neuneu2k

Sage
  • Compteur de contenus

    18 060
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

neuneu2k a gagné pour la dernière fois le 1 août 2015

neuneu2k a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

207 Aimé

À propos de neuneu2k

  • Rang
    Bovin placide
  • Date de naissance 17/01/1979

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral conservateur
  • Ma référence
    F. Meyer, C.S. Lewis, HHH

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    92 Indépendant !

Visiteurs récents du profil

1 691 visualisations du profil
  1. Dans les petites phrases qui vous hérissent le poil "les écologistes sont des nazis" Les écologistes (au sens politique "verts", pas les gens qui étudient les écosystèmes) sont des internationalistes anti-autorité personnelle, un hybride de technocrates et de théocrates vénérant une Gaia bien pratique. Leur socialisme est bien éloigné du marxisme originel et du socialisme du NSDAP et leur préférence pour la règle par rapport à l'autorité humaine les met à l'opposé du fascisme. Ca n'en fait pas moins des pourritures mortifères, je dirais même que ça ne les rends que plus dangereux, mais il est peut-être temps de dépasser l'usage de fasciste ou nazi comme insulte détachée de toute hérédité idéologique (et ne venez pas me dire que hitler aimais les zanimaux et était végétarien, ça n'en fait pas plus le père fondateur de l'écologie politique que sa dépendance aux amphétamines n'en fait l'auteur de Breaking bad).
  2. Non, ce n'est pas vraiment mon sujet, parce que ce n'est pas le point commun entre les populations potentiellement visées, le point commun c'est de ne pas mettre le résultat du processus politique a l'instant T en haut de la hiérarchie des normes, de juger la politique sur des principes étrangers à celle-ci et d'en tirer des conséquences morales. A partir de la, on peut dériver sur les conditions pratiques dans lesquelles se mettre hors la loi est pertinent ou non, ou le rapport bénéfice/risque est bon, sur l’intérêt supérieur de la stabilité politique par rapport à la justice, mais c'est à coté du sujet, un type qui annonce publiquement qu'il soutiens le jihad armé, que le jihad armé est moralement bon, que la république peut se torcher le fion avec sa loi parce que Allah est supérieur et qui a le malheur de causer avec des gens comme lui, tu peux considérer avec des gens très bien qui font classe à citer que c'est contre-productif, le fait est qu'il sera fiché S (ce qui n'est pas anormal vu le but originel de cette fiche) et que l'air du temps est de le traiter comme un criminel pour son opinion. Et ce qui est spécifiquement reproché et que l'immense majorité des élus souhaite criminaliser, c'est de ne pas considérer la république française comme autorité normative suprême, c'est précisément ça qui est en cours de criminalisation (parce que je te signale, au cas ou tu l'aurai raté, que commettre un vrai crime, c'est déjà illégal !). Il n'y a pas le moindre débat dans la doctrine catholique sur l'autorité normative suprême, tu botte en touche avec Luc XX 25 et ses paraphrases diverses et variées au travers des siecles, mais tu oublie que c'était justement une façon d'exprimer l'autorité normative supérieure de Dieu sans se faire chopper par la popo, pas une reconnaissance de l'autorité normative supérieure de l'empire, duh.
  3. Evidemment que ne pas mettre la république en haut de la hiérarchie des normes implique de violer la loi quand celle-ci est en opposition directe avec ce qu'on à placé au dessus, ça va sans dire. Ca ne signifie pas que toute personne qui ne met pas la loi républicaine en haut de la hiérarchie des normes viole la loi (sauf dans le cas ou le simple fait de le penser et de le dire est illégal, ce dont on s'approche franchement), mais qu'il considère comme moral de le faire. Si considérer que violer une mauvaise loi est une bonne chose est antirépublicain, alors je suis antirépublicain, et j'ai un peu du mal à voir comment on peut concilier républicanisme comme norme suprême et libéralisme, ou islam, ou catholicisme, ou tout ce qui à un avis sur le bien et le mal indépendant du vote des représentant légaux de la république... Que les républicains en se sens se dénoncent, j'ai une liste à faire
  4. On était dans le contexte spécifique de la république française actuelle de ses "valeurs universelles et éternelles" (qui changent régulièrement), dans un cadre ou des lois criminalisant le fait de simplement lire de la "propagande antirépublicaine" existent et ou de nouvelles sont proposées, un contexte très pratique et légal. Dans ce contexte, le terme "antirépublicain" est spécifiquement lié à l'entité légale "république française", pas au concept de république (un site royaliste anglais n'est aucunement visé, un site royaliste français l'est), j'ai peut-être présumé trop fort que c'était évident...
  5. Pour essayer de revenir au cœur du sujet, c'est un problème de hiérarchie des normes. Ce qui est reproché aux radicaux musulmans (et je parle ici de ceux qui n’ont pas commis d’acte terroriste bien entendu, pas de ceux engagés dans un crime), c’est de placer les principes de leur foi au-dessus de la république. Il n’est pas nécessaire d’être opposé à la forme républicaine de gouvernement pour être considéré comme antirépublicain, mais uniquement de ne pas placer la république en haut de la hiérarchie des normes. Ca -devrait- être le cas des catholiques, ça -devrait- également être le cas des libéraux, bizarrement des membres de ce forum sont plus choqué par le premier que par le deuxième.
  6. En court, si l’existence de la loi permettant l'avortement n'est pas en soit un critère suffisant pour affirmer que le catholicisme est opposé a la république sur une valeur fondamentale, le fait de référer de plus en plus à cette loi comme une conséquence directe et inévitable du républicanisme (ce qui, si vous observez bien, est la position de la majorité des représentent du peuple dans la république française, les mieux placés pour la définir non ?) rends de facto la définition "courante" de la république incompatible avec le catholicisme. Il ne s'agit pas d'une opposition entre le concept de république en général et le catholicisme, mais bien avec la république française actuelle telle qu'elle est perçue par ses représentants légitimes. On en peut pas être républicain "abstrait" en présence d'une république de fait, a moins de nier le caractère républicain d'icelle, donc si on est républicain, soit on considère la république française comme une république légitime, soit on est "antirépublicain" du point de vue de la république française. Il n'y a pas de troisième option.
  7. Quoi qu'il en soit, le point général était que n'importe quel mouvement idéologique que le pouvoir n'aime pas peut trivialement être désigné comme anti-républicain indépendamment du contenu de celle-ci, et par la meme transformer ses membres en population opprimable à merci. C'est assez piquant que les réactions soient sur l'incompatibilité putative du catholicisme avec les valeurs républicaines, et non sur celle du libéralisme avec elles.
  8. J'ai édité mon post, et la reconnaissance diplomatique ne signifie pas l'absence d'opposition, meme sur des principes fondamentaux, l’Arabie saoudite aussi reconnais la république française.
  9. Premièrement, vrai ou faux, ça n’empêche pas de le déclarer et de l'appliquer si c'est opportun pour le pouvoir. Deuxièmement les lois de la république violent les "principes non négociables" (je pense en principal à l'avortement) à appliquer dans les choix politiques dictées par l'autorité religieuse légitime des catholiques, or l'immense majorité de politiciens se prononce clairement dans le sens ou ces lois sont basées sur les valeurs de la république et non des simples lois conjoncturelles sans lien avec les principes républicains, par conséquent la république telle que percue par ceux qui la défendent et la représente est opposée sur des principes fondamentaux au catholicisme, donc le catholicisme est anti-républicain, CQFD Il s'agit de faits, pas d'une défense de l'un ou de l'autre, c'est vrai indépendemment du bord que l'on choisis
  10. +1, entre ça et la criminalisation des idées "non républicaines" C'est injuste envers les radicaux musulmans qui n'ont pas la moindre intention de commettre des crimes de sang sur le territoire français (qui sont de fait majoritaires, que ça soit par manque de couille ou par vertu, ça n'a pas d'importance) Ca va retomber sur la gueule de tout le monde, après tout, il suffit ensuite de dire que le fait de vouloir détenir une arme est en soit anti-républicain (et ça passerai très bien dans l'opinion publique), ou qu’être anarcap est en soit anti-républicain (ce qui est vrai), voir qu’être catholique est anti-républicain (ce qui -devrait- être vrai) et le périmètre du contrôle étatique augmente sans la moindre résistance. C'est assez comique de voir que ce sont ceux les plus ouvertement attachés aux "valeurs de la France et de la république éternelle" qui sont les premiers à hurler à "à état d'exception, mesures exceptionnelles" qui est fondamentalement le cœur du fascisme (qui est mal, parce que anti-républicain, donc c'est différent, c'est pas pareil).
  11. Pour revenir au sujet, je tiens à rappeler l'avertissement obligatoire, il ne faut pas confondre libéralisme et gouts personnels plus ou moins individualistes (voir atomistes), c'est la marque indélébile du modal que de prétendre que l'autonomie décisionnelle totale est "plus libérale" que les communautées choisies, le libéralisme permet l'autonomie décisionnelle, de la mème manière qu'il permet de passer son temps à s'injecter de l'heroine, l'absence d'interdit pénal d'une chose n'implique en rien que cette chose soit bonne. Donc évidemment qu'il est permi de détester les co-proprietés (pour ma part, je préfère nettement les "charters" que les co-proprietés simples, la présence d'une constitution supérieure au simple vote des occupants étant plus saine), mais ça devrait etre totalement orthogonal au libéralisme. Il est utile et pertinant de rappeler que le libéralisme permet l'instauration d'un communisme volontaire, c'est justement sa grande qualité que de permettre la diversité des modèles sociaux, lier libéralisme et lifestyle, libéralisme et modèle social spécifique ne fait que le réduire à un n-ième constructivisme, et un qui franchement fait bander mou. C'est la coexistance pacifique des casinos de Las Vegas et des monastères bénédictains qui fait la valeur intrinsèque du libéralisme, pas le fonctionnement interne du casino ou du monastère.
  12. Le problème des cycles de rétroaction, c'est que la réaction à l'horreur est assez rarement vertueuse, je fèterai la destruction du féminisme post-moderne, mais je doute d'etre un grand fan de ce qui le rendra obsolète et ridicule... Il faut garder espoir, mais je dois avouer que l'observation des hommes n'est pas propice à l'espoir...
  13. Ok, thanks. I'll think about it, not in the very short term anyways, but always good to know.
  14. Hors de prix "pour le Canada", ou hors de prix tout court ? Non parce que bon, je suis francilien hein...
  15. Oui, un animal qui à tué un homme, on l'euthanasie, si c'est une femelle grosse, on peut par contre attendre qu'elle ai mis bas et que les petits soient sevrés, voir la garder en captivité "isolée", mais pas en liberté, c'est trop dangereux, une fois que l'animal sais que l'homme n'est pas immortel, il est très dangereux.