Aller au contenu

Anton_K

Membre Actif
  • Compteur de contenus

    5 185
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    16

Anton_K a gagné pour la dernière fois le 23 avril

Anton_K a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

816 Populaire

À propos de Anton_K

  • Rang
    Monsieur Méthode
  • Date de naissance 22/05/1991

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Hayek Hume Jasay

Contact Methods

  • Website URL
    https://soundcloud.com/anton-kirby

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Interests
    En matière de libéralisme, je m'intéresse au communautarisme, aux traditions libérales et au minarchisme.

    Par ailleurs, à la décision, à la logique, à l'anthropologie/ethnographie, à la musique.

Visiteurs récents du profil

1 612 visualisations du profil
  1. Bon anniversaire.

     

     

  2. Ou alors il y a des désaccords au sein de la diplomatie américaine, et Bolton sabote les efforts d’autres. Ce serait dingue mais en l’absence d’un leadership suffisant pour imposer une ligne, est-ce impossible ?
  3. Je suis pas spécialiste mais il semblerait que ça se discute.
  4. Cinquantenaire de Mai 68

    On se gausse.
  5. Comment ça va les chevilles?
  6. Cinquantenaire de Mai 68

    Cette histoire ne me laisse pas tranquille mais je sais que ça sert à rien d'aller les titiller car là ils sont dans leur phase d'unanimisme et de mystique radicale, il est donc totalement inutile d'essayer de remettre quoi que ce soit en cause. Bref, avec des intellectuels non plus on ne peut plus raisonner.
  7. Cinquantenaire de Mai 68

    Dire que j'y ai été pendant plus de trois ans. Je repère même d'anciens "camarades" sur des photos postées sur twitter. Leur défense est qu'ils ont ajouté (en plus d'un tag anti CRS) une liste (deux ou trois noms) d'étudiants (pas normaliens que je sache) tués par la police. Ils appellent ça un "message politique", si l'on ne trouve pas ça très intelligent et important, l'on ne "sait pas lire". On a un sujet sur ça.
  8. Cinquantenaire de Mai 68

    Apparemment ils ont invité Giorgio Agamben pour leur expliquer comment "repenser l'action", donc c'est beaucoup plus snob que ça.
  9. Cinquantenaire de Mai 68

    L'ENS rue d'Ulm occupée. On se gausse.
  10. Les premiers problèmes que je vois avec cette étude sont un biais d’entraînement, et l’idée même de « résultats individuels » (ça devrait interpeller tous ceux qui font des sciences humaines d’ailleurs). J’ai été bien meilleur sur la fin. Pour contrebalancer l’effet d’entraînement il faudrait varier l’ordre des tâches entre les sujets, mais du coup on ne pourrait mesurer que le biais moyen d’une catégorie démographique donnée, et pas inférer une préférence à partir de la performance individuelle. Pour un individu je ne vois pas comment le test peut mesurer autre chose que des différences de performances dues à l’entraînement. Mais bon j’ai pas étudié le protocole expérimental, peut être qu’ils ont un moyen de corriger le biais d’entraînement avant de renvoyer les données individuelles mais j’en doute et je sais pas à quel point ça peut vraiment améliorer la fiabilité individuelle... Le test sur le biais racial blancs/noirs m’attribue une légère préférence automatique pour les noirs. Edit : bon ce soir j’essairai de regarder en détails le protocole expérimental et on en parlera correctement, désolé pour la confusion, plus j’y réfléchis moins je comprends comment marche cette étude.
  11. Aujourd'hui, en France

    C’était un bôprojet qu’il fallait porter.
  12. Il maîtrise l'art noir de l'ironie !
  13. A mon avis c'est une erreur de considérer Butler comme une féministe. Tout Gender Trouble constitue une réaction queer contre les féminismes, marxistes et existentialistes entre autres. Mais enfin c'est dans le passage que tu cites.
  14. Gender Trouble consiste en une succession de commentaires plus ou moins critiques de Wittig, Irigaray, Kristeva, Lacan et Foucault. Non seulement ces critiques sont assez intriquées et difficiles à suivre, mais à la sortie du bouquin il n'est pas facile de résumer les propositions faites par Butler elle même en réponse à ses auteurs. Il y a bien un dernier chapitre sensé les reprendre mais il semble très consensuel et sage étant donnée la radicalité de certaines réponses qu'elle fait à des auteurs déjà très radicaux dans les chapitres précédents. En tout cas si tu as des questions assez précises, comme j'ai un souvenir frais du bouquin et pas mal de notes je peux te répondre, par contre je peux pas me risquer à tenter de résumer tout ce bazar. Je précise que ce fut une lecture assez intéressante parce que Butler reprenant Foucault de manière moins fine, elle rend visible certains présupposés de la méthode foucaldienne sur lesquels j'ai de bons angles d'attaque. J'ai envie de mettre cette lecture à profit en écrivant une réponse/complément à un article déjà pas mal de Ramus sur les différences biologiques entre les sexes, mais je pense qu'avant ça je retournerai vérifier qu'elle ne trahit pas trop Foucault (mais ce n'est pas mon impression, en la lisant je la voyais plutôt valider toutes mes impressions sur les présupposés contestables dans beaucoup d'arguments foucaldiens).
  15. Bien noté ! En attendant j'ai lu rapidement ce papier qui me semble assez correct quant à l'existence de deux postures chez de nombreux "post-modernes", dont Latour, une radicale ("le monde externe lui-même est créé par les négociations entre scientifiques") et une inoffensive et avec laquelle on ne peut être que d'accord (le succès d'une théorie peut être expliqué en partie par des déterminants sociaux). Dans l'article sur la momie de Ramses, on trouve une tentative philosophique de supporter une version de cette posture radicale, tentative qui à mon avis échoue dans une certaine confusion. Au fond on peut se demander si cette radicalité ne prend pas entièrement place dans la tentative d'un discours sur "ce qui est vraiment réel", discours dont on pourrait peut-être faire l'économie, sans ignorer totalement ce qui ne relève pas de tentatives de telles affirmations radicales. Je ne suis pas certain que le débat sur l'intéraction correcte entre l'épistémologie et la sociologie des sciences puisse être balayé en disant que l'épistémologie aurait déjà tiré tout ce qu'elle pouvait tirer de la "bonne" sociologie des sciences. Parfois on dit, comme @Lancelot le proposait initialement, qu'il n'y a peut-être rien à en tirer, parce qu'au fond, l'epistémologie produit tout le normatif, et l'étude des institutions ne produit que du descriptif, et donc, comme on le sait, ça ne communique pas. Cette position est respectable et sûre, elle n'est pas nuisible. Je me demande simplement si on ne peut pas faire un peu mieux. Ensuite, je ne sais pas s'il est si évident qu'on peut rejeter comme "fausse" la conception de l'explication de l'histoire des sciences attribuée à Latour dans la citation. Ici il y a une difficulté qui est rencontrée aussi par Latour et je trouve, mal résolue par lui. Il n'arrive pas à choisir entre un partage des tâches, entre l'épistémologie et la sociologie dans la description du fonctionnement des institutions scientifiques, partage des tâches qui serait défini "en extension" : quand les scientifiques font "quelque chose de scientifique", le sociologue l'explique par la théorie épistémologique, quand ils font "quelque chose de social", il l'explique par sa théorie sociologique, et un autre partage des tâches, dans lequel le sociologue décrirait dans son propre langage tout le processus scientifique, et tout le débat entre scientifiques. Or dans le deuxième cas, qui me semble être la manière correcte de procéder, il ne me semble pas du tout que le sociologue puisse se permettre d'attribuer à la théorie, vue comme un objet de la société, la propriété de "vraie" ou de fausse". Soit il se borne à rapporter les croyances des sociologues à ce sujet, soit il trouve un moyen de redéfinir dans son langage tout le processus, qu'il va décrire objectivement, en bon scientifique, d'expérimentation, correspondant à la reconnaissance comme vraie ou fausse d'une théorie par les scientifiques. Je pense que c'est ça que les sociologues pourraient appeler la "construction sociale" du savoir scientifique (provisions d'usage, cf. mon article, cela n'implique pas que la théorie de soit pas vraie ou qu'il n'existe pas une réalité dehors blabla). Je ne crois pas faire de l'esbrouffe en proposant que cette distinction est substantielle, puisqu'il s'agit de déterminer le contenu de la sociologie des sciences (à moins qu'on considère que la sociologie des sciences est tout entière de l'esbrouffe). J'en déduis donc que Sokal n'est pas assez rigoureux dans sa critique, du moins dans ce papier. Après, si j'arrive vraiment mieux que Latour à produire cette distinction (et il faut dire que d'après ma propre appréciation, Latour est beaucoup plus confus que je ne le suis ), alors je ne peux pas lui prêter et considérer que la critique de Sokal était injuste. Donc rendez-vous quand j'aurai lu le bouquin.
×