Jump to content

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 04/17/22 in all areas

  1. Oui, pour gagner une guerre, il faut les 2 ingrédients, quelque chose à défendre et le supplément d'âme que l'on ne peut avoir que quand on a le sentiment d’œuvrer pour quelque chose qui nous dépasse. (Et accessoirement, il faut des jeunes. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de jeunes.) Et cette question on va être obligés de se la poser nous-mêmes. J'y réfléchis beaucoup en ce moment car je suis persuadé que nous allons vers la 3ème guerre mondiale et je pense très fortement que Macron nous y emmènera avec un plaisir à peine dissimulé. J'ai quelques connaissances militaires malgré moi, ils m'ont tous dit la même chose, demain on les mobilise, ils tirent dans leur camp. Qui a envie de défendre ce modèle de société ? Qui a envie d'aller prendre une balle pour nos boomers-jouisseurs nihilistes flasques et dégueulasses qui nous ont tout pris et nous ont offerts 2 années d'enfer ? Qui a envie d'aller défendre nos 10 millions d'immigrés improductifs qui nous ont généreusement offerts 1000 attaques violentes par jour et l'impossibilité pour les filles de se promener en jupe après 18h en ville ? La réponse est pas grand monde. On peut enterrer ces sujets en temps de paix grâce à la pression sociale et au chantage à la mal-pensance, mais quand on te met un flingue dans les mains et qu'on t'héliporte sur le champ de bataille, soudainement tu retrouves de la lucidité. La guerre conventionnelle dans le Wokistan islamo-gauchiste, franchement, je demande à voir. J'arrive pas à voir qui a envie d'aller défendre ça mais j'arrivais pas non plus à voir qu'il y avait 58% de connards en France qui était prêts à redemander du fascisme Macronien donc je peux me tromper. L'amalgame Poutine = Hitler, ça ne marche qu'avec le bourgeois gavé aux big médias, le troufion qui porte le flingue n'est pas dans cette matrice, cette propagande ne l'atteint pas et ça ne sera pas une motivation suffisante pour y aller la fleur au fusil. Le but de Poutine n'est pas la guerre totale, sinon il aurait déployé le tapis de bombe à l'américaine. Il vient prendre ce qu'il a à prendre et il se calmera quand il l'aura pris. La guerre en Ukraine est la 1ère guerre Tik-Tok de l'histoire. C'est de loin la guerre la plus fake que j'ai jamais vue où ça parle 18 langues différentes sur le battlefield, le président camé prend des photos sur fond vert pour la communication extérieure et les locaux prennent des selfies à la cool pour montrer que les nénettes aussi savent tenir un fusil. Personne n'a rien à gagner ni à défendre là dedans, personne n'a envie de verser son sang dans ce merdier. Il y a juste des mercenaires qui s'éclatent et des industriels qui vont se gaver et vivre leur meilleur vie.
    3 points
  2. L'analyse de Lameador va normalement étre publiée sur Contrepoints. J'en profite pour dire que nous sommes toujours preneurs d'articles et d'analyse des membres du forum.
    3 points
  3. Il semblerait que wikipedia a judicieusement modifié l'origine de son père... devenu d'ascendance polonaise plutôt que russe, le 17 mai à 10 heures du matin Version archivée : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Élisabeth_Borne&oldid=193750687 Version modifiée : https://fr.wikipedia.org/wiki/Élisabeth_Borne
    2 points
  4. Est-ce que je pourrais te l'envoyer pour que tu le relises ? Merci pour ce conseil.
    2 points
  5. Pour faire un boulot. Pour faire clair, dans la plupart des organisations qui produisent un travail intellectuel, la présence physique est nécessaire pour trois choses : L'impact positif de la présence physique sur la créativité et les échanges informels ; L'intégration et la formation des nouveaux arrivants ; La création d'une culture d'entreprise / de la motivation. Globalement, selon le métier, et l'expérience, ça nécessite entre 2 et 4j de présence sur site par semaine. Vous avez des cas exceptionnels. Certains collaborateurs à très haute valeur ajoutée, qui connaissent très bien l'entreprise, et qui n'ont pas envie de sortir de leur domaine d'expertise peuvent bénéficier de forfaits à 2 ou 3 jours de présence par mois. Ca se fait au cas par cas et exceptionnellement. Si vous passez en full remote, votre modèle de management devient un modèle où : Vous ne demandez plus à vos salariés de la créativité mais de l'exécution ; Vous ne formez plus de nouveaux arrivants : ils doivent arriver formés ; Il n'y a pas de culture d'entreprise. A ce moment là, vous n'avez tout simplement plus besoin de salariés. Ca vous coûtera bien moins cher de prendre des consultants et des free lance pour exécuter vos projets, et ça sera plus maniable. Le full remote n'a de sens que si vous acceptez que les ressources humaines n'ont pas de valeur pour l'entreprise. C'est une stratégie entendable ; ça peut marcher pour certains groupes ; mais c'est comme les poissons volants.
    2 points
  6. Quand il y a un type qui se bat pour l'indépendance de son pays, je préfère que ce soit le mec d'en face qui meure. Je pense par exemple que les révolutionnaires nationalistes américains de 1776 ont défendu des idées qui valaient la peine qu'on se batte pour elles. Je me demande d'ailleurs comment certains ici auraient commenté à l'époque la révolution américaine. "Des provocations de colons francs-maçons et d'integristes religieux ne doivent pas faire tomber la France dans l'anglophobie primaire." "C'est cynique d'aider cette guerilla nationaliste jusqu'à la destruction du dernier americain pour affaiblir l'Angleterre."
    2 points
  7. Bon suite aux conseils d' @Adrian j'ai décidé de partager ici quelques unes de mes lectures : Histoire Cesare borgia : avant qu’il ne devienne le Prince (donc quand il est encore cardinal), explique très bien le contexte historique notamment l’importance de certains événements (querelle des investitures, Papauté avignon, descente henri vii en Italie, chute de grenade etc) , explique aussi certaines notions de philo médiévale : lutte des 2 glaives Historie : Vie d'Eumène de cardia, secrétaire d'Alexandre puis épigone (dont le frère est un historien antique célèbre), cela va jusqu’à l’assassinat de Philippe pour l'instant, un peu romancée mais très bien Ad Astra : relate la seconde guerre punique, focus sur la lutte entre Hannibal et Scipion, j'ai trouvé que c'était le plus précis historiquement Hawkwood : On suit une bande mercenaire durant guerre de cent ans, centré sur la bataille de Crécy, gros potentiel mais on reste sur sa faim Otoyomegatari : aventures d’un ethnologue anglais qui visite les divers peuples de Turquie en Inde, steppes asiatiques, Daylam, Iran…Chaque arc est l’occasion de découvrir les coutumes/tradition d’un peuple Manchuria Opium Squad : un déserteur de l’armée du guangdong s’associe à la fille d’un mafieux chinois pour vendre de l’opium et prendre le contrôle de la mandchourie occupée Inclassable Boku-Tachi Ga Yarimashita/(we did it) : une bande de lycéens un peu marginaux décident de faire une grosse connerie, le manga raconte leur descente aux enfers (l'ambiance est un peu celle d'un film de fugitif), on ressent bien l’absurdité de la vie, très drôle et très prenant (une masterclass) Yamikin Ushijima-kun : histoire d’un collecteur de dettes, roman social qui visite les bas fonds de l’humanité et le cynisme absolue des recouvreurs (yamikin) qui sont prêt à tout pour récupérer leur argent : prostitution, drogue, “suicide”, vente d’organes… Ikigami : le gouvernement , via une politique utilitariste et malthusienne, a injecté à chaque citoyen à sa naissance un poison qui fait qu'à la majorité (21 ans) 1% de la population meurt. Le job du héros est donc de déposer un préavis de décès aux heureux élus, qui partent très vite en vrille 😅. On suit donc la dernière journée de ces condamnés; qui essaient d'accomplir leurs aspirations et mourir sans regrets From Now On We Begin Ethics: un prof confronté aux problèmes de ses élèves en profite pour expliquer les théories principales de l’éthique Comédie : Grand Blue : club de plongée mais osef je n’ai jamais autant ri devant un manga, le dessin est grotesque, on suit les aventures d’une bande d’étudiants sans gêne ni honte aucune, qui passent son temps à se prendre des murges et se vanner/descendre entre eux. Temple : par l’auteur de Grand Blue, le fils d’une famille de séducteurs décident de s’arracher à son destin d’hommes à femmes et rejoint un temple pour devenir moine : sauf qu’il se trompe et rejoint une nonnerie, tout aussi drôle que le manga précédent Uramichi Oniisan : Manga sur la dépression d’un animateur d’une émission pour enfant, désabusé par la vie Lady Boy VS Yakuza : le héros est un ex-yakuza dont le chef lui a demandé de garder sa famille durant un voyage d’affaires. Sauf que celui-ci a eu la bonne idée de cocufier celui-ci avec sa femme et sa fille. Il se fait chopper et ses ennuis commencent : Son chef décide de se venger d’une façon originale : il lui fait subir une transition sexuelle forcée et le transforme en femme. Puis il l’abandonne sur une île dans les eaux internationales où il a réuni les 100 pires criminels sexuels du Japon. Notre héroïne doit donc survivre plusieurs jours dans cet enfer sans se faire violer. Le dessin est caractéristique et renforce les effets comiques La virginité passé 30 ans : adaptation en manga sur une série d’articles sur ce sujet de société. Chaque chapitre nous dresse le portrait d’un individu, de ses vices et de comment il en est arrivé là, il y a évidemment une certaine critique de la société japonaise (notamment du système de santé/maison de retraites dans lesquelles l’auteur a travaillé). Même dessinateur que le manga précédent si vous aimez le style. Drôle de Père : Daikichi, célibataire endurci, se rend aux funérailles de son grand père où la famille s’aperçoit avec stupeur que celui-ci laisse une fille cachée de 6 ans derrière lui. Grande confusion, personne ne veut s’en occuper et elle prend donc la direction des sévices sociaux. Mais Daikichi, qui est un homme bon au fond, décide contre toute attente d’éduquer ce qui est techniquement sa tante. Cependant, élever un enfant s’avère plus ardu que prévu et cette nouvelle arrivée va bouleverser sa vie (PS: ne lisez pas la fin, i.e le dernier tome voire l’avant dernier, vraiment) Sket Dance : manga injustement méconnu, il est centré sur nos 3 héros, membres d’un club d’entraide au lycée, qui accueillent les élèves pour toutes sortes de requêtes loufoques. L’humour et les personnages décalés sont le point fort du manga, très similaire dans l’esprit à Gintama (les 2 font d’ailleurs pas mal de collaboration), notamment l’absurde/le burlesque. Inspecteur kurokochi : un lieutenant de police corrompu jusqu’à la moelle magouille avec des yakuzas et des politiques pour obtenir des secrets sur les décisionnaires puissants et ensuite les faire chanter. Ce manga policier est une suite d’enquête sur des scandales politiques/.criminels notamment celui d’une société de flics corrompus qui organisent des détournements de fonds de caisse de retraite et des attentats. Comédie amoureuse Go-Toubun No Hanayome : la quintessence du harem, un étudiant modèle mais fauché doit donner des cours à 5 soeurs aux personnalités différentes. Horimiya : la classique comédie amoureuse entre une femme forte et colérique et un nerd bizarre, les personnages sont attachants Oshi no ko : un peu un ovni : Histoire de vengeance d’un adulte réincarné dans un corps d’enfant et qui découvre le monde des idols/show business japonais mais en même temps une comédie amoureuse ? par l’auteur de kaguya love is war, tout le génie de l’auteur lui a été transféré Domestic Na Kanojo : triangle amoureux entre un lycéen futur auteur de roman et ses 2 steps sisters, un manga épicé et plein de suspens, l’autrice maîtrise les cliffhangers et les retournements de situation à la perfection. Kanojo, Okarishimasu/rent a girlfriend : manga sympa sur un beta cuck qui loue une petite amie pour faire plaisir à sa grand mère mourante, j’ai abandonné vers le milieu My Wife Is Wagatsuma-san : il y a une intrigue amoureuse et des histoires de voyage temporel mais osef c’est surtout une bande de potes qui partagent des moments délirants. (et c'est genial ) Romance/Slice of life Daughter's Friend : un père de famille sort avec la meilleure amie de sa fille (une lycéenne donc), mais son entourage n’est pas de cet avis et crie au scandale Sen Wa, Boku Wo Egaku : manga sur la calligraphie, comment elle permet de soigner les plaies humaines, manga très esthétique Inu tu kuzu : un beta cuck devient un alpha en se mariant avec son crush d’enfance qui est aussi la veuve de son meilleur ami, mort assassiné récemment. Mais celle ci serait folle et manipulatrice ? Even If You Don't Do It : manga sur l’adultère et le mariage : une femme délaissée par son mari noue une aventure avec un collègue de travail délaisée par sa femme, j’ai aimé. A silent voice : manga sur l’exclusion sociale, un bully revoit sa victime, une sourde et muette qu’il avait harcelé en primaire, il en garde une lourde culpabilité et décide de se racheter en la côtoyant à nouveau. Manga très touchant Autre: Sousou No Frieren : Traite de la nostalgie, du temps long, de l’immortalité, très contemplatif, on voyage sur de grands espaces. Raconte les pérégrinations d’une mage elfe, 100 ans après l’aventure principale du héros, que l’on découvre à posteriori (on alterne entre flashback et flashforward , la construction narrative est très intéressante) / J'ai l’impression que l'action est un prétexte à l'exposition du lore. Song Of The Night Walkers : manga sur la nuit, balades nocturnes dans un environnement urbain calme et paisible, très contemplatif. Plus concrètement, histoire de vampire qui séduisent des humains pour les vampiriser, le dilemme du héros et de ses amis est de devenir vampire ou pas Et bien sûr le meilleur pour la fin : Billy Bat et 21 century boys, les meilleurs niveau scénario et thriller/fantastique (mais vous allez devenir complotiste) Billy bat : En 1949 aux États-Unis, un dessinateur de comics japonais dont la série phare, Billy Bat, remporte un grand succès, est contacté par la police car son héros, une chauve-souris détective, ressemble fortement à celui d'un manga japonais. Notre héros interrompt la publication de sa série et se rend au Japon demander la permission au créateur original d'utiliser ce personnage pour sa bande dessinée.Mais dans le Japon occupé d'après-guerre, il se retrouve alors au cœur d'une affaire de meurtres et de complots… On suit différents personnages historiques : un mangaka durant l’occupation du japon, Judas iscariote, Walt Disney … tous reliés par le personnage mystérieux de Billy Bat , dont l’identité mystérieuse est le fil rouge du manga 21 century boys : un bande de jeunes dans les années 90 s’amusent à imaginer un scénario dans lequel une société secrète chercherait à détruire le monde à l’aube de l’an 2000 via un robot géant , les enfants s'imaginent alors en héros sauveurs du monde. Sauf qu’à l’aube d’un nouveau millénaire, un organisation secrète menée par un personnage mystérieux émerge dans l’ombre avec pour projet de mener à bien ce plan . Le groupes d’ami d’enfance se réunit alors pour découvrir l'identité du meneur (parmi les anciens au courant du plan) et le contrecarrer. Le roman passe son temps à alterner entre trois temporalités (enfance dans les années 90,catastrophe de l’an 2000 et 10 ans plus tard), et maintient un suspens insoutenable jusqu’au bout.
    2 points
  8. Ben si Jacqueline c'est la question parce que la démocratie comme on la conçoit en France, c'est-à-dire sous la forme d'un compromis entre démocratie directe (héritage de la Ve république) et représentative, avec un fort accent sur l'exécutif et le lien direct avec le souverain, ça suppose que tout le monde décide pour tout le monde, et on peut considérer que l'Etat providence est une extension de ça au monde de l'après-guerre, donc comment est-ce qu'on fait ton truc sans avoir des manifs de cons qui disent qu'on les exclut du "jeu démocratique" et qu'on rétablit les privilèges (qu'on a aboli pour toutes les mauvaises raisons qu'il y avait de les abolir)? A partir du moment où on rompt avec l'homogénéité nécessaire pour que ce genre de système fonctionne (si ce genre de système peut fonctionner tout court), donc à partir du moment où des groupes d'intérêts divergents apparaissent dans la société, la question n'est plus seulement celle du libéralisme classique de comment les faire coexister sans qu'ils se tapent, mais de maintenir la légitimité de l'Etat par-delà ou indépendamment des différentes sphères sociales auxquelles les individus prêtent allégeance ou auxquelles leurs intérêts sont attachés, afin qu'on arrive à recréer du capital social à petite échelle au lieu de le détruire par fractionnement sur la grande échelle, comme on le fait quand on continue de soutenir un système démocratique rousseauiste dans une société où la volonté générale n'existe clairement plus depuis longtemps. Le problème, c'est que ces sphères-là (l'Eglise, la famille, les régions), l'Etat s'acharne à les détruire, alors que c'est sans doute à cette échelle que l'engagement politique n'est pas complètement déconnecté de toute efficacité (comme il l'est dans le cas du vote, hein, là-dessus je suis libertarien à fond avec Nozick, Caplan, Brennan et cie) à cause du gouffre entre le choix qu'on propose aux citoyens et les capacités cognitives délirantes nécessaires pour faire un choix informé, et en les détruisant, il restreint l'horizon politique au citoyen qui s'intéresse à tout, même à ce qui le regarde pas et à ce qui dépasse largement son horizon de compétence cognitive, et l'individu, qui est une monade artificielle sans attache à personne, l'un ayant des droits et l'autre des devoirs, comme dirait Macron. Du coup bien sûr ces sphères se recréent dans leur coin, et en opposition à l'Etat (qui l'a bien cherché, faut être juste), et ça crée le bordel, ou pour le dire correctement, un imperium in imperio un peu comme la Mafia ou le KKK pour reprendre les exemples de Passerin d'Entrèves. Du coup c'est assez ironique de lire des libertariens comparer l'Etat à une Mafia. Non, c'est la Mafia qui est un organisme parasite dans l'Etat. Le problème, c'est que toute sphère productrice de normes au sein de l'Etat devient assimilée à un imperium in imperio, et leur défense à tous les noms d'oiseaux qu'on donne à l'opposition à l'Etat, qui devient aussitôt une opposition à la politique en général (comme si Schmitt n'avait jamais expliqué à personne la différence), comme l'oultralibéralisme, le communautarisme ou le fascisme, et bien sûr ça aussi ça crée le bordel dans l'autre sens. C'est, disons, le problème de la républicanite aiguë. C'est évidemment une stratégie de l'Etat pour tuer toute opposition dans l'oeuf et maintenir l'autorité en position transcendante, sans médiation dans la société (critique que Hegel faisait déjà aux révolutionnaires dans les PPD). /HS: Tout ça suppose de distinguer la loi, proclamée de façon centrale mais abstraite, et la convention, qui émerge miraculeusement des interactions individuelles (je me fous un peu de la gueule de la littérature là-dessus mais en vrai c'est intéressant, ceux qui exposent ça le mieux c'est peut-être Boettke, Simmons ou Jasay dans Political Philosophy, Clearly), mais les deux se complètent: la loi donne le cadre des conventions, et pas des plans de vie individuels privés idiosyncrasiques. Simplement l'Etat s'est affirmé à partir de Hobbes de plus en plus comme un monopole (même dans les critiques libertariennes, qui reproduisent en fait cette erreur en négatif en ciblant seulement une certaine version de l'Etat). Tout ce qu'on veut, c'est la pluralité de systèmes légaux, de sorte que personne ne soit exclu du champ de la décision politique sans que ce soit le même champ pour chacun. D'ailleurs les libertariens, en revanche, ont raison quand ils prennent pour modèle de l'anarchie fonctionnelle le droit international. M'enfin ça ne vous aura pas échappé que ça implique des Etats. Au sein de chaque Etat, il faudrait plutôt penser aux théories instutionnalistes du droit (Laski, Hauriou), qui pensent la coexistence de communautés concrètes (moi j'aime bien l'Eglise) au sein de l'Etat. Or on s'est imaginé que l'individu ça suffisait comme communauté concrète. Sauf que l'individu ne coïncide pas avec lui-même, et que sa seule façon de coïncider avec lui-même, c'est de rentrer dans un corps politique. Ce n'est pas que les communautés ne peuvent pas créer une unité parce que déjà l'individu ne peut pas unifier ses états de conscience, c'est précisément l'échec de l'individu à s'expérimenter comme un qui crée la nécessité d'une unité politique. Vous n'êtes pas obligés d'acheter mon nietzschéisme politique mais si on va par-là, le Contrat social est un livre de psychologie. Ça se marie bien avec l'idée que tout comportement individuel et toute expérience privée est une conformation à des règles publiques, et il y a un dialogue sans fin entre philo du langage et théorie institutionnelle (Wittgenstein, Austin, Pitkin, Winch, Searle...). /HS
    2 points
  9. J'ai bien une explication autre que "une partie partie de Liborg est subitement devenu perméable au discours mainstream et tombe dans le piège de la diabolisation du RN, sauf une poignée d'irréductibles libéraux qui a compris l'arnaque" Mon explication est que si on se pose la question : "Est-ce qu'il y a des raisons positives d'espérer que MLP fera une politique plus favorables aux libertés individuelles que Macron ?", la réponse est qu'on ne voit pas bien lesquelles. MLP reproche à Macron globalement tout ce qu'il a fait, donc oui elle lui reproche le confinement et son coté autoritaire mais aussi la retraite à 65 ans, l'ISF, le fait d'être dans l'OTAN. Il n'y a pas de pensée cohérente chez MLP qui aille dans le sens de ce que les libéraux souhaitent, et il n'y a pas non plus d'enchainement de circonstances possibles qui pourrait amener un progrès via son élection. Macron est un opportuniste, MLP est une socialiste qui aime les frontières. Je ne crois même pas que ce serait le désordre ou le chaos si elle arrivait au pouvoir. Juste le long et ennuyeux déclassement d'un pays qui s'isole du reste du monde. Par contre, effectivement si on me pose les questions "est-ce que vous êtes content de Macron ?" "Est-ce que vous êtes d'accord que c'est lui qui peut sauver la planète alors que MLP est une dangereuse extrémiste ?" ça va plutôt me pousser à le voir perdre. Mais je ne considère pas la présidentielle comme un référendum qui concernerait Macron. C'est un choix entre deux options, et si je considère ce choix froidement, sans passion revancharde et sans tentation de braver un interdit, l'option MLP n'a rien qui m'attire. A la limite, si j'étais obligé de voter, je préférerais encore le statu quo.
    2 points
  10. Je vous avais promis que j'aurais des choses à dire sur The Dictator's Handbook. En voici un résumé plus quelques remarques. L'ambition du bouquin est de réduire toutes les questions politiques, ou au moins une grande partie, à la proportion de différents groupes dans la société considérée. Ces groupes sont: Le "nominal selectorate", ou les "interchangeables", qui regroupe la population générale qui n'a pas d'influence politique particulière (l'électeur lambda dans une démocratie). Le "real selectorate", ou les "influentials", est la sous-partie du nominal selectorate composée de gens qui ont une réelle influence politique, par exemple les membres du parti dans un régime communiste ou le chef d'un village qui décide pour qui tout le monde va voter dans son patelin, ou en France les maires dont les signatures sont nécessaires pour se présenter à la présidentielle. La "winning coalition", ou les "essentials", est la sous-partie du real selectorate qui regroupe les personnes dont le soutient est nécessaire au dirigeant pour continuer à être dirigeant. Dans une démocratie ça sera la majorité. Le dirigeant Cette classification a pour ambition de pouvoir décrire n'importe quel régime politique de manière plus fine que la simple dichotomie entre démocratie et dictature. Pour situer les choses l'idéal-type d'un régime qualifié de dictature aura typiquement seulement une poignée d'essentials et peu d'influencials, tandis que celui d'un régime qualifié de démocratie aura typiquement un très grand nombre d'essentials et d'influentials. Chaque personne a pour but de survivre, d'amasser de la richesse, de conserver son pouvoir si elle en a et éventuellement d'en obtenir plus, mais la manière d'y arriver dépend du groupe où elle se trouve. Pour le dirigeant les règles à suivre sont (1) avoir aussi peu d'essentials que possible pour mieux les surveiller et ne pas trop ruiner les coffres en les gavant de pognon, (2) avoir autant d'interchangeables que possible qu'il pourra sortir de son chapeau pour remplacer les influentials et essentials déloyaux, (3) contrôler la richesse, la situation idéale étant que tout le monde soit aussi misérable que possible (ça leur évite de se faire des idées) sauf les essentials, (4) ne pas trop payer les essentials pour ne pas qu'ils deviennent trop gourmands, (5) payer les essentials assez pour maintenir leur loyauté, en particulier ne pas leur enlever de l'argent des poches pour l'utiliser à améliorer le sort du peuple ou autre lubie. Ces règles marchent tout aussi bien en démocratie, et les auteurs donnent un exemple de chacune dans le cadre des États-Unis : le gerrymandering pour la règle (1), l'immigration et le vote pour les migrants pour la règle (2), les batailles autour du code des impôts pour la règle (3), la défense du système social par les démocrates pour la règle (4), la défense des baisses d'impôts et le combat contre le système social par les républicains pour la règle (5). Partant de là les auteurs continuent avec plusieurs chapitres thématiques que je résume très brièvement : Comment arriver au pouvoir. En dictature il faut attendre un moment de faiblesse, typiquement quand le gars précédent va mourrir ou n'a plus assez d'argent pour arroser ses essentials, aller le plus vite possible pour ne pas qu'un rival puisse réagir, mettre la main sur le trésor et se débarasser de ceux qui ne sont pas d'accord. En démocratie arriver au pouvoir est moins violent physiquement mais implique de se battre pour trouver la combinaison gagnante de l'électorat à coup de postures populaires. Dans les deux cas le processus peut être adoucit quand le dirigeant actuel a un successeur officiel. Comment rester au pouvoir. Le plus important est de maintenir le contrôle sur les essentials en les remplaçant sans hésitation dès que leur loyauté est en doute, si c'est impossible en augmentant leur nombre pour diluer l'opposition, en divisant pour mieux régner chez les opposants, en corrompant les influentials etc. L'économie. Le dirigeant doit trouver de l'argent à tous prix pour arroser sa coalition. Il peut le faire en taxant les interchangeables, et personne ne s'en prive, mais quand on taxe trop les gens ils finissent par fuir ou mourir ce qui peut devenir contre-productif. La seconde solution est d'exploiter les ressources naturelles quand on en a ce qui est mieux puisque ça nécessite moins de main d'oeuvre et qu'on peut laisser le reste du peuple crever. Ça explique pourquoi les dictatures avec beaucoup de ressources sont pires. La dernière solution est de s'endetter autant que possible, et c'est au final le mieux surtout quand les dettes sont facilement annulées après quelques promesses en l'air. Les dépenses publiques. Les dictatures procurent uniquement ce qui est essentiel pour que les gens travaillent sans se révolter, par exemple une éducation basique et un système de santé pour les gens productifs mais pas trop de routes qui permettraient de fuir ou de réseaux de communication qui permettraient de s'organiser. En démocratie par contre on retrouve typiquement des biens publics pour tous qui vont de la liberté à plein de "droits à", parce que ces services sont considérés comme essentiels par la majorité des électeurs ce qui implique qu'il est nécessaire de les promettre pour être élu et de continuer à les procurer pour être réélu. La corruption. Faire des lois contre la corruption là où elle est endémique est contre productif puisque tout le monde est nécessairement corrompu, donc ça ne fait que donner des armes au dirigeant qui décidera qui peut l'être impunément (la coalition) ou pas (l'opposition). Il vaut donc mieux changer le système pour qu'il y ait moins d'incitation à être corrompu ce qui peut être fait d'après les auteurs en augmentant autant que possible le nombre d'essentials qui auront chacun moins de pouvoir, donc moins de tentation, et se surveilleront entre eux. L'aide au développement. Les aides sont un miroir aux alouettes, elles sont toujours détournées par le gouvernement local qui décide exactement ce qui va où, et généralement très peu va à l'objectif initialement visé. Les agences sont impuissantes à contrôler ça et d'ailleurs se gavent aussi au passage. Les gouvernements des pays riches utilisent les aides comme des moyens de pression pour faire adopter telle ou telle politique qu'ils estiment préférables comme "combattre le communisme" ou "fournir du pétrole pas cher", avec en démocratie la bénédiction des électeurs. Le dirigeant local de son côté n'est pas con et fait jouer les enchères par exemple entre les États-Unis et l'URSS pour avoir toujours plus de pognon. La guerre. Pour les dictatures la guerre se passe comme décrit par Sun Tzu, il faut privilégier des campagnes courtes où on pille tant qu'on peut et la défaite n'est pas très grave tant que ça ne touche pas les essentials. Pour les démocraties c'est différent, perdre une guerre a des conséquences catastrophiques pour le dirigeant. Les démocraties ont donc tendance à investir beaucoup plus de ressources dans les guerres et à se battre jusqu'au bout, ce qui explique qu'elles ont un bon track-record de victoire contre les dictatures. Les démocraties vont également ne vouloir entrer en guerre que quand elles sont raisonnablement certaines de gagner, donc contre des pays petits et/ou pauvres et/ou des dictatures, ce qui explique le mythe de l'absence de guerre entre démocraties. Au final la guerre est bien la continuation de la politique par d'autres moyens, le moyen précédent pour les démocraties étant d'offrir des aides contre des concessions politiques comme on l'a vu au dessus. En particulier ça ne pose absolument aucun problème de remplacer un dirigeant plus démocrate par le pire des dictateurs à condition que le dictateur soit plus conciliant. L'important est avant tout d'être réélu. Le reste du livre est dédié à des conseils pour améliorer la situation d'un pays en prenant en compte les règles décrites précédemment. Le principal moyen d'agir suggéré est un système qui conditionnerait l'annulation de dettes et les aides à des contreparties. Concrètement une somme d'argent serait bloquée sur un compte pour être reversée au dirigeant uniquement après qu'il aura mis en place les réformes voulues. Les dirigeants qui ne sont pas prêts à s'engager de cette manière ne devraient pas être sauvés du risque de faire faillite qui les incitera à enclencher eux-mêmes des réformes libérales pour enrichir le pays et sauver leur peau, ou finira par déclencher des révoltes et les renverser. Ensuite il faut s'attaquer aux causes du problèmes et pas aux conséquences. On a vu que la corruption est une conséquence et que s'y attaquer ne fait que servir le dirigeant en place, de même pour la pauvreté (les dictatures avec le plus de ressources sont les pires) ou l'absence d'élection (en forçant des élections on ne fait qu'obtenir des résultats à la soviétique). Quelles sont alors les vraies causes ? C'est résumé par les toutes dernières phrases du livre : Une chose qui m'a moyennement convaincu est la comparaison récurrente au cours du texte entre un gouvernement et la direction d'une entreprise privée, qui est sans doute valable dans certains cas mais je ne suis pas certain de l'équivalence morale qui aboutirait logiquement à défendre une sorte de modèle d'entreprise démocratique. Plus profondément, j'ai l'impression en lisant des passages comme le dernier paragraphe cité qu'ils passent à côté de beaucoup de nuance sur les phénomènes autoritaires qui peuvent avoir lieu en démocratie. Est-ce qu'on doit par exemple considérer que les confinements pour le covid sont une bonne chose dès lors qu'ils ont eu lieu dans des démocraties et que la majorité des gens les ont trouvé acceptables ? Doit-on défendre un régime de référendum permanent ? Il me semble qu'il y a là une sorte de démocratisme naïf. Je peux imaginer les auteurs me répondre que je pleure la bouche pleine et que, dans leur grille de lecture qui inclut la Corée du Nord, la différence entre la France et mon utopie est négligeable. Je comprends bien mais c'est une différence importante pour moi et je préfèrerais avoir des outils d'analyse qui me permettent de la prendre en compte.
    2 points
  11. Bon du coup je me suis motivé pour le draft, faudrait mettre des petites fleurs a gauche / droite pour que ca passe mieux:
    2 points
  12. ...et en prime je vais à une conférence mondiale qui 1/ impose le masque 2/ propose des pancartes "je me sens pas safe merci de vous éloigner" 3/ vérifie la double vaccination à l'entrée (ça va pas être un bordel ça, vu que mon pass ne sort pas la france...). Serieux. À quel moment les ingénieurs se sont-ils fait renverser par les cheveux bleu ?
    1 point
  13. Une citation éclairant le débat liberté des villes vs liberté des champs qui fit rage en ces lieux : Et une citation pour distinguer charité et solidarité forcée :
    1 point
  14. On ne soutient pas ce type de loi. Mais le commerçant doit communiquer dans quel moyen il veut être payé avant que l'échange se fasse (de nos jours, le paiement en euros inclut implictement les espèces et la carte bancaire, du moins en ville). Ce ne sont pas les définitions historiques. Les lois liées au cours légal impliquent de forcer quelqu'un à accepter la monnaie au cours considéré, comme moyen de paiement ou de règlement de dette (sinon déterminer un cours par la loi ne sert à rien). Ces lois sont plus ou moins étendues selon les pays, et ne peuvent s'appliquer qu'aux administrations étatiques comme tu le fais remarquer. En France, c'est bien le cours légal qui est invoqué dans la loi imposant d'accepter l'argent liquide. Par abus de langage, on a donc tendance à parler de cours légal (cours déterminé par la loi) pour faire référence aux lois qui imposent son utilisation dans les échanges. De l'autre côté, le cours forcé indique l'inconvertibilité de la monnaie (en métal précieux et en particulier en or), comme le montre l'extrait suivant du Journal Officiel du 6 août 1914 :
    1 point
  15. Coucou les gens ça fait longtemps que j'étais pas passé sur le forum Le sujet de l'expatriation me parle bien, ça fait 10 ans que j'y pense et 3 ans que je me suis barré de France J'étais à NYC pour le travail dans un premier temps, j'ai démissionné il y a quelques mois quand mon employeur à commencer à me parler de vaccin qui serait peut-être exigé, depuis je suis à Tbilissi en Géorgie La Géorgie permet pour de nombreuses nationalités de rester 1 an sur le territoire sans visa, permet d'acheter ou louer facilement un logement, et est très crypto-friendly En une journée j'ai eu ma carte sim, mon compte bancaire multi-currency GEL/USD/EUR sans fees (carte Visa dispo le lendemain) Ca fait environ 3 mois qu'il n'y a plus de passe sanitaire et je vois de moins en moins de gens masqués au quotidien Ici, on vit modestement avec $1000 par mois, confortablement avec 1500 et comme un prince avec 2000+ Tbilissi est sympa comme ville, je vais visiter Batumi cet été pour comparer
    1 point
  16. +1. Raison pour laquelle on doit absolument avoir un message simple : les restrictions liberticides c'est mal et ça ne marche pas (confinement, obligation vaccinale, pass sanitaire, etc.). Chercher à faire plus complexe (les vaccins, la pharmacovigilance), et plus encore le faire mal avec des arguments foireux, c'est une perte de temps contreproductive pour notre message clef.
    1 point
  17. Le saucisson au fromage ce n'est pas spécialement rare.
    1 point
  18. Encore une fille de . C'est l'impression assez forte que j'en ai. C'est un lycée qui "fonctionne" comme une garderie pour des gamins d'artistes qui ont intégré la discipline nécessaire à l'exercice d'un art dans leur milieu familial, de la manière complètement destroy qu'ont les artistes de le faire. Pour les autres...
    1 point
  19. Le discours de la Chine est en tout point pro renouvelables, en meme temps qu'elle continue d'agir sagement et d'accroitre son avantage concurrentiel contre nous.
    1 point
  20. Putain c'est savoureux de voir les indignés professionnels en PLS sur Macron qui passe la retraite en 49.3, un article au dessus de celui qui se réjouit que les syndicats et le patronat soient "soulagés" que Macron ait gagné. Les commentaires des gens sont épiques. Je sais que ça ne va pas durer et qu'ils auront tout oublié demain mais voir les gauchistes courir comme des poulets sans tête maintenant qu'ils ont compris la carotte qu'ils viennent de se prendre me fait ma journée. Je vois bien un quinquennat en mode fin de règne de Tony Montana avec des généraux qui alertent qu'il faudrait peut-être se calmer parce qu'il y a des mecs armés qui viennent de se poser en hélico sur le toit et un Mac coké en roue libre qui lâche quenelle sur quenelle en mode "viens mou chercher, c'est moua qui vais t'encouler cabron, toi je t'encoule, toi je t'encoule et toi je t'encoule, quesse tu vas faire ?"
    1 point
  21. 1 point
  22. Anna Colin Lebedev Le rôle de la corruption dans la destruction du navire amiral "Moskva" Il a suffi aux personnes intéressées de creuser un peu les archives des médias russes pour avoir des détails croustillants (mais pas étonnants) sur l'état du navire coulé au large de l'Ukraine. 1/7 L'équipement du navire a fait l'objet de travaux de réparation et modernisation dans les années 2010. Sur le papier. Car en réalité, l'argent affecté a été en grande partie détourné, comme l'écrivait à l'époque Kommersant (pas un média d'opposition) 2/7 Клали на флот с «Электроприбором» За многомиллионные махинации на Северном флоте арестованы предприниматели Ахмедов и Эмиралиев https://www.kommersant.ru/doc/4919752 Ainsi, au lieu de remplacer l'équipement électronique des missiles antiaériens du navire en 2014, le prestataire (une société qui a gagné l'appel d'offre du min de la défense en étant l'unique candidat) a juste effectué "des travaux cosmétiques". 3/7 Ремонт ракетных комплексов провели в косметическом режиме Дело о хищении средств при выполнении заказа Минобороны завершилось мягким приговором https://www.kommersant.ru/doc/4583297 (Travaux réalisés, détail cocasse des documents du procès, par des "ouvriers ukrainiens non qualifiés" qui d'ailleurs n'ont pas été complètement payés) 4/7 En tout, dans les affaires de corruption dans les contrats de modernisation des navires de guerre de la flotte russe en 2014-2015, 70% (!) du budget des contrats (gagnés par cette boîte) été détournés. 5/7 «Кинжалы» чинили за взятки Промышленников обвинили в подкупе каперанга https://www.kommersant.ru/doc/5271652 L'officier responsable (qui touchait une belle commission sur ces contrats) et les astucieux entrepreneurs ont été condamnés. Mais ce qui n'est pas réparé n'est pas réparé. Apparemment, les "travaux" devaient aussi concerner les radars du navire. 6/7 Ce qui est mis en lumière dans cette affaire doit se retrouver sur les autres navires de la flotte russe, mais aussi dans le reste de l'armée russe. Car une fois de plus: la corruption n'est pas une exception, elle est systémique dans les appels d'offre étatiques en Russie. 7/7 ⚠️ J’ai été trop rapide dans mon fil, mea culpa. L’affaire de corruption révélée concerne la flotte de la mer du Nord. Le Moskva était en réparation entre 2016 et 2020 à Sébastopol, not. pour changer les systèmes de détection. Les prestataires concernés sont différents. 8/7 Ce fil peut donc servir d'illustration de la corruption dans la flotte militaire russe, mais il ne peut pas faire office de preuve pour le Moskva. On ne peut parler que d'une probabilité et de logiques répandues. Désolée d'avoir manqué de précision dans ma publication. 9/7
    1 point
  23. Alors comme ça je me barre 5 ans parce que ça sent mauvais le lepéniste, je reviens lurker et j’apprends que plus de la moitié du forum fait des contorsions incroyables pour justifier de voter pour la facho qui est pas au pouvoir ? Allons, soyons sérieux deux secondes. Parmi tous les chouineurs qui prétendent s’être fait torturer par Macron, probablement que pas un n’en a autant chié que moi. On ne va pas faire un concours, mais j’ai une brouette Hammerlin Deluxe de raisons de détester ce mec. Il représente tout ce que je déteste dans ce siècle : bullshit à l’américaine à tous les coins de rue, novlangue dégueulasse, primauté de la communication sur l’action (encore que dans son cas, mieux vaut ne pas agir), interventionnisme, constructivisme, j’en passe et des meilleures. Je crois que les cinq dernières années parlent pour lui et elles ont mauvaise haleine. Je ne pardonne pas le télétravail, je ne pardonne pas les confinements, je ne pardonne pas le pass, je ne pardonne pas les lois sécurité, je ne pardonne pas les PGE, je ne pardonne pas les éborgnés, je ne pardonne rien. Plus encore, je ne pardonne pas aux gens qui souhaitent le pouvoir et pire encore à ceux qui s’y complaisent. Ils sont l’ivraie. Maintenant, on ne va pas non plus se mentir : l’autre mégère là, en plus d’avoir clairement une connaissance dégueulasse de ses dossiers (ce qui est quand même un peu emmerdant pour le job auquel elle postule), elle est entourée de gros bouffons qui ont toutes les peines du monde à masquer la crasse de leur racisme comme elle sait si bien le faire. Imaginez donc un gouvernement avec ce genre d’équipe. Vous regretteriez Sibeth et Marlène en 30 secondes. Vous sanctionnez Macron ? Mais quelle blague… Macron il s’en fout de moi, il s’en fout de vous. Vous n’êtes rien. Vous n’avez pas voté avec vos pieds, personne ne s’est aperçu que vous êtes partis, personne ne s’est aperçu de votre article sur CP ou de votre post du mois sur le forum. Personne. Désolé. Tout ceci est vain. Mais pas seulement. Tout ceci est pire. Parce qu’elle est pire que lui. J’admets sans problème qu’on puisse aller voter blanc ou rester chez soi mais la politique qui consiste à soutenir quelqu’un qui n’aurait CLAIREMENT pas fait différemment sur la majorité des griefs qu’on a tous envers l’ado boutonneux et pire sur tous les griefs qu’on n’a pas (encore) envers lui, c’est soit stupide, soit avoir enfin trouvé le Graal dans une raison de justifier sa droitardise refoulée. Quiconque a une conscience politique devrait avoir l’honnêteté de reconnaître que des deux maux, le moindre est encore le bouffon et son équipe pour 5 ans de plus. J’écris bien que c’est mieux et pas que c’est bien. Maintenant, que faire ? Moi j’ai passé l’âge de me foutre sur la gueule avec des gens sur le forum, j’ai une vie, une baraque à faire tourner et un gosse à élever dans la tradition conservatrice et libérale, teintée d’une pointe de doctrine sociale de l’église (partiellement), tradition familiale qui fut celle dans laquelle je suis devenu une personne dont je n’ai pas honte. Je suis même un peu anarchiste individualiste (mais pas anarcap) après quelques godets du rouge du coin. La vérité est que vous n’avez pas besoin de la politique de la terre brûlée. Votre éloignement collectif (désolé, mais il est collectif et très clair vu de l’extérieur) des milieux populaires vous empêche de voir que l’incendie est déjà là et que les gens commencent à en chier. Concrètement, préparez-vous. Les pénuries alimentaires, en France, ça ira encore. Mais l’inflation, massive, durable, vous n’y couperez pas. Or, argent, œuvres d’art, pinard, terre, faites tout pour y couper, ça vient et ça vient fort. La guerre, vous aimez en parler, dans un camp ou dans l’autre, ça vous excite un peu, avouez-le. Ben ça aussi ça vient. Peut-être pas ici. Mais certainement quelque part où ce sera suffisamment emmerdant. Parce qu’on n’a pas purgé le déséquilibre induit par la fin de la guerre froide, parce que oui, l’occident s’est mal comporté avec la Russie depuis 30 ans, ce qui n’est pas étranger aux événements actuels et ne dédouane en rien Vladoche de ses lubies meurtrières, parce qu’on s’est endettés comme des cochons et qu’il faudra payer, parce que la Chine passive agressive est une menace qui croit aussi vite que sa puissance, etc. Aujourd’hui, il n’y a pas d’engrais, peu d’énergie, les bagnoles mettent un an à sortir des usines après commande et elles ne sont pas entièrement équipées, il n’y a pas de matières premières dans les pays qui en consomment et ceux qui en produisent ne sont pas gentils, les échanges internationaux se réduisent comme peau de chagrin, l’Arabie Saoudite accepte les paiements en Yuan… vous en voulez encore ? Il y en a un bottin. Le fil Armageddon économique reste pourtant plutôt vide. Vous dormez ? Vous voulez faire brûler quoi de plus avec votre petit bulletin ? Vous avez un tout petit zizi. Il y a bien longtemps, j’avais plaidé pour l’agorisme, ce qui n’avait pas manqué de faire ricaner. Aujourd’hui, j’ai le recul du mec qui ne vient pas ici tous les jours (essayez) et je suis dans le ventre de la bête à la saigner, à subtilement semer les graines de la liberté dans les esprits et les services et ça ne marche pas trop mal (vous seriez étonnés). Bien sûr, la bête est plus forte que moi (ou est-ce l’habitude ? on verra) et elle gagnera (à court-terme) mais je la sape inlassablement. Au minimum pour moi, pour ma satisfaction. Et quand je rentre chez moi, je pense au boncoin.fr, au potager, aux poules, aux champignons, à savoir réparer une voiture, une fuite, un court-circuit, à tailler un arbre fruitier, à faire des conserves… tout ce que les bouffons qui créent des blogs survivalistes n’ont en fait jamais essayé (coucou le pote à h16, ou devrais-je dire z16 ? comment je ne suis pas surpris…). Rendez-vous potentiellement indépendants de l’état et là, il vous craindra. Sans ça, il rit à gorge déployée en postillonnant ses miasmes liberticides et fétides. Si vous ne savez pas saigner un porc, n’espérez pas qu’on vous craigne. Si vous ne savez pas défendre votre fils (coucou Macron), transmettre quelque chose, n’espérez pas qu’on vous craigne. Vacciné ? C’est votre choix. N’allez en aucun lieu qui demande le passe. Votre vie sociale, c’est quoi à coté de cette immondice de passe ? Vous saisissez ? Moi ça ne m'a privé d'aucun ami. Aujourd’hui, vous ne vous en sortirez pas en bannissant ce pauvre poney qui a toujours un caractère chelou de nordiste invétéré apparemment (pauvre Belgique…). Vous devez vous préparer à ce que ça devienne dur et vous n’avez pas besoin de promouvoir une personne encore plus raciste, socialiste et interventionniste que Macron (oui oui, il est raciste aussi en vrai, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué). Vous n’avez pas besoin, si vous voulez vous préparer à ce que ça tangue (ça va tanguer), de quelqu’un comme elle. Bien au contraire. Le boutonneux va distribuer plus de blé. Vous prenez, vous investissez sur la maximisation de votre indépendance et le soutien de VOS valeurs dans VOS cercles. C’est ce que font les Hommes. Ils ne s’en remettent pas à des groupes sociaux qui les dépassent pour se sentir exister. Ils misent sur ce qui leur permettra de maximiser leurs chances. Sans scrupule. A dans 5 ans, ou pas. Inutile de MP ou téléphoner à ceux qui peuvent. J'ai pas le temps.
    1 point
  24. Un article de Jon Haidt particulièrement intéressant. Long mais passionnant. On pourra se passer de la conclusion qui demande plus de régulation de la tech, mais des idées très intéressantes, et une réflexion singulière non pas sur la polarisation politique, mais la fragmentation politique poussée par les réseaux. On est en plein dedans. https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2022/05/social-media-democracy-trust-babel/629369/?fbclid=IwAR1usDvKOhhBk7gMMgD1XXO6gyVOWPvWHVof9fLT8Y2zc-4t_ht8YvH6goM
    1 point
  25. Pas con. Faut que je mette ça dans la backlog.
    1 point
  26. David Mosquera Michael Scott as Emmanuel Macron: a thread • • •
    1 point
  27. Le covid attrapé entre les deux tours n'est pas grave.(*) (*) source : Olivier Véran
    1 point
  28. Un intellectuel modèle standard comme on en sort des brouettées chaque année de nos universités. Durant toute sa vie il n'a jamais rien pané à ce que racontaient les gens qui lui paraissent intelligents. Il en a tiré la mauvaise conclusion d'une équivalence entre intelligence et imbitabilité. Manque de bol au lieu de finir dans un métier adapté à ses capacités médiocres il s'est retrouvé dans un environnement académique, et pour y survivre il s'est mis à singer le charabia ambiant tel qu'il l'entendait. Il est sans doute très fier de sa subtilité qui consiste à être plus fumeux encore que les autres et à impressionner son entre-soi, du moins c'est ce qu'il se raconte pour éviter de trop se regarder en face. Il est ce que cauchemardent d'être ceux qui souffrent du syndrome de l'imposteur.
    1 point
  29. La thèse d'une droitisation de la société française est la tarte-à-la-crème des commentateurs politiques de ces dernières années. Ce que démontre plutôt cette élection est que la France reste encore et plus que jamais bien ancrée à gauche. Si on regarde les résultats du premier tour : la droite radicale (Z+NDA) ne représente que 9,2% la droite centriste (Pécresse+Lassalle) se réduit à un piteux 7,9% la seule droite qui sauve les meubles est le RN ; or c'est uniquement en proposant un programme socialiste et en tenant un discours gauchiste que cette droite nationaliste a pu obtenir un score correct (MLP) : 23,1% On voit donc que les idées de droite ne font plus du tout recette. Seules les idées xénophobes ont un certain succès, idées que l'on classe àmha injustement à droite, la preuve étant que c'est lorsqu'elles sont associées à du socialisme qu'elles fonctionnent. Au total, en prenant une acception très large de la droite, celle-ci ne représente plus que 40,2% des électeurs. Pendant ce temps, l'extrême-gauche française (Mélenchon+Coco+Trotskistes) représente 25,7% L'autre tarte-à-la-crème des commentateurs de gauche est de dire que la social-démocratie n'est plus représentée en France, en ne regardant que le résultat du PS. Quelle blague ! Si Macron ne semble pas avoir de corpus idéologique construit, le resultat de sa gouvernance "en-même-temps" est de déboucher sur une politique clairement sociale-démocrate. D'ailleurs tous les anciens électeurs de la "gauche de gouvernement" s'y retrouvent bien et votent sans complexe pour EM. En réalité, la social-démocratie est bien la principale force politique française (EM+Hidalgo+Jadot) : 34,1% Au final, on obtient une droite/extrême-droite à 17,1% un socialisme nationaliste à 23,1% une social-démocratie à 34,1% une extrême gauche à 25,7% Ma conclusion, à rebours des idées reçues, est qu'il y a une forte gauchisation de la société française depuis au moins une décennie.
    1 point
  30. Pour relever quelques autres angles morts de l'argumentation de mister fi qui n'ont pas encore été mentionnés : Sa restitution du point de vu "procédural" est à la fois trop restreinte et trop large. Trop restreinte, parce que ce qu'il nous présente comme pour ainsi dire la seule justification possible à cette position est en fait extrêmement spécifique. Le droit de transmettre, et donc en fait le droit de propriété, se justifierait uniquement par son travail, et même, son propre travail à soi. J'imagine que c'est une théorie qui en vaut bien une autre ; si on considère que l'appropriation par la travail consiste en une sorte de lien spirituel magique entre le travailleur et son œuvre, pourquoi pas. Mais on peut aussi considérer qu'un véritable droit de transmettre, c'est à dire, un véritable droit de propriété, implique un transfert total et y compris de ce droit de la transférer, en considérant donc, réciproquement, que le droit de donner du propriétaire précédent est amplement suffisant pour légitimer notre propre propriété, tant qu'aucune agression n'a été commise, et sans qu'il ne soit nécessaire de garder un lien magique et fétichiste avec le travail de qui que ce soit. Et on peut aussi envisager de justifier la propriété et l'appropriation originelle par tout autre chose que le travail, par la primo-occupation sans agression, par exemple, ce qui est une doctrine tout aussi classique que l'autre. Mais à la fois, sa restitution de la justification procédurale est beaucoup trop large (et on voit mieux en quoi elle est absurde de ce coté là), car elle ne touche pas plus l'héritage que n'importe quelle autre forme de transfert, don ou échange. Faudrait-il interdire de donner quelque chose que l'on a soi même reçue de quelqu'un d'autre ? Devrait-on interdire de vendre ce que l'on a soi même acheté ? Vinted et ebay sont-ils immoraux ? (si on pousse un peu, ça implique aussi d'estimer qu'il faudrait collectiviser toute l'économie hors de quelques circuits-courts où le consommateur a directement à faire au producteur, mais il serait sans doute capable de défendre ça) Il y a bien des spécificités à l'héritage par rapport aux autres formes de transfert que sont le don et l'échange, par exemple, que le transfert ait lieu après la mort du précédent propriétaire, et que bien souvent (sauf testament explicite) il se fasse de façon coutumière (ou selon une loi imitant la coutume) en privilégiant la famille, mais il ne discute pas de ces spécificités là. Son argumentation porte donc bien sur tous les transferts, même s'il ne s'en rend pas compte. Sur le point de vu distributif, qui lui semble à lui plus évident et plus défendable, j'ai peur qu'il commette une mauvaise abstraction, une circonscription trop courte de son objet, et que poser le problème abstraitement et généralement de cette façon là implique justement d'avoir fait abstraction d'éléments essentiels à un bon jugement, ce qui revient inévitablement à mener notre intuition en erreur. Dans une situation réelle, face à une distribution précise dont il s'agit d'évaluer la justice, je pense que la réaction de la plupart des gens est d'abord de se demander quelle est la cause de cette distribution. Tel sportif gagne plus que tel autre ? Bein oui, il est meilleur... Tel type possède un peu moins que son voisin ? Si c'est un escroc et un voleur, on se dira qu'il devrait avoir moins, et ne pas avoir ce qu'il a, avant même d'avoir l'idée saugrenue de comparer son pécule à celui de son voisin. Et si on juge souvent que la distribution actuelle de la richesse dans la société est injuste, c'est bien parce qu'il y a cette vieille théorie de l'exploitation qui traine dans les esprits (et pas de façon tout à fait injustifiée, vue les redistributions inversées qui existent dans tous les sens). Il commet une autre erreur en superposant son opposition procédure/distribution à celle déontologie/conséquentialisme. D'une part, un strict égalitarisme, ou même le minimaxisme de Rawls, qui pensent la justice comme distribution finale, relèvent bel et bien de considérations déontologiques. Un conséquentialisme utilitariste rigoureux jugerait une inégalité tout à fait acceptable tant qu'elle procure plus de bien au "gagnant" que de mal au "perdant". D'autre part, puisque nos vies s'écoulent dans le temps, et que notre satisfaction de celles-ci ne se limite pas à l'appréciation d'une succession de moments figés et sans lien les uns avec les autres, il ne serait pas absurde que notre calcul d'utilité nous donne une règle procédurale plutôt qu'une distribution déterminée (qui sera de toute façon amenée à changer parce que... et bien, le temps). Et enfin, dernier gros angle mort : il semble faire comme s'il était évident que sitôt que l'héritage (ou le transfert en général) est immoral, il faut que l'état s'en charge. Mais prouver que l'on n'a pas le droit de récupérer le fruit du travail de son arrière-grand-père, ce n'est pas la même chose du tout que de prouver que l'état y ait droit, qu'il soit démocratique ou qu'il s'agisse d'une dictature ou quoi que ce soit d'autre (parce que un état non démocratique ne changerait rien à son raisonnement). C'est un problème récurrent des théories se donnant un point de vue surplombant sur la société, et qui veulent en tirer des normes d'action pour l'état, qu'on soit en philo chez un Rawls ou en économie chez un Keynes : on fait comme si l'état était transcendant, absolument au dessus de la réalité, d'une façon analogue au théoricien qui prétend surplomber parfaitement son objet d'étude ou au narrateur omniscient d'un roman. Le problème est que l'état fait tout entièrement parti de la société, qu'il est dans la même réalité... Pour l'économiste, le problème est que les humains qui agissent en son nom sont eux aussi sujet à toutes sortes de jeux d'incitations économiques. Pour l'éthicien, c'est que les actions de l'état, par exemple, prélever le droit d'aubaine, sont encore une "procédure", qui n'est pas forcément neutre moralement.
    1 point
  31. Je pense que en ce cas le plus probable est un coup d'État militaire (et possiblement une dictature militaire) non? Et sans les nukes (bien sur).
    0 points
  32. Oups. Heu si si elle est bien décédée, totalement morte, ouh lala.
    0 points
  33. Ben le candidat LREM ça va bien être l'organe du PCC ? Donc en votant Rousseau, tu votes clairement pour un dissident petit-bourgeois de droite.
    0 points
  34. Le comptage des votes continue en Irlande du Nord, mais les résultats sont à peu près arrêtés désormais: Sinn Féin (républicains) clairement en tête pour la première fois de l'histoire du pays à environ 28% des voix, détrônant le DUP (tradi-unioniste) qui dégringole à 20% et se fait talonner par Alliance (centriste neutre sur la question UK/IE) autour de 14%. Sinn Féin devrait gagner presque tous les sièges pour lesquels ils présentaient un candidat, les amenant à 30 au parlement (sur 90 sièges en tout), tandis que le parti traditionellement dominant DUP pourrait en perdre de 4 à 8. Les socialos du SDLP prennent aussi une grosse claque et pourraient diviser par deux leurs 12 sièges, au bénéfice principalement d'Alliance. C'est un retournement complet du pays. Les unionistes clament depuis toujours qu'ils refuseraient de former un gouvernement si SF arrive en tête, mais il y a de sérieux doutes là dessus, vu que ça forcerait un nouveau cycle électoral qui bénéficierait probablement à Alliance au détriment du DUP, au risque d'évincer ces derniers quasi-complètement du pouvoir. L'autre décision qui va déterminer l'avenir de l'Irlande du Nord en Europe ou dans le R-U c'est qui sera Secretary of State for Northern Ireland au gouvernement britannique (typiquement nommé par le premier ministre UK), c'est lui qui a l'autorité pour déclencher les référendums sur la réunification avec la république d'Irlande. (Edit) L'écart se resserre finalement sur la fin des transferts de voix le jour suivant, SF reste définitivement en tête mais les projections sont revues à la baisse à 27 ou 28 sièges, contre 24 ou 25 pour le DUP (donc fourchette basse des estimations précédentes), suivis par Alliance projetant à 17.
    0 points
  35. De mon côté je suis en train de regarder à nouveau The Shield 10 ans après ma première fois. et bien c’est toujours aussi bon !
    0 points
  36. Ce qui me tue dans The Blacklist c'est comment tout le monde écoute religieusement quand Red sort une anecdote probablement fausse qui dure des heures avec sa voix magnifique au lieu de répondre à une question. Personne jamais pour lâcher un Oh shut up!
    0 points
  37. On pourrait le penser. Depuis je viens d'apprendre la candidate de la gauche. C'est Sandrine Rousseau. Alors, bon, plusieurs ici ont exprimé qu'il fallait voter tout sauf Macron et donc ont poussé sur le vote Le Pen au 2nd tour. Je n'ai pas cédé aux sirènes. J'attends de voir leurs arguments pour me faire voter Rousseau. Cela m'intéresse. Alors je sais que peut être qu'élue elle sera la chantre de la liberté, mais j'en doute, même plus que j'en doutais pour Le Pen. Mais on peut tenter de me convaincre
    0 points
  38. Moi je regrette d’être sur un achat immobilier la, je reprendrai les achats asap après, au rythme habituel
    0 points
  39. Ozark est excellent et ne perd pas en qualité au fil des saisons !
    0 points
  40. Je continue ma découverte de Burzum. Enfin fini d'écouter Filosofem aujourd'hui (en lisant Kit Fine, effet bizarre), ce qui a demandé que j'arrête de réécouter en boucle les deux premières chansons, et maintenant ça;
    0 points
  41. Ok this is epic Severance est un chef d'oeuvre, jetez-vous dessus 🤯 J'ai aussi fini Billions s6, ça part complètement en cacahuètes mais j'adore Et le nanardesque The Blacklist que je continue à suivre uniquement pour James Spader, commence à remonter en qualité
    0 points
  42. Lollilol, l’état fédéral est noté en défaut partiel, y a plus de change de roubles (juste 500 trades sous contrôle par jour, contre 30000 libres en temps normal), ils sont sur la réserve juste pour assurer leur dette, et leur bourse est morte-vivante, mais « résilience » qu’ils nous disent
    0 points
  43. Perso je renforce. j'ai toujours l'équivalent du 1/3 de mon invest en cash mobilisable à tout moment (sur mes livrets). Quand je vois Schneider Electric qui touche les 125, Kering à 450... beaucoup trop dur de ne rien faire.
    0 points
  44. Je suis en plein dedans, c'est génial L'histoire n'a rien à voir mais cette série me fait le même effet que The Leftovers
    0 points
  45. question idiote; mais est-ce que ta boite embauche des gens qui sortent d'université? un new hire senior qui a déjà de l'expèrience, c'est un chose, une personne pour qui s'est le premier emploi, c'est différent.
    0 points
  46. C'est un vrai viol auditif le dernier album de Rammstein. Mon cerveau me coule par les oreilles. Il est sur youtube et je l'ai écouté en faisant ma biblio. Ach. Was für ein Schmerz! Tut mir leid. Je vais écouter de la pop british bien douce en balançant la tête tout doucement maintenant. Dites-vous qu'il y a une chanson dont les paroles sont littéralement (je traduis fidèlement): Es-tu triste comme moi? Les larmes coulent-elles de ton visage? Viens avec nous et entre dans le rang: nous voulons être tristes ensemble! Very poetry. Much beautiful. Edit la seule qui est pas trop mal
    0 points
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...