Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 18/12/2017 dans toutes les zones

  1. 10 points
    Pas trop tôt.
  2. 10 points
    Le cinéma hollywoodien a oublié depuis longtemps les trois règles fondamentales pour réussir un film : 1. une bonne histoire 2. une bonne histoire 3. une bonne histoire Les effets spéciaux, les swash, zwim, boum, c'est fait pour soutenir l'histoire pas l'histoire pour permettre les swash, zwim, boum. J'ajouterais que je suis frappé, chaque fois que je regarde ces films à grand spectacle récents, par la médiocrité des acteurs.
  3. 9 points
    C'est normal que les SWAT team tirent sur les suspects dangereux, c'est leur job. Ce sont des paramilitaires au sein des forces de sécurité intérieure. Une solution simple : supprimer des SWAT teams. Parce que quand tu as un marteau dans la main, tous les problèmes ressemble à des clous. La France (66 millions d'habitants) a deux SWAT team, et s'en sort très bien. Vu la population, il devrait donc y avoir au total 10 SWAT teams aux US, et pas une de plus. Le rôle d'une SWAT team, c'est d'abattre un commando terroriste, de traiter une prise d'otage, de soumettre un forcené armé et retranché ou de mater une mutinerie dans une prison. Pas de répondre aux appels nocturnes d'un dépressif ou d'un imposteur malveillant. S'il y avait moins de SWAT teams, il y aurait moins de swattings, d'intervention dangereuses ou létales, et de façon générale d'utilisation de SWAT team là ou des agents entrainés et dotés d'un mégaphone obtiendraient d'aussi bons résultats.
  4. 8 points
    Gave est un inconditionnel de la monnaie étatique parce que Jesus a pris une piece et a dit "Rendez à Cesar ce qui appartient à Cesar."
  5. 8 points
    Faut arrêter de cliquer sur le Monde, hein. Ou de le lire. Faut le laisser sombrer.
  6. 8 points
    Et c'est quoi l'étape d'après ? Demander aux gens d'avoir un brin de bon sens et s'ouvrir aux idées libérales ? On voit qui picole lors du déjeuner.
  7. 8 points
    Je ne regarde pas de films français récents. Ils ne sont pas sous-titrés.
  8. 8 points
    Quand j'ai réalisé vers 17/18/19 ans que toutes les meufs que je trouvais bêtes à manger du foin en secondaire voulaient devenir institutrices, et le sont devenues par la suite, j'ai réalisé qu'on allait au devant de gros problèmes.
  9. 8 points
    Hint : les SJW sont le premier indice du durcissement contre la liberté des mœurs. Quand on en est à justifier que c'est whatever-phobe de refuser de coucher avec une personne de son sexe, ou qui a changé de sexe, c'est objectivement une négation de la liberté de dire non (et oui, c'est assimilable à une justification du viol). Une fois que la machine à interdire est relancée, elle change vite de main, et c'est le puritanisme classique qui revient à terme, puisque le puritanisme anti-classique lui a donné les clés de la baraque.
  10. 7 points
    C'est déjà trouvé depuis le début : ils occupent les zones qui ont été laissées vacantes par les gens expulsés, apparemment, les anciens proprios de ces espaces là ne veulent pas revenir. Les espaces appartiennent à l'Etat aujourd'hui, après expulsion et "rachat" des biens aux expulsés. Les zadistes demandent à l'Etat de réguler leur situation afin de pouvoir rester et vivre comme ils le font depuis 3 ans sur place. Probablement une emphytéose ou quelque chose comme ça. Je le disais à un pote, si l'Etat est pas bien con, il leur colle un loyer, exige une régularisation des activités économiques sur place et puis envoie le fisc. Et tu verras que Bercy les fera fuir plus surement et efficacement que la Place Beauveau. Parce qu'on parle d'une poignée de types avec quelques chèvres et quelques champs de choux et carottes, probablement pas rentable économiquement. Ils gouteront un peu du socialisme qu'ils aiment tant.
  11. 7 points
    Sinon, sur le #balancetonporc et le lynchage médiatique, en fait, ce n’est pas tant le sujet du féminisme qui me semble intéressant mais le retour de la réputation de village. On a parlé ad nauseam du « village global » mais on en voit un de ces effets vraiment pertinents que depuis quelques années. On a vécu pendant longtemps dans des grandes villes dans lesquelles on pouvait se comporter comme un connard sans que ça ne nuise jamais à sa réputation alors que l’Homme a principalement vécu dans des petites communautés dans lesquelles tous les individus étaient bien identifiés et devaient faire attention à leur comportement s’ils ne voulaient pas vivre avec une mauvaise réputation et tous les inconvénients que cela apporte. Depuis que l’information circule rapidement et de manière relativement fiable, la réputation redevient importante et pas que pour les célébrités mis sous les feux de la rampe. Si vous voulez louer un appartement sur airbnb, il vaudra mieux que votre note ne soit pas trop basse et que personne n’ait laissé comme commentaire « ce type est un connard qui a dégueulassé mon appart’ ! » Dans un autre style, Nassim Nicholas Taleb prend en photo les individus qui se montrent discourtois avec lui à NYC et les menace de publier leur photo sur son twitter. Les gens se barrent en courant, en général. Pour le #balancetonporc, c’est un peu la même chose. Dans un village, aller voir une nana ivre et lui dire « t’as des gros seins, t’es tout à fait mon type, je vais te faire jouir toute la nuit » (premier exemple de ce # en France) comme un gros lourd aura des répercussions. Les femmes en parleront entre eux, en parleront à leurs époux et l’individu en question sera évité, perçu différemment. En somme, c’est un peu la fin de l’anonymat. On peut certes le déplorer mais cela n’aura été qu’une courte parenthèse au regard de l’histoire de l’humanité. edit : j’ai l’impression d’avoir écrit un post similaire il y a peu...
  12. 7 points
    On peut se demander réciproquement si les grandes villes servent à quelque chose, si leur contribution est positive ou négative. Moi qui habite dans un pays dense constellé de petites villes dynamiques, j'interprète la tribune de Krugman comme le point de vue d'un urbanite typique qui n'a jamais traversé le périphérique, et qui ne ressent pas les "petites villes" et leurs habitants comme relevant du même pays que lui, ce qui est un problème politique majeur. Après plusieurs décennies de politiques nuisant à la population vivant hors des grandes villes, les urbanitesurbanites s'étonnent qu'elles soient en train de mourir, et proposent de les euthanasier. À mes yeux, ça en dit moins sur les petites villes que sur les grandes...
  13. 7 points
    Définir les races socialement Il est désormais difficile d'argumenter qu'un concept est socialement construit tant la notion a été idéologiquement galvaudée. Cependant il arrive que le label soit correct. Les démarcations raciales telles que nous les connaissons nous semblent évidentes et solides, pourtant elles changent dans le temps et dans l'espace selon les buts politiques et les rapports de force. Ainsi, par exemple, le concept de race aryenne ne recoupait pas tous les européens ni tous les blancs. Durant le génocide au Rwanda les Hutus n'utilisaient pas comme critère la couleur de peau mais d'autres attributs comme la taille pour reconnaître les Tutsis. Aux États-Unis, une personne aux origines visiblement mêlées (peu importe la proportion) tend à être catégorisée comme non blanche (Ho, Sidanius, Levin, & Banaji, 2011) tandis qu'en Amérique Latine une personne tend à être catégorisée comme blanche dès qu'elle a des origines européennes visibles (Skidmore & Smith, 2005). Toutes les catégorisations raciales existantes sont réelles et utiles du point de vue de ceux qui les utilisent mais leur intérêt du point de vue scientifique se limite à leur rapport à l'Histoire et la société. Définir les races biologiquement Qu'en est-il alors des différences biologiques entre blancs et noirs ? Elles sont le signe que des sous-populations se sont retrouvées en relative isolation. Il faut noter ici que les processus d'évolution biologique ne se limitent pas à la sélection naturelle pour la survie, mais comprennent également des phénomènes sociaux non adaptatifs (sélection sexuelle) ainsi que des phénomènes réellement aléatoires tels que la dérive génétique (Hartl et al., 1997; Lande, 1976). Ces différences ne reflètent donc pas nécessairement des adaptations au milieu. Notons également que, statistiquement, deux groupes qui diffèrent selon n'importe quel critère arbitraire présenteront également un ensemble d'autres différences. À cet égard le critère "couleur de la peau" n'a aucun intérêt particulier justifiant de l'utiliser comme base pour définir des races. Fish (2002) propose par exemple un autre critère : les populations vivant dans des climats froids comme les Inuits tendent à développer des corps plus ronds pour conserver la chaleur. D'autres populations vivant dans des climats chauds comme les Masai tendent à développer des corps plus émaciés, ce qui maximise leur rapport surface/volume et leur permet d'émettre plus de chaleur. Selon cette nouvelle taxonomie les maigres et les gros sont deux races, chacune comprenant des individus blancs et noirs, et on pourrait trouver un grand nombre d'indices génétiques permettant en moyenne de les différencier. La légitimité scientifique d'une telle approche est exactement équivalente à celle s'appuyant sur la couleur de peau. Définir les races génétiquement La couleur de peau est un indicateur plutôt faible d'un point de vue génétique. La variabilité génétique est plus importante à l'intérieur de ces catégories qu'entre elles (Foster & Sharp, 2002), et elle est d'ailleurs beaucoup plus forte en Afrique par rapport au reste du monde (e.g. Tishkoff & Kidd, 2004; Tishkoff & Williams, 2002). Il y a 2% de différence entre l'ADN d'un humain et celui d'un chimpanzée, 0.1% de différence entre deux humains et 0.01% de différence entre les populations européenne, africaine et asiatique (Barbujani & Colonna, 2010; Jorde & Wooding, 2004), sachant que 98% de l'ADN humain est composé de régions non codantes (Elgar & Vavouri, 2008) et que dans les régions codantes les différences entre populations ne sont typiquement pas systématiques mais plutôt des variations de fréquences d'allèles. Lorsque de telles différences systématiques existent, elles concernent plutôt des traits simples comme la couleur de peau. Les traits comportementaux complexes comme l'intelligence tendent à dépendre de l'interaction entre un grand nombre de gènes, la contribution de chacun étant limitée (Chabris, Lee, Cesarini, Benjamin, & Laibson, 2015; Davies et al., 2011; Kirkpatrick, McGue, Iacono, Miller, & Basu, 2014). La recherche en génétique moléculaire et en imagerie cérébrale a pour l’instant échoué à détecter aucune relation entre les gènes et l'anatomie du cerveau d'une part, la race ou le quotient intellectuel d'autre part (Balaresque, Ballereau, & Jobling, 2007; Mekel-Bobrov et al., 2007; Richardson, 2011; Timpson, Heron, Smith, & Enard, 2007). QI et différences raciales Dans les études visant à lier race et intelligence, cette dernière est généralement définie suivant Boring (1923) comme "la quantité que les tests de QI mesurent". Une telle définition a le mérite d'illustrer l'absence d'accord théorique parmi les experts sur la nature de l'intelligence (Sternberg et al., 2005), qui se reflète également dans la multiplicité des tests de QI qui ne mesurent jamais exactement la même chose (Mackintosh, 2011). Par conséquent, s'il est généralement admis que le score des américains noirs est environ 15 points (un écart-type) plus bas, en moyenne, que celui des américains blancs pour les tests de QI (Cottrell, Newman, & Roisman, 2015; Neisser et al., 1996; Roth, Bevier, Bobko, Switzer, & Tyler, 2001), il est utile de compléter le tableau par d'autres types de mesures. Par exemple l'écart entre noirs et blancs est beaucoup plus important pour les connaissances techniques comparé aux tests de mathématiques ou de rapidité cognitive (Alderton, Wolfe, & Larson, 1997; Hough, Oswald, & Ployhart, 2001;Kehoe, 2002; Outtz & Newman, 2010; Wee et al., 2014), sachant que le QI incorpore généralement les deux. Par ailleurs l'écart pour la performance au travail est trois fois moins élevé que l'écart de QI (McKay & McDaniel, 2006). En outre l'écart de QI semble diminuer aux États-Unis (Dickens & Flynn, 2006; Mackintosh, 2011; Nisbett, 2005; Nisbett et al. 2012), ce qui se traduit par une augmentation des performances scolaires (très corrélées au QI) des élèves noirs par rapport aux blancs (Hedges & Nowell, 1998). Pour finir Fryer & Levitt (2013) n'ont trouvé aucune différence significative chez des enfants entre 8 et 12 mois. QI et héritabilité L'héritabilité est définie comme la proportion de variation d'un attribut entre les individus d'une population corrélée à la variation génétique dans cette population. Si le QI a une héritabilité de .50 alors on peut dire que 50% de la variation des scores de QI est potentiellement attribuable à des influences génétiques. La corrélation entre deux variables étant indépendante de leur niveau moyen, augmenter tous les QI d'une population de 200 points ne changera en rien le score d'héritabilité. Cette mesure est donc muette sur l'évolution possible des scores de QI (leur modifiabilité). La taille est un exemple de caractéristique extrêmement héritable (à un niveau supérieur à .90) mais également très modifiable comme l’illustre l'augmentation de la taille moyenne des dernières générations. L'héritabilité étant toujours mesurée pour une population, elle n'a aucun pouvoir explicatif sur les différences entre populations. La différence de taille entre deux populations peut être complètement liée à des facteurs environnementaux (nutrition, maladies...) sans que le score d'héritabilité de ces populations soit affecté. L'héritabilité peut être calculée avec plusieurs méthodes, la plus récente et directe étant la "genome-wide association study". L'héritabilité du QI a été estimée par l'une de ces études entre .40 et .50 (Davies et al., 2011) et par une autre à .35 (Kirkpatrick et al., 2014). Un tel score n'est pas surprenant pour une mesure qui se veut aussi générale que le QI. En effet il est connu que les traits définis les plus largement sont les plus héritables (Johnson et al., 2011). À titre de comparaison, Polderman et al. (2015) ont passé en revue 2748 études sur les jumeaux et trouvé une héritabilité moyenne de .48 pour environ 18 000 traits complexes. L'âge de la population considérée peut altérer l'héritabilité. Par exemple l'héritabilité de la satisfaction au travail a été mesurée à .312 à 21 ans, .187 à 25 ans et .198 à 30 ans (Li et al., 2016). Dans le cas du QI elle tend à augmenter jusqu'à atteindre des valeurs autour de .70 à l'âge adulte, ce qui a été nommé l'effet Wilson (Bouchard 2013). Cela peut s'expliquer en partie par le fait que, lorsqu'ils ont la liberté de le faire, les individus tendent à avoir un parcours de vie correspondant à leurs capacités physiques et intellectuelles (Kristof-Brown & Guay 2010). D'autres facteurs tels que l'éducation et l'environnement familial peuvent également altérer l'héritabilité du QI (Bates et al. 2013, Taylor et al. 2010). QI et brassage génétique La proportion d'origines blanches dans la population noire américaine atteint 24% (Bryc, Durand, Macpherson, Reic, & Mountain, 2015). Un moyen d'établir directement l'influence raciale dans le QI est de vérifier que les noirs américains avec le plus de gènes européens ont en moyenne un meilleur QI que ceux qui n'en ont pas. Witty & Jenkins (1935) ont sélectionné parmi 8000 enfants noirs les 63 avec le plus gros QI, qu'ils ont ensuite classé selon leurs origines telles que rapportées par leurs parents. La distribution des origines était étonnamment similaire dans les deux groupes, avec notamment 14.3% d'enfants d’origines principalement blanches chez les haut QI contre 14.8% dans le groupe contrôle. L'enfant avec le plus haut QI du groupe (une fillette au score exceptionnel de 200) n’avait aucun ancêtre blanc rapporté. Scarr et al. (1977) ont reproduit l'expérience avec une méthode plus moderne : ils ont évalué les origines de 362 enfants noirs avec des marqueurs sanguins et n'ont trouvé aucune corrélation avec 5 tests d'intelligence (le seul résultat s'approchant de la significativité était une tendance pour les enfants les plus blancs à moins bien répondre sur un des tests). Loehlin et al. (1973) ont également utilisé des marqueurs sanguins chez deux groupes indépendants pour un total de 84 adolescents noirs américains, et n'ont trouvé aucune corrélation significative avec le QI. Moore (1986) a mesuré le QI de 46 enfants noirs ou de race mixte ayant été adoptés soit par des parents noirs, soit par des parents blancs. Les scores des enfants avec 50% d’ADN blanc étaient virtuellement les mêmes. Il y avait en revanche un avantage de 13 points en moyenne pour les enfants vivant dans des foyers blancs. Dans la même veine l'étude de Willeman et al. (1974) montre un avantage moyen de 9 points de QI pour les enfants d'une mère blanche et d'un père noir par rapport aux enfants d'une mère noire et d'un père blanc, les proportions génétiques étant le même dans les deux cas. Eyferth (1961) a étudié les Besatzungskinder, des enfants illégitimes de soldats américains (et quelques français) élevés par des mères allemandes suite à la Seconde Guerre Mondiale. Le QI moyen des enfants de père noir (96.5) et de ceux de père blanc (97.2) était encore une fois identique, sans avantage pour les enfants purement blancs. La Minnesota Transracial Adoption Study (Scarr & Weinberg, 1976) est parfois citée en contre-exemple des études précédentes. Elle s'intéressait à 145 enfants noirs, de parents mixtes ou blancs, entre 4 et 12 ans, adoptés par des familles blanches de classe moyenne. Les QI moyens des trois groupes étaient 96.8, 109 et 111.5 respectivement. Notons qu'il n'y a encore une fois pas de différence entre les mixtes et les blancs, en revanche le score des noirs est significativement plus faible. Cette différence est néanmoins expliquée dans l'article : les enfants noirs ont été adoptés plus tardivement et leurs parents (à la fois génétiques et adoptifs) étaient en moyenne moins éduqués que ceux des autres groupes. Les mêmes enfants ont été testés à nouveau 10 ans plus tard (Weinberg, Scarr, & Waldman, 1992) avec comme nouveaux résultats 95.4, 109.5 et 117.6. L'augmentation du score des blancs est encore une fois expliquée dans l'article : un nombre disproportionné d'enfants blancs avec les scores de QI les plus bas n'ont pas pu être re-testés, biaisant la moyenne vers le haut. QI et environnement Des études comparatives internationales, utilisant souvent comme proxy du QI des mesures comme les scores PISA qui lui sont très corrélées (Rindermann, 2007), montrent un lien significatif entre le QI moyen et divers indices de développement comme le PIB par habitant, le nombre d'années d'études, l'espérance de vie, le taux de pauvreté, la liberté économique et le degré de démocratisation (Lynn & Vanhanen, 2006). On peut dès lors s'interroger sur la causalité entre ces facteurs. Le QI tend à augmenter de génération en génération (les néerlandais ont par exemple gagné 20 points de QI entre 1952 et 1982), ce qui a été nommé l'effet Flynn (Flynn, 1999). Comme nous l'avons vu précédemment cela ne contredit en rien l'héritabilité du QI (Dickens & Flynn, 2001). Cet effet est surtout présent dans les pays en voie de modernisation et devient moins important, négligeable voire négatif dans les pays les plus développés (Nisbett et al., 2012; Meisenberg & Woodley, 2013). Il est connu que l'éducation a pour effet d'augmenter le QI (Neisser et al., 1996), un effet quantifié à plus de 3 points par année d'étude en Suède (Falch & Sandgren Massih, 2011) et en Norvège (Brinch & Galloway, 2012). Les longues périodes de déscolarisation causent au contraire un déclin (Ceci, 1991). Von Stumm & Plomin (2015) ont trouvé que, sur 14835 enfants, la différence entre statut économique et social haut et bas entraînait un écart moyen de 6 points de QI à 2 ans qui se retrouvait presque triplé à 16 ans. Bakhiet et al. (2018) ont constaté qu'entre 5 et 12 ans le QI d'enfants de pays arabes devenait de plus en plus bas par rapport à celui d'enfants anglais. Ils nomment ce résultat l'effet Simber et proposent une explication en termes de Life History Speed (Figueredo et al. 2006) : lorsque l'environnement est imprévisible et dangereux (stress, mauvaise nutrition, parasites...) la maturation est plus précoce, ce qui se traduirait par le ralentissement puis l'arrêt du développement du QI à un âge où il continue de progresser chez les enfants occidentaux. Cas pratique : l'Italie Il a été proposé (Piffer & Lynn, 2014) que la présence historique de populations phéniciennes et arabes dans le sud de l'Italie aurait entrainé un mélange avec des gènes nord-africains dans ces régions (détectable à l'aide de marqueurs génétiques) qui expliquerait l'écart de 10 points de QI en moyenne (dérivé des scores PISA) entre les italiens du sud et les italiens du nord et par suite les différences de développement économique et social. Ce raisonnement a aussi été appliqué par exemple pour l'Espagne (Lynn, 2012). Daniele (2015) met en évidence qu'entre 2003 et 2013 le score italien moyen au PISA augmente de 19 points pour les mathématiques et de 14 points pour la lecture, une tendance portée quasi-exclusivement par les régions du sud tandis que dans les régions du nord la variation est négligeable ou négative. Une évolution similaire a existé en Allemagne où, après la réunification et sans qu'on puisse l'attribuer à la génétique, un écart de QI existait entre les régions de l'est et de l'ouest qui a été comblé par une augmentation de 0.5 points par an à l'est (Roivainen, 2012). Concernant l'influence des gènes arabes sur le développement économique, il est aisé de trouver des régions d'Europe avec une haute fréquence de marqueurs génétique nord-africains (Gérard et al., 2006) (par exemple la Sardaigne ou la Sicile) ayant un niveau de prospérité égal ou supérieur à d'autres régions où ils sont absents (par exemple le Kent). Au sujet du QI on peut noter que la proportion d'ancêtres africains est importante dans les populations juives, incluant les Ashkénazes (Moorjani et al., 2011). Références Alderton, D. L., Wolfe, J. H., & Larson, G. E. (1997). The ECAT battery. Military Psychology, 9, 5–37. Bakhiet, S. F. A., Dutton, E., Ashaer, K. Y. A., Essa, Y. A. S., Blahmar, T. A. M., Hakami, S. M., & Madison, G. (2018). Understanding the Simber Effect: Why is the age-dependent increase in children's cognitive ability smaller in Arab countries than in Britain? Personality and Individual Differences, 122, 38-42. Balaresque, P. L., Ballereau, S. J., & Jobling, M. A. (2007). Challenges in human genetic diversity: demographic history and adaptation. Human Molecular Genetics, 16, R134–R139. Barbujani, G., & Colonna, V. (2010). Human genome diversity: frequently asked questions. Trends in Genetics, 27, 285–295. Bates TC, Lewis GJ, Weiss A. (2013). Childhood socioeconomic status amplifies genetic effects on adult intelligence. Psychol. Sci.24:2111–16 Boring, E. G. (1923). Intelligence as the tests test it. New Republic, pp. 35–37. Bouchard, T.J. (2013). The Wilson effect: The increase in heritability of IQ with age. Twin Research and Human Genetics, 16,923–930. Brinch, C.N., & Galloway, T.A. (2012). Schooling in adolescence raises IQ scores. PNAS , 109 ,425–430. Bryc, K., Durand, E. Y., Macpherson, J. M., Reich, D., & Mountain, J. L. (2015). The genetic ancestry of African Americans, Latinos, and European Americans across the United States. American Journal of Human Genetics, 96, 37–53. Ceci, S.J., & Williams, W.M. (1997). Schooling, intelligence, and income. American Psychologist , 52 ,1051–1058. Chabris, C. F., Lee, J. J., Cesarini, D., Benjamin, D. J., & Laibson, D. I. (2015). The fourth law of behavior genetics. Current Directions in Psychological Science, 24, 304–312. Cottrell, J. M., Newman, D. A., & Roisman, G. I. (2015). Explaining the Black–White gap in cognitive test scores: toward a theory of adverse impact. Journal of Applied Psychology, 100, 1713–1736. Daniele, V. (2015). Two Italies? Genes, intelligence and the Italian north–south economic divide. Intelligence, 49, 44-56. Davies, G., Tenesa, A., Payton, A., Yang, J., Harris, S. E. . . . Deary, I. J. (2011). Genome-wide association studies establish that human intelligence is highly heritable and polygenic. Molecular Psychiatry, 16, 996–1005. Dickens, W.T., & Flynn, J.R. (2001). Heritability estimates versus large environmental effects: The IQ paradox resolved. Psychological Review , 108 ,346–369. Dickens, W. T., & Flynn, J. R. (2006). Black Americans reduce the racial IQ gap: evidence from standardization samples. Psychological Science, 17, 913–920. Elgar, G., & Vavouri, T.(2008). Tuning in to the signals: noncoding sequence conservation in vertebrate genomes. Trends in Genetics, 24, 344–352. Eyferth, K. (1961). Leistungen verschiedener Gruppen von Besatzungskinder im Hamburg–Wechsler Intelligenztest für Kinder (HAWIK) [The performance of different groups of occupation children in the Hamburg–Wechsler Intelligence Test for Children]. Archiv für die gesamte Psychologie, 113, 222–241. Falch, T., & Sandgren Massih, S. (2011). The effect of education on cognitive ability. Economic Inquiry , 49 ,838–856. Figueredo, A. J., Vásquez, G., Brumbach, B. H., Schneider, S. M., Sefcek, J. A., Tal, I. R., ... & Jacobs, W. J. (2006). Consilience and life history theory: From genes to brain to reproductive strategy. Developmental Review, 26(2), 243-275. Fish, J. M. (2002). The myth of race. In J. M. Fish (Ed.), Race and intelligence: Separating science from myt (pp. 113–141). Mahwah, NJ: Erlbaum. Flynn, J. R. (1999). Searching for justice: The discovery of IQ gains over time. American Psychologist, 54, 5—20. Foster, M. W., & Sharp, R. R. (2002). Race, ethnicity, and genomics: Social classifications as proxies of biological heterogeneity. Genome Research, 12, 844–850. Fryer, R., & Levitt, S. (2013). Testing for racial differences in the mental ability of young children. American Economic Review, 103, 981–1005. Gérard, N., Berriche, S., Aouizerate, A., Dieterlen, F., & Lucotte, G. (2006). North African Berber and Arab influences in the western Mediterranean revealed by Y-chromosome DNA haplotypes. Human Biology, 78 (3), 307–316. Hartl, D. L., Clark, A. G., & Clark, A. G. (1997). Principles of population genetics (Vol. 116). Sunderland: Sinauer associates. Hedges, L., & Nowell, A. (1998). Black–White test score convergence since 1965. In A. Phillips (Ed.), The Black–White test score gap (pp. 149–181). Washington, DC: Brookings Institution. Ho, A. K., Sidanius, J., Levin, D. T., & Banaji, M. R. (2011). Evidence for hypodescent and racial hierarchy in the categorization and perception of multiracial individuals. Journal of Personality and Social Psychology, 100, 492–506. Hough,L.M.,Oswald,F.L., & Ployhart,R.E.(2001).Determinants,detection, and amelioration of adverse impact in personnel selection procedures: Issues, evidence, and lessons learned. International Journal of Selection and Assessment, 9, 152–194. Johnson W, Penke L, Spinath FM. (2011). Heritability in the era of molecular genetics: some thoughts forunderstanding genetic influences on behavioural traits.Eur. J. Pers. 25:254–66 Jorde, L. B., & Wooding, S. P. (2004). Genetic variation, classification and ‘race’. Nature Genetics,36, S28–S33 Kehoe, J. F. (2002). General mental ability and selection in private sector organizations: A commentary. Human Performance, 15, 97–106. Kirkpatrick. R. M., McGue, M., Iacono, W. G., Miller, M. B., & Basu, S. (2014). Results of a“GWAS Plus:” general cognitive ability is substantially heritable and massively polygenic. PLOS ONE, 9(11), e112390. Kristof-Brown AL, Guay RP. 2010. Person-environment fit. In APA Handbook of Industrial and Organizational Psychology, ed. S Zedeck, pp. 3–50. Washington, DC: APA Lande, R. (1976). Natural selection and random genetic drift in phenotypic evolution. Evolution, 30(2), 314-334. Lewontin, R. C. (1974). Annotation: The analysis of variance and the analysis of causes. American Journal of Human Genetics, 26, 400–411. Li, W. D., Stanek, K. C., Zhang, Z., Ones, D. S., & McGue, M. (2016). Are genetic and environmental influences on job satisfaction stable over time? A three-wave longitudinal twin study. Loehlin, J. C., Vandenberg, S. G., & Osborne, R. T. (1973). Blood group genes and Negro–White ability differences. Behavior Genetics, 3, 263–270. Lynn, R., & Vanhanen, T. (2006). IQ and global inequality. Augusta, Georgia: Washington Summit Publishers. Lynn, R. (2012b). North–South differences in Spain in IQ, educational attainment, per capita income, literacy, life expectancy and employment. The Mankind Quarterly , LII (3-4), 265–291. Mackintosh, N. J. (2011). IQ and Human Intelligence (2nd ed.). Oxford: Oxford University Press. McKay, P. F., & McDaniel, M. A. (2006). A reexamination of Black–White mean differences in work performance: More data, more moderators. Journal of Applied Psychology, 91, 538–554. Mekel-Bobrov, N., Posthuma, D., Gilbert, S. L, Lind, P., Gosso, M. F., Luciano, M., . . . Lahn, B. T. (2007). The ongoing adaptive evolution of ASPM and Microcephalinis not explained by increased intelligence. Human Molecular Genetics, 16, 600–608. Meisenberg, G., & Woodley, M.A. (2013). Are cognitive differences between countries diminishing? Evidence from TIMSS and PISA. Intelligence, 41, 808–816. Moore, E. G. (1986). Family socialization and the IQ test performance of traditionally and transracially adopted Black children. Developmental Psychology, 22, 317–326. Moorjani, P., Patterson, N., Hirschhorn, J.N., et al. (2011). The history of African gene flow into Southern Europeans, Levantines, and Jews.PLoS Genetics. Neisser, U., Boodoo, G., Bouchard, T. J., Boykin, A. W., Brody, N., Ceci, S. J., . . . Urbina, S. (1996). Intelligence: knowns and unknowns. American Psychologist, 51, 77–101. Nisbett, R. E. (2005). Heredity, environment, and race differences in IQ: a commentary on Rushton and Jensen (2005). Psychology, Public Policy, and Law, 11 302–310. Nisbett, R. E., Aronson, J., Blair, C., Dickens, W., Flynn, J., Halpern, D. F., & Turkheimer, E. (2012). Intelligence: new findings and theoretical developments. American Psychologist, 39, 1214–1233. Outtz, J. L., & Newman, D. A. (2010). A theory of adverse impact. In J. L. Outtz (Ed.), Adverse impact: Implications for organizational staffing and high stakes selection (pp. 95–134). New York, NY: Routledge. Piffer, D., & Lynn, R. (2014). New evidence for differences in fluid intelligence between north and south Italy and against school resources as an explanation for the north – south IQ differential. Intelligence , 46 ,246–249. Polderman TJC, Benyamin B, De Leeuw CA, Sullivan PF, van Bochoven A, et al. (2015). Meta-analysis of the heritability of human traits based on fifty years of twin studies. Nat. Genet. 47:702–9 Rindermann, H. (2007). The g-factor of international cognitive ability comparisons: The homogeneity of results in PISA, TIMSS, PIRLS and IQ-tests across nations. European Journal of Personality, 21, 667–706. Roivainen, E. (2012). Economic, educational, and IQ gains in eastern Germany 1990–2006. Intelligence , 40 (6), 571–575. Richardson, S. S. (2011). Race and IQ in the postgenomic age: the microcephaly case. BioSocieties, 6,420–446. Roth, P. L., Bevier, C. A., Bobko, P., Switzer, F. S., & Tyler, P. (2001). Ethnic group differences in cognitive ability in employment and educational settings: a meta-analysis. Personnel Psychology, 54, 297–330. Scarr, S., Pakstis, A. J., Katz, S. H., & Barker, W. B. (1977). Absence of a relationship between degree of White ancestry and intellectual skills within a Black population. Human Genetics, 39, 69 – 86. Scarr, S., & Weinberg, R. A. (1976). IQ test performance of Black children adopted by White families. American Psychologist, 31,726–739. Skidmore, T. E., & Smith, P. (2005). Modern Latin America (6th ed.). Oxford: Oxford University Press. Sternberg, R.J., Grigorenko, E.L., & Kidd, K.K. (2005). Intelligence, race and genetics. American Psychologist , 60 ,46–59. Taylor J, Roehrig A, Hensler BS, Connor C, Schatschneider C. (2010). Teacher quality moderates the genetic effects on early reading. Science 328:512–14 Timpson, N., Heron, J., Smith, G. D., & Enard, W. (2007). Comment on papers by Evans et al. and Mekel-Bobrov et al. on evidence for positive selection of MCPH1 and ASPM.Science, 317, 1036. Tishkoff, S. A., & Kidd, K. K. (2004). Implications of biogeography of human populations for ‘race’ and medicine. Nature Genetics, 36 (11, Suppl.) pp. S21–S27. Tishkoff, S. A., & Williams, S. M. (2002). Genetic analysis of African populations: Human evolution and complex disease. Nature Review Genetics, 3, 611–621. Von Stumm, S., & Plomin, R. (2015). Socioeconomic status and the growth of intelligence from infancy through adolescence. Intelligence , 48 ,30–36. Wee, S., Newman, D. A., & Joseph, D. L. (2014). More than g: Selection quality and adverse impact implications of considering second-stratum cognitive abilities. Journal of Applied Psychology, 99, 547–563. Weinberg, R. A., Scarr, S., & Waldman, I. D. (1992). The Minnesota Transracial Adoption Study: afollow-up of IQ test performance at adolescence. Intelligence, 16, 117–135. Willerman, L., Naylor, A. F., & Myrianthopoulos, N. C. (1974). Intellectual development of children from interracial matings: Performance in infancy and at 4 years. Behavior Genetics, 4 84–88. Witty, P. A., & Jenkins, M. D. (1935). Intra-race testing and Negro intelligence. Journal of Psychology, 1, 179–192.
  14. 7 points
    Pour remettre un peu d'optimisme, une tribune de 100 femmes contre le néo-puritanisme: http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/09/nous-defendons-une-liberte-d-importuner-indispensable-a-la-liberte-sexuelle_5239134_3232.html "Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste." (Bon la liste des signataires c'est surtout des vieilles il me semble (Deneuve, Catherine Millet, Ingrid Caven, Catherine Robbe-Grillet etc... y a Peggy Sastre aussi)
  15. 7 points
  16. 7 points
    Ah puis avec le jeûne intermittent quotidien, que je pousse parfois à 22-24h le weekend, c'est un tel bonheur de ne plus avoir à chier 3 fois par jour. A mon époque "prise de masse" en muscu, c'était 4 repas par jour et certainement pas lowcarb, je te raconte pas la destruction de céramique en règle. Sans compter les rencards et les soirées passées à se retenir de relâcher le méthane produit à rythme industriel par mon ventre après les bols de muesli du matin + celui de 16h. Non, sans rire, low carb même moyennement rigoureux + jeûne, c'est trop bien. Edit : et j'ai pas perdu de muscles
  17. 7 points
    Pourvu que Ripple crève. Saloperie contrôlée et centralisée, transactions tracées.
  18. 7 points
    un nanodébut pour qui a le vrai souhait de comprendre (il y a beaucoup plus et beaucoup mieux) Nutrition.xlsx
  19. 7 points
    c'est la version disco scandinave des abats
  20. 7 points
    J'ai l'impression que la bulle libérale-libertarienne américaine qui s'est créée au début des années 2010, et qui a culminé avec la candidature de Ron Paul en 2014 a explosé, encore une fois pour des raisons liées aux circonstances politiques du moment, a éclaté. Je vois principalement deux grands types d'explication : la première, c'est le changement d'atmosphère politique générale après la vague d'attentats qui a frappé le monde ces dernières années et la crise des migrants en Europe, qui a abouti à la fois au Brexit et à l'élection de Donald Trump sur fond de renouveau de la guerre culturelle sur les campus, des critiques de la mondialisation et du libre-échange. La seconde, c'est l'incapacité des libertariens à capitaliser sur la popularité de Ron Paul : Rand Paul, qui a joué la notabilisation au sein du GOP a finalement fait fuir la frange anti-système de son électorat qui a préféré Trump, et Gary 'Aleppo' Johnson n'a pas réussi à convaincre au-delà des déjà convaincus du LP, ceux qui ont trouvé audible son discours sur la libéralisation des drogues et tout le toutim. La première raison a polarisé à l'extrême une tension qui existait déjà au sein de la constellation libertarienne/libérale, mais l'élection a détruit l'idéal de big tent libertarianism, l'idée que les libertariens puisse coexister par-delà les chapelles : avec l'arrivée de Trump et le foutoir que ça a provoqué (les questions sur l'immigration notamment), les prises de position très agressives pro ou contra, prog ou paléo, se sont multipliées, avec deux tentations majeures. La première tentation, à droite du spectre libertarien, est de s'enfermer dans le pur credo anti-establishment paléolibertarien (cf la droite de la droite, celle de Rothbard et de Jeff Deist, mais aussi Lewrockwell and cie) jusqu'à rejoindre l'alt-right comme de nouveaux alliés jugés moins complices de l'establishment que l'aile gauche du spectre libertarien (triple H). La seconde, à gauche du spectre libertarien, est d'assumer son positionnement pro-élites/progressistes pour les uppermiddle classes et de finalement se contenter de défendre l'aile droite de la social-démocratie, c'est à dire plus de libéralisation et de déréglementation, mais sans changer l'essentiel des rapports de force politique (Niskanen center, le 'néolibéralisme' de l'IEA, les vertus bourgeoises à la D McCloskey). Bien entendu, il devient plus difficile d'observer une position médiane sans verser dans une mentalité de citadelle assiégée, ce qui est un problème différent, mais tout aussi réel. Les vents tournent, et les inquiétudes des Américains concernant l'immigration, les tensions interraciales, le terrorisme islamique et la radicalisation de la gauche morale sont aujourd'hui au top de l'agenda politique nationale. Sur ces sujets, les libertariens n'ont rien à dire, ou plutôt, ils ont tous des opinions différentes en fonction des intérêts et des valeurs politiques qu'ils défendent, qu'ils bouffent du code à Palo Alto ou vivent dans un bled du fin fond de l'Alabama, qu'ils soient gagnants ou perdants de la mondialisation, conservateurs ou prog. Et du coup, plein de gens vont voir ailleurs pour avoir des réponses, parce qu'une théorie en politique n'a d'intérêt que parce qu'elle est autant une explication du monde qu'un guide pour l'action: quand le paradigme à trop de trous, les gens changent de crèmerie pour voir si l'offre à côté peut mieux correspondre à leurs attentes sans trop s'embarrasser de principes. Une théorie politique n'est pas un code moral de Samourai. Notons que cette crise est surtout une crise interne au mouvement libertarien US : ce genre de considération n'a pas trop impacté la France, parce que nous continuons à faire exactement l'inverse de ce qui se passe dans le reste du monde. Les USA et les brits deviennent populistes ? So plouc, on va élire Macron (plongeant les libéraux français dans un autre type de sidération, mais c'est une autre histoire). Le libéralisme politique a besoin de matière grise, pas de procès en hétérodoxie ou de considérations paternalistes sur ce que les gens du commun devraient penser. Il y a aussi de nouvelles lignes de front qui sont en train de s'ouvrir, en particulier en matière de défense de la science et de liberté d'expression, très durement touchées par les politiques gouvernementales, les gender machin et la montée des radicalités sur les campus et dans les médias. Qui dit liberté d'expression, dit liberté d'innover, d'entreprendre, de soumettre à la discussion critique les idées et les projets des individus pour les améliorer. C'est comme ça que la civilisation occidentale marche depuis le début. Sur ces sujets, les libéraux sont audibles pour peu qu'ils s'y prennent bien. On pourra en reparler à l'occasion.
  21. 7 points
    Il est déjà légitime non seulement de leur mettre un poing dans la gueule, mais aussi de les tabasser intégralement et de les laisser pour morts dans une nuit d'hiver en Scandinavie (comme tu as pu le lire dans le lien que j'ai posté). La question n'est évidemment pas du tout là. Il se trouve que pour les gauchistes, nous sommes droitards, donc fachos. Peu importe la manière dont toi tu te qualifies, si un syndicaliste étudiant ou un intermitteux décide un jour de te faire cracher tes molaires ou de t'émietter les rotules, ça lui sera égal. Quand ils sont venus chercher les communistes droitards, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste droitard. Tu sais parfaitement où tout ceci mène. Les droits naturels ne sont pas faits pour les seuls gens bien, ils sont faits pour tous les êtres humains, aussi admirables ou méprisables qu'ils soient. Et ça me fait de la peine de devoir répéter une telle chose ici même. Je constate quand même une chose : lors des émeutes de Charlottesville, c'est l'ACLU qui a défendu devant la justice la liberté de manifester des types de l'alt-right, leur droit constitutionnel. L'ACLU, une organisation de gauche. Pas les Butthurt Libertarians, ni Reason, ni le Cato Institute, ni le Libertarian Party, ni qui que ce soit qui compte dans le mouvement libertarien, généralement préoccupés à dénoncer activement les méchants nazis pas beaux, ou à regarder ailleurs. Pour ma part, j'y vois une faillite morale, une déroute éthique complète du mouvement. Si les libertariens sont là pour clamer au monde à quel point on est dans le mainstream, plutôt que de défendre les droits constitutionnels des gens y compris quand ça fâche, alors autant fermer la porte derrière nous et nous jeter d'un pont. Pas la peine d'éteindre la lumière, c'est manifestement fait depuis longtemps.
  22. 6 points
    Mon avis c’est que le liberal tel que je le vois sur les réseaux sociaux et de plus en plus ici malheureusement en grande majorité est de Droite et plutôt anti-gauchiste qu’anti-étatiste, avec des nuances et des variations selon les sujets. Il aura donc une sainte horreur d’avoir la même opinion qu’un gauchiste, même par erreur. Il cherchera donc toujours à s’amender ou se corriger, par peur de lui-même peut-être . Donc quand il faudra être pour la liberté de circulation et donc l’immigration ok, jusqu’au moment où il se rendra compte que les gauchistes sont d’accord sur ce point, et là ça ne collera plus. Au final, il sera pour l’immigration si et seulement si l’Etat abandonne l’Etat-providence, pas avant. Seuls les autochtones pourront prétendre à l’Etat-providence en attendant donc le grand soir. Quand il faudra être pour le mariage gay ok, jusqu’au moment où il se rendra compte que les gauchistes sont d’accord sur ce point, et là ça ne collera plus, does not compute, donc il sera pour le mariage gay si et seulement si l’Etat privatise le mariage et l’appelle autrement , pas avant. Seuls les heteros pourront prétendre se marier en attendant donc le grand soir. Quand il faudra rejeter une infrastructure publique dispendieuse et inutile ok, jusqu’au moment où il se rendra compte que des gauchistes sont d’accord sur ce point pour par écologisme par exemple et là ça ne collera plus, does not compute. Donc il sera contre l’abandon de cette infrastructure finalement et prétextera un référendum local aux frais du contribuable national, la volonté populaire etc etc... Quand il faudra rejeter le capitalisme de connivence ok, jusqu’à ce que les gauchistes en fassent de même et là il passera à autre chose. Quand des femmes se plaindront de violences ok, jusqu’à que quelques féministes de gauche en fassent de trop, et donc la il remettra en cause la parole de la plupart des femmes qui osent finalement parler . Finalement il lui restera que les impôts et quelques lois excessives ... Il y a un réflexe pavlovien évident qui nous trahit. Mais attention, l’électeur préfère l’original à la copie. Et l’électeur de Droite aussi. C’est une des raisons entre autres pour lesquels les libéraux ne gagneront jamais en politique.
  23. 6 points
    Ouais, la seule différence c'est que dans le second cas tu as un aéroport et des autoroutes, alors qu'avec l'abandon tu n'as rien, et en plus tu devras financer l'agrandissement de Nantes-Atlantique. Et même si j'espère que ma position était claire, je précise qu'à titre perso j'aurais plutôt été contre ce projet en l'état. Et que je ne suis évidemment pas fan de la manière dont l'Etat gère les expropriations et les projets d'infrastructure en général. Mais croire une seconde que les zadistes font le boulot des libéraux, c'est non seulement illusoire mais surtout dangereux. L'arbre qu'ils ont protégé ils l'utiliseront pour te pendre avec une corde bio, et en tant que libéral tu seras plutôt dans le début de la charrette. Entretemps bien sûr tu peux être certain qu'une fois évacués, s'ils ne vont pas occuper la ZAD la plus proche, ils trouveront une maison de particulier à squatter, car c'est leur conception du droit. On me traitera d'étatiste autant qu'on veut, je considère que la manière dont les démocraties occidentales gèrent ces problèmes est un progrès par rapport à la simple loi du plus fort, au sens propre du terme. Au final je ne me désolé pas tant que ça de l'abandon du projet : si c'est suivi par des mesures fortes comme une évacuation totale et définitive, ou l'envoi d'inspecteurs de l'hygiène, de l'urbanisme, de l'environnement et du fisc, alors ça peut envoyer le bon message. Mais d'après mon expérience de la manière dont on gère ce type de problèmes en France j'y crois moyennement. Macron sera plus ferme que les précédents mais tout de même.
  24. 6 points
    Pas le fisc. Des agents du ministère de l'environnement qui vérifieront si l'espace est bien protégé, si les constructions sont aux normes environnementales, si les permis ont été demandés, si les grenouilles sont bien traitées, si le bruit est à un niveau acceptable pour une zone protégée, etc... Qu'ils mangent leur propre création :D.
  25. 6 points
    Tiens, on a reparlé de ça a midi avec des collègues qui étaient tout excités sur la tribune, j'ai posé deux questions : - es-tu sur qu'on parle de droit au harcellement ? - es-tu sur qu'on parle de non événement des agressions ? la réponse étant oui à chaque fois, j'ai sorti mon téléphone et, après 10 minutes de recherche parce que ce foutu texte est réservé aux abonnés, je l'ai lu, et comme disent les jeunes, après avoir demandé la définition de "importuner", je les ai mis en PLS. En fait, je soupçonne mes deux collègues en question de n'avoir jamais lu la tribune et d'hurler avec les loups.
  26. 6 points
    Son idée de vouloir pénalement remplacer la "différence de degré" par "la différence de nature" est tout bonnement hallucinante : un homme qui ferait un bisou sur la joue d'une femme sans son consentement serait selon ses dires un porc au même titre que celui qui viole une femme (il y a certes une différence de degré, mais ce n'est pas ce qui compte selon elle car dans les deux cas c'est exactement la même nature qui s'exprime : celle d'un homme qui profite de sa position de domination pour poser un acte non consenti). Eh bien, je ne trouve pas exagéré de dire que les libertés sexuelles sont menacées par de telles idées délirantes (qu'elle n'a pas sorties de son chapeau à l'occasion de cette interview, puisqu'elle a écrit un article là-dessus). Quand elle explique un peu plus loin qu'il est impossible pour une femme de sortir de chez elle un jour sans subir au moins une agression verbale, tu comprends ce que cela signifie statistiquement : une écrasante majorité d'hommes se comportent comme des porcs. C'est de la misandrie, ni plus ni moins. Cette femme me semble déséquilibrée.
  27. 6 points
    Oui c'est un hash infalsifiable representant le nombre de tethers en circulation, qui est controle par tether.to. En gros ca represente ta balance sur le site tether.to a monde entier, et tu peux donc l'echanger avec d'autres personnes. (et tu lui accorde la valeur que tu accorde a tether.to). Malheureseument je vais pas pouvoir dire beaucoup plus que ce qui est public a cause d'une NDA a mon depart de Bitfinex. Je suis celui qui a lance bitfinex en 2012 avec un "conseiller" qui est a l'origine du modele de prets en P2P pour permettre aux traders d'ouvrir des positions avec effet de levier. Pendant les premieres annees il n'y avait qu'un systeme admin, qu'un developpeur, qu'un support utilisateurs, qu'une "public relation figure",..., a savoir moi (le conseiller ne faisait que ca, du conseil, ce qui est deja bien j'en conviens). Et ca a ete ma premiere erreur: ne pas m'entourer de gens competents avant de commencer. Une fois que le train est lance a 300kmh, c'est tres tres dur de rectifier le tir et trouver des gens de confiance, ca a pris presque 2 annees, qui ont ete relativement eprouvantes a vivre. Les dirigeants actuels de bitfinex sont arrives tres vite (mars 2013) mais ils se sont contenter d'un role administratif (l'un est devenu CEO et l'autre est devenu le vrai dirigeant de fait). Ils ont ete tres utiles, sans eux Bitfinex n'aura jamais eu le support legal et bancaire necessaire, pas de meprise la dessus. Mon autre erreur a ete de laisser ces deux personnes prendre le controle de Bitfinex et m'evincer petit a petit. En moins de 3 mois, j'etais minoritaire en parts de capital et mon conseiller etait vire completement. Et tant que j'etais indispensable au site ca allait, mais au fur et a mesure que je devenais moins indispensable ma position etait plus tenue et ma participation dans le capital plus petite. Ma naivete a frappe encore une fois. Et ma plus grosse lecon a ete de pouvoir observer ces personnes, surtout une, mener la barque de Bitfinex d'une main de maitre, s'imposer en dirigeant sans avoir aucun status officiel si ce n'est d'actionnaire, et de facon tres habile (par exemple, recuperer du hack de 2016 en remboursant tout le monde etait un coup de genie). Sinon techniquement ca m'a aide a etre polyvalent, meme si la polyvalence ne remplacera pas la specialisation (et tant que le modele de securite de BFX etait un cold wallet/watchonly-wallet ca allait, quand ca a ete remplace par un hot wallet, ca a donne le hack de 2015). Le plus ironique dans l'histoire, c'es que jai gagne plus d'argent avec les quelques euros que j'ai depense dans le bitcoin en 2012 quand il etait a 5 euros (si je ne compte pas les bitcoins depenses de ma poche pour rembourser les utilisateurs lors de bugs en 2012/2013), qu'avec toutes ces annees a en chier come un malade pour Bitfinex. Mais je ne regrette ni l'un ni l'autre. J'ai pas de conseil a donner vraiment, tout ce que je peux dire c'est que je reste investi dans la crypto (pas seulement bitcoin parce que je pense comme toi qu'il va dans le mur), et je pense que la crypto a un avenir radieux et pourrait meme participer a l'effondrement du systeme actuel. Bref, je ne crois pas qu'il soit trop tard pour entrer dans les cryptos.
  28. 6 points
    Je pense aussi qu'ils devraient être jugés la bas, par leurs victimes réelles. On sait que ça sera expéditif et sans vrai règle de droit mais, franchement, qu'ils tirent leur plan. Mais... Mais si d'une manière ou d'une autre ils reviennent, alors il sera important qu'ils soient traités comme n'importe quel individu. C'est toujours dans les moments difficiles que nos idéaux sont mis à rudes épreuves. Si on abandonne ceux-ci à chaque fois qu'un cas difficile surgit, alors on est pas digne d'eux. C'est dans ces moments là qu'on reconnaît aussi les gens qui essaient d'être à la hauteur de leurs convictions et les opportunistes.
  29. 6 points
    Les journalistes nont pas de leçon de traduction à recevoir de la part de libertaires vivant dans le monde digital.
  30. 6 points
    Ce gouvernement de débiles qui est supposé être une alliance de partis plus ou moins libéraux aura donc : - fait une alliance avec un parti d'extreme droite qui n'en fait à peu près qu'a sa tête sur tous les sujets mais à qui on ose rien dire parce qu'il est clairement la clef de voute du gouvernement et que personne n'osera "débrancher la prise" encore une fois - augmenté tellement les taxes sur l'alcool et autres produits que leurs recettes auront diminués parce que les Belges auront été ailleurs - renvoyé par charters des migrants soudanais avec l'aide des émissaires de la dictature en place localement, qui y furent ensuite torturés une fois de retour chez eux - fait une réformette des pensions qui la rend encore plus dépendante de l'état (et en passant encore plus réduites pour les futurs pensionnés qui sont pris au piège des captation salariales de l'Etat pour leurs retraites qui ne font que diminuer) - augmenté les taxes sur tous les produits financiers, à commencer par ... les compléments retraites (admirez le travail), les comptes titres et d'autres - mené de manière a peu près débile une politique sécuritaire contre le terrorisme selon pas mal de spécialistes, à commencé par l'armée dont les hauts gradés passent leur temps à expliquer que les troupes ne savent plus s'entrainer et dépriment à tourner en rond en rue pour rien - introduit un ensemble de nouvelles taxes (séjour, bière, cigarettes, routes, j'en oublie) - augmenté la TVA sur un tas de services et produits, à commencé par l'énergie, gaz et électricité (un joli bond de 15% pour tous les ménages si j'ai bonne mémoire) Et maintenant, lance une "war on drugs" dont on ne fait plus le tour des innombrables échecs de cette politique tant il y en a... Vraiment, n'en jetez plus, leur seule bonne action est d'avoir baissé l'impot sur les PME
  31. 6 points
    sujet liberal s'il en est puisque la plupart des traitements douteux infliges aux animaux sont le fait de normes etatiques; par exemple on decide qu'un cochon dans la boue c'est sale, on impose des grilles au sol, ca les blesse, on impose le coupage d'ongles, apres il faut des antibios etc etc elevage extensif ? on taxe a la surface.Paf, d'un coup ca devient vachement avantageux de serrer les animaux dans une petite boite.
  32. 6 points
    Tu as deux catégories de problèmes qui se posent : - capacitaires : les gendarmes ont perdus progressivement une série de capacités. Pour NDDL, il leur faudra des moyens de terrassement pour ouvrir des itinineraires et atteindre le cœur de chaque site. Pour se faire, il faut des engins que seul l’armée a (et leur pilote formé pour percer l’obstacle). Autre capacité, celle du tout terrain. Ils ont pour cela des blindés et des camions mais pas forcément en grand nombre. Leurs Irisbus sont inutilisables sur ce type de terrain. En face, le terrain a été préparé depuis des années. On peut prévoir tout une série de dispositifs d’entrave. On peut même imaginer des pièges. Il y a déjà eu des déminages sur des ZAD. - effectif : Pour NDDL, il faut deux dispositifs. Un pour verrouiller les entrées et sorties d’un secteur étendu jour et nuit. Un second pour pénétrer et évacuer les poches les unes après les autres, voir simultanément. Mais, « il y a ce que l’on voit et... » Quand l’evacuation va débuter, des actions de diversions vont être lancées. Pour cela, Nante fera l’objet de violences, Paris peut-être. Le but sera d’obliger la gendarmerie et la police a réserver des forces pour d’aigres points et affaiblir les ressources pour NDDL. Enfin, l’évacuation faite, il faudra interdire la réimplantation des chevreuils. En conclusion, l’évacuation de NDDL peut être une manœuvre de niveau national avec des moyens énormes sur plusieurs semaines. Camions, blindés, hélicoptères (pour de vrais posés d’assaut)... je n’évoque pas les Melenchon qui se pointeront.
  33. 6 points
    Un peu de fun dans le monde impitoyable des crypto monnaies. Reason TV vient de sortir ça :
  34. 6 points
    Je trouve cette image un peu facho.
  35. 6 points
    Je suis heureux en ménage, ma gonz est drôle, sympa, intelligente, pas trop socialiste, entrepreneuse, bref, chaque fois que je lis ce thread je me dis que je suis en couple depuis 8 ans avec un homme sans encore m'en être rendu compte.
  36. 5 points
    Oui. J'essaie d'avoir une réflexion là dessus depuis un moment (quelle est l'envergure du libéralisme, quelle est la limite de ce qu'il peut condamner ou approuver...). J'ai deux pistes pour l'instant : La première est celle qui mène à l'approche thick : le libéralisme n'existe pas dans le vide mais se fonde sur des valeurs, en tant que libéraux on peut et on doit critiquer ce qui va à l'encontre de ces valeurs sous peine de scier la branche sur laquelle on est assis. Reste à savoir ce qu'on met dans le package parce que ça peut s'appliquer tout aussi bien aux émancipationnistes qu'aux conservateurs à la HHH. Le mérite (ou le défaut selon le point de vue) de cette approche est qu'elle permet aux libertariens de sortir de leur tour d'ivoire et de se battre dans le champ de mine culturel. La seconde est compatible avec l'approche thin : ce n'est pas parce que les membres de tel groupe de pression n'utilisent pas à cet instant précis l'état comme moyen de coercition qu'ils se retrouvent lavés de tout soupçon et au dessus de toute critique. On peut analyser leur idéologie et constater qu'à terme elle ne pourra pas être réalisée sans le recours à l'état. On peut observer leur comportement et en déduire qu'ils n'auraient aucun scrupule à utiliser la coercition s'ils en avaient simplement le pouvoir. Et quand ils auront le pouvoir il sera trop tard pour se réveiller. Le point négatif de cette approche est qu'on se fait traiter de parano, et qu'on reste vulnérable au "tu généralises trop y en a des bien".
  37. 5 points
    Pour nous c'est une victoire à la Pyrrhus. Le non respect de l'état de droit est une défaite.
  38. 5 points
    Les juifs ont un passif de franchissements illicites des bras de mer, si je puis me permettre. #Moïse
  39. 5 points
    Notez qu'une fois de plus, Le Monde tendance sociétal se fait défoncer dans les commentaires, dire que tout ça sera fini si on avait pas les subventions
  40. 5 points
    C'est de la super pub on a fait entrer la bière belge l'an dernier c'est d'un ridicule achevé mais les politiciens, c'est un peu comme les écoliers, ça aime bien les gommettes colorées.
  41. 5 points
    Le droit de propriété à la française. Oligopolisation du marché via des normes, notamment environnementales, censées protéger les propriétaires et les locataires, et voilà le résultat : Des maisons certifiées conformées à la RT2012, certifiées passives sur le papier, via un projet qui a reçu mille médailles en chocolat (voir tweet en dessous) et au final ... des logements invivables et un constructeur qui se permet d'envoyer péter ses clients. https://www.francebleu.fr/infos/societe/a-froid-et-la-ventilation-nous-empeche-dormir-la-colere-des-habitants-d-une-residence-toute-neuve-a-1508815273 Et pendant ce temps là, là haut, dans les nuages, on est fermement décidés à mettre tout en œuvre pour consolider, renforcer cette aberration systémique. http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/plan_renovation_batiments.pdf
  42. 5 points
    Un article de slate qui dit en gros: -L'exposition est totalement merdique et mensongère (ce qui répond à ta question sur le contenu) -Le Che était un salopard de la pire espèce. -la seule chose qui lui assure une légende dorée c'est qu'il n'a jamais renié ses convictions et qu'il a dénié la réalité au profit de celles-ci. Tout cela magnifié par le fait qu'il soit mort pour elles plutôt que de finir en dignitaire du régime. http://www.slate.fr/story/155873/exposition-paris-hommage-che-guevara-anne-hidalgo
  43. 5 points
    Ça s'appelle de la diplomatie et envoyer ses félicitations à un président nouvellement élu c'est absolument et totalement normal. Honnêtement je parierais même que "ses" félicitations lui ont été apportées entre la poire et le fromage sur son bureau par un huissier, qu'il les as lues d'un œil distrait et a fait une vague signature dessus.
  44. 5 points
    Faudrait aller coller les citations du Che sur les nègres t les homosexuels sur ce mur...
  45. 5 points
  46. 5 points
    dans vingt ans tu auras quatre milliards
  47. 5 points
    Après on peut imaginer que le film est de la prop' d'évangélistes ricains. Ca n'empêche que le prof est un gros branleur à défaut d'être un inculte, tu jettes un oeil au film que tu fais voir à tes élèves.
  48. 5 points
    Les "gens" d'extreme gauche ne sont pas le mal absolu, non, la plupart, l'écrasante majorité, sont des naifs qui veulent vraiment le bien de l'humanité mais ce sont des naifs qui nous mènent droit à la ruine au mieux, en s'asseyant au passages sur tous nos droits élémentaires, et aux goulags au pire. J'ai pleins de potes d'extreme gauche, comme j'ai deux trois potes bien racistes qui aiment le FN à l'ancienne, je n'irai jamais manifester avec eux, je n'irai jamais voter pour les même partis qu'eux et je n'irai jamais débattre politique pendant des heures avec eux. Ce ne sont pas des alliés. C'est tout.
  49. 5 points
    C'est pas nous qui avons ramené le "les sjw pensent que nous aussi on est des facho donc il faut arreter de dire que l'alt right c'est des facho sinon on pense comme les sjw", hein, c'est pas ici et en l'occurrence qui nous nous sommes inquiété de ce que pensent ou dis l'extreme gauche La même chose que depuis 6 ans sur ce forum : se trouver des alliés objectifs à droite ou à l'extreme droite sous prétexte qu'on a des ennemis en commun est une pratique qui nous mène dans le mur depuis un siècle et qui fini par amener à la confusion des gens la plus terrible comme les cons de la photos qui défilent à côté de mecs avec des drapeaux nazis. C'est tout. On laisse les gogols de gauche faire leur truc et on ne va pas avec eux sous prétexte qu'on a des points d'accord. On laisse les gogols de droite faire leur truc et on ne vas pas avec eux sous prétexte qu'on des points d'accord. Sinon on fini par manifester à côté de la faucille et du marteau. Ah, tiens, non, ça, ça n'est jamais arrivé.
  50. 5 points
    Je pense les SJW rêvent si ils croient à l'application massive de leurs principes et je crois que l'alt-right rêvent dans le retour de bâton bien facho. Beaucoup de postures des deux côtés, encouragé par le virtuel et l'anonymat, mais peu de praxis concrète. Alors chez les masses... lol... Plus le temps passe, plus internet devient un gigantesque MMO où chaque participant se sent obligé de choisir un camp et de mener la lutte. Dès qu'une bataille se déclenche, les troupes se lancent pour la gagner. Mais bon, si dans les faits si il y a pleins de joueurs de World Of Warcraft, très peu se baladent dans la rue avec une épée et en faisant de la discriminations anti-orc en criant "vive l'alliance".
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00
×