copain de TRUMP". Article francophone. L'obsession et l'hystérie que déclenche ce type est effarante.
  10. Pour compléter sur les entreprises zombies, l'idée simplifiée à laquelle je suis tenté de souscrire est la suivante : 1. La plupart des grosses entreprises françaises, surtout publiques mais pas seulement, sont zombifiées et perfusées par des emprunts publics. 2. Les rémunérations des cadres dirigeants augmente de manière disproportionnée relativement aux résultats des entreprises et aux autres catégories de salariés. Ça ressemble à un transfert d'argent public via l'endettement et ces rémunérations. (Avec en plus une couche d'aléa moral qui fait que les décisions de mésinvestissement ne sont jamais sanctionnées et que les coûts redescendent). C'est une manière d'interpréter le problème politico-économique français dont je comprends qu'elle séduise une droite habituée à des analyse crypto-marxistes parce qu'elle reformule de manière économiquement plus plausible l'idée d'un "accaparement" et d'une lutte entre des classes qui restent définissables économiquement, même si en fait elles sont constituées et maintenues par décisions politiques qui créent des asymétries dans l'accès à l'argent public et le fardeau de la dette. Maintenant, en effet cette analyse n'explique qu'une partie du problème politico-économique, puisque comme tu le dis, la masse des parasites de bas niveau participe aussi (même si à mon avis plus indirectement) à cet "accaparement".
  11. Tu as raison sur le fait que tous les employés du secteur public bénéficient de l'endettement public. Mais il y a des raisons de penser que les cadres dirigeants se mettent particulièrement bien : https://www.capital.fr/votre-carriere/la-tres-genereuse-politique-salariale-dedf-de-nouveau-epinglee-1326460 https://www.agefi.fr/banque-assurance/actualites/quotidien/20150317/cour-comptes-epingle-salaires-dirigeants-banque-137689 En ce qui concerne les retraités je suis d'accord avec toi, on ne peut pas dire qu'ils font partie d'une "oligarchie", et pourtant ils accaparent une grande partie de la croissance du secteur financier. En l'occurrence ils font partie d'une coalition électorale gagnante. Bon on est d'accord sur ça, il faut repréciser notre lieu de désaccord s'il subsiste.
×
×
  • Create New...