Jump to content

Armageddon économique ?


vincponcet

Recommended Posts

Ca serait-y pas un peu idiot toutes ces comparaisons montrant que l'or a monté ?

La réalité étant que le $, l'€ ou la devise locale reste le référentiel de 99% des acteurs économiques, seuls ont du sens les évolutions de prix en $, € ou devise locale

Link to comment

Ca serait-y pas un peu idiot toutes ces comparaisons montrant que l'or a monté ?

La réalité étant que le $, l'€ ou la devise locale reste le référentiel de 99% des acteurs économiques, seuls ont du sens les évolutions de prix en $, € ou devise locale

Comme tous les monétaristes, tu sembles vouer une confiance aveugle à l'actuel système financier et monétaire. Or vu la situation financière critique de Europe, l'endettement abyssal de ses principaux membres et des autres grands acteurs de l'économie mondiale, à commencer par les Etats-Unis et le Japon, celui-ci devient chaque jour plus probable.

Et si cela se produit, tes chères devises ne vaudront plus que le prix du papier nécessaire à leur impression. Et dans ce cas que restera-t-il pour prendre le relais, en dehors du troc et des moyens d'échange les plus primitifs, si ce n'est l'or ou l'argent ? :icon_aime2:

Link to comment

Comme tous les monétaristes, tu sembles vouer une confiance aveugle à l'actuel système financier et monétaire. Or vu la situation financière critique de Europe, l'endettement abyssal de ses principaux membres et des autres grands acteurs de l'économie mondiale, à commencer par les Etats-Unis et le Japon, celui-ci devient chaque jour plus probable.

Et si cela se produit, tes chères devises ne vaudront plus que le prix du papier nécessaire à leur impression. Et dans ce cas que restera-t-il pour prendre le relais, en dehors du troc et des moyens d'échange les plus primitifs, si ce n'est l'or ou l'argent ? :icon_aime2:

Je n'ai jamais dit que je ne préférais pas l'or au papier, qui sera peut être un jour confiné à l'hygiène rectale de ses détenteurs.

Juste que tant que la marché (i.e l'immense majorité des acteurs) prend comme unité de mesure le papier, c'est cette devise qui sert d'étalon pour l'évaluation des actifs tiers

Link to comment

Je n'ai jamais dit que je ne préférais pas l'or au papier, qui sera peut être un jour confiné à l'hygiène rectale de ses détenteurs.

Juste que tant que la marché (i.e l'immense majorité des acteurs) prend comme unité de mesure le papier, c'est cette devise qui sert d'étalon pour l'évaluation des actifs tiers

Point de vue partagé. Toutes mes excuses, j'avais mal compris ton message. Les prochains mois promettent en tous les cas d'être agités sur les marchés. Heureusement que la crise est derrière nous comme dirait notre lumineux président :icon_bravo:

Link to comment

Tout est dans la dose.

C'est à dire? Une dose modérée d'inflation (1 à 2%) serait meilleure que 10% de déflation par exemple?

Pourtant instinctivement je pense qu'une baisse des prix améliore le pouvoir d'achat, non?

Link to comment

C'est à dire? Une dose modérée d'inflation (1 à 2%) serait meilleure que 10% de déflation par exemple?

Pourtant instinctivement je pense qu'une baisse des prix améliore le pouvoir d'achat, non?

Dans la mentalité keynésienne, il faut encourager la consommation pour faire tourner l'économie. En situation de déflation, tu seras plus enclin à épargner ton argent pour la dépenser plus tard, ce qui fera baisser la consommation.

Link to comment

Donc la déflation, même à forte dose me paraît bonne… et cela peutr même engendrer de la croissance économique… En payant moins chers les produits dont on se sert, on peut en acheter plus… Et puis, il y a bien une déflation permanente dans les ordinateurs, ce qui n'a pas tué les entreprises qui en produisent?

Link to comment

Donc la déflation, même à forte dose me paraît bonne… et cela peutr même engendrer de la croissance économique… En payant moins chers les produits dont on se sert, on peut en acheter plus… Et puis, il y a bien une déflation permanente dans les ordinateurs, ce qui n'a pas tué les entreprises qui en produisent?

Je dis peut-être une connerie, mais je ne pense pas qu'on puisse comparer une déflation à une baisse de prix d'un produit (qui est le résultat non pas d'une économie au ralenti/en déclin, mais d'une généralisation de sa technologie, de la concurrence, d'économies d'échelles,…).

Link to comment

C'est à dire? Une dose modérée d'inflation (1 à 2%) serait meilleure que 10% de déflation par exemple?

Pourtant instinctivement je pense qu'une baisse des prix améliore le pouvoir d'achat, non?

C'est a dire qu'une dose modérée d'inflation ou deflation est preferable a une dose forte d'inflation ou de deflation.

Link to comment

C'est a dire qu'une dose modérée d'inflation ou deflation est preferable a une dose forte d'inflation ou de deflation.

Merci pour la précision… Il est sûr qu'une modification importante dans le signal prix est difficile à intégrer…

Historiquement, y a t il eu des périodes de forte déflation? Car j'ai de vagues souvenirs d'explications sur la période d'inflation de la république de Weimar, quelques plaisanteries sur le Zimbabwe mais les périodes de déflation rien.

Je dis peut-être une connerie, mais je ne pense pas qu'on puisse comparer une déflation à une baisse de prix d'un produit (qui est le résultat non pas d'une économie au ralenti/en déclin, mais d'une généralisation de sa technologie, de la concurrence, d'économies d'échelles,…).

Donc la déflation aurait uniquement lieu dans des économies en déclin ou en ralenti? Effectivement par contre, mon exemple était mal choisi car limiter à un seul produit, la déflation devant se produire de manière généralisée.

Link to comment

Historiquement, y a t il eu des périodes de forte déflation? Car j'ai de vagues souvenirs d'explications sur la période d'inflation de la république de Weimar, quelques plaisanteries sur le Zimbabwe mais les périodes de déflation rien.

Il y a eu des périodes de déflation pendant la Grande Dépression, mais je ne connais pas très bien le sujet.

Donc la déflation aurait uniquement lieu dans des économies en déclin ou en ralenti? Effectivement par contre, mon exemple était mal choisi car limiter à un seul produit, la déflation devant se produire de manière généralisée.

Je ne pense pas. Si tu as une masse monétaire fixe avec une hausse de la population, donc des produits consommés, il devrait y avoir baisse des prix. Un des arguments keynésiens est d'ailleurs de postuler que la masse monétaire doit suivre l'évolution de l'économie pour eviter la déflation.

Link to comment

La période de déflation la plus prolongée et connue, c'est encore la deuxième moitié du XIXème siècle au Royaume-Uni durant l'ère de la première mondialisation (victorienne). La déflation était alors due au progrès technologique, à l'industrialisation et à la rapide généralisation de nouveaux bien, ainsi que de moyens de transport plus rapide. L'offre des produits augmentant rapidement, les prix baissaient. Par ailleurs, les salaires progressaient aussi dans le sens où les avancées technologiques faisaient augmenter la productivité du travail. Tout dépend du contexte de la déflation, à vrai dire. Une déflation à la japonaise, c'est différent.

Link to comment

Donc la déflation aurait uniquement lieu dans des économies en déclin ou en ralenti? Effectivement par contre, mon exemple était mal choisi car limiter à un seul produit, la déflation devant se produire de manière généralisée.

La période de déflation la plus prolongée et connue, c'est encore la deuxième moitié du XIXème siècle au Royaume-Uni durant l'ère de la première mondialisation (victorienne). La déflation était alors due au progrès technologique, à l'industrialisation et à la rapide généralisation de nouveaux bien, ainsi que de moyens de transport plus rapide. L'offre des produits augmentant rapidement, les prix baissaient. Par ailleurs, les salaires progressaient aussi dans le sens où les avancées technologiques faisaient augmenter la productivité du travail. Tout dépend du contexte de la déflation, à vrai dire. Une déflation à la japonaise, c'est différent.

Il me semble que l'inflation (et donc la déflation) est assez fortement liée à la monnaie, à sa masse. Donc soit on diminue sa masse, soit on ne l'augmente pas pendant que le reste augmente, c'est ce que semble dire Ctuluh si j'ai bien compris.

Le truc qui m'échape, c'est comment, si c'est bien elle, l'offre de monnaie pourrait se rétrécir et amener à une déflation quand la BCE vient d'offrir 1 000 milliards en 2mois, ce qui est a proprement parler, énormissime ? Parce qu'elle n'arrive pas dans l'économie réelle ?

Link to comment

Il me semble que l'inflation (et donc la déflation) est assez fortement liée à la monnaie, à sa masse. Donc soit on diminue sa masse, soit on ne l'augmente pas pendant que le reste augmente, c'est ce que semble dire Ctuluh si j'ai bien compris.

Le truc qui m'échape, c'est comment, si c'est bien elle, l'offre de monnaie pourrait se rétrécir et amener à une déflation quand la BCE vient d'offrir 1 000 milliards en 2mois, ce qui est a proprement parler, énormissime ? Parce qu'elle n'arrive pas dans l'économie réelle ?

C'est probablement ça car les banques gardent l'argent à la BCE en attendant de le prêter aux états. De plus, aux Etats-Unis les Américains remboursent leurs dettes privées, ce qui doit normalement provoquer une réduction des actifs bancaires. Il est possible que l'inflation se déclenche d'un coup, après les élections présidentielles. C'est l'opinion de NKM:

j2qbXc3nyPg

Link to comment
Dette de la Grèce: "événement de crédit" selon l'ISDA, les CDS déclenchés

WASHINGTON, 9 mars 2012 (AFP) - La restructuration de la dette de la Grèce détenue par le secteur privé est un "événement de crédit", a décidé vendredi l'organisme professionnel chargé de le déterminer, l'ISDA, ce qui permettra aux investisseurs munis d'une assurance (CDS) d'être remboursés.

L'Association internationale des swaps et dérivés, réunie vendredi à New York, a indiqué sur son site internet avoir voté à l'unanimité en ce sens.

Saisie une première fois, l'ISDA avait estimé début mars que l'opération ne constituait pas un "événement de crédit" (terme consacré) et n'induisait donc pas le paiement des CDS souscrits sur la dette grecque. Mais la restructuration de dette n'était alors qu'en cours de négociation.

L'ISDA a indiqué que ce qui avait motivé sa décision avait été l'utilisation par le gouvernement grec des "clauses d'action collective" permettant de forcer des créanciers réticents à la restructuration de la dette à participer contre leur gré.

Les CDS ("credit default swaps") sont des contrats permettant à un créancier d'être remboursé par un tiers si le débiteur n'honore pas sa dette.

Au 2 mars, le total de ces CDS concernant la Grèce atteignait 3,16 milliards de dollars en net, selon l'organisme de référence américain DTCC (depository trust and clearing corporation). Ce montant est généralement considéré comme peu susceptible de déstabiliser le système financier.

Le directeur général de l'Institut de la finance internationale (IIF), Charles Dallara, avait cependant estimé vendredi dans la matinée, sur la chaîne américaine CNBC, qu'il serait "malheureux" que l'ISDA prenne une telle décision.

hh/sl/rap

AFP

092130 MAR 12

Tiens, tiens…

Link to comment

C'est probablement ça car les banques gardent l'argent à la BCE en attendant de le prêter aux états. De plus, aux Etats-Unis les Américains remboursent leurs dettes privées, ce qui doit normalement provoquer une réduction des actifs bancaires. Il est possible que l'inflation se déclenche d'un coup, après les élections présidentielles. C'est l'opinion de NKM:

Mmh, c'est bien ce qu'il me semblait. C'est bien, ça veut dire qu'après un peu plus d'un an a vraiment m'interesser de près à l'économie (soit en allant plus loin que ce que j'ai pu avoir en cours), je commence à piger, c'est un peu moins le brouillard :icon_biggrin:

bon, ça, c'était ma minute "satisfaction personnelle".

Autre chose maintenant. Il y a 6 mois, tout le monde, surtout à gauche, bien sur, fustigeaient les CDS. J'entends encore Méchancon s'emporter en parlant de ces vilaians spéculateurs et fonds de pensions américains qui, sous menace de CDS, voulaient mettre à genou la Grêce.

Et qu'est ce qu'on nous ponds ajourd'hui ? 85% de dette sous le tapis.

Et bam, les CDS.

Cependant, tous les journaleux ont applaudi le 25ieme sauvetage de la Grêce. Franchement, ils m'épattent.

Link to comment
Ouaip, mais s'ils ne les déclenchent pas, les CDS perdent leur utilité. Qui sera assez bête pour en acheter vu le risque de spoliation ?

On me sifflotte à l'oreille que beaucoup d'achats de CDS seraient réalisés pour des raisons réglementaires, l'acheteur pouvant ainsi déclarer "si, si, je me suis couvert contre ce risque" à une autorité réglementaire qui viendrait inspecter les comptes. Sachant que certains achats de CDS se font avec un accord tacite entre les parties précisant que l'acheteur ne fera jamais jouer le titre.

En fait, un vendeur de CDS est aussi un marchand de conformité réglementaire.

Edit : doublé, c'était dans l'article de VB qui j'avais lu cette idée.

Il y a eu des périodes de déflation pendant la Grande Dépression, mais je ne connais pas très bien le sujet.

En trois ans, entre 1930 et 1933, la Fed a détruit le tiers de la masse monétaire US. Ouch.

Link to comment

On me sifflotte à l'oreille que beaucoup d'achats de CDS seraient réalisés pour des raisons réglementaires, l'acheteur pouvant ainsi déclarer "si, si, je me suis couvert contre ce risque" à une autorité réglementaire qui viendrait inspecter les comptes. Sachant que certains achats de CDS se font avec un accord tacite entre les parties précisant que l'acheteur ne fera jamais jouer le titre.

En fait, un vendeur de CDS est aussi un marchand de conformité réglementaire.

Edit : doublé, c'était dans l'article de VB qui j'avais lu cette idée.

J'avais aussi entendu parler de ça, du fait que les CDS ne seraient que des assurances bidon, avec des primes sous-évaluées et ne devant jamais être utilisées, juste pour faire plaisir aux régulateurs.

Link to comment

Faut il y voir un signe ? Il semblerait que les hautes sphères soient touchées par une grosse vague de démission des élites.

http://www.thehealersjournal.com/2012/03/13/320-worldwide-resignations-and-counting-march-13th-2012-update/

Je ne sais pas qu'elle est la fréquence "normale" de ce type de démissions. Quelqu'un sait si ça sort vraiment de l'ordinaire ?

Hum… quand les rats quittent le navire, c'est pas bon signe en général…

Link to comment

Il semblerait que la dérivée (y compris la dérivée seconde) soit légèrement positive :

hu4f5eed92.jpg

La méthodologie utilisée est la suivante (la source des chiffres est donc publique et vérifiable) : http://www.abovetopsecret.com/forum/thread818860/pg1

Then I had an idea. The Securities Exchange Act of 1934 requires that publicly traded companies must report to the SEC whenever a member of the Board or certain officers resign. Also, the SEC has a database named EDGAR that is open to the public. After a little research, I discovered that corporations must report said resignations on Form 8-K, Item 5.02. From there, it was a simple matter of searching only Form 8-Ks within a specific range of dates, and including the boolean search terms "Resigns" and "Resignation".

I felt this would at least offer us a baseline comparison to see if there is truly an uptick in resignations, or if it just appears that way. I think you will be interested in the results.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Lugaxker
      On y est je pense.
       
      Baril de Brent : - 20 % aujourd'hui
      CAC 40 : - 6 % à l'ouverture
      Le S&P 500 va probablement aussi plonger cet après-midi.
       
      Indépendamment du contexte (le coronavirus qui a déclenché le mouvement), ça sent la nouvelle récession.
       
      Vous en pensez quoi ?
    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By Axpoulpe
      Nous y sommes, la solution de mise à l'échelle imaginée par l'équipe de Bitcoin Core est lancée pour de bon, même si c'est encore en phase de test mais déjà sur le main net. @h16 a qualifié cette solution de vaste blague, ou un truc du genre. Moi-même je n'ai pas les connaissances techniques pour juger son jugement, mais pour la première fois j'ai pu entendre des explications plus détaillées que les courtes vidéos, et des réponses aux objections courantes, dans ce podcast. Tout ça m'a semblé plutôt convaincant, mais je suis conscient de mon biais de jugement chaque fois que c'est Antonopoulos qui s'exprime. Globalement j'ai quand même du mal à croire que l'équipe de développement de la plus grosse capitalisation dans le monde des cryptos aurait foiré au point de suicider sa monnaie. Les sommes en jeu sont trop grandes. Et puis du côté de Bitcoin Cash il me semble que l'augmentation de la taille des blocs ne peut pas être une solution à long terme en cas d'adoption, non ?
       
      Bref, je suis intéressé par vos commentaires sur la question !
       
       
    • By Adrian
      Kenneth Arrow, economist, 1921-2017Nobel Prize winner who influenced thinking on welfare and social choice
       
      Sur wikiberal
       
      Je me suis avoir écrit la "preuve" de son théorème d’impossibilité.Il ne reste plus beaucoup d'économiste néo-classique post WW2 ...
       
×
×
  • Create New...