Jump to content

Anton_K

Membre Actif
  • Content Count

    5594
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

About Anton_K

  • Rank
    Monsieur Méthode

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Hume

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    En matière de libéralisme, je m'intéresse au communautarisme, aux traditions libérales et au minarchisme.

    Par ailleurs, à la décision, à la logique, à l'anthropologie/ethnographie, à la musique.

Recent Profile Visitors

2810 profile views
  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Exposition_prénatale_à_l'alcool
  2. Haha désolé c'est parce que c'était @Sekonda, (ça commençait bien)
  3. Certains handicaps s'accompagnent de traits du visage stéréotypés.
  4. Apparemment dans un débat avec E. Zemmour, F. Asselineau déplorait récemment la participation de la France au financement d'infrastructures dans d'autres pays de l'union, imposées par des directives européennes. Ce à quoi Zemmour répliquait que les directives européennes n'étaient pas réellement contraignantes. Malgré l'imposition de sanctions financières, que la France aurait d'ailleurs, si j'en crois ce que je lis par ailleurs, déjà payé dans le passé pour retard de transposition, il y aurait la possibilité, d'après lui exploitée par d'autres pays de l'union, de "s'asseoir dessus" (modulo, j'imagine, la volonté ou l'intérêt politique de jouer le jeu européen, dont je ne doute pas qu'ils ne sont pas les mêmes pour un pays central comme la France et pour un pays périphérique). Cette idée m'a rappelé une conversation de vive voix avec @Sekonda et @Zagor . Ce dernier avait observé, si je me souviens bien, que l'impératif de transposition OU d'application du droit transposé (ce qui fait une différence j'imagine du point de vue des sanctions, mais je ne me souviens plus) était principalement invoqué par le gouvernement français comme argument en faveur de l'adoption des loi qui l'intéressent pour d'autres raisons, alors que d'autres directives européennes ne seraient soit pas transposées, soit pas appliquées, même par la France. Déjà, est-ce que j'ai rêvé ou mal attribué cette conversation? Si non, qu'est-ce que vous proposez comme sources sur ce sujet qui permettrait de vérifier l'affirmation?
  5. Nous sommes d’accord. Ce qui est classiquement reproché à l´universalisme, si on est charitable, c’est d’avoir accompagné rhétoriquement des campagnes de conquêtes, en en habillant le caractère impérialiste. Mais j’aurais aussi tendance à penser que la relation est contingente au sens où les forces qui poussent un État à la conquête semblent s’exprimer indépendamment des théories morales défendues par ses agents ou justifiant ses institutions.
  6. J'ai aussi du mal à comprendre ce bloc autour du Polanski, y compris de la part de gens dont je ne vois pas l'intérêt de le faire (récemment Costa Gavras, qui a un film a promotionner, et qui prend le temps d'insister sur le fait qu'il faut pardonner Polanski...). J'ai deux explications : soit c'est sa génération, c'était fréquent à l'époque, ils comprennent pas pourquoi c'est grave. Mais pour Finkielkraut je sais pas si ça marche bien. Soit il y a une pression ou un chantage moral fort dans l'entourage du Polanski qui fait que ses amis se sentent obligés de le soutenir. Le fait qu'il ait explicitement dit depuis des années qu'il s'identifiait à Dreyfus accablé d'accusations, et que Bruckner lui ai carrément servi la soupe dans ce sens à la radio suggère quelque chose du genre. Enfin ce n'est que mon avis. Mais je trouve que c'est trop anormal pour ne pas nécessiter une explication.
  7. Par rapport à Finkielkraut, la réponse a été coordonnée est intense sur les deux extraits controversés ; sur les acteurs noirs - là où à mon avis ses propos ont été le plus décontextualisés et déformés pour faire scandale ; et sur le viol - là il y avait moins de boulot à faire, paradoxalement le passage est davantage raboté et décontextualisé alors qu'il y avait moins matière à sauver Finky par le contexte. Dans tous les cas les comptes d'associations et d'activistes ont relayés les mêmes extraits, donné la même interprétation.
  8. J'ai vu passer trois extrait, deux avec Finky, un avec un type qui traite Desproges d'antisémite... Les grands rendez-vous de l'opinion public en France ça devient (ou ça redevient?) une sacrée foire. edit : donc c'était pour défendre Polanski... j'ai l'impression que ça amène pas mal de monde à faire et dire vraiment n'importe quoi et je trouve ça plutôt suspect.
  9. Je ne suis pas très impressionné par Madelin, je suis même un peu déçu. Déjà il y a le côté : "je n'aime pas votre théorie du droit parce que ce serait horrible si c'était comme ça..." c'est faiblard. Quand Madelin évoque A. Smith il a raison et est très intéressant, et quand Zemmour lui fait une pique sur les réseaux sociaux qui ne rapprochent pas - ce qui est une idiotie patente, un bon exemple aurait pu le calmer et conduire le point à la maison. Mais il ne le fait pas. Sur la question du cadre national du libre échange il y aurait eu matière à un débat très intéressant sur le libéralisme en contexte mondial, la division internationale du travail, mais Madelin laisse une fois de plus passer. Quand Zemmour adresse la critique selon laquelle l'universalisme est un impérialisme, il fallait absolument répondre car c'est un argument très puissant. Au lieu de répondre il se lance dans une réflexion sur les droits de l'homme comme élément de civilisation occidentale, peut-être pour faire jouer sur une fibre traditionaliste prêtée à Zemmour, mais que ce soit correct ou pas, ça change totalement la nature de son argument. Le coup des restaurants étrangers pour contrecarrer l'idée d'uniformisation culturelle... ça ne fait pas sérieux, en tout cas je trouve. Et le pire c'est que ça débouche sur une réflexion sur la crise en mutation (avec un vocabulaire incantatoire sur la "civilisation mondiale de la connaissance numérisée"... passons) qui véhicule l'idée qu'il y a un mouvement du monde auquel on doit s'adapter, et qu'il n'y a qu'à le comprendre pour reconnaître qu'il est bon. D'une part c'est un type de rhétorique trop fréquente chez les libéraux qui est perçue comme un aveu d'impuissance servie de manière condescendante (on a l'air de poser un défi, une crise à résoudre, mais on ne propose comme stratégie que l'acceptation). D'autre part ça peut être vu comme de la double pensée : est-ce que l'uniformisation est un problème dont il s'agit de dire qu'il n'existe pas tant que ça? Ou est-ce qu'il existe mais il s'agit de dire qu'en fait il est bon? La force de Zemmour c'est qu'il a un argumentaire assez familier du public, et qu'en général il est capable d'apporter une référence, une précision en plus de ce que disent les gens qui ne connaissent que les éléments de langage. Le public a l'impression de s'instruire, ça donne à Zemmour du crédit. Malheureusement Madelin c'est un peu le contraire, son discours a besoin de lutter contre des vents contraires dans l'opinion, et ses exemples et références ne font pas mouche, ils ressemblent à des banalités ou des incantations un peu douteuses.
  10. On pourra le répéter autant de fois que l'on voudra, mais ce tabou autour des études, que l'on pourrait résumer à "orienter un jeune ailleurs que dans le supérieur c'est nier son potentiel et l'assigner à un rôle indigne" est perpétué et instillé dans les esprits par l'éducation nationale, et le pouvoir de ce léviathan est formidable. Heureusement il est possible de sauver ses propres enfants.
  11. Point ici de "violences", ni de "tensions". 👌 Bon sinon cette histoire d'immolation me révolte pour ce qu'elle révèle de la politisation des jeunes très précaires. Les leaders des associations de gauche les préfèrent multi-redoublants militant pour des causes impossibles que dans un job (même temporaire, même à temps partiel) leur permettant de survivre. Voilà où ça mène. Ma compagne a eu sa licence en travaillant 25h par semaine, puis elle a interrompu ses études un an pour travailler, puis elle est rentrée dans une école sur concours. J'ai l'impression que mon entourage regorge d'exemples de ce genre, mais non, la version officielle de la gauche c'est que le travail est une aliénation intégrale dont on ne revient jamais. Brûlez en enfer.
  12. Je pense pas qu’il soit nimbé d’innocence. Mais que la couverture des événements syriens ne fassent de plus en plus qu’exprimer les symptômes d’une orange-man-badite aiguë, et que cela mine le crédit de la presse us prog, je te le concède absolument.
×
×
  • Create New...