Jump to content

Anton_K

Membre Actif
  • Posts

    5974
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    20

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    Traditions libérales, théorie des choix publics, théorie de la décision, recherche opérationnelle, épistémologie.

Ideas

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Hume

Recent Profile Visitors

3995 profile views
  1. Mes lectures philosophiques sont de retour. Je lis un papier de Geoffrey Hodgson qui s'appelle The Firm as Interactor, et je vais continuer avec le bouquin The Evolution of Institutional Economics. Hodgson est, si je comprends bien, une figure du proue de l'institutionnalisme depuis 15-20 ans avec une approche évolutionniste de l'histoire des institutions. En particulier il s'intéresse à l'émergence du capitalisme d'un point de vue darwinien/dawkinsien, avec l'entreprise comme individu (interacteur est le terme technique, emprunté à Hull si je comprends bien) et les procédés (industriels et managériaux, je n'ai pas l'impression qu'il distingue trop pour l'instant) comme réplicateurs (d'après la terminologie de Dawkins). Du coup j'ai aussi commencé à lire The Selfish Gene de Dawkins sur le conseil de @Vilfredo et parce que c'est une référence fréquente chez Hodgson.
  2. En tout cas (je prends le devoir de snobisme sur mes épaules) c'est fou comme l'allemand académique est transparent.
  3. Je pense pas que ça aille plus loin que ça en effet. En fait le problème n'est pas vraiment path dependent tant que tu as accès à un niveau de célébrité arbitrairement haut ou bas dans la population. Edit : en fait il y a une différence, car dans le problème de reddit on n'a pas besoin de la dernière supposition : on part du retail price, on suppose que par défaut la revente à un quidam fait diminuer le prix, et que la revente à une célébrité le fait augmenter. Le théorème des valeurs intermédiaires s'applique parce que, en particulier, la possibilité de faire diminuer le prix est garantie. Dans mon cas, on peut imaginer que le prix soit arrivé très haut et qu'il n'existe personne de suffisamment inconnu pour faire retomber le prix au retail s'il a été possédé au moins une fois par une superstar.
  4. J'ai l'impression que l'énoncé ne dit pas si l'objet était neuf avant d'être porté par la célébrité, et quand j'ai lu "gain" ou "lose value" je l'ai interprété spontanément comme un discount donc je me suis représenté le problème de manière itérée. Oui oui j'entends. J'allais te dire que c'est moins intéressant mais au final ma version itérée se résout tout autant par les valeurs intermédiaires si la fonction est continue pour la variable de célébrité, donc j'ai fait le kéké pour rien.
  5. Quelle fonction? La façon dont ce problème doit être modélisé ne me semble pas si évidente. On peut surement commencer par une fonction qui au niveau de célébrité associe un prix, et la question est de savoir si il existe nécessairement une personne au niveau de célébrité correspondant au prix retail, mais c’est ennuyeux. Plus indirectement on considère une séquence de reventes et l'évolution du prix à chaque étape est une fonction du prix à l'étape précédente et du niveau de célébrité du dernier acheteur. On se demande si il existe une séquence qui permet de retourner au prix retail. Le post reddit pointe plutôt dans la deuxième direction et je ne suis pas sûr que dans ce cas là ce ne soit qu'une affaire de valeurs intermédiaires ou d'accroissements finis. En fait si, c'est juste un problème de valeurs intermédiaires là aussi.
  6. Alors tu commences pas par Nietzsche, déjà. Le problème de Nietzsche c'est que c'est surtout un commentateur, donc si tu n'as lu ni les principaux anciens, ni Spinoza, ni Kant, et que tu n'as pas le contexte intellectuel de l'époque en tête (wagneriens vs anti-wagneriens, réflexions vivaces à l'époque sur l'histoire de la littérature et du théatre), tu n'en retiendras que des punchlines dépourvues de sens, et si tu as tout ce background tu trouveras que ça t'apporte finalement pas grand chose. Avec toutes ces réserves, les conférences de Luc Ferry (fondées en partie sur ce qu'a décrit Deleuze sur Nietzsche) ne sont pas mal pour un tout premier contact.
  7. En gros y'a un truc avec les roux qui essaient de se donner un style de bourgeois lillois de la grande époque.
  8. J'ai l'impression que dans Star Wars toutes les organisations sont relativement plus libérales que celles qui sont dépeintes dans des oeuvres de space opera comme Star Trek ou Dune. L'Empire a un pouvoir de destruction, et même si on nous dit de temps en temps qu'il a un pouvoir de contrôle, en fait on le voit assez peu. Tout ce qu'il y a d'intéressant se passe dans la bordure extérieure, qui est un espace peu gouverné. La figure du petit entrepreneur individualiste est assez présente (Lando, Han, l'oncle Owen, Watto... les chasseurs de prime même si on veut) et du commerçant en général avec les Jawa, les scènes de marché récurrentes. Dans Star Trek ou Dune, il y a de l'anticipation politique et sociale liée à la science fiction, l'anticipation d'un contrôle social accru au sein des organisations avec un gros trait progressiste dans Star Trek. Au contraire dans Star Wars il y a presque une vision réactionnaire et anarchiste du monde, où la technologie n'a pas d'impact sur les problèmes sociaux éternels (l'esclavage, les mafia et trafics en tous genres, les inféodations)... C'est surement le tropisme western de l'oeuvre qui veut ça d'ailleurs.
  9. Ce n'est pas moi non plus, mais je suis curieux de savoir qui c'est.
  10. Ça les amis c'est ce qu'on appelle de la communication politique. Qu'est-ce qu'il faut pas faire pour une campagne présidentielle.
  11. Il me semble que la vente de sous-marins à propulsion nucléaire à une marine étrangère est par défaut exclue, et à tout le moins soumise à une décision politique.
  12. cette vidéo c'était un peu un retour aux sources, qui aura surement parlé aux lecteurs de feu Fils de Pute de la Mode.
×
×
  • Create New...