Jump to content

Recommended Posts

Il a été démontré récemment et dans les plus de 200 pages de ce fil que bon nombre de ces graphiques avaient été trafiqués, je n'y peux rien il y a des mails à l'appui.

Je ne vois rien dans les 200 pages qui permette d'évacuer tout graphique aussi péremptoirement tout de même.

Link to comment
Certaines données ont été trafiquée, celui en crosse de Hockey de Mann par exemple, c'est reconnu d'ailleurs

Mais comme je l'ai dis plus haut, ceux qui affirment qu'il y a un refroidissement/stabilisation prennent juste les données qui les intéresse (graphique 98/08), ce qui est clairement trafiquer les résultats. Pour preuve, voilà le même graphique que posté au dessus, mais en prenant la décennie 98/08

tout ça pour dire que quand on donne des chiffres et des graphiques il faut toujours les remettre dans leur contexte, et visiblement ici certain acceptent tout sans poser de questions quand c'est compatible ça vient d'un "climato-sceptique" alors qu'ils remettent en cause tout ce qui vient de "réchauffistes"

quand toutes les basse de données sur les températures (par satellite sol/océan, station météo, glacio, sédiment) montre la même tendance générale, il ne reste quand même plus de gros doutes.

Bien sûr, on peut observer une légère progression selon les points qu'on prend pour la régression linéaire.

Mais le point important ici, c'est que même en prenant une fenêtre telle qu'on observe une légère progression, cette progression est significativement plus faible que les modèles du réchauffement le prévoyaient.

1 - Tant que les théories n'expliquent pas cet accalmie, les climatologues se doivent d'être humbles.

2 - Attention, expliquer n'est pas "intégrer à son modèle". ie : c'est facile de trouver un modèle qui fitte une courbe à posteriori, on peut même le faire avec des modèles complètement farfelus.

Pour cette raison, avoir un modèle qui explique les variations passées ne constitue PAS une preuve.

Si ils pouvaient faire des prédictions, par contre, ce serait autre chose.

En tout cas, les faits sont là : nous n'avons pas réduit nos émissions de carbone ces dernières années, pourtant on observe une accalmie dans le réchauffement. Ça invalide les anciens modèles en vogue il y a 20 ans. Quant aux nouveaux qui intègrent ce palier, ils sont encore trop récents pour en juger.

Link to comment
Pirouette.

Climat global, kezako ?

c'est stan selen qui a utilisé ça, et tu remarquera que je l'ai mis entre guillemet pour le terme douteux…

comme je l'ai dit des changement dans les condition à l'origine du climat terrestre dans son ensemble (moyenne de +/-15°c,…) ont des impact sur les climats régionaux et locaux

Justement, où sont ces foutues données brutes qui auraient été effacées par erreur ?

par exemple

ici; ou ici , ou encore et même ici si tu sais faire de la télédétection pour analyser les images satelites

sinon les données météo de presque tous les pays peuvent être obtenue éventuellement contre payement

Link to comment

Marrant, je remarque qu'il manque les 10 dernières années sur le graphe, et on me retourne… d'autres graphes tronqués, qui commencent en 1880 (minima de température because éruption volcanique) ou en 1998.

Par ailleurs, pas facile de déchiffrer la source de ces données. On a vu en long en large et en travers dans ce fil que les trois "sources" des courbes de températures utilisées par le GIEC n'en était en fait qu'une seule: le CRU dont les données ont été trafiquées honteusement - et servant de base aux deux autres. Donc, je dubite.

Link to comment
Je ne vois rien dans les 200 pages qui permette d'évacuer tout graphique aussi péremptoirement tout de même.

En un mot: climategate, je crois que ce thème a été suffisemment abordé dans ce fil pour que tu l'évacues aussi péremptoirement tout de même.

Link to comment
En un mot: climategate, je crois que ce thème a été suffisemment abordé dans ce fil pour que tu l'évacues aussi péremptoirement tout de même.

N'exagérons rien, je ne me souvient pas que la NASA y fut mêlée.

De plus, je ne vois pas comment tu pourrais affirmer qu'on a observé un refroidissement (tu ne l'a peut-être pas fait, si c'est le cas je te prie de m'excuser) sur les années passées si tu remettais ces données là en question.

Link to comment
N'exagérons rien, je ne me souvient pas que la NASA y fut mêlée.

McIntyre a débusqué des manipulations dans les "correctifs" du GISS quelques mois avant le ClimateGate. Par ailleurs, comme quelqu'un l'a fait remarqué, les sources du CRU et du GISS sont souvent identiques.

Link to comment
McIntyre a débusqué des manipulations dans les "correctifs" du GISS quelques mois avant le ClimateGate. Par ailleurs, comme quelqu'un l'a fait remarqué, les sources du CRU et du GISS sont souvent identiques.

Ça amène au doute, oui.

Mais je réitère ma question : si on nie tout en bloc sous prétexte d'un scandale, sur quelles données on se base pour croire Lord Monckton quand il dit qu'on assiste à un refroidissement ?

Link to comment
juste pour dire quand changement climatique quel quand soit la cause n'ira pas sans conséquence sur les type de climats notamment sur leur répartition

les changements passés n'indiquent en rien ce qu'il peut se passer à l'avenir

sinon il y a ceci (et ne me dit pas que c'est le graphique en crosse de hockey de Mann, puisqu'il reprend toutes les études faite sur l'évolution des températures)

mann_temperature_reconstruction.jpg

non, mais étudier les conséquence éventuelles, comme les inondations et les déplacements de populations qui en découlent et y trouver des semblant de solution comme les habitants de certaines iles du pacifique qui ont déjà négocié avec l'Australie le statut de réfugié climatique au cas où leurs iles se ferait inonder

J'aime bien faire des zooms sur les images.

Donc : courbes en rouge et gris qui "écrasent" les autres : oh bah tiens de la données instrumentale au milieu de reconstructions par proxy. Pas très honnête cela. Surtout, dessinez les avec un trait bien épais pour cacher ce qu'il y a derrière.

Moberg et al. 2005, Esper et al 2002, Mann and Jones 2003 et la reconstruction (sans plus de détail si on n'a que la figure) CPS ne montent pas au dessus de +0.15°C d'anomalie en 2000. Cachons vite cela, les reconstructions ne correspondent pas aux mesures !

Ne parlons pas des deux reconstructions EIV qui s'arrêtent aux environs de 1800 (on se demande quelles données instrumentales on servi à les étalonner).

Link to comment
c'est stan selen qui a utilisé ça, et tu remarquera que je l'ai mis entre guillemet pour le terme douteux…

comme je l'ai dit des changement dans les condition à l'origine du climat terrestre dans son ensemble (moyenne de +/-15°c,…) ont des impact sur les climats régionaux et locaux

Non! Et il y a une bonne raison. Les responses aux forcages sont locaux. La temperature moyenne globale n'est qu'une… ….moyenne. Ce n'est une pure construction mathematique sans signification physique.

Prend par exemple le cas du CO2. L'effet de serre global ca n'existe pas physiquement:

1. la concentration de CO2 n'est pas uniforme

2. le CO2 a une bande d'absorption, les rayonnements re emis par la terre dependent de sa temperature, qui n'est pas la meme au pole nord et a l'equateur! Donc differentes reponses locales.

Le climat ce n'est in fine qu'un construction statistique, on peut construire un climat global dans lequel on met temerature = 15C, precipitation de temps en temps surtout dans les ete pourris, quelques tempetes, de la neige en hiver, etc. Mais franchement on s'en balance.

On definit bien aussi le climat de la France, tempere et compagnie, mais entre un breton, un marseillais et un savoyard, y a de belles differences!

Jesrad, pour l'histoire de" hide the decline", j'avais compris que c'etait bien pire que cacher la baisse(?) des 10 dernieres annees.

Quand Briffa a construit son graphe, il a pretendu n'avoir utiliser que les donnees provenant des arbres, cependant a partir de 1960, la temperature selon ce type de proxies se casse la gueule, ils ont donc fait un raccordement plutot complique avec les temperatures des termometres.

Link to comment

Et bing ! sur la tête :

UN's Climate Bible Gets 21 "F"s on Report Card

- all 18,531 references cited in the 2007 IPCC report were examined

- 5,587 are not peer-reviewed

- IPCC chairman's claim that the report relies solely on peer-reviewed sources is not supported

- each chapter was audited three times; the result most favorable to the IPCC was used

- 21 out of 44 chapters contain so few peer-reviewed references, they get an F

- 43 citizen auditors in 12 countries participated in this project

http://www.noconsensus.org/ipcc-audit/findings-main-page.php

Link to comment
The scientists in “climategate” did not fudge the data, a report finds

The inquiry panel looked at 11 CRU publications from the past 20 years, spent days talking to the researchers and looking at other documentation, and concluded that if there was any malpractice at CRU they would have detected it. They found no such thing. Instead they found “dedicated if slightly disorganised researchers ill-prepared for public attention”.

La suite sur http://www.economist.com/science-technolog…75&fsrc=rss

Link to comment

Je cherche à connaitre la quantité de CO2 dégagée par l'éruption volcanique en Islande et celle dégagée par l'activité humaine sur une année?

Si cela équivaut à plusieurs années, on va donc se réchauffer de quelques degrés l'an prochain et tous mourrir! :icon_up:

Link to comment
Je cherche à connaitre la quantité de CO2 dégagée par l'éruption volcanique en Islande et celle dégagée par l'activité humaine sur une année?

Si cela équivaut à plusieurs années, on va donc se réchauffer de quelques degrés l'an prochain et tous mourrir! :icon_up:

Oui mais là pour une fois les écolos te diront qu'il faut tenir compte des rétro action négative. Mais cette fois seulement. On veut pas entendre parler ni du soleil, ni des nuages dans les autres cas :doigt:

Link to comment
Je cherche à connaitre la quantité de CO2 dégagée par l'éruption volcanique en Islande et celle dégagée par l'activité humaine sur une année?

Si cela équivaut à plusieurs années, on va donc se réchauffer de quelques degrés l'an prochain et tous mourrir! :icon_up:

Excellente idée d'article pour buzzer.

Link to comment
Je cherche à connaitre la quantité de CO2 dégagée par l'éruption volcanique en Islande et celle dégagée par l'activité humaine sur une année?

Si cela équivaut à plusieurs années, on va donc se réchauffer de quelques degrés l'an prochain et tous mourrir! :doigt:

Et tu compte prendre en compte la diminution de luminosité provoqué par le nuage de cendres ? :icon_up:

Link to comment
Je cherche à connaitre la quantité de CO2 dégagée par l'éruption volcanique en Islande et celle dégagée par l'activité humaine sur une année?

Si cela équivaut à plusieurs années, on va donc se réchauffer de quelques degrés l'an prochain et tous mourrir! :icon_up:

Une activité volcanique paroxysmale (mais on en est loin avec l'éruption islandaise) générera plutôt un déficit de températures:

http://dominique.decobecq.perso.neuf.fr/tambora.html

L’éruption du millénaire

Les 10 et 11 avril 1815, après 7 mois de phénomènes précurseurs, une éruption paroxysmale (l’une des plus importantes de ses 10 000 ans) décapite le sommet du volcan. Le Tambora qui avait une altitude de 4 300 m, perd en quelques heures 1 500 m de hauteur (il culmine actuellement à 2 850 m). Des phases d’explosions violentes accompagnées d’émissions de nuages de cendres durent 24 h et le ciel s’assombrit durant 2 jours jusqu’à 600 km de distance de l’éruption. Le bruit des explosions est entendu jusqu’à 1500 km de là.

Selon les estimations c’est un volume de 150 à 175 km3 de pyroclastites (poussières et cendres) qui est émis. Près du volcan, l’épaisseur des dépôts atteint une trentaine de mètres, une superficie d’environ 500 000 km2 - soit la superficie de la France - est recouverte d’au moins 1 cm de cendres. L’extension géographique de ces dépôts est liée aux vents de la mousson qui soufflaient alors d’est en ouest : 550 km vers l’ouest, 400 vers le nord et 100 vers l’est. En mer, des îles de ponce et de cendres agglomérées pouvant atteindre 1 m d'épaisseur et plusieurs kilomètres de développement sont observées et comme pour l’éruption du Krakatau, en 1883, vont gêner pendant plusieurs années la navigation. La lave émise est une shoshonite, dont la caractéristique principale est d'avoir un caractère très potassique K2O = 6 % pour 55 % de SiO2.

Les nuées de cendres et de pyroclastites tuèrent 12 000 personnes. Ultérieurement, suite aux dévastations provoquées par l’éruption, 49 000 habitants des îles de Sumbawa et de Lombok moururent de la famine causées par les cendres qui détruisirent toutes les récoltes.

Les effets de l’éruption du Tambora sur le climat terrestre

Des poussières, des cendres et des aérosols gazeux furent projetés dans la stratosphère (20 - 30 km de hauteur) où ils sont alors transportés par les jets streams de la haute atmosphère. En l’espace quelques mois les poussières et aérosols se répandirent dans l’atmosphère terrestre ce qui provoquera des modifications climatiques pendant plusieurs années à l’échelle planétaire. Les premières observations en Europe sur les effets indirects de cette éruption concernent des phénomènes optiques observés à Londres entre le 28 juin et le 2 juillet, ainsi qu'entre le 3 septembre et le 7 octobre 1815. Durant ces périodes sont signalés des couchers de soleil prolongés et brillamment colorés - oranges ou rouges sur l'horizon, pourpres ou roses au-dessus. Ce phénomène nous est resté par les œuvres du peintre anglais William Turner (1775-1851), ce maître de la couleur fit des aquarelles remarquables de ces couchers et de levers de soleil en 1815 et 1816. Un autre Anglais, poète, Lord Byron écrivit une poésie sur cette éruption, Darkness.

Les nuages de poussière injectés dans la stratosphère (20-30 km d'altitude) eurent surtout, mis à part cette aptitude à sensibiliser les peintres, une influence climatique. En effet, ces aérosols, essentiellement constitués de fines gouttelettes d'un micron de diamètre d'acide sulfurique, vont absorber et disperser dans la stratosphère le rayonnement solaire. Cette diffusion est accentuée quand le soleil se couche ou se lève car le rayonnement solaire parcoure un chemin plus long dans l'atmosphère terrestre. Ces effets furent très bien étudiés suite à l’éruption du El Chichon en 1982 et surtout du Pinatubo en 1991. Des observations avaient déjà été faites lors de l'éruption du Krakatau en 1883.

Ainsi, avec l'éruption du Tambora il y eut un an plus tard, en 1816, une année sans été « The year without a summer ». En effet, cet été fut froid et pluvieux aux Etats-Unis et en Europe, avec pour conséquences des récoltes désastreuses à l’origine de famines. En France, le mois de juillet présenta un déficit de température moyenne mensuelle de 3 °C à Châlons-sur-Marne et à Paris, la pluviosité y atteint 2 à 3 fois la norme mensuelle calculée sur de longues périodes.

Link to comment
Quelles sont les conséquences sur le climat?

Si l'éruption continue et si elle redouble d'intensité, ce qui n'est pas exclu, il est possible que les cendres soient éjectées à de plus hautes altitudes, au-delà de 15 km, dans la stratosphère. Là, il y a des vents importants, les courants jets, qui peuvent disperser les particules dans une région beaucoup plus grande. Elles resteraient en l'air beaucoup plus longtemps et les particules pourraient alors avoir un effet à longue durée sur la température. C'est l'inverse de l'effet de serre: ça fait baisser la température au sol et ça réchauffe la haute atmosphère. Les grandes éruptions volcaniques contrarient le réchauffement climatique. De ce point de vue, elles sont bénéfiques.

En 1783, une éruption volcanique en Islande avait provoqué de grandes famines en Europe. Le phénomène actuel peut-il engendrer de telles difficultés?

Effectivement, après la chute des températures et les mauvaises récoltes dues à l'éruption du Laki, des famines monstrueuses ont eu lieu en Islande, tuant 10.000 personnes. Cette éruption était très importante et a duré huit mois. Honnêtement, on ne peut pas exclure que l'éruption actuelle devienne très grosse. Il n'est pas impossible qu'un gros réservoir de magma se soit mis en place et que l'éruption dure alors longtemps. Cela pourrait avoir un impact climatique sur l'Europe. Ça peut être un événement important au-delà des conséquences économiques des deux derniers jours. On ne peut pas savoir à l'avance.

http://www.lejdd.fr/International/Europe/A…matique-186624/

Link to comment
C'est l'inverse de l'effet de serre: ça fait baisser la température au sol et ça réchauffe la haute atmosphère. Les grandes éruptions volcaniques contrarient le réchauffement climatique. De ce point de vue, elles sont bénéfiques.

Effectivement, après la chute des températures et les mauvaises récoltes dues à l'éruption du Laki, des famines monstrueuses ont eu lieu en Islande, tuant 10.000 personnes.

C'est ce qui s'appelle avoir l'esprit logique…

Le réchauffement c'est mal, le refroidissement c'est bien. Ah zut, il arrive que le refroidissement tue…

Link to comment
C'est ce qui s'appelle avoir l'esprit logique…

Le réchauffement c'est mal, le refroidissement c'est bien. Ah zut, il arrive que le refroidissement tue…

Non non, ils parlent bien d'effet bénéfique : pour eux, la population est une plaie et 10.000 morts est un bon pas vers la réduction de l'impact humain sur la biosphère de Gaïa rebondissante et joyeuse.

Link to comment

Oh oh… mais qui c'est qui est à la solde des méchantes multinationales bien polluteuses ? Hein ? C'est le gentil pape Al Gore :

Al Gore, the self-styled squeakiest-clean and deepest-green politician in American history, has some explaining to do this weekend. His environmental organisation has taken money to raise awareness about the need for clean water from a controversial chemicals company involved in the aftermath of one of the world's worst pollution disasters.

Dow Chemical, the US firm which now owns the leaking pesticides factory responsible for thousands of deaths in Bhopal, India, is sponsoring Life Earth events in 150 cities today. The event aims to raise money for clean water programmes. Research by environmental organisations has found dangerous levels of highly toxic chemicals in rivers, lakes and other water supplies close to several other factories owned by Dow and its subsidiaries in countries including the United States, Brazil and South Africa.

http://www.independent.co.uk/news/world/am…rm-1947723.html

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...