Jump to content
Taranne

OGM : fallait s'y attendre

Recommended Posts

Merci pour ce lien. C'est relativement bien détaillé, malheureusement, ils ne citent aucune référence des études d'effets indésirables sur différentes espèces, et concernant la toxicité, ils parlent d'une étude sur une dizaine de souris (est ce suffisant ?), mais ne citent pas non plus la référence…

Share this post


Link to post
Share on other sites
ils parlent d'une étude sur une dizaine de souris (est ce suffisant ?), mais ne citent pas non plus la référence…

Une dizaine de souris, franchement, allons …

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour ce lien. C'est relativement bien détaillé, malheureusement, ils ne citent aucune référence des études d'effets indésirables sur différentes espèces, et concernant la toxicité, ils parlent d'une étude sur une dizaine de souris (est ce suffisant ?), mais ne citent pas non plus la référence…

Effectivement je trouve aussi bizarre de ne pas trouver mieux, ils on l air de se contenter d etudes in vitro et sur les rats. Meme sur le site de la fda, qui est ultra penible sur la tox, je n ai rien trouve de plus (leur site renvoie a: http://www.epa.gov/pesticides/biopesticide…2-id_health.pdf ou http://usbiotechreg.nbii.gov/database_pub.asp). Je ne suis pas expert la dessus mais ca m etonne un peu de ne pas trouver de resultats plus detailles et chiffres de ces etudes sur ce type de site, ils sont super transparents aux US en general, et ils n hesitenet pas a remouliner toutes les etudes fournies pour mettre les resultats on line sur leur site.

Peut etre qq specialise en agro ou en biotech sur le site qui aurait plus de references?????

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais que les études de toxicité pour médicaments avant les essais sur les hommes se font le plus souvent sur des rats, on recherche les doses létales 50, c'est à dire qui provoque le décès de 50 % des animaux (snif!), et on calcule le rapport entre la dose létale et la dose thérapeutique. Il faut bien évidemment que les deux soient le plus éloignées possibles !

Ici, l'étude ne parle pas de doses létales.

De plus, à mon sens, l'essentiel pour les OGM serait de réaliser des études d'exposition sur le long terme, et d'étudier la proportion de cancers, ou d'autres maladies (auto-immunes par exemples). Apparemment, ce genre d'étude n'intéresse pas les industriels, on peut les comprendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ALLEMAGNE (octobre 2007) : http://www.landwirtschaft.sachsen.de/lfl/p…load/3226_1.pdf

Des analyses ont été effectuées sur des maïs conventionnels situés à 25 m, 50 m, 75 m, 100 m et 150 m d'une parcelle de maïs GM. Aucune mesure n'a révélé une présence supérieure à la norme de 0,9% d'OGM (qui impose l'étiquetage). Des niveaux de 0,5% ont été trouvés à 25 m et 0,1% à 150 m (dans le sens des vents dominants). A 180 m, ces niveaux n'étaient plus détectables (inférieurs à 0,01%).

ROYAUME UNI (2007) : http://www.springerlink.com/content/w16278…c57e1d23e8cda25

Un flux de gène a été détecté jusqu'à 200 m de la source de maïs GM. Un modèle prévoit qu'un champ de maïs conventionnel de 150 x 150 m nécessite d'être éloigné de 3 m du champ de maïs GM pour obtenir un taux de présence fortuite d'OGM inférieur à 0,9% dans la récolte (79 m pour obtenir 0,1%). Ces valeurs changent peu pour des champs de tailles différentes.

ESPAGNE (2006) http://www.blackwell-synergy.com/doi/abs/1…52.2006.00207.x

Les auteurs déduisent de cette étude en situation réelle de co-existence entre culture GM et non-GM de maïs que des distances de

séparation de 20 m doivent suffire pour garantir un flux de gène inférieur à la norme de 0,9%.

PORTUGAL 2006 http://www.dgpc.min-agricultura.pt/upload/…ros/i008155.pdf

Le rapport décrit les résultats de la mesure de présence fortuite d'OGM dans des échantillonnages de cultures conventionnelles de maïs à proximité de maïs GM. Une série de mesure montre des résultats négatifs (10 cas sur 18) ou inférieurs à 0,15% (6 cas sur 18) ou inférieurs à 0,5% (2 cas sur 18) lorsque des mesures d'isolement sont prises. Dans une autre série, sans les mesures d'isolement recommandées, 2 cas ont révélé des présences de 0,98 et 1,21% lorsque le champ conventionnel était entouré de 3 parcelles de maïs GM.

Share this post


Link to post
Share on other sites

De toute façon toutes les études de toxicité ou de risque de dissémination ne changerons rien a l’ obstacle principal contre les OGMs qui est que dans le subconscient collectif (surtout français) ils sont l'expression de l'homme qui se prend pour dieu, d' organismes contre nature crée de toute pièces par de dangereux savant fous payées par des sociétés surpuissantes prêtes a tous les risques pour engranger des dollars.

Tant que cette image des OGM perdurera toute approche pragmatique du sujet sera très risquée politiquement.

Je pense qu'une bonne partie des problèmes auraient était évités sans l'erreur fondamentale de communication en les appelant 'Organisme Génétiquement Modifiés'. Je suis sur que s’ils avaient étés appelles disons ‘génétiquement sélectionnées’ ou ‘issues de transgénèse’ ils feraient beaucoup moins a unes des journaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En dehors d'une France sclérosée, le monde continue de tourner : augmentation de 12% de la superficie des champs OGM dans le monde, article du journal du même nom :

http://www.lemonde.fr/sciences-et-environn…l#ens_id=995487

Les superficies plantées en cultures transgéniques dans le monde ont atteint 114 millions d'hectares en 2007, soit une augmentation de 12 % par rapport à 2006, selon l'International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (Isaaa), un institut basé aux Etats-Unis et financé par des organisations comme la Fondation Rockefeller ou la société Monsanto. Son rapport annuel, publié mercredi 13 février, fait référence en matière d'évaluation de l'implantation des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l'agriculture mondiale.

Les cultures transgéniques restent concentrées - à 77 % - dans quatre pays : Etats-Unis (50 %), Argentine, Brésil et Canada, selon l'Isaaa. L'Inde et la Chine cultivent aussi les OGM en quantités importantes, essentiellement le coton. L'utilisation de la transgenèse reste à plus de 95 % focalisée sur quatre plantes : le soja, le maïs, le coton et le colza. Deux types de variétés dominent : celles développant une résistance à divers herbicides et celles qui présentent une résistance à certains insectes.

L'Isaaa observe que 2007 a vu le développement de cultures transgéniques destinées aux agrocarburants : aux Etats-Unis, 40 % de la surface plantée en maïs transgénique servent à produire de l'éthanol. L'institut souligne aussi la forte expansion du coton transgénique en Inde, l'émergence de la culture d'arbres transgéniques en Chine (des peupliers) et l'autorisation du maïs OGM au Brésil.

Les analyses de l'Isaaa sont contestées par l'organisation écologiste Les Amis de la Terre (Friends of the Earth), qui a publié, mardi, une contre-expertise. S'appuyant sur de nombreuses études scientifiques ou officielles, l'association pointe la tendance de l'Isaaa à la surestimation. En Inde, par exemple, l'institut annonce pour 2006 une surface cultivée en OGM supérieure de 400 000 hectares à la statistique gouvernementale.

EMPLOI ACCRU DE PESTICIDES

Les Amis de la Terre observe aussi que de nombreuses analyses montrent l'émergence de résistances aux OGM par les plantes adventices (dites mauvaises herbes) ou les insectes. Bien documenté aux Etats-Unis, ce phénomène oblige à recourir de plus en plus à des herbicides tels que le 2,4 D ou l'atrazine. Globalement, la culture des OGM se traduirait donc par un emploi accru de pesticides, selon les chiffres collectés par l'organisation écologiste.

Analysant le cas du coton en Chine et en Amérique latine, Les Amis de la Terre dément aussi que les OGM permettent une augmentation de la production. De même, son contre-rapport infirme-t-il l'analyse de l'Isaaa selon laquelle les OGM seraient bénéfiques aux petits paysans des pays du Sud. Selon l'association environnementale, les OGM "permettent aux agriculteurs les plus riches de cultiver plus de surface avec moins de travail, stimulant la tendance mondiale vers des exploitations moins nombreuses, plus grandes et de style industriel".

On notera l'arumentation atterrante que les Amis de la Terre développe : non les OGM ne permettent pas une augmentation de la production mais il faut quand même lutter contre son expansion : on se demande pourquoi on utiliserait les OGM, ne serait ce vraiment que pour les ennuyer ?

Sinon pour les résistances qui émergent, l'affirmation est lancée sans commentaire. On pourrait par exemple dire qu'il s'agit du même problème que celui provenant de l'utilisation d'antibiotiques : il faut donc prendre ce problème au sérieux mais ce n'est pas pour ça qu'on va interdire les antibiotiques (il faut faire tourner les semences, appliquer les équivalents de multi-thérapies, développer de nouvelles souches etc. bref l'arsenal bien connu en médecine). On peut d'ailleurs soutenir que les résistances fortes au développement des cultures OGM multiplient le risque de développement des résistances (car les approches que je mentionnais juste avant pour contrer ses résistances sont dures à appliquer si on ne peut utiliser qu'un unique maïs OGM).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sérieusement la position anti-OGM est-elle justifiable? Tenable?

Oui , si l'on en croit l'emission d'Arte du 11 mars 2008 "le Monde selon Monsanto".

Les témoignages contre Monsanto sont accablants et en tant qu'accusé Monsanto a refusé de participer à l'émission.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui , si l'on en croit l'emission d'Arte du 11 mars 2008 "le Monde selon Monsanto".

Les témoignages contre Monsanto sont accablants et en tant qu'accusé Monsanto a refusé de participer à l'émission.

Non, si l'on en croit l'AFIS : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article832

Il y a un fil de discussion spécifique à cette émission : http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=36371

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui , si l'on en croit l'emission d'Arte du 11 mars 2008 "le Monde selon Monsanto".

Les témoignages contre Monsanto sont accablants et en tant qu'accusé Monsanto a refusé de participer à l'émission.

Extraordinaire ! L'épisode 77 de "maurice b.", "le citoyen qui vous veut festif", vient de sortir !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le texte sur les OGM rejeté

Le projet de loi controversé sur les OGM a été rejeté mardi par l'Assemblée nationale, après l'adoption surprise à une voix près (136 contre 135) d'une motion de procédure PCF défendue par André Chassaigne, ce qui entraîne automatiquement la fin de l'examen du texte.

Source : AFP

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'UE estime injustifié l'embargo français sur les OGM

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime que l'embargo français sur le maïs génétiquement modifié Mon 810 produit par la firme américaine Monsanto n'est pas justifié.

L'EFSA répondait à une demande de la Commission européenne sur la validité de l'invocation en début d'année d'une clause de sauvegarde contre l'utilisation en France du seul maïs OGM cultivé à des fins commerciales dans l'Union européenne.

La clause de sauvegarde permet à un pays européen d'interdire un organisme génétiquement modifié autorisé au plan communautaire, à condition toutefois de justifier cette mesure avec un dossier scientifique étayé.

"Aucune preuve scientifique, en termes de risques pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement, n'a été fournie pour justifier l'invocation d'une clause de sauvegarde," précise l'EFSA.

La Commission européenne doit désormais étudier la réponse de l'EFSA. Ensuite, elle ordonnera très probablement à la France de lever son embargo, estiment des sources diplomatiques.

Si la France décidait d'ignorer une telle injonction, elle pourrait demander de fournir plus d'information justifiant l'invocation de la clause de sauvegarde ou décider de présenter l'affaire devant la Cour européenne de justice.

Ces deux dernières procédures repousseraient une décision finale de plusieurs mois.

Sybille de La Hamaide, édité par Sophie Louet -

il y a 1 heure 28 min Reuters

1271462510-l-union-europeenne-juge-injustifie-l-embargo-francais-sur-les.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Aucune preuve scientifique, en termes de risques pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement, n'a été fournie pour justifier l'invocation d'une clause de sauvegarde," précise l'EFSA.

J'entends déjà les hurlements bovins.

Et je me réjouis de cette décision européenne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Aucune preuve scientifique, en termes de risques pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement, n'a été fournie pour justifier l'invocation d'une clause de sauvegarde," précise l'EFSA.

Il me semble que depuis l’amendement fatal a notre vénérée constitution par le chef adoré précédent, il faut une preuve scientifique d’absence de risque, et non pas l’absence de preuve de risque.

Question pour un légiste : la constitution est elle supérieure au traité en droit français ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'entends déjà les hurlements bovins.

Et je me réjouis de cette décision européenne.

Comme quoi l'ingérence des bureaucrates de Bruxelles peut aussi avoir du bon parfois. Surtout quand il s'agit de mettre au pas notre indécrottable tendance nationale au protectionnisme .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rien d'étonnant.

Paris maintient sa clause de sauvegarde sur le maïs transgénique, malgré l'avis de l'EFSA.

Le gouvernement français a annoncé vendredi qu'il maintenait sa clause de sauvegarde sur le maïs transgénique MON810, malgré un avis contraire de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) rendu public vendredi. Un avis qui a provoqué la colère des associations de défense de l'environnement, tandis que les semenciers n'ont pas caché leur satisfaction.

"La France maintient (…) sa position sur la clause de sauvegarde et elle la soutiendra au conseil des ministres européens", ont fait savoir le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo et sa secrétaire d'Etat Nathalie Kosciusko-Morizet dans un communiqué, en rappelant que "cette clause a été décidée dans le cadre du droit européen, et que si l'avis de l'EFSA constitue une étape du processus, la décision revient au conseil des ministres européens puis éventuellement à la Commission européenne".

Greenpeace n'a pas tardé à dénoncer avec vigueur l'avis de l'EFSA, estimant dans un communiqué que ledit avis représentait une "décision grave qui pourrait ouvrir la voie à la réautorisation de ce maïs en France". L'eurodéputée Verte Helène Flautre a pour sa part fustigé "l'incompétence" et "l'obsolescence" de l'EFSA en matière d'évaluation des risques liés aux OGM.

Pour elle, "il faut réformer ce système en instituant le principe des études publiques et contradictoires. Contrairement aux dispositions de la législation européenne, l'EFSA ne demande pas dans ces études aux producteurs d'OGM des données sur les effets à long terme des produits génétiquement modifiés qu'ils veulent commercialiser. De plus, elle ne respecte pas le principe de transparence et d'information des citoyens".

La fédération France Nature Environnement (FNE) juge qu'il "serait impensable qu'un comité d'experts largement acquis à la cause des OGM l'emporte sur une décision politique qui doit être prise démocratiquement". Pour FNE, "il revient à la présidence française de l'Union européenne de défendre l'avis de l'immense majorité des citoyens européens qui ne veut des OGM ni dans les assiettes, ni dans les champs".

A l'inverse, les professionnels du secteur (GNIS, Groupement national interprofessionnel des semences et des plants; OLEOSEM, Association de l'industrie des semences oléagineuses; SEPROMA, Chambre syndicale des entreprises françaises des semences de maïs et UIPP, Union des industrie de la protection des plantes) se sont réjouis de la décision de l'EFSA, appelant le gouvernement à autoriser à nouveau la culture du maïs OGM, "seule conclusion possible" pour Philippe Gracien, porte-parole des professionnels des semences.

AP, il y a 10 min.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La suite 3 ans après:

En début d'après-midi, le Conseil d'Etat a cassé des arrêtés ministériels, pris en février 2008, qui suspendaient la culture du maïs Monsanto 810. Le Conseil a suivi un arrêt de la Cour européenne de justice, et considéré que le ministre de l'Agriculture n'a pas pu justifier de sa compétence pour prendre les arrêtés, "faute d'avoir apporté la preuve de l'existence d'un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l'environnement".

Bref, un point de détail.

http://www.franceinf…9029-2011-11-28

Pas de preuve que ça soit risqué, un point de détail ? :icon_confus:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais bon malheureusement il y a fort à parier que le gouvernement va réussir à trouver une autre astuce légale douteuse pour prolonger l'interdiction de fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En interdisant les OGM, la France dit un gros OUI à l'usage des pesticides. Bravo ! En avant la politique de civilisation !

:huh:

Pardon mais il me semble que l'intérêt des OGM c'est justement de pouvoir supporter plus de pesticides, ou même de faire en sorte que la plante secrète elle-même les molécules pesticides.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà ce qui tourne sur FB ce matin :

http://www.wikistrik…m-91316545.html

Perso, je n'ai rien contre les OGM (a condition qu'ils soient utilisé de manière adéquate, soit pas comme le coton ici visiblement en cause), j'en ai mangé et j'en ai cuisiné pas mal quand j'étais commis (de l'huile, principalement), mais Mosanto, j'ai jamais pu trop piffer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part, je constate simplement que la plupart des reproches qu'on fait aux OGM (apparitions de résistances, récoltes stériles, parasitage des autres plantes etc…) s'appliquent également à l'agriculture classique. Les anti-ogm font généralement preuve d'une mauvaise foi (ou d'une ignorance) phénoménale, qui atteint son paroxysme quand ils font l'amalgame ogm = Monsanto.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je partage ton analyse, mais à leur décharge, il faut avouer que beaucoup de pro OGM vendent la came comme étant "miraculeuse".

Share this post


Link to post
Share on other sites

OGM = outils.

Dire non au OGM, c'est comme dire non à la clef de 12… *soupir*

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je partage ton analyse, mais à leur décharge, il faut avouer que beaucoup de pro OGM vendent la came comme étant "miraculeuse".

Disons que le procédé est surtout miraculeux pour les chercheurs, plus besoin d'irradier et de sélectionner laborieusement des générations et des générations d'une variété pour en obtenir une nouvelle avec les effets à peu près recherchés, mais c'est vrai que pour l'agriculteur le résultat ne diffère pas forcément beaucoup (sans compter les dérives qui sont sans doute liées à un manque d'information chez les agriculteurs, le procédé étant récent). C'est juste moins aléatoire donc peut-être plus rapidement disponible et ça permet de cibler précisément un gène, donc d'avoir moins d'effets secondaires liés à la modification à priori silencieuse d'autres gènes. Et peut-être de faire des trucs qu'on ne pourra jamais faire en utilisant la méthode classique, car trop aléatoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...