Jump to content

Armageddon économique ?


vincponcet

Recommended Posts

Et pourtant, on sait qu'au delà de quelques jours, et en l'absence d'un vrai bank run, le pékin moyen panique d'avoir tout son fric sous son matelas, et va le reposer à sa banque. Quiconque a accès à des données bancaires de production te dira la même chose que moi.

La panique touche juste des segments différents de la population selon l'évolution de la situation. Quand un segment panique, le segment qui a paniqué dix ou quinze jours avant est venu reposer son fric la veille.

Ca c'est vrai en vase clos. Mais quand t'es grec, que t'as ouvert ton compte en banque en Suisse ou en Allemagne et que t'as transferé tout ton argent, tu te dis surtout "au cas ou ca pete, je me barre."

C'est pas le pekin moyen avec son petit livret A a la con qui est inquietant. C'est la gamme au-dessus, l'investisseur, le capitaine d'industrie, le business angel, celui qui a son million et qui demenage au UK…

Link to comment

Tu peux l'écrire comme tu veux, c'est comme Schechenko… Check google.

Si les français étaient cohérents d'ailleurs, on dirait Loa Tzu et Sun Tzu OU Lao Tseu et Sun Tseu…

Link to comment

Tout ça, c'est pas la faute aux actionnaires, c'est la faute aux entreprises.

Saurez vous repérer le raisonnement complètement tordu dans le dernier paragraphe ? :dentier:

Ceci dit c'est dommage, s'il avait été plus loin sans chercher à trouver une excuse bidon au déficit public, il aurait pu se dire que si les entreprises investissent moins, c'est peut-être aussi que l'Etat les fait un peu trop chier. Mais bon, faut pas trop demander.

Link to comment

Deux à trois mois avant le game over ?

http://h16free.com/2…ns-de-deux-mois

Au début de la crise, on avait droit tous les 3 mois à un "sommet européen de la dernière chance" que s'il ratait, promis juré craché c'était l'apocalypse pour tout le monde.

Maintenant, on a droit tous les 3 mois à des études qui nous disent qu'il nous reste 3 mois à vivre.

Sans vouloir être optimiste face à ce système pourri et aux branquignoles qui nous gouvernent, j'ai du mal à trouver encore une crédibilité dans ce genre d'annonce. Si ça se trouve c'est vrai, cette fois c'est la bonne, dans 3 mois on va tous crever. Sauf qu'à l'avoir annoncé 3894 fois, je n'arrive pas à croire que la 3895e soit la bonne.

Pour l'instant, je reste plutôt convaincu qu'on se dirige vers une conjoncture merdique, avec dégradation lente et petits coups d'accélérateurs par-ci par-là, déclin européen et pourrissement généralisé encouragé par nos fonctio-politiciens d'élite, mais sans armageddon économique pour tout défoncer aussi à une vitesse aussi réaliste que celle d'un film de Roland Emmerich.

Link to comment

Au début de la crise, on avait droit tous les 3 mois à un "sommet européen de la dernière chance" que s'il ratait, promis juré craché c'était l'apocalypse pour tout le monde.

Maintenant, on a droit tous les 3 mois à des études qui nous disent qu'il nous reste 3 mois à vivre.

Sans vouloir être optimiste face à ce système pourri et aux branquignoles qui nous gouvernent, j'ai du mal à trouver encore une crédibilité dans ce genre d'annonce. Si ça se trouve c'est vrai, cette fois c'est la bonne, dans 3 mois on va tous crever. Sauf qu'à l'avoir annoncé 3894 fois, je n'arrive pas à croire que la 3895e soit la bonne.

Pour l'instant, je reste plutôt convaincu qu'on se dirige vers une conjoncture merdique, avec dégradation lente, déclin européen et pourrissement généralisé encouragé par nos fonctio-politiciens d'élite, mais sans armageddon économique pour tout défoncer aussi à une vitesse aussi réaliste que celle d'un film de Roland Emmerich.

Bien sûr ça ne va pas exploser en vol. Ma mère en revenant d'une semaine passée en Grèce me décrivait plutôt une impression de dépression généralisée (escalator et tourniquets arrêtés dans les aéroports, petits vieux qui vivent sous perfusion de la famille vu la fonte des retraites etc.) : c'est déjà la grosse merde là bas. Et c'est parti pour durer. Ce qui nous pend au nez est un déclassement. Très probablement c'est quasiment une génération (au mieux) qui va bouffer de la merde pour rattraper le coup. Et si l'Armaggedon ne durait qu'une fraction de seconde finalement ce ne serait pas si terrible…

Ce qui est clair est que lundi prochain on verra si on a droit à un Grexit ou pas suivant si il y a un front républicain contre le FN Syriza prend le pouvoir. Ca fait une date précise à prendre en compte. Les législatives françaises sont un épiphénomène sans un intérêt.

Link to comment

Voui, mais même la Grèce est un cas extrême. Même si on est mal placés pour donner des leçons, la France est quand même loin, très loin d'être dans un état aussi grave. L'euro va tanguer, mais pas chuter. Quant à notre pays en lui-même, il garde des réserves financières très importantes (infrastructures, possessions étatiques, épargne importante…) qui le stabilisent fortement.

Par contre effectivement, je considère être dans cette "génération qui va bouffer de la merde pour rattraper le coup", typiquement en gagnant moins d'argent et en payant plus cher pour des services dont parfois je ne bénéficierai pas (retraites). Et encore, je ne fais pas partie des plus mal lotis, je parle Allemand et j'ai un profil qui devrait leur correspondre.

Ceci dit, j'attends aussi avec impatience le résultat grec, qui risque d'être déterminant sur la voie européenne choisie par nos politiciens. Les législatives françaises me semblent par contre présenter également un certain intérêt: en donnant le pouvoir aux socialistes on s'assure d'une part de réduire leur nombre de bouc émissaires possibles, d'autre part de leur permettre de faire des réformes à contre-sens de leur idéologie le jour où ils y seront forcés. En cas de cohabitation, on aurait eu plus de mal, je pense.

Link to comment

Indépendamment de ces considérations philosophiques et psychologiques, il y a bel et bien un bank run silencieux en Grèce, au point que l'UE envisage une ségrégation des capitaux grecs. Je pense qu'ils ne l'évoqueraient pas si tout baignait.

http://www.silverdoctors.com/reuters-reports-europe-considering-capital-controls-limiting-atm-withdrawals/
Link to comment

Voui, mais même la Grèce est un cas extrême. Même si on est mal placés pour donner des leçons, la France est quand même loin, très loin d'être dans un état aussi grave. L'euro va tanguer, mais pas chuter. Quant à notre pays en lui-même, il garde des réserves financières très importantes (infrastructures, possessions étatiques, épargne importante…) qui le stabilisent fortement.

Le précédent historique est la chute de l'empire soviétique. Deux mois avant que ça prenne l'eau pour de bon ça semblait parti pour durer. Je fais parti d'une génération qui rigolait quand on lui demandait s'il pensait qu'un jour l'Allemagne serait réunifiée (je me souviens d'un prof de Français qui nous avait posé la question : on s'était trop moqué de lui, vraiment comme s'il nous demandais de montrer que 2+2=5). Bref l'agonie est longue, très longue, plus longue que ce à quoi on peut songer (70 ans dans le cas soviétique) mais la précipitation (quasiment dans le sens chimique du terme) est beaucoup plus rapide que celle qu'on imagine.

Dans le cas soviétique ce fut bien un armaggedon (ou un teotwawki politique) qui a eu lieu. Je pense que notre système Keynésien va subir le même sort avec la différence qu'on n'a pas vraiment de "modèle" concurrent sur lequel se raccrocher. On entre dans une période chaotique et personne ne peut dire ce qui va en sortir.

Link to comment

Tu aurais les sources pour ton tableau, par hasard?

subventions-aux-banques.jpg?9d7bd4

C'est dans le billet, nom d'une pipe ;)

http://noticias.lainformacion.com/economia-negocios-y-finanzas/servicios-bancarios/cuanto-dinero-se-ha-dejado-europa-en-rescatar-a-su-banca_yrPFjliLw2FmUAQLmKaNV/

Au début de la crise, on avait droit tous les 3 mois à un "sommet européen de la dernière chance" que s'il ratait, promis juré craché c'était l'apocalypse pour tout le monde.

Maintenant, on a droit tous les 3 mois à des études qui nous disent qu'il nous reste 3 mois à vivre.

Sans vouloir être optimiste face à ce système pourri et aux branquignoles qui nous gouvernent, j'ai du mal à trouver encore une crédibilité dans ce genre d'annonce. Si ça se trouve c'est vrai, cette fois c'est la bonne, dans 3 mois on va tous crever. Sauf qu'à l'avoir annoncé 3894 fois, je n'arrive pas à croire que la 3895e soit la bonne.

Pour l'instant, je reste plutôt convaincu qu'on se dirige vers une conjoncture merdique, avec dégradation lente et petits coups d'accélérateurs par-ci par-là, déclin européen et pourrissement généralisé encouragé par nos fonctio-politiciens d'élite, mais sans armageddon économique pour tout défoncer aussi à une vitesse aussi réaliste que celle d'un film de Roland Emmerich.

Je le redis ici : il n'y aura pas d'explosion en vol, mais une lente agonie pénible. La différence, c'est que dans quelques mois, elle sera officielle pour la France aussi. C'est tout.

Voui, mais même la Grèce est un cas extrême. Même si on est mal placés pour donner des leçons, la France est quand même loin, très loin d'être dans un état aussi grave.

La France, c'est 5x la Grèce. A part ça, on a un niveau de corruption équivalent, un corporatisme équivalent, et -- caractéristique amusante -- la France comme la Grèce vivent du tourisme. Ok, la France a de beaux atouts en plus (industriels, par exemple). Mais ils sont tellement corsetés et plombés par tout le reste que pour le moment, on ne peut pas compter sur eux. Autre souci : si les banques grecques n'ont jamais fait sérieux et ont donc eu des leverage pas trop gros, les banques françaises se la sont joué carrément, et là, on parle de multiples du PIB. Français, hein, pas grec.

Donc la France a de gros avantages qui lui permettent de s'éloigner de la Grèce. Et de gros inconvénients, qui lui permettent de revenir exactement à la comparaison initiale.

Link to comment

Et au fait :

http://www.examiner.com/article/market-rumor-pimco-and-jp-morgan-halt-vacations-to-prepare-for-economic-crash

"On June 1, market rumors were coming out of a hedge fund luncheon stating that Pimco, JP Morgan, and other financial companies were cancelling summer vacations for employees so they could prepare for a major 'Lehman type' economic crash projected for the coming months. These rumors came on a day when the markets nearly came to capitulation, with the DOW falling more than 274 points, and gold soaring over $63 as traders across the board fled stocks and moved into safer investments."

Link to comment

Tout ça, c'est pas la faute aux actionnaires, c'est la faute aux entreprises.

Saurez vous repérer le raisonnement complètement tordu dans le dernier paragraphe ? :dentier:

Ceci dit c'est dommage, s'il avait été plus loin sans chercher à trouver une excuse bidon au déficit public, il aurait pu se dire que si les entreprises investissent moins, c'est peut-être aussi que l'Etat les fait un peu trop chier. Mais bon, faut pas trop demander.

C'est fort ça. Il y a plus de régulation, plus d'Etat donc moins d'investissements et lui demande encore plus d'Etat. Ca confirme une chose : le keynésianisme est un poison qui prétend être son propre remède. Les gouvernements continueront, tête baissée, jusqu'à la faillite complète. Je me demande même si après la ruine ils ne proposeront pas exactement la même politique.

Link to comment

Je n'ai pas compris pourquoi il parle d'épargne qui, mal investit, crée des bulles…

La dernière fois que j'ai regardé les bulles, ça venait de crédits ex nihilo, pas d'épargne.

Link to comment

C'est fort ça. Il y a plus de régulation, plus d'Etat donc moins d'investissements et lui demande encore plus d'Etat. Ca confirme une chose : le keynésianisme est un poison qui prétend être son propre remède. Les gouvernements continueront, tête baissée, jusqu'à la faillite complète. Je me demande même si après la ruine ils ne proposeront pas exactement la même politique.

Surement. Puisqu'ils considéreront que la ruine sera due à une trappe à liquidités, à la cupidité des spéculateurs et l'absence d’investissements privés justifiant que l'état investisse à leur place.

Ils ne se rendent pas comptent que ce qu'ils prônent aboutit à la soviétisation de la société, au remplacement de l'économie privée par une économie d'état, à moins que ce ne soit leur but.

Link to comment
Agency Downgrades France’s Credit Rating

A day after it downgraded Spain’s credit rating, ratings agency Egan-Jones downgraded France’s credit rating from A to BBB on Thursday. According to CNN, the agency cited the combination of France’s economic slowdown and rising debt as the reasons for the downgrade. It also pointed out that France, among European nations, is fond of subsidizing banks.

http://livewire.talkingpointsmemo.com/entries/egan-jones-downgrades-frances-credit-rating

Link to comment

The three scenarios are:

  • Base case (high probability): election result allows Greece to form a pro-EU government; limited European policy response;
  • Bull case (low probability): election result means Greece does not form a pro-EU government; substantial ECB & European policy response; and
  • Bear case (low to medium probability): election result means Greece does not form a pro-EU government; limited ECB/ European policy response.

20120615_BAML.png

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Lugaxker
      On y est je pense.
       
      Baril de Brent : - 20 % aujourd'hui
      CAC 40 : - 6 % à l'ouverture
      Le S&P 500 va probablement aussi plonger cet après-midi.
       
      Indépendamment du contexte (le coronavirus qui a déclenché le mouvement), ça sent la nouvelle récession.
       
      Vous en pensez quoi ?
    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By Axpoulpe
      Nous y sommes, la solution de mise à l'échelle imaginée par l'équipe de Bitcoin Core est lancée pour de bon, même si c'est encore en phase de test mais déjà sur le main net. @h16 a qualifié cette solution de vaste blague, ou un truc du genre. Moi-même je n'ai pas les connaissances techniques pour juger son jugement, mais pour la première fois j'ai pu entendre des explications plus détaillées que les courtes vidéos, et des réponses aux objections courantes, dans ce podcast. Tout ça m'a semblé plutôt convaincant, mais je suis conscient de mon biais de jugement chaque fois que c'est Antonopoulos qui s'exprime. Globalement j'ai quand même du mal à croire que l'équipe de développement de la plus grosse capitalisation dans le monde des cryptos aurait foiré au point de suicider sa monnaie. Les sommes en jeu sont trop grandes. Et puis du côté de Bitcoin Cash il me semble que l'augmentation de la taille des blocs ne peut pas être une solution à long terme en cas d'adoption, non ?
       
      Bref, je suis intéressé par vos commentaires sur la question !
       
       
    • By Adrian
      Kenneth Arrow, economist, 1921-2017Nobel Prize winner who influenced thinking on welfare and social choice
       
      Sur wikiberal
       
      Je me suis avoir écrit la "preuve" de son théorème d’impossibilité.Il ne reste plus beaucoup d'économiste néo-classique post WW2 ...
       
×
×
  • Create New...