Jump to content

Liberté d'expression


Recommended Posts

La destruction de cette photographie fait bien trop d'honneur à la culture subventionnée qui entend éduquer les masses aux vertus provocatrices de l'urophilie et de la scatologie dans l'espace public. On sait que l'art officiel vit de coûteuses escroqueries (surtout pour le contribuable) en appelant conceptuel le fait de pisser dans un violon, d'ériger des phalus en plastique fluo et autres étrons célébrant la déviance comme un impératif démocratique. La marginalité, les déchets et sécrétions sont les mamelles du nouvel académisme. On fait semblant de croire que pisser sur l'Eglise ne correspond pas au goût médiatique dominant. Or détruire cette photographie donne une légitimité à ses promoteurs. Prendre au sérieux ses prétentions transgressives pourtant totalement banales correspond à une consécration. Voilà une publicité extra dont l'artiste qui espérait choquer et interpeler le public ne pourra que se réjouir.

En somme les vandales se sont livrés à une performance punk qui donne un sens à la provocation : tout le monde devrait donc être satisfait du sabotage qui fait partie du concept. En plus ça fournit l'occasion à la presse parisienne de se déchaîner à bon compte contre l'intolérance des intégristes, de faire mousser son rôle d'alerte vigilante en lutte contre l'obscurantisme. L'événement fait la une de Libé, le clergé culturel crie au sacrilège d'une icône. Le plus drôle, c'est qu'il s'agit d'une simple reproduction, une copie. Mais Libé s'indigne avec véhémence comme s'il s'agissait du sac d'une oeuvre originale. Au fond les plus bigots dans cette histoire ne sont pas ceux que l'on croit. Ce sont d'ailleurs les mêmes vigilants qui s'indignent contre la puissance évocatrice nauséabonde du coq de la marche des fiertés, on nage en pleine idolâtrie.

C'est exactement ça. Ni plus ni moins.

Faudrait ériger ton post en parpaing et le déféquer sur les rédactions. Cela resterait, hélas, purement conceptuel.

Link to comment
Et inversement, l'ours qui hurle appréciera peu de ne pas pouvoir hurler. Ce sont ceux qui sont le plus nombreux qui imposent leur règles, "justes" ou "stupides" (affaire de jugement) à l'individu. Quand on est majoritaire on apprécie, quand on est minoritaire, on aime pas.

Et je ne comprend pas pourquoi "malheureusement" ? Qu'y a t-il de malheureux à se faire détester par la majorité? C'est un plaisir au contraire.

C'est comme cela que se forment les groupes sociaux. Moi j'ai choisi mes amis et mes fréquentations en fonction des similitudes entre ce que je souhaite faire/dire/être et ce qu'il est considéré comme possible de faire/dire/être dans ces environnements. Ainsi, il serait très mal vu que j'insiste pour écouter du david guetta dans une soirée dans ce milieu, c'est une convenation sociale, qui, si elle assez courante n'est pas universelle, et qui est surtout très appréciable ^^.

Même chez les punks il y a de nombreuses conventions.

" Qu'y a t-il de malheureux à se faire détester par la majorité? C'est un plaisir au contraire."

WHOUHOU j'suis un rebelz et je n'arrive pas a m'affirmer sans être méprisé par la majeure partie des gens !

trop la seucla.

Link to comment
Au fond les plus bigots dans cette histoire ne sont pas ceux que l'on croit. Ce sont d'ailleurs les mêmes vigilants qui s'indignent contre la puissance évocatrice nauséabonde du coq de la marche des fiertés, on nage en pleine idolâtrie.

Yep. J'ai toujours la désagréable impression que ces "artistes", depuis qu'ils sont subventionnés, ne s'évertuent plus à choquer le bourgeois pour faire glousser les snobs, mais plutôt à cracher sur les gens ordinaires pour faire glousser les haut-fonctionnaires et les mécènes.

Link to comment

Juste un détail, la collection Lambert et le lieu qui l'héberge sont apparemment subventionnés, mais l'artiste Andres Serrano ne semble pas l'être, et pour être précis il ne semble même pas concerné par cet évènement puisque l'oeuvre n'est plus à lui.

Link to comment
Yep. J'ai toujours la désagréable impression que ces "artistes", depuis qu'ils sont subventionnés, ne s'évertuent plus à choquer le bourgeois pour faire glousser les snobs, mais plutôt à cracher sur les gens ordinaires pour faire glousser les haut-fonctionnaires et les mécènes.

Ils sont justement embourgeoisés jusqu'à la moelle. Ils cherchent l'iconoclasme confortable, l'approbation des pairs, le susucre. Des bourgeois donc, bien portants, bien pensants, s'évertuant à humilier les croyants et les gens simples.

Dans le langage de la gauche, on parlerait de classe dominante. Et dans le langage de la droite, on répondrait qu'ils sont décadents. Bref, une élite de merde.

Link to comment
Ils sont justement embourgeoisés jusqu'à la moelle. Ils cherchent l'iconoclasme confortable, l'approbation des pairs, le susucre. Des bourgeois donc, bien portants, bien pensants, s'évertuant à humilier les croyants et les gens simples.

Dans le langage de la gauche, on parlerait de classe dominante. Et dans le langage de la droite, on répondrait qu'ils sont décadents. Bref, une élite de merde.

+1, des conformistes qui se croyaient anti-conformistes.

Link to comment
C'est comme cela que se forment les groupes sociaux. Moi j'ai choisi mes amis et mes fréquentations en fonction des similitudes entre ce que je souhaite faire/dire/être et ce qu'il est considéré comme possible de faire/dire/être dans ces environnements. Ainsi, il serait très mal vu que j'insiste pour écouter du david guetta dans une soirée dans ce milieu, c'est une convenation sociale, qui, si elle assez courante n'est pas universelle, et qui est surtout très appréciable ^^.

Même chez les punks il y a de nombreuses conventions.

C'est ta vie.

WHOUHOU j'suis un rebelz et je n'arrive pas a m'affirmer sans être méprisé par la majeure partie des gens !

trop la seucla.

Ce n'est pas dans cet ordre là que les choses se passent.

Mais je comprend que tu ait besoin d'étiqueter ce que tu ignores.

C'est comme cela que se forment les groupes sociaux.

Link to comment
C'est exactement le sens de ma question plus haut dans le fil, on ne sait pas du tout de quoi il s'agit.

C'est un livre qui donne des conseils aux pédophiles pour ne pas se faire prendre.

Pas se faire prendre, c'est à dire assouvir ses pulsions en restant dans les limites de la loi.

Mais aussi comment entretenir des relations sexuelles avec un enfant sans que cela ne fasse de marque trop visible, que ce soit sur le corps ou sur la psyché du gamin.

Link to comment
C'est la tienne aussi mon lapin, quoi que tu puisse dire contre ces méchantes pressions sociales qui t'empêchent de vivre ta vie comme tu l'entends.

Oulah. Tu projettes tes fantasmes. Je t'ai parlé de moi?

Tu as de l'imagination, c'est bien, j'aime encourager les initiatives personnelles.

Link to comment
  • 3 weeks later...

C'est un livre qui donne des conseils aux pédophiles pour ne pas se faire prendre.

Pas se faire prendre, c'est à dire assouvir ses pulsions en restant dans les limites de la loi.

Mais aussi comment entretenir des relations sexuelles avec un enfant sans que cela ne fasse de marque trop visible, que ce soit sur le corps ou sur la psyché du gamin.

Intéressant ce débat sur ce livre.

Si demain un livre nous expliquait comment violer une femme en la torturant psychologiquement de telle façon qu'elle ne porte jamais plainte et donc que l'on ne risque rien (je ne sais pas si c'est possible mais imaginons que cela le soit et c'est pour aller au bout du raisonnement), pourrais-je accepter qu'il soit en vente libre?

Mon côté libéral me dit oui, car si on commence à cdensurer on ne s'arrête jamais.

Mais je dois avoir un vieux reste de moral qui s'horrifie à cette pensée.

Link to comment

Si demain un livre nous expliquait comment violer une femme en la torturant psychologiquement de telle façon qu'elle ne porte jamais plainte et donc que l'on ne risque rien (je ne sais pas si c'est possible mais imaginons que cela le soit et c'est pour aller au bout du raisonnement), pourrais-je accepter qu'il soit en vente libre?

Je crois que ce qui limite le fait qu'un tel livre soit en vente libre, c'est d'une part parce que le nombre de timbrés capables de l'écrire est limité, ainsi que le lectorat potentiel.

Link to comment

Je crois que ce qui limite le fait qu'un tel livre soit en vente libre, c'est d'une part parce que le nombre de timbrés capables de l'écrire est limité, ainsi que le lectorat potentiel.

Autant je suis d'accord sur le fait que le nombre de personnes pouvant écrire ce genre de choses est limité (faut avoir de solide connaissances en psychologie) autant je suis beaucoup moins convaincus sur le nombre de lecteurs potentiels.

Outre l'attrait morbide, le fait qu'en tant qu'étudiant c'est typiquement le genre de livre que l'on peut s'offrir pour déconner, le nombre de viol commis chaque année dans le monde montre qu'il y a pas mal de personnes qui pourraient tirer bénéfice de ce livre.

Link to comment

Je cherche une réponse libérale au problème soulevé par Marlenus. Pour l'instant je n'en trouve pas, mais je me dis que des anciens du forum peuvent résoudre ce problème.

Dans l'attente, voilà mes réflexions…

S'il y a torture psychologique effective, il doit y avoir des précédents (des gars qui ont testé pour savoir si ça marchait). On doit pouvoir se retourner contre eux.

Dans une optique libérale, liberté des actes et des pensées implique responsabilité en retour. Est-ce que la volonté délibéré d'échapper à la responsabilité de ses actes est libéral ? On devrait pouvoir attaquer le type sur ce point là.

Détailler comment torturer quelqu'un, c'est priver la personne qui subi les tortures du droit d'être humain (notion de droit naturel, si je ne m'abuse). Est-il libéral d'expliquer comment priver de ce droit ? En même temps, je me dis que le gars qui explique comment font les voleurs pour ouvrir les cadenas et les serrures pour s'en prémunir (style société de sécurité) devient alors aussi coupable dans ce cas…

Je ne vois pas pour l'instant d'autres alternatives. Mais j'imagine qu'il puisse y en avoir d'autres.

Link to comment

Je crois que ce qui limite le fait qu'un tel livre soit en vente libre, c'est d'une part parce que le nombre de timbrés capables de l'écrire est limité, ainsi que le lectorat potentiel.

Et surtout, c'est pas dit qu'une maison d'édition accepte de l'éditer, qu'une librairie le vende ou qu'un site internet le mette en vente, à chacun sa conscience.

Bref, la morale se passe très bien d'une interdiction légale.

Link to comment

[Lucilio]Ah paskeu bien sûûûûr pour l'instant c'est difficile de se renseigner sur des techniques de manipulation ?[/Lucilio]

Pas besoin d'un bouquin spécialisé sur "les femmes" pour ça. Alors à moins de vouloir fermer le rayon psychologie des librairies, je vois mal où est le côté terrible dans cette éventualité.

Et puis des gens doués pour la manipulation se débrouillent sans bouquin. Les victimes, en revanche, peuvent trouver avantage à lire ce genre de livres.

Link to comment

Et surtout, c'est pas dit qu'une maison d'édition accepte de l'éditer, qu'une librairie le vende ou qu'un site internet le mette en vente, à chacun sa conscience.

Bref, la morale se passe très bien d'une interdiction légale.

Perso, à partir du moment où on édite et vend un livre qui explique comment être pédophile sans être pris, je ne vois pas le problème.

Surtout qu'il est bien défendu sur ce forum qu'un libraire ou un site internet n'a pas à avoir de morale sur ce qu'il vend (tu as d'ailleurs défendu le point de vue adverse).

Franchement, à partir ud moment où il y a du fric à se faire, on trouvera du monde pour le faire.

Je ne crois pas en un être humain tellement vertueux que toute l'humanité se rebelle contre cette idée.

Link to comment

Pisser sur la croix? pas de problème, vous avez la subvention de la mairie, du ministère de la culture et du conseil général. Pisser sur le coran? allez en taule! J'aime ce pays où l'on interdit certaines choses à certains et où ce qui est autorisé à d'autres est subventionné.

A l'épreuve des faits :

Le tribunal correctionnel de Strasbourg a relaxé, lundi 9 mai, un homme de 30 ans, poursuivi pour provocation à la discrimination pour avoir brûlé en octobre un exemplaire du Coran et uriné sur le livre, le tout diffusé sur Internet.

Le tribunal a estimé que la vidéo incriminée "n'[excédait] pas les limites de la liberté d'expression", et que l'internaute avait stigmatisé des "actes terroristes auxquels la communauté musulmane ne peut être assimilée".

A l'audience, le 11 avril, le parquet avait réclamé trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende, fustigeant un acte provocateur. "Il incite à la haine à l'égard des musulmans, car tout le monde sait que le World Trade Center a été attaqué par des extrémistes musulmans (…). Et en urinant sur le Coran (…), c'est une incitation à la haine des musulmans contre les non-musulmans", avait estimé le procureur adjoint Gilles Delorme.

JUGEMENT "LAMENTABLE"

Le 2 octobre 2010, Ernesto Rojas Abbate s'était "amusé" dans une "émission" diffusée par webcam à faire un avion avec des pages d'un coran, à le projeter sur des verres représentant les tours du World Trade Center, à y mettre le feu, puis à brûler le livre et à uriner dessus "pour éteindre les flammes". L'homme avait alors été poursuivi pour provocation publique à la discrimination nationale, raciale ou religieuse. Il encourait un an d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Gérant salarié d'une entreprise informatique, M. Rojas Abbate a expliqué lors du procès avoir répondu au défi d'un internaute, après que le pasteur américain Terry Jones eut menacé de brûler un exemplaire du Coran. "Je faisais des émissions où je me moquais de tout (…). Brûler un livre chez soi, je ne pense pas que ce soit interdit", a dit l'internaute, qui réside à Bischheim, une ville de la périphérie de Strasbourg.

Lundi matin, le parquet n'avait pas indiqué s'il ferait appel ou non de la relaxe. Philémon Lequeux, président d'une antenne locale de la Licra, une association de lutte contre le racisme qui s'était portée partie civile au procès, a dénoncé un jugement "lamentable".

Il n'est dont pas allé en taule, n'a pas eu d'amende ni de rappel à la loi, en fait il a été relaxé. Et a même pu s'exprimer sur ses motivations, sans que quiconque (mis à part les habitués de la LICRA) n'en n'ait quoi que ce soit à faire.

A l'inverse :

Andres Serrano réagit à la dégradation de son oeuvre "Piss Christ"

Le musée qui abrite la collection Lambert doit rouvrir ses portes mardi sous protection policière, malgré les menaces de mort adressées au personnel.REUTERS/JEAN-PAUL PELISSIER

Le photographe américain Andres Serrano, dont une œuvre représentant un crucifix immergé dans de l'urine a été détruite à coups de marteau dimanche à Avignon, assure n'avoir "aucune sympathie pour le blasphème", dans un entretien à Libération, mardi 19 avril.

"Je n'ai rien d'un blasphémateur, et je n'ai aucune sympathie pour le blasphème", insiste Andres Serrano, qui revendique être "un artiste chrétien".

Une photographie intitulée Immersion Piss Christ, mettant en scène un crucifix plongé dans l'urine de l'artiste, a fait l'objet de vives protestations ces dernières semaines de la part de mouvements catholiques, en particulier intégristes, avant d'être vandalisée dimanche. "Je suis choqué de voir que ce traitement puisse être infligé à une photographie qui a été prise il y a près de trente-cinq ans", réagit Andres Serrano.

Un autre cliché de l'artiste new-yorkais, Sœur Jeanne Myriam, a également été détruit peu après l'ouverture du musée abritant la collection Lambert à Avignon par deux visiteurs munis d'un marteau, qui ont réussi à s'enfuir. "J'aimerais travailler au Vatican, réaliser une grande œuvre religieuse à Rome, dans les églises de la cité pontificale", affirme encore Andres Serrano. "J'aimerais que le Saint-Siège comprenne que je suis un artiste profondément chrétien de mon temps", ajoute-t-il.

Le musée qui abrite la collection Lambert doit rouvrir ses portes mardi sous protection policière, deux jours après la destruction des deux photographies, malgré les menaces de mort adressées au personnel.

Dans un cas, un type achète un coran et pisse dessus. Il est mis en examen (ce qui est dommage) et relaxé.

Dans l'autre, des dégradations sur le bien d'autrui (les deux "jeunes" vandales n'ont pas été arrêtés), des menaces de mort (trois fois rien quoi), des attaques telles que la police est obligée de venir protéger l'exposition (il s'agit certainement d'un "sentiment d'insécurité").

C'est toujours bien de voir les évènements ne serait-ce qu'avec trois semaines de recul, d'un coup d'un seul ils reprennent (ou pas) leur dimension anecdotique.

Link to comment

Perso, à partir du moment où on édite et vend un livre qui explique comment être pédophile sans être pris, je ne vois pas le problème.

Sauf que comme je le dis plus haut, la sorti publique d'un bouquin rempli de secrets de criminels est une calamité pour lesdits criminels, certainement pas une aubaine !

Comment peut-on croire le contraire ?

Link to comment

A l'épreuve des faits :

Il n'est dont pas allé en taule, n'a pas eu d'amende ni de rappel à la loi, en fait il a été relaxé. Et a même pu s'exprimer sur ses motivations, sans que quiconque (mis à part les habitués de la LICRA) n'en n'ait quoi que ce soit à faire.

A l'inverse :

Dans un cas, un type achète un coran et pisse dessus. Il est mis en examen (ce qui est dommage) et relaxé.

Dans l'autre, des dégradations sur le bien d'autrui (les deux "jeunes" vandales n'ont pas été arrêtés), des menaces de mort (trois fois rien quoi), des attaques telles que la police est obligée de venir protéger l'exposition (il s'agit certainement d'un "sentiment d'insécurité").

C'est toujours bien de voir les évènements ne serait-ce qu'avec trois semaines de recul, d'un coup d'un seul ils reprennent (ou pas) leur dimension anecdotique.

Excellent.

Link to comment

Une photographie intitulée Immersion Piss Christ, mettant en scène un crucifix plongé dans l'urine de l'artiste

Question certainement idiote: comment sait-on qu'il s'agit bien de l'urine de "l'artiste" ?:mrgreen:

Link to comment

A l'épreuve des faits :

Il n'est dont pas allé en taule, n'a pas eu d'amende ni de rappel à la loi, en fait il a été relaxé. Et a même pu s'exprimer sur ses motivations, sans que quiconque (mis à part les habitués de la LICRA) n'en n'ait quoi que ce soit à faire.

A l'inverse :

Dans un cas, un type achète un coran et pisse dessus. Il est mis en examen (ce qui est dommage) et relaxé.

Dans l'autre, des dégradations sur le bien d'autrui (les deux "jeunes" vandales n'ont pas été arrêtés), des menaces de mort (trois fois rien quoi), des attaques telles que la police est obligée de venir protéger l'exposition (il s'agit certainement d'un "sentiment d'insécurité").

C'est toujours bien de voir les évènements ne serait-ce qu'avec trois semaines de recul, d'un coup d'un seul ils reprennent (ou pas) leur dimension anecdotique.

Sauf que l'artiste qui pissait sur la croix n'a pas été mis en examen contrairement à celui qui a pissé sur le coran, you've made my point.

Qu'en sais-tu si le pisseur de coran n'a pas reçu de menaces de mort? je rappelle que les auteurs des caricatures de Mahomet eux oui en avaient reçu.

Link to comment

Sauf que l'artiste qui pissait sur la croix n'a pas été mis en examen

Oui oui, il n'a eu aaaaauuuucun problème juridique. Même pas un petit procès de l'AGRIF : Andre Serrano et AGRIF

Inb4 : "maaais c'est pas pareil, le mec du Coran il est passé en correctionnel, alors que là c'est le tribunal de grande instance. Persécution !"

L'AGRIF intente régulièrement des procès pour censurer des trucs et des machins, et les gagne parfois. Je ne vois pas de traitement de faveur accordé à l'Islam ici.

Forcément, on n'en parle que dans la presse catho et dans la presse militante de gauche, parce que pour le badeau, les procès de l'AGRIF sont quand vachement moins vendeurs que "lézarabanoportes" et "larépubliquendanger".

Link to comment

Je n'ai pas compris là où Chitah veut en venir.

Nulle part, je mets en parallèle deux évènements mis en parallèle à la base par quelqu'un d'autre, mais je le fais avec trois ou quatre semaines de recul et non à chaud. Tu peux en conclure ce que tu veux.

Sauf que l'artiste qui pissait sur la croix n'a pas été mis en examen contrairement à celui qui a pissé sur le coran, you've made my point.

Malheureusement la justice française s'arrête à ses frontières, Andres Serrano est new-yorkais je crois. D'autre part, les oeuvres ont été faites il y a des décennies.

Ensuite, la différence est de taille : faire une exposition locale (qui ne peut être vue que par ceux qui en entendent parler, localement) et mettre une vidéo sur Youtube (visible, par essence, par tous, je dirais même pratiquement tout être humain).

Qu'en sais-tu si le pisseur de coran n'a pas reçu de menaces de mort?

Dans le monde de la logique, montrer que Tremendo n'a jamais reçu de menace de mort est imposssible, car il faudrait que j'examine chaque minute de ta vie, et que je vérifie que tu n'en n'as jamais reçu oralement, par écrit, par lettre, par mail, etc. En d'autres termes : c'est à celui qui l'affirme de le démontrer amigo. Si tu as des informations en la matière, je suis tout ouïe. Toutefois c'est vraisemblable qu'il reçoive un jour un commentaire sur Youtube d'un pauvre type.

je rappelle que les auteurs des caricatures de Mahomet eux oui en avaient reçu.

Je ne sais pas si tu mesures la portée de ce que tu écris. Le cas des caricatures danoises, c'est un petit journal d'extrême-droite qui voulait faire du buzz.

Enfin bref.

Oui oui, il n'a eu aaaaauuuucun problème juridique. Même pas un petit procès de l'AGRIF : Andre Serrano et AGRIF

Inb4 : "maaais c'est pas pareil, le mec du Coran il est passé en correctionnel, alors que là c'est le tribunal de grande instance. Persécution !"

L'AGRIF intente régulièrement des procès pour censurer des trucs et des machins, et les gagne parfois. Je ne vois pas de traitement de faveur accordé à l'Islam ici.

Forcément, on n'en parle que dans la presse catho et dans la presse militante de gauche, parce que pour le badeau, les procès de l'AGRIF sont quand vachement moins vendeurs que "lézarabanoportes" et "larépubliquendanger".

Ah tiens, hé bien je n'étais même pas au courant. C'est dommage, cette bande de loustics de l'AGRIF gagne à être connue. :lol:

Link to comment

La destruction de cette photographie fait bien trop d'honneur à la culture subventionnée qui entend éduquer les masses aux vertus provocatrices de l'urophilie et de la scatologie dans l'espace public. On sait que l'art officiel vit de coûteuses escroqueries (surtout pour le contribuable) en appelant conceptuel le fait de pisser dans un violon, d'ériger des phalus en plastique fluo et autres étrons célébrant la déviance comme un impératif démocratique. La marginalité, les déchets et sécrétions sont les mamelles du nouvel académisme. On fait semblant de croire que pisser sur l'Eglise ne correspond pas au goût médiatique dominant. Or détruire cette photographie donne une légitimité à ses promoteurs. Prendre au sérieux ses prétentions transgressives pourtant totalement banales correspond à une consécration. Voilà une publicité extra dont l'artiste qui espérait choquer et interpeler le public ne pourra que se réjouir.

En somme les vandales se sont livrés à une performance punk qui donne un sens à la provocation : tout le monde devrait donc être satisfait du sabotage qui fait partie du concept. En plus ça fournit l'occasion à la presse parisienne de se déchaîner à bon compte contre l'intolérance des intégristes, de faire mousser son rôle d'alerte vigilante en lutte contre l'obscurantisme. L'événement fait la une de Libé, le clergé culturel crie au sacrilège d'une icône. Le plus drôle, c'est qu'il s'agit d'une simple reproduction, une copie. Mais Libé s'indigne avec véhémence comme s'il s'agissait du sac d'une oeuvre originale. Au fond les plus bigots dans cette histoire ne sont pas ceux que l'on croit. Ce sont d'ailleurs les mêmes vigilants qui s'indignent contre la puissance évocatrice nauséabonde du coq de la marche des fiertés, on nage en pleine idolâtrie.

Ils sont justement embourgeoisés jusqu'à la moelle. Ils cherchent l'iconoclasme confortable, l'approbation des pairs, le susucre. Des bourgeois donc, bien portants, bien pensants, s'évertuant à humilier les croyants et les gens simples.

Dans le langage de la gauche, on parlerait de classe dominante. Et dans le langage de la droite, on répondrait qu'ils sont décadents. Bref, une élite de merde.

Eh vous deux, la prochaine fois que vous pondez des textes aussi bons, on en fait un article Contrepoints !

Link to comment

Mon cul, oui! C'te prose, ils peuvent aller la poster chez Égalité & réconciliation.

Ton faible pour l'architecture contempouraine t'égare. Un article sur les lubies de l'art subventionné et quelques autres sur les gabegies festivalières du ministère de la culture seraient fort pertinents pour la bonne tenue de CP.

L’exposition d’un crucifix dans de l’urine dans la collection Lambert hébergée dans un hôtel particulier appartenant à la mairie d’Avignon fait scandale par le manque de respect évident à l’égard des convictions religieuses de très nombreux Français.

Mais, nous apprenons par ” Valeurs actuelles ” du 21 Avril 2011 que cette collection a été subventionnée par l’Etat, la Région et la Mairie à la hauteur de 1,3 millions d’euros.

Il paraît que le propriétaire de la collection Yvon Lambert avait menacé de quitter la ville et que la Mairie lui a donné 45 000 euros de plus pour le calmer.

Qu’est-ce qui permet à madame Marie-Josée Roig, maire d’Avignon, de faire ce genre de largesses avec de l’argent qui ne lui appartient pas, l’argent des contribuables ?

L’absence de démocratie directe qui livre les électeurs pieds et poings liés à l’arbitraire de certains élus

http://www.observato…ag/piss-christ/

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...