Aller au contenu
Taranne

OGM : fallait s'y attendre

Messages recommandés

OGM: l'avis de la Haute autorité ouvre la voie à une suspension des cultures

Par Par Anne CHAON et Emmanuel ANGLEYS AFP - il y a 1 heure 38 minutesPARIS (AFP) - La Haute autorité provisoire sur les OGM a fait état de ses "doutes sérieux" sur le maïs transgénique MON 810 , dans un avis mercredi ouvrant la voie à l'activation de la clause de sauvegarde, qui permettrait à la France d'interdire provisoirement le seul OGM cultivé en France.

(publicité)

"Nous avons des doutes sérieux", a indiqué le président de l'Autorité, le sénateur de la Manche Jean-François Le Grand, en remettant au ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo ses conclusions.

Le président de la République, qui a demandé la communication de l'avis, rendra sa décision "dans 24 heures à 48 heures au plus", a indiqué Jean-Louis Borloo.

Lors de sa conférence de presse mardi, Nicolas Sarkozy avait promis de recourir à la clause de sauvegarde pour suspendre la culture du seul OGM cultivé en France, le Mon 810, "en cas de doute sérieux".

Le leader altermondialiste José Bové, en grève de la faim depuis sept jours pour obtenir l'activation de la clause de sauvegarde, a estimé mercredi soir sur LCI qu'il s'agissait désormais de la "seule possibilité" ouverte à M. Sarkozy au vu de l'avis rendu.

En revanche, pour Pascal Férey (vice-président de la FNSEA), "rien ne devrait pousser le gouvernement à accélérer un processus de décision sur cette clause de sauvegarde, à moins d'agir d'une façon politicienne".

La clause de sauvegarde, actuellement utilisée par six pays, permet à un Etat membre de l'Union européenne d'interdire un organisme génétiquement modifié autorisé au plan communautaire, à condition de justifier cette mesure par un dossier scientifique étayé. Le maïs Mon 810 est le seul OGM cultivé en France, avec 22.000 hectares l'an dernier (moins de 1% des surfaces de maïs).

La Haute autorité provisoire --elle ne sera créée formellement que par la prochaine loi sur les OGM-- a "relevé un certain nombre de faits scientifiques nouveaux négatifs impactant notamment la flore et la faune" concernant le Mon 810, selon son président.

Il s'agit de "la dissémination à longue distance, sur plusieurs dizaines, voire centaines de km --alors que les précédentes études portaient sur plusieurs dizaines et centaines de mètres--". Sont également évoqués "la résistance chez des insectes", et "les effets constatés sur la flore et la faune", notamment sur le lombric et les micro organismes.

Le gouvernement a fixé mercredi une nouvelle date pour l'examen du projet de loi sur les OGM, qui commencera le 5 février devant le Sénat.

Le texte présenté dans la foulée du Grenelle de l'environnement devait initialement être adopté le 8 février en urgence (une séance devant chaque chambre), mais le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a décidé mardi d'en reporter la date. "Le seul but est de se donner le temps d'un débat serein sur un sujet qui est extrêmement important dans notre pays", a expliqué le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez, reprenant un argument déjà avancé par M. Sarkozy mardi.

Reçu peu avant l'avis par le chef de l'Etat, le président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer avait jugé que "ce qui est important, c'est que le président (…) reconnaisse l'importance de débattre de cette loi et de clarifier les choses dans notre pays".

La France a déjà cinq ans de retard sur sa mise en conformité avec le droit européen: pour avoir traîné depuis 2002 à transposer en droit français la directive 2001/18 sur les OGM, elle risque jusqu'à 42 millions d'euros de pénalité, prévient la sénatrice-maire de Strasbourg (UMP) Fabienne Keller.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La culture OGM va se faire içi aussi, NS ne pourra pas actionner la clause de la précaution car il n'y a pas assez des données scientifiques. Pourquoi chaque fois que la science fournit des donnés conformes à certains vues, elle est hautement estimée et dans le cas contraire sa validité est mise en cause!? Cela me fait rappeler les crispations devant chaque invention: l'ordinateur provoqua un tel débat, de telles peurs.Enfin…

L'ingéstion des morceaux de adn incorporé dans mais ne doit pas effrayer quand l'on sait que l'alimentation humaine est très variée ( des batraciens jusqu'à chiens )

Le plus embarassant c'est que Bové s'est nourrit des aliments ogm. sans le savoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ici - pas de ç

Le plus embarassant c'est que Bové s'est nourrit des aliments ogm. sans le savoir.

Ce n'est pas embarrassant, c'est rigolo :icon_up: Maintenant, ce qui serait drôle, c'est qu'on lui fourre des épis de Mon810 dans les écoutilles jusqu'à ce que mort s'ensuive. Je dis ça, évidemment, je dis rien, et ce n'est en rien un appel au meurtre cela va de soi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La culture OGM va se faire içi aussi, NS ne pourra pas actionner la clause de la précaution car il n'y a pas assez des données scientifiques.

C'est justement l'intérêt du principe de précaution de pouvoir se passer de données scientifiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le modèle de la pétition des fabricants de chandelles :

http://imposteurs.over-blog.com/pages/Pour…ques-41727.html

C'est justement l'intérêt du principe de précaution de pouvoir se passer de données scientifiques.

Je dirais même plus : le principe de précaution revendique le fait de se passer de données scientifiques, et le fait de faire primer le doute, y compris quand il est infondé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais le sentiment que ce doute (concernant le MON 810) était fondé sur un certain nombre d'études scientifiques, mais visiblement je ne suis pas le seul à ne pas les avoir lues…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est justement l'intérêt du principe de précaution de pouvoir se passer de données scientifiques.

Il me semble quand-même que des doutes doivent être justifiés d'une manière ou d'une autre sinon la simple suspicion pourra declencher le refus? Puis il y a aussi des argument pro retenus notamment par UE.

Sarko parle desormais d'un stop d'un an pour les ogm ce qui dans les conditions de prix elevé des céréales penalisera encore les fermiers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les scientifiques de la Haute Commission, estiment que leur analyses ont été interprétés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Exact :

http://www.challenges.fr/20080111.CHA5913/…a_haute_au.html

OGM : polémique autour des "doutes sérieux" de la Haute autorité

Certains de ses membres expliquent que le terme ne figurait pas dans leur projet d'avis et relève d'une interprétation excessive.

Vives critiques sur l'avis de la Haute autorité provisoire sur les OGM, jeudi 10 janvier. 14 scientifiques membres de cette autorité ont ainsi contesté les "doutes sérieux" évoqués par le président de l'instance, Jean-François Le Grand, pour présenter l'avis sur le maïs MON810 de Monsanto. Un avis qui pourrait ouvrir la voie à l'activation de la clause de sauvegarde.

Les scientifiques font remarquer que ce terme ne figurait pas dans le projet d'avis rédigé le 9 janvier. Ils se disent "gênés par le décalage entre l'avis tel qu'ils l'ont rédigé et sa transcription" et "regrettent le manque de temps qui ne leur a pas permis, d'une part de réaliser une expertise plus complète du MON 810 selon les critères de l'expertise collective, et d'autre part de relire sereinement l'avis avant sa diffusion".

Un avis critiqué par le botaniste Pierre-Henri Gouyon, également membre de la Haute autorité, qui reconnaît que Jean-François Le Grand "aurait pu mieux séparer ce qui était le texte du comité de son interprétation", mais juge que "le doute est évident devant l'ensemble des faits".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Un avis critiqué par le botaniste Pierre-Henri Gouyon, également membre de la Haute autorité

D'après Wikipedia:

Il est également membre du Comité national de la recherche scientifique, de divers comités de l'Agence nationale de la recherche, du comité d'éthique de l'INSERM (Ermes), du Comité de biovigilance du Ministère de l'Agriculture, du Comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot, du Conseil scientifique du CRIIGEN et de diverses autres instances.

Un type tout ce qu'il y a de plus neutre donc… Voilà qui en dit long sur le sérieux de cette commission.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'un des commentaires de l'article de Challenges jette le doute sur le doute:

Désolé mais votre article déforme l'épisode de la réaction de 14 membres de la H.A. Aucun de ces membres (en dehors peut être des représentants de commerce des la semence et de la FNSEA)ne conteste les doutes émis par la H.A. Ils contestent les "termes" employés par le rapporteur, qui selon eux, réduisent les conclusions. Mais en dehors des faits nouveaux inquiétants qu'elle décrit,ce que dit la H.A c'est encore plus que des doutes c'est essentiellement la reconnaissance unanime d'absence d'études sur les impacts sanitaires,écologiques et même économiques du MON810.

Par ailleurs les déclarations de B.Accoyer sont caractéristiques de l'ignorance mise au service d'une idéologie et ne grandissent pas l'image de la classe politique

Quelqu'un a des informations plus complètes?

OGM: 14 membres de la Haute autorité contestent les termes "doutes sérieux"

AFP

AFP - Jeudi 10 janvier, 20h11

PARIS (AFP) - Quatorze scientifiques membres de la Haute autorité provisoire sur les OGM ont contesté jeudi les "doutes sérieux" évoqués par le président de cette instance Jean-François Le Grand pour présenter l'avis sur le maïs MON 810 .

Ils "font remarquer" dans un communiqué publié jeudi soir que "le projet d'avis qu'ils ont rédigé le 9 janvier 2008 sur la dissémination du MON810 sur le territoire français ne comporte pas les termes de +doutes sérieux+, pas plus qu'il ne qualifie les faits scientifiques nouveaux de +négatifs+", comme l'a déclaré le président, le sénateur Jean-François Le Grand.

Les termes exacts de l'avis, selon eux, sont que "ces faits et questions (…) représentent des interrogations quant aux conséquences environnementales, sanitaires et économiques possibles de la culture et de la commercialisation du MON810" et que le "comité de préfiguration souligne la publication de plusieurs faits scientifiques nouveaux qui concernent l'impact du MON810 sur l'environnement, sur la santé humaine, l'économie et l'agronomie".

Les scientifiques se disent "gênés par le décalage entre l'avis tel qu'ils l'ont rédigé et sa transcription" et "regrettent le manque de temps qui ne leur a pas permis, d'une part de réaliser une expertise plus complète du MON810 selon les critères de l'expertise collective, et d'autre part de relire sereinement l'avis avant sa diffusion".

Le communiqué est signé de 12 des quinze membres du comité scientifique (dont Antoine Messéan, chercheur en agronomie à l'Inra) de la Haute autorité, et de 2 membres de la section économique, éthique et sociale.

Pour sa part, le botaniste Pierre-Henri Gouyon, également membre de la haute autorité et non signataire de ce communiqué, reconnait dans une réponse écrite que le président Jean-François Le Grand "aurait pu mieux séparer ce qui était le texte du comité de son interprétation". Il juge toutefois que "le doute est évident devant l'ensemble des faits".

"L'exercice auquel on se livre dans ce comité est très difficile puisqu'on a notamment des gens qui sont là pour promouvoir les OGM comme les semenciers", explique-t-il à l'AFP.(Parce que lui il est neutre, peut-être?)

"On ne pourra jamais se mettre d'accord sur un avis, donc la décision que nous avons prise très sagement c'est de donner les faits. Aujourd'hui certains s'indignent car (dans cet avis) il y a le mot +interrogation+ mais pas +doute+". "Je commence à en avoir assez des gens qui bloquent sur toute une série de mots, comme doute, ou contamination: il faudrait parler de présence fortuite!", poursuit-il, en dénonçant une "rhétorique criticable".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je note qu'apparemment, les scientifiques ne veulent pas se mouiller (ce qui est cocasse puisque s'il y avait des éléments tangibles, ils n'auraient pas peur de le faire), que les politiques n'y comprennent rien et s'en remettent au galimatias le plus parlant pour eux (et, comme par hasard, il est anti-OGM).

Qui a un lien sur l'étude / les études sur ce mon810 ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Association Française pour l'Information Scientifique

14, rue de l'Ecole polytechnique, 75005 Paris

Communiqué

Mon810 : l'activation de la clause de sauvegarde n'est pas scientifiquement justifiée !

Dans une prestation très médiatisée, le président du « Comité de préfiguration d'une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés » a fait état le 9 janvier 2008 qu'auraient été relevés « un certain nombre de faits scientifiques nouveaux négatifs impactant notamment la flore et la faune » concernant le maïs résistant à la pyrale Mon810. Ceci préfigure l'activation de la clause de sauvegarde et la prise consécutive d'un arrêté interdisant la culture du maïs MON810 et ce dès 2008.

L'Association Française pour l'Information Scientifique (AFIS) tient à faire part de sa surprise devant ces annonces, tout comme elle avait déjà fait part de sa surprise devant les propos du Président de la République en clôture du Grenelle de l'environnement tant sur la forme, par l'usage d'un vocabulaire inadéquat et partisan, que sur le fond, et ce d'autant plus que de nombreux travaux scientifiques, français et internationaux, répondent déjà très clairement et sans ambiguïté aux questions posées.

Après examen de l'avis émis et contact avec plusieurs scientifiques ayant participé aux réunions du Comité de préfiguration de la haute autorité, l'Association Française pour l'Information Scientifique dresse le constat synthétique suivant :

- cet avis est constitué d'une liste de données ;

- ces données n'ont pas été discutées scientifiquement ;

- même si aucun des arguments avancés n'est erroné tous sont approximatifs dans la formulation et incomplets sur le fond ;

- aucun des arguments avancés de cette liste ne peut être caractérisé comme nouveau et grave justifiant l'activation de la clause de sauvegarde.

Au regard des conclusions que les autorités politiques ont cru devoir en tirer lors de la conférence de presse tenue le 9 janvier 2008, l'Association Française pour l'Information Scientifique :

constate qu'aucun élément nouveau n'a été apporté permettant de justifier scientifiquement une mesure de suspension de la culture du maïs rendu résistant à la pyrale et à la sésamie ;

dénonce la confusion entretenue systématiquement dans le discours entre « exposition » et « impact » ;

réaffirme que, sans nier l'importance d'une biovigilance lors de la mise en culture des variétés de maïs porteuses d'un gène Bt, vouloir en interdire l'utilisation aux agriculteurs français n'a aucune justification scientifique ;

dénonce l'instrumentalisation politique dont les scientifiques désignés pour participer au « Comité de préfiguration de la haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés » ont été les victimes ;

réaffirme que les incertitudes scientifiques sur l'innocuité du maïs génétiquement modifié cultivé en Europe ne sont que « des incertitudes imaginaires voire mensongères tant sur le plan environnemental qu'alimentaire » ;

rendra publique sur son site internet la lettre par elle adressée le 8 janvier 2008 aux pouvoirs publics, lettre accompagnée de la déclaration « Pourquoi faudrait-il suspendre la culture du maïs OGM ? » du 7 décembre 2007 sur laquelle un millier de signatures se sont portées en soutien et, parmi elles, des centaines de signatures d'académiciens, de chercheurs, de médecins, auxquels se sont adjoints de hauts responsables agricoles et des agronomes ;

rendra publique sur son site internet le texte intégral de l'avis du comité de préfiguration de la haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés et y apportera, progressivement, les éléments de synthèse et d'éclairage nécessaires pour la compréhension par les citoyens, exerçant en cela sa mission d'information scientifique.

Organisant au Sénat, le 17 janvier 2008, le colloque « Biotechnologies & Agriculture durable » dans lequel interviendront ou auquel participeront nombre de scientifiques soit à l'origine de certains des arguments évoqués dans l'avis du comité de préfiguration de la haute autorité soit ayant participé aux différentes réunions de ce comité, l'Association Française pour l'Information Scientifique veillera à ce que les réponses scientifiquement fondées attendues soient apportées, et, rendra publics, par tout moyen approprié, les actes intégraux de ce colloque de façon à informer le plus largement possible les citoyens de notre pays, et ce avant que l'examen d'un projet de loi sur les biotechnologies soit soumis à l'examen de la Représentation Nationale.

Site internet de la déclaration « Pourquoi faudrait-il suspendre la culture du maïs OGM ? » : http://nonaumoratoire.free.fr/

Site internet du colloque « Biotechnologies & Agriculture durable » : http://agribiotech.free.fr/

Site internet de l'Association Française pour l'information Scientifique : http://pseudo-sciences.org/

________________________________________________________________________________

__________

L'Association Française pour l'Information Scientifique (AFIS) regroupe des adhérents de toute origine et toute formation.

Elle est indépendante de tout intérêt privé et son orientation est définie par ses seuls adhérents.

Le premier objectif qu'elle poursuit est d'informer sur l'avancement des sciences et des techniques en éclairant de façon active les choix de société dans l'optique de l'amélioration des conditions d'existence des êtres humains. Le second est de mettre en garde contre les fausses sciences et l'exploitation de la crédulité. Le troisième enfin réside dans la défense et la promotion de l'esprit scientifique en illustrant de façon récurrente qu'il n'y a pas de meilleure méthode que la méthode scientifique pour appréhender le réel avec fiabilité et qu'il n'y a pas de meilleur outil que la Raison pour poser de façon pertinente et résoudre avec succès les problèmes qui se posent aux individus et aux collectifs humains

Ces postures sont celles du rationalisme scientifique.

L'AFIS publie la revue Science et pseudo-sciences, fondée en novembre 1968, délivrée sur abonnement et chez les marchands de journaux.

Elle dispose d'un site internet : http://pseudo-sciences.org

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il suffit de se mettre 2 secondes à la place de Sarkozy: L'écrasante majorité des français est contre les OGM, Bové fait une grève de la faim, les sondages sont mauvais pour le gouvernement. Vous imaginez le tollé que ça aurait fait si il avait finalement accepté les OGM (un mois après le "Grenelle de l'environnement") avec un Bové qui nous ferait un cirque comme celui de Lassale?

Le petit gars se fiche un peu de savoir si c'est légitime ou pas, tout n'est que stratégie politique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il suffit de se mettre 2 secondes à la place de Sarkozy: L'écrasante majorité des français est contre les OGM,

L'écrasante majorité des Français ne sait pas, s'en fiche et suit bêtement l'avis de ceux qui braillent le plus fort.

Bové fait une grève de la faim, les sondages sont mauvais pour le gouvernement. Vous imaginez le tollé que ça aurait fait si il avait finalement accepté les OGM (un mois après le "Grenelle de l'environnement") avec un Bové qui nous ferait un cirque comme celui de Lassale ? Le petit gars se fiche un peu de savoir si c'est légitime ou pas, tout n'est que stratégie politique.

Je suis tristement d'accord. Ca n'empêche pas Bové d'être un pimpant trou du cul poilu et Sarko un cynique profiteur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'environnement devient peu a peu le cri de raliement de tout conservatisme: voyez comment ce mot interdit déjà toute analyse. Que les ogm soient placés dans une Grenelle de l'environ. me semble non avenu…

C'est là que la vulgarisation de la science, la publication en tout genre, les think-tank font tellement défaut en Europe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En interdisant les OGM, la France dit un gros OUI à l'usage des pesticides. Bravo ! En avant la politique de civilisation !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Civilisation européenne car l'UE va imposer des sanctions qui vont encore être payés par des contribuables français…à moins que l'on ne s'empare de la planche a billets de Trichet…

De toute manière c'est une mesure d'arrêt temporaire.

Sérieusement la position anti-OGM est-elle justifiable? Tenable?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le long terme, probablement pas. Mais en attendant, c'est une voie idéale pour tous les petits collectivistes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une nouvelle espérance de régime grève de la faim pour José Bové ?

http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/01/14…onsommation.php

La viande d'animaux clonés n'est permise actuellement dans aucun pays. Mais les experts font valoir que, si à l'avenir la consommation d'animaux clonés était autorisée, les bêtes présentant des anomalies dues à cette technique seraient de toute façon exclus de la chaîne­alimentaire.

Les malformations et les décès de clones à la naissance voire plus tard sont actuellement encore fréquents, reconnaissent les experts, mais ils estiment que la technique du clonage devrait s'améliorer au cours des prochaines années.

Le clonage consiste à introduire le noyau d'une cellule adulte dans un ovule énucléé. Cette technique a été mise au point par le scientifique écossais Ian Wilmut, et lui a permis de «fabriquer» la célèbre brebis Dolly.

Aujourd'hui encore, la production d'animaux clonés est extrêmement coûteuse et on peut penser que ce ne sont pas les clones qui pourraient un jour être mis sur le marché, mais leur descendance.

Le pré-rapport ne constitue qu'une première réponse aux questions de la Commission européenne sur les risques de la consommation de viande ou de lait produits par des animaux clonés. Le rapport définitif ne devrait être rendu qu'en mai. Dans l'intervalle, l'actuel pro­jet de texte est consultable sur le site Internet de l'agence. Jusqu'au 25 fé­vrier, scientifiques, professionnels, industriels ou ONG pourront ainsi étudier ce document et faire part de leurs commentaires. Cette démarche répond à la volonté de transparence et d'ouverture affichée par l'Efsa, dont certains avis sont parfois très critiqués.

L'Efsa n'est pas la première agence à rendre un avis favorable aux productions liées au clonage. En décembre 2006, la FDA (l'agence américaine de sécurité alimentaire) avait déjà affirmé le même principe d'innocuité. Dans les prochains jours, elle devrait aller encore plus loin. Selon le Wall Street Journal (4 janvier 2008), la FDA pourrait bientôt autoriser la commercialisation et la consommation de produits issus du clonage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apparemment, les députés sont tout ce qu'il y a de plus énervés contre cette nouvelle de la Haute Commission sur les OGM et la décision du gouvernement :

Les députés UMP vent debout contre la suspension des OGM

mardi 15 janvier 2008 - 10h48 heure de Paris

© AFP

Bernard Accoyer le 23 octobre 2007 à l'Assemblée nationale

© AFP/Archives Mehdi Fedouach

PARIS (AFP) - Les députés UMP sont vent debout contre la décision du gouvernement de suspendre l'unique variété OGM cultivée en France (maïs MON810) au nom du principe de précaution, déplorant que le Parlement ait été court-circuité.

La charge est venue dès jeudi du président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, peu habitué à contester les décisions de l'exécutif. Il a dénoncé "un nouveau procès en hérésie" et remis en cause la légitimité de la Haute autorité provisoire sur les OGM, "un comité nommé avec peut-être un peu de précipitation".

"Cela fait sept ans que les gouvernements successifs tergiversent pour transposer les directives européennes sur les OGM, refusant de trancher le débat, laissant prospérer les peurs irraisonnées et les discours dogmatiques. Il est temps que le débat revienne au Parlement !", martèle le quatrième personnage de l'Etat.

Même son de cloche chez son prédécesseur, Patrick Ollier, président du comité de suivi du Grenelle de l'environnement à l'Assemblée, qui s'est déclaré à l'AFP "très désagréablement surpris" et a assuré que "tout le monde" était furieux dans les rangs des parlementaires UMP.

Prévenu "une heure avant l'annonce officielle" par un simple "SMS de Michel Barnier", le ministre de l'Agriculture, il a lui aussi souligné que "le Parlement devait se réapproprier le débat dans cette affaire". "Quand est-ce qu'on va écouter les vrais scientifiques et non plus les scientifiques militants transformés en animateurs télé ? Il y a beaucoup de données scientifiques qui concluent à l'inocuité des OGM", a renchéri le député UMP Michel Raison.

"Il est temps qu'on ait un débat au Parlement avec de vrais arguments scientifiques et pas des slogans. On fait prendre du retard à notre pays", a déclaré cet exploitant agricole qui se défend d'en faire un "problème agricolo-agricole".

Pour Marc Laffineur, vice-président de l'Assemblée, cette décision est "extrêmement dommageable". "C'est un très mauvais coup porté à notre économie et un formidable cadeau fait aux Américains".

Au Sénat aussi, les élus UMP ont mal réagi d'autant que le gouvernement a décidé la semaine dernière de reporter sine die l'examen du projet de loi sur les OGM avant de se résoudre à le réinscrire pour le 5 février.

Sous la précédente législature, un texte sur ce sujet avait déjà été retiré en 2007 après un examen par le Sénat. Les députés UMP ont prévu d'interpeller ce mardi François Fillon lors de la réunion hebdomadaire de leur groupe.

Face à ce début de fronde, le Premier ministre a mis en garde dimanche sa majorité en rappelant qu'elle était "engagée par les conclusions du Grenelle de l'environnement". Le gouvernement souligne toutefois que la suspension ne constitue en rien une "opposition de principe" aux OGM ni un recul face aux pressions, avant les municipales.

De nombreux députés UMP estiment en effet que le gouvernement a "cédé" aux "lobbyistes anti-OGM" et dénoncent la pression exercée par l'altermondialiste José Bové avec sa grève de la faim.

A l'inverse, la gauche a plutôt salué cette suspension et accusé l'UMP de céder aux lobbies agricoles. Mais au PS, certains sont tout aussi mécontents. Le député Jean-Yves Le Déaut, ancien président d'une commission d'enquête parlementaire sur les OGM, a ainsi dénoncé une "manipulation de l'opinion": "si le MON 810 était dangereux pour la santé ou l'environnement, cela se saurait !".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nicolas Hulot, ou les lobbies c'est les autres.

OGM: Nicolas Hulot dénonce les lobbies et appelle à la raison

AFP

AFP - il y a 39 minutes

PARIS (AFP) - Nicolas Hulot a dénoncé les "nervis des lobbies" pro-OGM qui se sont manifestés, selon lui, la semaine dernière et appelé dans Le Monde daté de jeudi à la "raison" et au "discernement" lors de l'examen de la loi sur les organismes génétiquement modifiés.

"La raison plus que jamais doit effacer la passion. Peut-on essayer de faire preuve de discernement et regarder les faits tels qu'ils sont", interroge le défenseur de l'environnement dans une tribune publiée par Le Monde daté de jeudi.

Nicolas Hulot réagit à la mise en cause, notamment par des parlementaires UMP, de la Haute autorité provisoire sur les OGM et surtout de son président, le sénateur de la Manche (UMP) Jean-François Le Grand, dont les "doutes sérieux" avaient conduit le gouvernement à suspendre la culture du maïs MON810.

"Les nervis des lobbies se sont immédiatement mis en branle. Le sommet de l'exécutif a été +encerclé+ par les pro-OGM (…) Une tentative de déliter et de saper la démocratie s'est développée sournoisement dans les antichambres du pouvoir", écrit-il.

"A ce niveau, une petite dose de conscience ne ferait pas de mal. Or, sur ce sujet, l'ignorance et l'orgueil font bon ménage".

Affirmant ne pas avoir "d'avis tranché sur l'avenir des OGM et (se) garder de fermer la porte aux biotechnologies", il "invite les députés signataires du Pacte écologique à accepter le dialogue et à s'ouvrir sans exclusive à ceux qui peuvent leur apporter un complément d'appréciation et d'information" qui leur permettra ensuite "de jouer pleinement leur rôle politique".

L'examen de la loi sur les OGM, qui devait débuter cette semaine au Sénat, a été repoussé en première lecture au 5 février pour une adoption après les municipales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moyennant quelques coupures, voici ce que devient ce que dit Hulot :

Nicolas Hulot a dénoncé les "nervis des lobbies" [..]appelé [..] à la "raison" et au "discernement" [..] La raison plus que jamais doit effacer la passion. [..] faire preuve de discernement [..] Le sommet de l'exécutif a été +encerclé+ (…) Une tentative de déliter et de saper la démocratie s'est développée sournoisement dans les antichambres du pouvoir"[..] sur ce sujet, l'ignorance et l'orgueil font bon ménage[..] accepter le dialogue et à s'ouvrir sans exclusive à ceux qui peuvent leur apporter un complément d'appréciation et d'information" qui leur permettra ensuite "de jouer pleinement leur rôle politique".

Pas de "parce que " ou de "en effet", c'est un discours de critique, du bruit tout à fait générique, qu'on pourrait utiliser en remplaçant "OGM" par n'importe quel autre sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pas de "parce que " ou de "en effet", c'est un discours de critique, du bruit tout à fait générique, qu'on pourrait utiliser en remplaçant "OGM" par n'importe quel autre sujet.

C'est bien, il a compris les bases de la programmation objet : la réutilisation et la généricité. Il a trop bien compris d'ailleurs :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et pendant ce temps le débat avance dans d'autre contrées sur la sécurité alimentaire des animaux clones!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"La raison plus que jamais doit effacer la passion."

Il ne manque pas d'air, Bulot Hulot :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je note qu'apparemment, les scientifiques ne veulent pas se mouiller (ce qui est cocasse puisque s'il y avait des éléments tangibles, ils n'auraient pas peur de le faire), que les politiques n'y comprennent rien et s'en remettent au galimatias le plus parlant pour eux (et, comme par hasard, il est anti-OGM).

Qui a un lien sur l'étude / les études sur ce mon810 ?

Un bon resume:

http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/gmf-agm/appro…nsanto01_f.html

Ou plus complet:

http://www.agbios.com/dbase.php?action=Sho…amp;data=MON810

Sont notamment reportees les conclusions des etudes de dissemination (un des arguments mis en avant par les "anti OGM" comme etant un danger majeur si je ne m abuse, ce qui est tres loin de ressortir des conclusions des docs du site!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×
×
  • Créer...