Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'espionnage'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • FORUM ACTIONS
    • Action !
  • FORUMS GENERAUX
    • Politique, droit et questions de société
    • Economie
    • Science et technologie
    • Europe et international
    • Philosophie, éthique et histoire
    • Lectures et culture
  • LIBRE-ECHANGE
    • Actualités
    • Forum des nouveaux
    • La Taverne
    • Sports et loisirs
    • Cryptomonnaies & Co
    • Messages du mois
    • Annonces, aide et tests
  • Statistique & Data Science's Sujet de contrôle
  • Programme libéral 2022, une ébauche's Comment s'organiser - le méta-programme
  • Programme libéral 2022, une ébauche's Rédaction du programme - on discute, on organise, on propose
  • Constitution et lois libertariennes's Sujets
  • Journal d'un Curieux's Articles relatifs au libéralisme
  • Journal d'un Curieux's Articles relatifs à la Fantasy, la SF, le JdR, et autres loisirs vidéoludiques.
  • Journal d'un Curieux's Actualités du blog
  • Libéralisme local's Pourquoi un nouveau club ?
  • Wikibéral's Sujets
  • 1789's Sujets
  • Paris sportifs's Le ballon rond

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Member Title


Website URL


Skype


Lieu


Interests


Ma référence

Found 3 results

  1. Le directeur de L’Express était… un agent du KGB : nos révélations sur Philippe Grumbach Exclusif. Ce grand nom de la presse a renseigné les services secrets de l’URSS pendant trente-cinq ans. Son entourage intime a confirmé cette relation occulte à L’Express. Proche de Mitterrand et de Giscard, il a été, à l’insu de tous, un des plus grands espions soviétiques de la Vème République. Interview de François Mitterrand au siège du PS le 9 janvier 1978 par Philippe Grumbach (à gauche sur la photo), Albert du Roy, Robert Schneider et Yann de L'Ecotais. Julien Quideau / Archives L'Express Des stars à Pont-L’Evêque. Ce 11 octobre 1980, Philippe Grumbach, ancien directeur de L’Express, épouse Nicole, fondatrice d’une revue prisée du tout-Paris, de vingt-sept ans sa cadette. Alain Delon est là, en smoking nœud papillon, Isabelle Adjani a également fait le déplacement dans le Calvados. Les témoins se nomment Françoise Sagan et Pierre Bergé. On en parle dans Le Matin de Paris, le quotidien de la gauche socialiste, quelques photos sont même publiées dans le très branché Playboy, sous un article de Thierry Ardisson. Consécration mondaine pour Grumbach. Sur les clichés, ce quinquagénaire, que sa grande taille et ses traits forts rendent intimidant, apparaît plus impérial que jamais en costume-cravate-pochette, sourire de patriarche aux lèvres. "Un aristocrate de la presse", écrira L’Express à son décès, en 2003. En ce début des années 1980, le journaliste est un homme puissant, aux confins des médias, de la politique, de la mode et du cinéma. De sa relation avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, tout a été dit. "Le fidèle d’entre les fidèles" tranchent Alain Rustenholz et Sandrine Treiner dans leur ouvrage sur la famille du fondateur de L’Express. "L’esclave-esclavagiste", le surnomme l’éditorialiste Roger Priouret, sobriquet évocateur de sa relation à JJSS comme de sa propension à diriger le journal sans excès de démocratie participative. Intime de Mitterrand et VGE On sait Philippe Grumbach intime de Pierre Mendès France, "mon cher ami", se nomment-ils dans leur correspondance, comme il l’a été de François Mitterrand. Il est surtout proche depuis plusieurs années du président de la République, Valéry Giscard d’Estaing. En octobre 1977, Le Canard enchaîné l’a décrit comme "l’un des conseillers les plus écoutés" du chef de l’Etat. VGE a failli l’imposer à la tête de RTL, après avoir pensé à lui pour Antenne 2. Seule son éviction de L’Express, décidée par Jimmy Goldsmith, début 1978, pourrait le contrarier. Mais Grumbach a un plan, il envisage de créer un journal. Ce que personne ne sait alors, c’est que le patron de presse influent cache un lourd secret. Il est l’un des principaux agents du KGB en France. A la lecture de ses états de service, on pourrait même le considérer comme un des plus grands espions soviétiques de la Ve République. Pour s’en convaincre, il faut filer à l’université de Cambridge, au Royaume-Uni. Depuis 2014, les documents de Vassili Mitrokhine, archiviste en chef du service secret soviétique entre 1972 et 1982, y sont entreposés. En 1992, à la chute de l’URSS, ce lieutenant-colonel du KGB fait défection au profit du Royaume-Uni. Il emporte avec lui toutes ses archives, des milliers de notes recopiées sur des opérations secrètes, des centaines de noms d’espions. La CIA a qualifié son exfiltration de "plus grande opération de contre-espionnage de l’après-guerre", selon un rapport de la Chambre des communes britannique, en juin 2000. La volonté de Mitrokhine était de voir ses informations publiées. En 1999, Le KGB contre l’Ouest (traduit en France aux éditions Fayard) paraît, cosigné avec l’historien Christopher Andrew. Des dizaines d’espions sont mentionnés, seuls leurs noms de code sont généralement écrits, souvent pour préserver les enquêtes judiciaires. Les révélations de Vassili Mitrokhine provoquent de nombreux aveux, comme ceux de Robert Lipka, agent de la NSA américaine, ou de la fonctionnaire britannique Melita Norwood, espionne russe pendant quarante ans. Des commissions d’enquête parlementaires sont diligentées au Royaume-Uni, en Italie. L’authenticité des informations de l’archiviste est à chaque fois reconnue. "Rien de ce qu’a écrit Mitrokhine ne s’est avéré faux. Concernant les cas français, la DST détenait certaines informations secrètes que ses écrits ont à chaque fois confirmé", nous indique Raymond Nart, chasseur d’espions russes de 1966 à 1998 à la DST, l’ancêtre de la DGSI, où il finira directeur-adjoint. [...] Suite de l'article réservée aux abonnés
×
×
  • Create New...